La langue française

Écorce

Sommaire

  • Définitions du mot écorce
  • Étymologie de « écorce »
  • Phonétique de « écorce »
  • Citations contenant le mot « écorce »
  • Traductions du mot « écorce »
  • Antonymes de « écorce »

Définitions du mot « écorce »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCORCE, subst. fém.

A.− Enveloppe d'un végétal.
1. Enveloppe protectrice du tronc d'un arbre et de ses branches que l'on peut détacher du bois. Écorce argentée du bouleau, du peuplier; décoller, enlever, inciser, gratter, flamber l'écorce d'un arbre; graver un nom, une date, des initiales sur l'écorce d'un arbre. Les écorces des pins luisaient comme des écailles (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 54).Nous apercevions comme au fond nous étions, sous l'écorce, pareils de nature et de sentiments (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 86):
1. [Il] riait tout haut, taillait dans le bois vert un quinet pour ses garçons, dans l'écorce un sifflet, riait encore, tirait droit son sillon et s'émerveillait qu'il fît aussi bon vivre. Aymé, La Jument verte,1933, p. 65.
SYNT. Cylindres, morceaux, lambeaux, débris d'écorce; écorce de platane, de pin, de chêne, de saule; crevasses, craquelures, fentes de l'écorce; écorce lisse, rugueuse, couverte de mousse, frisée, couturée, craquante, sèche, jaunie, morte, enroulée.
Rem. Certaines écorces sont utilisées dans différents domaines (industr., artisanat, chim., méd.). Écorce du chêne-liège, du prunier, du quinquina, du quercitron, du grenadier, du cannellier, etc.; tanin des écorces. Aux pieds il a [le paysan] des sandales d'écorce (Stravinsky, Chron. vie, 1931, p. 10). Bien des produits fort utiles à la santé : ainsi la dyacaparis, où entre l'écorce du câprier, si bon pour éclaircir la voix (Faral, Vie temps St Louis, 1942, p. 74).
Spéc., BOT. Enveloppe de la tige et des racines formée de grandes cellules aux parois épaissies et fortifiées par l'âge. L'écorce [d'un arbre est] composée d'une partie externe morte et d'une partie interne vivante appelée « liber » (Guillemin, Constr., calcul et essai avions,1929, p. 4).
Loc. proverbiales, au fig. ,,Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce. Il ne faut pas juger sur les apparences`` (Ac. 1878-1932). Entre l'arbre* et l'écorce, il ne faut pas mettre le doigt. Dutocq, vous avez mis le doigt entre l'écorce et l'arbre, répondit sèchement le Secrétaire-général (Balzac, Employés,1837, p. 149).
P. méton., le plus souvent au plur. Fragment, morceau d'écorce. Jeter des écorces dans le feu; feu d'écorces; tas de fagots et d'écorces; tapis d'écorces. Il y avait par terre des écorces de bambou (du moins je les nomme telles), blanches, lisses, polies (Montherl., Démon bien,1937, p. 1240).
2. Enveloppe plus ou moins dure ou coriace de certains fruits et grains. Écorce d'oranges, de citron, de grenade, de melon, de pastèque, du blé, du maïs; dépouiller un fruit de son écorce. (Quasi-)synon. peau, pelure, écale.Ainsi s'envole du blé que l'on bat! (Saint-Exupéry, Pilote guerre,1942, p. 343).Avec son teint vermeil, ses yeux dorés, ses cheveux brillants comme l'écorce d'un marron d'Inde, c'était un très joli petit garçon (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 62):
2. Si les soleils par vous subis, Ô grenades entrebaillées, Vous ont fait d'orgueil travaillées Craquer les cloisons de rubis, Et que si l'or sec de l'écorce À la demande d'une force Crève en gommes rouges de jus (...). Valéry, Charmes,1922, p. 146.
Loc. fig.
Le fruit vaut mieux que l'écorce. L'apparence est moins favorable que la réalité.
Proverbe, fam. Quand on a pressé l'orange on jette l'écorce. ,,On dédaigne souvent l'homme de qui on a tiré tous les services qu'il pouvait rendre`` (Ac. 1878).
