La langue française

Caparaçon

Sommaire

  • Définitions du mot caparaçon
  • Étymologie de « caparaçon »
  • Phonétique de « caparaçon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « caparaçon »
  • Citations contenant le mot « caparaçon »
  • Traductions du mot « caparaçon »
  • Synonymes de « caparaçon »

Définitions du mot caparaçon

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPARAÇON, subst. masc.

A.− Équipement ornemental ou protecteur destiné aux chevaux :
1. Qu'est-ce que vous diriez donc si vous aviez vu, (...) les chevaux des princes et de la compagnie du roi! Des houssures et caparaçons de toutes sortes; les uns de drap de Damas, de fin drap d'or, fourrés de martres zibelines; les autres, de velours, fourrés de pennes d'hermine; les autres, tout chargés d'orfèvrerie et de grosses campanes d'or et d'argent! Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 244.
P. ext. Les éléphants de Carthage (...) secouant par-dessus leurs caparaçons d'écarlate des tours de cuir, où dans chacune trois archers tenaient un grand arc ouvert (Flaubert, Salammbô,t. 1, 1863, p. 108).
B.− P. anal., LITT. Housse plus ou moins bigarrée que l'on met sur les chevaux pour les garantir du froid, de la pluie ou des insectes.
P. ext. :
2. Les bœufs étaient attelés (...) les caparaçons de toile blanche qui les enveloppaient en manière de chemise, pour les préserver de la piqûre des mouches, leur donnaient un air fort mithriaque et fort majestueux. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 45.
P. métaph. Le remuement de la terre, sous son caparaçon de gel ou de neige, il me conseilla d'y prêter l'oreille (Blanche, Mes modèles,1928, p. 88).
Prononc. et Orth. : [kapaʀasɔ ̃]. L'ensemble des dict. dont Ac. 1694-1932 enregistre caparaçon. Ac. Compl. 1842 note d'une part caparasson et caparençon pour caparaçon, d'autre part capparaçon pour lequel il renvoie à caparaçon. La forme caparençon est encore signalée à titre hist. ds Lar. 19e. Étymol. et Hist. 1498 capparasson (Vie Anne de Bretagne, IV, 59 ds IGLF Techn.); 1518-25 caparaçon (L. Vidal, Relation du premier voyage de Charles Quint en Espagne, p. 192 ds Reinh., p. 364). Empr. à l'a. esp. caparaçon « id. » (attesté au xves., Libro de Cetrería de Evangelista ds Z. rom. Philol., t. 1, p. 231; esp. mod. caparazón), d'orig. discutée : − soit dér. de capa « manteau » (du lat. cappa, v. cape; Segl ds Z. rom. Philol., t. 42, pp. 97-98; REW3, no1642; FEW t. 2, 1, pp. 277-278; Dauzat 1973; Bl.-W.5) − soit dér., avec métathèse due à l'infl. de capa, du préroman *karapp (également à l'orig. de carapace*), dér. de la racine *kar(r)-, var. *kal- « écale, abri » (v. Cor., s.v. caparazón, et calebasse). L'hyp. d'un empr. au prov. mod. caparassoun (EWFS2) ne convient pas du point de vue chronol. : le prov. a au contraire prob. empr. ce mot au français. Fréq. abs. littér. : 26. Bbg. Kidman (J.). Les Empr. lexicol. du fr. à l'esp. des orig. jusqu'à la fin du xves. Paris, 1969, pp. 67-69. − Rupp. 1915, p. 48.

Wiktionnaire

Nom commun

caparaçon \ka.pa.ʁa.sɔ̃\ masculin

  1. Sorte de couverture en coton, en toile ou en cuir que l’on met sur les chevaux.
    • Caparaçon de toile.
    • Des houssures et caparaçons de toutes sortes ; les uns de drap de Damas, de fin drap d’or, fourrés de martres zibelines ; les autres, de velours, fourrés de pennes d’hermine. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • On peut en voir la preuve dans le Lévitique (ch. 17, v. 7), dans le traité de Plutarque, Que les bêtes usent de la raison (ch. 17), et dans un chapitre des Mémoires d’Artagan, où il est parlé de deux mille chèvres qui étaient couvertes de caparaçons de velours avec des galons d’or, et avaient la tête parée d’ornements de poupée. — (Pierre-Marie Quitard, « Chèvre », Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française, 1842, page 222)
  2. (Par extension) Drap de toile que l’on met sur le dos des bovins.
    • La plupart portent un caparaçon de toile blanche qui les garantit des mouches et des taons ; rien n’est plus singulier à voir que ces bœufs en chemise, qui lèvent lentement vers vous leurs mufles humides et lustrés et leurs grands yeux d’un bleu sombre que les Grecs, ces connaisseurs en beauté, trouvaient assez remarquables pour en faire l’épithète sacramentelle de Junon : Boôpis Hèrè. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)

Note : On rencontre aussi la cacographie carapaçon.

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPARAÇON. n. m.
Sorte de couverture qu'on met sur les chevaux. Caparaçon de toile.

Littré (1872-1877)

CAPARAÇON (ka-pa-ra-son) s. m.
  • 1Espèce de housse ou de longue couverture plus ou moins ornée, s'étendant quelquefois jusqu'à la tête, et destinée à protéger le cheval contre le froid, la pluie, les insectes. Que les chevaux des clercs soient toujours ornés de caparaçons blancs, Voltaire, Mœurs, 10.
  • 2Anciennement, armure et harnois dont les chevaux étaient équipés dans les batailles. Les chevaux blanchissants frissonnent, Et les masses d'armes résonnent Sur leurs caparaçons d'acier, Hugo, Ball. 7.

HISTORIQUE

XVIe s. Son cheval estoit richement enharnaché d'un harnois d'or, et couvert d'un caparançon qui valoit beaucoup, Amyot, Pompée, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAPARAÇON, s. m. (Manege.) couverture qu’on met sur les chevaux. Les caparaçons ordinaires sont d’une simple toile ou treillis pour l’été, ou de drap en hyver ; ceux des chevaux de main sont de drap, ornés & chargés des armoiries ou des chiffres du maître, en or, en argent, en laine ou en soie. Les caparaçons des anciens gendarmes étoient de riches housses brodées, dont ils faisoient parade dans les montres, les tournois, les pompes, & les cérémonies. Les caparaçons étoient autrefois une armure de fer dont on couvroit les chevaux de bataille.

Les caparaçons de l’armée sont quelquefois d’une grande peau d’ours ou de tigre, de même que ceux des chevaux de carrosse en hyver. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « caparaçon »

Augmentatif du bas-latin caparo, chaperon (voy. CHAPERON) : c'est-à-dire sorte de chape ; espagn. caparaçon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De l’espagnol caparazón, issu de l’occitan capairon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « caparaçon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caparaçon kaparasɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « caparaçon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caparaçon »

  • La peña Peleon a tenu à offrir un spectacle de qualité pour ses 30 ans d'existence. Certes, les spectateurs ne furent pas aussi nombreux qu'en septembre, mois traditionnel des festivités de la peña. Mais les aficionados présents ont eu droit non seulement à l'incontournable capea, mais aussi, pour la première fois dans les arènes condomoises, à une tienta, épreuve de sélection des vaches et taureaux reproducteurs, avec une vache du ganadero gersois Jean-Louis Darré qui compte à son actif 27 années d'élevage de «bravos» à Bars. Les aficionados ont aussi beaucoup apprécié la venue d'Alain Bonijol, éleveur de chevaux de picador, installé à Laas. Ils ont assisté à l'habillage d'Uda, cheval de 13 ans et 620 kg, issu d'un croisement de cheval lusitanien et percheron. Chaque étape de l'habillage était commentée par Alain Bonijo. Les différentes protections et la selle représentent en tout presque 50 kg installés sur le cheval. Le caparaçon, sorte de robe couvrant tout le flanc du cheval, représentant à lui seul près de 25 kg, véritable gilet pare-balles avec l'apport de la fibre de Kvelar pour une protection maximale du cheval lors de la charge du taureau. Celui-ci est complété par les manguitos, sorte de pantalons protégeant les jambes de l'animal. Alain Bonijol est toujours à la recherche du maximum de protection du cheval et réalise dans son atelier de confection à Laas les caparaçons. Après le bandage des yeux et les bouchons d'oreilles antibruit, Uda a fait son entrée dans l'arène chevauché par Alain Bonijol pour la tienta et la capea sans mise à mort. Les apprentis toreros de l'école «Adour Aficion» de Richard Milian, lui-même au micro pour conseiller ces jeunes très prometteurs, et les bercerros de Michel Agruna ont donné un spectacle apprécié par les aficionados condomois. Cette matinée taurine s'est terminée autour d'un apéritif en musique et des agapes. ladepeche.fr, Condom. Beau dimanche taurin pour les 30 ans de la peña Peleon - ladepeche.fr
  • Il fallut donc marcher, s’en retourner, redescendre le boulevard Saint-­Michel sous la pluie. Mais la grève, ce jour-là, fit bien les choses : le chemin croisait la rue du Sommerard où se trouve, depuis sa récente rénovation, l’entrée du musée de Cluny. L’exposition s’achève bientôt — et c’est une merveille. On y voit des broderies datant du Moyen Âge. On y voit des choses fantastiques, des figures légendaires, des scènes religieuses et des scènes profanes, des armoiries, des blasons, des crucifix brodés au point couché ou au point fendu, faits de fils de laine et de soie, enrichis de fils d’or et d’argent, ornés de perles, de cabochons de verre et de pierres précieuses. Ces tissus ornaient les autels, les vêtements des riches comme ceux des pauvres (l’or, l’argent et les pierres précieuses en moins), les chasubles des prêtres, les murs des demeures et même les caparaçons des chevaux. Télérama, Au musée Zadkine, de grandes statues en bois lourdes et un peu molles
  • Jacques a participé à sa première corrida le 23 mai 1920 à 15h15. Neuf de ses chevaux ont été tués... Il avait l'impression de les envoyer à l'abattoir et n'a pas trop aimé la corrida. Du coup et pour protéger ses bêtes, il a inventé le caparaçon en l'ajustant petit à petit, au fil des courses en 1927. Il l'a corrigé jusqu'en 1950. Il n'a jamais déposé le brevet car il fallait monter à Paris ! , TOROS Depuis 100 ans, la cavalerie Heyral pique les toros et la curiosité – Objectif Gard
  • La composition met en valeur ces deux protagonistes, qui, à cheval, émergent de la mêlée d’archers anglais, de fantassins armés d’épées, de piques et de vouges, et de cavaliers. Le comte de Clermont brandit sa bannière semée de fleurs de lis sur champ d’azur, comme la cotte qu’il porte par-dessus son armure et le caparaçon de son cheval blanc. Le connétable de Richemont, lui, est reconnaissable aux hermines de sa cotte et de son cheval bardé. , 570 ans de la Bataille de Formigny : une victoire qui marque la fin de la guerre de Cent Ans en Normandie | La Renaissance le Bessin
  • Le patio de caballos est très animé, toreros qui ajustent leur cape de paseo, picadors qui fixent leur fer au bout des hampes, et dans un secteur les monosabios contrôlant l’ajustement du caparaçon, caressant l’encolure d’un cheval, l’équipe d’Alain Bonijol est prête pour le paseo. Rencontre avec un monosabio, Bernard Cereza. SudOuest.fr, Un monosabio amoureux des toros et des chevaux

Traductions du mot « caparaçon »

Langue Traduction
Anglais caparison
Espagnol caparazón
Italien pancia
Allemand dünnung
Portugais aba
Source : Google Translate API

Synonymes de « caparaçon »

Source : synonymes de caparaçon sur lebonsynonyme.fr
Partager