La langue française

Garnison

Sommaire

  • Définitions du mot garnison
  • Étymologie de « garnison »
  • Phonétique de « garnison »
  • Évolution historique de l’usage du mot « garnison »
  • Citations contenant le mot « garnison »
  • Images d'illustration du mot « garnison »
  • Traductions du mot « garnison »
  • Synonymes de « garnison »

Définitions du mot « garnison »

Trésor de la Langue Française informatisé

GARNISON, subst. fém.

I. − Vx. Action de garnir. (Dict. xixeet xxes.).
ORFÈVR. Pièce de garnison, p. ell. garnison. Pièce appliquée à un ouvrage par soudure. Ouvrage doré par garnison. Ouvrage partiellement doré (Dict. xixeet xxes..
II. − Domaine militaire.
A. − Ensemble de troupes occupant une place, une forteresse pour la défendre. Renforcer la garnison (Ac. 1798-1878). La garnison fut forcée de capituler (DG). Après deux mois d'une héroïque résistance, la garnison dut se rendre (Ac.1932).
B. − P. anal. Ensemble de troupes stationnées dans une ville. Charles VII (...) accoutuma les villes à recevoir de petites garnisons royales; c'était la conséquence forcée de la formation des troupes régulières (Bach.-Dez.1882).La garnison anime aussi quelque peu les cabarets trop nombreux (Verlaine, Œuvres posth., t. 1, Souv. et fantais., 1896, p. 217).Toute la garnison est consignée (Davau-Cohen1972).
Ville de garnison, p. ell. garnison. Ville où stationne au moins une unité de l'armée, même en temps de paix. Changer de garnison. Une garnison triste, plaisante (Dub.). Les villes de l'est de la France ont été au xixesiècle, et jusqu'à un passé récent, essentiellement des villes de garnison (George1970) :
Son père (...) le fit inscrire au corps comme enfant de troupe, et jusqu'à l'âge de douze ans, il mena, de garnison en garnison, une vie saine et pittoresque. A. France, Vie littér., t. 4, 1892, p. 277.
Locutions
Loc. verb. Être en garnison à + nom de lieu. [En parlant d'une pers.] Être affecté à une troupe casernée dans ce lieu. Mon grand-père, étant en garnison à Nancy (Barrès, Cahiers, t. 13, 1921, p. 192).Tenir garnison à + nom de lieu. [En parlant d'un régiment] Être installé dans ce lieu. P. anal. Dupétral prend le papier, le développe, aperçoit un morceau de roquefort dans lequel les vers tenaient garnison (Kock, Âne M. Martin,1862, p. 163).
Loc. subst. Vie de garnison. Vie que mènent les militaires dans une garnison en temps de paix. Ayant hérité d'une fortune considérable, il s'était dégoûté de la vie de garnison (Mérimée, Double mépr.,1833, p. 4).[Cette idée] suffisait à l'occuper, lui faisait revivre sa vie, depuis la naissance du petit (...) jusqu'à cette existence étroite de garnison (Zola, Cap. Burle,1883, p. 5).Amours de garnison (vieilli). Amours de passage. Avez-vous vu dans vos amours de garnison beaucoup de mains aussi blanches (Dumas père, Tour Nesle,1832, I, tabl. 2, 5, p. 21).Et si leur cœur [aux vétérans] bat pour quelque belle, gageons que, indépendamment des amours vénales de garnisons, c'est pour quelque noire ou métisse gaillarde de par là (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Quinze jours en Holl., 1893, p. 262).,,Mariage de garnison. Mariage mal assorti`` (Littré).
REM.
Garnisonner, verbe.a) Emploi trans. Occuper (un lieu) pour y tenir garnison. Cependant cinq ou six bergers mandés par Colomba arrivèrent pour garnisonner la tour des Della Rebbia (Mérimée, Colomba,1840, p. 121).b) Emploi intrans. Être en garnison (à un certain endroit). P. anal. Le capitaine Raoul, gentil garçon, vingt-sept ans, fortement atteint de la papillonne, a mis dans sa tête qu'il épouserait la petite Toinon (...). Mmede Rénald l'écoute d'abord en riant (...) elle sait qu'il a l'humeur voyageuse et ne garnisonne jamais longtemps (A. Daudet, Crit. dram.,1897, p. 117).
Prononc. et Orth. : [gaʀnizɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [Fin xies. garnisson « défense, protection » (Genèse 41,40 ds Raschi Bible, p. 13)]; ca 1250 garnisson « id. » (R. de Fournival, Le Bestiaire d'amour, éd. C. Segre, p. 134, var. ms B); 2. a) 1155 guarnisun « approvisionnement » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9961); b) ca 1176-84 « équipement » (G. d'Arras, Ille et Galeron, éd. E. Löseth, 279); 3. a) α ca 1200 « corps de troupes qu'on met dans une place pour la défendre » (Antioche, éd. P. Paris, II, p. 289); β 1213 « construction de défense, ville fortifiée » (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 85, 32); γ 1283 « ville où l'on met des troupes en garnison pour la garder » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. Am. Salmon, 88); δ 1835 ville de garnison « ville où est casernée habituellement une garnison » (Ac.); b) 1425 jurid. (Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. 13, p. 90); 4. a) ca 1260 « garniture (d'une selle) » (E. Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, p. 210); b) 1633 doré par garnisons « par places, les autres parties restant blanches » (Invent. de Marie Cressé ds Havard); c) 1690 orfèv. pièce de garnison (Fur.). Dér. de garnir*; suff. -ison (-aison*). Fréq. abs. littér. : 999. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 337, b) 1 087; xxes. : a) 940, b) 1 106.

