La langue française

Balustrade

Définitions du mot « balustrade »

Trésor de la Langue Française informatisé

BALUSTRADE, subst. fém.

A.− ARCHITECTURE
1. Rangée de balustres réunis entre eux par une tablette à hauteur d'appui. Balustrade de marbre, de pierre, de fer (Ac. 1835-1932).
2. P. ext. Clôture ajourée ou non, à hauteur d'appui le long d'un escalier, d'une terrasse, d'un pont, etc. (cf. garde-fou, parapet, rambarde) :
1. À côté de cette chapelle court une balustrade du quinzième siècle appliquée sur le mur. Une figure peinte et sculptée s'appuie sur cette balustrade et semble admirer un pilier entouré de statues superposées. Hugo, Le Rhin,1842, p. 356.
2. Le sanctuaire se distinguait du chœur, (...) par une balustrade ou chancel particulier, placé antérieurement au maître-autel et formant la table de communion. A. Lenoir, Archit. monastique,t. 2, 1856, pp. 253-254.
3. Les deux premiers étages, troués de hautes ogives bouchées par des abat-son, ornés de gargouilles aux angles, couronnés par des balustrades tréflées et trilobées, indiquent le quinzième siècle... Du Camp, En Hollande,1859, p. 176.
4. Trois colonnes à chapiteaux variés donnent à ce portique supérieur une élégance robuste, accusée encore par cette balustrade pleine dont les encadrements se dévient pour laisser buter les profils des bases sur une surface unie. Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit.,t. 2, 1872, p. 193.
5. Le Palais de justice s'ouvre par deux portes sur une espèce de perron bordé d'une balustrade de fer. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 460.
SYNT. Balustrades intérieures. ,,Destinées à garnir le devant des galeries, des tribunes`` (Viollet 1875). Balustrades extérieures. ,,Disposées sur les chêneaux des combles ou à l'extrémité des terrasses dallées des édifices`` (Viollet 1875). Balustrades pleines, ajourées, à jour, à claire-voie, feintes, aveuglées (Lar. 19e, Lar. encyclop.).
B.− P. anal.
1. CH. DE FER. ,,Plancher où se tient le mécanicien à l'arrière de la locomotive; et qui est garni des deux côtés d'une balustrade, à hauteur d'appui, pour le garantir d'une chute`` (Chesn. 1857).
2. MAR. ,,Ancien garde-corps à jour, qu'on plaçait à hauteur d'appui sur l'avant d'une dunette et aux fronteaux des gaillards, sur des batayoles; on y faisait des bastingages en temps de guerre`` (Will. 1831).
PRONONC. : [balystʀad]. Durée mi-longue de la dernière syll. dans Passy 1914.
ÉTYMOL. ET HIST. − [Mil. xvies. selon Pt Rob.] 1653 balaustrata (Oud. d'apr. DG); 1654 (Loret, 26 sept., 98 dans Brunot t. 3, p. 220 : Adieu la chambre à balustrade) [balustre, au sens de « balustrade » 1676 (Félibien, Dict. d'archit. dans Gay : balustre signifie aussi la balustrade qui environne le lit des rois et des princes)]. Empr. à l'ital. balaustrata (Kohlm., p. 30; Brunot t. 3, p. 220; FEW t. 1; DEI; Bl.-W.5; Dauzat 1968), 1681 (Baldinucci, Vocab. toscano dell'arte del disegno, Florence, 1681 d'apr. DEI), dér. de l'ital. balustra, v. balustre.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 430. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 602, b) 801; xxes. : a) 537, b) 561.

balustrade 1. « rangée de balustres portant une tablette d'appui. » 2. « p. ext., toute clôture à hauteur d'appui et à jour »

Wiktionnaire

Nom commun

balustrade \ba.lys.tʁad\ féminin

  1. (Architecture) Suite, rangée de plusieurs balustres portant une tablette d’appui et servant d’ornement ou de clôture.
    • […], et le chat gris, un peu sauvage, nous regardait de loin, à travers la balustrade de l’escalier au fond, sans oser descendre. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Un énorme figuier faisait retomber comme un tapis par-dessus la balustrade ses branches cachées par les feuilles plates et ses fruits poudrés de lilas. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Durtal aboutissait à une terrasse dominant la ville et il s’accoudait à une balustrade de pierre grise, sèche, trouée […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • — Votre démon aime les souris. N'avez-vous pas ici un chat noir ?
      Un mistigri couleur de charbon trottait sur la balustrade, à la recherche d'une bonne fortune dotée de grandes oreilles roses et d'une queue de rat.
      — (Frédéric Lenormand, Le diable s'habille en Voltaire, Éditions Jean-Claude Lattès, 2013)
  2. (Par extension) Toute sorte de clôture qui est à jours et à hauteur d’appui.
    • Brrr ! fit Bert, en se cramponnant à la balustrade, et quelques soldats auprès de lui firent entendre un murmure d’horreur. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 204 de l’éd. de 1921)
    • Il arrive, sans que nul puisse l’arrêter, jusqu’à la balustrade des remparts qui cède, et voilà, au douzième coup de midi, l’équipage au fond du ravin, la voiture en miettes, la femme morte. — (Lucien Fabre, Le Rire et les rieurs, Gallimard, Paris, 1929, page 223)

