La langue française

Mitre

Sommaire

  • Définitions du mot mitre
  • Étymologie de « mitre »
  • Phonétique de « mitre »
  • Citations contenant le mot « mitre »
  • Images d'illustration du mot « mitre »
  • Traductions du mot « mitre »
  • Synonymes de « mitre »

Définitions du mot « mitre »

Trésor de la Langue Française informatisé

MITRE, subst. fém.

A. −
1. HIST. ANTIQUE. Coiffure plus ou moins pyramidale en usage en Phrygie et chez certains peuples du Moyen Orient. Des bouffons égyptiens, coiffés de hautes mitres blanches de forme ridicule, s'avancèrent (Gautier, Rom. momie,1858, p.236).Le Perse a la tiare et le Mède a la mitre (Hugo, Légende,t.3, 1877, p.178):
1. ... Hérodias apparut, − coifée d'une mitre assyrienne qu'une mentonnière attachait à son front... Flaub., Hérodias,1877, p.195.
En partic. Coiffure en bandeau que portaient, à Rome, certains prêtres et les vestales. (Ds Lar. 19e). Il reconnut Jésus, (...) pareil avec cette mitre à un jeune haruspice, ou bien au servant d'un des prêtres syriaques qui célébraient les mystères de la bonne déesse (Montherl., Bestiaires,1926, p.480).
2. RELIG. CHRÉT. Coiffure haute, de forme pyramidale, fendue par le milieu et garnie de deux fanons tombant sur la nuque, que portent le pape, les évêques et certains abbés à l'occasion de certaines cérémonies pontificales. Le bon abbé de San-Lucar, paré des habits pontificaux, ayant sa mitre enrichie de pierres précieuses, son rochet, sa crosse d'or, siégeait, roi du choeur, sur un fauteuil d'un luxe impérial (Balzac, Élixir,1830, p.393).Sur un pavois porté par quatre empereurs, plus haut que tous nous élevons le pape. Sa mitre sera d'or, le plus fin qui soit à vendre (Quinet, Ahasvérus,1833, 3ejournée, p.210):
2. ... l'évêque, mitre en tête, invita l'assistance à prier pour obtenir le secours divin que la persévérance exige. Billy, Introïbo,1939, p.136.
P. méton. Le haut clergé. [Napoléon III] règne par la mitre et par le hausse-col (Hugo, Châtim.,1853, p.135).
Loc. Recevoir la mitre. Être nommé évêque. (Dict. xxes.).
3. P. anal.
a) HIST. Coiffure en forme de mitre qu'on mettait sur la tête des hérétiques condamnés au bûcher. Synon. san-benito.On coiffa sa tête rasée d'une grande mitre de papier sur laquelle ces mots étaient écrits: «Hérétique, relapse, apostate, idolâtre» (A. France, J. d'Arc,t.2, 1908, p.393).On leur avait mis sur la tête [à Jacques de Molcy et au Précepteur de Normandie] l'infamante mitre de papier des hérétiques (Druon, Roi de fer,1955, p.110).
b) Coiffure pyramidale assez haute de forme. Dans la partie du steam-boat réservée à la première classe se voyaient des Arméniens en longues robes et coiffés d'espèces de mitres (Verne, M. Strogoff,t.1, 1876, p.95).La performance dure quatre ou cinq jours, dirigée par un chef-danseur qui porte sur la tête une haute mitre emplumée (Cuisinier, Danse sacrée,1951, p.74).
B. − P. anal.
1. ZOOL. (conchyliologie). Coquillage marin des mers chaudes ayant la forme d'un fuseau. Parmi ces produits, je citerai (...) toutes les variétés de porcelaines qui servent de monnaie dans l'Inde et en Afrique, (...) enfin des littorines, (...) des volutes (...), des mitres (Verne, Vingt mille lieues,t.1, 1870, p.110):
3. ... sur les parties naturelles ils portent quelque chose d'oblong et de rougeâtre que j'ai supposé être une moitié de mitre ou autre coquille semblable. Dumont d'Urville, Voy. autour du monde,t.4, 1832-34, p.560.
2. BÂT. Appareil, de terre cuite ou de tôle, ou construction, de forme variable, s'adaptant sur le sommet d'une cheminée et destiné à empêcher la pluie ou le vent de s'introduire dans la trémie tout en assurant un bon tirage:
4. Borusse demeura un moment immobile devant la lucarne, regardant et ne voyant pas le paysage de toits enchevêtrés, aux gouttières rehaussées d'un trait de neige, aux cheminées coiffées de chapeaux annamites, de mitres ou de manches à air semblables à celles des ponts de navires. Arnoux, Suite var.,1925, q. 60.
3. ART CULIN. Croupion de grosse volaille. Des portions de comestibles, encore très-désirables, venaient de temps en temps chasser le besoin et faire naître la joie; par exemple (...) la mitre d'un dindon, un morceau de filet, de la pâtisserie, etc. (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.299).
REM. 1.
Mitraille, subst. fém.,p. plaisant. Corps des évêques. Après la réforme de la moinaille, on en viendra à celle de la prêtraille, et pour mieux réussir, on ira chercher la mitraille (Biblioth. fr. ds Besch.1845).
2.
Mitrer, verbe trans.,rare. Coiffer quelqu'un d'une (coiffure ayant la forme d'une) mitre. L'évêque de Lavaur, Abra Raconis, s'en mêla, personnage un peu follet, mystifié autrefois et mitré par Richelieu (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.2, 1842, p.185).Le peintre semblait d'ailleurs avoir voulu affirmer sa volonté de rester hors des siècles (...) en mettant sa Salomé au milieu de cet extraordinaire palais, (...) en la mitrant d'un incis, (...) en la mitrant d'un incertain diadème en forme de tour phénicienne tel qu'en porte la Salammbô (Huysmans, À rebours,1884, p.75).Part. passé à valeur d'adj. Guerrier au front mitré, dieu rugissant et doux (Banville, Exilés,1874, p.42).
Prononc. et Orth.: [mitʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 «coiffure ornée que portent les évêques quand ils officient en habits pontificaux» (G. de St-Pair, Mont-Saint-Michel, éd. P. Redlich, 888); b) p. anal. 1723 «petit rebord plat, qui tient à la lame et s'applique``sur l'épaisseur du manche dans un couteau à lame fixe» (Savary 29a ds FEW t.6, 2, p.183b); 1690 «coiffure en usage chez les dames romaines» (Fur.). 1 empr. au lat. médiév. mitra «coiffure que portent les évêques» (xes. ds Du Cange), 2 empr. au lat. mitra «coiffure des Orientaux», mot pris au gr. μ ι ́ τ ρ α signifiant «bandeau pour la tête, turban, tiare asiatique». Fréq. abs. littér.: 241. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 413, b) 381; xxes.: a) 515, b) 157.

Wiktionnaire

Nom commun

mitre \mitʁ\ féminin

  1. Coiffure que portent les évêques quand ils officient en habits pontificaux, ainsi que certains abbés.
    • La mitre en tête.
    • Officier avec la mitre et la crosse.
    • En quelques églises les chanoines et certains abbés portaient la mitre.
    • Recevoir la mitre, c’est être nommé évêque.
  2. (Héraldique) Cette coiffure comme figure d’héraldique au sommet des armoiries ecclésiastiques.
  3. (Antiquité) Coiffure qui était en usage chez les femmes romaines et qui venait originairement des Perses.
  4. Dispositif en forme de mitre d’évêque placé au-dessus d’une cheminée, pour réduire le risque que la pluie tombe à l'intérieur ainsi que le contre-tirage.
  5. Renflement situé entre la lame et le manche d’un couteau forgé.

Forme de verbe

mitre \mitʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de mitrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de mitrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de mitrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de mitrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de mitrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MITRE. n. f.
Coiffure que portent les évêques quand ils officient en habits pontificaux. La mitre en tête. Officier avec la mitre et la crosse. En quelques églises les chanoines et certains abbés portaient la mitre. Recevoir la mitre, Être nommé évêque. En termes d'Antiquités, il se dit d'une Coiffure qui était en usage chez les femmes romaines et qui venait originairement des Perses.

MITRE se dit aussi d'un Dispositif en forme de mitre placé au-dessus d'une cheminée, pour l'empêcher de fumer.