P. méton., le plus souvent au plur. Morceau(x) de cette écorce. Parquet jonché d'écorces de châtaigne, d'orange. Synon. pelure.Sur le pavé chaud où fermentent des écorces de banane (Colette, La Vagabonde,1910, p. 273).
B.− P. anal.
1. GÉOL. Écorce terrestre. Partie superficielle du globe. Nous voyons maintenant que, observée sur une grande profondeur de durée, l'écorce terrestre va se modifiant sans cesse sous nos pieds... (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 51).Milliards d'années écoulées depuis la formation de l'écorce terrestre (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 16).
2. MAR. Écorce de glace. Croûte (mince) de glace formée sur une surface de mer tranquille. L'écorce de glace produit un certain bruit cristallin au passage d'un navire (Villen.1974).
3. MÉD. Écorce cérébrale (vieilli). Synon. cortex cérébral, écorce grise.Une coordination qui ne peut se comprendre que par l'intervention de l'écorce cérébrale (Janet, Obsess. et psychasth.,1903, p. 158).Écorce cérébelleuse. Substance périphérique du cervelet. Synon. cortex cérébelleux, cortex cerebelli (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971).Si l'on veut parler un langage physiologique, il n'y a pas de raison que les liaisons de l'écorce aux centres sous-corticaux, cérébelleux et bulbaires soient à sens unique (Mounier, Traité caract.,1946, p. 223).
C.− Au fig. Aspect visible (de quelque chose). Synon. apparence, surface, enveloppe, extérieur.Anton. cœur.L'écorce périssable du phénomène (Marcel, Journal,1933, p. 294).Et je me disais : « Ce que je vois là n'est qu'une écorce. Le plus important est invisible... » (Saint-Exupéry, Pt Prince,1943, p. 480):
3. [La peinture] permet de remettre à sa place l'homme éminent peu estimé du sot public passager, qui ne s'attaque qu'au clinquant et à l'écorce du vrai. Delacroix, Journal,1847, p. 173.
En partic. [En parlant de pers.] Aspect visible du comportement (de quelqu'un). Synon. façade, dehors, apparence; anton. fond(s).De ses yeux vifs [de Lange] sortait enfin en clairs sourires l'infinie bonté, cachée sous la rude écorce (Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 273).On est conduit par là à se demander si l'intimité ne consiste pas toujours à briser l'écorce personnelle, si elle n'est pas une participation (Marcel, Journal,1933, p. 294).
Loc. S'arrêter, s'en tenir à l'écorce, à la première, la seconde écorce. Dans le Jansénisme il ne faut s'arrêter ni à la première ni à la seconde écorce; il y a presque toujours des doubles et triples fonds (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 174).
4. Charlet n'a pas vu de discussions s'élever sur ses naïfs chefs-d'œuvre. Le public qui s'arrêtait à l'écorce, comme toujours, lui accorda son estime comme à beaucoup de caricaturistes qui le divertissent... Delacroix, Journal,1857, p. 140.
Prononc. et Orth. : [ekɔ ʀs]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1176 « partie protectrice qui recouvre la tige et les branches des arbres » (Chr. de Troyes, Cligés, éd. A. Micha, 2748); 2. xiiies. « enveloppe de certains fruits [ici d'une graine] » (Ysopet Lyon, éd. J. Bastin, XXXVIII, 153); p. anal. écorce de la terre (Buffon ds Lar. 19e); 3. 1265 « enveloppe, extérieur de quelque chose » [oppos. à la moële] (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 11828). Du lat. impérial scŏrtea « manteau de peau », fém. subst. de scorteus « de cuir, de peau ». Fréq. abs. littér. : 1 102. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 828, b) 1 524; xxes. : a) 1 484, b) 1 416. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, pp. 164-165; p. 248. − Rog. 1965, p. 54.