Nom commun

balustrade \Prononciation ?\

  1. Rampe, balustrade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BALUSTRADE. n. f.
Suite, rangée de plusieurs balustres portant une tablette d'appui et servant d'ornement ou de clôture. Balustrade de marbre, de pierre, de fer. Il se dit, par extension, de Toute sorte de clôture qui est à jour et à hauteur d'appui.

Littré (1872-1877)

BALUSTRADE (ba-lu-stra-d') s. f.
  • 1Rangée de balustres. La plate-forme était entourée d'une balustrade de marbre blanc de cinquante pieds de hauteur qui portait les statues colossales de tous les rois et de tous les grands, Voltaire, Babyl. 1.
  • 2 Par extension, toute clôture à hauteur d'appui et à jour.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BALUSTRADE, s. f. en Architecture : on entend par ce nom la continuité d’une ou plusiéurs travées de balustres, séparés par des piédestaux construits de marbre, de pierre, de fer ou de bois, tenus de la hauteur des appuis. Voyez Appui.

Les balustrades de pierre ou de marbre servent à deux usages dans le bâtiment : l’un pour servir d’appui aux terrasses qui séparent l’inégalité de hauteur de terrein, dans un parc, dans des cours, ou dans des jardins ; l’autre pour tenir lieu de balcon ou d’appui évuidé à chaque étage d’un édifice, ou pour lui servir de couronnement lorsque les combles ne sont pas apparens, comme au palais Bourbon à Paris, au château de Versailles, & ailleurs ; cette décoration ne devant pas avoir lieu lorsque la nécessité ou l’usage exige des combles, malgré l’exemple qu’on en voit au palais du Luxembourg.

La hauteur des premieres balustrades n’a d’autre sujétion que celle d’être proportionnée à celle du coude ou hauteur d’appui : celle des secondes doit avoir en général le quart plus un 6e de l’ordre qui les soûtient ; c’est-à-dire, la hauteur de l’entablement, plus une 6e partie. Elles sont composées ordinairement de trois parties principales ; savoir, d’un socle ou retraite, d’un dez & d’une tablette ; ces trois parties comprises ensemble doivent se diviser en neuf, dont on donnera quatre à la retraite ou socle, quatre au dez, & une à la tablette : mais comme cette hauteur de balustrade tenue extérieurement du quart plus un sixieme de l’ordre, seroit souvent trop haute pour servir d’appui du côté des appartemens ou terrasses supérieurs d’un bâtiment, alors le sol des étages intérieurs peut être élevé jusqu’à la hauteur de la retraite, à 2 ou 3 pouces près.

L’on fait souvent des balustrades qui tiennent lieu d’attique ou d’amortissement aux étages supérieurs d’un édifice, & dans lesquels on n’introduit point de balustres, ne devant les employer que lorsqu’il y a des vuides dans le bâtiment ; tels que sont les croisées, les portes, les entre-colonnes : or il est quelquefois des bâtimens qui n’ont point d’ouvertures remarquables ; alors il faut soustraire les balustres dans ces balustrades, pour leur donner un caractere de solidité qui réponde au reste de l’ordonnance : mais quand on en fait usage, il faut éviter d’en mettre plus de onze dans une même travée, ou moins de cinq, malgré l’exemple du château de Clagny, où l’on n’en voit dans quelques endroits que deux, & quelquefois une ; ce qui marque un trop petit espace vuide sur une grande face de bâtiment d’une ordonnance légere ; & celui du château d’eau du Palais-royal à Paris, d’un caractere rustique, où l’on voit au contraire des travées qui en ont jusqu’à 14 ; ce qui est un défaut de convenance, qui me fait avancer pour précepte que les balustrades doivent être plus ou moins ornées, selon le caractere du bâtiment qui les reçoit ou qu’elles accompagnent ; c’est-à-dire, que leurs profils doivent se ressentir du genre rustique, solide, moyen, délicat, & composé, ainsi que les balustres. Voyez Balustre ; & ses profils suivant les cinq ordres, dans nos Planches d’Architecture. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « balustrade »

 Dérivé de balustre avec le suffixe -ade, de l’italien balaustro, du latin balaustium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français balustrade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Balustre ; ital. balaustrata ; espagn. balaustrada.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « balustrade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
balustrade balystrad

Évolution historique de l’usage du mot « balustrade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « balustrade »