Littré (1872-1877)

MITRE (mi-tr') s. f.
  • 1 Terme d'antiquité. Coiffure des anciens peuples de l'Asie, Perses, Lydiens, etc. que les dames romaines leur avaient empruntée. Vous leur mettrez la mitre sur la tête, et ils seront mes prêtres pour me rendre un culte perpétuel, Sacy, Bible, Exode, XXIX, 9. C'est peu que, le front ceint d'une mitre étrangère, Ce lévite à Baal prête son ministère, Racine, Ath. I, 1.
  • 2Coiffure que portent les évêques, quand ils officient en habits pontificaux ; c'est un bonnet rond, pointu et fendu par le haut, ayant deux fanons qui pendent sur les épaules. En quelques églises les chanoines portaient la mitre. Tu dors ! attends-tu donc que, sans bulle et sans titre, Il te ravisse encor le rochet et la mitre ? Boileau, Lutr. I. Une ville… Où le vice orgueilleux s'érige en souverain, Et va la mitre en tête et la crosse à la main, Boileau, Sat. I. Et de ces mitres d'or aux deux sommets pointus, Voltaire, le Lac de Genève.

    Fig. La mitre, le pouvoir spirituel du pape. La querelle de la couronne impériale et de la mitre de Rome, Voltaire, Mœurs, 51.

  • 3Il s'est dit du bonnet qui est au-dessous de la couronne de l'empereur et de quelques rois.
  • 4Bonnet de papier qu'on mettait en Espagne sur la tête de ceux qu'on exécutait par jugement de l'inquisition. Ils furent tous deux revêtus d'un san-benito, et on orna leurs têtes de mitres de papier, Voltaire, Candide, 6.
  • 5Tuiles ou planches de plâtre qu'on dispose en forme de mitre au-dessus d'une cheminée pour l'empêcher de fumer.
  • 6Ancien nom du chapeau des agarics.
  • 7Petit rebord qui sépare la lame des couteaux de table d'avec la soie ou la queue qui sert à les emmancher.
  • 8Le dôme des chaudières des locomotives prend quelquefois le nom de mitre, lorsqu'au lieu de le faire rond on lui donne une forme quadrangulaire.
  • 9Pavé que l'on place à l'endroit où deux rangées se réduisent à une seule, en raison de ce qu'on emploie du pavé d'un plus fort échantillon.
  • 10Premier bout de tuyau qui est évasé et qui fait partie d'une suite de gros tuyaux de tôle placés sur le haut d'une cheminée.
  • 11Dans le langage familier, le train de derrière d'un dindon rôti lorsqu'on le détache des ailes et de la poitrine, parce qu'il offre une sorte de ressemblance avec une mitre.
  • 12Genre de coquilles univalves.

    Mitre polonaise, espèce de madrépore.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et puis li mist-on la mitre au cief qui iert blance, Chr. de Rains, 105. Tiex cops [tels coups] lor donrai sor les testes, Que lever i ferai tex boces, Qu'il en perdront mitres et croces, la Rose, 11412.

XIVe s. Pourquoi l'oreille est ploiant … pour ce qu'el puisse estre ploiée sous la coiffe ou sous la mitre ; ceste utilité est fieble, car les bues [bœufs] ont oreilles ploians, qui n'ont coiffe ne mitre, H. de Mondeville, f° 16 verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MITRE, s. f. (Littérat.) en grec & en latin mitra, sorte de coëffure particuliere aux dames romaines. Ce que le chapeau étoit aux hommes, la mitre l’étoit aux femmes. Elle étoit plus coupée que la mitre moderne que nous connoissons, mais elle avoit comme elle ces deux pendans que les femmes ramenoient sous les joues. Servius, sur ce vers de Virgile, où Hiarbas reproche à Enée ses vêtemens efféminés,

Mœnia mentum mitrâ, crinemque madentem
Sub nexus,


ajoute, mitrâ lydiâ ; nam utebantur & Phryges & Lydii mitrâ, hoc est incurvo pileo, de quo pendebat etiam buccarum tegimen. Cet ornement dégénéra peu-à-peu ; peut-être avoit-il l’air de coëffure trop négligée. Les femmes qui avoient quelque pudeur n’oserent plus en porter, de sorte que la mitre devint le partage des libertines. Juvenal s’en expliquoit ainsi, lorsqu’il reprochoit aux Romains le langage & les modes des Grecs, qu’ils tenoient eux-mêmes des Assyriens :

Ite quibus grata est pictd lupa barbara mitrâ.

Il faut admirer ici le caprice du goût, & celui de la bisarrerie de la mode, qui fait servir à nos cérémonies les plus augustes la même chose qu’elle employoit à l’appareil de la galanterie, & met sur la tête des plus respectables ministres du Seigneur les mêmes ornemens à-peu-près dont se paroient les courtisannes. (Voyez l’article suivant.) Ainsi, par un exemple de mode tout opposé à celui-ci, le voile qui d’abord n’avoit été d’usage que dans les fonctions du temple, devint une espece de coëffe sous laquelle les dames romaines ramassoient leurs cheveux bien frisés & bien ajustés. Les progrès du luxe produisirent cet effet, changerent la destination du voile, & firent servir à la vanité ce qui n’avoit été qu’un ornement de cérémonies & de sacrifices.

