Bégayer : définition de bégayer


Bégayer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BÉGAYER, verbe.

I.− Emploi intrans. Parler avec difficulté, en articulant mal les mots, en répétant une syllabe plusieurs fois de suite.
A.− [Quand il s'agit d'un adulte]
1. À la suite d'un défaut naturel de prononciation :
1. Il balbutiait en effet et bégayait dans son enfance. Sa parole ne devint calme et claire que quand le bouillonnement de la jeunesse fut apaisé. Lamartine, Les Confidences,1849, p. 314.
2. Momentanément, sous le coup d'une émotion soudaine et brutale (surprise, colère, chagrin, peur), de l'ivresse ou par timidité. Dès qu'il a bu trois verres de vin, il commence à bégayer (Ac. 1798-1878, Lar. 19e) :
2. L'inspecteur, c'est le chef suprême devant lequel les adjointes, la directrice même, bégaient et tremblent : ... Frapié, La Maternelle,1904, p. 168.
3. Il [Léonard] bégayait, sacrait, tempêtait, et entrait dans des colères furibondes, ... J. et J. Tharaud, La Maîtresse servante,1911, p. 36.
P. anal.
Être maladroit :
4. ... j'imaginais qu'à droite et à gauche de l'étroite bordure il y avait un précipice et que je devais avancer sans le moindre faux pas. Il n'en fallait pas davantage pour me faire hésiter, bégayer des jambes, trébucher... G. Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 91.
[En parlant d'une arme à feu] Envoyer un feu nourri, répété :
5. Un guetteur saxon, affolé, cria : « Attaque par liquides enflammés! » Les mitrailleuses boches se mirent à bégayer. Maurois, Les Silences du colonel Bramble,1918, p. 85.
MAN. [En parlant d'un cheval] Branler la tête pour se dégager du mors (p. anal. avec les mouvements convulsifs de la bouche de celui qui bégaie). Ce cheval bégaie (Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e).
B.− [En parlant d'un petit enfant qui apprend à parler] Qui essaie encore maladroitement d'articuler ses premiers mots. Il ne fait encore que bégayer (Ac. 1798-1878, Guérin 1892).
Par imitation :
6. Avec eux [George et Jeanne] je chancelle, avec eux je bégaie. Hugo, L'Art d'être grand-père,1877, p. 36.
Au fig. Débuter à peine, et de ce fait manquer d'assurance, de précision, de brio :
7. ... croyez-vous donc qu'avec vos misérables mots, votre style qui boite et votre imagination qui bégaie, vous parviendrez à rendre une parcelle de ce qui arriva cette nuit-là? Flaubert, Smarh,1839, p. 96.
8. À cette époque, la France militaire parlait haut en Europe; mais la France littéraire bégayait encore. Hugo, Le Rhin,1842, p. 422.
II.− Emploi trans.
A.− [En parlant d'un enfant qui apprend à parler] Cet enfant commence à bégayer quelques mots (Ac.1835-1932);bégayer une langue étrangère (Lar. 19e, Rob.) :
9. [Le nain]. − (...) le vent est venu joindre à ce concert quelques mots d'une langue que vous appelez l'espagnol, la première que j'aie bégayée... Hugo, Bug-Jargal,1826, p. 40.
P. anal. Essayer de former des phrases ou de formuler des idées. Un enfant bégaie ses premières idées (Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 8).
P. ext. Débuter gauchement dans un domaine :
10. Aujourd'hui, le pouvoir engendré par cette Chambre, qui tua une monarchie pour accoucher d'un roi, va bientôt avoir deux ans, il bégaye le gouvernement, et ses doigts débiles veulent déjà tout briser. Balzac, Œuvres diverses,t. 2, 1850, p. 512.
