Veille : définition de veille


Veille : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VEILLE, subst. fém.

I.
A. − Synon. rare de veillée (v. ce mot A).Les morts (...) dont nous racontons Dans les veilles d'hiver l'histoire épouvantable (Glatigny, Fer rouge, 1870, p. 36).Les garçons (...) fréquentent de préférence les veilles où se rendent les filles à marier (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 2, 1954, p. 19).
B. − État d'une personne qui ne dort pas. Anton. sommeil.État de veille. La lumière agit presque constamment sur cet organe [l'œil], pendant tout le tems de la veille: elle excite fortement son attention par des impressions vives et variées (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 192).Le sommeil intègre la veille qui l'a précédé, de telle sorte que « l'âme mène sans cesse une double existence, à la fois consciente et inconsciente » (Béguin, Âme romant., 1939, p. 138).
C. − Souvent au plur. Fait de ne pas dormir, moment où l'on ne dort pas, pendant le temps consacré normalement au sommeil. Être épuisé par les veilles. Ce soir j'ai la tête cassée par ma veille. Rentré à 2 heures du matin (Gide, Journal, 1904, p. 139).Quoi! (...) vous êtes déjà levée! Nous étions pourtant bien sûrs qu'une comédienne, accoutumée aux longues veilles, ne sortait pas de sa chambre avant midi (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 115).
En partic., vieilli, littér. Fait de se priver de sommeil pour se consacrer à un travail, à une occupation importante. Veilles studieuses; le fruit de ses veilles. V. honneur I D 1 ex. de Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 16.
Veille d'armes. Synon. rare de veillée* d'armes.Gens qui ne se saoulaient que de récits de montagne, de leurs débats de veille d'armes ou de lendemains de victoire au Matterhorn (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 100).Un silence de veille d'armes (Gracq, Syrtes, 1951, p. 39).
D. − Garde de nuit. Poste de veille; prendre la veille. Madame Chardon avait recommencé sans murmurer les fatigantess veilles de son état de garde-malade (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 612).
Être de veille. Ceux qui n'étaient pas de veille s'accroupirent, le dos voûté sous la toile de tente, et (...) essayèrent de dormir (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 271).
AVIAT. Radar de veille. ,,Dispositif fonctionnant 24 heures sur 24, et surveillant l'espace territorial aérien d'un pays`` (Électron. 1960).
CH. DE FER. Veille automatique. ,,Appareillage qui réagit, par émission d'un signal sonore dans le compartiment de conduite, lorsque le conducteur ne manifeste plus sa présence par l'action de ses mains sur les appareils de bord, et qui provoque le freinage et l'arrêt du train`` (Industries 1986).
MAR. Quart de nuit. Homme, matelot, service de veille. Il s'accouda au bordage. Ce fut là que, quelques minutes plus tard, conduit sur la passerelle par sa veille incessante, Haynes le trouva (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 130).
E. − Veille technologique. Surveillance de l'environnement industriel et commercial de l'entreprise permettant son adaptation simultanée aux changements de ce dernier. L'un des atouts des Japonais est sans conteste le sérieux avec lequel ils mènent leur « veille technologique » commerciale et concurrentielle (Sc. et Technol., 7 août 1990, p. 52).
II.
A. − [Dans le temps relatif] Jour précédant celui dont il est question. (À) la veille d'une bataille, du départ, de la mort de qqn; la veille de Noël, de Pâques; la veille du jour où...; la veille au soir; la soirée de la veille; depuis la veille; pain de la veille; être arrivé (de) la veille. L'angoisse qui accabla Jésus à la veille de son sacrifice, dans la nuit tragique, sous les ténébreux oliviers (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 75).À la fin d'ma perme, la veille de rentrer (Barbusse, Feu, 1916, p. 113).
