La langue française

Amortissement

Sommaire

  • Définitions du mot amortissement
  • Étymologie de « amortissement »
  • Phonétique de « amortissement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amortissement »
  • Citations contenant le mot « amortissement »
  • Traductions du mot « amortissement »
  • Synonymes de « amortissement »

Définitions du mot « amortissement »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMORTISSEMENT, subst. masc.

A.− [Aspect non perf. : l'amortissement est un affaiblissement qui n'entraîne pas suppression]
1. [Le compl., quand il existe, désigne un inanimé concr. et plus particulièrement un choc, un mouvement, un bruit excessif]
a) Action d'amortir ou de s'amortir. Synon. affaiblissement, atténuation :
1. Enfin, les matières plastiques sont un secteur croissant : − Feuilles plastiques pour vêtements, housses, rideaux, conditionnement. − Plastiques cellulaires pour flottabilité, climatisation, isolation, amortissement des chocs, etc. L'Industrie française du caoutchouc,1965, p. 40.
P. ext., rare. [Le compl. désigne un état pathol.] :
2. La saignée produit souvent l'amortissement de la fièvre. Nouv. Lar. ill.1898.
b) Emplois techn.
Terme commun à plusieurs sciences ou techniques :
3. Le frein hydraulique répond à merveille à la question de l'amortissement des percussions et de la limitation du recul... J. Paloque, L'Artillerie de campagne,1909, p. 149.
4. L'amortissement que l'air impose à la vibration d'une corde, est toujours trop petit pour influer notablement sur la fréquence. H. Bouasse, Cordes et membranes,1926, p. 118.
5. Tonndorf et D. Weiss ont schématisé la fonction phonique en ces termes : le vibrateur laryngien constitue un oscillateur entretenu, donc, à amortissement nul, couplé à un résonateur pharyngo-buccal fortement amorti. Arts et littératures dans la Société contemporaine,t. 1, 1935, p. 3605.
6. Les sanguins (nEAP) offrent le contraste d'un facteur d'amortissement, leur inémotivité, et d'un facteur de rebondissement, leur primarité. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 249.
7. L'avantage essentiel des ressorts à lames est de créer un amortissement des oscillations grâce à l'existence du frottement de leurs lames les unes sur les autres. Ceci évite, dans certains cas, l'amplification du mouvement oscillatoire des véhicules qui, sous l'action de perturbations répétées telles qu'il s'en rencontre au cours de la marche, pourrait se traduire par des amplitudes dangereuses allant jusqu'à entraîner le déraillement. M. Bailleul, Notions de matériel roulant des chemins de fer,1951, pp. 17-18.
En partic. B.-A. :
8. Enfin la musique concrète utilisera des chocs, c'est-à-dire des notes théoriquement réduites à une attaque, et dont l'amortissement exclut toute prolongation, naturelle ou artificielle, par résonance. P. Schaeffer, À la recherche d'une musique concrète,1952, p. 214.
ART CULIN. Amortissement de la viande. Action de la rendre moins dure.
DR. ANC. (cf. étymol.). Droit d'amortissement. Redevance payée par les mainmortables au seigneur puis également au roi de France quand ils acquéraient un bien immeuble, ,,pour indemniser le seigneur des droits de mutation dont ce dernier se trouverait privé à l'avenir, les gens de mainmorte ne mourant pas et aliénant peu.`` (Lep. 1948).
IMPR. ANC. Amortissement du cuir. Action de le faire macérer pour le rendre moins dur.
MAR. Amortissement d'un bateau. Diminution de la vitesse d'un bâtiment.
P. méton., ARCHIT.
Élément varié qui termine le comble d'un bâtiment ou d'un ouvrage décoratif, parfois pour en adoucir certaines lignes et allant le plus souvent en diminuant depuis sa base jusqu'à son sommet. Mettre un vase, une figure en amortissement (Ac. 1798-1932) :
9. On en voit [des créneaux] dont l'amortissement est en ogive, ou décrit par une courbe quelconque... P. Mérimée, Étude sur les arts au Moyen-Âge,1870, p. 243.
Amortissement d'une porte, d'une fenêtre. ,,Cavet renversé qui amortit la violence de la pluie.`` (DG).
2. Au fig. [Le compl., quand il existe, désigne un inanimé abstr.] Amortissement des haines, des passions (Ac. t. 1 1932) :
10. Si l'influence immédiate de la révolution républicaine de la Grèce, fut retardée par toutes les causes que nous venons d'assigner, il est à croire que la révolution françoise, dégagée de ces obstacles, aura un effet encore plus rapide en cas qu'il ne se trouve point d'autres forces d'amortissement, plus puissantes que la vélocité de son action. F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les Révolutions, t. 2, 1797, p. 58.
11. ... Bernard ne retournait pas avenue Mozart, où sans doute, pensait-il, ils se disaient tous que le moment le plus dur était loin qu'après un amortissement ambigu des passions, la vie recommencerait. P. Nizan, La Conspiration,1938, p. 186.
B.− [Aspect perf. : l'amortissement est un affaiblissement progressif qui conduit à la suppression de l'obj. amorti]
