La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « lait »

Lait

Variantes Singulier Pluriel
Masculin lait laits

Définitions de « lait »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAIT, subst. masc.

I. − Liquide physiologique, blanc, opaque, légèrement sucré, de densité supérieure à celle de l'eau, sécrété par les glandes mammaires de la femme et des mammifères femelles.
A. − [La sécrétion se produit naturellement après la parturition]
1. [Lait considéré comme aliment naturel du nouveau-né, sécrété par les glandes mammaires de la femme] Lait maternel; gorge gonflée de lait; nourrir un enfant de son lait; avoir beaucoup, peu de lait. Achetez-moi ces numéros; c'est pour donner un morceau de pain à ma femme, à ma pauvre femme, qui n'a presque plus de lait pour son enfant (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 67).Une jeune mère (...) maigre et pâle, donnait le sein à un enfant malingre. L'enfant, qui ne trouvait plus de lait, criait, mais ses cris étaient faibles et les sanglots l'étouffaient (France, Dieux ont soif,1912, p. 74).L'enfant sevré n'est pas ingrat s'il repousse le sein de sa mère. Ce n'est plus du lait qu'il lui faut (Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 297):
1. La mère, grande et droite comme la tige du sapin de ces montagnes, forte, puissante, et telle qu'on se figure la mère du genre humain, s'applaudissait d'avoir mis au jour douze enfants, de les avoir tous et longtemps abreuvés de son lait. Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 177.
Lait colostral. Synon. colostrum.Il y a, en effet, beaucoup plus de protéines et de sels minéraux dans le lait des premiers jours, appelé lait colostral, et beaucoup moins de lipides et de lactose, que dans le lait du 30ejour, appelé lait parfait (Livre d'or pour une future maman, Paris, Éd. du Livre d'or, 1978, p. 25).
Croûte*(s) de lait.
Tire-lait*.
Fièvre de lait. Fièvre apparaissant chez la mère lors de la montée du lait. Il avait perdu en très bas âge son père et sa mère. Sa mère était morte d'une fièvre de lait mal soignée (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 106).
Fille, frère, sœur de lait. Enfant qu'une femme nourrit de son lait en même temps que son propre enfant. Cette maison, c'est celle qu'habitait ma nourrice (...) c'est celle où j'ai été élevée, avec une petite sœur de lait qui est morte (Dumas père, L. Bernard,1843, I, 2, p. 202):
2. ... encore une, celle-là, qui lui devait une belle chandelle! Fille séduite dont l'enfant était mort, nourrice de Séverine qui venait de coûter la vie à sa mère, plus tard femme d'un chauffeur de la compagnie, elle vivait mal, à Paris, d'un peu de couture, son mari mangeant tout, lorsque la rencontre de sa fille de lait avait renoué les liens d'autrefois, en faisant d'elle aussi une protégée du président... Zola, Bête hum.,1890, p. 12.
Dent(s), incisive(s), molaire(s) de lait. Première(s) dent(s) des enfants destinée(s) à tomber vers l'âge de six-sept ans. Le frêle petit crâne était fracassé comme une noix, c'était un enfant de huit ans, et quelques dents de lait tiennent encore à la mâchoire (Claudel, Annonce,1912, p. 18).
Loc. [En parlant d'un enfant, d'un adolescent qui prétend agir, se comporter en adulte] Si on lui pressait/serrait/tordait le nez, il en jaillirait/sortirait du lait. Un moutard (on lui presserait le nez, il en sortirait du lait) qui voudrait m'empêcher d'aller aux cabinets et de faire mes nécessités! (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 2etabl., 2, p. 66).Chacun, sans malice, lui rabattait le caquet : « Si l'on te pressait le nez, il en sortirait du lait » (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 77):
3. Ce tas de morveux! ça se convoque sur la place du Panthéon! vertu de ma vie! des galopins qui étaient hier en nourrice! si on leur pressait le nez, il en sortirait du lait! où va-t-on? Il est clair qu'on va à l'abîme. Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 828.
Var. « Sacrés jean-foutres de blancs-becs! », grogne le facteur, en promenant autour de lui un œil courroucé. « Le lait leur coule encore des narines, et ça voudrait déjà chambarder tout! » (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1094).
Loc. proverbiale Le vin est le lait des vieillards. Le vin donne aux vieillards des forces, les soutient. Un quasi centenaire de mon pays, qui savoure chaque jour son petit verre d'Armagnac, a coutume de dire : c'est le lait des vieillards (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 51).
P. euphém. Lait noir. Boisson alcoolisée. Buvez du whisky, qui est un remède contre la morsure du serpent. C'est la consolation de ceux qui sont seuls et dont personne n'a souci. Buvez le lait noir! C'est un bon conseil que je vous donne! C'est bon! (Claudel, Échange,1894, III, p. 703).
2. [Lait considéré comme aliment naturel des jeunes animaux, sécrété par les glandes mammaires des femelles des mammifères] La Moune [une vieille chatte ] considère cela [ses deux chatons morts] sans s'émouvoir; le lait n'est pas monté : c'est le secret de son indifférence. À la montée du lait commence l'amour maternel (Gide, Journal,1912, p. 364):
4. ... ils [les petits chiens et les petits chats] savent ramper entre ses jambes, pour aller chercher le mamelon; ils ne se trompent, ni sur sa forme, ni sur la nature du service qu'ils en attendent, ni sur les moyens d'en exprimer le lait. Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 106.
Agneau, cochon, veau de lait. Jeune animal qui tète encore, ou qui est nourri exclusivement au lait. Longe de veau de lait aux champignons. M. de Courtin ajoute que « dans un cochon de lait, ce que les plus friands y trouvent de meilleur est la peau et les oreilles » (France, Vie fleur,1922, p. 488).La petite fille, une main au cou d'un veau de lait attaché au râtelier, ignorant s'il tétait encore ou non, lui offrait de l'autre une poignée d'herbe (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 173).
Dent(s), molaire(s) de lait. Première(s) dent(s) des jeunes animaux :
5. Dans l'éléphant des Indes, les défenses de lait tombent le douzième ou le treizième mois; celles qui leur succèdent croissent toute la vie. Les molaires de lait paroissent huit ou dix jours après la naissance. Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 136.
