La langue française

Village

Sommaire

  • Définitions du mot village
  • Étymologie de « village »
  • Phonétique de « village »
  • Citations contenant le mot « village »
  • Images d'illustration du mot « village »
  • Traductions du mot « village »
  • Synonymes de « village »

Définitions du mot village

Trésor de la Langue Française informatisé

VILLAGE, subst. masc.

A. −
1. Agglomération rurale; groupe d'habitations assez important pour former une unité administrative, religieuse ou tout au moins pouvant avoir une vie propre. Synon. bled (fam.), bourgade, commune, patelin (fam.).Grand, gros, petit village; village agricole, isolé, perdu; village alsacien, breton, lorrain; cimetière, église, place du/d'un village; curé, maire du village; retourner au village; quitter, revoir son village. Les maisons du village serrées autour de leur clocher (Genevoix, Raboliot,1925, p. 52):
Sans doute, la dernière molécule sociale, à savoir le village, est bien encore un clan transformé. Ce qui le prouve, c'est qu'il y a entre les habitants d'un même village des relations qui sont évidemment de nature domestique et qui, en tout cas, sont caractéristiques du clan. Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 159.
Idiot*, innocent* du village.
Village urbain, urbanisé. Village dont l'aménagement, les équipements se rapprochent de ceux d'une ville. Synon. village-centre (infra C 1).Drôle d'îlot libertaire que ce village urbain en transit, où la colère et la violence rôdent au ras du pavé et où se réfugient et se croisent une multitude de minorités: pauvres, alcooliques, punks, immigrés, loubards (Le Nouvel Observateur, 21 janv. 1980, p. 5, col. 1).
HIST. [Au Moy. Âge] Village royal. Bourg qui comprenait une habitation royale. Paderbora, Neuf-Héristal, Salz, Francfort étaient des villages royaux (Ac. Compl.1842).
Expr. proverbiales fig.
Faire regarder à qqn le grand chemin de son village (vieilli). Congédier quelqu'un. (Ds Littré).
Il ne faut point se moquer des chiens qu'on ne soit hors/sorti du village. V. chien1II B 4 b.
2. [P. oppos. à ville]
a) Loc. adj., souvent péj. [Le plus souvent avec valeur caractérisante; en parlant d'une pers., d'une manière d'être ou de faire] De village. De campagne. Synon. campagnard, paysan, villageois ; anton. citadin.Barbier, curé, médecin de village; fête, noce de village. Ce n'est pas seulement l'aspect d'un paysage enchanteur qu'on vient chercher dans ce dernier endroit [les Vosges], c'est la vue d'un de ces génies bruts, de ces Pascal de village, qui semblent deviner les arts que les autres apprennent (Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 113).Faut-il être bête! Ne pas voir l'évidence! Politique de village (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 246).
b) Loc. et expr. fig., fam., péj.
Loc. Coq de village. V. coq1B 1.
Expr. gén. proverbiales, vieilli
Être parée comme une épousée* de village.
À gens de village, trompettes de bois. ,,Il ne faut aux ignorants, aux grossiers, que des choses proportionnées à leur état, à leur goût, à leur intelligence`` (Ac. 1798-1878).
Être bien dans son village, être de son village. Être très naïf, ne pas connaître les usages du monde. Synon. être bien de son pays1*.[Calyste:] les femmes de Paris sont bien heureuses, elles ont toutes des hommes de génie à adorer et qui les aiment. − Eh! bien, vous êtes encore de votre village, dit en riant Félicité (Balzac, Béatrix,1839, p. 120).
Ce n'est qu'un sot, il sera marié au village. ,,Se dit d'un homme qui a trop peu de capacité pour faire fortune`` (Ac. Compl. 1842).
Il vaut mieux être le premier au village que le second à/dans Rome. J'aime mieux, comme César, être le premier au village que le second dans Rome (Musset, On ne badine pas,1834, ii, 2, p. 31).V. second I B 1 a ex. de Bernardin de Saint-Pierre.
3. [Ailleurs qu'en Europe occidentale] Village indigène; chef de village. On se traîne parmi les décombres, dans le village arabe ruiné qu'on appelle Balbek (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 161).L'homogénéité du sol dans le nord de la Chine est propice aux agglomérations: les unes ne dépassent pas les proportions de hameaux, les autres sont de gros villages agglomérés (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 190).
Rem. En français d'Afrique, le mot a gardé une grande valeur symbolique, il désigne le lieu privilégié et le garant des valeurs traditionnelles les plus authentiques, la patrie spirituelle de ceux qui y sont nés (d'apr. Invent.). Aller au village. ,,Se rendre dans son village natal (opposé à aller en brousse)`` (ibid.).
4. P. anal. ,,Quartier d'une ville lorsqu'il est considéré comme formant un tout homogène avec une vie propre, des habitudes, des relations étroites entre ses habitants`` (GDEL). Le quartier des Batignolles à Paris est un village (GDEL).
