La langue française

Arme

Sommaire

  • Définitions du mot arme
  • Étymologie de « arme »
  • Phonétique de « arme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « arme »
  • Citations contenant le mot « arme »
  • Images d'illustration du mot « arme »
  • Traductions du mot « arme »
  • Synonymes de « arme »
  • Antonymes de « arme »

Définitions du mot « arme »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARME, subst. fém.

I.− Gén. au plur., HIST. et HÉRALD. Élément d'équipement ou équipement complet servant à mettre un adversaire hors de combat et/ou à s'en protéger.
A.− HIST. vx.
1. Armure. Homme d'armes. Au Moyen Âge, cavalier armé de toutes pièces (cf. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 3, 1824, p. 411).Cheval d'arme. Cheval de bonne race capable de conduire au combat celui qui le monte (cf. Barrès, Mes cahiers, t. 5, 1906-07, p. 6).
Loc. usuelle. Être sous les armes. Être revêtu d'une armure en vue d'un combat (infra II A).
2. Armoiries. Héraut d'armes. Personne au service du roi ou d'un grand vassal, tenant registre de toutes les familles nobles et de leurs armoiries, assistant à toutes les solennités et chargée de négocier les traités d'alliance, de porter les propositions de paix ou les défis de guerre, sous le commandement d'un chef appelé roi d'armes (d'apr. Pol. 1868). (Cf. Bertrand, Gaspard de la nuit, 1841, p. 147; Michelet, Sur les chemins de l'Europe, 1874, p. 85).Cotte d'armes. Tunique marquée aux armes du seigneur et portée sur la cuirasse (cf. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 4, 1824, p. 332).
3. Armes. Armes de coup ou de choc hache, marteau, masse d'armes. Armes d'hast. Armes munies de fers fixés à l'extrémité d'une longue perche en bois et ne pouvant être maniées qu'à deux mains. Armes courtoises. ,,... épée à lames peu tranchantes, (...) lances sans pointes dont on se servait dans les joutes et tournois.`` (Leloir 1961).
4. P. méton. Pas d'armes. Combat annoncé longtemps à l'avance par un Roi d'armes et ses hérauts. ,,Ce Pas étoit un passage, d'ordinaire en rase campagne; quelquefois un Chevalier seul, souvent deux ou trois ensemble, entreprenoient, par vanité de le défendre contre tous venans.`` (Pissot 1803). Cf. Bertrand, Gaspard de la nuit, 1841, p. 216.
B.− HÉRALD. (supra A 2). Les armes, subst. fém. plur. Signes symboliques ou héraldiques figurant sur l'écusson et servant à distinguer une famille, un pays, plus rarement une personne par opposition à armoiries qui désigne l',,ensemble caractérisé par les armes, l'écu, sa forme, sa couleur, ses ornements extérieurs, ses devises, etc.`` (Bénac 1956) :
1. La dernière pièce était une forte enveloppe jaune scellée aux armes de la Seigneurie; la suscription, manuscrite et soigneuse, arrêta soudain mon regard : « À ouvrir seulement après réception de l'instruction spéciale d'urgence.» Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 12.
Armes pleines. Armes des aînés des maisons qui n'offrent ni brisures ni altérations, par opposition aux armes brisées des cadets ou des bâtards (cf. J. Adeline, Lexique des termes d'art, 1884).
Armes diffamées. Armes ,,dont on a retranché quelque pièce en punition`` (Lar. 19e) par opposition aux armes chargées auxquelles on a ajouté de nouvelles pièces.
Armes fausses ou armes à enquerre. Armes n'obéissant pas aux règles de l'art héraldique.
Armes parlantes. Armes qui représentent un objet évoquant le nom de leur propriétaire :
2. Dans l'intérieur, il y avait deux parties que Jacquette affectionna dès sa plus tendre enfance : premièrement les anciens appartements de M. Lemeunier de Fontevrault, où des moulins, armes parlantes, étaient brodés au satin des courtines et sur toutes les tentures; ... Boylesve, La Leçon d'amour dans un parc,1902, p. 43.
Armes assomptives. ,,Nom donné pendant le moyen âge, surtout en Angleterre, aux armes qu'un roturier avait conquises à la guerre sur un noble, et qu'il avait droit désormais de porter et de transmettre à ses descendants.`` (Bach.-Dez. 1882).
Juge d'armes. Personne qui avait mission de connaître tout ce qui se rapportait aux armoiries (d'apr. Pol. 1868).
P. ext., TECHNOL.
Fer à dorer à la main ou plaque à dorer portant des armoiries, écussons ou chiffres pour orner les plats ou le dos d'un livre relié.
Points d'arme. ,,Points de broderie, de fil ou de métal, destinés à couvrir la surface des motifs ou des fonds à broder.`` (Lar. encyclop.).
P. plaisant., loc. Représenter les armes de Bourges. ,,... se dit satiriquement d'un homme mal élevé, qui, sans égard pour les personnes qui l'entourent, et au mépris de toute bienséance, s'étale tout de son long dans un fauteuil, par allusion aux armes de Bourges, qui représentoient un âne assis dans un fauteuil.`` (J.-F. Rolland, Dict. du mauvais lang., 1813, p. 11).
Arg. ,,Les armes de la ville de Paris à cheval sur un képi! Voilà un agent.`` (Esn. 1966).
II.− Souvent au plur. Instrument d'attaque ou de défense :
3. En face, sur le mur opposé, s'entrecroisaient quelques armes : un vieux fleuret de prévôt d'escrime, le poignard péruvien trouvé dans la tombe d'un Inca et qui servait à découper les beefsteaks au beurre d'anchois lorsqu'ils étaient trop durs; un eustache de treize sous, et un sabre d'officier bavarois, souvenir de la guerre de 1870. Miomandre, Écrit sur de l'eau,1908, p. 183.
SYNT. Arme automatique, blanche, contondante, dangereuse, effilée, émoulue, légère, lourde, luisante, pesante, polie, portative, tranchante; arme à barillet, à bloc; apprêter, braquer, charger, décharger, diriger, manier, nettoyer, saisir une arme.
P. métaph. Tout ce qui est susceptible de servir à l'attaque ou à la défense.