Wiktionnaire

Nom commun

écorce \e.kɔʁs\ féminin

  1. Partie superficielle et protectrice des arbres et plus généralement des plantes ligneuses.
    • L’écorce de chêne, employée pour le tannage des cuirs, est un élément important de la richesse forestière du département. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 173)
    • L’eau frangeait les ramures, alourdissait les fils d’araignée, imbibait les écorces gluantes, et des feuilles tombaient, çà et là, en tournant, dans le tranquille égouttement, dans le grand calme profond. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.2, 1910)
    • Les filaos géants, à l’écorce rugueuse et noire, étaient très nombreux et s'élevaient vers la voûte de feuillage comme des piliers de cathédrale. — (Michel Lemoine, L'autre univers de Simenon : guide complet des romans populaires publiés sous pseudonymes, Liège,C.L.P.C.F., 1991, page 166)
  2. Enveloppe de certains fruits, quand elle est épaisse.
    • Une écorce d’orange.
  3. (Par analogie)
    1. (Géologie) Croûte externe d'une planète.
      • L’écorce du globe terrestre.
    2. (Figuré) Superficie, apparence.
      • Vous vous arrêtez à l’écorce, il faut pénétrer plus avant.
    3. (Architecture) Partie latérale des volutes d'un chapiteau ionique.

Forme de verbe

écorce \e.kɔʁs\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de écorcer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de écorcer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de écorcer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de écorcer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de écorcer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉCORCE (é-kor-s') s. f.
  • 1Enveloppe de la tige des plantes ligneuses. L'écorce du chêne.

    Écorce du Pérou, le quinquina. Du temps de la Fontaine on disait l'écorce du kin : Ce dieu, dis-je, touché de l'humaine misère, Produisit un remède au plus grand de nos maux : C'est l'écorce du kin, seconde panacée ; Loin des peuples connus Apollon l'a placée, La Fontaine, Quinquina, I.

    Dans le langage précis de la botanique, enveloppe extérieure du tronc et des branches des plantes dicotylédones, composée de quatre parties distinctes : l'épiderme, le liége, la couche herbacée et le liber.

  • 2 Par extension, enveloppe de certains fruits. Écorce d'orange, de grenade.

    Familièrement. Quand on a pressé l'orange, on jette l'écorce, c'est-à-dire on néglige celui dont on n'a plus besoin.

  • 3L'écorce du globe, les couches de terrain qui forment la croûte solide et la superficie du globe terrestre.
  • 4 Fig. La superficie des choses, l'apparence. Le vulgaire s'arrête à l'écorce et aux apparences, Patru, Plaidoyer 7, dans RICHELET. Le peuple qui voit tout seulement par l'écorce, Corneille, Hor. V, 2. Ceux qui parlent avec tant de facilité ne s'attachent d'ordinaire qu'à l'écorce des choses, Saint-Évremond, dans RICHELET. Nous ne connaissons que la surface et l'écorce de la plupart des choses, Nicole, Ess. de mor. 1er traité, ch. 8. Il plaît, il charme, il touche, à n'en voir que l'écorce ; Au fond, l'esprit et lui sont peut-être en divorce, Boursault, Ésope, I, 3. Ici [chez les grands] se cache une séve maligne et corrompue sous l'écorce de la politesse, La Bruyère, IX. Nous pensions voir à fond les vérités que Dieu nous a révélées, et nous n'en touchions que l'écorce grossière, Fénelon, t. XVIII, p. 7. Vous regarderez cette régularité apparente qui vous rassurait, cette écorce de vertu comme un linge souillé, Massillon, Conf. Retraite. Le pécheur ne voit de tout ce qui est autour de lui que la surface et l'écorce, Massillon, Panég. St Ben. L'abbé de Polignac était amusant en récit, possédait l'écorce de tous les arts, Saint-Simon, 153, 239. J'ai vu mille peines cruelles Sous un vain masque de bonheur, Mille petitesses réelles Sous une écorce de grandeur, Gresset, Chartreuse. Croyez-vous qu'en ne me donnant pas plus de peine que je n'en prends, je pourrai un jour avoir du moins l'apparence de quelques talents… l'écorce ? c'est tout ce que je voudrais, Genlis, Théâtre d'éduc. l'Enf. gâté, I, 3. Il est bien naturel que, dans le sein du monde où l'on a le plus de désir et d'intérêt de se faire valoir, toutes les écorces soient séduisantes et tous les moyens de plaire et d'intéresser mieux calculés qu'ailleurs, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 115, dans POUGENS.
  • 5 Terme d'architecture. La partie latérale des volutes du chapiteau ionique.
  • 6Écorce de citron, belle espèce de cône, sorte de coquille.

PROVERBES

Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce, il ne faut pas juger d'après les apparences.

Juger du bois par l'écorce, juger du dedans par le dehors. On juge du bois par l'écorce Et du dedans par le dehors ; Considérez de près nos corps, Et jugez quels nous devons être, Scarron, Virg. trav. liv. VII.

Il ne faut point mettre le doigt entre l'arbre et l'écorce, et, plus souvent, avec inversion, entre l'arbre et l'écorce il ne faut pas mettre le doigt, c'est-à-dire il n'est jamais prudent d'intervenir dans les querelles de famille. Molière a plaisamment interverti le proverbe : Apprenez que Cicéron dit qu'entre l'arbre et le doigt il ne faut pas mettre l'écorce, Molière, Méd. m. lui, I, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. Les escus [il] froisse et fent, com s'il fussent d'escorce, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 19. Biaus noiaux gist soz foible escorce, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 67. Car ce que l'en a pour noiant [rien], Tant le va l'en plus viltoiant, L'en nel prise pas une escorce, la Rose, 13909.

XIVe s. Souffert avoint trop de meschance, Gardant le royaume de France D'oppression, de tort, de force ; Des vis [de visages] sembloint à une escorsse, Liv. du bon Jehan, 2796.

XVe s. Dessoubz sure escorche gist le doux miel, et la souffrance est bonne quant en la fin elle tourne en joye, Perceforest, t. III, f° 39.

XVIe s. L'esperance, qui est toujours compagne du malheur, lui tint escorce [le trompa, l'abusa], l'assurant que s'amie portoit bien la part de cet ennui, Yver, p. 540. On ne doit mettre le doigt entre l'escorce et le bois, H. Estienne, De la précell. du lang. fr. p. 194. …Tout l'imparfait de mon escorce humaine, Ronsard, 89. Leurs bastiments [des peuplades du nouveau monde] sont fort longs, et capables de deux ou trois cents ames, estoffez d'escorces de grands arbres, Montaigne, I, 237.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écorce »

Du latin scortea, féminin de scorteus (« fait de peau ou de cuir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écorce »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écorce ekɔrs

Citations contenant le mot « écorce »

  • De même que la valeur de la vie n'est pas en sa surface mais dans ses profondeurs, les choses vues ne sont pas dans leur écorce mais dans leur noyau, et les hommes ne sont pas dans leur visage mais dans leur coeur. De Khalil Gibran
  • Ecoute bûcheron, arrête un peu le bras ! Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ; Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoûte à force, Des Nymphes qui vivaient dessous la dure écorce. De Pierre de Ronsard
  • La terre vaut l'or et l'écorce des arbres vaut la terre, mais le travail est supérieur aux trois réunis. De Massa Makan Diabaté / Kala Jata
  • La grenade finit par éclater l'écorce. De Jean Grenier
  • Il ne faut pas mettre les doigts entre l'écorce et l'arbre. De Proverbe québécois
  • La parole est un fruit dont l’écorce s’appelle bavardage, la chair éloquence, et le noyau bon sens. De Tierno Bokar
  • Le tremblement de terre est un mouvement de l'écorce terrestre, qui commence par une oscillation et finit par une tombola. De Aurélien Scholl
  • Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce. De Proverbe français
  • L'arbre n'est point jugé sur ses fleurs, sur son fruit, on le juge sur son écorce. De Michel-Jean Sedaine
  • Les illusions tombent l’une après l’autre, comme les écorces d’un fruit, et le fruit, c’est l’expérience. Sa saveur est amère. De Gérard de Nerval / Sylvie
  • Un prêtre, c'est pire quelqu'un qui met toujours, quoi qu'il veuille, le doigt entre l'arbre et l'écorce. De Gilles Marcotte / Le Poids de Dieu
  • Vous voulez savoir ce qui se passe à l'intérieur des choses et vous vous contentez de considérer leur aspect extérieur ; vous voulez savourer la moelle et vous collez à l'écorce. De Franz Benedict von Baader
  • Généralement les hommes sont plus riches des mystères qui les constituent que de ceux qu'ils élucident, et les secrets dont on retire l'écorce deviennent de pauvres petites connaissances mises au jour. De Xavier Deutsch / De l’univers
  • L'homme n'emporte dans la mort que ce qu'il renonça de posséder dans la vie. En vérité, nous ne laissons ici qu'une écorce vide. Ce qui fait la valeur de ce trésor est en nous-mêmes. De Auguste Villiers de l'Isle-Adam / Axel
  • En quelques années, c’est devenu un rituel pour de nombreuses familles du Bouillon, de Sées et des environs. Une fois les fêtes passées, ils font don de leur sapin au parc animalier d’Écouves. Un cadeau pour certaines espèces qui raffolent des épines et de l’écorce de ces Nordmann et épicéas. Si les plus grosses consommatrices sont les chèvres, les sapins régalent également les moutons, les alpagas et depuis peu, de jeunes dromadaires qui ont découvert de nouvelles saveurs. "Elles sont arrivées il y a quelques jours, on a voulu tester les sapins sur elles et elles en raffolent. Donc chaque jour, elles ont leur petite branche de sapin et elles mangent tout", s’amuse Audrey Rouzies, soigneuse au parc animalier d'Écouves. Franceinfo, Dans l’Orne, les sapins de Noël régalent les chèvres, alpagas et dromadaires du zoo
  • Enfin, l'écorce constitue l'intérêt économique de la culture du chêne-liège puisque suber signifie "liège" en latin. Dès que les troncs atteignent 10 à 15cm de diamètre, les forestiers pratiquent le "démasclage" c’est-à-dire qu'ils enlèvent le liège de peu de valeur, dit "mâle", constitué par l'écorce visible, grise, très crevassée. Une nouvelle couche de liège, dit "femelle", de bonne qualité, est produite par l'arbre puis prélevée en été, à la hache, par les exploitants, à l'issue de 8 années minimum. Ces prélèvements de liège expliquent la petite taille de l'arbre et sa forme, sinon, il atteindrait 30 m et vivrait 300 ans. Binette & Jardin, Chêne-liège (Quercus suber), une écorce de liège : plantation, entretien
  • Entiers, les sapins seront récupérés par les bénévoles et distribués classiquement aux chèvres, « mais ici, il y a les ânes qui adorent cela et surtout, Mégalo l'Alpaga et Madame Lama. Ils en raffolent. Dès qu'ils m'aperçoivent, ils se ruent auprès de la clôture. Pour eux, les aiguilles et l'écorce sont des friandises. C'est plein d'oligo-éléments ». leparisien.fr, A Val-de-Reuil, les lamas dévorent aussi les sapins - Le Parisien
  • Pour l’utiliser, vous avez besoin des écorces de bois bandé déjà séchées que vous pouvez infuser avec de l’eau ou de l’alcool (boisson) dans une bouteille d’un litre. Ensuite servez-vous d’un verre de thé puis buvez le liquide par jour. , Le bois bandé : Une écorce pour booster l’appétit sexuel. - Linfodrome
  • Un arbre dans une forêt ancienne est couvert de mousse, de lichens et d’écorce escarpée – quand soudainement, un morceau de cette écorce commence à se faufiler. 45 Secondes.fr, Le scarabée ancien Weirdo ressemble à une brosse à récurer
  • Élaguer les arbres est affaire de spécialiste. Il ne faut pas trop blesser l’arbre. La période hivernale est propice à l’élagage quand l’arbre est au repos et la sève absente. Cela permet de diminuer le traumatisme de l’élagage. Pour éviter de blesser l’arbre, l’élagueur grimpeur utilise une échelle pour monter. Il est muni de chaussures sans griffe pour ne pas abîmer l’écorce. Une fois en haut, il s’encorde pour s’assurer. Une petite tronçonneuse à lame courte maniable à une main est utilisée. midilibre.fr, Les arbres aussi ont leurs coiffeurs - midilibre.fr

Traductions du mot « écorce »

Langue Traduction
Anglais bark
Espagnol ladrar
Italien abbaiare
Allemand borke
Chinois
Arabe لحاء الشجر
Portugais latido
Russe лай
Japonais 吠える
Basque zaunka
Corse scorcia
Source : Google Translate API

Antonymes de « écorce »

Partager