La langue française

Affiler

Définitions du mot « affiler »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFILER1, verbe trans.

I.− [L'idée dominante est celle de tranchant]
A.− Emploi trans.
1. TECHNOL. GÉN. et lang. commune.
a) Donner du fil à un objet dont le tranchant est émoussé. Affiler le tranchant d'un rasoir, d'un couteau, d'un coutelas, d'un sabre (Ac. 1835-1932) :
1. Aux bergers d'Arabie, couchés pour boire la rosée de la nuit, tu crieras d'affiler leurs cimeterres, de seller leurs chevaux, de rouler leurs turbans sur leurs têtes, d'aiguiser leurs éperons d'argent, pour emporter en croupe dans leurs tentes un tronc de peuple décapité que mon maître leur veut donner. E. Quinet, Ahasvérus,1833, p. 142.
2. − Mademoiselle, lui dis-je, je crois que j'ai à vous remercier d'un présent que vous m'avez envoyé quand j'étais en prison. J'ai mangé le pain, la lime me servira pour affiler ma lance, et je la garde comme souvenir de vous; ... P. Mérimée, Carmen,1847, p. 41.
3. C'est, à l'aide d'une pierre à repasser, donner le fil à un instrument tranchant. On dit : affiler une serpette, un greffoir etc. Les jardiniers disent souvent mais à tort : aiguiser. E.-A. Carrière, Encyclopédie horticole,1862, p. 10.
4. On dit encore qu'on affile les dents d'une scie qui ne coupe plus quand on les aiguise à la lime. On se sert pour cela de limes triangulaires (tiers points), et de limes rondes (queues de rat). Avec les premières, on affile le bout du tranchant des dents, avec les secondes on approfondit les parties arrondies entre les dents de scie. Chabatt. 11875.
5. Delhomme s'arrêta, se tint debout, très grand au milieu des autres. Dans son goujet, la corne de vache pleine d'eau, pendue à sa ceinture, il avait pris la pierre noire, et il affilait sa faux, d'un long geste rapide. Puis, son échine de nouveau se cassa, on entendit le fer aiguisé mordre le pré d'un sifflement plus vif. É. Zola, La Terre,1887, p. 137.
6. ... il blague Renan d'un mot ordurier, jusque sur les marches de la Madeleine après le sermon, et finit par anathémathiser nos chefs qui « laissent le glaive s'émousser ». Allons, généraux vaincus, frappez d'estoc sur ces têtes civiles, pour que le fer s'affile dans les entailles, et que le sanglant bénisseur puisse renifler ces cadavres à son aise! G. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 3.
7. Les outils nécessaires au luthier sont l'établi... la pierre à affiler... Encyclopédie Roret, Manuel du luthier, 1905.
8. À présent le barbier, pour mener à perfection son ouvrage, étalait à nouveau sur le visage déjà rasé une mousse onctueuse et, du clair d'un second rasoir qu'il affilait au creux de sa main droite, raffinait. A. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 798.
9. Je m'emparai des passe-partout pour les limer, des haches pour les affiler, des crics pour les dresser, des toises pour les manier. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 3, 1932, p. 103.
Rem. 1. La pierre à affiler (ex. 7) désigne aussi la pierre à repasser (ex. 3); noter la distinction établie dans l'ex. 3 entre affiler et aiguiser; cette distinction s'estompe dans une lang. moins techn. (ex. 1). 2. L'ex. 2 peut servir de transition entre la valeur a et la valeur b.
b) P. ext. Rendre plus pointu, appointir :
10. Au même instant se leva à mes pieds un vieux petit juif que je n'avais pas encore aperçu jusque-là, tant il était modestement accroupi dans ses haillons; et, collant contre le tableau sa figure amincie et macérée par l'âge et sa longue barbe d'un blanc, aiguisée en alène, comme si elle avait été affilée à la lime et au polissoir : ... Ch. Nodier, La Fée aux miettes,1831, p. 115.
11. Apportez le bassin, amenez l'enfant, affilez les poinçons : ... G. Flaubert, La Tentation de saint Antoine,1849, p. 279.
2. Au fig.
a) [L'obj. désigne un organe ou une chose abstr.] Rendre plus aigu, plus pénétrant, plus piquant, etc. :
12. − Pas d'éclat, pas de trait, pas de montant, − mais observant et laissant venir. − Cette petite Caro affilait son œil de colombe en prunelle d'aigle pour voir ce que je pensais de sa belle-sœur. J. Barbey d'Aurevilly, Deuxième Memorandum,1839, p. 340.
Affiler le caquet à quelqu'un. ,,Le rendre piquant, caustique.`` (Lar. 19e); cf. affilé.
b) [L'obj. désigne une pers.] Rendre plus vif, plus intéressé :
13. La vérité, c'est que Durtal n'était nullement de ceux que les obstacles attirent. Il essayait, une seule fois, de foncer dessus et, dès qu'il jugeait ne les pouvoir culbuter, il s'écartait, sans aucun désir de renouveler la lutte. Si MmeChantelouve avait voulu l'affiler plus encore par ces escales ménagées et ces retards, elle avait fait fausse route. Il s'émoussait, se sentait, ce matin-là, déjà ennuyé de ces mimiques, las de ces attentes. J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 5.
Rem. Le sens fig. est malaisé à définir, les écrivains s'accordant dans ces emplois une grande liberté que favorisent les synon. et anton. de affiler et de aiguiser.
c) Régional
14. Lancer, jeter. (...) Il a affilé son chien sur le mien. Voy. Enfiler. H. Coulabin, Dict. des locutions populaires du bon pays de Rennes en Bretagne,1891.
Préparer :
15. Affile-toi ben : prépare-toi bien. Canada1930.
Amadouer :
16. Il a commencé par m'affiler avec de belles paroles. Canada1930.
B.− Emploi pronom. passif. S'affiler.Être affilé.
Rem. Besch. 1845 note que cet emploi est omis dans les dict. et donne cet ex. : ,,Les couteaux et autres instruments grossiers s'affilent à sec.`` (Lenormand). Ex. repris par Lar. 19eet Nouv. Lar. ill.
II.− [L'idée dominante est celle de minceur]
A.− Rendre mince comme des fils.
1. ARTS MÉT. Effiler (un lingot d'or ou d'argent) en le faisant passer dans une filière.
Rem. Attesté ds C.-M. Gattel, Nouveau dict. portatif de la langue française, 1797; Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, DG.
2. AGRIC. [En parlant de la gelée] Rendre (les fanes des blés) minces comme des fils.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.
B.− Région. [En parlant d'une vache] Faire couler son lait d'un seul filet et d'abondance :
17. Affiler. (...) Donner son lait sans difficulté et d'un jet continu, en parlant d'une vache. Syn. de s'Alayer. Verr.-On. t. 1 1908, p. 18.