Ce n'est pas demain la veille que. V. demain I B 1 a ex. de Le Breton.
B. − Époque immédiatement antérieure. Ennemis de la veille. Les parvenus de la veille cherchaient à blasonner leurs sacs et à décrasser leurs écus au frottement des vieux parchemins (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 38).Elle est bien fine. Elle n'en a pas moins vendu ses vignes juste la veille de l'année où elles allaient rapporter le plus (Renard, Journal, 1901, p. 666).
Loc. À la veille de
+ subst.Juste avant. À la veille de la guerre, de la Révolution. Nous sommes à la veille d'une période aussi riche et aussi neuve que le fut l'ère romantique (Aragon, Crève-cœur, 1941, p. 76).
+ inf.Sur le point de. Toulon est à la veille d'avoir un grand faubourg du côté de La Vallette (Stendhal, Mém. touriste, t. 3, 1838, p. 251).La peinture abstraite était (...) à la veille de connaître un grand développement à Paris, quand celui-ci fut contrecarré et ralenti par l'affirmation du cubisme (Dorival, Peintres XXes., 1957, p. 117).
Prononc. et Orth.: [vεj]. Voy. longue ou demi-longue, ds Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930 et ds Martinet-Walter 1973 (3/17). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1145 « fait de ne pas dormir la nuit, de rester éveillé volontairement ou non aux heures normales du sommeil », ici « fait de passer la nuit en prières » fist ses oreisons E veilles e aflictions (Wace, Conception ND, éd. W. R. Ashford, 316); 2. a) 1373 velle « action de guetter, de surveiller » (Jean Froissart, Le Joli buisson de jonece, éd. A. Fourrier, 5080); b) 1596 « action de monter la garde, en particulier, la nuit » (Hulsius); 3. 1553 « chacune des divisions de la nuit, selon les Romains » (La Bible, s. l., impr. J. Gérard, Marc 6, 48); 4. a) 1553 au plur. « grande et longue application qu'on donne à l'étude en prenant sur son temps de sommeil » (d'apr. FEW t. 14, 438b); b) 1690 « temps pris sur le sommeil et consacré à une occupation importante » surtout au plur. (Fur.: Les Sçavants nous font voir du fruit de leurs veilles); c) 1732 veille des armes (Rich.). II. 1. a) Ca 1170 voille « jour qui précède une fête religieuse » la voille de Natevité (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 6525); 1174-76 veille (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 1019); b) 1690 « nuit qui précédait une fête religieuse et que l'on passait en prières pour se préparer à la célébrer dignement » l'office de la veille (Fur.); 2. a) 1537 la veille « jour qui précède celui dont il est question » la veille des nopces (Bonaventure des Périers, Cymbalum Mundi, dialogue III ds Œuvres fr., éd. L. Lacour, t. 1, p. 349); b) 1599 à la veille de + subst. ou inf. (Ph. de Mornay, let., in Mmede Mornay, Mém., II, 232 [Renouard] ds Quem. DDL t. 19). III. 1636 « état d'une personne qui est éveillée, qui ne dort pas (par opposition à sommeil) » Et an veille & au sommeil (Monet). Du lat. class. vigilia « insomnie; garde de nuit; faction de nuit » dér. de vigil « éveillé, vigilant, attentif » comme subst. « garde de nuit, veilleur »; le sens II du lat. médiév. de l'Église vigilia (Nierm.). Fréq. abs. littér.: 6 032. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 212, b) 9 216; xxes.: a) 9 633, b) 7 913. Bbg. Bellenger (Y.). Le Vocab. de la journée et des moments ds la poésie du 16es. In: B. (Y.). Dix ét. sur le 16eet le 17es. Paris, 1982, p. 48. − Galet (Y.). Les Corrélations verbo-adverbiales au niveau de la phrase complexe. Fr. mod. 1975, t. 43, p. 339. − Möhren Landw. Texte 1986, p. 268. − Ringenson (K.). La Veille, à la veille de, au lendemain de. St. neophilol. 1938/39, t. 11, pp. 215-236.

