La langue française

Abat-vent

Définitions du mot « abat-vent »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABAT-VENT, subst. masc. (inv.).

Dispositif destiné à protéger des intempéries les fenêtres, cheminées, plantations horticoles. Plus particulièrement [En parlant des ouvertures des clochers] Espèces d'auvents, servant aussi à rabattre le son des cloches :
1. Abat-vent. Grand paillasson pour rompre les vents qui nuisent aux plantes. Gattel1797.
2. Abat-vent. Charpente couverte d'ardoises, etc. qui garantit du vent les ouvertures d'une maison, etc. Gattel1797.
3. Quelquefois, le soir, elle (Esmeralda) entendait une voix cachée sous les abat-vent du clocher chanter comme pour l'endormir une chanson triste et bizarre. C'étaient des vers sans rime, comme un sourd en peut faire. V. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 433.
4. Abat-vent. (Arch.) S'emploie parfois comme synonyme d'abat-son et aussi pour désigner les mitres en terre ou les cylindres de tôle placés au sommet des cheminées et destinés à détourner les courants d'air qui pourraient entraver la régularité du tirage. J. Adeline, Lexique des termes d'art,1884.
P. anal. :
5. Enfin, tout au fond, près de la porte, se tenait debout dans l'obscurité, immobile comme une statue, un vigoureux homme à membres trapus, à harnois militaire, à casaque armoriée, dont la face carrée, percée d'yeux à fleur de tête, fendue d'une immense bouche, dérobant ses oreilles sous deux larges abat-vent de cheveux plats, sans front, tenait à la fois du chien et du tigre. V. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 487.
Rem. 1. Dans l'emploi en hortic., abat-vent a pour synon. plus usuel abrivent. 2. Pour un autre sens techn., vieilli, cf. hist., rem. Arts et Métiers.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abavɑ ̃]. 2. Forme graph. : mot inv. (Rob., Lar. encyclop., Pt Rob.). Cf. abattre. 3. Hist. − Le mot apparaît sous sa forme graph. actuelle ds Fur. 1690, Fur. 1701 et Trév. 1704 donnent la forme abavent en un seul mot. La forme mod. l'emporte définitivement à partir du Trév. 1752. Ac. ne réserve une entrée au mot qu'à partir de son éd. de 1762.
ÉTYMOL. − 1344, « sorte d'auvent destiné à protéger du vent et de la pluie » (L. Delisle, Act. norm. de la Ch. des Comptes, p. 301 : pour plastrer en la salle en pluseurs lieux, ... et seeler deux abatvens l'un sur l'uisserie du celier par devers la cuisine). Composé de abat, de abattre* au sens propre et de vent*; [l'attest. Aiol, 4891 ds Gdf. Compl. est à rejeter, la leçon abat-vens étant restituée pour auantuens, de l'aveu même des éd. Normand et Raynaud, au gloss.; l'éd. Foerster, vers 1896 porte bien auentuens d'apr. le ms. unique Bibl. nat., fr. 25516]. HIST. − Terme techn. d'archit., apparu au xives. (1344, cf. étymol.); subsiste en ayant connu une restriction de sens corresp. à la fonction propre de l'obj. (abattre le vent), restriction due à l'apparition du terme abat-son dont il était jusqu'alors synon. partiel (cf. ce mot, hist.). Il s'est étendu d'autre part à 2 domaines partic. (arts et métiers, hortic.). xviiies. : Abat-vent est la charpente qui se met dans les ouvertures des clochers, qui est ordinairement couverte d'ardoise, qui sert à abatre le vent, et qui n'empêche pas que le son de la cloche n'agite l'air de dehors, et ne se fasse entendre au loin : au contraire il renvoye en bas le son des cloches, qui autrement se dissiperoit en l'air. Fur. 1701. Ce sont de petits auvents au-dehors des tours et clochers dans les tableaux des ouvertures (...) qui servent à empêcher que le son des cloches ne se dissipe en l'air (...). Ils garantissent aussi le béfroi de charpente de la pluie. Encyclop. 1751. xixes. − Confusion entre abat-son et abat-vent : [les abat-sons] garantissent les beffrois de la pluie et renvoient le son vers le sol. Littré s.v. abat-son. Les abat-vent des clochers servent aussi à rabattre le son des cloches. Littré s.v. abat-vent. xxes. Différenciation des 2 termes (cf. abat-son, hist.). − Rem. Ext. d'emplois : Arts et Métiers : On appelle ainsi, dans les sucreries, une espèce d'apenti qui couvre chaque fourneau des atteliers. Trév. 1751. Attesté aussi ds Trév. 1771, Ac. Compl. 1842, Besch. 1845 et DG. Horticulture : Paillasson qui garantit les plantes du vent. Ac. Compl. 1842. Attesté aussi ds Besch. 1845, Littré, Lar. 20e.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 3.
BBG. − Barb.-Card. 1963. − Chabat 1875-76. − Jossier 1881.

Wiktionnaire

Nom commun

abat-vent masculin (orthographe traditionnelle) invariable

  1. (Architecture) Assemblage de petites lames inclinées et parallèles, qui garantit du vent, de la neige et de la pluie les ouvertures d’une maison, d’un atelier, d’un clocher, etc., sans empêcher la circulation de l’air.
    • Un abat-vent couvert de plomb, d’ardoise.
    • Les fenêtres de ce séchoir, de ce magasin sont garnies d’abat-vent.
    • Les persiennes sont des espèces d’abat-vents.
    • Quelques jours se passèrent ; elle tenait ses abat-vent bien fermés, pour ne rien voir, et ne regardait plus du côté du cimetière. — (Société des traditions populaires (France), Revue des traditions populaires: Volume 18, 1903)

Nom commun

abat-vent \Prononciation ?\ masculin

  1. (Le Fuilet) Contrevent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABAT-VENT. n. m.
Assemblage de petites lames inclinées et parallèles, qui garantit du vent, de la neige et de la pluie les ouvertures d'une maison, d'un atelier, d'un clocher, etc., sans empêcher la circulation de l'air. Un abat-vent couvert de plomb, d'ardoise. Les fenêtres de ce séchoir, de ce magasin sont garnies d'abat-vent. Les persiennes sont des espèces d'abat-vent.

Littré (1872-1877)

ABAT-VENT (a-ba-van) s. m.

Au plur. des abat-vent.

  • Appentis, claie, paillasson, mur, pièce de toile, bois, etc. placé au-dessus des ouvertures des habitations, et au-devant des plantes, pour les abriter contre le vent et la pluie. Les abat-vent des clochers servent aussi à rabattre le son des cloches.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abat-vent »

Du verbe abattre et du nom vent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abat-vent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abat-vent abatv

Évolution historique de l’usage du mot « abat-vent »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « abat-vent »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abat-vent »

Langue Traduction
Anglais chimney cap
Italien tettoie
Source : Google Translate API

Synonymes de « abat-vent »

Source : synonymes de abat-vent sur lebonsynonyme.fr

Abat-vent

Retour au sommaire ➦

Partager