AFFILER2, verbe trans.

HORTIC., vx. Planter en files :
Des quinconces, des boulingrins; Des châtaigniers; des plants de fleurs formant la dune; Ici, des rosiers nains qu'un goût docte affila; Plus loin, des ifs taillés en triangles. La lune D'un soir d'été sur tout cela. P. Verlaine, Poèmes saturniens,1866, p. 71.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Littré, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., DG, Lar. 20e. Besch. 1845, note cependant qu'on ,,se sert mieux`` de aligner, DG précise que l'emploi est ,,vieilli`` et Lar. 20e, qu'il est ,,vieux``.
Prononc. − 1. Forme phon. : [afile], j'afile [ʒafil]. Enq. : /afil/. 2. Dér. et composés : affilage, affileur. Cf. fil.
Étymol. ET HIST. − 1. 1100 « couler en filet » (Roland, éd. Bédier, 1657 : Sur l'erbe verte li cler sancs s'en afilet); au Moy. Âge seulement; 2. Fin xiies. « affûter » (Renart, VIV, 375 ds DG : Rasoir... Bien trancant et bien afilé); 3. 1701, Fur. : ... Affiler est aussi un terme de Tireur d'or. Il signifie, Mettre le lingot d'or ou d'argent dans la filière. Affiler un lingot d'or; affiler une verge d'or ou d'argent; 4. 1701, Fur. : ... affiler est encore un terme de jardinier. Il signifie planter à la ligne : Affiler des arbres; qualifié de vieilli par DG. 1 et 2 empr. au lat. pop. *affilare, étymon préférable à une dérivation de fil aux sens « courant en forme de filet » et « tranchant d'un instrument » étant donné la représentation du mot dans la Romania, voir REW3, 260; *affilare dér. de filum (cf. avec 2 filum au sens de « fil, tranchant métallique » dep., Enn., Ann., 253 ds TLL s.v., 763, 18; cf. avec 1 b. lat. filare « couler », Ven. Fort. Mart., 3, 112, ibid. s.v., 760, 36 : sanguine concreto stillans... turgida plaga necem vomuit de vulnere filans); 3 dér. de fil* « métal étiré en forme de fil »; 4 dér. de file*; préf. a-*, dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 16.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Barb.-Card. 1963. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Canada 1930. − Chabat t. 1 1875. − Chesn. 1857. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Hanse 1949. − Le Roux 1752. − Thomas 1956.