Bégayer une science. En maîtriser à peine les rudiments.
B.− P. ext. Dire d'un ton mal assuré. Cet écolier a bégayé sa leçon (Ac. 1835-1932); bégayer un discours, une excuse, une harangue :
11. ... [Bonaparte] fut réduit à se refaire tribun du peuple, à courtiser la faveur des faubourgs, à parodier l'enfance révolutionnaire, à bégayer un vieux langage de liberté qui faisait grimacer ses lèvres, et dont chaque syllabe mettait en colère son épée. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 595.
Au fig. Être maladroit dans la démarche, le raisonnement :
12. Elle bégaya quelques pas sur le sable [Clémence]. Queneau, Les Enfants du limon,1938, p. 36.
Rem. Créations sur le même rad. : a) Bégayeur, euse, subst., néol. d'aut., péj. Bègue. La gloire, cette injuste bégayeuse (Barbey d'Aurevilly, 3ememorandum, 1856, p. 50); b) Béguer, verbe intrans., région. (Canada). Bégayer. Il bègue en parlant (Canada 1930); ils bèguent rien que pour se chercher une excuse (G. Guèvremont, Le Survenant, 1945, p. 198); c) Béguibéguer, néol. d'aut. Bredouiller, bégayer. − Couac? béguibégua Chambernac (Queneau, Les Enfants du limon, 1938, p. 12).
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [begεje] ou [bege-], (je) bégaye [begεj] ou (je) bégaie [begε]. Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930 et Pt Lar. 1968 transcrivent la 2esyll. de l'inf. avec [ε] ouvert (cf. aussi Nod. 1844, Littré et DG); Dub. et Pt Rob. transcrivent la 2esyll. avec [e] fermé (cf. aussi Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Besch. 1845 et Fél. 1851). Warn. 1968 réserve la prononc. avec [ε] au lang. soutenu, celle avec [e] au lang. cour. Au sujet de l'harmonisation vocalique à l'inf. cf. Grammont Prononc. 1958, p. 41. Celui-ci relève même la possibilité de prononcer [bεgε] pour la forme conjuguée bégaie. 2. Forme graph. − Fait partie des verbes en -ayer. Peut conserver l'y dans toute la conjug. ou remplacer l'y par un i devant un e muet. On écrit indifféremment je bégaye ou je bégaie. Remarquer la présence de l'i après y aux 2 premières pers. du plur. à l'imp. de l'ind. et au prés. du subj. (cf. Besch. Conjug. 1961, p. 33; cf. aussi Ortho-vert 1966, p. 102; cf. encore Fouché Prononc. 1959, p. 33). La majorité des dict. laisse la possibilité de garder y ou de le changer en i devant [ə] muet. Cependant cf. Lar. 19e: ,,Comme tous les verbes en -ayer, conserve y dans toute la conjug., même avant un e muet.`` Cf. également Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,Il bégaye, et non pas bégaie, au futur, il bégayera, et non pas bégaira.``
ÉTYMOL. ET HIST. − 1416 besgoier « être affecté de bégaiement » (A.N. JJ 169, pièce 447 dans Gdf. Compl. : Pour ce que celui prestre estoit moult chargié de vin ou de cidre en besgoiant); av. 1465 begayer (Ch. d'Orl., Bal., 88, ibid.); xvies. en partic. man. « secouer la bride en branlant la tête » (Gasp. de Tavannes, Mém., p. 192, ibid.); xviies. trans. (Boileau, Épît., IX dans Littré : Sait d'un air innocent bégayer sa pensée). Dér. de bègue*; suff. a. fr. -oyer (finale -izare, gr. -ι ́ ζ ε ι ν, devenue en lat. vulg. -idiare), devenu -ayer (Nyrop t. 3, § 449).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 667. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 318, b) 1 078; xxes. : a) 2 212, b) 655.
BBG. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 16.

