Baragouiner : définition de baragouiner


Baragouiner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BARAGOUINER, verbe intrans.

Gén. péj.
A.− Emploi intrans.
1. Parler mal une langue (maternelle ou étrangère) jusqu'à la rendre inintelligible; en particulier, en la prononçant incorrectement :
1. Aussitôt qu'une femme parle mal notre langue, elle est charmante; si elle fait une faute de français par mot, elle est exquise, et si elle baragouine d'une façon tout à fait inintelligible, elle devient irrésistible. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Découverte, 1884, p. 959.
2. − Je suis sûr que tu ne sais pas un mot d'allemand. − Je sais très bien, au contraire. − Voyons un peu. Ils se mirent à causer en allemand. Le petit baragouinait, d'une façon incorrecte, mais avec un aplomb drolatique; ... R. Rolland, Jean-Christophe,La Nouvelle journée, 1912, p. 1499.
P. méton. :
3. virginie. − Ça brouillasse dans ma tête! ... On ne voit pas clair dans ces phrases-là! ... Est-ce que l'amour baragouine? (...) il va droit au fait, l'amour! Balzac, Le Faiseur,1850, I, 2, p. 178.
2. P. ext. Parler une langue qui choque l'assistance parce qu'elle ne la connaît et ne la comprend pas :
4. ... à quelques pas de ma fenêtre, une lanterne-potence au pied de laquelle baragouinent quelques gamins allemands, blonds et ventrus. Hugo, Le Rhin,1842, p. 347.
B.− Emploi trans. (avec un compl. d'obj. interne).
1. Baragouiner une langue (notamment étrangère). La parler incorrectement ou la maîtriser insuffisamment jusqu'à la rendre inintelligible :
5. ... j'entends très bien l'Italien; il y a du moins peu de choses qui m'échappent quand on ne le parle pas trop vite; pour ce qui est de le parler, je baragouine quelques mots. Flaubert, Correspondance,1850, p. 265.
P. ext. Dire (dans sa propre langue) des choses peu intelligibles, en raison d'une mauvaise articulation, d'un excès de technicité, etc. :
6. − Papa, si tu as à baragouiner sciences, allez dans le jardin, disait Cora... Balzac, Œuvres diverses,t. 3, 1850, p. 635.
7. Il remua lentement, montrant son visage encore endormi et baragouinant je ne sais quoi. Saint-Exupéry, Terre des hommes,1939, p. 248.
2. P. ext.
a) Baragouiner (qqc. dans une lang.). Dire quelque chose dans une langue (notamment étrangère) qui choque l'assistance parce qu'elle ne la connaît et ne la comprend pas :
8. ... des étrangères assises dépliaient des cartes et baragouinaient, en des langues inconnues, des remarques. Huysmans, À rebours,1884, p. 173.
9. De sa voix rauque, avec des gestes farouches, Walter baragouinait déjà mille choses dans son incompréhensible anglais, et nous nous demandions tous, à l'exception d'Arthur Rance et de Mrs Édith : « Qu'est-ce qu'il dit? ... G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir,1908, p. 120.
P. métaph. :
10. Maintenant les cloches parlaient une langue abolie, baragouinaient des sons vides et dénués de sens. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 65.
b) Dire (dans sa propre langue) des choses qui, au jugement de l'assistance, paraissent médiocres ennuyeuses, etc. :
11. ... avons sur le dos un procureur du roi, qui parle morale et baragouine des bêtises sur l'administration. Balzac, La Cousine Bette,1847, p. 251.
12. ... la noce sur un seul rang de chaises, écoutant MgrAdriani, le nonce du pape, baragouiner une interminable homélie... A. Daudet, Immortel,1888, p. 291.
PRONONC. : [baʀagwine], (je) baragouine [baʀagwin].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1578 inf. substantivé fam. « parler incorrect » (H. Estienne, Dial. du lang. franç. ital., Autre Remonstrance dans Hug. : Pourrois-je point donc deviner D'où vient ce barragoiner?); 1580 intrans. barragouiner « parler (une lang.) d'une manière incorrecte et donc incompréhensible » (Mont., liv. II, ch. 12, p. 281 dans Gdf. Compl.); 1666 trans. « prononcer indistinctement » (Furetière, Roman bourgeois, p. 324); 2. 1611 « parler une lang. étrangère (que personne ne comprend) » (Cotgr.). Dér. de baragouin*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 32.
BBG. − Haust (J.). Notes d'enq. dial. en Wallonie. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 143-147.

Baragouiner : définition du Wiktionnaire

Verbe

baragouiner \ba.ʁa.ɡwi.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Parler d’une façon incorrecte et inintelligible.
    • Cet homme ne fait que baragouiner.
    • Un nourrisson baragouinait tout seul dans son lit. — (Knut Hamsun, La Faim, traduction de Georges Sautreau, 1961, p. 242)
  2. (Familier) (Péjoratif) Parler une langue étrangère devant quelqu’un qui ne la comprenant pas.
    • Ces étrangers baragouinent entre eux.
    • – Mais si la jeunesse ne baragouine que l’allemand ?
      – Elle parle parfaitement français.
      — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  3. (Transitif) (Familier) Mal articuler un discours, le prononcer d’une manière inintelligible.
    • Baragouiner un discours.
    • Baragouiner une langue.
    • Il ne fait que baragouiner le français.
    • L’homme de la radio claque des doigts. Il parle. Je baragouine à mon tour quelques phrases empâtées. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 112)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Baragouiner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARAGOUINER. v. intr.
Parler d'une façon incorrecte et inintelligible. Cet homme ne fait que baragouiner. Il signifie quelquefois, par dénigrement, Parler une langue étrangère devant quelqu'un qui ne la comprend pas. Ces étrangers baragouinent entre eux. Il s'emploie aussi transitivement. Baragouiner un discours, Le mal articuler, le prononcer d'une manière inintelligible. Baragouiner une langue, La parler mal. Il ne fait que baragouiner le français. Il est familier dans ces diverses acceptions.

