La langue française

Cuirasse

Définitions du mot « cuirasse »

Trésor de la Langue Française informatisé

CUIRASSE, subst. fém.

A.− [Élément matériel]
1. Partie d'armure protégeant le corps, des épaules jusqu'à la ceinture. Porter une cuirasse; une cuirasse et un bouclier. Cf. armure ex. 1.À l'origine, on se bornait à recouvrir les casques et les cuirasses de cuir avec des lames et des bagues de fer (Berthelot, Synth. chim.,1876, p. 228).Ceins la cuirasse, Almagro! boucle l'épée sur ta cuisse! (Claudel, Soulier,1944, 3ejournée, 3, p. 789).
SYNT. Cuirasse lourde, pesante, rigide; cuirasse du chevalier; cuirasse d'acier, d'airain, de bronze, de fer; lacets de la cuirasse, poids de la cuirasse; (une) cuirasse (qui) brille, (qui) étincelle; endosser, déboucler, défaire, délacer sa cuirasse.
MÉD. Une douleur en cuirasse. Des douleurs constrictives, qui donnent une impression d'étau; selon leur siège on les désigne sous les termes de douleurs en cuirasse, en bracelet, en jarretière, etc. (Quillet Méd.1965, p. 353).
Rem. Cuirasse est fréquemment associé à des termes tels que casque, cotte de mailles, heaume, etc. désignant d'autres parties d'armure.
Loc. Le défaut de la cuirasse. Synon. usuel de défaut de l'armure (cf. armure A).Attaquer l'adversaire au défaut de la cuirasse; être blessé au défaut de la cuirasse. Il s'élance sur le prince, et lui enfonce son épée au défaut de sa cuirasse (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 324).
Au fig. (cf. armure B et infra B). Le point sensible, le point vulnérable. J'étais presque tranquille, oui, j'étais dans un grand repos, et voilà que vous avez senti le défaut de la cuirasse (Duhamel, Cécile,1938, p. 166):
1. Nous voici tout d'un coup entrés avec M. de Saint-Cyran, au cœur ou, si l'on aime mieux, au creux du talent de Balzac, et par le défaut de la cuirasse; il n'y a plus qu'à profiter de cette ouverture. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 51.
P. métaph. Le maître d'hôtel, (...) bombant la cuirasse de sa chemise d'habit (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 87).Ses mains dévêtues, (...) de leur cuirasse en peau de porc (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 202).Le rocher jaillissait à pic de la mer, presque irréel dans l'étincellement de sa cuirasse blanche (Gracq, Syrtes,1951, p. 157).
2. [P. anal.]
a) [de forme] HABILL., vx. Corsage de femme, moulant et descendant jusqu'aux hanches. Une cuirasse en satin blanc. C'est charmant, cette cuirasse Jeanne d'Arc de serge blanche qui coupe à mi-cuisses la jupe à plis (Colette, Pays. et portr.,1954, p. 35).
Rem. La docum. atteste l'expr. plus complète corsage cuirasse (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 845).
b) [de fonction]
ARMÉE, MAR. Revêtement métallique destiné à protéger un char de combat, un navire. Synon. blindage.L'adoption des cuirasses [aux navires de guerre, en fer] destinées à prévenir les effets destructeurs des projectiles, ôte toute espèce de valeur aux objections contre les coques métalliques (Croneau, Constr. nav. guerre, t. 1, 1892, p. 3):
2. Nos unités antichars s'étaient battues héroïquement. Mais les effets de leurs coups avaient été considérablement réduits par la valeur des cuirasses. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 37.
ZOOL. Revêtement protecteur (cf. carapace). La cuirasse de la tortue. Un beau scarabée à cuirasse d'azur (Hugo, Rhin,1842, p. 237).Les poissons échangent leur cuirasse ganoïde pour des écailles (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 132):
3. Son « désespoir » venait surtout de ceci qu'il savait bien que les armements allemands, que tout cet appareil de guerre n'était en rien factice ou postiche, mais aussi naturel à ce peuple et à ce pays qu'au crustacé la cuirasse et les pinces. Gide, Journal,1914, p. 486.
[Avec un compl. de nom indiquant la nature de la cuirasse] Les lourdes cuirasses de chitine (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 73).
B.− Au fig. Protection morale, affective (cf. armure B, carapace B). Pour endurer tout ce qu'il te faut subir, (...) fais-toi une cuirasse secrète composée de poésie et d'orgueil (Flaub., Corresp.,1846, p. 372).Pauvre poète, à qui votre expérience et votre virtuosité auraient dû faire une cuirasse impénétrable (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 100).
Souvent péj. [Avec un compl. de nom indiquant la nature de la cuirasse] Cuirasse d'égoïsme, d'indifférence, de placidité :
4. Il décida de dire à Mary la vérité sur son ménage. L'amour conjugal même mourant se défend longtemps contre les coups du monde par une cuirasse de silence, mais un moment vient où l'homme trouve une joie douloureuse à exposer ses blessures. Maurois, Ariel ou la Vie de Shelley,1923, p. 163.
Prononc. et Orth. : [kɥiʀas]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1266 cuirace « pièce de l'armure qui protégeait le dos et la poitrine » (Inventaire et comptes de la succession d'Eudes, comte de Nevers ds Mém. de la Soc. des Antiquaires de France, t. 32, p. 192); 1417 cuirasse (Inventaire de l'artillerie du château de Tarascon ds Comptes du roi René, éd. Arnaud d'Agnel, t. II, p. 239); 1718 au fig. deffaut de la cuirasse « endroit faible de quelqu'un, de quelque chose » (Ac.); 1863 cuirasse « revêtement métallique des vaisseaux de guerre » (Mérimée, Lettres Viollet-le-Duc, p. 95). Prob. empr., avec influence de cuir*, à l'anc. prov. coirassa (dep. fin xiie-début xiiies., Raimbaut de Vaqueiras ds V. Crescini, Manualetto provenzale, 1905, p. 285), plutôt qu'à l'ital. corazza (REW3no2233) ou à l'anc. aragonais cuyraça (B. Pottier ds Fr. mod., t. 16, p. 275; Dauzat 1973) plus tardifs (fin xiiies., Giamboni ds Batt. pour l'ital.; cat. cuyrassa attesté fin xiiies, ds Alc.-Moll.; anc. aragonais attesté dep. 1362 d'apr. B. Pottier, loc. cit.). L'anc. prov. coirassa, comme le cat. et l'ital., est issu du lat. tardif coriacea (vestis) « (vêtement) de cuir », dér. de corium (cuir*). Fréq. abs. littér. : 459. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 697, b) 1 111; xxes. : a) 629, b) 382. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 312. − Goug. Mots t. 2 1966, p. 122. − Pottier (B.). Azerole, cuirasse. Fr. mod. 1948, t. 16, pp. 275-276. − Rog. 1965, p. 94. − Sain. Lang. par. 1920, p. 272. − Wind 1928, p. 44.