Bégayer : définition du Wiktionnaire

Verbe

bégayer \be.ɡe.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Articuler mal les mots, les prononcer en hésitant et en répétant la même syllabe avant de prononcer celle qui suit.
    • Cet homme bégaie si fort qu’on a toutes les peines du monde à le comprendre.
    • On bégaie quelquefois par embarras, par timidité.
    • Monsieur Ivanov bégaie légèrement et cela lui donne quelque chose de plus doux encore, de désarmé, d’innocent… J’ai entendu raconter que c’est depuis qu’on est venu le réveiller dans sa cellule de condamné à mort et qu’on lui a annoncé que sa condamnation à la pendaison était commuée en détention à perpétuité qu’a commencé chez lui ce bégaiement. — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 196)
  2. Il se dit par analogie du langage imparfait des enfants qui commencent à parler.
    • Cet enfant ne fait encore que bégayer.
  3. (Par extension) Parler de quelque chose d’une manière très vague, très imparfaite.
    • Les plus grands philosophes ne font que bégayer quand ils veulent parler de ce qui est inaccessible à la raison humaine.
  4. (Figuré) Reproduire les mêmes choses sans avancer.
    • Sur l’ensemble de ces sujets, nous avons montré, je crois, par la discussion d’aujourd’hui et le travail conjoint, que notre choix était clair, c’est à la fois un choix qui permet de répondre à la gravité du moment historique que nous vivons, refuse de faire bégayer notre Histoire et permet, je le crois aussi très profondément, beaucoup plus d’efficacité. — (Emmanuel Macron, conférence de presse conjointe du Président de la République, Emmanuel Macron et de la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne Angela Merkel, 19 juin 2018)

bégayer \be.ɡe.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Commencer à apprendre a parler.
    • Cet enfant commence à bégayer quelques mots.
  2. Parler avec une voix mal assuré.
    • Cet écolier a bégayé sa leçon.
    • Il nous a bégayé de plates excuses.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bégayer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÉGAYER. (Il se conjugue comme BALAYER.) v. intr.
Articuler mal les mots, les prononcer en hésitant et en répétant la même syllabe avant de prononcer celle qui suit. Cet homme bégaie si fort qu'on a toutes les peines du monde à le comprendre. On bégaie quelquefois par embarras, par timidité. Il se dit par analogie du Langage imparfait des enfants qui commencent à parler. Cet enfant ne fait encore que bégayer. Il signifie, par extension, Parler de quelque chose d'une manière très vague, très imparfaite. Les plus grands philosophes ne font que bégayer quand ils veulent parler de ce qui est inaccessible à la raison humaine. Dans ces deux dernières acceptions, il peut être employé transitivement. Cet enfant commence à bégayer quelques mots. Cet écolier a bégayé sa leçon. Il nous a bégayé de plates excuses.

Bégayer : définition du Littré (1872-1877)

BÉGAYER (bé-ghè-ié), je bégaye, tu bégayes, il bégaye ou il bégaie, nous bégayons, vous bégayez, ils bégayent ou ils bégaient ; je bégayais, nous bégayions, vous bégayiez, ils bégayaient ; je bégayai ; je bégayerai ou bégaierai, ou bégaîrai ; je bégayerais ou bégaierais, ou bégaîrais ; bégaie, bégayez ; que je bégaye, que nous bégayions, que vous bégayiez, qu'ils bégayent ; que je bégayasse ; bégayant ; bégayé v. n.
  • 1Être affecté du vice de parole dit bégayement. Il bégaye si fort qu'on ne peut l'entendre.
  • 2Commencer à parler. Les enfants commencent à bégayer à douze ou quinze mois.
  • 3 Fig. Parler de quelque chose avec hésitation, embarras. Voilà mes faibles pensées ; je ne fais que bégayer ; mais qu'importe ? je veux bien paraître parler mal à propos par un excès de zèle, Fénelon, XXII, 561. On le vit bégayer avec les enfants, raisonner avec les doctes, Fléchier, Panég. I, p. 309.

    Terme de manége. Un cheval bégaye ou bat à la main, lorsqu'il secoue la bride en branlant la tête.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 4 V. a. Il s'est mis à vous bégayer un compliment, Sévigné, 492. Sait d'un air innocent bégayer sa pensée, Boileau, Épît. IX. Non pas en bégayant quelques paroles à l'oreille d'une gouvernante, Rousseau, Ém. I. Apollon présidait au jour qui m'a vu naître ; Au sortir du berceau j'ai bégayé des vers, Voltaire, dans GIRAULT-DUVIVIER. Ici ma voix, mêlée aux chants de fêtes, De la patrie a bégayé le nom, Béranger, Souv. d'enfance.

HISTORIQUE

XVe s. Pour ce que icelui prestre estoit moult chargié de vin ou de cidre en besgoiant…, Du Cange, balbuzare. Soif que confort ne rassasie, Dueil baigné en froides sueurs, Begayant, et changeant couleurs, Par le vent de merencolie, Orléans, Bal. 88.

XVIe s. Voyez les uns un peu begayer sur le poinct de l'enfanter, Montaigne, I, 188. Il n'eust su dire trois mots sans begayer, Despériers, Contes, XLVII. Ainsi qu'un pere begaye et faict le petit avec ses petits, Charron, Sagesse, I, 39.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bégayer »

Étymologie de bégayer - Wiktionnaire

Faisait beguer, besguer en ancien français (→ voir bègue) dont bégayer est issu par suffixation en -ayer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de bégayer - Littré

Picard, béguer ; wallon, bèketer ; namurois, bègui ; rouchi et génev. béguer. Bégayer dérive, par un substantif inusité bégai, du primitif béguer (voy. BÈGUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bégayer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bégayer begaje play_arrow

Conjugaison du verbe « bégayer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe bégayer

Évolution historique de l’usage du mot « bégayer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bégayer »

  • Pour le juge-président Cuno Tarfusser : « ce procès n’aurait pas dû passer l’étape de la confirmation des charges ». Ce qui veut dire qu’il n’aurait jamais dû avoir lieu. Et nous savons tous comment il a fini par se tenir avec le rôle de la France qui a été capital depuis l’ouverture de l’enquête jusqu’à la confirmation des charges en passant par l’étape de l’ajournement en juin 2013. Les révélations de Mediapart nous ont définitivement édifiés sur les interventions extérieures dans le dossier Gbagbo et Blé Goudé. Et nous sentons encore cette main qui fait bégayer la justice à la CPI où la chambre d’appel donne l’impression d’être embarrassée par la décision d’acquittement. Le procès est pourtant bel et bien fini, en tout cas pour le procureur. YECLO.com, Affaire Gbagbo CPI : le juge-président Cuno Tarfusser réagit - YECLO.com
  • C’est là que nous le rencontrons et qu’il raconte son histoire à Charlotte Perry, c’est là qu’il raconte comment il est devenu dingue en prison, comment il s’est mis à bégayer. Là-bas si j'y suis, Quand Monsieur Kamagate s’est mis à bégayer | Reportages | Là-bas si j'y suis
  • L’histoire semble bégayer pour cheikh Yerim seck. le journaliste reconnu coupable de v**l en 2012, a été inculpe hier par le doyen des juges d’instruction, Samba sall du tribunal de grande instance de dakar pour complicité d’avortement et place sous contrôle judiciaire .Ngone Thiam, qui l’accuse d’être l’auteur de sa grossesse et qui a dit devant les enquêteurs avoir reçu de l’argent du journaliste pour une interruption volontaire de grossesse est aussi inculpe et placée sous contrôle judiciaire tout comme son amie, khadija Faye. Quant a l’infirmier, Yaya Sow d’écrit comme un habitue des fait, il a été inculpe pour pratique illégale d’avortement .d’ailleurs, il est le seul a être renvoyé en prison Galsen221, Reconnu coupable de v**l en 2012 : L'histoire semble bégayer pour Cheikh Yerim Seck…. | Galsen221

Traductions du mot « bégayer »

Langue Traduction
Portugais gaguejar
Allemand stottern
Italien balbettare
Espagnol tartamudear
Anglais stutter
Source : Google Translate API

Synonymes de « bégayer »

Source : synonymes de bégayer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bégayer »



mots du mois

Mots similaires