Un chanoine régulier de sainte Geneviéve, Claude du Molinet, a fait une dissertation sur la mitre des anciens, où il a recueilli bien des choses curieuses ; le lecteur peut le consulter. (D. J.)

Mitre, en latin mitra, (Hist. ecclés.) sorte d’ornement de tête dont les évêques se servent dans les cérémonies. Elle est de drap d’or ou d’argent, accompagnée de deux languettes de même étoffe, qui pendent d’environ un demi-pié sur les épaules, & qui, à ce qu’on croit, représentent les rubans dont on se servoit autrefois pour l’affermir en les nouant sous le menton, & elle forme à son sommet deux pointes, l’une par-devant, l’autre par-derriere, surmontées chacune par un bouton.

Dans un ancien pontifical de Cambrai, où l’on entre dans le détail de tous les ornemens pontificaux, il n’est point fait mention de la mitre, non plus que dans les anciens pontificaux manuscrits, ni dans Amalaire, dans Raban, dans Alcuin, ni dans les autres anciens auteurs qui ont traité des rits ecclésiastiques. C’est peut-être ce qui a fait dire à Onuphre, dans son Explication des termes obscurs, à la fin de ses vies des papes, que l’usage des mitres dans l’église romaine ne remontoit pas au delà de 600 ans. C’est aussi le sentiment du pere Hugues Menard, dans ses Notes sur le sacramentaire de saint Grégoire, où il répond aux opinions contraires. Mais le pere Martenne, dans son Traité des anciens rits de l’Eglise, dit qu’il est constant que l’usage de la mitre a été suivi dans les évêques de Jérusalem, successeurs de saint Jacques, comme cela est marqué expressément dans une lettre de Théodose, patriarche de Jérusalem, à saint Ignace, patriarche de Constantinople, qui fut produite dans le huitieme concile général. « Il est certain aussi, ajoute le même auteur, que l’usage des mitres a eu lieu dans l’église d’occident long-tems avant l’an 1000, comme il est aisé de le prouver par l’ancienne figure de saint Pierre, qui est au-devant de la porte du monastere de Corbie & qui a plus de mille ans, & par les anciens portraits des papes que les Bollandistes ont rapporté dans leur vaste recueil ». Théodulphe, évêque d’Orléans, fait-aussi mention de la mitre dans une de ses poésies, où il dit en parlant d’un évêque :

Illius ergò caput resplendens mitra tegebat.

Le pere Martenne ajoute que, pour concilier les différens sentimens sur cette matiere, il faut dire que l’usage des mitres a toûjours été dans l’Eglise, mais qu’autrefois tous les évêques ne la portoient pas, s’ils n’avoient un privilege particulier du pape à cet égard. Dans la cathédrale d’Acqs, on voit en effet sur la couverture d’un tombeau un évêque représenté avec sa crosse sans mitre. Le pere Mabillon & plusieurs autres auteurs prouvent la même chose pour l’église d’occident & pour les évêques d’orient excepté les patriarches. Le pere Goar & le cardinal Bona en disent autant pour les Grecs modernes.

En Occident, quoique l’usage de la mitre ne fût pas commun aux évêques mêmes, on vint ensuite à l’accorder non-seulement aux évêques & aux cardinaux, mais encore aux abbés. Le pape Alexandre II. l’accorda à l’abbé de Cantorberi & à d’autres. Urbain II. à ceux du mont Cassin & de Cluni. Les chanoines de l’église de Besançon portent le rochet comme les évêques, & la mitre lorsqu’ils officient. Le célébrant & les chantres portent aussi la mitre dans l’église de Mâcon ; la même chose est pratiquée par le prieur & le chantre de Notre-Dame de Loches & par plusieurs autres. Il y a beaucoup d’abbés, soit réguliers soit séculiers en Europe, qui ont droit de mitre & de crosse. La forme de cet ornement n’a pas toûjours été, & n’est pas encore par-tout la même, comme le montre le pere Martenne tant dans l’ouvrage que nous avons cité, que dans son voyage littéraire. Celles qui sont représentées sur un tombeau d’évêques à saint Remi de Reims, ressemblent plutôt à une coëffe qu’à une mitre. La couronne du roi Dagobert sert de mitre aux abbés de Munster. Moréri.

Mitre, en Architecture, c’est un terme d’ouvrier, pour marquer un angle qui est précisément de 45 degrés, ou la moitié d’un droit.

Si l’angle est le quart d’un droit, ils l’appellent demi-mitre. Voyez Angle. Ils ont pour décrire ces angles un instrument qu’ils nomment espece de mitre, avec lequel ils tirent des lignes de mitres sur les quartiers ou battans ; &, pour aller plus vite, ils ont ce qu’ils appellent une boîte de mitre. Elle est composée de quatre pieces de bois, chacune d’un pouce d’épaisseur, clouées à plomb l’une sur le bord de l’autre. Sur la piece supérieure sont tracées les lignes de mitre des deux côtés, & on y pratique outre cela une coche pour diriger la scie, de façon qu’elle puisse couper proprement les membres de la mitre, en mettant seulement la piece de bois dans cette boîte. Voyez Beuveau.

On appelle aussi mitre une seconde fermeture de cheminée, qui se pose après coup pour en diminuer l’ouverture, & empêcher qu’il ne fume dans les appartemens.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mitre »

Du latin mitra et, plus avant, du grec ancien μίτρα, mítra.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. esp. et ital. mitra ; du lat. mitra.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mitre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mitre mitr

Citations contenant le mot « mitre »

  • (pj avec Michael Merten) La cathédrale de Luxembourg a vécu un temps fort, dimanche.  «C'est un jour merveilleux parce que Leo Wagener est une personne merveilleuse», devait même commenter Mgr Jean-Claude Hollerich à l'heure de remettre à l'intéressé l'anneau, la mitre et la crosse l'officialisant dans sa nouvelle mission. Wort.lu, Mitre, anneau et crosse remis à Leo Wagener
  • Face à la crise sanitaire actuelle, des mesures sont mises en place par la ville de Saint Mitre les remparts et adaptées en permanence pour répondre au mieux aux besoins et tenir compte des directives gouvernementales. Ces mesures sont consultables sur une page dédiée du site internet de la ville mise à jour en temps réel : https://saintmitrelesremparts.fr/covid-19-informations-et-mesures-prises-par-la-commune/ www.maritima.info, Saint-Mitre les Remparts - Coronavirus - Saint Mitre les Remparts: la ville met en place des mesures face à la crise - Maritima.Info
  • Le marché hebdomadaire de Saint Mitre les Remparts est maintenu par dérogation du préfet. Dans un communiqué la ville indique que : "suite à l’intervention de Madame le Maire, M. le Préfet a accordé une dérogation pour que le marché alimentaire puisse avoir lieu tous les mercredis sous réserve de respecter des recommandations très précises : gestes barrière, un seul membre par famille, sens de circulation unique, etc... (Retrouvez l’arrêté préfectoral sur le site www.saintmitrelesremparts.fr/covid-19-informaBons-et-mesures-prises-par-la- commune/, onglet « marché hebdomadaire »).  www.maritima.info, Saint-Mitre les Remparts - Coronavirus - Le marché hebdomadaire maintenu à Saint Mitre les Remparts - Maritima.Info
  • Les parents des grandes sections de maternelle, de CP et CM2 devront adresser un mail à [email protected]mitrelesremparts.fr pour indiquer : www.maritima.info, Saint-Mitre les Remparts - Coronavirus - Réouverture des services municipaux et des écoles de Saint-Mitre le 18 mai - Maritima.Info
  • Croix, mitres et ailes d’ange comme s’il en pleuvait : les célébrités américaines du moment ont multiplié les références à l’Église romaine, lors du gala du Met, à New York, le 7 mai. Autant de clins d’œil à la nouvelle exposition du Costume Institute, entité du Met de New York dédiée à la mode, qui montre le vêtement religieux comme inspiration pour la mode. La Croix, Mitre, ailes d’anges et auréoles au Met Gala, à New York

Images d'illustration du mot « mitre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mitre »

Langue Traduction
Anglais miter
Espagnol inglete
Italien mitra
Allemand gehrung
Chinois 斜接
Arabe ميتري
Portugais mitra
Russe митра
Japonais 留め継ぎ
Basque mitra
Corse mitra
Source : Google Translate API

Synonymes de « mitre »

Source : synonymes de mitre sur lebonsynonyme.fr
Partager