3. Au fig. Première nourriture spirituelle. Une meilleure philosophie mettra toutes ces vérités sous les sens, et elle en fera à la fois le lait de l'enfance et le pain des forts (Bonald, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 182).Jacques apportait le plus efficace des cordiaux : une bouffée toute chaude de cet air de France, l'atmosphère de la famille, de l'enfance, lait nourricier qui réconforte l'homme dans l'épreuve (Vogüé, Mort,1899, p. 255).
Loc. Sucer avec le lait une philosophie, une doctrine, une opinion, etc...; boire, sucer le lait d'une philosophie , d'une doctrine, etc... La recevoir dès la plus tendre enfance. Vous avez sucé dans vos lycées le lait de la révolution, et vos idées politiques peuvent s'en ressentir (Balzac, Lys,1836, p. 103).Son fils aîné, ainsi que son second fils, l'abbé de Lamartine, élevés l'un et l'autre dans les doctrines du dix-huitième siècle, avaient sucé, dès leur enfance, le lait de cette philosophie qui promettait au monde un ordre nouveau (Lamart., Confid.,1849, p. 35):
6. En lui, l'homme civilisé se révoltait, la force acquise de l'éducation, le lent et indestructible échafaudage des idées transmises. On ne devait pas tuer, il avait sucé cela avec le lait des générations... Zola, Bête hum.,1890, p. 205.
B. − [La sécrétion est obtenue de manière continue et indépendamment de la parturition]
1. Produit de la sécrétion mammaire de certains mammifères domestiques, obtenu par une ou plusieurs traites et qui est destiné à la consommation humaine. Le renne moussivore offre au lapon, dans ses quatre mamelles, un lait plus épais que celui de la vache (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 73).La Perrine tira un gros verre de sa poche, appela une des biquettes. C'était bon, ce lait qui moussait (Pourrat, Gaspard,1931, p. 103):
7. ... on n'avait pas d'autre lait que celui de la chèvre, pour le déjeuner du matin. − Les premiers jours, on le trouve un peu fort, affirmait-elle, mais après on s'y habitue bien : c'est du lait... Bosco, Mas Théot.,1945, p. 40.
Lait de + subst.[Le subst. indique de quel mammifère provient le lait] Lait de bufflonne, de chamelle, de louve. Avez-vous bu du lait de martre zibeline?... Ah! buvez du lait de martre zibeline... C'est tellement ravissant! (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 207).J'ai vu en Amérique du sud des lépreux boire du lait de vache, d'ânesse, de jument, de chèvre, de brebis et même de vigogne sans en ressentir aucun effet contraire (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 227).
En partic. [Lait destiné à un autre usage que l'alimentation] L'arme sérieuse et presque unique de la femme est sa beauté, et (...) cette arme demande à être soigneusement entretenue, [la coquette] demanda un bain de lait (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 167).La foule était invitée à voir préparer le lait pour le bain. Cent ânesses se laissaient traire (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 614).
P. métaph. C'est parce que c'est leur petit bain de lait l'idée d'un grand artiste miné par la misère et que sa grandeur seule rend inapte (...) à gagner six mille malheureux sous (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1888, p. 237).
2.
a) [Gén. en emploi abs. car la dénomination lait est réservée exclusivement au lait de vache] Produit de la sécrétion mammaire de la vache laitière destiné à la consommation humaine. Au point du jour, les paysans qui descendaient leur lait et leurs denrées à la ville, aperçurent, en traversant le pont de pierre, un cadavre de jeune femme (Borel, Champavert,1833, p. 154).Un bruissement lointain de liquide, une odeur de roussi fade et vaguement sucrée, de lait bouillant débordant sur le feu (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 290).Tout ce qui se fait avec le lait : beurre, crème, petit-lait, lait caillé, fromages frais et fromages durs (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 169):
8. ... les deux Malivoire, mère et fille, à genoux sous le ventre de la vache, tirent par un vif mouvement des mains sur le pis gonflé, qui jette, à chaque pression, un mince fil de lait dans le seau. La mousse un peu jaune monte aux abords et les femmes vont de bête en bête jusqu'au bout de la longue file. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Aveu, 1884, p. 159.
SYNT. Lait aigre, aigri, crémeux, frais, fumant, impur, mousseux, pur; bol, bouteille, cruche, jatte, litre, pot, tasse, verre de lait; conservation, consommation, contrôle, coupage, production, ramassage, stérilisation du lait; écume, crème du lait; battre le lait; boire, faire bouillir, faire tourner, frelater, tirer, verser du lait; lait qui se sauve; régime du lait; cure de lait; chat qui lape du lait; aller acheter son lait.
Au lait. Additionné de lait, ou cuit avec du lait. Chocolat, petit pain, potage, purée au lait; tremper un croissant dans un café au lait. Cottard essaya, pour calmer l'agitation de sa malade, le régime lacté. Mais les perpétuelles soupes au lait ne firent pas d'effet parce que ma grand'mère y mettait beaucoup de sel (Proust, Guermantes 1,1920, p. 298).Il y a dans tous les coins des bassines de riz. Il paraît que c'est du riz au lait (Malraux, Espoir,1937, p. 854):
9. ... les ouvriers ne manquent jamais, lors de la sortie d'une nouvelle tablette-régal ou d'un goûter-au-lait d'une forme moderne, de venir offrir à ces demoiselles les fleurs vigoureuses de la montagne... Aragon, Beaux quart.,1936, p. 9.
Expr. fig.
S'emporter, monter comme une soupe au lait. Se laisser aller à de brusques mouvements de colère. C'est que je ne l'ai pas laissé parler; je me suis emporté comme une soupe au lait, et je suis parti (Theuriet, Mar. Gérard,1875, p. 216).Son seul défaut c'était sa pétulance. Il montait... montait, ainsi qu'une soupe au lait, alors qu'il s'apercevait que des religieux n'observaient pas la règle (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 64).
Monter en soupe au lait (rare). La colère de Grande montait en soupe au lait et ne durait guère. Du reste, Gaspard ne le laissa pas la remettre sur le feu (Pourrat, Gaspard,1922, p. 84).
Au fig. Soupe au lait. Personne qui s'emporte rapidement. Quelle mouche a piqué ce... ce... A-t-on idée d'un tel emportement? Une soupe au lait. Une vraie soupe au lait. Car enfin... enfin, oui, c'est stupide, c'est ridicule... (Arland, Ordre,1929, p. 391).« Soupe au lait », sa vengeance se dégrade facilement en injure, qui reste sans lendemain (Mounier, Traité caract.,1946, p. 293).
Vache à lait. Vache laitière. Au fig. Personne, chose que l'on exploite. Les Français sont-ils aujourd'hui plus heureux et plus libres qu'ils ne l'étaient avec moi? Payent-ils moins d'impôts. Quelle vache à lait que cette France! (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 228).Ne lâchons pas l'enfant. Voilà que cette mauviette va devenir une vache à lait (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 248).
Pot au lait. [P. allus. à la fable de La Fontaine : La laitière et le pot au lait] Mais j'avoue que je regrette les milles francs que j'aurais pu gagner. Mon petit pot au lait est brisé. Je voulais renouveler le mobilier de Croisset; bernique! (Flaub., Corresp.,1874, p. 128):
10. ... après une première superbe et semblant annoncer cent représentations, après un chorus laudatif de toute la critique et tous les rêves qu'on avait le droit de faire, maigre recette de deux mille et quelques cents francs... C'est le pot au lait de Perrette, qui se casse dans le ménage! Goncourt, Journal,1860, p. 778.
Petit lait. Synon. lactosérum (s.v. lact(i)-, lact(o)-).V. crémoir ex. de Zola, Terre, 1887, p. 439 :
11. Je suis parti de bonne heure, à l'heure solaire toutefois, pour assister à l'arrivée du lait, voir le ventre de l'usine engloutir le flot blanc et d'organe en organe le séparer en ruisselets de crème et de petit lait, le rafraîchir, le mûrir, le muer à la fin en beurre, mottes fermes et onctueuses... Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 213.
Au fig. Boire* du (petit) lait :
12. On était comme une terre éclairée, chauffée du soleil, arrosée des bonnes pluies tièdes de printemps, des bonnes pluies tièdes d'automne. (...) On était dans la joie, tu comprends. On pleurait de joie. Tu en aurais pris pour ton grade. On pleurait de joie. On se rendait. On pleurait de grâce. Tout le monde. On buvait ce lait. On se ravitaillait, on se rassassiait, on se baignait dans cette grâce. Péguy, Myst. charité,1910, p. 144.
Boire le lait des paroles de qqn. Boire les paroles de quelqu'un. Heureux ceux qui buvaient le lait de vos paroles (Péguy, Myst. charité,1910p. 47).
Bouillir* du lait à qqn.
Avaler qqc. comme du lait doux. Écouter avec délectation des louanges, des compliments; entendre avec indifférence des choses désagréables. Un bel esprit ridicule. Lui ai dit les choses les plus fortes, qu'il a avalées comme du lait doux (Barb. d'Aurev., Memor. 2,1839, p. 234).
[P. allus. à la Bible, Nombres 13, 27] Israël au milieu de ses champs dévastés et de ses citernes sèches ronge le cuir de ses sandales et continue dans une terre promise, jadis coulant de lait et de miel, mais dont aujourd'hui la mer morte constitue la principale curiosité, son épouvantable hivernage (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 79).
b) INDUSTR. LAITIÈRE
Lait (industriel) humanisé, maternisé. Lait de vache dont la composition est modifiée afin de la rapprocher de celle du lait de femme :
13. ... le lait colostral des premiers jours et la sécrétion qui lui fait suite, c'est-à-dire le lait de transition, ont une composition tout à fait différente de celle d'un lait industriel dit maternisé. Il serait d'ailleurs fortement souhaitable que ces laits maternisés puissent disposer d'une formule du premier âge (0 à 30 jours ou 40 jours) qui copieraient la concentration du lait colostral, ce qui n'est pas le cas actuellement. Livre d'or pour une future maman, Paris, Éd. du Livre d'or, 1978, p. 25.
Lait concentré, condensé. Lait (homogénéisé pour éviter la séparation de la crème et du lait) obtenu par l'évaporation partielle de l'eau contenue dans le lait. Caisse, tube de lait condensé; être friand de lait concentré. [Il] fit chauffer du lait condensé étendu d'eau (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1616).
Lait concentré sucré. Lait obtenu par addition d'une solution de saccharose avant l'évaporation de l'eau :
14. ... souvent, on ajoute du sucre dans le lait concentré (laits concentrés sucrés). Ces laits concentrés ont une valeur énergétique très grande sous un faible volume et ils sont constitués par les principes nutritifs du lait; pour les utiliser on peut les diluer avec de l'eau, et on obtient un aliment qui rappelle le lait, mais qui est moins riche en vitamines et en diastases. R. Lalanne, Alim. hum.,1942, p. 77.
Lait écrémé. Sous-produit de la fabrication du beurre et qui ne contient plus que des traces de matières grasses. La caséine contenue dans le lait écrémé, résidu de la fabrication de crème, premier stade de la préparation du beurre, est une protéine de haute valeur alimentaire (Brunerie, Industr. alim.,1949, p. 66):
15. Le lait écrémé. Pour fabriquer le beurre, on retire la crème, c'est-à-dire les matières grasses du lait; le lait écrémé ainsi obtenu est beaucoup moins riche que le lait entier... R. Lalanne, Alim. hum.,1942p. 76.
Lait en poudre. Lait (entier, écrémé ou partiellement écrémé) qui est d'abord pasteurisé, concentré puis réduit en poudre par évaporation rapide et quasi-totale de l'eau. Par dessiccation presque complète du lait, on obtient le lait en poudre, aliment très riche, qui possède les principes nutritifs du lait à des concentrations six à huit fois plus fortes, sauf en ce qui concerne les vitamines, qui se trouvent partiellement détruites au moment de la fabrication. Ces laits desséchés se conservent bien s'ils sont à l'abri de l'air, mais ils rancissent assez vite dans le cas contraire (R. Lalanne, Alim. hum.,1942p. 77).
Lait pasteurisé. Lait ayant subi un traitement thermique afin de détruire la majeure partie de ses germes microbiens, mais qui ne peut se conserver que deux jours. Dans les grandes villes, les laits sont pasteurisés, c'est-à-dire traités par la chaleur qui détruit la plus grande partie des microbes présents, (et malheureusement aussi une fraction des vitamines) (R. Lalanne, Alim. hum.,1942p. 76).
Lait stérilisé. Lait dont les germes vivants sont totalement détruits par un traitement thermique approprié et qui peut être conservé pendant plusieurs mois. Il vaut mieux recourir au lait stérilisé industriel qui a l'avantage d'être chauffé aussitôt après la traite et d'être d'une conservation extrêmement longue (Macaigne, Précis hyg.,1911, p. 242).
3. Littéraire
a) [P. compar. de couleur] Subst. + de + lait.Qui a la blancheur du lait. Bras, cou, doigts de lait; chair, peau de lait; corps, visage de rose(s) et de lait. Vingt ans, adorablement blonde, des yeux bleus, un teint de lait, rayonnante, d'une santé divine (Leroux, Myst. ch. jaune,1907, p. 21).Si ses yeux avaient pu traverser l'ombre et l'épaisseur des objets, elle aurait pu voir le corps du dormeur, son grand corps d'un blanc de lait (Green, Moïra,1950, p. 38).
b) [P. compar. dans le domaine du toucher] Qui a la douceur du lait. Mais cet enfant si bienveillant, tout de lait, bientôt pour assurer sa vie va commencer l'indéfinie série des meurtres (Barrès, Cahiers, t. 1, 1896, p. 125).Parle encore! Maintiens à toutes les issues de mon âme cette parole de lait! (Claudel, Ours et lune,1919, 1, p. 591).
II. − P. anal.
A. − Liquide blanc, ayant l'apparence du lait et se trouvant dans certains fruits, certaines plantes (v. latex). Lait de concombre, de palme. J'ai vu de même recueillir la résine des pins, la gomme maladive des merisiers, le lait des figuiers élastiques, le vin des palmiers étêtés (Gide, Nourr. terr.,1897, p. 214).Si l'on m'avait ouvert la poitrine, il en aurait coulé de l'amour, comme cette sorte de lait qui coule de certaines plantes, quand on en brise la tige (Montherl., Reine morte,1942, II, 2etabl., 5, p. 199).
Lait d'un œuf (à la coque). Albumen légèrement coagulé qui apparaît sur un œuf à la coque lorsque celui-ci est frais. Dégoûtée elle ne sentira ni un poisson qui n'est plus de la première fraîcheur, ni un œuf qui n'a plus son lait (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 300).
Lait de (noix de) coco. Albumen, liquide blanc, sucré, agréable, rafraîchissant, contenu dans la noix de coco. Riz accommodé au sucre et au lait de coco. Pour les épicuriens de la Polynésie, le lait de noix de coco et ses nombreux dérivés sont indispensables à la préparation de la viande, des légumes et des puddings (Lowie, Anthropol. cult., trad. par G. Métraux, 1936, p. 79).
En lait.Trop jeune, pas encore mûr. Il boit la force dans la flamme. Par elle uniquement, par sa vertu seule il corse et durcit ses grains encore en lait, il compose en eux, sous la pellicule amincie, la farine future (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 140).
B. − Émulsion, préparation ayant l'apparence du lait.
Lait d'amande(s). Émulsion d'amandes (douces ou amères). Potage à la bisque et au lait d'amandes; fécule au lait d'amande. Les pâtés de viandes légères vont, en été, avec du lait d'amandes, du verjus, une pincée de poudre d'épices douces et un œuf battu mêlé à l'aigret (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 171).
Lait de poule. Préparation adoucissante composée de jaunes d'œufs délayés dans de l'eau chaude (parfois du lait) sucrée, aromatisée (d'eau de fleur d'oranger) et utilisée dans le traitement des grippes, des rhumes ou comme fortifiant pour les convalescents. Toujours à crier, à faire le chien de garde, à leur tourner autour avec des lainages pour qu'elles ne prennent pas froid ou des laits de poules pour les rendre fortes (Anouilh, Antig.,1946, p. 141).
Lait démaquillant, de beauté, de toilette. Préparation (semi-) fluide, blanche, destinée à adoucir, nettoyer l'épiderme. Les journaux du siècle dernier n'offraient que des recettes semi-culinaires d'eaux et de laits de beauté (Civilis. écr.,1939, p. 34-6).On utilise également des lotions adoucissantes et des laits de beauté. Ces derniers sont en particulier employés pour le démaquillage du soir (QuilletMéd.1965, p. 316).
Lait de chaux*. Toutes les maisons de la ville, comme pour fêter notre venue venaient d'être passées au lait de chaux (Gide, Si le grain,1924, p. 558).
Lait de ciment. Suspension de ciment dans de l'eau. Synon. laitance (v. ce mot B).On garnit les joints en coulant sur la surface un lait clair de ciment qu'on étend au balai (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 118).
C. − BOTANIQUE
1. Lait du diable, lait de couleuvre. Synon. euphorbe.
2. Lait d'âne. Synon. laiteron (Gatin 1924).
3. Arbre à lait. C'est à M. de Humboldt que l'on doit la découverte de l'arbre si curieux le Palo di vacca, arbre à lait ou à vache, qui fournit un très-bon lait, et qu'il a trouvé dans la province de Venezuela (B. Delessert, in Annales des Sciences nat., XX, 1830, p. 59 ds Quem. DDL t. 21).
Prononc. et Orth. : [lε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1remoitié xiies. « liquide sécrété par les glandes mammaires » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, 118, 70); ca 1256 aigniel de lait (Régime du corps, 124, 20 ds T.-L.); 1538 frère, sœur de lait (Est.); 2. 1558 « première nourriture de l'esprit » (Du Bellay, Regrets, éd. J. Jolliffe, 9, p. 66); 3. a) 1552 petit lait (Est.); 1751 lait de poule (Aubert de La Chesnaye des Bois, Dict. univ. d'agriculture, p. 314); 1873 lait concentré (Lar. 19e); b) 1579 avaler doux comme lait « recevoir avidemment des louanges » (Larivey, Esprits, V, I); 1853 boire du lait « id. » (Labiche, Chasse corb., III, 7, p. 335); 1948 boire du petit lait « id. » (A. Bonnerot d'apr. FEW t. 5, p. 112a). B. 1. xiiies. lait d'amandes (Bataille de Caresme et de charnage, éd. G. Lozinski, 489); xiiies. « suc blanc qui se trouve dans les végétaux » (Livre des simples médecines, éd. P. Dorveaux, 396); 1611 laict virginal « produit de beauté pour la peau » (Cotgr.); 2. 1599 « plante » (Hornkens, Recueil de dict., p. 303); 1845 lait de couleuvre « variété d'euphorbe » (Besch.). Du lat. pop. lactem, acc. de déclinaison masc. ou fém. du lat. neutre lac, lactis « lait, suc laiteux des plantes ». Fréq. abs. littér. : 2 832. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 428, b) 3 604; xxes. : a) 4 219, b) 4 649. Bbg. Quem. DDL t. 16, 19, 20.

Wiktionnaire

Nom commun - français

lait \lɛ\ ou \le\ masculin

  1. Liquide produit par les glandes mammaires des femelles de mammifères pendant la période de lactation qui suit la parturition, et destiné à nourrir les bébés lors de l’allaitement. Note : Lorsqu’on ne précise pas l’origine, c’est le contexte qui l’indique. En l’absence de contexte, lorsqu’on ne précise pas, il s’agit généralement de lait de vache, car c’est celui qui est le plus utilisé.
    • Je me rendis avec les chefs militaires aux tentes de Si Saïd, où on nous servit une collation de dattes et de lait de chamelle, une vieille tradition nomade sans doute. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 132)
    • Il leur suffisait […] de passer la main sur le dos d’une vache pour que le lait tournât en urine. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • La Julie, lui tournant le dos, était en train de traire et, du pis qu’elle pressait en cadence, le lait tombait dans le chaudron de fer battu avec un roulement semi-argentin de tambour. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Elle abhorrait le lait que mon père aimait beaucoup. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 23)
    • Le lait frais vaut généralement 1 franc le kil de 2 litres, tandis que le vin, de qualité très ordinaire, se vend de 1 fr. 25 à 1 fr. 50 le litre. — (Maurice de Périgny, Au Maroc : Fès, la capitale du Nord, Paris : chez Pierre Roger & Cie, 1917, page 25)
    • Ils ont tété le même lait peut s’employer au sens propre (une femme les a allaités tous les deux) comme au sens figuré (ils ont été élevés ensemble).
  2. (Par métonymie) Toute boisson importante pour une personne.
    • Le vin est le lait des vieillards.
  3. (Par extension) Liquide de couleur blanche présentant des caractéristiques semblables au lait de vache, ou dont la consistance ou la couleur rappelle celle du lait.
    • Prendre du lait d’amande.
    • Blanchir une muraille avec du lait de chaux.
    • La noix verte du cocotier donne une eau rafraîchissante, […] ; de l’amande râpée on extrait par compression un lait crémeux qui entre dans la préparation des aliments. — (Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil, tome 1, de New-York à Tahiti, 1929)
  4. (Spécialement) (Cosmétologie) Crème utilisée pour les soins de la peau, en particulier du visage.
    • Parmi les eaux de toilette peuvent se placer les émulsions qui sont utilisées pour entretenir et adoucir la peau. On donne souvent à ces émulsions le nom de laits. — (Marcel Hégelbacher; La Parfumerie et la Savonnerie, 1924)
  5. (Spécialement) Glaire des œufs frais, quand ils sont cuits à point pour être mangés à la coque.
  6. (Spécialement) Suc blanchâtre, comme le latex et l’albumen, qui sort de quelques plantes et de quelques fruits.
    • Lait de figuier.
    • Lait de coco.
  7. (Algérie) Goûter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAIT. n. m.
Liqueur blanche qui se forme dans les mamelles de la femme pour la nourriture de son enfant, et dans celles des animaux mammifères femelles pour la nourriture de leurs petits. Cette nourrice n'a point de lait, a beaucoup de lait. Son lait est échauffé. Une frayeur lui a troublé son lait, lui a fait perdre son lait. Ils ont tété d'un même lait, le même lait. Lait de vache, de brebis, d'ânesse, de chèvre, de jument. Boire du lait. Se mettre au régime du lait. Être au lait. Ne vivre que de lait. Lait caillé. Du lait bouilli. Café au lait. Un potage, une soupé, des œufs au lait. Un pot au lait. Blanc comme lait, comme du lait. Jeune lait, Lait d'une femme accouchée depuis peu. Lait d'un an, Lait d'une femme accouchée depuis un an. Vieux lait, Lait d'une femme accouchée il y a longtemps. Fièvre de lait. Voyez FIÈVRE. Frères de lait, sœurs de lait. Voyez FRÈRE. Voyez SŒUR. Dents de lait. Voyez DENT. Vache à lait, Vache à laquelle on a enlevé son veau et dont le lait est employé pour les besoins de l'homme. Il se dit figurément et familièrement d'une Personne qu'on exploite, et, par extension, d'une Chose dont on tire un profit continuel. Cette dupe est une vache à lait pour lui. Ce malade est une vache à lait pour les médecins. Cette affaire est une vache à lait. Veau de lait, cochon de lait, Veau, cochon qui tette encore, ou qu'on ne nourrit que de lait. Petit-lait, Sérosité qui se sépare du lait lorsqu'il se caille. Petit-lait clarifié. Lait de beurre, Espèce de petit-lait qui reste dans la baratte, après qu'on a fait le beurre. Lait coupé, Lait dans lequel on a mis une portion d'un autre liquide. Lait coupé avec du bouillon, avec de l'eau d'orge. Fig., Sucer avec le lait une doctrine, une opinion, un sentiment, Recevoir, dès l'enfance, une doctrine, une opinion, un sentiment. Ce sont des principes qu'il a sucés avec le lait. Il existe entre ces deux familles une vieille haine que les enfants sucent avec le lait. On dit à peu près dans le même sens Il a sucé le lait de la doctrine évangélique, le lait des saines doctrines, etc. Prov. et fig., Le vin est le lait des vieillards. Fig. et fam., Il avale cela doux comme lait, se dit de Quelqu'un qui reçoit avidement toutes sortes de louanges, ou qui, par lâcheté, par dissimulation, passe doucement sur les choses qu'on lui dit pour le piquer. Fam., S'emporter comme une soupe au lait. Voyez SOUPE. Fig. et par exagération, Si on lui pressait le nez, il en sortirait encore du lait, se dit d'un Très jeune homme qui vient se mêler de choses au-dessus de son âge et de sa capacité.

LAIT se dit, par analogie, d'une Certaine liqueur blanche qu'on trouve dans les œufs frais, quand ils sont cuits à point pour être mangés à la coque. Il se dit également du Suc blanc qui sort de quelques plantes et de quelques fruits. Lait de figuier. Lait de coco. Il se dit encore de Certains liquides artificiels qui ont une ressemblance de couleur avec le lait. Prendre du lait d'amande. Blanchir une muraille avec du lait de chaux. Lait de poule, Jaune d'œuf délayé dans de l'eau chaude avec du sucre.

Littré (1872-1877)

LAIT (lè ; le t ne se lie que dans le parler soutenu) s. m.
  • 1Liquide opaque, blanc, d'une pesanteur spécifique un peu plus grande que celle de l'eau, d'une saveur douce, fourni par les glandes mammaires de la femme et des femelles des animaux mammifères, pour la nourriture des petits. Sa nourrice avait peu de lait, celle-ci en a comme une vache, Sévigné, 8 avr. 1671. En Hollande, en Italie, en Turquie et en général dans tout le Levant, on ne donne aux enfants que le lait des mamelles pendant un an entier, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 199. Le bon lait n'est ni trop épais ni trop clair ; la consistance doit être telle que, lorsqu'on en prend une petite goutte, elle conserve sa rondeur sans couler, Buffon, Quadrup. t. I, p. 214.

    Jeune lait, lait d'une femme accouchée depuis peu.

    Lait d'un an, lait d'une femme accouchée depuis un an.

    Vieux lait, lait d'une femme accouchée depuis longtemps.

    Le lait monte, se dit du lait qui commence à venir à une nouvelle accouchée.

    Fièvre de lait, fièvre causée par le lait qui commence à venir aux femmes dans les premiers jours qui suivent l'accouchement.

    Lait répandu, prétendue déviation du lait, à laquelle le vulgaire attribue la plupart des maladies qui surviennent après les couches, mais qui ne sont nullement dues à un lait répandu.

    On dit vulgairement aussi : son lait lui a remonté, en parlant d'une femme à qui il survient quelque maladie dans le cours de ses couches ; fausse opinion populaire, car le lait ne remonte pas plus qu'il ne se répand.

    Fig. On a troublé le lait à cette nourrice, elle est devenue grosse.

    Frères de lait, sœurs de lait, l'enfant de la nourrice et le nourrisson qui a sucé le même lait.

    Fig. Redoutez-le [l'amour] pour mille causes, Bien qu'il vous soit frère de lait, Béranger, Anniv.

    Dents de lait, les premières dents qui viennent aux enfants et aux jeunes animaux. Cet enfant perd ses dents de lait. Cheval qui a encore ses dents de lait et qui est trop jeune pour travailler.

    Fig. Ce beau réduit par préférence est fait Pour les vieillards dont l'humeur gaie et tendre Paraît encore avoir ses dents de lait, Voltaire, Ép. X.

    Fig. Avoir une dent de lait contre quelqu'un, voy. DENT, n° 4.

    Vache à lait, voy. VACHE.

    Veau de lait, cochon de lait, veau, cochon qui tette encore, ou qu'on ne nourrit que de lait.

  • 2 Fig. Nourriture de l'âme, de l'esprit. À Dieu ne plaise que j'instruise si mal le peuple que le Saint-Esprit a commis à ma conduite, et que je donne aux enfants le poison mortel [une fausse doctrine], au lieu du lait que je leur dois, Bossuet, 2e avert. 20. Le témoignage intérieur est l'appui des commençants ; c'est le lait des âmes tendres et naissantes, Fénelon, t. XVIII, p. 256. Les consolations : c'est un lait dont il nourrit notre faiblesse, Massillon, Prof. rel. 2. Heureux qui, se livrant aux sages disciplines, Nourri du lait sacré des antiques doctrines, Chénier, Poésies div. à M. de Pange.

    Sucer avec le lait une doctrine, une opinion, un sentiment, recevoir, dès l'enfance, une doctrine, une opinion, un sentiment. Cette haine des rois que depuis cinq cents ans Avec le premier lait sucent tous ses enfants [de Rome], Corneille, Cinna, II, 1. N'es-tu pas dans ces lieux Où la haine des rois, avec le lait sucée, Par crainte ou par amour ne peut être effacée ? Racine, Bérén. IV, 4. C'est peu qu'avec son lait une mère amazone M'ait fait sucer encor cet orgueil qui t'étonne, Racine, Phèdre, I, 1. Celui qui depuis vingt ans combat toutes les oppressions, qui parlait aux Français de liberté, de constitution, de résistance, lorsque ses vils calomniateurs suçaient le lait des cours et vivaient de tous les préjugés dominants, Mirabeau, Collection, t. III, p. 357. Lui qui des muses de l'école N'avait jamais sucé le lait, Béranger, Épit.

    On dit dans le même sens : il a sucé le lait de la doctrine évangélique, le lait des saines doctrines, etc.

  • 3Lait considéré comme aliment des personnes qui ne tettent plus. Perrette [qui avait un pot au lait sur sa tête] là-dessus saute aussi transportée ; Le lait tombe ; adieu, veau, vache, cochon, couvée, La Fontaine, Fabl. VII, 10. C'est une fille accoutumée à vivre de salade, de lait, de fromage et de pommes, Molière, l'Avare, II, 6. Peut-être que le lait vous est contraire ; suivez votre expérience, Sévigné, 28 juill. 1677. Ils ne savaient que conduire leurs brebis, les tondre, traire leur lait et faire des fromages, Fénelon, Tél. II. Le lait de la femelle buffle n'est pas si bon que celui de la vache ; elle en fournit cependant en plus grande quantité, Buffon, Quadrup. t. V, p. 111.

    Battre le lait, le remuer dans la baratte pour faire le beurre. Ces Scythes dont parle Hérodote, qui crevaient les yeux à leurs esclaves, afin que rien ne pût les distraire et les empêcher de battre leur lait, Montesquieu, Rom. 22.

    Pot au lait, voy. POT.

    Se mettre au lait, se mettre au régime lacté, faire du lait sa principale nourriture. Maulevrier fit le malade de la poitrine, se mit au lait, fit semblant d'avoir perdu la voix, Saint-Simon, 139, 38. Il m'arriva une fois à Compiègne d'être six semaines au lait pour mon plaisir et en pleine santé ; jamais mon âme n'a été plus calme, plus paisible que durant ce régime, Marmontel, Mém. V.

    Lait coupé, lait dans lequel on a mis une portion d'un autre liquide. Lait coupé avec de l'eau, avec du bouillon.

    Fig. et familièrement. Il avale cela doux comme lait, se dit d'un homme qui reçoit avidement toutes sortes de louanges, ou qui, par lâcheté, par dissimulation, passe doucement sur les choses qu'on lui dit pour le piquer.

    Fig. Bouillir du lait à quelqu'un, voy. BOUILLIR. n° 2.

    Veiller à quelque chose comme au lait sur le feu, veiller sans se relâcher à quelque chose, locution qui vient de ce que le lait, quand il commence à bouillir, si on ne le retire pas à temps, déborde et tombe dans le feu.

    Soupe au lait, soupe de lait, voy. SOUPE.

  • 4Petit-lait ou lait clair, la sérosité qui se sépare du lait lorsqu'il se caille. Une prise de petit-lait clarifié et édulcoré, pour adoucir, Molière, Mal. im. I, 1.
  • 5Lait de beurre, espèce de petit-lait qui reste dans la baratte, après qu'on a fait le beurre, et qui n'est que du petit-lait tenant en suspension des grumeaux de beurre.
  • 6Lait ribot, nom du petit-lait en Bretagne, ainsi nommé parce qu'il se produit quand on ribote le beurre, voy. RIBOTER.

    Gros lait, nom donné en Bretagne au lait caillé.

  • 7Lait artificiel, solution de caséine dans les carbonates alcalins, voy. LACTOLINE.
  • 8Sucre de lait, voy. LACTINE.
  • 9Liqueur blanche qui est dans les œufs frais, quand ils sont cuits à point pour être mangés à la coque. Cet œuf est bien cuit, il fait le lait.
  • 10Suc blanc qui sort de quelques plantes et de quelques fruits. Lait de figuier. Lait de coco.
  • 11Nom de certaines liqueurs artificielles qui ont une ressemblance de couleur avec le lait.

    Lait d'amandes, émulsion d'amandes douces ou amères, ayant beaucoup de ressemblance avec le lait.

    Lait virginal, cosmétique dans lequel on faisait entrer autrefois le baume du Pérou, le storax, l'ambre et la civette ; on le prépare aujourd'hui en versant goutte à goutte de la teinture alcoolique de benjoin dans de l'eau commune, jusqu'à ce que la liqueur soit parfaitement blanche. Le lait virginal est ainsi dit parce qu'il est employé pour entretenir la fraîcheur du teint. Je ne vois partout que blancs d'œufs, lait virginal, et mille autres brimborions que je ne connais point, Molière, Préc. 4.

    Lait de poule, sorte d'émulsion qu'on prépare en battant un jaune d'œuf avec de l'eau chaude et du sucre, et aromatisant avec de l'eau de fleur d'orange.

    Terme d'alchimie. Lait virginal ou lait de la vierge, mercure hermétique qui, projeté sur quelque métal, le change en une liqueur blanche.

  • 12Lait de chaux, solution aqueuse, tenant de l'hydrate de chaux en suspension. Blanchir une muraille avec du lait de chaux.
  • 13Lait de cire, composition qui sert à lustrer les meubles.

    Lait de soufre, liqueur laiteuse qui résulte de la précipitation d'un sulfhydrate par un acide.

  • 14Voie de lait, voy. LACTÉE (VOIE). N'étaient-ils pas excusables [les anciens] dans la pensée qu'ils ont eue pour la voie de lait, quand, la faiblesse de leurs yeux n'ayant pas encore reçu le secours de l'artifice, ils ont attribué cette couleur à une plus grande solidité en cette partie du ciel, qui renvoie la lumière avec plus de force ? Pascal, Fragm. d'un traité sur le vide.
  • 15Nom de diverses plantes. Lait battu, la fumeterre.

    Lait de couleuvre, le réveil-matin ou euphorbia cyparissias, L.

    Lait doré, l'agaric délicieux.

    Lait d'oiseau, l'ornithogale blanc.

    Lait de Sainte-Marie, le chardon-Marie.

    Lait d'âne, laiteron

  • 16Nom de certaines substances minérales. Lait de roche, chaux carbonatée spongieuse.

    Lait de montagne, variété terreuse de carbonate de chaux.

PROVERBES

Le vin est le lait des vieillards, il soutient leurs forces.

Il sait connaître mouches en lait, c'est-à-dire il n'est pas niais, il sait l'air du monde.

Si on lui tordait le nez, il en sortirait du lait, voy. TORDRE.

HISTORIQUE

XIIIe s. Le lait d'amandes au lait dolz, Barbazan, Fabliaux, t. IV, p. 96. Il vivent du let de leur bestes, Joinville, 230.

XIVe s. Lait d'amandes : pourboulez et pelez vos amandes…, Ménagier, II, 5. Qu'elle ne le vous baille point [le lait] s'elle y a mis eaue, car moult souvent elles agrandissent leur lait, ib. II, 5.

XVe s. Le comte de Flandre qui eut des nouvelles des laits… qui alloient à Gand… si y mit remede, Froissart, II, II, 148. Rien ne congnois ; si fais, mouches en laict ; L'ung est blanc, l'autre est noir, c'est la distance [différence], Villon, Débat du cœur et du corps, Ballade. Je congnois bien mouches en laict ; Je congnois à la robe l'homme, Villon, Ballade des menus propos. Doit-il presumer [le mari] n'enquester Qui est Michaut ne Michelet, S'il congnoistra mouches en laict ? Coquillart, Droits nouveaux.

XVIe s. Ô gentil joli vin clairet, Qui sert aux vieilles gens de lait, Tu sois bien venu…, J. le Houx, Vau de Vire, 38. Nous avons toujours quelques hardes perdues que nous leur faisons payer ; nous demandons du lait de truye à l'hostesse ; l'un fait le mauvais, l'autre le Judas, et tout vient en partage avec les compagnons, D'Aubigné, Faen. III, 1. Sur ce point voilà la mer calme comme du lait, D'Aubigné, Hist. II, 80. Le lait de tithymal, Paré, V, 21. Laict clair ou petit laict, Paré, XVI, 22. Vin sur laict est souhait ; laict sur vin est venin, H. Estienne, Précell. du lang. fr. 170. Avalant cela doux comme laict, Nuits de Straparole, t. II, p. 20, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LAIT. Ajoutez :
17Arbre à lait ou arbre à la vache, voy. ARBRE à LA VACHE dans le Supplément, au mot ARBRE.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lait »

Bourguig. laissea ; wallon, lèsai ; namur, lasia ; Hainaut, lachau, lassau ; bressan, lassay ; provenç. lach, lag, lait, layt ; catal. llet ; espagn. leche ; portug. leite ; ital. latte ; du lat. lactem, accusatif archaïque de lac. Comp. le celtique : kymri, llaeth ; irland. lacht ; bas-bret leaz. Les patois laissea, lèsai, etc. viennent d'un diminutif lactellum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Du latin lac, lactis (« lait »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lait »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lait

Fréquence d'apparition du mot « lait » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « lait »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « lait »

  • Comment obtenir la béatitude ? En disant Dada. Comment devenir célèbre ? En disant Dada. D’un geste noble et avec des manières raffinées. Jusqu’à la folie. Jusqu’à l’évanouissement. Comment en finir avec tout ce qui est journalisticaille, anguille, tout ce qui est gentil et propret, borné, vermoulu de morale, européanisé, énervé ? En disant Dada. Dada c’est l’âme du monde, Dada c’est le grand truc. Dada c’est le meilleur savon au lait de lys du monde. Dada Monsieur Rubiner, Dada Monsieur Korrodi, Dada Monsieur Anastasius Lilienstein. Cela veut dire en allemand : l’hospitalité de la Suisse est infiniment appréciable. Et en esthétique, ce qui compte, c’est la qualité. Je lis des vers qui n’ont d’autre but que de renoncer au langage conventionnel, de s’en défaire. Dada Johann Fuchsgang Goethe. Dada Stendhal, Dada Dalaï-lama, Bouddha, Bible et Nietzsche. Dada m’Dada. Dada mhm Dada da. Ce qui importe, c’est la liaison et que, tout d’abord, elle soit quelque peu interrompue.Je ne veux pas de mots inventés par quelqu’un d’autre. Tous les mots ont été inventés par les autres. Je revendique mes propres bêtises, mon propre rythme et des voyelles et des consonnes qui vont avec, qui y correspondent, qui soient les miens. Si une vibration mesure sept aunes, je veux, bien entendu, des mots qui mesurent sept aunes. Les mots de Monsieur Dupont ne mesurent que deux centimètres et demi. On voit alors parfaitement bien comment se produit le langage articulé. Je laisse galipetter les voyelles, je laisse tout simplement tomber les sons, à peu près comme miaule un chat… Des mots surgissent, des épaules de mots, des jambes, des bras, des mains de mots. AU. OI. U. Il ne faut pas laisser venir trop de mots. Un vers c’est l’occasion de se défaire de toute la saleté. Je voulais laisser tomber le langage lui-même, ce sacré langage, tout souillé, comme les pièces de monnaie usées par des marchands. Je veux le mot là où il s’arrête et là où il commence. Dada, c’est le coeur des mots. Toute chose a son mot, mais le mot est devenu une chose en soi. Pourquoi ne le trouverais-je pas, moi ? Pourquoi l’arbre ne pourrait-il pas s’appeler Plouplouche et Plouploubache quand il a plu ? Le mot, le mot, le mot à l’extérieur de votre sphère, de votre air méphitique, de cette ridicule impuissance, de votre sidérante satisfaction de vous-mêmes. Loin de tout ce radotage répétitif, de votre évidente stupidité.Le mot, messieurs, le mot est une affaire publique de tout premier ordre.
    Hugo Ball —  Manifeste littéraire
  • La vie, cette goutte de lait et d'absinthe.
    Henri Lacordaire — Pensées
  • Les deux accessoires indispensables à la vie sont le soleil et le lait de coco.
    Dustin Hoffman
  • Le café au lait est une boisson mulâtresse.
    Ramon Gomez de la Serna — Greguerias
  • L’un de nos deux marchands de son arbre descend,Court à son compagnon, lui dit que c’est merveilleQu’il n’ait eu seulement que la peur pour tout mal.Eh bien ! ajouta-t-il, la peau de l’animal ?Mais que t’a-t-il dit à l’oreille ?Car il t’approchait de bien près,Te retournant avec sa serre.Il m’a dit qu’il ne faut jamaisVendre la peau de l’ours qu’on ne l’ait mis par terre.
    Jean de La Fontaine — L’ours et les deux compagnons
  • Ouvrez les yeux ! Le monde est encore intact ; il est vierge comme au premier jour, frais comme le lait !
    Paul Claudel — Art poétique, Mercure de France
  • Le fromage - le saut du lait vers l’immortalité.
    Cliff Fadiman
  • La mouche va si souvent au lait qu’elle y demeure.
    Proverbe français
  • Dans le lait des rêves il tombe toujours une mouche.
    Ramon Gomez de la Serna — Greguerias
  • C’est celui qui a du lait qui peut faire la crème.
    Proverbe bambara
Voir toutes les citations du mot « lait » →

Traductions du mot « lait »

Langue Traduction
Anglais milk
Espagnol leche
Italien latte
Allemand milch
Chinois 牛奶
Arabe حليب
Portugais leite
Russe молоко
Japonais 牛乳
Basque esne
Corse u latti
Source : Google Translate API

Synonymes de « lait »

Source : synonymes de lait sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot lait au Scrabble ?

Nombre de points du mot lait au scrabble : 4 points

Lait

Retour au sommaire ➦