Wiktionnaire

Nom commun

garnison \ɡaʁ.ni.zɔ̃\ féminin

  1. (Militaire) Corps de troupes qu’on met dans une place, dans une forteresse pour la défendre.
    • La garnison se composait de trente-deux Suisses et de quatre-vingt-deux invalides. La Bastille n'était-elle pas imprenable ? — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • …car il était aisé à la garnison de garder les bords de l’Aude, au moyen de la grande barbacane (…) qui permettait de faire des sorties avec des forces imposantes et de culbuter les assiégeants dans le fleuve. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. (Par extension) (Militaire) Corps de troupes caserné dans une ville.
    • Le Sultan n'est plus maître, en réalité, que des villes où il entretient des garnisons et, en apparence, d'une partie du bled el-makhzen où l'anarchie latente est prête à éclater au moindre choc. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 15)
  3. (Par ellipse) Ville de garnison.
    • Partir en garnison à Besançon.

Nom commun

garnison \Prononciation ?\

  1. (Militaire) Garnison.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARNISON. n. f. coll.
Corps de troupes qu'on met dans une place, dans une forteresse pour la défendre. Après deux mois d'une héroïque résistance, la garnison dut se rendre. Il se dit, par extension, d'un Corps de troupes caserné dans une ville. Ville de garnison, ou par ellipse Garnison. Être en garnison. Changer de garnison. Vie de garnison, Vie que mènent les militaires dans une garnison, en temps de paix.

Littré (1872-1877)

GARNISON (gar-ni-zon) s. m.
  • 1Troupes qu'on met dans une place pour la défendre ou y séjourner quelque temps. La garnison de Paris. Il est en garnison à Lille. Mettre garnison dans une ville. Tenir garnison dans une forteresse. Le roi fit la garnison prisonnière de guerre, et entra dans Valenciennes, étonné d'en être le maître, Voltaire, S. de Louis XIV, 13. Stralsund avait une garnison de près de neuf mille hommes, et de plus le roi de Suède lui-même, Voltaire, Charles XII, 8.

    Fig. Qu'il n'entre point : avec ce lucifer, En garnison nous aurions tout l'enfer, Gresset, Vert-vert, ch. IV. Mais de mon gîte on s'empare, on le pille ; Tous les amours y mettent garnison, Béranger, Métempsyc.

    Ville de garnison, ville où l'on met ordinairement des troupes en garnison.

  • 2Lieu de séjour pour les troupes. Vie de garnison. Et si l'erreur s'épand jusqu'en nos garnisons…, Corneille, Sertor. IV, 3. Condamné à passer sa jeunesse dans des garnisons, Rousseau, Ém. IV. Cette demoiselle si bien faite est une jeune personne que j'ai vue cet automne à ma garnison, Picard, Alcade de Molor. III, 6.