[En parlant d'un homme] Poings, pieds, dents, ongles, etc.
[En parlant d'un animal] Griffes, dents, dards, cornes, etc. :
4. ... ils [les édentés] ont tous le museau plus ou moins alongé, et sont la plupart couverts d'armes défensives comme des écailles, des cuirasses, etc. Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 1, 1805, p. 76.
5. Cette innocence de l'abeille est un de ses hauts attributs, autant que son art admirable. Son aiguillon n'est qu'une arme défensive et très-nécessaire, non contre l'homme auquel d'elle-même elle n'aurait pas affaire, mais contre les guêpes cruelles, ses terribles ennemies. Michelet, L'insecte,1857, p. 319.
Armes de la barre. Défenses du sanglier.
[En parlant d'une plante] Épines, aiguillons, piquants, etc. :
6. Girardin pense « qu'on devrait aussi mettre au nombre des armes des végétaux ces enveloppes dures, solides et ligneuses qui recèlent entre leurs parois, comme dans un fort qui paraît inexpugnable, l'amande de certaines espèces de fruits. On pourrait également compter parmi les armes des plantes l'odeur de quelques-unes d'entre elles, qui souvent est si fétide, qu'elle repousse les animaux qui veulent en approcher. » Privat-Foc.1870.
A.− ARTS MILIT.
1. JUST. MILIT. Passer par les armes. Fusiller (cf. Barrès, Mes cahiers, t. 11, 1914-18, p. 326).
2. Loc. de commandement. Aux armes. Cri poussé par une sentinelle pour avertir les soldats d'un poste de prendre les armes (cf. La Marseillaise, ,,Aux armes, citoyens...``).Bas les armes. Arrêtez le combat. Arme sur l'épaule droite. Portez, présentez, reposez armes.
3. Locutions
a) Être sous les armes (supra I A). Être en état de se défendre ou d'attaquer (cf. Bainville, Histoire de France, t. 2, 1924, p. 192).
b) Pop. (Avec) armes et bagages. Ensemble de ce qui est transporté par l'arme du train en cas de déplacement d'une unité militaire.
P. métaph., arg. Armes et bagages. ,,Tenez-vous prêt! [à un transfert ou à l'élargissement]`` (Esn. 1966); pop. (Avec) armes et bagages. (Avec) tout ce que l'on possède (cf. Amiel, Journal intime, 1866, p. 311).
SYNT. a) Armes offensives : armes de main (O. Feuillet, Onesta, 1848, pp. 366-367), de jet (Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum., 1921, p. 201); armes à feu, à répétition, à percussion; armes atomiques*, nucléaires* ou thermonucléaires*, stratégiques, armes de guerre, de siège. b) Armes défensives : armes collectives, antiaériennes*, antichars*, blindées*.
4. P. ext. Les armes.
a) Opération de guerre.
Loc. Abandonner, déposer, mettre bas les armes, poser, rendre les armes. S'avouer vaincu. Courir aux armes. S'apprêter à combattre. Faire ses premières armes. Faire sa première campagne cf. Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 145).Fait d'armes. Exploit militaire (cf. Gracq, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 26).Mourir les armes à la main. Mourir en combattant (cf. G. Sand, Lélia, 1833, p. 283).Tourner ses armes contre quelqu'un. Lui faire la guerre après avoir vécu en paix avec lui. Suspension d'armes. Cessation des hostilités (cf. De Gaulle, Mémoires de guerre, 1954, p. 57).Les armes sont journalières. La victoire échoit, selon les jours, soit à l'un, soit à l'autre des combattants.
b) Tout ce qui se rapporte au métier militaire, aux combats, à l'armée, aux troupes. Armes d'honneur. Récompense militaire accordée autrefois (en partic. sous Bonaparte) aux soldats pour des actions d'éclat. Place d'armes. Lieu de rassemblement des troupes dans une ville de garnison (cf. Mérimée, Théâtre de Clara Gazul, 1825, p. 115).Prise d'armes. Cérémonie militaire assurée par des troupes en armes (cf. De Gaulle, Mémoires de guerre, 1956, p. 125).
SYNT. Carrière, métier, profession des armes; compagnon, frère d'armes; veillée (vx veille) d'armes.
c) Loc. Appeler sous les armes (ou plus usuel sous les drapeaux). Appeler quelqu'un à accomplir son service militaire. Avoir x hommes sous les armes. Avoir x hommes prêts à combattre (cf. Stendhal, Lucien Leuwen, t. 2, 1836, p. 87).Porter les armes, être sous les armes. Être soldat, faire la guerre.
B.− ADMIN. MILIT. Chacune des différentes spécialisations de l'armée. L'arme de la cavalerie, de l'infanterie, de l'artillerie, du génie, de l'aéronautique, du train :
7. Napoléon, devenu général d'artillerie, commandant cette arme à l'armée d'Italie, y porta la supériorité et l'influence qu'il avait acquises si rapidement devant Toulon; ... Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 100.
8. Que de paroles perdues, mon Dieu! Et quel besoin d'importance! Je vous demande un peu, gendarme, en quoi la blague de la rue peut atteindre... − Que dis-je! − effleurer le prestige de l'arme d'élite que vous représentez si dignement! Courteline, Le Gendarme est sans pitié,1899, 1, p. 147.
MAR. Capitaine d'armes. Sous-officier chargé d'assurer la police du bord et de surveiller le petit armement.
MAR. et MILIT. Dans une garnison ou sur un navire de commerce transportant des troupes, officier le plus ancien dans le grade le plus élevé :
9. Dans toutes les garnisons et dans tous les camps, organiser avec solennité le salut quotidien aux couleurs, auquel doit assister le commandant d'armes avec participation d'une troupe en armes. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 434.
C.− Domaines non milit.
1. ESCR. Maître d'armes. Moniteur enseignant le maniement des armes. ,,Faire des armes. S'exercer à l'escrime``(E. et J. de Goncourt, Journal, 1885, p. 443). ,,Mettre les armes à la main à un jeune homme.`` Être le premier à lui apprendre l'escrime.`` (Ac. 1798-1932). ,,Avoir les armes belles. Faire des armes de bonne grâce.`` (Ac. 1798-1878). Assaut, salle d'armes.
2. CHASSE. Instrument, le plus souvent fusil, servant à tuer le gibier. Arme de chasse.
3. DR., JUST. Objet perçant, tranchant ou contondant ayant servi ou pouvant servir à exercer des violences. Arme du crime.
Arme prohibée. Arme dont le port, la vente ou la fabrication sont interdites par la loi. Port d'armes. Autorisation de détenir des armes sur soi, accordée dans certains cas.
D.− Au fig. Ce qui sert à se défendre, à combattre ou à attaquer un adversaire, à détruire une erreur, à vaincre une passion :
10. L'ironie est son arme favorite : aussi philosophe que Théophraste, [La Bruyère] son coup-d'œil embrasse un plus grand nombre d'objets, et ses remarques sont plus originales et plus profondes. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 61.
11. Ainsi il s'en faut que la vengeance ait eu dans l'histoire de l'humanité le rôle négatif et stérile qu'on lui attribue. C'est une arme défensive qui a son prix; seulement, c'est une arme grossière. Durkheim, De la Division du travail soc.,1893, p. 54.
12. Ingelby avait pour arme la prudence. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 310.
Loc. Combattre à armes égales. Combattre avec des moyens identiques (cf. G. Sand, Histoire de ma vie, t. 4, 1855, p. 203).Faire arme de tout. Se servir de tous les moyens pour atteindre le but désiré. Faire ses premières armes. Faire son apprentissage (cf. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 156).Fournir, donner des armes contre soi. Fournir des motifs de mécontentement contre soi. Rendre, déposer les armes. S'avouer vaincu (cf. Montalembert, Histoire de ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. 205).Fait d'armes. Action d'éclat. Une passe d'armes. Échange d'arguments, de répliques vives (cf. E. et J. de Goncourt, Journal, 1886, p. 547).Une arme à deux tranchants ou à double tranchant. Argument, moyen dangereux qui peut s'employer en deux sens opposés et produire un effet contraire à celui qui était escompté (cf. Montherlant, Le Démon du bien, 1937, p. 1351).
Fam. Être, se mettre sous les armes [En parlant d'une pers., plus partic. d'une femme, ou d'une chose] Déployer tous les moyens pour plaire et pour séduire (cf. Zola, Nouv. contes à Ninon, 1874, p. 92; Theuriet, Le Mariage de Gérard, 1875, p. 73; Zola, Au Bonheur des dames, 1883, p. 470).
Passer l'arme à gauche. Mourir (cf. Romains, Les Copains, 1913, p. 82).
PRONONC. : [aʀm]. Enq. : /aʀm/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 1100 plur. « équipement guerrier d'un chevalier, instruments servant à attaquer ou à se défendre » (Roland, éd. Bédier, 1878 : Itel valor deit aveir chevaler Ki armes portet e en bon cheval set); b) 1165-70 plur. « métier des armes » (Chr. de Troyes, Erec, éd. W. Foerster, 2547 ds T.-L.); c) 1172-75 plur. « combat » (Id., Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 1695, ibid); xiiies. plur. « fait d'armes » (Bartsch, Altfranzösische Romanzen und Pastourellen, Leipzig, 1870, I, 4, 22, p. 7); d) 1560 fig. (Pasquier, Recherches de la France, III, 8 ds Dict. hist. Ac. fr. : Jamais dignité ne monta à telle grandeur que la Papauté, et jamais dignité ne fut tant combattue en ce monde comme celle-là, non par armes materielles, mais les spirituelles); e) 1694 armes blanches (Ac., s.v. blanc : armes deffensives qui ne sont point mises en couleur d'eau) − 1771, Trév., s.v. blanc [non attesté ds Fur. 1690 contrairement à l'indication de FEW t. 151, p. 138b]; 1718 id. (Ac., s.v. blanc [...] les Armes offensives, comme espées, halebardes, par opposition aux armes à feu) [sens non attesté ds Ac. 1694, contrairement à la même indication]; 2. 1165-70 plur. hérald. (Chr. de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 3950 : Erec conut le Seneschal Et les armes et le cheval; Mes Keus pas lui ne reconut Car a ses armes Ne parut nule veraie conuissance). Du lat. arma, neutre plur. en lat. class., devenu fém. sing. en lat. vulg.; 1 a dep. Ennius, Trag., 148 ds TLL s.v., 595, 61; 1 c « guerre, combat, fait d'armes », Cicéron, De orat., 3, 167, ibid., 599, 11; cf. Virgile, Aen., 1, 1, ibid., 599, 48; 1 d fig. dep. Caton, 9, ibid., 601, 47; 2 lat. médiév. arma gentilitia, anno 1225 ds Du Cange, I, 338 b.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 7 814. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 15 468, b) 10 772; xxes. : a) 7 414, b) 9 801.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bach.-Dez. 1882. − Bader-Th. 1962. − Bal.-Maq. 1968. − Baudr. Chasses 1834. − Bible 1912. − Blanche 1857. − Boucher 1835. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Burn. 1970. − Canada 1930. − Cap. 1936. − Chabat t. 1 1875. − Comm. t. 1 1837. − Criqui 1967 →. − Dheilly 1964. − Dupin-Lab. 1846. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 1 1782. − Esn. 1966. − Galiana Déc. sc. 1968. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Girard 1756. − Gottsch. Redens 1930, p. 312, 315, 354, 373, 381, 424, 437. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 171. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 279, 303. − Jal 1848. − Lacr. 1963. − Lar. comm. 1930. − Lar. méd. 1970. − Lar. mén. 1926. − Le Breton 1960. − Le Breton Suppl. 1960. − Le Clère 1960. − Leloir 1961. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1814. − Pissot 1803. − Pol. 1868. − Pope 1961 [1952], § 371, 442, 639, 643, 686, 719. − Privat-Foc. 1870. − Réau-Rond. 1951. − Réau-Rond. Suppl. 1962. − Remig. 1963. − Rog. 1965, p. 94, 235. − Schwarz-Hadik 1966. − St-Edme t. 1 1824. − Timm. 1892. − Williams (H. F.). Multiple armes. P.M.L.A. 1945. t. 60, pp. 598-602.

Wiktionnaire

Nom commun

arme \aʁm\ féminin

  1. Instrument qui sert à attaquer ou à se défendre.
    • L’homme primitif, […], ne savait mettre en usage que des os, des cailloux, des débris de silex, et c’est avec ces matériaux qu’il fabriquait ses armes grossières et ses rares ustensiles, ainsi que le font encore quelques peuplades sauvages de la Polynésie. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 176)
    • Il n’avait pas son fusil et, inconsciemment, jetant un regard circulaire autour de lui, chercha une arme meurtrière. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les deux malandrins alors ont essayé de l’achever avec leurs crosses d’armes et leurs poignards. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • À la même époque, j’allai à Mexico en tant que délégué du Chili à la Conférence du désarmement pour l’Amérique latine. Je signai, en tant que plénipotentiaire, le traité d’interdiction des armes nucléaires en Amérique latine. — (Armando Uribe, Le Livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974, page 221)
  2. (Figuré) (Par analogie) Moyen d’agir pour défendre ses intérêts, ses idées.
    • L’impuissance de l’Europe à peser sur l’issue du conflit du Proche-Orient aggrava leurs difficultés, surtout quand les pays arabes utilisèrent l’arme du pétrole comme instrument de coercition politique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 178)
    • Pour les radicaux, les multinationales sont des profiteuses de la faim qui jouent un rôle prépondérant dans l’exploitation des pauvres. L’aide et le commerce alimentaires sont « principalement des armes politiques dans les mains des puissants pour maintenir leur domination ». — (Marilee Karl, « Tendances générales dans le développement rural », dans Femmes et développement : outils pour l’organisation et l’action, traduit de l’anglais, Éditions D’en Bas & L’Harmattan, 1988, page 79)
    • Même un contrat en bonne et due forme, ratifié et tamponné par votre partenaire chinois, n'est pas la garantie que les choses se passeront comme prévu. Mais ce document vous permettra tout au moins d'avoir une arme de renégociation... — (Benoît Ams, Les nouvelles pratiques du business en Chine, Paris : éd. Maxima, 2008, page 73)
    • Une bonne arme en imposera toujours plus qu'un bon argument. — (David Goudreault, La bête et sa cage (2016), in La bête intégrale, Stanké, 2018, page 382)
  3. (Militaire) Chacun des corps de l’armée.
    • Étant donné la nature ambivalente du Corps des carabiniers du Chili (force de police et force constituant virtuellement une quatrième Arme), c’est par un double canal que se sont développées ses relations avec les États-Unis. — (Armando Uribe, Le Livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974, page 25)
    • Outre les ministres des Affaires étrangères, de la Marine et de l’Air, les patrons des trois armes sont présents. Interrogés sur la situation de leurs forces respectives, les intéressés ne peuvent fournir que des réponses de Normands. — (Pierre Montagnon, La France dans la guerre de 39-45, Pygmalion, 2010)

Forme de verbe

arme \aʁm\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe armer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe armer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe armer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe armer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe armer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARME. n. f.
Instrument qui sert à attaquer ou à se défendre. Arme offensive. Arme défensive. Arme à feu. Arme blanche. Arme à percussion. Arme d'une bonne trempe. Faisceau d'armes. Trophée d'armes. Arme de trait. Armes de jet. Se saisir d'une arme. Distribuer des armes. Il se présenta seul et sans armes. Connaître le maniement des armes. Rester l'arme au bras. Il se dit figurément, au sens moral, de Tout ce qui sert à combattre quelqu'un, à détruire une erreur, une passion, etc. Cette loi est une arme terrible entre les mains du pouvoir. Vous me fournissez des armes contre vous-même. Les armes de l'éloquence. Fig., Une arme à deux tranchants, se dit d'un Argument qui peut s'employer en deux sens opposés. Fig., Faire arme de tout, Se servir de toutes sortes de moyens pour réussir dans ses desseins. En dehors de cette acception, ce mot ne s'emploie guère qu'au pluriel. Homme d'armes se disait anciennement d'un Cavalier armé de toutes pièces. Capitaine d'armes, Sous-officier de la marine militaire dont le grade est analogue à celui de fourrier et qui a la garde des menues armes du vaisseau. Salle d'armes, Lieu où sont déposées des armes rangées en bon ordre. Place d'armes, Place où l'on exerce les troupes, dans une ville de guerre, dans une citadelle. (Voyez les autres sens de cette locution au mot PLACE.) Port d'armes, Action ou Permission de porter des armes. Le port d'armes n'est pas permis à toute sorte de personnes. Demander, obtenir un port d'armes. Port d'armes signifie aussi Attitude du soldat qui porte les armes. Il est au port d'armes. Voyez PORT. Porter, présenter les armes, Exécuter certains maniements de l'arme qui font partie de l'exercice militaire et qui sont aussi des signes d'honneur. Présenter les armes à quelqu'un. Le salut des armes, Espèce de salut qui consiste en un certain mouvement de l'arme. Fig., Porter les armes, Servir, faire la guerre. Il est d'âge à porter les armes. Porter les armes contre son pays. Fig., Frères d'armes, compagnons d'armes, se dit de Gens qui ont fait la guerre ensemble. Fig., Prendre les armes, S'armer, soit pour se défendre ou pour attaquer, soit pour rendre honneur à quelqu'un, ou pour faire l'exercice. On dit de même Une prise d'armes. Aux armes! Cri par lequel on avertit une troupe de prendre les armes. On criait : Aux armes, aux armes! Fig., En venir aux armes, Commencer la guerre. Fig., Poser les armes, Mettre les armes bas, se rendre. Cela signifie aussi Faire la paix ou une trêve. Rendre les armes, Remettre ses armes au vainqueur et, figurément, S'avouer vaincu. Fig., Faire tomber les armes des mains à quelqu'un, Le fléchir, l'adoucir, l'apaiser. Fig., Être présent sous les armes, Être sous les drapeaux et en état de faire son service. Être sous les armes, se dit d'une Troupe qui a pris les armes pour faire quelque service, ou pour rendre quelque honneur. On dit de même Se mettre sous les armes, rester sous les armes. Cet État a tant d'hommes sous les armes, Il a tant d'hommes prêts à combattre. Être bien sous les armes, Avoir bonne mine, bonne grâce, quand on est armé, quand on se tient avec son arme ou ses armes dans l'attitude convenable. Faire passer par les armes, Faire fusiller.

ARMES, au pluriel, signifie aussi le Métier militaire. Il est né pour les armes. Suivre la carrière des armes. Quitter les armes. Il désigne également les Entreprises de guerre, les exploits militaires. L'heureux succès de nos armes. Alexandre porta ses armes jusque dans les Indes. Suspension d'armes, Cessation des hostilités convenue, pour un temps, entre deux parties belligérantes, entre deux armées. Faire ses premières armes, Faire sa première campagne, aller à la guerre pour la première fois. Il signifie figurément Débuter dans une carrière quelconque. Cet avocat a fait ses premières armes dans telle affaire. Un fait d'armes, Un exploit guerrier. Prov., Les armes sont journalières, Le sort des armes est inégal; dans la guerre, on est sujet à éprouver la bonne et la mauvaise fortune. Il se dit figurément dans toutes les occasions où l'on peut bien ou mal réussir, où il arrive qu'on fait tantôt bien, tantôt mal. On ne gagne pas toujours au jeu, les armes sont journalières. Il se dit particulièrement en parlant de l'Escrime. Maître d'armes, Celui qui enseigne l'escrime. Faire des armes, tirer des armes, S'exercer à l'escrime. Mettre les armes à la main à un jeune homme, Être le premier à lui apprendre l'escrime. Salle d'armes, Lieu où l'on enseigne publiquement à faire des armes, où l'on fait des armes. Assaut d'armes. Voyez ASSAUT. Il se dit encore pour signifier Toute l'armure d'un homme de guerre. Armes complètes. Armes à l'épreuve de la balle, à l'épreuve du pistolet. Armes fort riches. Cotte d'armes. Endosser les armes. Fig. et fam., Elle est sous les armes, se dit d'une Femme qui emploie tous ses moyens de plaire.

ARME, bien qu'au singulier, a le sens collectif quand il désigne spécialement Un des corps de l'armée. Servir dans l'arme de la cavalerie, de l'infanterie, de la gendarmerie. Ce détachement était composé de différentes armes. Les armes savantes.

ARMES, en termes de Blason, se dit des Signes héraldiques peints ou figurés sur l'écu d'une ville, d'une famille, etc. Les armes de Paris. Il hérita de tous les biens de cette maison, à condition d'en porter le nom et les armes. Armes pleines. Sceller du sceau de ses armes. Cachet d'armes. Juge d'armes, Celui qui était établi pour juger des armoiries et des titres de noblesse. Armes fausses, ou Armes à enquerre, Armes qui ne sont pas selon les règles du blason, qui offrent, par exemple, métal sur métal, ou couleur sur couleur. Armes parlantes, Celles qui expriment en tout ou en partie le nom de la maison. Les armes du royaume de Castille sont un château; les armes de la maison de Mailly, des maillets; celles de la maison de Créquy, un créquier, etc.

Littré (1872-1877)

ARME (ar-m') s. f.
  • 1Instrument d'attaque ou de défense. Arme offensive, défensive. Armes de trait, de jet. Arme à feu. Arme blanche, épée, sabre ou baïonnette. Dans un duel, le choix des armes.

    Anciennement, homme d'armes, cavalier armé de toutes pièces.

    Place d'armes, lieu où l'on exerce les soldats, dans une ville forte.

    Salle d'armes, lieu où les armes sont déposées.

    Port d'armes, position du soldat qui porte les armes.

    Port d'armes, licence qu'on paye pour droit de chasse.

    Porter les armes, présenter les armes ; c'est-à-dire exécuter certains maniements de l'arme, pour saluer quand on est sous les armes.

    Capitaine d'armes, sous-officier ou caporal de marine chargé de la garde des menues armes du vaisseau.

    Arme à percussion (voy. PERCUSSION).

  • 2Ordinairement au pluriel. Les armes différentes de l'infanterie et de la cavalerie. Mourir les armes à la main. Appeler le peuple aux armes.

    Porter les armes, faire la guerre. Il a longtemps porté les armes, Fénelon, Tél. VI. Il n'a jamais porté les armes contre les Troyens, Fénelon, ib. I. Citoyens capables de porter les armes, Bossuet, Hist. III, 6.

    Prendre les armes, s'armer pour l'attaque ou pour la défense. Porsenna prit les armes contre Rome, Bossuet, Hist. I, 8. Quand un voisin injuste l'attaquerait [le sage roi], tous les autres intéressés à sa conservation prennent aussitôt les armes pour le défendre, Fénelon, Tél. X. Les Égyptiens couraient aux armes, Fénelon, ib. III.

    Aux armes ! cri d'attaque, appel aux armes.

    Poser les armes, mettre les armes bas, se rendre, faire la paix. On mit les armes bas, Anquetil, Ligue, II, 225. Je n'ai pas cru devoir mettre les armes bas, Corneille, Sertor. IV.

    Rendre les armes, remettre ses armes au vainqueur ; et au figuré, s'avouer vaincu. Au mont Ida, l'heureux berger Pâris, De la beauté vous accordant le prix, Força Junon de vous rendre les armes, Malfilâtre, Narcisse, ch. III. Là-dessus, je rends les armes, Sévigné, 140. Vous remettez les armes, et vous demandez grâce, Massillon, Impén. Leur haine à nos douleurs aurait rendu les armes, Corneille, Rod. III, 5. Attaqué par vos yeux je leur rendis les armes, Corneille, le Menteur, I, 3. Sitôt que je la vis, je lui rendis les armes, Malherbe, VI, 31. À ses premiers regards les cœurs rendent les armes, Molière, Psy. I, 1. Et ses tendres propos me font rendre les armes, Molière, Mélic. II, 5. Qui vous rend les armes [qui vous aime], Molière, Mis. II, 1. À voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait, à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l'innocente pudeur d'une âme qui a peine à rendre les armes, Molière, Fest. I, 2.

    Faire tomber les armes des mains de quelqu'un, le fléchir, l'apaiser. Le flux de mes larmes De leur main insolente a fait tomber les armes, Malherbe, V, 24. Un espoir… Qui lui fasse tomber les armes de la main, Racine, Baj. II, 5.

    Être sous les armes, en armes, être tout disposé à un service militaire, à une expédition. Mettez vos peuples sous les armes, Fénelon, Tél. I. Le peuple est aux autels, vos soldats sont en armes, Voltaire, Semir. V, 1. Que ce soir chacun soit en armes, La Fontaine, Fianc.

    Fig. Être préparé à une chose. L'Apôtre nous exhorte à être toujours sous les armes, Bossuet, Gorg. 1.

    En parlant des dames, être très parée. Le roi mena l'électeur de Bavière dans le salon ; toutes les dames y étaient sous les armes, Saint-Simon, 249, 56. Les travées de la tribune étaient remplies de toutes les dames de la cour en déshabillé, mais sous les armes, Saint-Simon, 390, 26.

    Faire passer par les armes, faire fusiller.

    Les armes célestes, la foudre, l'ouragan, etc. Tout avait dû tomber sous les célestes armes, La Fontaine, Phil. et Baucis.

  • 3Guerre, combat, entreprise militaire, exploits, troupes. Les lois sont muettes au milieu des armes. Affermir l'État par les armes. Si la querelle se vide par les armes. Nos armes ont été heureuses. Par la gloire de ses armes. De mon heureux rival j'accompagnai les armes, Racine, Bérén. I, 4. Il doit au sang d'Hector tout l'éclat de ses armes, Racine, And. I, 4. Un bonheur si constant de nos armes décide…, Corneille, Sertor. II, 1. Le Dieu de Mahomet protecteur de nos armes, Corneille, Fanat. II, 1.

    Suspension d'armes, cessation momentanée des hostilités entre deux armées, deux nations.

    Faire ses premières armes, faire sa première campagne. Ils faisaient ainsi leurs premières armes : leur apprentissage était un chef-d'œuvre, Guez de Balzac, le Romain.

    Un fait d'armes, un trait de bravoure.

    Les armes sont journalières, on est tantôt vainqueur, tantôt vaincu ; et figurément, tantôt on réussit et tantôt on échoue.

  • 4Arme, chacune des différentes espèces de troupes qui composent une armée. Troupes de toutes armes. Chacun choisit l'arme qu'il voulut ; il entra dans l'arme de la cavalerie.
  • 5Armes, au pluriel, armure. Endosser, revêtir ses armes.
  • 6Armes, au pluriel, terme d'escrime. Salle d'armes. Maître d'armes. Faire, tirer des armes. Tout le secret des armes ne consiste qu'en deux choses : à donner et à ne point recevoir, Molière, Bourg. II, 3.

    Tirer dans ou hors les armes, allonger un coup d'épée entre ou hors les bras de son adversaire.

    Tirer sur ou sous les armes, porter une botte en faisant passer la lame par-dessus ou par-dessous le bras de l'adversaire.

  • 7En histoire naturelle. arme, nom collectif de tous les moyens de défense des végétaux et des animaux.
  • 8 Fig. Moyen d'attaque ou de défense. Les armes de la prudence, de l'éloquence. Cette loi leur mettait à la main une arme terrible. Ils ont fourni des armes contre eux-mêmes. Il vit qu'on tournait contre lui ses propres armes. Vous donnerez des armes au démon contre vous, Bossuet, Lett. Corn. 149. Je ne veux point encore, en lui manquant de foi, Donner à sa vertu des armes contre moi, Racine, Brit. IV, 4. Plus nous en prodiguons… Plus d'armes nous donnons à qui nous veut trahir, Corneille, Cinna, I, 2. Tout prête des armes à la volupté, Massillon, Exemp. Contre un pareil malheur ma constance est sans armes, Molière, Psy. I, 1. L'Hespérie n'a-t-elle point d'autres armes contre la perfidie que la perfidie ? Fénelon, Tél. XX.

    Faire arme de tout, se servir de toute espèce de moyens. Eusèbe, qui fait armes de tout, eût cité ce passage avec emphase, Voltaire, Phil. III, 53.

  • 9 En termes de blason, signes héraldiques, armoiries. Les armes de France. Sceller du sceau de ses armes. Quelles sont vos armes ? Gentilhomme de nom et d'armes. On a perdu l'habitude de faire peindre ses armes aux portières de son carrosse, Voltaire, Jeannot. Les chevaliers portaient les armes de leurs maîtresses, Hamilton, Gramm. 4.

    Armes parlantes. Ce sont celles qui consistent en un ou plusieurs objets naturels, dont le nom rappelle celui de la personne. Ainsi la famille de Racine avait pour armes un rat et un cygne (alors prononcé cyne). Blasonner les armes, les expliquer ; porter dans ses armes telle ou telle chose, avoir dans ses armes telle chose ; déchiffrer, décrire, connaître les armes, graver les armes.

    Armes fausses ou armes à enquerre [à enquérir], armes qui ne sont pas selon les règles du blason.

    Juge d'armes, celui qui était établi pour juger des armoiries et des titres de noblesse.

    Armes d'une pièce ou d'un tenant de blason, celles qui ne sont parties ni en long ni en large.

  • 10 Technologie. Feuillet de scie mince et fort large à l'usage des facteurs de piano. On dit aussi scie à main.

HISTORIQUE

XIe s. E s'il fust desapereilé que il ne out ne chival ne les armes, Lois de Guill. 24. Mout [il] se fait fier de ses armes porter, Ch. de Rol. LXX. Barons françeis, as chevals et as armes ! Lois de Guill. CCXII.

XIIe s. Lassés de lor armes, Ronc. p. 14. As belles armes et au cheval courant, ib. p. 77. Tuit garni de leur armes si com pour hostoier [faire la guerre], Sax. VI. Et courageus as armes et fier come liepart, ib. XI. A la curt s'en ala sainz Thomas li bons prestres, E prist les armes Deu, que seürs peüst estre, Th. le mart. 38.

XIIIe s. Et quant il virent la route [troupe] venir, si corurent as armes mout isnelement, Villehardouin, CXLVI. Les armes [blason] qu'il porterent, li rois les devisa [composa], Berte, CXXXI. Sire, je me claim à vos de tel qui à tel fist tel cop d'arme esmolue et de tel armeure, Ass. de Jér. 154. D'arme molue, ne doit cascun avoir que deus espées et son glaive, Beaumanoir, LXI, 7. Le roi Richart fist tant d'armes outremer à celle foys que il y fu, que quant les chevaus aus Sarrazins avoient paour d'aucun bisson…, Joinville, 274. Et me conta le saint roy que il ne sa mere qui estoient à Montleri, ne oserent revenir à Paris jusques à tant que ceulz de Paris les vindrent querre à armes, Joinville, 202. Armes li donne et un riche destrier, Et de sa paume li donne un coup plenier, Que Dex li doint estre bon chevalier, Du Cange, arma dura.

XIVe s. Et si vous pri qu'en guerdon de mon service me doigniés armes et me fetes chevalier, Du Cange, ib.

XVe s. Et fut le comte d'Artois armé en ses pleines armes, Du Cange, arma plena. Se aucun est atteint de teles querelles contre chevaliers, il leur doit amender par ploines armes, ce est par le cheval et par le hauberc, par l'escu et par l'espée et par le haume, Du Cange, ib. Et tout le dernier qui y fut pris, et qui ce jour y fit moult d'armes, ce fut messire Eustache de Ribeumont, Froissart, I, I, 328. On cria à l'arme, Froissart, II, II, 186.

XVIe s. Et si doit avoir [l'aîné] le nom, le cri et les armes pleines, Loysel, 615. Il endurcit et exercita son corps, comme unes armes nées avec luy, Amyot, Fab. 3. Or estoient les femmes et les vieillards de l'autre costé de la trenchée, qui voyoient clairement à l'œil les grandes armes [exploits] qu'il faisoit, Amyot, Pyrrh. 64. Il tourna du tout son estude et son ambition aux armes et à la guerre, Amyot, Sertor. 2. Je n'estois pas sur mes armes, je n'avois qu'une petite foi de gentilhomme, D'Aubigné, Faen. II, 13. La salle où la jeunesse de la cour tiroit les armes, D'Aubigné, Vie, LXXIV. Condamné à estre passé par les armes, la sentence fut moderée à estre degradé des armes et cassé, D'Aubigné, ib. LXXXIII. Cela le fit remettre sur ses armes, prendre Vaupierre…, D'Aubigné, Hist. I, 99. Bien qu'il fist ses premieres armes sous de grands capitaines, Brantôme, Hommes illustres.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ARME.
4Ajoutez : Les trois armes, l'infanterie, la cavalerie et l'artillerie.

