La langue française

Appointer

Définitions du mot « appointer »

Trésor de la Langue Française informatisé

APPOINTER1, verbe trans.

A.− DR. ANC. Synon. de mettre en délibéré* :
1. Il se présenta cependant devant le roi en son conseil, et fit porter sa plainte en rappelant les excès du duc et la manière déshonorante dont il s'était comporté. Les gens du duc de Bretagne, qui comparaissaient pour lui, l'excusèrent comme ils purent. Les parties ainsi entendues, la cause fut appointée, et le chancelier dit que le roi ferait justice à qui il appartiendrait : ... Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1821-24, p. 385.
B.− Cour. Donner des appointements, rétribuer :
2. Il n'est pas indifférent de vérifier que l'argent est au fond de la plupart des lâchages ou lâchetés dont je fus victime. Si on apprenait demain que je viens d'hériter d'un demi-milliard légué par un maquereau, je serais forcé de louer de vastes bureaux et d'appointer beaucoup d'employés pour dénombrer les amis fidèles, les admirateurs anciens qui se précipiteraient. Bloy, Journal,1899, p. 334.
Arg., p. iron. Appointer qqn d'une corvée. Rémunérer quelqu'un d'une corvée, la lui imposer par punition :
3. À l'appel du matin, une tête à baquet se présente. « Vous serez appointé de deux corvées pour être en retard ». R. de La Barre, Les Français peints par eux-mêmes, t. 5, École de Saumur, 1842, p. 159.
PRONONC. ET ORTH. : [apwε ̃te], j'appointe [ʒapwε ̃:t]. Demi-longueur pour le [ε ̃] de l'inf. ds Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930. Fér. Crit. t. 1 1787 admet la var. apointer.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1268 apointier « régler, préparer, arranger » (E. Boileau, Métiers, 1ep., V, 1, Lespinasse et Bonnardot ds Gdf. : Li mestre des crieurs li doit adrecier ses mesures et apointier); 1680 spéc. (Rich. : Apointer. Terme de coroieur. Fouler en dernier, et aprêt à mettre en suif); 2. a) xves. appoincter « s'accommoder, faire un arrangement » (Commynes, Mém., I, 5, Soc. de l'H. de Fr. ds Gdf. : Il s'esbahyroit bien tost si le cas luy touchoit de quelque chose et seroit homme pour appoincter bien legierement et nous laisser en la fange); ,,vieux`` dep. Ac. 1718; b) av. 1514 « réconcilier deux parties » (Lemaire de Belges, Schismes et Conciles, 2epart. ds Hug.); c) appointer que « convenir que » (Id., Illustr., II, 22, ibid.); cf. avec appointé que « étant convenu que, puisque » terme empl. par les juges (Ac. 1694 − Ac. 1798); d) 1690 appointer une cause « la renvoyer à une occasion favorable, d'où renvoyer une affaire embrouillée à une délibération ultérieure » (Fur.); ,,vieux mot`` ds Ac. 1718; 3. 1527 « donner ce qui a été convenu, donner des appointements (à un soldat) » (Le Loyal serviteur, c. 5 ds Dict. hist. Ac. fr. : Trois ans seulement fut page, le bon chevalier, en la maison du seigneur de Ligny, lequel [...] l'appoincta en sa compaignie); fin xvies. soldat appointé « soldat qui touche une solde plus importante que les autres » (R. Estienne, Precell. du lang. franç., p. 289 ds Gdf. Compl.); à rapprocher de Fur. 1690 : On appelle à la guerre, des soldats appointés ceux qui ont une plus haute paye que les soldats ordinaires ... Ce mot vient de ce qu'autrefois on disoit Appointer un soldat, pour dire, le mettre au rang de ceux qui doivent faire la pointe en quelque assaut ou occasion perilleuse (étymol. seconde, tirée du motif qui expliquait le surplus de solde); 1584 « donner un salaire » (Bouchet, Serées, liv. III ds Dict. hist. Ac. fr. : Un prédicateur appoincté ... à cent escus pour prescher tout le caresme). Dér. de point*; préf. a-1*, dés. -er.
BBG. − Bél. 1957. − Canada 1930. − Dul. 1968. − Le Roux 1752.