cuirasse « arme défensive qui recouvre le buste »

Wiktionnaire

Nom commun

cuirasse \kɥi.ʁas\ féminin

  1. (Armement) Arme défensive qui couvre la poitrine et quelquefois le dos.
    • Cromwel n'étoit pas moins agité des terreurs de la tyrannie. Il étoit toujours couvert d'une cuirasse, chargé d'armes offensives, et environné de satellites : […]. — (Étienne-François de Lantier, Voyages d’Anténor en Grèce et en Asie avec des notions sur l’Égypte, Paris : Belin & Bernard, an VI, 2e édition, t.1, p.18 (note de bas de page))
    • Après Alexandre, on chargea la cavalerie d’armes défensives; on donna aux cavaliers de lourdes cuirasses en écailles, puis des cuissarts et des gantelets, et aux chevaux des frontaux et des garde-flancs. — (Encyclopédie des gens du monde: […], vol.5, 1835)
    • On lit dans l’article 11 de ces statuts : « Les armuriers feront tous harnais pour hommes, comme corcelets, cuirasses, haussecols, gorgerins, etc., et toutes bardes pour chevaux comme frontails, chanfreins, flanquois et collières. » — (Bulletin de la Société des sciences naturelles et des arts de Saint-Étienne, 1850)
    • En 2000, je suis allé au Kosovo et j'ai revêtu une de ces cuirasses des démineurs. C'est lourd, ça pèse trente-cinq kilos. — (Pascal Convert, Raymond Aubrac. Résister, reconstruire, transmettre, Éditions du Seuil, 2011)
  2. (Par analogie) (Zoologie) Ensemble des plaques qui revêtent certains poissons ou reptiles.
  3. (Marine) (Militaire) Revêtement métallique qui protège les navires contre l’action des projectiles.

Forme de verbe 1

cuirasse \kɥi.ʁas\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de cuirasser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de cuirasser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de cuirasser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de cuirasser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de cuirasser.

Forme de verbe 2

cuirasse \kɥi.ʁas\

  1. Première personne du singulier de l’imparfait du subjonctif de cuirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CUIRASSE. n. f.
Arme défensive qui couvre la poitrine et quelquefois le dos. Cuirasse d'acier, de cuir, etc. Cuirasse légère, pesante. Cuirasse à l'épreuve de la balle. Il eut sa cuirasse percée, faussée d'un coup de pistolet. Endosser la cuirasse. Prendre la cuirasse. Être armé d'une cuirasse. Le devant, le derrière de la cuirasse. Le défaut de la cuirasse. Voyez DÉFAUT. En termes d'Histoire naturelle, il se dit, par analogie, des Plaques qui revêtent certains poissons, En termes de Marine, il se dit aussi du Revêtement métallique qui protège les navires contre l'action des projectiles.

Littré (1872-1877)

CUIRASSE (kui-ra-s') s. f.
  • 1Arme défensive qui recouvre le buste. Cuirasse de cuir, d'acier. Il y avait des cuirasses d'un métal si dur, qu'elles étaient absolument à l'épreuve des coups ; Zoïle, habile ouvrier dans ce genre, en offrit deux à Démétrius surnommé Poliorcète, et, pour en montrer l'excellence, il fit lancer une flèche par une machine nommée catapulte qui n'était qu'à vingt-six pas de distance, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. XI, 1re part. p. 377, dans POUGENS. Avec quelque force que la flèche fût lancée, à peine effleura-t-elle la cuirasse, et y laissa-t-elle quelque trace, Rollin, ib. Ce qu'il y avait de plus admirable dans cette cuirasse, c'est que chacun des fils, quoiqu'il fût fort délié, était composé de trois cent soixante plus petits fils qu'on distinguait aisément, Rollin, ib. p. 378.

    Endosser la cuirasse, prendre le parti des armes. Il prit, quitta, reprit la cuirasse et la haire, Voltaire, Henr. IV.

    Le défaut de la cuirasse, l'intervalle entre le bord de la cuirasse et les autres pièces qui s'y joignent.

    Fig. Trouver le défaut de la cuirasse, trouver l'endroit faible, le côté sensible.

  • 2Sorte de revêtement osseux que produisent les écailles serrées de certains poissons.
  • 3Cuirasse marine ou flottante, appareil destiné à soutenir sur l'eau en laissant la faculté de mouvoir les bras et les jambes.
  • 4Revêtement en fer qui protége les navires contre l'action du boulet.

HISTORIQUE

XIIIe s. Qui lor veist d'une part et d'autre pourpoins, quiries et escus enarmer, et sieles et poitras apparellier…, Chr. de Rains, p. 76. Li uns endosse sa cuirie, L'autre prent son chapel de fer, Ren. 3454. Lor darz, lor arz et lor cuirées Orent delez eus apoiées, la Rose, 15891.