  • Il a enjambé, samedi en fin de journée, la balustrade du palier principal avant de tomber d’une hauteur de six mètres.  SudOuest.fr, Charente-Maritime : à Royan, un jeune de 17 ans fait une chute de 6 mètres au Leclerc
  • La marque Elho demande, vendredi, à ses clients possédant un pot de fleurs "elho greenville planthanger" de retirer celui-ci de la balustrade de leur balcon en raison de risque de chute. La marque invite les consommateurs à retourner le produit en échange d'un remboursement.Il s'agit des versions "long" et "single", disponibles en cinq couleurs et commercialisées depuis janvier 2020. "En raison d'une erreur de conception associée à une température extérieure élevée, le crochet de balcon peut se déformer. Le pot peut ainsi tomber de la balustrade", précise la marque. RTL Info, Attention si vous avez acheté ce pot de fleurs: avec la chaleur, il pourrait tomber de la balustrade - RTL Info
  • À l’époque, le garde-fou y était encore. Depuis, il a été déboulonné. «Parcs Canada procède à des travaux de réfection sur une partie de la balustrade de la terrasse, située entre le kiosque Lorne et le kiosque Plessis», nous précise Kimberly Labar, agente de relations publiques et communications. «Ces travaux sont essentiels à l’entretien, au maintien et à la protection de cette importante composante du lieu historique national des Fortifications-de-Québec.»  Le Soleil, Où est la balustrade de la terrasse Dufferin? | La Capitale | Actualités | Le Soleil - Québec
  • La story présente ensuite la galerie des Portraits, créée pour donner de la visibilité aux œuvres d'art collectionnées par George IV. Puis le majestueux Grand Escalier, dont la balustrade aurait coûté la modique somme de 3900 livres (4300 euros). Les murs qui l'entourent sont couverts de portraits des proches de la reine Victoria, notamment ceux de ses parents, le duc et la duchesse de Kent. Et pour ceux à qui la vue de ces clichés a donné l'envie d'en découvrir davatange, Buckingham Palace propose une visite virtuelle permanente sur son site web, permettant d'examiner chaque détail des pièces visitées. L'occasion de s'immerger un peu plus dans le quotidien de la souveraine aux 68 ans de règne. Madame Figaro, De la salle du trône aux passages secrets : Elizabeth II offre une visite virtuelle de Buckingham Palace - Madame Figaro
  • Gaston Schnegg est un sculpteur issue d’une famille d’ébéniste hongroise (Bavière). Sa famille acquiert le 13 mars 1885 cette maison, y emménage, et Schnegg le fils amorce peu de temps après les travaux, pour la décoration extérieure. Il est connu pour avoir collaboré avec Rodin, suite à l’exposition universelle de 1900, ainsi que pour avoir constitué "la bande à Schnegg", un célèbre groupe de sculpteurs, avec son frère Lucien. La façade, est a priori structurée de manière classique : symétrie des fenêtres et des frontons, présence d’un entablement, balustrade chargée ( comme à l’époque baroque). Le médaillon entre les ouvertures du deuxième étage présentant son portrait, et l’atlante qui "supporte" la balustrade, sont davantage de formes inspirées de l’architecture classique. Cependant, en se penchant plus près, les créatures et chimères déjà mentionnées apparaissent sous nos yeux, et tout un imaginaire médiéval s’ouvre à nous. L’atlante, qui est la figure principale, dégage une certaine tristesse, fatigue de porter tout ce poids sur lui. Schnegg est connu pour cela : faire ressentir l’émotion de ces personnages au spectateur. Est-ce sans doute l’une des raisons pour laquelle Rodin l’accepta dans son atelier. A l’instar de Valleton, il montre sur sa façade sa virtuosité et son savoir technique. Sources : ►FRANCIS BAUDY, JACQUES CLÉMENS, Saint-Seurin : Bordeaux, Ed. Sutton, 2011. PHILIPPE PRÉVÔT, RICHARD ZÉBOULON (photo.), Bordeaux secret et insolite : la face cachée du port de la lune, Ed. Les Beaux Jours, 2017. ►PIERRE BARRÈRE, « Les quartiers de l’agglomération bordelaise (partie 2) : les faubourgs résidentiels de la rive gauche » [article], Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, 1956, p. 161-194. ►PIERRE BARRÈRE, « Les quartiers de l’agglomération bordelaise (partie 1) » [article], Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, 1956, p. 5-40 ►Site infonie.fr. ►Site du musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Bordeaux Gazette, La façade : une vitrine du savoir-faire ?

Images d'illustration du mot « balustrade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « balustrade »

Langue Traduction
Anglais balustrade
Espagnol balaustrada
Italien balaustra
Allemand geländer
Portugais corrimão
Source : Google Translate API

Synonymes de « balustrade »

Source : synonymes de balustrade sur lebonsynonyme.fr

Balustrade

Retour au sommaire ➦

Partager