    Familièrement. Mariage de garnison, mariage mal assorti.

    Amours, conquêtes de garnison, femmes d'un ton peu relevé ou d'une conquête facile. Je conçois du reste que vos conquêtes de garnison vous aient peu disposé à apprécier ce qu'il peut y avoir de noble, de passionné, de sublime dans l'âme de quelques femmes d'élite, Ch. de Bernard, la Femme de 40 ans, § III.

  • 3Un homme ou plusieurs hommes qui gardent les meubles d'une personne lorsqu'ils sont saisis, ou qui sont établis chez un débiteur du fisc, pour l'obliger à payer. Il y a garnison chez lui. On a levé la garnison. Ce qui m'afflige, c'est que j'étais chez lui quand ses associés y sont venus mettre garnison, Lesage, Turcaret, v, 14.
  • 4 Fig. et populairement. Il y a de la garnison, se dit de la tête d'un enfant qui a des poux.
  • 5 Terme d'orfévre. Ouvrage doré par garnison, ouvrage où quelques parties sont dorées et le reste blanc.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et li empereres meismes i alla assés folement ; car il n'avoit de garnison [armure] pour son corps à cel point que un seul gasygau [gambison], H. de Valenciennes, IV. De cix qui sont mis es garnisons, es viles ou es castiax por les garder, Beaumanoir, 57. Nus [nul] ne nous osoit venir de Damiete pour aporter garnison [provisions] contre-mont l'yaue, Joinville, 236.

XIVe s. À Cornelius fut commandé qu'il demourast à Rome en garnison, afin que aucune partie des ennemis ne venist pour piller, Bercheure, f° 58, recto.

XVe s. Et emportoient et faisoient emporter les seigneurs la garnison pour armer douze cens hommes d'armes de pied en cap, Froissart, II, II, 224. Les garnisons des frontieres estoient pourvues et garnies de gens d'armes, Froissart, I, I, 113. Il fit très grosse et très grande garnison de bonnes verges qu'il apporta secretement en sa maison, Louis XI, Nouv. XXXVIII.

XVIe s. J'appelle garnisons les gendarmes qui sont disposez par les villes limitrophes pour la conservation de tout le pays, Calvin, Instit. 1201. Plusieurs tiennent que nous ne pouvons abandonner cette garnison du monde [nous tuer] sans…, Montaigne, II, 26.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GARNISON, s. f. (Art. milit.) corps de soldats qu’on met dans une place forte pour la défendre contre les ennemis, ou pour tenir les peuples dans l’obéissance, ou pour subsister pendant le quartier d’hyver. Voyez Forteresse.

Du Cange dérive ce mot de garnicio, dont se sont servi les auteurs de la basse latinité, pour signifier tous les vivres, armes & munitions nécessaires pour défendre une place & soutenir un siége.

Ces mots de garnison & de quartier d’hyver, se prennent quelquefois indifféremment pour une même chose, quelquefois on les prend dans un sens différent ; & alors garnison marque un lieu où les troupes sont établies pour le garder, & où elles font garde, comme les villes frontieres, les citadelles, les châteaux, &c. La garnison doit être plus forte que les bourgeois.

Quartier d’hyver, marque un lieu où les troupes sont durant l’hyver, sans y faire la garde & le service de guerre : les soldats aiment mieux être en quartier d’hyver qu’en garnison. Voyez Place & Quartier d’hyver. Chambers.

Dans les premiers tems de la monarchie françoise, on ne mettoit point de garnison dans les villes, excepté en tems de guerre, ou lorsqu’on craignoit les entreprises de quelque prince voisin : dans la paix les bourgeois des villes, ou ceux qui en étoient seigneurs, prétendoient que c’étoit violer leurs priviléges que de les charger d’une garnison. Louis XI. par les fréquentes guerres qu’il eut sur les bras, accoûtuma les villes à avoir de plus grosses garnisons ; ses successeurs par la même raison en userent de même. Les habitans d’Amiens sous Henri IV. ayant refusé, sous prétexte de leurs priviléges, une garnison, & leur ville ayant été ensuite surprise par Portocarrero gouverneur espagnol de Dourlens, cela fit que pour le bien de l’état, quand la ville fut reprise, on n’eut plus tant d’égards pour ces sortes de priviléges, & qu’on mit de fortes garnisons dans toutes les villes où elles paroissoient nécessaires.

Ce qui rendoit les villes difficiles à recevoir des garnisons, étoit la licence des gens de guerre ; mais depuis que les rois se sont mis en possession de multiplier les troupes dans les villes frontieres, ils y ont pour la plûpart maintenu la discipline ; & l’on peut dire que la France s’est distinguée par-là de toutes les autres nations. Rien sur-tout n’est plus beau que les reglemens & les ordonnances qui ont été faites par Louis XIV. sur ce sujet, & qui ont eu leur exécution. Les casernes qu’il a fait bâtir dans les villes de guerre pour les soldats, délivrent les bourgeois de l’incommodité de les loger, si ce n’est dans les passages des troupes ; ce qui se fait par billets, & avec un très-grand ordre. Voyez Logement. Voyez aussi dans les ordonnances militaires de service des troupes dans les garnisons.

Il n’est pas aisé de fixer le nombre des troupes d’infanterie & de cavalerie dont il faut composer la garnison des places ; il dépend de la grandeur des places, de leur situation, & de ce qu’elles ont à craindre, tant de la part de l’ennemi, que de celle des habitans. M. le maréchal de Vauban prétend dans ses mémoires, que dans une place fortifiée suivant les regles de l’art, avec de bons bastions, demi-lunes & chemins couverts, il faut en infanterie cinq ou six cents hommes par bastion.

Ainsi si l’on a une place de huit bastions, elle doit, suivant cet illustre ingenieur, avoir 4000 ou 4800 hommes d’infanterie ; à l’égard de la cavalerie il la regle à la dixieme partie de l’infanterie.

Cette fixation qui a pour objet la garnison d’une place pour soûtenir un siege, ne peut pas convenir également à toutes les villes ; d’ailleurs en tems de paix les garnisons peuvent être moins fortes que pendant la guerre : si elles ne le sont pas, c’est que la plûpart des princes de l’Europe entretenant presque autant de troupes en paix qu’en guerre, ils se trouvent obligés de les distribuer dans les différentes villes de leurs états, sans égard au nombre qu’il conviendroit pour la sûreté & la conservation de ces villes.

Comme l’on n’a pas dans la guerre un grand nombre de places exposées à être assiégées dans le même tems, ce sont celles pour lesquelles on craint, qu’on doit particulierement fortifier de bonnes garnisons. Les places frontieres ou en premiere ligne doivent avoir aussi des garnisons plus nombreuses que les autres, & d’autant plus fortes qu’elles se trouvent plus à portée des entreprises de l’ennemi, & plus éloignées des autres places.

Ce n’est pas une chose indifférente pendant la guerre, de savoir réduire les garnisons des places au seul nombre d’hommes nécessaire pour leur sûreté ; on a déja observé que les garnisons des places affoiblissent les armées : c’est un inconvénient que produit le trop grand nombre de places fortifiées qu’il faut garder ; mais aussi dans les évenemens malheureux, ces places & leurs garnisons vous donnent le loisir de racommoder vos affaires pendant le tems que l’ennemi employe à en faire la conquête.

« Le royaume d’Angleterre, remarque Montecuculi, étant sans forteresses, a été trois fois conquis en six mois ; & Frédéric palatin qui avoit été proclamé roi de Boheme, perdit tout ce royaume par la perte de la seule bataille de Prague. Si quelque prince barbare, dit cet auteur, se fiant à ses armées nombreuses, s’imagine qu’il n’en a pas besoin, il se trompe ; il faut qu’il ait continuellement une armée sur pié, ce qui est insupportable, ou qu’il soit exposé aux courses de ses voisins. »

Dès que les places de guerre sont jugées nécessaires pour la sûreté & la conservation des états, les garnisons le sont également, & elles doivent être proportionnées à la grandeur des places & au nombre des ouvrages de leur fortification ; car ce ne sont point les murailles qui défendent les villes, mais les hommes qui sont dedans. Voyez Forteresse. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « garnison »

Garnir ; provenç. garniso, guarniso ; anc. catal. garnison ; espagn. guarnicion ; ital. guarnizione, guarnigione.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De garnir avec le suffixe -ison → voir -ition.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français garnison.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « garnison »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garnison garnizɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « garnison »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garnison »

  • Une tête sans mémoire est une place sans garnison. De Napoléon Bonaparte
  • La garnison a beau jeu près des dames, si les dames ne sont pas comme la ville, imprenables. De Gérard de Nerval
  • S'emparer d'un coeur qui n'a pas l'habitude des attaques, c'est entrer dans une ville ouverte et sans garnison. De Alexandre Dumas, fils / La Dame aux camélias
  • Le matin du 14 juillet, une foule composée notamment d'artisans et de boutiquiers se dirige vers les Invalides où sont stockés les armes. Ces Parisiens prennent ensuite la direction de la Bastille pour récupérer de la poudre. Le gouverneur de la place forte décide de faire tirer sur la foule et une journée de fusillade s'ensuit. La garnison se rend tandis que son gouverneur est exécuté peu après la prise de la Bastille. , Que célèbre-t-on le 14 juillet ? | Vie publique.fr
  • Ce site de la flak devait bénéficier de plusieurs canons de 20 mm, avec une garnison de 100 à 120 soldats. Ont pu être dégagés des abris rectangulaires enterrés (postes de tirs et soutes à munitions) et l’emplacement de baraquements de la garnison a pu être localisé. Les fouilles permettront de mieux documenter un tel site militaire faute d’archives de la Luftwaffe, détruites lors du conflit.   ♦♦♦ , Un site anti-aérien de la Lufwaffe à Caen… – aeroVFR
  • Jean Legrand (1759-1824), fils de laboureur, né dans la Somme, devient militaire de carrière. Il est nommé en 1799 commandant de la place de Belfort. De décembre 1813 à avril 1814, il doit affronter une armée de coalition (Autrichiens, Bavarois, Cosaques, Hongrois) et soutenir un long siège avec une maigre garnison de 2 600 hommes et des subsistances notoirement insuffisantes. , Société | Un officier récompensé pour sa résistance à l’envahisseur
  • Des militants islamistes ont attaqué une ville de garnison stratégique dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. BBC News Afrique, Des djihadistes attaquent une ville garnison nigériane - BBC News Afrique
  • Mercredi, une plaque au nom du nouveau bureau a été dévoilée, en présence de représentants du gouvernement de Hong Kong et d'officiels dont le commandant de la garnison de l'armée chinoise dans le territoire. Challenges, Hong Kong: la Chine ouvre son bureau de défense de la sécurité nationale - Challenges
  • Confinement ou pas, l’Armée de Terre a malgré tout poursuivi ses recrutements. Même si cette période a été peu propice aux engagements, dus à l’absence d’évaluations, étapes obligatoires, le CIRFA de Montauban a maintenu ses bureaux ouverts et gardé un lien étroit avec les futurs engagés. La reprise s’annonce positive puisque les évaluations reprennent et les candidatures affluent. En ce début juillet, une dizaine de candidatures et déjà un candidat parti pour aller servir son pays au sein du 3e RPIMa de Carcassonne en tant que combattant de l’infanterie parachutiste. C’est seul, conditions sanitaires obligent, que Kévin est venu signer son contrat et a pris le chemin de sa garnison d’affectation pour démarrer sa formation initiale de 3 mois, et devenir soldat. De nombreux postes sont à pourvoir au sein de l’Armée de Terre dans différents secteurs comme l’informatique, la maintenance d’hélicoptère ou le pliage de parachute. Les domaines sont nombreux, les métiers très diversifiés. ladepeche.fr, Montauban. Les recrutements continuent - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « garnison »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « garnison »

Langue Traduction
Anglais garrison
Espagnol guarnición
Italien guarnigione
Allemand garnison
Chinois 驻军
Arabe حامية
Portugais guarnição
Russe гарнизон
Japonais 駐屯地
Basque goarnizioa
Corse guarnigione
Source : Google Translate API

Synonymes de « garnison »

Source : synonymes de garnison sur lebonsynonyme.fr
Partager