XVe s. Et devez savoir que les Sarrazins ne sont pas si bien armés ni si forts comme sont les chrestiens… Et s'arment le plus de cuiries et portent targe à leurs cols moult legeres, Froissart, III, IV, 15.

XVIe s. Ce qui faisoit en tout peu moins de six cens arquebusiers et soixante cuirasses [cuirassiers], D'Aubigné, Hist. I, 311. Ils se firent faire place avec huiet cornettes de cuirasses [comme ils les appelloient] et dix d'arquebusiers à cheval, D'Aubigné, ib. I, 315. Il lui planta une harquebusade dans l'estomac de sa cuirasse, D'Aubigné, ib. II, 380. Gens cousus en leurs cuirasses comme tortues, ennemis de l'aise et du repos, D'Aubigné, ib. III, 289.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CUIRASSE. Ajoutez :
5 Terme de toilette des dames. Espèce de corsage collant qui descend sur les hanches.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CUIRASSE, s. f. (Littér. Art milit.) en latin lorica. On la définit dans le dictionnaire de l’académie Françoise, la principale partie de l’armure qui est ordinairement de fer fort battu, & qui couvre le corps par-devant & par-derriere, depuis les épaules jusqu’à la ceinture.

Dans le fameux tableau de Polygnote de la prise de Troie, dont Pausanias nous a laissé la description, on voyoit sur un autel la représentation d’une cuirasse d’airain composée de deux pieces, l’une desquelles couvroit le ventre & l’estomac, l’autre couvroit le dos & les épaules ; la partie antérieure étoit concave, & les deux pieces se joignoient ensemble par deux agrafes.

Chez les Grecs & les Romains on connoissoit de trois sortes de cuirasses. Il y en avoit qui n’étoient faites que de toile & de drap battu & piqué : quelques-unes étoient de cuir, & les autres de fer. Pour ce qui est des premieres, Pline (lib. VIII. c. xlviij.) assûre qu’elles étoient composées de plusieurs doubles, battus & piqués ensemble : telle étoit la cuirasse d’Alexandre, au rapport de Dion de Nicée ; & celle de Galba, dont il est fait mention dans Suétone, qui parlant de la sédition qu’excita à Rome la révolte d’Othon, dit : Loricam tamen induit linteam, quam haud dissimulant parùm adversus tot mucrones profuturam. Saumaise, dans ses observations sur Lampridius, remarque qu’on avoit autrefois inventé cette armure pour le soulagement des soldats : on peut ajoûter qu’il y a bien de l’apparence que ces cuirasses de lin & de toile n’empêchoient pas qu’on ne mît par-dessus des cuirasses de fer ; on peut même croire que les anciens avoient donné aux premieres le nom de subarmale, mais il n’étoit pas toûjours nécessaire d’avoir d’autres cuirasses que celles de lin & de toile, puisqu’il y en avoit de si bien faites, qu’elles étoient à l’épreuve des traits. Nicétas, dans la vie de l’empereur Isaac I. rapporte que l’empereur Conrad combattit long-tems sans bouclier, couvert seulement d’une cuirasse de linge.

La seconde espece de cuirasse étoit de cuir, & c’est celle que Varron appelle pectorale corium. Tacite (hist. liv. I. ch. lxxjx.) nous apprend que les chefs des Sarmates s’en servoient quelquefois : Id principibus ac nobillissimo cuique tegmen, ferreis laminis aut prædurio corio concertum.

Cependant le fer étoit la matiere la plus ordinaire des cuirasses. Les Perses appelloient les soldats qui portoient ces sortes de cuirasses, clibanarios, du mot clibanum, qui signifioit une tuile de fer, apparemment parce que ces cuirasses étoient faites d’une plaque fort épaisse de ce métal : mais leur trop grande pesanteur fit qu’on les changea bientôt pour des cuirasses composées de lames de fer, couchées les unes sur les autres, & attachées sur du cuir ou de la toile. A celles-ci on substitua dans la suite la cotte de maille & l’haubergeon ; terme qui ne signifie qu’une armure plus ou moins longue, faite de chaînettes de fer ou de mailles entrelacées. Il paroît par ce que rapportent les anciens, que la cuirasse ne passoit pas la ceinture, quoique la frange dont elle étoit bordée descendît jusqu’aux genoux.

On mettoit la cotte-d’armes sur la cuirasse ; la cotte-d’armes a passé de mode, la cuirasse subsiste toûjours. Autrefois le droit de la porter étoit un titre d’honneur, dont on étoit privé, lorsqu’ayant douze métairies on manquoit au service que l’on devoit au Roi, comme il est décidé dans les capitulaires, où la cuirasse est appellée brunia.

Il n’y a plus guere à-présent que les officiers généraux & les officiers de cavalerie qui portent des cuirasses ; elles doivent être au moins à l’épreuve du pistolet. A l’égard des brigadiers, gendarmes, chevaux-legers, & cavalerie, ils portent un plastron de fer qui leur couvre le devant seulement. Ils doivent la porter dans tous les exercices, revûes, marches, &c. Il est au moins à l’épreuve du pistolet. Il est ordonné aux officiers & ingénieurs de porter des cuirasses, à peine d’être cassés. Extrait de l’hist. de l’acad. des Inscript. & Belles-Lettres, tome II. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cuirasse »

Du latin coriacea (« vêtement de cuir ») via l’ancien occitan coirassa, l’italien corazza ou l’ancien aragonais cuyraça.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cuir ; provenç. coirassa, cuirassa ; espagn. coraza ; ital. corazza. L'ancien français disait cuirie ou cuirée. Cuirasse est formé de cuir, avec le suffixe ace ou asse, sur l'exemple du provençal, de l'espagnol et de l'italien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cuirasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cuirasse kµiras

Évolution historique de l’usage du mot « cuirasse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cuirasse »

  • L'espoir voit un défaut de la cuirasse des choses. Paul Valéry, Mauvaises Pensées et autres, Gallimard
  • Les premiers sujets de chagrin m'ont servi de cuirasse contre les autres. De Chamfort / Pensées morales
  • Je suis armé d'une cuirasse qui n'est faite que de défauts. De Pierre Reverdy / Le livre de mon bord
  • La préservation de la santé vaut mieux qu'une cuirasse. De Hakim Meysari / Les Premiers Poètes persans
  • L'ironie n'est jamais que parade, cuirasse plus ou moins efficace contre l'angoisse. De Stanley Péan / La Plage des songes et autres récits d'exil
  • C'est une des choses les plus difficiles et les plus nécessaires de la vie que d'apprendre à dédaigner. Le dédain protège et écrase. C'est une cuirasse et une massue. De Victor Hugo / Choses vues
  • Face aux partenaires, qu’il a dû rassurer tout en leur présentant le nouveau plan économique post-covid, devant ses joueurs (et son staff), invités à baisser leurs salaires, en réunion avec l’administratif ou en tête à tête quand on lui a demandé de nous parler, Éric de Cromières ne présente aucune faille ni faiblesse qu’aurait pu provoquer la maladie. La cuirasse reste solide. www.leberry.fr, La maladie, l'autre combat du président de l'ASM Eric de Cromières - Clermont-Ferrand (63000)

Traductions du mot « cuirasse »

Langue Traduction
Anglais breastplate
Espagnol coraza
Italien corazza
Allemand brustplatte
Chinois 胸甲
Arabe درع
Portugais peitoral
Russe нагрудник
Japonais 胸当て
Basque bular
Corse bracciale
Source : Google Translate API

Synonymes de « cuirasse »

Source : synonymes de cuirasse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cuirasse »

Cuirasse

Retour au sommaire ➦

Partager