APPOINTER2, APPOINTIR, verbe trans.

A.− Emploi trans. Rendre pointu, aiguiser en pointe :
1. Pourtant, ces temps derniers, j'avais pris une résolution : j'irais à lui; je lui dirais : Louis, il faut à présent que nous causions. Si quelqu'un peut te comprendre ici, c'est moi ... Oui, vraiment, je me sentais à la veille de lui parler. Et tout à coup, la catastrophe : − Second, Louis. Et de loin, de plus loin que jamais, me disais-je, je le regardais qui appointait un crayon, avec l'air de ne rien entendre, mais un peu crispé, un peu pâle, me semblait-il. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 502.
2. Les Australiens faisaient des grattoirs avec les éclats courts qu'ils avaient détachés des nuclei de pierre, donnant à certains un bord concave et s'en servant pour appointir l'extrémité de leurs lances de bois ... Lowie, Manuel d'anthropol. culturelle,1936, p. 135.
P. métaph. :
3. Ma mère protestait à ces complaisances; le sans-gêne de M. Gueroult l'indignait; elle prétendait lui faire payer ce prestige, auquel elle ne pouvait elle-même se dérober, par une pluie de menues épigrammes dont elle tentait de le larder, mais qu'elle appointait et dirigeait assez mal, de sorte que lui ne faisait que s'en amuser. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 399.
B.− Emploi pronom. Se terminer en pointe :
4. Au fond de la pièce, se dressait la table du père Abbé; elle était semblable aux autres, mais la boiserie plaquée sur la muraille, derrière elle, s'appointait en forme de cône et était surmontée d'une croix. Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 56.
Au fig. S'aiguiser :
5. En même temps que s'appointait son désir de se soustraire à une haïssable époque d'indignes muflemens, le besoin de ne plus voir de tableaux représentant l'effigie humaine tâchant à Paris entre quatre murs, ou errant en quête d'argent par les rues, était devenu pour lui plus despotique. Huysmans, À rebours,1884, p. 70.
PRONONC. ET ORTH. : [apwε ̃te], [apwε ̃ti:ʀ]. Demi-longueur pour [ε ̃] ds Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930. Fér. Crit. t. 1 1787 admet la var. graph. apointer.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1177 apointer « diriger la pointe de qqc. vers qqc. » (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 3496, Halle 1887, p. 146 : Mil foiz las et dolanz s'apele Et chiet pasmez, tant fu dolanz; Et s'espee qui fu colanz chiet del suerre, si li apointe As mailles del haubere la pointe) − xvies., Peletier ds Gdf.; 2. 1200-1220 « tailler en pointe » (Raimbert de Paris, Ogier le Danois, 4247 ds Gdf. Compl. : Prist un cotel q'il vit sus le doblier Dont uns valles li tranchoit le mengier; Grans fu e lons et devant apointies); fin xves. intrans. « se terminer en pointe » (P. de Garcie, Grant Routtier de mer, fo42 ro, ibid.) − ,,vieux et hors d'usage`` ds Trév. 1771; 3. 1690 hérald. (Fur.). Dér. de pointe*; préf. a-1*, dés. -er ou -ir.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 15.
BBG. − Baudr. Pêches 1827. − Bél. 1957. − Jossier 1881. − Remig. 1963.

Wiktionnaire

Verbe

appointer \a.pwɛ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’appointer)

  1. Rétribuer par appointements.
    • Appointer un commis.
  2. (Canada hors Québec) (Anglicisme) Nommer quelqu'un à un poste.
  3. (Procédure ancienne) Régler par un appointement en justice.
    • C’est une affaire à appointer.
  4. Tailler en pointe.
    • Appointer des aiguilles, un crayon.
    • Ils étaient même en train, tous ensemble, mais chacun pour soi, de couper des branches de genêts qu’ils charriaient ensuite par fagots à leur ombre. Les femmes en écorçaient les grosses tiges et en tressaient des claies. Des enfant, à l’air grave, les sourcils froncés, appointaient des piquets. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 216)
    • Tignasse, avec un grand sérieux, nous apprit à tailler des crayons, puis il nous montra comment on appointe un charbon de fusain avec du papier de verre. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 307)
  5. Réunir bout à bout, pointe à pointe, par un fil deux pièces d’étoffe, deux morceaux de cuir.
  6. (Histoire des Métiers) (Rare) Fouler, plier.
  7. (Pronominal) Se terminer en pointe.
  8. (Pronominal) (Figuré) S'aiguiser ; s'aviver.
    • Ils sentaient leur désir s'appointer.
  9. (Pronominal) (Vieilli) S'unir, se rapprocher
    • Tant de fois s’appointer, tant de fois se fascher,
      Tant de fois rompre ensemble et puis se renoüer,
      — (Pierre de Ronsard Amours Diverses (1578))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPOINTER. v. tr.
Rétribuer par appointements. Appointer un commis. En termes de Procédure ancienne, il signifiait Régler par un appointement en justice. C'est une affaire à appointer.

Littré (1872-1877)

APPOINTER (a-poin-té) v. a.
  • 1 Terme de palais. Régler un appointement en justice. Les parties ont été appointées à fournir des débats de compte. L'affaire, ne pouvant être jugée que sur rapport, a été appointée. On appointe la cause, Racine, Plaid. I, 7. L'arrêt donna gain de cause à M. de Luxembourg sur l'érection de 1662, et l'appointa sur celle de 1581, Saint-Simon, 36, 162.
  • 2Donner des appointements. Au premier janvier, on appointera tous les surnuméraires.
  • 3Dans les troupes, appointer d'une corvée, d'une garde, l'imposer par punition.
  • 4Appointer un procès, un différend, l'arranger. Doucement, en riant, j'appointais nos procès, Régnier, Sat. I.
  • 5Rendre pointu. Appointer un bâton.
  • 6 Technologie. Fouler un cuir pour la dernière fois, avant de le mettre au suif.

    Faire deux ou trois points à un matelas ployé en deux pour qu'il ne se déploie pas.

    Coudre les bouts d'une pièce d'étoffe afin qu'elle ne se déploie pas.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li sires deffent à porter coutel apointé ou aucune armeure molue, Beaumanoir, XXX, 34. Et pour les quatre deniers, le mestre des crieurs li doit adrecier ses mesures et apointier [mettre justes], Liv. des mét. 24.

XVe s. Il s'esbayroit bien tost si le cas le touchoit de quelque chose, et seroyt homme pour appointer [s'accommoder] bien legierement et nous laisser en la fange, Commines, I, 5. En somme ses amis estoient si las et si foulez pour l'avoir tant attendu, que le pape avoit appointé [s'était accommodé], et les barons du royaume aussi…, Commines, VIII, 1. Il acheta une lamproye qu'à sa femme envoya pour apointer [apprêter], afin de festoyer son curé, Louis XI, Nouv. XXXVIII.

XVIe s. Un pigne grand de 100 cannes, appoincté de grandes dens d'elephanz toutes entieres, Rabelais, Garg. I, 37. Il est allé chez le mareschal, soy faire esguiser et appoincter les gryphes, Rabelais, Pant. IV, 47. Cestuy homme de bien appoinctoyt plus de procez que il n'en estoyt vuydé en tout le palays de Poictiers, Rabelais, ib. III, 41. Ils ont des espées de bois appointées par un bout, Montaigne, I, 239. D'un costé elles vont en eslargissant, et s'appoinctant et estrecissant par l'aultre, Montaigne, II, 372. On recourt à eulx pour appoincter les differends, Montaigne, III, 7. Par ceste response les Romains cogneurent bien qu'il n'y avoit point de moyen d'appointer avec ce roy Brennus, Amyot, Cam. 28. Avec promesse de les traiter et autant avantageusement appointer que capitaines de l'armée, Carloix, I, 13.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APPOINTER.
1Ajoutez :

Dans l'ancienne jurisprudence, appointer un procès, d'après Furetière, décider qu'il sera jugé sur production de pièces et de mémoires sans plaidoiries orales. Un juge appointe un procès quand il veut favoriser une des parties, Furetière. Il était question [dans un procès plaidé à Sarlat] de donner du pain, par provision, à des enfants qui n'en avaient pas… on appointa la cause, c'est-à-dire, en bonne chicane, qu'il fut ordonné à ces malheureux de plaider à jeun, et les juges se levèrent gravement du tribunal pour aller dîner, Fénelon, Lett. à Mme de Laval, 16 juin 1681.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APPOINTER, terme de Corroyeur, c’est donner la derniere foule aux cuirs pour les préparer à recevoir le suif ; il est tems d’appointer ce cuir de vache.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « appointer »

De l’ancien français apointier, → voir ap- et pointer, d'où « tailler en pointe » (XIIe siècle), mais aussi « mettre au point, régler une affaire » (XIIIe siècle) puis « payer » (XVIe siècle), sens qu'on retrouve dans appoint et appointement. En tapisserie, c'est « piquer, faire des points » → voir courtepointe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Appoint ; wallon aponti, apprêter ; provenç. apontar, apointar ; espagn. apuntar ; ital. appuntare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « appointer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
appointer apwɛ̃te

Évolution historique de l’usage du mot « appointer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « appointer »

  • Le chef de l’exécutif Hongkongais – désigné par Pékin – sera chargé d'appointer les juges mandatés pour statuer sur les affaires soumises à la loi en question. Enfin, en cas de conflit avec le droit Hongkongais, la loi sur la sécurité nationale primera. rts.ch, Pékin dévoile son projet de loi sécuritaire visant à museler l’opposition à Hong Kong - rts.ch - Monde
  • Comme sur les bancs de l’école, il suffit d’en appointer les mines au-dessus de son assiette, pour rehausser ses préparations avec des condiments alléchants, sous forme de copeaux. « Nous nous définissons comme un studio de design spécialisé en innovation alimentaire, avec de bons produits, naturels, végétaux, sans gluten, et un côté innovant et fun », explique Tristan Cano, directeur de la jeune société, créée avec Benoît Le Guein, le « savant food » de la boîte gardoise, et Nadia Lahrichi, qui mène l’antenne canadienne, montée grâce à un échange de start-up entre la France et le Québec. , VIDÉO. Alès: Ils inventent le premier assaisonnement sous forme de crayon à tailler
  • Il est ensuite possible d’éditer cette présentation de plusieurs manières via une barre d’outil présente sur la droite de votre écran. Ajout de texte, applat de figure, navigation au sein du pdf… De nombreuses possibilités. A noter qu’il existe une option permettant à tous les participants d’éditer la présentation en même temps, que vous pouvez désactiver ou activer à tout moment. Ces droits sont ceux du “Présentateur”, et vous pouvez appointer n’importe qui à cette tâche avec un simple clic. Univers Freebox, Découvrez la nouvelle solution gratuite de visioconférence de Scaleway (Iliad), pratique pour travailler, étudier ou s'éclater
  • Vous, faites trés attention. Vous allez vous retrouver à Novossibirsk en train d'appointer des clous. A la main et sans gants par -40°, vous allez regretter Salindres. Même sous le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau ! midilibre.fr, Daniel Verdelhan, candidat à Salindres : "Je repars en tête de liste, avec les bannis !" - midilibre.fr
  • Donald Trump affirme avoir approuvé cette proposition, la décrivant comme une «bonne nomination» en ajoutant: «Je ne pense pas que ce soit du népotisme.» Il est connu pour appointer des membres de sa famille à des postes clé. Sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner ont tous deux été nommés haut conseillers à la Maison-Blanche. Le Figaro.fr, La nomination annoncée d’Eduardo Bolsonaro comme ambassadeur à Washington fait des vagues

Images d'illustration du mot « appointer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « appointer »

Langue Traduction
Anglais pinpoint
Espagnol determinar con precisión
Italien pinpoint
Allemand punktgenau
Chinois 查明
Arabe يحدد بدقة
Portugais apontar
Russe точечная
Japonais ピンポイント
Basque apuntatzeko
Corse pinpoint
Source : Google Translate API

Synonymes de « appointer »

Source : synonymes de appointer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « appointer »

Appointer

Retour au sommaire ➦

Partager