Baragouiner : définition du Littré (1872-1877)

BARAGOUINER (ba-ra-goui-né)
  • 1 V. n. Estropier les mots d'une langue en parlant, c'est-à-dire en altérer le son au point de les rendre difficiles à comprendre. Il baragouine d'une manière affreuse.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 2 V. a. Mal parler une langue. Cet Allemand baragouine le français.

    Baragouiner un discours, le prononcer d'une façon inintelligible. Je ne me souviens jamais comment diantre ils baragouinent ce nom-là, Molière, G. Dand. I, 2.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce livre est basti d'un espaigno barragouiné en terminaisons latines, Montaigne, II, 137.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « baragouiner »

Étymologie de baragouiner - Littré

Baragouin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de baragouiner - Wiktionnaire

Dénominal de baragouin, en 1578 barragoiner, barragouiner en 1580[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baragouiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baragouiner baragwine play_arrow

Conjugaison du verbe « baragouiner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe baragouiner

Évolution historique de l’usage du mot « baragouiner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baragouiner »

  • Mais je ne saurais le cacher, j’en suis presque venu à applaudir dans mon salon quand j’ai vu le réalisateur Bong Joon-Ho s’adresser en coréen à l’assemblée des acteurs vertueux réunis. Manifestement, il préférait s’exprimer dans sa langue plutôt que baragouiner dans une langue qui n’est pas la sienne. Et pour se faire comprendre, il avait à ses côtés... une traductrice ! Personne ne l’a accusé de s’enfermer dans une culture locale, de se couper du monde, d’être en décalage avec la modernité. Nous étions simplement devant un Coréen parlant le coréen et ne s’excusant pas de s’exprimer dans la langue de son pays. Le Journal de Montréal, Le triomphe de Parasite | Le Journal de Montréal
  • Ils les ont tellement appréciés qu’Ibn Khaldoum (je le cite : « Voyez tous les pays que les Arabes ont conquis depuis les siècles les plus reculés : la civilisation en a disparu, ainsi que la population. Le sol même paraît avoir changé de nature. « ) écrivait toutes sortes d’horreurs sur les barbares nomades venus de la péninsule arabique, que le souvenir de l’invasion des Banu Hillal envoyés par les Fatimides d’Egypte pour punir les Zirides de Tunis qui avaient fait sécession est encore dans toutes les mémoires… Ils les ont appréciés oui, comme l’esclave apprécie son maître. C’est cette invasion hilalienne, de nomades belliqueux qui ont tout ravagé sur leur passage, qui a contribué de manière décisive à l’arabisation linguistique, culturelle et ethnique du Maghreb. Je ne pense pas que ce soit parce que leurs victimes les aient appréciés qu’elles se sont doucement mises à baragouiner une langue ressemblant de plus en plus à l’arabe du Proche-Orient. Un si Proche Orient, Haine d’Israël et mépris pour Assad dans la propagande iranienne – Un si Proche Orient
  • Pourquoi avez-vous déménagé à New York dans les années 1960 ?C’est la seule ville au monde où l’on peut ne pas maîtriser le langage. En France, si vous n’articulez pas correctement dans un café, vous êtes considéré comme un étranger. Ici vous pouvez baragouiner, seule compte votre volonté. Quelle liberté incroyable. Vous n’êtes jamais retourné dans votre pays d’origine. , Christo, un destin emballant
  • « J’ai commencé à apprendre le breton pendant mon service militaire à Brest en 1994 en achetant une méthode Assimil », raconte-t-il. Suffisant pour baragouiner un peu mais pas pour taper la discute pendant des heures. « Il me manquait le vocabulaire qui fait toute la richesse d’une langue », reconnaît-il. , Bretagne : Avec son Kwizh, apprendre le breton n’a jamais été aussi facile
  • C’est vrai aussi pour le Québec. Il y a encore Westmount et Saint-Henri, Montréal-Nord et Saint-Lambert. Toujours des ghettos. Ça va dans les deux sens. Il y a eu chez Eaton, où le personnel francophone devait baragouiner en anglais pour plaire aux patrons anglophones. Il y a eu au hockey aussi, où les « fucking frogs » devaient ou se battre ou faire semblant de rire quand on les insultait. Ou les autres sports où les dominants du reste du Canada établissaient les règles et se montraient discriminatoires envers les francophones.  Le Journal de Montréal, Le racisme systémique, cancer de l’humanité | JDM

Traductions du mot « baragouiner »

Langue Traduction
Italien parlerà in modo incomprensibile
Espagnol parloteando
Anglais smatter
Source : Google Translate API

Synonymes de « baragouiner »

Source : synonymes de baragouiner sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires