Ajutage : définition de ajutage, ajoutage


Ajutage, ajoutage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AJUTAGE, AJOUTAGE, AJ(O)UTOIR,(AJUTOIR, AJOUTOIR) subst. masc.

TECHNOLOGIE
A.− Tuyau qu'on adapte à l'orifice d'écoulement d'un fluide sous pression pour modifier le débit ou la forme du jet :
1. M. de Munnschow, professeur de physique et de mathématiques à Bonn, m'a montré ton appareil modifié, avec tous les petits ajustages, qui remplissaient une armoire; il a consacré une leçon à parler de tes découvertes, quoique cette partie de la physique n'entrât pas dans son cours. J.-J. Ampère, A.-M. Ampère, Correspondance,lettre de J.-J. A. à A.-M. A., 1827, pp. 439-440.
2. Ajutage. Bec de métal qu'on adapte à un tuyau destiné à déterminer le volume et la forme du jet d'eau qui s'en échappe. Chesn.1857.
3. Il y a deux sortes d'ajutages : les uns, simples, ont la forme de cônes percés d'un seul trou; les autres dits composés, sont aplatis au-dessus et percés de trous, de fentes, ou réunissent plusieurs tuyaux, qui produisent diverses figures dans l'écoulement du liquide. Les jets d'eau des parcs et jardins sont pourvus d'ajutages. Chabat t. 1 1875.
Rem. Syntagmes rencontrés gros ajutage, petit - (Ac. 1798-Ac. t. 1 1932), ajutage d'un tuyau d'arrosage, − pour le bec de gaz (Rob.), - cylindrique (Pt Rob.).
B.− ,,Petit tuyau qui sert à unir deux appareils chimiques qu'on veut mettre en communication. Il est souvent en caoutchouc.`` (Chesn. 1857).
Rem. Attesté aussi ds Besch. 1845, DG, Lar. 20e.
C.− ,,Appendice placé sur le trajet d'un tube de verre, pour condenser, soit le produit principal, soit ses impuretés.`` (Quillet 1965).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [aʒyta:ʒ]. − Rem. Littré est le dernier dict. à transcrire les 3 formes suiv. : ajutage a-ju-ta-j', ajutoir a-ju-toir et ajoutoir a-jou-toir. 2. Forme graph. − Lar. 19eprécise, s.v. ajutage : ,,on dit aussi ajutoir, ajoutoir, ajoutage``. Ac. t. 1 1932, s.v. ajutage signale aussi ajoutoir. Lar. 20eécrit : ajutage ou ajutoir. Rob. emploie concurremment comme vedette : ajutage ou ajutoir (cf. aussi Quillet 1965 qui indique également la possibilité de ajoutoir). 3. Hist. − Ac. 1798 : ajutage ou ajutoir. Ac. Compl., s.v. ajustage renvoie à ajutage. Littré qui emploie concurremment comme vedette ajutage ou ajutoir ou ajoutoir (cf. aussi Ac. 1835) précise que ajutage est le plus usité. DG distingue 2 vedettes : ajutage d'une part, ajutoir d'autre part, mais il écrit, s.v. ajutoir : ,,comme ajutage``.
Étymol. ET HIST. − Technol. « tuyau court qu'on adapte à un orifice d'écoulement »; 1676 ajustage* étymol. 2; 1694 ajutage (Ac. t. 1, p. 620 : Ajustage. Petit tuyau de cuivre monté à vis sur une souche de mesme metal [...] ajutage à teste d'arrosoir); 1700 ajustoir (Dodart, Acad. des Sc. Mém., p. 259 ds Trév. 1752 : Si une même quantité de quelque liqueur que ce soit, poussée par la même force dans un même tuyau, se présente successivement à des issuës ou ajustoirs de différens diamétres, elle passera beaucoup plus vite par l'ajustoir de moindre diamétre, que par celui du plus grand). − 1771, Trév.; 1718 ajutoir (Ac. : Ajutoir. Il sign. la mesme chose qu'Ajutage, mais il est un peu moins usité); 1739-40 ajoutoir (De Brosses, Lett. d'Italie, II, 313, Colomb. ds DG : Tuyaux armés au bout d'ajoutoirs de cuivre); 1752 ajoûtage, adjoûtage (Gaultier ds Trév. 1752, s.v. adjoûtage : Cette conduite de plomb étoit encore soudée par des adjoûtages de pareille matière de toise en toise). La contamination réciproque de ajouter* et ajuster*, très proches sémantiquement et phonétiquement (FEW t. 5, p. 99, s.v. juxtare), est ill. ici par les interférences de formes et de sens de ces dér. : ajoutage et ajoutoir, dér. de ajouter* avec les suff. -age* et -oir*, ont été confondus ensemble avec ajustage et ajustoir, ajutage et ajutoir, dér. de ajuster* avec les mêmes suff.; ajoutage a conservé plus particulièrement l'idée de « ajouter une chose à une autre ».
BBG. − Bar 1960. − Barb.-Cad. 1963. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Chabat t. 1 1875. − Chesn. 1857. − Duval 1959. − Fér. 1768. − Jossier 1881. − Poignon 1967. − Prév. 1755. − Privat-Foc. 1870. − Soé-Dup. 1906.

Ajutage, ajoutage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

ajutage \a.ʒy.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    • La présence d’un ajutage modifie les conditions de l’écoulement en mince paroi et produit une certaine perte de charge. — (Georges Dariès, Mécanique, hydraulique, thermodynamique, 1906)
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
      • Selon les expériences de M. Mariotte, un jet-d’eau, dont l’ajutage eſt un petit tuyau fait en cône ; & qui ne s’élèvera que jusqu’à la hauteur de 12 pieds, s’élèveroit à celle de 15 pieds, ſi ſon Ajutage n’étoit autre choſe qu’une lame de métal placée ſur l’ouverture du tuyau. — (Mathurin Jacques Brisson, Dictionnaire raisonné de physique, édité par Hôtel de Thou, 1781, page 84)
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Le mercure pur coulera à plein tuyau dans un ajutage cylindrique de fer étamé, et si on ôte l’étamage, l’écoulement se fera par l’orifice intérieur, comme si l’ajutage n’existait pas. — (Jean Nicolas Pierre Hachette, Traité élémentaire des machines, 1819, page 73)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • On remplit de gaz hydrogène une grande cloche de verre, portant à sa tubulure un robinet, surmonté d’un ajutage droit ou courbé ; on comprime le gaz en abaissant la cloche au-dessous du niveau de l’eau dans la cuve ; on ouvre alors le robinet, et l’on présente une bougie allumée à l’extrémité de l’ajutage ; le gaz s’allume. — (Edme-Jean Baptiste Bouillon-Lagrange, Manuel d'un cours de chimie, ou principes élémentaires, théoriques et pratiques de cette science, 1802, page 228)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)

Nom commun 1

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Tuyau court qu’on adapte à un orifice d’écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu.
    1. (Fontainerie) Pièce de cuivre conique ou cylindrique, que l'on visse sur un écrou soudé au bout d'une souche de tuyau pour former et conduire différents jets d'eau.
  2. (Chimie) Tuyau permettant de relier deux appareillages.
    • Je dois décrire ici le procédé que je suis après chaque opération, pour me convaincre qu’il pas resté d’arsenic à l’intérieur du tube ou au bouchon, ainsi qu’à son ajoutage. — (Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie: et moniteur d'hygiène et de salubrité publique réunis, Volume 4, édité chez Béchet, 1838, page 107)
  3. (Chimie) Objet de tuyauterie qui permet de condenser un élément présent dans le milieu qui le transporte.
    • À la base de ce dernier, se trouve latéralement un tuyau de cuivre d e d’un centimètre de diamètre et de deux décimètres de long, y compris un ajoutage en bois, par lequel on souffle pour activer la combustion. — (Louis Vivien, Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France, Société d'horticulture de Paris, 1828, page 138)

Nom commun 2

ajoutage \a.ʒu.taʒ\ masculin

  1. Chose ajoutée à une autre.
    • Ce n'est pas encore ce style uni de porphyre sans un interstice, sans un ajoutage. — (Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, 1954)
    • Le chapiteau ionique est un chapiteau dorique orné, sur l’échine duquel se trouve placé un ajoutage de volutes, canal et coussin, ajoutage qui se retrouve d'une manière semblable au bord supérieur des autels, des cippes et d’autres monuments, et qui sans doute est né de l’imitation de cornes de béliers suspendues. — (M.P. Nicard, Nouveau Manuel d’Archéologie,Encyclopédie de Roret, 1841, page 46)
    • [...] quand, par la suite de la fermentation, toute la masse se soulève, se gonfle et surpasserait les bords du trempoir sans l’ajoutage de planches dont on l’a surmonté. — (Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, édité chez Rey et Gravier, 1826, page 531)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ajutage, ajoutage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AJUTAGE. n. m.
T. d'Arts. Tuyau court qu'on adapte à un orifice d'écoulement pour en accroître ou en modifier le jeu. Gros ajutage. Petit ajutage. Ajutage à tête d'arrosoir. Il faut mettre un plus gros, un plus petit ajutage à cette fontaine. L'ajutage est trop petit. On dit aussi AJOUTOIR.

Ajutage, ajoutage : définition du Littré (1872-1877)

AJUTAGE (a-juta-j', a-ju-toir, a-jou-toir) s. m.

Le premier est le plus usité.

  • Terme d'hydraulique. Tuyau court qu'on adapte à un orifice d'écoulement pour en augmenter la dépense. L'ajutage produit cet effet en détruisant la contraction de la veine fluide.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ajutage »

Étymologie de ajutage - Wiktionnaire

(1676) Variante de ajustage, mot construit à partir de ajuster avec le suffixe -age. Ce mot connait plusieurs variante du fait de la contamination réciproque entre ajouter et ajuster proches sémantiquement, ils dérivent tout deux du latin juxtare, et phonétiquement, ainsi qu’à une confusion sémantique entre les suffixes -age, désignant l’objet, et -oir, désignant sa fonction.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ajutage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ajutage aʒytaʒ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « ajutage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ajutage »

  • "La concomitance des deux événements est un peu due au hasard des choses, déclare la présidente, mais elle est intéressante. D'un côté nous avons une restauration patrimoniale, avec l'intervention de tous les métiers incarnant le savoir-faire français – doreurs, fontainiers, marbriers –, que nous nous devons de transmettre. Et de l'autre, une création contemporaine, inspirée par le passé. L'ajutage des fontaines du bosquet du théâtre d'eau [ce qui donne la forme au jet d'eau lors de la sortie du tuyau] est calqué sur celui du bassin de Latone." lejdd.fr, Bassin de Latone, pavillon Dufour : une année chargée au château de Versailles
  • En comparaison avec les autres moteurs à̀ essence, les soupapes d’admission sont fermées plus tôt. Elles sont déjà fermées lors de l’ajutage d’admission, alors que le piston n’a pas terminé sa course et se trouve en phase de descente. Le mélange se dilate donc plus fortement dans le cylindre. Cette expansion réduit par conséquent la pression et la température dans le mélange. Il est entre autres possible d’augmenter le taux de compression à 12,2:1. Cette augmentation de la compression se traduit par un meilleur rendement du moteur, entraînant une réduction de la consommation et des émissions de CO2, notamment aux régimes intermédiaires. Caradisiac.com, Présentation vidéo - Volkswagen Arteon restylée : un nouveau Shooting Brake et une sportive R

Traductions du mot « ajutage »

Langue Traduction
Portugais orifício
Allemand düse
Italien erogatore
Espagnol boquilla
Anglais nozzle
Source : Google Translate API

Synonymes de « ajutage »

Source : synonymes de ajutage sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires