La langue française

Armure

Définitions du mot « armure »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARMURE, subst. fém.

A.− Ensemble des pièces d'armes défensives qui protège le corps des combattants des coups portés par l'adversaire. Armure complète, légère, pesante :
1. De la droite le sourd [Quasimodo] lui détachait l'une après l'autre, en silence, avec une lenteur sinistre, toutes les pièces de son armure, l'épée, les poignards, le casque, la cuirasse, les brassards. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 482.
2. isotta, la tête sur la poitrine de Malatesta. − Alors, si c'est de moi que vient tout le mal, laissez-moi sur votre poitrine me reposer d'être ce que je suis, comme lorsque je mettais ma joue sur votre armure au retour de la bataille, et que je sentais votre cœur frapper contre l'armure de fer et d'or, à croire qu'elle était une armure de papier. Montherlant, Malatesta,1946, IV, 7, p. 524.
En partic. Au Moyen Âge, harnois composé de plaques de fer forgé dont se garantissait l'homme d'armes. Anton. barde, harnois du cheval de guerre.
Le défaut de l'armure ou défaut de la cuirasse. Point de jonction de deux pièces de l'armure, endroit vulnérable du combattant (infra B) :
3. ... il [le roi] se débattait comme un cheval que les dogues tiennent aux oreilles, Criant d'une voix épouvantable et traînant çà et là sa prison vivante avec les reins! Un qui tenait son épée à deux mains, Cherchait le défaut de l'armure, comme un cuisinier qui ouvre un crabe avec la pointe de son couteau. Claudel, Tête d'or,2eversion, 1901, p. 276.
P. ext. Armes naturelles d'un animal :
4. Il y en avait beaucoup, en effet [des perches] : menues et larges, presque rondes, des médailles d'émaux chatoyants, orange et soufre, vert et bleu. Le garde en ramassa quelques-unes, qui tout de suite hérissèrent l'armure épineuse de leurs reins. Genevoix, Raboliot,1925, p. 17.
B.− P. métaph. et au fig. Protection morale, moyen de défense et de sauvegarde :
5. ... pour l'homme de bien, le sentiment de son innocence est comme une armure solide, ou comme un compagnon fidèle dont la présence le rassure au milieu des dangers. Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 146.
6. J'ai vu mourir un saint, moi qui vous parle, et ce n'est pas ce qu'on imagine, cela ne ressemble pas à ce qu'on lit dans les livres; il faut tenir ferme là-devant : on sent craquer l'armure de l'âme. Alors, j'ai compris ce qu'était le péché... Bernanos, La Joie,1929, p. 671.
Le défaut de l'armure. Endroit vulnérable par où l'on peut atteindre une personne. Synon. usuel le défaut de la cuirasse :
7. ... jaloux de Dante, comme de tout l'univers, très fin lettré d'ailleurs, il [Choulette] crut trouver le défaut de l'armure et frappa : − Je soupçonne, dit-il, que la jeune sœur des anges n'a jamais vécu que dans l'imagination sèche de l'altissime poète. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 173.
C.− Emplois spéc.
AGRIC. Dispositif adapté à la faux et destiné à rassembler ce que coupe le faucheur.
ARBOR. ,,Appareil dont on entoure les jeunes arbres pour les protéger.`` (Forest. 1946).
ÉLECTR. ,,Enveloppe métallique protectrice d'un câble électrique, constituée soit par des feuillards, soit par des fils d'acier enroulés en hélice ou formant une tresse.`` (Siz. 1968).
MAR. ,,Troisième pièce qui s'endente ou s'écarve sur mâts, vergues et le milieu d'un bau pour compléter sa dimension avec les deux autres, avant d'être placé sous les ponts d'un vaisseau.`` (Will. 1831).
MUS. Synon. armature*.
PÊCHE. Bas de ligne renforcé destiné à la pêche des poissons carnassiers.
PHYS. Armure de l'aimant. Lames de fer associées à un aimant qui en s'aimantant elles-mêmes en accroissent la force tout en la protégeant.
TISS. Par analogie avec l'aspect de l'armure dû à l'entrelacement des fils de métal, ,,nom d'une sorte de tissu de laine ou de soie, d'une texture pointillée`` (Mots rares 1965) et ,,Disposition des lisses d'un métier; disposition des fils d'une étoffe résultant de la disposition des lisses du métier.`` (Mots rares1965) :
8. Comme beaucoup, je me contentais de la notion de chaîne et de trame, et je me croyais quitte ainsi avec la structure des étoffes; j'ignorais en un mot ce qu'est véritablement une « armure » de tissu. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 69.
PRONONC. ET ORTH. : [aʀmy:ʀ]. Fér. Crit. t. 1 1787 écrit le mot avec un accent circonflexe, armûre, pour souligner la durée de la finale.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1155 « ensemble des armes de défense qui protègent le combattant » (Wace, Brut, éd. Arnold, 4943 : Ensemble od les Bretuns parlout. Tus les deceveit l'armeüre, E il seveit lur parleüre); 2. emploi techn. a) 1704 phys. (Trév. : Armure, se dit aussi, en parlant de la pierre d'aiman, de deux morceaux de fer qu'on met aux poles de cette pierre, il qu'on lie bien ferme avec une petite ceinture de metal. Cette armure augmente très-considerablement la vertu de l'aiman); b) 1751 tiss. (Encyclop.). Empr. au lat. armatura « ensemble des armes, armure du soldat », César, Gall., 5, 16, 1 ds TLL s.v., 604, 72; 2 p. anal. avec 1.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 623. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 200, b) 1 071; xxes. : a) 614, b) 680.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Baudr. Chasses 1834. − Bouillet 1859. − Burn. 1970. − Chesn. 1857. − Criqui 1967 →. − France 1907. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 1 1782. − Jal 1848. − Lacr. 1963. − Leloir 1961. − Lep. 1948. − Littré-Robin 1865. − Mots rares 1965. − Noël 1968. − Nysten 1824. − Pissot 1803. − Pope 1961 [1952], § 251, 269. − Privat-Foc. 1870. − Rougnon 1935. − Siz. 1968. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

armure \aʁ.myʁ\ féminin

  1. (Histoire) Ensemble de l’équipement défensif qui protège le corps ou les membres, comme la cuirasse, le casque, etc.
    • […] il apparaissait, comme Vilhelm à Lénore, tout couvert encore de son armure de bataille dont l’acier sombre contrastait étrangement avec les couleurs joyeuses et vives du velours et de la soie. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Jusqu’à l’invention de la poudre, le guerrier à cheval, protégé communément par une armure, fut invincible dans la bataille à découvert. — (H. G. Wells, Anticipations, 1902, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, 1904)
    • Les gilets pare-balles ont toujours existé. Avant, on appelait cela une cotte de maille ou une armure. En 1914, les soldats des deux camps se confectionnent des plastrons en acier pour se protéger des éclats d'obus comme des balles. — (Philippe Lobjois & ‎Michel Olivier, Ne pas subir: Petit manuel de résistance en temps de guerre terroriste, Fayard, 2016)
  2. (Musique) Altérations, représentées à la clé d’une portée, caractérisant la tonalité d’un passage musical.
  3. (Tissage) Ordre dans lequel les fils de chaîne croisent les fils de trame.
  4. (Vieilli) (Papeterie) Couverture, ou enveloppe grossière des rames de papier fin, qui est formée de deux trasses ou feuilles de gros papier bleu ou gris.
  5. (Physique) Armature.

Forme de verbe

armure \aʁ.myʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de armurer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de armurer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de armurer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de armurer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de armurer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARMURE. n. f.
Ensemble des armes défensives qui garantissent le corps ou les membres, comme la cuirasse, le casque, etc. Armure légère. Armure pesante. Armure complète. Les pièces de l'armure. Pièce d'armure.

ARMURE, en termes de Physique, Voyez ARMATURE.

Littré (1872-1877)

ARMURE (ar-mu-r') s. f.
  • 1L'ensemble des armes, et surtout des armes défensives qui couvrent le corps. Armure légère, pesante. Les pièces d'une armure. L'armure que Narbas apporta de ces lieux, Voltaire, Mérope, II, 5. Rien d'humain ne battait sous ton épaisse armure, Lamartine, Bonaparte. L'enfant d'un air enjoué, Ayant un peu secoué Les pièces de son armure [son arc et ses flèches], La Fontaine, l'Amour mouillé.

    Fig. Il n'a plus besoin d'armer cette tête qu'il expose à tant de périls ; Dieu lui est une armure plus assurée ; les coups semblent perdre leur force en l'approchant, Bossuet, Louis de Bourbon.

  • 2En physique, assemblage de lames de fer doux qu'on associe aux aimants naturels, et qui exercent sur eux une réaction capable non-seulement de conserver la vertu magnétique, que le temps affaiblit quand on les abandonne à eux-mêmes, mais encore d'augmenter en eux cette vertu.
  • 3 En termes de marine, la dernière des jumelles qui s'endente sur un mât, une vergue ou un ban pour en compléter les dimensions.
  • 4 Technologie. Toute pièce de fer qui sert à la conservation ou aux usages d'une charpente, d'une machine, etc.

    Petite pièce de fer qui garnit chacun des bouts d'une navette.

  • 5 En termes de chasse, peau très épaisse que les sangliers ont au-dessus et au défaut de l'épaule.

SYNONYME

ARMURE, ARMES. Bien que les armes soient offensives ou défensives et que l'armure ne soit d'ordinaire que défensive, néanmoins ce qui distingue vraiment armes et armure, c'est que, avec armes, on considère chaque arme en particulier, et que, avec armure, on considère l'ensemble, même quand on dit une armure de tête, une armure de cuisse, où il s'agit encore de ce qui arme complétement la tête, la cuisse.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et vit lonc de lui reluire l'or et l'asur des armeüres, Chron. de Rains, p. 69. Sire, je presente mei et mes armeüres à vos et à la court, Ass. de Jér. I, 167. Li sires deffent à porter coutel apointé ou aucune armeüre molue, Beaumanoir, XXX, 34. Le chevalier lessa son cheval au roy et s'armeüre, et s'en ala de l'ost, Joinville, 267. C'est nostre divine armeüre, Qui devers Dieu nous asseüre, J. de Meung, Tr. 165. Son escu et s'autre armeüre, Chausces et janbieres bien fetes, Ren. 14583. Li cuens nous doit aidier en la terre de Hainau et en la contée de Flandres à mil armures [soldats armés] de fer, Du Cange, arma.

XIVe s. Querir peccune ou faire armeures, Oresme, Eth. 68.

XVe s. Si entendirent les dessus dits seigneurs à faire armer et appareiller et pourvoir d'armures chacun selon son estat, Froissart, I, I, 265. Ils ne furent, tous comptés, quand ils entrerent en mer à Dourdrech, que trois cents armures de fer, qui firent si hardie entreprise, Froissart, I, I, 22.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ARMURE. Ajoutez :
6Nom général donné aux projectiles d'une nature quelconque dont sont armées les fusées de guerre.
7Sorte de mécanisme dans les métiers à tisser. Nous n'avons pas de métiers à marche Jacquart ; seulement cinquante de nos métiers sont munis chacun d'une armure pour le mouvement des cartons, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 248. 1° Les métiers à la Jacquart, qui donnent aux ouvriers un gain de 3 à 4 fr. par jour ; 2° Ceux dits à l'armure, dont les ouvriers sont payés de 2 fr. 50 à 3 fr. 50 par jour, ib. p. 233.
8Étoffe de soie ou de laine qui est façonnée avec une espèce de pointillé. Ses reps [de la Saxe], ses popelines, ses épinglines, ses armures, sont très bien fabriqués, Journal officiel, 21 avril 1876, p. 2834, 2e col. Nous pouvons indiquer encore, comme d'excellents produits, les soieries unies, étoffes pour cols, armures et velours de la maison…, Journal officiel, 19 nov. 1872, p. 7119, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARMURE, s. f. (Hist. anc. & mod.) habit de défense, qui sert à mettre le corps à couvert des coups des ennemis. Voyez Armes. Dans les anciens écrits, l’armure est souvent nommée harnois. V. Harnois. Tels sont le bouclier, la cuirasse, le heaume, la cotte de maille, le gantelet, &c. Voyez Bouclier, Cuirasse, &c.

L’ancienne armure complette étoit composée d’un casque ou heaume, d’une gorgerette ou haussecol, de la cuirasse, des gantelets, des tassettes, des brassarts, des cuissarts, & de l’armure des jambes auxquelles étoient attachés les éperons : c’est ce qu’on nommoit l’armure de pied-en-cap ; & c’étoit l’habillement des cavaliers & des hommes d’armes : l’infanterie ne portoit qu’une partie de l’armure, savoir, le pot-en-tête, la cuirasse & les tassettes, mais plus légers que ceux des cavaliers. Enfin les chevaux avoient aussi leur armure, qui leur couvroit la tête & le poitrail. De toute cette armure on ne se sert à présent que de la cuirasse ; car le haussecol que portent les officiers, est plûtôt un habillement d’honneur, que de défense ; cependant il est pour l’infanterie comme une marque de gorgerin ou gorgerette, qui faisoit partie de l’ancienne armure. Les François pousserent si loin la coûtume d’aller au combat à decouvert & sans aucune armure défensive, que Louis XIV. fut obligé de faire publier souvent des ordonnances pour obliger les officiers à se servir d’armure ; en conséquence de quoi les officiers généraux & les officiers de cavalerie furent obligés de reprendre la cuirasse : la cavalerie de la maison du Roi porte aussi la cuirasse, & sur le chapeau une calotte de fer pour parer les coups de tranchant, ou une calote de meche en-dedans du chapeau. Le reste de la cavalerie porte des plastrons de fer, qui s’attachent derriere le dos avec deux fortes courroies passées en sautoir : les dragons ne portent point de cuirasse. Voyez Armes. (G)

Armure d’un aimant, (Physiq.) n’est autre chose que plusieurs plaques de fer qu’on attache à une pierre d’aimant, & par le moyen desquelles on augmente prodigieusement sa force. Voyez Aimant. (O)

Armure, s. f. dans les manufactures de soie ; c’est après que le métier est monté, l’ordre dans lequel on fait mouvoir les lisses tant de chaîne que de poil, pour la fabrication de l’étoffe. Cet ordre suppose une certaine correspondance déterminée par le genre de l’étoffe, entre les lisses & les marches ; d’où il s’ensuit qu’il doit y avoir un grand nombre d’armures différentes : nous donnerons ces armures aux articles des ouvrages auxquels elles appartiennent.

Ainsi à l’article Satin, on trouvera l’armure d’un satin à cinq lisses ; l’armure d’un satin à huit lisses, dont une prise & deux laissées ; celle d’un satin façonné courant, pour le satin & le liage de 5 le 6 ; celle d’un satin façonné broché, pour le satin & le liage de 9 le 10.

A l’article Lustrine, l’armure d’une lustrine courante, à une seule navette ; l’armure d’une lustrine courante, à deux navettes seulement, c’est-à-dire, rebordée & liserée ; l’armure d’une lustrine rebordée ou liserée & brochée ; celle d’une lustrine à poil.

A l’article Luquoise ou Valoise, l’arlure d’un double fond courant, à une navette pour le poil seulement.

A l’article Damas, l’armure du damas courant. ordinaire ; l’armure du damas ordinaire broché seulement ; celle du damas liséré & broché.

A l’article Serge, l’armure d’une serge à six lisses.

A l’article Ras, les armures des ras de S. Maur, de S. Cyr, & de Sicile.

A l’article Taffetas, les armures des taffetas.

A l’article Gros-de-Tours, l’armure d’un gros-de-tours broché ordinaire.

A l’article Cannelé, l’armure d’un cannelé.

A l’article Carrelé, l’armure d’un carrelé.

A l’article Brocard, l’armure d’un fond d’or à huit lisses de satin & à quatre de poil ; l’armure d’un fond d’or à cinq lisses de fond & cinq lisses de poil ; l’armure d’un fond d’or à cinq lisses de satin & quatre de poil ; celle d’un brocard dont la dorure est relevée, sans liage ou liée par la corde ; celle d’un brocard dont la dorure est relevée, & tous les lacs liés, excepté celui de la dorure relevée qui ne l’est jamais.

A l’article Velours, l’armure d’un tissu de couleur, l’endroit dessus, celle du velours à six lisses.

A l’article Toile, l’armure de la toile d’or. Voilà vingt-huit armures ; ces vingt-huit armures suffisent pour fixer la nature de toutes les étoffes de soie, de quelque nature qu’elles puissent être ; il n’y en a aucune dont l’armure ne puisse être rapportée à quelqu’une des précédentes.

Pour expliquer plus clairement cette matiere, qui est par elle-même très-importante & très-difficile, nous avons pris le parti de représenter les lisses par des lignes horisontales, & les marches par des lignes verticales ou perpendiculaires à ces horisontales ; & nous avons ensuite placé des zéros ou des étoiles aux intersections.

Armure, s. f. (en Serrurerie.) on donne généralement ce nom à toute la ferrure d’une poutre, d’une machine, &c. nécessaire soit à sa conservation, soit à ses usages. Ainsi on dit une poutre armée, un aimant armé, &c.

Armure ; ce sont chez les Passementiers, & autres ouvriers en soie, de petites pieces de fer que l’on met aux deux bouts de la navette, en faisant de petites échancrures dans le bois de ladite navette, de façon que ces petites pieces ne la désafleurent pas ; l’usage de l’armure est de préserver les bouts anguleux de la navette, lors de ses chûtes, Voyez Navette.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « armure »

Provenç. espagn. et ital. armadura ; du latin armatura, de armare (voy. ARMER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1155) Du latin armatura (« ensemble des armes », « armure du soldat »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « armure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
armure armyr

Citations contenant le mot « armure »

  • Chasteté. Celle qui la pratique possède une armure d'acier. De John Milton
  • On ne met pas une armure en partant faire la guerre, on l’enlève. De Elric Covarel Garcia / Evene.fr - Octobre 2005
  • La parole est le vêtement de la pensée, et l'explication en est l'armure. De Antoine de Rivarol / Rivaroliana
  • Une armure quand on en a pris l’habitude devient aussi confortable qu’une robe de chambre. De Paul Claudel / Journal
  • Aimer jusqu'à la déchirure Aimer, même trop, même mal, Tenter, sans force et sans armure, D'atteindre l'inaccessible étoile... De Jacques Brel / La Quête
  • Il nous faut devenir adultes pour comprendre que les adultes n'existent pas et que nous avons été élevés par des enfants que l'armure de nos rires rendaient faussement invulnérables. De Christian Bobin
  • L'homme ne peut rien faire en bien ou en mal qu'en s'associant. Il n'y a pas d'armure plus solide contre l'oppression ni d'outils plus merveilleux pour les grandes oeuvres. De Pierre Waldeck-Rousseau
  • Une armure exécutée pour un duc Friedrich Ullrich von Braunschweig-Lüneburg à la fin du XVIe siècle. Bilan, Ronald Lauder donne ses armures au "Met" de New-York. Un geste politique - Bilan
  • Le Metropolitan Museum of Art de New York s'apprête à recevoir une donation exceptionnelle du magnat des cosmétiques, Ronald Lauder : 91 armes et armures provenant de sa collection personnelle. Connaissance des Arts, Un milliardaire fait don d'un exceptionnel ensemble d'armes et d'armures anciennes au Metropolitan Museum of Art de New York | Connaissance des Arts
  • La saison 2 de « The Mandalorian » a ramené le puissant Boba Fett sur le devant de la scène. Le chasseur de primes était l’un des personnages centraux de cette saison 2. Le personnage en a profité pour restaurer son armure, qui n’est donc plus totalement identique à celle de la trilogie originale. CinéSéries, The Mandalorian : les deux détails qui ont changé dans l'armure restaurée de Boba Fett - CinéSéries
  • C'est vrai que j'aime bien Boba Fett et que je ne vois pas vraiment d'autres explications. C'est pas vraiment le genre de mec à repeindre son armure pour se la péter. , The Mandalorian : voilà pourquoi l'armure de Boba Fett a été repeinte
  • Toutefois, les scientifiques affirment que l’utilité de l’armure biominérale en question ne se limite pas qu’aux guerres de territoire. En effet, il s’agirait également d’une protection efficace contre les infections causées par un champignon pathogène : Metarhizium anisopliae. Ainsi, ce type d’infection ne se propage pas chez ces fourmis malgré la densité des colonies. Sciencepost, Cette fourmi coupe-feuille est dotée d'une armure biominérale

Traductions du mot « armure »

Langue Traduction
Anglais armor
Espagnol armadura
Italien armatura
Allemand rüstung
Chinois 盔甲
Arabe درع
Portugais armaduras
Russe броня
Japonais
Basque armadura
Corse armatura
Source : Google Translate API

Synonymes de « armure »

Source : synonymes de armure sur lebonsynonyme.fr

Armure

Retour au sommaire ➦

Partager