affiler « primitivement, donner le fil à un tranchant »

Wiktionnaire

Verbe

affiler \a.fi.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Aiguiser le tranchant émoussé ou ébréché d’un instrument, lui donner le fil.
    • On commence par donner un coup de lime pour blanchir les entablures des Ciseaux, & emporter en même temps les inégalités, s'il y en a ; on appareille les lames & l'on abat le morfil qu'il y a sur les tranchants, ce qui s'appelle affiler. — (Jean-Jacques Perret, L'Art du Coutelier, part. 1 - chap. 17 : Manière de monter les Ciseaux ; & les Principes généraux pour l'affilage des Ciseaux, des Couteaux, des Grattoirs, des Canifs & des Rasoirs, dans la collection Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par MM. de l'Académie royale des sciences, Paris : chez Saillant & chez Desaint, 1771, p. 124)
    • Et moi, dit l’hôte, […], moi, je vais fourbir ma salade, emmêcher mon arquebuse et affiler ma pertuisane. On ne sait pas ce qui peut arriver. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Ils doivent se reposer et trouver le temps d'affiler les faux, de réparer les besaces et de nettoyer les fusils dont ils auront besoins aux champs. — (Mikhaïl-M Prichvine, Au pays des oiseaux sans peur, 2003)
  2. (Figuré) et (Familier)
    • Avoir la langue bien affilée : Quelqu’un qui parle facilement et beaucoup, qui a du bagou.
    • Cette femme a la langue bien affilée : Se dit surtout d’une personne médisante.

Verbe

affiler \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. Variante en graphie inconnue de afiler (graphie ABCD).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFILER. v. tr.
Aiguiser le tranchant émoussé ou ébréché d'un instrument, lui donner le fil. Affiler le tranchant d'un rasoir, d'un couteau, d'un coutelas, d'un sabre. Fig. et fam., Avoir la langue bien affilée, se dit de Quelqu'un qui parle facilement et beaucoup, qui a du babil. Cette femme a la langue bien affilée, se dit surtout d'une Personne médisante. Le participe passé

AFFILÉ s'emploie au féminin comme nom dans la locution adverbiale

D'AFFILÉE, De suite, sans interruption. Il a fait sa besogne d'affilée, ou encore d'une affilée.

Littré (1872-1877)

AFFILER (a-fi-lé) v. a.
  • 1Donner le fil à un tranchant. Affiler un couteau, un canif. Le glaive qui a tranché les jours de la reine est encore levé sur nos têtes : nos péchés en ont affilé le tranchant fatal, Bossuet, Marie-Thérèse.
  • 2 Fig. C'est là qu'on dévoile tous les événements de la chronique scandaleuse, c'est là qu'on affile avec soin le poignard, Rousseau, Hél. II, 17. Nous les laissons affiler les armes dont elles nous subjuguent, Rousseau, Ém. IV. Je ne crois pas qu'il soit plus conforme aux convenances de la politique qu'aux principes de la morale d'affiler le poignard dont on ne saurait blesser ses rivaux, sans en ressentir bientôt sur son propre sein les atteintes, Mirabeau, Collect. t. III, p. 378.
  • 3Par une autre figure. Les uns affilent leurs langues de serpent, Fléchier, Serm. I, 331.
  • 4Planter des arbres à la file les uns des autres.
  • 5Mettre un lingot d'or ou d'argent dans la filière.

HISTORIQUE

XIe s. Sur l'herbe verte li clairs sangs s'en afile [coule en filets], Ch. de Rol. CXXIV.

XIIIe s. S'a dedenz un rasoir trové Qui moult estoit bien afilé, Ren. 3264. Vers lui [elle] a sa corne tournée, Plus tranchant et plus afilée Qu'onques nus homs ne vit rasoir, Unicorne et Serpent. Se ele [l'épée] fust droit afilée, De Jehan fust chose finée [Jehan eût été tué], Bl. et Jeh. 4154. À lor cotiaus qu'il ont trenchans et afilés, Escorchoient les Turs, aval parmi les prés, Ch. d'Ant. V, 30.

XIVe s. S'il a homme ceans dont je soie adesez, De ce coustel sara s'il est bien afilez ! Guesclin. 6856.

XVe s. Un large fer de Bordeaux aussi tranchant et affilé que nul rasoir pourroit estre…, Froissart, II, II, 5.

XVIe s. En le frayant contre sa gorge, il se coupe le gosier de ce tranchet, qui estoit si bien effilé, Despériers, Contes, XX. Langue je n'ay diserte et affilée Pour haranguer devant une assemblée, Amyot, Comment il faut nourrir les enfants, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* AFFILER, v. act. (Jardinage.) c’est planter à la ligne. Voyez Aligner.

Affiler, (terme de Tireurs-d’or.) c’est disposer l’extrémité d’un fil d’or à passer dans une filiere plus menue. Voyez Tireur d’or.

Affiler (terme commun à presque tous les Arts où l’on use d’outils tranchans, & à presque tous les ouvriers qui les font.) Ainsi les Graveurs affilent leurs burins ; les Couteliers affilent leurs rasoirs, leurs couteaux, ciseaux & lancettes.

Ce terme se prend en deux sens fort différens. 1°. Affiler, c’est donner à un instrument tranchant, tel qu’un couteau, une lancette, &c. la derniere façon, en enlevant après qu’il est poli, cette barbe menue & très-coupante qui le borde d’un bout à l’autre, que les ouvriers appellent morfil. 2°. Affiler, c’est passer sur la pierre à affiler un instrument dont le tranchant veut être réparé, soit qu’il y ait bréche, soit qu’à force de travailler il soit émoussé, en un mot un tranchant qui ne coupe plus assez facilement. Il y a généralement trois sortes de pierre à affiler : une grosse pierre bleue, couleur d’ardoise, & qui n’en est qu’un morceau, sur laquelle on ôte le morfil aux couteaux quand ils sont neufs, & sur laquelle on répare leurs tranchans quand ils ne coupent plus. Cette pierre ne sert guere qu’à affiler les instrumens dont il n’est pas nécessaire que le tranchant soit extrèmement fin. Pour les instrumens dont le tranchant ne peut être trop fin, comme les rasoirs, on a une autre pierre blanchâtre plus tendre & d’un grain plus fin que la premiere, qui se trouve en Lorraine : celle-ci sert à deux usages. Le premier, c’est d’enlever le morfil : le second, c’est en usant peu-à-peu les grains de l’acier, à rendre le tranchant plus fin qu’il n’a pû l’être au sortir de dessus la polissoire ; aussi la pierre d’ardoise n’a-t-elle pas plûtôt enlevé le morfil des couteaux & des autres instrumens auxquels elle sert, que ces instrumens sont affilés. Il n’en est pas de même du rasoir, ni des autres outils qui veulent être passés sur la seconde pierre blanche, qu’on appelle pierre à rasoir. L’ouvrier fait encore aller & venir doucement son rasoir sur cette pierre long-tems après que le morfil est emporté. Il y a une troisieme pierre qu’on appelle pierre du Levant, dont la couleur est ordinairement d’un verd très-obscur, très-sale, & tirant par endroits sur le blanchâtre ; son grain est fin, & elle est ordinairement très-dure : mais pour qu’elle soit bonne, on veut qu’elle soit tendre. C’est une trouvaille pour un ouvrier qu’une pierre du Levant d’une bonne qualité. Cette pierre est à l’usage des Graveurs ; ils affilent sur elle leurs burins : elle sert aux Couteliers qui affilent sur elle les lancettes : en général elle paroît par la finesse du grain, propre pour les petits outils & autres dont le tranchant doit être fort vif, & à qui on peut & on doit donner cette finesse de tranchant ; parce qu’ils ont été faits d’un acier fort fin & à grain très-petit, & qu’ils sont destinés à couper promptement & nettement. Il y a une quatrieme pierre du Levant d’un tout-à-fait beau verd, sur laquelle on repasse aussi les petits outils, tels que les lancettes, & dont les ouvriers font grand cas quand elle est bonne.

