La langue française

Allaiter

Sommaire

  • Définitions du mot allaiter
  • Étymologie de « allaiter »
  • Phonétique de « allaiter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « allaiter »
  • Citations contenant le mot « allaiter »
  • Traductions du mot « allaiter »
  • Synonymes de « allaiter »
  • Antonymes de « allaiter »

Définitions du mot allaiter

Trésor de la Langue Française informatisé

ALLAITER, verbe trans.

A.− [En parlant d'une femme ou de la femelle d'un animal mammifère] Nourrir de son lait un nouveau-né, un petit. Allaiter un enfant, un nourrisson :
1. Chactas erra long-temps dans ce lieu : il visita la grotte du solitaire qu'il trouva remplie de ronces et de framboisiers, et dans laquelle une biche allaitoit son faon. F.-R. de Chateaubriand, Génie du Christianisme, t. 2, 1803, p. 275.
2. Le Sénat déclara les citoyens d'Ilium parens du peuple romain, et fit fondre en airain la louve allaitant les jumeaux. J. Michelet, Histoire romaine,t. 2, 1831, p. 64.
3. L'enfant ayant besoin d'une mère pour l'allaiter et l'élever, d'un père pour le protéger et le guider dans la vie, la famille est la raison d'être et la finalité de l'amour. L. Ménard, Rêveries d'un païen mystique,1876, pp. 113-114.
4. J'aime la femme enceinte ou celle qui allaite, j'aime le troupeau qui se perpétue, j'aime les saisons qui reviennent. A. de Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 517.
Rem. Souvent en emploi absolu (cf. ex. 4).
B.− Au fig. Fournir à l'âme ou à l'esprit de quoi se développer :
5. ... J'aimais la liberté, cette déesse antique Dont les flancs sont blessés, Et qui chantait jadis un radieux cantique Sur ses fils trépassés; Cette mère dont l'âme à tous nos vœux se mêle : Qui, les deux bras ouverts, Étreint les nations, et, comme une Cybèle, Allaite l'univers! T. de Banville, Les Cariatides,1842, p. 125.
6. Alors, dans cet admirable Moyen Âge, où l'art, allaité par l'Église, anticipa sur la mort, s'avança jusqu'au seuil de l'éternité, jusqu'à Dieu, le concept divin et la forme céleste furent devinés, entr'aperçus, pour la première et peut-être pour la dernière fois, par l'homme. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 11.
7. − « Si M. Godeau était catholique? » Pouvait-il ne pas l'être, s'il l'était, s'il avait été baptisé, si l'Église l'avait porté dans son sein quand il n'était pas encore et puis l'avait mis au monde surnaturel; si l'Église l'avait allaité de sa doctrine, parfumé de myrrhe et d'encens dès son jeune âge, enivré bientôt du vin de l'Eucharistie et nourri du pain de son idéal? M. Jouhandeau, Monsieur Godeau intime,1926, p. 284.
DÉR.
Allaiteuse, subst. fém.,néol. d'aut. Femme qui allaite (cf. G. d'Esparbès, Le Roi, 1901, p. 23).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [alεte] ou [-le-], j'allaite [ʒalεt]. Barbeau-Rodhe 1930 et Dub. notent [ε] ouvert pour la 2esyllabe, Pt Rob. et Pt Lar. 1968 [e] fermé. Passy 1914 et Warn. 1968 donnent les 2 possibilités de prononc. : avec [ε] ou [e]. Warn. 1968 réserve la prononc. avec [ε] au lang. soutenu, celle avec [e] au lang. cour. (harmonisation vocalique). Enq. : /ale2t/. Conjug. parler. 2. Hist. − Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Gattel 1841, Besch. 1845 et Fél. 1851 transcrivent la 2esyllabe du mot avec [e] fermé, Nod. 1844, Littré et DG avec [ε] ouvert. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. alaiter avec un seul l et fait la rem. suiv. : ,,un des auteurs des Let. Édif. [lettres édifiantes et curieuses] écrit alléter : mais ce verbe vient de lait; il faut donc écrire allaiter``.
Étymol. ET HIST. − 1. 1121-1135 (Philippe de Thaün, Bestiaire, éd. Walberg, 2610 ds T.-L. : mere Ki süef le portat, Nurit e alaitat). − Cotgr. 1611, qualifié de vieilli ds DG. Du b. lat. allactare, attesté par Marcellus, Med., 8, 136 ds TLL, 1659, 80 : ex lacte mulieris, quae puerum allactat. Allaiteuse, 1901, supra rem.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 181.
BBG. − Bruant 1901. − Caput 1969. − Ernout (A.) Allaiter et sevrer. In : [Mélanges Bally (C.)]. Genève, 1939, pp. 329-336 (publ. aussi ds : ID. Philologica. Paris, 1946, pp. 59-65). − Nysten 1814-20. − Regula (M.) Etymologica. In : [Mélanges Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 484 (s.v. alaitier).