Arg. (des casernes). Village nègre. ,,Groupement circulaire de cagnas`` (Esn. Poilu 1919, p. 541). À mi-chemin d'un coteau (...) on a placé l'infirmerie et les cuisines: c'est le ,,village nègre`` (Péricard,Face à face,p. 941, ds Esn. Poilu 1919, p. 541).
5. PSYCH., PSYCHOL. Test du village. ,,Technique projective (...) d'analyse de la personnalité et de l'affectivité, qui utilise un matériel miniature avec lequel le sujet doit construire à sa fantaisie un village, sur un plateau, en temps libre`` (Mucch. Psychol. 1969).
B. − P. méton. Ensemble des habitants d'un village. Rassembler le village; être la risée du village. Le village dormait déjà, tout noir dans la nuit (Zola, Germinal,1885, p. 1246).Un curé qui leur arrive passé minuit (...) et qui disparaît sans avoir seulement montré le bout de son nez, laissant tout le village dans le souci! (Bernanos, Crime,1935, p. 816).
C. − P. anal.
1. En compos.
a) [Village, 1erélém. de compos. entrant dans la formation de subst. comp. dont le 2eélém. indique une fonction, une caractéristique du village]
Village-centre. Synon. village urbain (supra A 1).À côté des villages purement agricoles et des villages de résidence pour les travailleurs urbains (villages-dortoirs) apparaît une catégorie de village « urbanisé » plus complètement: le village-centre ou centre rural (George1984).
Village-dortoir. Village constitué essentiellement d'habitations dont les habitants travaillent en ville. Un immense village-dortoir construit à la hâte dans les années 60 pour accueillir les rapatriés d'Afrique du Nord (Le Monde,27 janv. 1972ds Gilb. 1980).Supra ex. de George 1984.
.Village-hôtel. Ensemble d'hôtels constitué d'habitations regroupées sur le modèle des villages et possédant ses propres équipements. Deux villages tout neufs [au Club Méditerranée]. Wengen, un hôtel dans l'Oberland bernois et les Almadies, un village-hôtel à Dakar (Elle, 11 oct. 1976, p. 149, col. 1).
Village-retraite. Ensemble d'habitations destinées aux retraités dans les villages. Des retraités quittent les grandes agglomérations trop coûteuses pour s'installer à la campagne soit individuellement, soit dans des « villages-retraite » (Ph. Saint-Marc, Socialisation de la nature,1971ds Gilb. 1980).
Village S.O.S. Synon. village d'enfants (infra).À la maison, les enfants vivent d'une vie très familiale, les grands aidant les petits et la « mère » (à la fois éducatrice et maîtresse de maison) s'occupant de tout ce qui concerne « ses » enfants. Ces derniers vont aux heures scolaires à l'école ou aux ateliers du village S.O.S. (Lafon1969).
Village-vacances. Synon. village de vacances (infra).La municipalité achève la construction d'un village-vacances dont les premiers pavillons étaient tous loués cet été (Le Monde,23 sept. 1970ds Gilb. 1980).
b) [Village, 2eélém. de compos. entrant dans la formation de subst. comp. dont le 1erélém. indique une fonction, une caractéristique du village] Station-village. Station de ski constituée d'habitations regroupées sur le modèle des villages et possédant ses propres équipements. La station-village de Lillehammer: 400 kilomètres de pistes, mais aussi des restaurants, des cinémas et des night-clubs (Le Point, 13 nov. 1978, p. 53, col. 1).
2. Village de + subst.
Village d'enfants. Synon. village S.O.S. (supra).Le « Mouvement pour les villages d'enfants » a été fondé en France en 1958. Mais sa préhistoire (...) remonte à 1943, année où (...) MmeS. Masson, assistante sociale de son état, avait commencé à recueillir, dans une maison de Levallois, des orphelins et à les élever comme frères et sœurs, en les traitant comme ses propres enfants (P. Germa, Depuis quand?1982, p. 337).
Village de toile*. Village de vacances. V. vacance.
Prononc. et Orth.: [vila:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1235 lat. médiév. villagium « groupe d'habitations rurales » (doc. ds Du Cange)] 1385 villaige (E. Deschamps, Le Miroir de mariage ds Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 44); 1390 village (J. Froissart, Chron., III, éd. A. Mirot, t. 14, p. 92). Dér. de l'a. et m. fr. vil(l)e « ferme » (att. dep. fin xiies., Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, II, 2777), du lat. villa « id. » (ville*); suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 8 266. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 249, b) 11 082; xxes.: a) 14 934, b) 12 341. Bbg. Bruppacher (V.). Zur Geschichte der Siedlungsbezeichnungen im Galloromanischen. Vox rom. 1961, t. 20, pp. 140-159. − Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 474. − Dossiers de mots: tourisme. Néol. Marche. 1979, no12, pp. 190-191. − Quem. DDL t. 15, 24, 36.

village « groupe d'habitations rurales »

Wiktionnaire

Nom commun

village \vi.laʒ\ masculin

  1. Groupe d’habitations rurales.
    • En un village de trois cents habitants, où il y avait autrefois cinq cabarets, il y en a quinze maintenant, et tous font leurs affaires. Plus de règlement, plus de police. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Le village de Ngarumaova était composé d’une seule rue, autour de laquelle étaient bâties des cases dont j’ai parlé, la plupart construites en tôle ondulée. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Dans dix ans, parmi les vestiges de Beaumat, les souffles du vent, les croassements des corbeaux et la chute des pierres retentiront seuls ; nulle oreille humaine ne les entendra et la cloche du village elle-même se taira, fatiguée de tinter seulement pour les morts. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Retourner au village, vivre avec nouveau parmi les racontars des femmes, écouter tout le jour les piaulements des dindes et des poulets, les bêlements des moutons, cela l’attirait peu. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, Édition Corrêa, 1940)
  2. (Par extension) Ensemble des habitants d’un village.
    • Le village eut vite fait de l’adopter, car il était très serviable et prenait sa tâche à cœur. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, Édition Corrêa, 1940)
    • L’enterrement de mon père fut suivi de tout le village suivant la coutume et il y vint des gens des environs, à des lieues à la ronde. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 30)
    • Et tout le village bientôt, à des degrés variant selon la constitution et la force de résistance de chacun, fut en proie à des malaises étranges, symptômes inexplicables d’empoisonnement. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • les réformes de Henry II, en affaiblissant les nobles, les avaient rapprochés de leurs tenants. Entre le manoir et le village, les conflits devenaient plus rares. — (André Maurois, Histoire d'Angleterre, A. Fayard & Cie, 1937, p.158)
    • Le village se réunissait, c'était la cuisson des gâteaux fait maison. Toutes sortes tourtières, tartes, biscuits, couronnes, du pain il y avait au moins pour un mois. — (Folklore de France, rédacteur en chef : Claude Sarrail, vol. 35, 1985, p. 20)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VILLAGE. n. m.
Groupe d'habitations rurales. Gros village. Demeurer au village. Curé de village. Noce de village. Fête de village. Le maire du village. Fig. et fam., Le coq du village, Celui qui, dans un village, se fait le plus admirer, particulièrement des filles. Fig. et fam., Cet homme est bien de son village, Il ne sait rien de ce qui se passe hors d'un cercle très étroit.

VILLAGE se dit, par extension, de l'Ensemble des habitants d'un village. Il s'est fait moquer par tout le village.

Littré (1872-1877)

VILLAGE (vi-la-j') s. m.
  • 1Lieu non fermé de murailles, composé principalement de maisons de paysans. On prend les modes au village quand on les a quittées à la ville ; et il n'y a que la pauvre noblesse qui se pare de clinquant usé et de peluche pelée, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 8. Le terrain le plus vulgaire gagne un certain lustre à devenir champ de bataille ; Austerlitz et Marengo sont de grands noms et de petits villages, Hugo, Orientales, Préface de la 14e édition.

    Une noce de village, une noce sans éclat ni magnificence. Son cœur [de Mme de Moussy] se venge par les bienfaits ; car sans elle c'était [la noce de M. de Lavardin] une noce de village, Sévigné, 433.

    Fig. Cet homme est bien de son village, il est bien mal instruit de ce qui se passe dans le monde.

    Fig. Le coq du village, celui qui a le plus de crédit dans le village.

    Fig. Faire regarder à quelqu'un le grand chemin de son village, le bannir de sa présence, le congédier. Mais, si j'osais me hasarder Avec vous au moindre pillage, Vous [une dame] me feriez bien regarder Le grand chemin de mon village, Corneille, Poés. div. Stances.

    Village royal, se disait, au moyen âge, d'un bourg qui comprenait une habitation royale.

  • 2Les habitants du village. Assembler tout le village.
  • 3 Terme de jeux. Se dit, au romestecq, de deux dames, deux valets, deux dix ou deux neuf de même couleur.

PROVERBES

À gens de village, trompette de bois, voy. TROMPETTE 1.

Il ne faut point se moquer des chiens, qu'on ne soit hors du village, voy. CHIEN.

HISTORIQUE

XVe s. Et ils [les serfs anglois] entrerent ens par les portes [à Londres], par assemblées de villages, Froissart, II, II, 107.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VILLAGE, s. m. (Gramm. & Hist. mod.) assemblage de maisons situées à la campagne, qui pour la plupart sont occupées par des fermiers & paysans, & où se trouve ordinairement une paroisse, & point de marché.

Le mot est françois, & dérivé de vil, vilis, bas, chétif, méprisable ; ou plutôt du latin villa, ferme ou métairie.

La privation d’un marché distingue un village d’un bourg, comme la privation d’une église paroissiale distingue un hameau d’un village. Voyez Bourg & Hameau.

Village, chez les Anglo-Saxons signifioit la même chose que villa chez les Romains, c’est-à dire une ferme ou métairie avec les bâtimens qui en dépendent, pour serrer les grains & les fruits. Dans la suite il commença à signifier un manoir ; ensuite une partie de la paroisse, & enfin la paroisse même. Voyez Paroisse.

Delà vient que dans plusieurs anciens livres de droit, les mots de village & de paroisse sont employés indistinctement, & c’est en conséquence que Fortesene, de laudibus lég. ang. dit que les limites des villages ne sont point marquées par des maisons, rues, ni murailles, mais par un grand circuit de terre dans lequel il peut se trouver divers hameaux, étangs, bois, terres labourables, bruieres, vignes, &c.

Fleta met cette différence entre une mansion ou habitation, un village, un manoir, que l’habitation peut consister dans une ou plusieurs maisons ; mais il faut qu’il n’y ait qu’un seul domicile, & qu’il n’y en ait point d’autres dans le voisinage ; car lorsqu’il y a d’autres maisons contiguës à ce domicile, on doit l’appeller village ; & qu’un manoir peut consister en un ou plusieurs villages. Voyez Mansion & Manoir.

A fin que les villages fussent mieux gouvernés, on a permis aux seigneurs fonciers de tenir toutes les trois semaines, une assise, de tenir une cour fonciere. Voyez Cour fonciere.

Villages, les quatre, (Geog. mod.) communauté du pays des Grisons, dans la ligue de la Caddée. Elle est au midi de Coire, & tire son nom de quatre villages paroissiaux qui la composent. Chacun de ces quatre villages a une justice inférieure pour le civil ; mais les appels & les causes criminelles se portent devant le tribunal des douze juges, choisis des quatre villages. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « village »

Du latin villaticus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. villaige, prov. vilatge ; esp. village ; ital. villaggio ; du bas-lat. villaticum, dérivé de villa, maison de campagne (voy. VILLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « village »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
village vilaʒ

Citations contenant le mot « village »