Pour repasser un couteau on tient la pierre de la main gauche, & l’on appuie dessus la lame du couteau qui fait avec la pierre un angle assez considérable : de cette maniere la lame prend sur la pierre & perd son morfil. On fait aller & venir quatre à cinq fois le tranchant sur la pierre, depuis le talon jusqu’à la pointe, sur un des plats en allant, & sur l’autre plat en revenant ; la pierre est à sec. Le rasoir s’affile entierement à plat ; & la pierre à rasoir est arrosée d’huile. Mais comme le morfil du rasoir est fin, que le grain de la pierre est fin, & que la lame du rasoir va & vient à plat sur la pierre, il pourroit arriver que le morfil seroit long-tems à se détacher. Pour prévenir cet inconvénient, l’ouvrier passe légerement le tranchant du rasoir perpendiculairement sur l’ongle du pouce : de cette maniere le morfil est renversé d’un ou d’autre côté, & la pierre l’enleve plus facilement. La lancette ne s’affile pas tout-à-fait tant à plat que le rasoir ; la pierre du Levant est aussi arrosée d’huile d’olive, & la lancette n’est censée bien affilée par l’ouvrier, que quand elle entre par son propre poids & celui de sa chasse, & sans faire le moindre bruit, sur un morceau de canepin fort fin que l’ouvrier tient tendu entre les doigts de la main gauche. Il y a des instrumens qu’on ne passe point sur la pierre à affiler, mais sur lesquels au contraire on appuie la pierre. C’est la longueur de l’instrument, & la forme qu’on veut donner au tranchant, qui déterminent cette maniere d’affiler.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affiler »

De à et fil.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. afilar ; ital. affilare ; de à (voy. À) et fil (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affiler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affiler afile

Évolution historique de l’usage du mot « affiler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affiler »

  • https://7detable.com/article/dans-les-cuisines/affiler-affuter-aiguiser-redonner-du-tranchant-n-est-pas-si-simple/1673 , Affiler, affûter, aiguiser, redonner du tranchant n'est pas si simple. - 7detable.com
  • Les pompiers de Pontivy se lancent dans un nouveau défi pour le Téléthon et en appellent au public qui souhaiterait les aider. Samedi 7 décembre, jour de mobilisation nationale pour le Téléthon, ils essaieront de tracter à la force des bras un dévidoir à tuyaux autour de la Plaine, pendant six heures d’affiler, de 12 h à 18 h. , Téléthon à Pontivy. Prêts à relever le défi des pompiers ? - Pontivy.maville.com
  • 5 "news" d'affiler plus la vidéo pub. Aucune mention de sponsor Jeuxvideo.com, Gameplay Resident Evil 3 : Les 7 trucs et astuces à savoir - jeuxvideo.com
  • Il s’agit d’un casque 7.1 (virtuellement), qui est capable de tenir jusqu’à 20 heures d’affiler. Avec son dongle USB, ce nouveau modèle peut se brancher sur un PC et une PS4, et sans doute aussi sur une Nintendo Switch. D’ailleurs, pour ne pas le perdre, il est possible de le ranger directement dans l’oreillette gauche ! Clubic.com, HP donne un coup de fouet à sa gamme de souris et casque gaming
  • Expériences exceptionnelles, ces 200 lots proposent des moments rares : les plus offrants auront la chance d’affiler aux premières loges du prochain défilé Jacquemus, d’apprendre la technique savante des macarons avec Pierre Hermé, de découvrir l’écriture dans un atelier mené par Leïla Slimani, de visiter le château de Versailles seul avec Stéphane Bern, ou encore d’assister à une répétition privée du chanteur Renaud. Numéro Magazine, Stéphane Bern et Jacquemus s'engagent contre le Covid-19
  • L’Inter a perdu dans l’antre du Borussia Dortmund alors que le score était largement à l’avantage des hommes d’Antonio Conte à la pause (2-0). Ce dernier a débarqué en conférence de presse telle une furie et ne mâche pas ses mots contre la direction du club qu’il accuse d’une mauvaise gestion du projet annuel : « Il y a des limites lorsque l’on joue la Champions League et le championnat, nous sommes peu nombreux, on finit par payer. Certains joueurs ont fait 6 matchs d’affiler. C’est compliqué pour moi de commenter et d’attaquer. Je suis furieux, je ne parviens pas à monter un beau visage, cela m’embête de perdre de cette façon ». Calciomio, C1 - Inter, Conte : "Je suis furieux, nous avons mal calculé notre année"

Vidéos relatives au mot « affiler »

Traductions du mot « affiler »

Langue Traduction
Anglais sharpen
Espagnol afilar
Italien affilare
Allemand schärfen
Portugais sharpen
Source : Google Translate API

Synonymes de « affiler »

Source : synonymes de affiler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affiler »

Affiler

Retour au sommaire ➦

Partager