Wiktionnaire

Verbe

allaiter \a.le.te\ ou \a.lɛ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Zoologie) (Puériculture) Nourrir de son lait.
    • La vache marocaine est mauvaise laitière : on ne peut guère en tirer qu’un à trois litres de lait, et seulement tant qu’elle allaite. — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, p. 230)
    • Mais comment, cependant, ne pas consacrer au moins un mot à cette admirable pouponnière, à cette garderie, à ces parcs à bébés où les jeunes mères déposent leurs petits, qu’elles viennent, à intervalles réguliers, allaiter avec des précautions de propreté, une incessante éducation d’hygiène dont je m’émerveille ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Zaheira, un jour, était assise dans la cour de la ferme, près du four, allaitant son enfant. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira », dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLAITER. v. tr.
Nourrir de son lait. La nourrice qui l'a allaité. Une mère qui allaite son enfant. La louve qui allaita Rémus et Romulus.

Littré (1872-1877)

ALLAITER (a-lè-té) v. a.
  • Nourrir de son lait.

HISTORIQUE

XIIe s. Ke faites vos, signor roi, Ke faites-vos ? Aoreiz-vos donc un alaitant enfant en une vil bordele et envolepeit en vils dras ? Saint Bernard, p. 550.

XIIIe s. Et vostre filz qui mès n'alete [se nourrit de lait], Qui a en cest an esté nez, Aura, se vos si le volez, A son mengier cel veelet Qui est tendre et est de let, Ren. 6136. Ceste l'aleta de son lait ; N'ot autre boulie à li pestre, la Rose, 10182. Autre amor naturel i a, Que nature es bestes crea, Par quoi de lor faons chevissent, Et les aleitent et norrissent, ib. 5789. Vierge fu norrie, Vierge Dieu porta, Vierge l'aleta, Vierge fu sa vie, Rutebeuf, II, 8. Là où la mere vuet son enfant alaitier, Ne trove ele en son pis qu'il en puisse sucier, Les ieus clot, si se muert por le grant desirier, Ch. d'Ant. VII, 267. Quant les meres sont mortes, si crient li enfant, Sor les pis lor montoient, les mamelles querant, La mere morte alaitent [tettent], ce fu dolor moult grant, ib. III, 41. Donques porroit uns enfes qui alaiteroit encore se [sa] mere, dessaisir se de son heritage, Beaumanoir, XV, 22.

XVe s. Et durant le chemin prirent plusieurs enfants allaitans leurs meres, et les jetoient sur les espines et sur les haies en les lapidant très horriblement, Monstrelet, liv. II, ch. 39. Ces Anglois mangeoient des raisins à foison, quand ils en pouvoient avoir, ce qui estoit chaud, doux et alaitant, Froissart, II, III, 83.

XVIe s. Semblablement les enfans allaitans nourrices verollées en sont infectés, Paré, XVI, 2. L'un Bissipat, que neuf sœurs allaicterent, Marot, III, 308.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « allaiter »

(Date à préciser) De l’ancien français alaitier lui-même issu du bas-latin allactare, (« téter, nourrir de son lait ») → voir lactare en latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Allactare, de al pour ad (voy. À), et lactare, donner du lait, de lac, lait (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « allaiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allaiter alɛte

Évolution historique de l’usage du mot « allaiter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allaiter »

  • Comme le précise le code du Travail L 224-2  de 1916, la mère allaitante dispose d’une heure par jour sur ses heures de travail pour allaiter, pendant un an après la naissance : FemininBio, Télétravail et bébé : comment gérer les deux ? - FemininBio
  • J’avais décidé d’allaiter mon fils mais à chaque tentative ma fille faisait des crises de nerfs.  Mon plus mauvais souvenir c’est un jour où j’essayais de donner le sein et ma fille hurlait, elle essayait de venir dans mes bras. Impossible pour moi d’allaiter mon fils, j’ai emmené ma fille faire le tour du quartier en poussette pour l’endormir. En revenant, j’ai essayé d’allaiter à nouveau mon fils mais je n’y arrivais pas. Parole de mamans, Passage d'un à deux enfants : j'aurais voulu être mieux préparée ! | Parole de Mamans
  • La philosophie est la nourrice sèche de la vie, elle veille sur nos pas, mais ne peut nous allaiter. De Anonyme
  • Personne ne remet en question les bienfaits de l'allaitement dans le développement d'un bébé. Mais si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le préconise pendant les six premiers mois de vie, les femmes reprennent souvent le ­travail bien avant. Elles sont rares à tirer leur lait et à le stocker. ­Certaines sont fatiguées ou ne souhaitent tout simplement pas allaiter. Près de neuf sur dix utilisent des préparations infantiles avant la fin du semestre recommandé. Ces poudres ont fait d'énormes progrès ces dernières années. lejdd.fr, Voici comment du lait maternel artificiel pourrait bientôt révolutionner l'allaitement
  • L’OMS et l’UNICEF encouragent les femmes à continuer d’allaiter au sein durant la pandémie de COVID-19, même si elles souffrent d’une COVID-19 confirmée ou présumée. Alors que les chercheurs continuent d’analyser le lait des femmes dont il est confirmé ou dont on soupçonne qu’elles ont la COVID-19, les éléments actuellement disponibles indiquent qu’il y a peu de chances pour que la COVID-19 se transmette par l’allaitement au sein ou par le lait tiré d’une mère présentant une COVID-19 confirmée ou présumée. Les nombreux bienfaits de l’allaitement maternel l’emportent largement sur le risque éventuel de maladie associée au virus. Il n’est pas plus sûr de donner du lait maternisé. , Les pays ne parviennent pas à stopper la commercialisation nocive des substituts du lait maternel, avertissent l’OMS et l’UNICEF
  • "L'OMS a minutieusement étudié les risques pour les femmes de transmettre la maladie Covid-19 à leurs bébés durant l'allaitement. Nous savons que les enfants sont relativement peu à risque face à la maladie, mais sont très exposés aux autres maladies et affections que l'allaitement prévient", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Sur la foi des preuves disponibles, le conseil de l'OMS est que les bénéfices de l'allaitement excèdent tout risque potentiel de transmission", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse virtuelle. De ce fait "les mères dont la contamination à la maladie Covid-19 est suspectée ou confirmée doivent être encouragées à commencer ou à continuer d'allaiter et ne doivent pas être séparées de leurs nourrissons, sauf si la mère est trop souffrante", a souligné le chef de l'agence sanitaire de l'ONU. L'Orient-Le Jour, Les bienfaits de l'allaitement l'emportent sur le risque de transmission, selon l'OMS - L'Orient-Le Jour
  • De ce fait "les mères dont la contamination à la maladie Covid-19 est suspectée ou confirmée doivent être encouragées à commencer ou à continuer d’allaiter et ne doivent pas être séparées de leurs nourrissons, sauf si la mère est trop souffrante", a souligné le chef de l’agence sanitaire de l’ONU.  SudOuest.fr, Coronavirus et allaitement : pas de risque de transmission à un nourrisson, selon l’OMS
  • A peine êtes-vous enceinte qu’on vous demande déjà si vous allez allaiter ou pas, alors que vous ne le savez peut-être pas vous-même. Vous répondez oui et vous recevez alors souvent un chaleureux : “ C’est bien, c’est ce qu’il y a de meilleur ! ”, accompagné de quelques commentaires sur la douleur et les irritations que peuvent subir vos mamelons ou parfois aussi, un inquiétant “ bon courage ! ”. Et si votre réponse est non, la conversation s'arrête souvent là, de façon gênante, sauf si la personne a elle-même opté pour le biberon. Mais au fond de vous, vous avez l'impression d'être jugée. Doctissimo, Comment se préparer à l’allaitement ?

Traductions du mot « allaiter »

Langue Traduction
Anglais breastfeed
Espagnol amamantar
Italien allattare
Allemand stillen
Portugais amamentar
Source : Google Translate API

Synonymes de « allaiter »

Source : synonymes de allaiter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « allaiter »

Partager