PROVERBE

Armes parlantes, toutes bonnes ou toutes méchantes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « arme »

(Date à préciser) Du latin arma (« armes, soldats en armes »), qui est un neutre pluriel avec un sens collectif de « choses pour se défendre » (voyez armare pour une explication détaillée). De ce collectif, les langues romanes ont fait un féminin singulier. Cette origine neutre plurielle explique que le pluriel du mot n’ait pas exactement le même sens que le singulier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. airme ; provenç. et espagn. armas ; ital. arme ; du latin arma, pluriel neutre qui a été pris, dans toutes les langues romanes, pour un nom féminin, à cause de sa désinence en a ; ce qui est arrivé pour plusieurs autres noms neutres.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « arme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arme arm

Évolution historique de l’usage du mot « arme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arme »

  • Le silence est parfois la meilleure arme défensive. De Guy-Marc Fournier / L'Autre pays
  • La réflexion est une arme à deux tranchants. De Naguib Mahfouz / Impasse des deux palais
  • La culture est une arme de destruction massive De Fleur Pellerin / France Culture - 17 novembre 2015
  • L'arme la plus efficace a toujours été, et demeure, l'arme spirituelle. De Georges Meredith
  • Un ami, c'est un homme armé contre lequel on combat sans arme. De Alphonse Karr
  • Il vaut encore mieux se servir d’une arme brisée que de rester les mains nues. De William Shakespeare / Othello
  • Les armes sont les bijoux des hommes. Jean Follain, Appareil de la terre, Gallimard
  • […] Les armes ont cette vertu d'ennoblir jusqu'aux moins purs. Charles de Gaulle, La France et son armée, Plon
  • Tout le secret des armes ne consiste qu'en deux choses : à donner et à ne point recevoir. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Bourgeois gentilhomme, II, 2, le maître d'armes
  • La peur... Une arme primitive mais efficace. De Pauline Michel / Mirage
  • L'arme des humiliés : la vengeance. De Alice Brunel-Roche / La Haine entre les dents
  • Arsenic : arme adroite pour faire passer l'arme à gauche. De Martial Villemin
  • Le rire c’est l’arme absolue. C’est l’arme de la fraternité. De Philippe Val / France Inter le 7 janvier 2015
  • La raison est une arme plus pénétrante que le fer. De Philonide
  • L'humour est une arme qui peut être dangereuse. De Muriel Robin
  • Le vainqueur ignore l'ironie, arme dérisoire du vaincu. De François Cavanna / La Hache et la croix
  • L’arme est l’ennemie de son maître. De Proverbe turc
  • La diplomatie est l'arme des faibles. De Lionel Groulx / L'Appel de la race
  • Onze personnes ont été condamnées vendredi pour trafic de stupéfiants ou « délit de participation avec arme à un attroupement par une personne dissimulant volontairement son visage », à la suite de l'enquête sur les violences survenues du 12 au 15 juin à Dijon (Côte d'Or). leparisien.fr, Violences à Dijon : onze condamnations pour trafic de drogue ou attroupement avec arme - Le Parisien
  • Un homme de 35 ans, domicilié à Saint-Pierre-des-Corps, a été grièvement blessé par arme à feu mercredi 24 juin à Romoratin à l'issue d'une dispute. L'auteur du tir a été interpellé et placé en détention. France Bleu, Un habitant de Saint-Pierre-des-Corps blessé par arme à feu à Romorantin
  • Les pompiers girondins ont eu de nombreuses interventions dans la nuit de mercredi à jeudi pour des agressions à l'arme blanche. Ils ont dû secourir cinq jeunes âgés de 25 à 27 ans. Ils ont tous été hospitalisés dans un état grave. France Bleu, Bordeaux : cinq blessés graves en une nuit après des agressions par arme blanche
  • Un homme avait été blessé par arme à feu dimanche à Horteneuve. L'auteur présumé, un jeune homme de 17 ans, a été mis en examen pour tentative de meurtre. lindependant.fr, Narbonne : après la blessure par arme à feu à Horteneuve, un mis en examen pour tentative de meurtre - lindependant.fr
  • Il a le même comportement lors de son transport et à l’hôpital de Cricqueboeuf, où il est conduit. « En sortant, je mettrai une balle dans la tête du premier flic que je vais rencontrer », menace-t-il, mimant le geste de tirer avec une arme. , A Trouville-sur-Mer, l'automobiliste énervé sort une arme à feu : 6 mois ferme | Le Pays d'Auge
  • Vous nous interrogez sur des vidéos massivement partagées depuis lundi soir, souvent d’abord sur Snapchat puis sur Twitter. On y voit des individus dans les quartiers dijonnais des Grésilles et de Saint-Apollinaire. Certaines de ces personnes sont cagoulées et semblent porter des gilets pare-balles. Surtout, elles exhibent des armes de poing, mais aussi des armes qui semblent être de plus gros calibre. Libération.fr, Les armes exhibées dans les vidéos d'affrontements à Dijon sont-elles réelles ou factices ? - Libération

Images d'illustration du mot « arme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « arme »

Langue Traduction
Anglais armed
Espagnol armado
Italien armato
Allemand bewaffnet
Chinois 武装的
Arabe مسلح
Portugais armado
Russe вооружившись
Japonais 武装した
Basque armaturik
Corse armatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « arme »

Source : synonymes de arme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « arme »

Partager