  • Le petit écran a étendu les frontières du village et du quartier à la dimension du globe. De Hervé Bourges / Les Dossiers de l’Audiovisuel
  • La durée des villages est dans l'ordre profond, et leur eau à canards veille. Jean Follain, Usage du temps, Gallimard
  • Le taureau des gens de son village est le petit poisson d’un village étranger. De Proverbe peul
  • La poule naît au village, on la mange en ville. De Proverbe espagnol
  • Il ne faut pas se moquer des chiens avant d’être sorti du village. De Proverbe français
  • Le courage, c'est de traverser tout nu un village de cannibales. De Louis-Léonard Levinson
  • Le berger avec ses moutons a l'air d'une église avec son village. De Jules Renard
  • Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village. De Proverbe africain
  • La première charité d'un village, c'est sa fontaine. De Gaston Bonheur / Henri Quatre
  • Un village ne se différencie de la ville que parce que celle-ci a des remparts. De Proverbe alsacien
  • N’appelle pas tout le village pour faire tourner ton moulin à huile. De Proverbe indien
  • L’interdépendance nouvelle qu’impose l’électronique recrée le monde à l’image d’un village. De Marshall Mc Luhan / The Gutenberg galaxy
  • S'enfuir dans un village pour en faire le centre du monde. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • On a beaucoup moins de voisins dans une ville que dans un village. De Jean-Marie Gourio / Le grand Café des Brèves de comptoir
  • La patrie, c'est toutes les promenades qu'on peut faire à pied autour de son village. De Jules Renard
  • Même l'idiot du village sait qu'au delà de la colline, il y a une plaine. De Massa Makan Diabaté / Le lieutenant de Kouta
  • Battu par les vents, La Laupie est un petit village perché sur une colline au nord-est de Montélimar (Drôme). Un village à l'allure proprette que l'on croirait tout droit sorti d'une crèche provençale. Mais son château, ses maisons de pierres impeccables, ses cyprès bien taillés et ses ruelles de gravier blanc cachent une histoire unique, une histoire de destruction, puis de reconstruction. leparisien.fr, Drôme : le village médiéval La Laupie sauvé des ruines et reconstruit par une famille - Le Parisien
  • La transition s’est faite en douceur à Coole, où le premier adjoint a grimpé un échelon pour s’asseoir sur le fauteuil du maire. Dans ce village de 150 habitants, les volontaires ne se bousculaient pas pour occuper la fonction. Journal L'Union abonné, À Coole, les habitants auront bientôt «un lieu pour réunir le village»
  • Au bout de trente éditions, l’idée de renouveler le Village international Copain du monde avait fait son chemin. Mais de là à penser qu’il serait virtuel ! Cet été, Covid-19 oblige, Gravelines accueillera donc bien un village revu et corrigé, avec des enfants présents physiquement à la ferme Daullet qui seront connectés à d’autres via Internet. «  Le tout grâce à la ville de Gravelines, qui a mis les moyens techniques nécessaires pour pouvoir établir les connexions  », souligne Christian Hogard, fondateur du Village international... La Voix du Nord, Gravelines: cette année, les enfants du village Copain du monde échangeront «via» Internet
  • Amoureux du Donezan, les propriétaires d’une maison au cœur du village de Le Pla réaménagent progressivement leur habitation. En 2020, c’est la façade qui fait partie du programme, une grande façade, visible de tous.. L’an passé, la commune avait procédé à des travaux de restauration de peintures à l’église. L’idée est donc venue d’utiliser ce grand mur pour y créer une fresque. Mais qui dit grand dit budget. Alors, l’ancien conseil municipal avait décidé d’apporter sa pierre à l’édifice, suivi par des habitants, pour réaliser ainsi une œuvre collective en quelque sorte. Ajoutez à cela que, sur la commune, Mme Thomas Claudie est professeur à l’école "Prép Art" de Toulouse. Cette dernière accueille 150 élèves pour les préparer à l’entrée à de grandes écoles. Et des étudiants de la promotion précédente avaient travaillé à l’église.. La recette a donc été appliquée cette année encore avec trois artistes, soit en formation soit installées à leur compte. Le nouveau conseil municipal a suivi et le résultat est superbe : cerf majestueux, fenêtre avec chat en trompe l’œil, on se croirait presque à Québec (un peu moins quand même). Félicitations aux artistes et aux promoteurs de cette œuvre qui pourrait bien faire des émules en Donezan. ladepeche.fr, Le Pla. Une superbe fresque au cœur du village - ladepeche.fr
  • Des visites guidées de la commune, classée parmi "plus beaux villages de France", sont organisées durant tout l’été. midilibre.fr, "Un village qui émerveille" - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « village »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « village »

Langue Traduction
Anglais town
Espagnol pueblo
Italien cittadina
Allemand stadt, dorf
Chinois
Arabe مدينة
Portugais cidade
Russe город
Japonais
Basque herri
Corse cità
Source : Google Translate API

Synonymes de « village »

Source : synonymes de village sur lebonsynonyme.fr
Partager