La langue française

Barricader

Sommaire

  • Définitions du mot barricader
  • Étymologie de « barricader »
  • Phonétique de « barricader »
  • Évolution historique de l’usage du mot « barricader »
  • Citations contenant le mot « barricader »
  • Traductions du mot « barricader »
  • Synonymes de « barricader »
  • Antonymes de « barricader »

Définitions du mot barricader

Trésor de la Langue Française informatisé

BARRICADER, verbe trans.

A.− Emploi trans. Fermer avec une barricade :
1. Vendredi 12 mai. La terrasse des Tuileries est couverte de balles de chiffons, destinées à barricader le jardin sur toute la face de la place de la Concorde. E. et J. de Goncourt, Journal,1871, p. 796.
2. La voix d'un capitaine domine le tumulte : « Rassemblez-moi tout ce que vous pourrez trouver de charrues, de herses... Même les faucheuses... Allez dire au lieutenant qu'il empêche les civils d'emmener les tombereaux. On en aura besoin pour barricader les routes...» R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 749.
P. métaph. :
3. ... comme la grande bourgeoisie, mais pour d'autres raisons, l'Église elle aussi est barricadée, hérissée de défenses... Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 340.
1. P. ext. Fermer solidement :
4. ... des gens éperdus couraient, les portes et les fenêtres se fermaient violemment. Ils aperçurent Maigrat, de l'autre côté de la route, qui barricadait son magasin, à grand renfort de barres de fer... Zola, Germinal,1885, p. 1438.
5. La nuit, enfin, il barricadait sa porte à l'aide de trois fauteuils arcboutés contre les murs; il avait calculé qu'il faudrait au moins une minute aux policiers ou aux agresseurs éventuels pour enfoncer la porte ainsi calée... Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 384.
P. métaph. :
6. Chaque jour nouvelle défiance; telle idée semble dangereuse aujourd'hui, tel homme demain, telle classe; on s'enferme de plus en plus, on barricade, on bouche solidement sa porte et son esprit; plus de jour, point de petite fente par où puisse entrer la lumière. Michelet, Le Peuple,1846, p. 155.
7. Prends-le donc à ton service. C'est un pauvre rêve fou; Mais pauvreté n'est pas vice. Nul cœur ne ferme au verrou; Ton cœur, pas plus que mon âme, N'est clos et barricadé. Ouvrez donc, ouvrez, Madame, À mon doux songe évadé. Hugo, Les Chansons des rues et des boisÀ Dona Rosita, 1865, p. 162.
8. Il est de calcul froid, mais de force soudaine : Des fers de volonté barricadent le seuil Infrangible de son orgueil. Verhaeren, Les Villes tentaculaires,1895, p. 130.
2. P. anal. [Le compl. désigne une pers.] Enfermer :
9. L'Anaïs gémissait d'une petite voix douce. − Il va dormir, affirma Haudouin, ne t'inquiète pas. Il poussa Noël sous le lit aussi loin qu'il put et l'y barricada avec un banc et des oreillers. Aymé, La Jument verte,1933, p. 300.
B.− Emploi pronom. Se mettre à couvert derrière une barricade :
10. On appelle archere d'étroites ouvertures en formes de meurtrières, ménagées entre de grosses bûches avec lesquelles on bouche la partie inférieure d'une fenêtre. Lorsqu'on craint quelque attaque, on se barricade de la sorte et l'on peut, à l'abri des bûches, tirer à couvert sur les assaillans. Mérimée, Colomba,1840, p. 70.
P. ext. S'enfermer :
11. Oh! Je jure bien par ce que j'ai souffert et par le respect que je dois à mon âme, que c'est là ma dernière sortie. Je veux me barricader chez moi, m'y murer pour m'ôter toute tentation, ne bougeant pas plus qu'un terme, dussé-je sécher sur pied. M. de Guérin, Journal intime,1833, p. 174.
P. métaph. :
12. Menacé d'abolition, chacun de mes amis se barricadait dans le présent, découvrait l'irremplaçable qualité de sa vie mortelle et se jugeait touchant, précieux, unique; chacun se plaisait à soi-même; moi, le mort, je ne me plaisais pas... Sartre, Les Mots,1964, p. 165.
Prononc. : [baʀikade], (je) barricade [baʀikad].
Étymol. ET HIST. − [1588, L'Estoile d'apr. Dauzat68]; 1594 trans. barricader qqn « élever des barricades contre qqn » (Sat. Men., Piec. de tapiss., p. 26 dans Gdf. Compl. : La troisiesme piece contenoit l'histoire d'Absalon, qui barricada son pere, et le chassa de la ville de Jerusalem); 1611 fig. « s'enfermer pour ne voir personne » (Larivey, Tromperies, IV, 2 : Je me suis mis à ce coing pour me baricader). Dér. de barricade*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 222. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 157, b) 650; xxes. : a) 409, b) 216.

Wiktionnaire

Verbe

barricader \ba.ʁi.ka.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se barricader)

  1. Fermer, obstruer par une barricade.
    • L'ours tomba en arrière, frappé à mort sans doute, et la porte, refermée, put être barricadée solidement. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  2. (Pronominal) Opposer au devant de soi tout ce que l’on peut pour faire obstacle à l’ennemi, pour se mettre à couvert, pour se défendre.
    • Celles-ci, nouvelles amazones, placèrent des sentinelles sur le clocher et se barricadèrent dans le chœur de l'église. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  3. (Pronominal) (Figuré) (Familier) S’enfermer pour ne voir personne.
    • Il se barricade tout le jour dans son cabinet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARRICADER. v. tr.
Fermer, obstruer par une barricade. Barricader les rues. Barricader une porte, une fenêtre, Mettre derrière une porte, derrière une fenêtre tout ce que l'on peut pour empêcher qu'elles ne soient enfoncées.

SE BARRICADER signifie Opposer au-devant de soi tout ce que l'on peut pour faire obstacle à l'ennemi, pour se mettre à couvert, pour se défendre. Ils s'étaient barricadés en dedans. Quand on vint pour le prendre, il se barricada. Il signifie, figurément et familièrement, S'enfermer pour ne voir personne. Il se barricade tout le jour dans son cabinet.

Littré (1872-1877)

BARRICADER (ba-ri-ka-dé) v. a.
  • 1Fermer avec des barricades.
  • 2 Par extension, fermer solidement. Barricader une porte, une fenêtre. Couchez-le dans son lit ; fermez porte, fenêtre ; Qu'on barricade tout, afin qu'il ait plus chaud, Racine, Plaid. I, 4.
  • 3Se barricader, v. réfl. Opposer tout ce qui peut faire obstacle à l'ennemi.
  • 4 Fig. et familièrement, s'enfermer pour ne voir personne. Ferma sa porte et se barricada, La Fontaine, Diable. C'était un homme sauvage qui se barricadait dans sa chambre, Saint-Simon, 65, 78.

HISTORIQUE

XVIe s. Aiant ruiné les trois maisons qui estoient en front, percé et barriqué celle des deux costez, il attendit l'assaut, D'Aubigné, Hist. I, 301. Sur un avis que les katholiques se barriquoient à la Flotte, il double le pas, D'Aubigné, ib. II, 171. Les Gascons barricaderent au commencement du faux-bourg, D'Aubigné, ib. II, 295. Ils n'eurent pas loisir de barricader le bourg, D'Aubigné, ib. II, 266. Il fait passer la Fleche pour se barricader dans les Roziers, D'Aubigné, ib. II, 443. Absalon qui barricada son pere et le chassa de la ville de Jerusalem, Sat. Mén. p. 19.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « barricader »

De barricade
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Barricade.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « barricader »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barricader barikade

Évolution historique de l’usage du mot « barricader »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « barricader »

  • Dans cette ville réservée, les footballeurs ne sont pas condamnés à se barricader dans des villas lointaines pour se protéger de leurs admirateurs. Beaucoup viennent en voisins chez Giuliana, où ils ont table ouverte : d’ailleurs, l’attaquant argentin Alejandro Gomez, actuel capitaine de l’équipe, habite à deux pas. Le Monde.fr, Football : à Bergame, du cauchemar impensable au rêve impossible
  • A quel sage faut-il se vouer ? Quel style de vie pourrait-on adopter en parcourant le catalogue des écoles disponibles ? Va-t-on suivre les règles strictes de purification de Pythagore, rechercher la paix de l’âme et du corps avec Epicure ? Ou plutôt se barricader avec les stoïciens, s’aguerrir avec les cyniques ? Tout laisser flotter avec Pyrrhon et les sceptiques ? Ces questions se posaient, concrètement, dans l’Antiquité, à qui voulait devenir philosophe. Choisir la philosophie, en ces temps-là, ne signifiait ni s’engager dans une filière universitaire ni faire telle carrière ou tel travail purement conceptuel. Il s’agissait de transformer son existence, pour se guérir du malheur, mettre un terme à ses errances. Et l’offre de remèdes était abondante. Le Monde.fr, « Leçons de bonheur », d’Ilaria Gaspari

Traductions du mot « barricader »

Langue Traduction
Anglais barricade
Espagnol atrancar
Italien barricare
Allemand verbarrikadieren
Portugais barricar
Source : Google Translate API

Synonymes de « barricader »

Source : synonymes de barricader sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « barricader »

Partager