1. Dans divers domaines techn.
a) FINANCES
Amortissement financier. [Le compl., quand il existe, désigne une rente, une pension, une redevance, une dette, un emprunt, un titre, une obligation, une action, etc.] Extinction par des remboursements successifs :
12. Mon père (...) avait vendu ses bois et une portion de ses terres; mais (...) n'en avait consacré qu'une faible part à l'amortissement de sa dette... O. Feuillet, Le Roman d'un jeune homme pauvre,1858, p. 19.
Amortissement de la dette publique (Ac. 1835-1932).
Emploi abs. :
13. M. Necker, afin d'assurer l'intérêt et le fonds d'amortissement nécessaires à la garantie des payements, attachait une réforme à chaque emprunt; ... G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 1, 1817, p. 58.
14. Le Ministre des Finances signala les vœux exprimés par le rapporteur. Pour la première fois, la Chambre avait des velléités de critique. Ainsi, le rapporteur souhaitait voir l'amortissement fonctionner d'une façon normale et le gouvernement se contenter des crédits votés, sans recourir toujours à des demandes de crédits supplémentaires. É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon,1876, pp. 279-280.
15. En 1926, pour rétablir la confiance du public dans le crédit de l'État, une revision constitutionnelle disposa que certaines ressources fiscales seraient affectées « ne varietur » à une Caisse d'amortissement chargée de gérer et d'éteindre la dette publique. G. Vedel, Manuel élémentaire de droit constitutionnel,1949, p. 88.
,,Opération qui permet la reconstitution d'un capital, quelle que soit la nature de celui-ci : capital-espèces, capital-outil, capital-mobilier, immobilier, foncier...`` (Romeuf t. 1 1956) :
16. Il [le préposé de l'Octroi] dévore l'Humanité, le journal s'entend, et économise sur sa maigre solde, l'amortissement de son terrain... A. Arnoux, Les Gentilshommes de Ceinture,1928, p. 42.
17. Aussi la manutention mécanique de ces produits est-elle une condition essentielle de l'abaissement des frais de fabrication. Or, pour permettre l'amortissement raisonnable du matériel de manutention mécanique et de la cave continue qui doit lui être associée, une capacité annuelle de 100 000 tonnes au minimum paraît être opportune. L'Industrie française des engrais chimiques, 1. Engrais phosphatés et engrais azotés, 1954, p. 12.
Amortissement industriel ou comptable. ,,Opération de comptabilité constatant la dépréciation subie par un élément d'actif d'une entreprise, soit par vétusté, soit par l'usage, en vue d'en assurer éventuellement la reconstitution.`` (Cap. 1936).
b) MAR. [En parlant de la mer] État de la mer pendant les mortes-eaux.
[En parlant d'un bateau] Situation d'un bâtiment échoué pendant les mortes-eaux.
2. Au fig. ou par métaph. :
18. C'était l'aveu de la volonté droite, que l'amortissement des sens peut seul, comme une expérimentation, nous ouvrir une vie supérieure; que rien de sensible ne doit nous séduire dans ce que nous voulons de l'être; que, pour recevoir celui que nous attendons, il faut nous exterminer en quelque façon nous-mêmes. M. Blondel, L'Action,1893, p. 393.
Prononc. :[amɔ ʀtismɑ ̃.
Étymol. ET HIST. − 1. 1263 anc. dr. « action d'amortir, de convertir en bien de mainmorte » (Cart. de N.-D. de Voisins ds Delboulle, Recueil de notes lexicol. : Et gie... vouls esloe cert devant dist don [ces deux derniers mots étaient difficilement lisibles] et l'amortissement et octroie); 1604 amortissement des rentes (Henri iv, Harangue, prononcée à Paris le 28 février ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3 1888 : Je me suis résolu, pour prévenir tels inconvénients, d'entrer au rachat et amortissement des rentes); 2. xives. « action d'affaiblir » (Tignonv., Dis. mor. des philos., Ars 2212, fo8 vods Gdf. Compl. : Amortissement de tous maulx); 3. 1400-1402 spéc. archit. « ce qui termine le comble d'un bâtiment » (Compt. de Girart Goussart, Fortification, XLVI, A. mun. Orl., ibid. : Pour faire l'amortissement de la plomberie de la tour). Dér. du rad. du part. prés. de amortir* : au sens 1 de amortir 2 b, au sens 2 de amortir 2 a, au sens 3 de amortir 2 c; suff. -ment1*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 65.
BBG. − Arnaud 1966. − Bach.-Dez. 1882. − Bailly (R.) 1969. − Banque 1963. − Barb.-Cad. 1963. − Barr. 1967. − Baudhuin 1968. − Bél. 1957. − Birou 1966. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Cap. 1936. − Chabat t. 1 1875. − Comm. t. 1 1837. − Dupin-Lab. 1846. − Électron. 1963-64. − Jossier 1881. − Kuhn 1931, p. 145. − Lar. comm. 1930. − Lemeunier 1969. − Lep. 1948. − Piéron 1963. − Pir. 1964. − Pol. 1868. − Privat-Foc. 1870. − Pujol 1970. − Réau-Rond. 1951. − Romeuf t. 1 1956. − Sc. 1962. − Sill. 1965. − Siz. 1968. − St-Edme t. 1 1824. − Suavet 1963. − Uv.-Chapman 1956. − Viollet 1875. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

amortissement \a.mɔʁ.tis.mɑ̃\ masculin

  1. (Histoire) (Droit) Annulation de la mainmorte sur un domaine en échange d’une compensation monétaire due au seigneur. Redevance payée par les mainmortables au seigneur pour l’indemniser de la suppression des droits de mutation dont ce dernier se trouverait privé à l'avenir.
    • On ignore comment et à quelle époque fut fondée la maison de Dormelles, ancienne commanderie du Temple. Tout ce qu'on sait, c'est que les Templiers étaient établis à Dormelles, au commencement du XIIIe siècle, comme on le voit dans des lettres d’amortissement accordées en 1220, par Odeline de Limeni, […]. — (Eugène Mannier, Ordre de Malte: les commanderies du grand prieuré de France, Paris : chez Aug. Aubry & chez Dumoulin, 1872, page 99)
  2. Conversion en une rente annuelle d’un capital.
    • Faire l’amortissement d’une rente, d’une pension.
  3. Rééchelonnement dans le temps des annuités, amoindrissement des annuités.
    • L’amortissement de la dette publique.
    • Caisse d’amortissement, (Vieilli) Caisse établie pour l’étalement de la dette publique.
  4. Affaiblissement, atténuation.
    • L’amortissement d’un choc.
  5. (Comptabilité) Charge passée dans les comptes pour compenser la dépréciation graduelle d'une immobilisation.
    • Aussi la manutention mécanique de ces produits est-elle une condition essentielle de l'abaissement des frais de fabrication. Or, pour permettre l'amortissement raisonnable du matériel de manutention mécanique et de la cave continue qui doit lui être associée, une capacité annuelle de 100 000 tonnes au minimum paraît être opportune. — (L'Industrie française des engrais chimiques, 1. Engrais phosphatés et engrais azotés, 1954)
  6. (Finance) Succession de paiement remboursant le capital d'un emprunt.
  7. (Architecture) Ce qui termine et surmonte le comble d’un bâtiment.
    • On a mis pour amortissement à ce pavillon un vase de fleurs.
    • Mettre un vase, mettre une figure en amortissement.
  8. (Architecture) Cavet renversé qui couvre les corniches des croisées et des portes extérieures, pour les garantir de la pluie.
    • Mettre des figures, des vases, des trophées au-dessus d’une corniche pour servir d’amortissement.

Nom commun

amortissement \Prononciation ?\ masculin (graphie ABCD)

  1. Amortissement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMORTISSEMENT. n. m.
Action d'amortir. L'amortissement des haines, l'amortissement des passions. Faire l'amortissement d'une rente, d'une pension. L'amortissement de la dette publique. Fonds d'amortissement, Somme destinée à l'extinction d'une rente ou d'un capital employé. Caisse d'amortissement, Caisse établie pour l'amortissement graduel de la dette publique.

AMORTISSEMENT s'est dit aussi en parlant d'un domaine, d'une terre, d'un héritage qui tombait en mainmorte, et il signifiait Faculté donnée par le roi pour faire que des gens de mainmorte pussent devenir propriétaires, à charge de ne pouvoir vendre le fonds amorti. Ces religieux ont payé tant pour l'amortissement de telle terre. Ils ont payé les droits d'amortissement. En termes d'Architecture, il signifie Ce qui termine et surmonte le comble d'un bâtiment. On a mis pour amortissement à ce pavillon un vase de fleurs. Mettre des figures, des vases, des trophées au-dessus d'une corniche pour servir d'amortissement. Mettre un vase, mettre une figure en amortissement. Il désigne par extension Tout ornement qui termine des ouvrages d'architecture. Il se dit aussi d'un Cavet renversé qui couvre les corniches des croisées et des portes extérieures, pour les garantir de la pluie.

Littré (1872-1877)

AMORTISSEMENT (a-mor-ti-se-man) s. m.
  • 1Action d'amortir, d'affaiblir. L'amortissement du coup. L'amortissement des haines.
  • 2Faculté donnée autrefois aux mainmortables de devenir propriétaires.
  • 3Rachat d'une rente, d'une pension, d'une redevance, etc. Amortissement de la dette publique. Cette confiscation était une espèce de droit d'amortissement pour le prince des taxes qu'il levait sur les Juifs, Montesquieu, Esp. XXI, 20.

    Caisse d'amortissement, caisse établie pour l'extinction graduelle de la dette publique.

    Fonds d'amortissement, fonds destinés à l'amortissement d'une rente.

  • 4 En termes d'architecture, ce qui termine, ce qui finit le comble d'un bâtiment.
  • 5Amortissements, les cavets renversés qui couvrent des corniches, des croisées et des portes extérieures, pour les garantir de la pluie.
  • 6 En termes de marine, état d'un bâtiment qui est amorti.

HISTORIQUE

XVe s. Lesquelz il renta moult richement par amortissement perpetuel, Christine de Pisan, Charles V, III, ch. 11.

XVIe s. L'amortissement [droit pour ce qui passe en mainmorte] de ce qui est tenu immediatement du roi s'estime à la valeur du tiers de la chose, Loysel, 78. Peu de temps après ils apperceurent bien que ce partage n'estoit point amortissement d'inimitié, ains plus tost commencement de querelles et de dissensions entre eulx, Amyot, Pyrrh. 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AMORTISSEMENT, s. m. (Jurisprud.) est une aliénation d’immeubles faite au profit de gens de main-morte, comme de couvens, confréries, corps de métier ou autres communautés. Voyez . Ce mot à la lettre signifie la même chose qu’extinction.

Amortissement, (Lettres d’) sont des patentes royales contenant permission en faveur d’une communauté d’acquérir un fonds ; ce qu’elle ne pourroit faire sans cela. Cette concession se fait moyennant une somme qui est payée au Roi & au Seigneur, pour dédommager l’un & l’autre des profits qui leur reviendroient lors des mutations, lesquels ne peuvent plus avoir lieu lorsque le bien est possédé par une communauté, qui ne meurt pas.

Ce reglement a été fait à l’imitation de la loi Papiria, par laquelle il étoit défendu de consacrer aucun fonds à des usages religieux, sans le consentement du peuple.

Ce fut S. Louis qui imagina cet expédient, sur les plaintes que les Ecclésiastiques de son tems porterent au Pape contre les Seigneurs qui prétendoient les troubler dans leurs acquisitions, en conséquence des lois du royaume qui défendoient aux gens d’église de posséder des fonds. Il leur conserva ceux qu’ils possédoient pour lors : mais pour réprimer leur avidité, il leur imposa pour les acquisitions qu’ils feroient à l’avenir, l’obligation de payer au Domaine les droits d’amortissement, & aux Seigneurs une indemnité. V. Indemnité. (H)

Amortissement s’entend, en Architecture, de tout ouvrage de sculpture isolé, qui termine quelques avant-corps, comme celui du château de Versailles du côté de la cour de Marbre, & celui du palais Bourbon à Paris du côté de l’entrée ; ou bien composé d’architecture & sculpture, comme celui qui couronne l’avant-corps du milieu du manege découvert du château de Chantilly. Ces amortissemens tiennent souvent lieu de fronton dans la décoration extérieure de nos bâtimens : mais il n’en faut pas user trop fréquemment, & craindre sur-tout d’abuser de la licence de les trop tourmenter, dans l’intention, disent la plûpart de nos Sculpteurs, de leur donner un air pittoresque : la sagesse des formes y doit présider ; l’on doit rejetter absolument dans leur composition tous ornemens frivoles, qui ne forment que de petites parties, corrompent les masses ; & qui vûes d’en-bas, ou d’une certaine distance, ne laissent appercevoir qu’un tout mal entendu, sans choix, & souvent sans convenance pour le sujet. Il faut observer aussi que ces amortissemens soient en proportion avec l’architecture qui les reçoit, que leur forme générale soit pyramidale avec l’édifice, & éviter les idées capricieuses ; car il semble depuis quelques années qu’on n’ose plus placer d’écussons qu’ils ne soient inclinés ; abus qui fait peu d’honneur à la plûpart des Architectes de nos jours ; par paresse ou par ignorance ils abandonnent le soin de leur composition à des Sculpteurs peu entendus, qui ne connoissant pas les principes de l’architecture naturelle, croyent avoir imaginé un chef-d’œuvre quand ils ont entassé des coquilles, des palmettes, des génies, des supports, &c. qui ne forment qu’un tout monstrueux, sans grace, sans art, & souvent sans beauté d’exécution.

Je ne crois pas pouvoir me dispenser de parler de ces abus, ni de recommander aux Sculpteurs d’acquérir les principes de l’Architecture, & aux jeunes Architectes l’art du dessein, comme l’ame du goût ; toutes ces frivolités n’ont pris le dessus que par l’ignorance de l’un & de l’autre. Le Sculpteur se contente de sa main-d’œuvre ; quelques Architectes, d’un vain titre dont ils abusent. S’ils étoient instruits réciproquement de leur art, l’exécution en auroit plus de succès ; car il ne faut pas douter que c’est dans cette partie principalement qu’il faut réunir la théorie & l’expérience. La sculpture dans un édifice étant étrangere à la solidité & à la commodité, elle ne peut trouver raisonnablement sa place que dans les édifices sacrés, dans les palais des rois, & dans les maisons des grands ; alors il faut qu’elle soit traitée avec noblesse, avec prudence, & qu’elle paroisse si bien liée à l’architecture qui la reçoit, que l’une & l’autre concourre à donner un air de dignité aux monumens qu’il s’agit d’ériger. Voyez ce que j’en ai dit, & les exemples que j’en ai donnés dans le II. volume de ma Décoration des édifices, à Paris, chez Jombert.

On peut user de moins de sévérité pour les amortissemens destinés à la décoration des fêtes publiques, comme arcs de triomphe, décorations théatrales, feux d’artifices, &c. dont l’aspect est momentanée, & s’exécute en peinture à fresque sur de la toile ou de la volige, où l’on peut préférer les formes ingénieuses, quoiqu’hasardées, le brillant & l’éclat, à la gravité des formes qu’exige un monument de pierre : aussi ai-je usé de ces licences dans l’arc de triomphe de la porte S. Martin, que je fis exécuter à Paris en 1745. à l’occasion du retour du Roi de l’armée de Flandre, & à la décoration du théatre du college de Louis le grand, exécutée en 1748. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « amortissement »

Mot dérivé de amortisse avec le suffixe -ment.
(1263) C'est à l'origine un terme de droit fiscal, en ancien français, le mot signifie « taxe annuelle due au seigneur en compensation de l'annulation de la mainmorte ».
Le sens de « action d'affaiblir » date du quatorzième siècle. C'est un emploi au sens figuré du sens propre en « transformer un impôt très lourd (la mainmorte) en une ponction fiscale moindre, graduelle ».
(1604) Par extension du sens initial, il signifie « rente annuelle (ou calcul de cette rente) due en échange d’un capital ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Amortir ; provenç. amortissament, amortesimen ; espagn. amortecimiento.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « amortissement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amortissement amɔrtismɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « amortissement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amortissement »

  • La Fédération hospitalière de France a écrit au Premier ministre pour demander que la « dette Covid » ne vienne pas alourdir la Caisse d'amortissement de la dette sociale et pour qu'une partie des recettes de cette caisse soient affectées à la dépendance dès 2021. Les Echos, Les hôpitaux voudraient repousser après 2050 l'amortissement de la dette sociale | Les Echos
  • D'autres crédits en cours peuvent être ajoutés au dossier de rachat. Vous avez également la possibilité d’ajouter une trésorerie complémentaire pour démarrer ce nouveau chapitre de votre vie.  Avec Crédit Unique, vous pouvez même bénéficier d’un différé d’amortissement jusqu’à 36 mois. Seloger, Séparation : conservez le logement en rachetant la soulte de votre ex-conjoint(e) | Seloger
  • Erwann Tison : Depuis le début, l’exécutif s’est montré très volontariste pour amortir cette crise inédite. On peut se féliciter de voir que les leçons de 2009 ont été tirées, et la réaction française a été bien plus rapide et plus efficace que lors des dernières crises. L’amortissement a été puissant et a permis à l’économie française de ne pas totalement sombrer durant le covid. Atlantico.fr, Négociations avec les syndicats, mesures de soutien de l'économie : la France fait-elle mieux que lors des crises précédentes ? | Atlantico.fr
  • Le marché Matériau de résistance à l’amortissement a connu une transformation rapide de l’entreprise par de bonnes relations avec les clients, une croissance concurrentielle et des progrès technologiques sur le marché mondial. Il fournit également des données complètes sur le marché Matériau de résistance à l’amortissement , qui élabore la dynamique du marché telles que les tendances de l’industrie, les idées clés, les opportunités de croissance, le développement des affaires, les moteurs et les défis commerciaux sur le marché Matériau de résistance à l’amortissement. Le marché Matériau de résistance à l’amortissement est segmenté en types de produits, applications d’utilisation finale, principaux acteurs du marché et régions géographiques. Cette étude de recherche se concentre également sur les tendances de la chaîne d’approvisionnement, les innovations technologiques, les développements clés et les stratégies futures des fabricants clés de l’industrie Matériau de résistance à l’amortissement. INFO DU CONTINENT, Matériau de résistance à l'amortissement Marché 2020 | Impact du verrouillage des coronavirus sur les industries en croissance 2020-2029 - INFO DU CONTINENT
  • Le transfert de dette sociale à la caisse d'amortissement de la dette sociale doit sécuriser la situation financière de la sécurité sociale, qui a été confrontée à de nouvelles dépenses depuis le début de la crise du covid-19 (financement du chômage partiel...). , Loi dette sociale et autonomie 5e risque dépendance | Vie publique.fr

Traductions du mot « amortissement »

Langue Traduction
Anglais damping
Espagnol amortización
Italien ammortamento
Allemand abschreibung
Portugais amortização
Source : Google Translate API

Synonymes de « amortissement »

Source : synonymes de amortissement sur lebonsynonyme.fr
Partager