Veille : définition du Wiktionnaire

Nom commun

veille \vɛj\ féminin

  1. État du corps de l’homme ou de l’animal, dans lequel les sens sont en action.
    • État de veille.
    • Certains actes accomplis dans le sommeil ne peuvent pas se reproduire pendant la veille.
  2. Action de veiller volontairement dans le temps habituellement consacré au sommeil.
    • Le café noir très fort qu'il a pris au début de la veille, empêche Arsène André de s'endormir. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il ne dut qu'à ses réflexes, pourtant émoussés par sa nuit de veille, de ne pas être emporté par la tourmente. — (Pierre Bordage, Wang – I. Les portes d'Occident, « J'ai Lu », 1997, p. 42.)
  3. (Spécialement) Veillée.
    • Finis les feux de la veille et les longues parlottes des jours de neige et de frimas, des jours de prison et d'ennui : les pissenlits pointaient; […]. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 16)
  4. (Militaire) Sentinelle, garde qui se fait pendant la nuit.
    • Toutes les précautions furent prises, la veille doublée, la machine prévenue et des espars disposés sur le pont. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • C’est votre tour de veille.
  5. (Technologie) État d'un dispositif technologique intermédiaire entre l'arrêt complet et le mode de fonctionnement normal, dans lequel la plupart des fonctions sont désactivées afin de diminuer la consommation énergétique.
    • être en état de veille
    • mettre en veille, activer la mise en veille
  6. (Au pluriel) (Figuré) Grande et longue application qu’on donne à l’étude, aux productions de l’esprit ou aux grandes affaires, le plus souvent au détriment du sommeil.
    • Doctes, savantes veilles. — Consacrer ses veilles à un ouvrage. — C’est le fruit de ses veilles.
  7. (Antiquité) Une certaine partie de la nuit, dans la division qu’en faisaient les anciens.
    • Les romains distribuaient la nuit en quatre veilles. — La première, la seconde veille.
  8. Jour qui précède un jour déterminé.
    • La veille de ce mercredi 12 juin, mon ami Maurice Andin, assistant à la Faculté des Sciences d'Alger, avait été arrêté à son domicile et la police y avait laissé un inspecteur. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille et les passants, recroquevillés sous leurs riflards, […], lui fournissaient l'impression vague de spectres titubants. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • […] il remarqua que la porte de dehors n’était fermée qu’au loquet alors que, la veille au soir, il était sûr d’avoir poussé le verrou. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les charrettes et les chars étaient là dès potron-minet, voire dès la veille, car le marché était clappé dès prime ; il durait jusqu'à midi. — (Alain Derville, Saint-Omer: des origines au début du XIVe siècle, page 189, Presses Univ. Septentrion, 1995)
    • Si vous préparez la crème anglaise la veille, elle n'en sera que plus parfumée et plus savoureuse. — (Valérie Lhomme, Soupes & veloutés, Larousse, 2011)
  9. (Par extension) Époque immédiatement antérieure.
    • La société enrichie la veille par des spéculations, honnêtes ou non, joignait à ses richesses des titres nobiliaires ; chacun s'improvisait comte, marquis ou baron. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.240, Bloud & Barral, 1883)
    • Mais aussi parce que nous nous trouvons à la veille d’une tragédie. L’angoisse monte, celle de perdre nos proches, ou simplement celle de mourir. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
  10. Activité qui consiste à étudier des informations stratégiques pour permettre d'anticiper des évènements.
    • Sa mission au sein de l'entreprise consiste à réaliser une veille technologique sur les logiciels de programmation. — Ils réalisent une veille juridique très active.

Forme de verbe

veille \vɛj\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de veiller.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de veiller.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de veiller.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de veiller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de veiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Veille : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VEILLE. n. f.
État du corps de l'homme ou de l'animal, dans lequel les sens sont en action, par opposition à Sommeil. État de veille. Certains actes accomplis dans le sommeil ne peuvent pas se reproduire pendant la veille. Être entre la veille et le sommeil, N'être ni tout à fait éveillé ni tout à fait endormi.

VEILLE signifie aussi Action de veiller volontairement dans le temps habituellement consacré au sommeil. Une veille prolongée bien avant dans la nuit. Les longues veilles continuelles l'ont abattu. Les veilles fréquentes altèrent la santé. La veille des armes, Ancienne cérémonie qui consistait, pour celui qui devait être armé chevalier, à passer la nuit à veiller dans une chapelle où étaient les armes dont il devait être revêtu le jour suivant. Faire la veille des armes. On dit plutôt aujourd'hui Veillée des armes.

VEILLE se dit particulièrement d'une Garde qui se fait pendant la nuit. C'est votre tour de veille.

VEILLES, au pluriel, se dit figurément de la Grande et longue application qu'on donne à l'étude, aux productions de l'esprit ou aux grandes affaires, le plus souvent au détriment du sommeil. Doctes, savantes veilles. Consacrer ses veilles à un ouvrage. C'est le fruit de ses veilles.

VEILLE désigne aussi Une certaine partie de la nuit, dans la division qu'en faisaient les anciens. Les Romains distribuaient la nuit en quatre veilles. La première, la seconde veille. Il désigne encore le Jour qui précède un jour déterminé. La veille de Pâques, de Noël, des Rois. J'arrivai la veille de son départ. Il écrivit cette lettre la veille de sa mort. Le jour étant pris, on commença dès la veille à se préparer. Il désigne, par extension, l'Époque immédiatement antérieure. À la veille de la Révolution. Un républicain de la veille. Être à la veille de, Être sur le point de. Nous sommes à la veille de voir de grandes choses. Il est à la veille de sa ruine.

Veille : définition du Littré (1872-1877)

VEILLE (vè-ll', ll mouillées, et non vè-ye) s. f.
  • 1Absence de sommeil pendant le temps destiné au sommeil. Il a souffert une longue veille cette nuit. Une veille prolongée. Sa vie à son déclin, s'est éteinte, pareille Au flambeau, compagnon de la savante veille, Lorsque, toute la nuit en silence allumé, Aux feux du jour naissant il s'éteint consumé, P. Lebrun, Bonh. de l'étude.

    Il s'emploie plus ordinairement au pluriel. J'ai su lui préparer des craintes et des veilles, Racine, Bajaz. I, 1. Ces veilles que les savants et les poëtes même ont tant de soin de faire valoir, prises dans le sens le plus littéral, ne sont pas des veilles en comparaison de celles qui se font en plein air et en toutes saisons pour étudier le ciel, Fontenelle, Maraldi. Ils [les pharisiens] faisaient de longues veilles, et se refusaient jusqu'au sommeil nécessaire, Diderot, Opin. des anc. Phil. (Juifs)

    Lit de veille, lit portatif qu'on établit le soir dans la chambre d'une personne qui veut avoir quelqu'un auprès d'elle pendant la nuit.

    Chandelle de veille, chandelle assez longue pour durer toute la nuit. Bougie de veille, très petite bougie, qui néanmoins dure toute la nuit au moyen d'une mèche très fine. Mortier de veille, gros morceau de cire avec une mèche allumée au milieu pour éclairer une chambre pendant toute la nuit. Ces dénominations ont vieilli.

  • 2État de l'économie animale dans lequel les impressions venues soit du dehors, soit du dedans, sont perçues et contrôlées par les sens et par la pensée, et où il est possible d'agir volontairement. Il est très ordinaire que dans ses rêves on voie des morts… si on les a vus pendant le sommeil, pourquoi ne les verra-t-on pendant la veille ? Voltaire, Dict. phil. Enchantement. Tranquille je m'endors, Et tranquille je veille ; et ma veille aux remords Ni mon sommeil ne sont en proie, Chénier, La jeune captive.

    On dit dans le même sens : état de veille.

    Être entre la veille et le sommeil, n'être ni tout à fait éveillé, ni tout à fait endormi. Entre la veille et le sommeil profond nous pouvons distinguer deux états mitoyens…, Condillac, Traité sens. II, 11.

    Veille des plantes, temps pendant lequel les fleurs, les feuilles qui présentent le phénomène du sommeil, restent ouvertes ou étalées.

  • 3Garde qui se fait pendant la nuit. Les veilles cesseront au sommet de nos tours, Malherbe, II, 1. Les chars, les royales merveilles, Des gardes les nocturnes veilles, Tout a fui, Chénier, Versailles.

    La veille des armes, nuit que celui qui allait être fait chevalier passait auprès de ses armes dans une chapelle. Ignace fit la veille des armes et s'arma chevalier de la Vierge, Voltaire, Mœurs, 139.

  • 4Partie de la nuit selon la division qu'en faisaient les anciens Romains. La nuit était divisée en quatre veilles. Vers la quatrième veille de la nuit, il [Jésus] vint à eux, marchant sur la mer, Sacy, Bible, Évang. St Marc, VI, 48.
  • 5Il se dit quelquefois pour veillée. Avec raison vous méprisez nos veilles, Nos vieux récits et nos chants si grossiers, Béranger, Nostalg.
  • 6 Au plur. Fig. Longue et forte application à l'étude, aux productions de l'esprit, aux affaires. …Tant de rares esprits Qui t'ont choisi pour but de leurs savantes veilles, Chapelain, Ode au card. de Richelieu. Aristote a consacré des veilles au théâtre, Molière, Tart. Préface. Oui, je sais qu'entre ceux qui t'adressent leurs veilles, Parmi les Pelletiers on compte des Corneilles, Boileau, Disc. au roi. …Le siècle fortuné Qui, rendu plus fameux par tes illustres veilles…, Boileau, Épît. VII. Des veilles, des travaux un faible cœur s'étonne, Rousseau J.-B. Ode au comte de Luc.
  • 7Le jour qui précède celui dont il est question (ainsi dit probablement, parce que la veille des fêtes, dans l'ancienne Église, était employée on veilles et prières). Où j'étais résolu, faisant autant que trois, De boire et de manger comme aux veilles des Rois, Régnier, Sat. X. Elle [une petite fille] nous vient d'assurer que le lendemain de la veille de Pâques était un mardi, puis elle s'est reprise et a dit : c'est un lundi, Ch. Sévigné, dans SÉV. 15 déc. 1675. Je viens de retrouver dans mes paperasses une lettre de la main de Locke, écrite la veille de sa mort à milady Peterboroug ; elle est d'un philosophe aimable, Voltaire, Lett. d'Alembert, 4 sept. 1769. Je suis sûre, moi, que le jour du départ serait la veille des larmes, Beaumarchais, Mar. de Figaro, II, 19. Rosette : Adieu. - Arlequin [qui doit se marier avec elle le lendemain] : Ma bonne amie, n'oubliez pas que c'est aujourd'hui la veille de demain ! Florian, les Jumeaux de Bergame, 3.

    Fig. Se faire poissonnier la veille de Pâques, voy. PÂQUES, n° 2. À la veille de, au jour qui précède celui dont il s'agit : à la veille d'un si grand jour [la bataille de Rocroi], il est tranquille, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Fig. À la veille de, sur le point de. Ce fut un grand bonheur pour moi de recevoir votre lettre devant que de partir de Bruxelles, et de recevoir tant de consolation à la veille d'avoir tant de peine, Voiture, Lett. 20. On est à la veille de nous apprendre de grandes nouvelles ; le cœur bat en attendant, Sévigné, 144. Non, je ne m'accoutume point à voir le nom de Noailles à la veille d'une disgrâce, Maintenon, Lett. au duc de Noailles, 15 nov. 1712. Henri Howard, qui est à la veille d'être le premier duc d'Angleterre, Hamilton, Gram. 7.

  • 8 Terme de marine. Ancre de veille ou en veille, ancre préparée afin de la pouvoir lancer à la mer en cas de besoin.

    Câble de veille, celui qui est étalingué à l'ancre de veille.

    En veille ou à la veille, se dit en parlant d'un objet qui paraît hors de l'eau ou qui surnage.

HISTORIQUE

XIIe s. Li jurs del noel fu cel an par vendresdi ; Et li jurs de la veille refu par un juesdi, Th. le mart. 175. Les mesfaiz e la perte des mesfaiz amender, En veilles e en plur e en mult jeüner, ib. 81.

XIIIe s. La veille de la feste Saint Martin vindrent devant Jadres en Esclavoine, Villehardouin, XLIV. L'en se saine [signe] parmi la vile De mes merveilles ; On les doit bien conter aux veilles ; Il n'y a nulles lor pareilles, Ce n'est pas doute, Rutebeuf, 11. M'a mis mout en veille, Por m'amie mout sospir, cité dans COUSSEMAKER, l'Art harmonique, p. 242.

XIVe s. La ville de Saint Crist, où l'en a accoustumé faire veilles de sainte Juille entre aucuns varlez…, Du Cange, vigilia.

XVIe s. Les veilles, les jeusnes, les haires, Montaigne, I, 228.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Veille : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VEILLE, s. f. (Physiolog.) dans l’économie animale, état du corps humain dans lequel les actions des sens internes & externes, & des muscles peuvent se faire facilement, sans trouver aucune résistance. Je suis sûr que je veille lorsque mes yeux ouverts apperçoivent les corps qui m’environnent ; car mes yeux voyent confusément quand j’ai envie de dormir, & je ne vois plus rien quand je dors. Je veille si j’entends les sons qui sont à la portée de mon oreille ; je dors si je ne les entends pas. Je veille lorsque je marche ou je parle à volonté ; je veille lorsque mon cerveau est dans cette disposition physique, au moyen de laquelle les impressions externes appliquées à mes organes excitent certaines pensées. Je veille enfin lorsque le principe moteur des muscles, au moindre changement du principe pensant, est prêt à être déterminé vers les muscles, quoique souvent il n’y coule point actuellement.

Veille, (Antiq. rom.) vigilia, partie de la nuit. Les Romains divisoient la nuit en quatre parties égales. La premiere commençoit ordinairement depuis six heures du soir jusqu’à neuf ; la seconde depuis neuf jusqu’à minuit ; la troisieme depuis minuit jusqu’à trois heures du matin ; la quatrieme depuis trois heures jusqu’à six. La même chose se pratiquoit dans les villes de guerre, & par-tout où il y avoit des garnisons. (D. J.)

Veille, (Hist. ecclés.) on appelle veille le jour qui précede la fête de quelque saint. Ce nom signifioit autrefois non pas le jour, mais la nuit pendant laquelle les Chrétiens veilloient sur les tombeaux des martyrs, en chantant des hymnes à l’honneur de ceux dont on devoit solemniser la fête le lendemain. On appella ces sortes de veilles, natalitiæ, non par rapport au jour de la naissance, mais par rapport à une autre vie plus heureuse que celle qu’ils avoient perdue.

Plusieurs savans croyent qu’on commença les veilles dans le second siecle de l’église, & que ce fut pour célébrer le martyre de S. Polycarpe, évêque de Smyrne ; mais cette époque est fort contestée, & véritablement il est difficile de la fixer : ce qu’il y a de plus vrai, est que c’étoit sur le tombeau des martyrs que l’on solemnisoit la veille du jour du martyre du saint que l’on invoquoit.

On avoit accoutumé de publier la fête des martyrs que l’on devoit célébrer : cette publication se faisoit secretement dans les tems de persécution par un homme préposé pour cette fonction, & que l’on appelloit cursor. C’étoit principalement pendant la nuit que les assemblées se faisoient, comme nous l’apprenons de Tertullien & de Clément d’Alexandrie ; on éclairoit les lieux d’assemblée par le moyen des cierges & d’autres matieres qui produisoient une lumiere suffisante pour suppléer au défaut du jour.

Il est aisé de comprendre que dans la suite des tems cette pratique religieuse tomba dans plusieurs abus, & le scandale devint si public, que dans le septieme siecle on défendit les veilles nocturnes : ce qui fut confirmé par plusieurs conciles généraux & par des synodes particuliers. (D. J.)

Veille des armes la, (Hist. de la Chevaler.) ancienne cérémonie, qui consistoit en ce que la veille que quelqu’un devoit être fait chevalier, il passoit la nuit à veiller dans une chapelle où étoient les armes dont il devoit être armé le lendemain ; & en ce sens on disoit, faire la veille des armes. Voyez l’hist. de la Chevalerie par M. de Sainte-Palaye. (D. J.)

Veille-la-drisse, (Marine.) commandement de se tenir prêt à amener les huniers.

Veille-l’écoute-de-hune, (Marine.) commandement de tenir l’écoute de hune prête à être larguée.

Veille-les-huniers, (Marine.) c’est la même chose que veille-les-drisses. Voyez Veille-la-drisse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « veille »

Étymologie de veille - Wiktionnaire

Du latin vigilia (« veille, insomnie ; garde de nuit »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de veille - Littré

Provenç. velha ; catal. veilla ; espagn. vela ; portug. vigia ; ital. veglia ; d'une forme viglia, contractée de vigilia (voy. VEILLER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « veille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
veille vɛj play_arrow

Citations contenant le mot « veille »

  • Le troisième-ligne international de l'UBB, remplacé lors de la victoire contre Lyon (31-9), souffre d'une «petite entorse de la cheville» droite, a rassuré son entraîneur Christophe Urios, dimanche, à la veille de l'annonce de la liste des joueurs convoqués en équipe de France pour préparer le Tournoi des six nations. «Je ne pense pas que ce soit méchant». A la 44e minute de la rencontre contre le LOU, Woki (22 ans, 2 sélections) est sorti, soutenu par deux membres du staff, visiblement touché à la jambe et remplacé par Guido Petti. Le troisième-ligne s'est blessé sur une réception de touche. Le sélectionneur des Bleus, Fabien Galthié, annoncera lundi soir la liste des 37 joueurs convoqués pour préparer le Tournoi 2021, censé démarrer pour la France le 6 février face à l'Italie. Sport24, «Petite entorse» pour le Bordelais Woki, à la veille de l’annonce de Galthié - Fil Info - Top 14 - Rugby
  • A la veille de Noël 1800, Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, a bien failli être tué dans un attentat, de même que son épouse Joséphine de Beauharnais et la fille de celle-ci Hortense. , Quand Napoléon Bonaparte échappait à un attentat dans Paris, une veille de Noël
  • La start-up XSun a conçu un drone fonctionnant à l’énergie solaire pour l’agriculture de précision ou pour mener des missions de surveillance dans les infrastructures, surveiller des migrations animales, ou encore la cartographie. © XSun Futura, Un drone solaire qui veille sur nos champs et nos infrastructures
  • Depuis un an, la cellule de veille loup n’a pas identifié avec certitude la présence du prédateur en Dordogne. La Chambre d’agriculture attend une étude pour anticiper sa présence. , Dordogne. La cellule de veille reste à l’affût du loup | Réussir le Périgord
  • En ayant recours à différents modules de la solution AMI Enterprise Intelligence de Bertin IT, Engie diffuse les résultats d'une veille automatisée. , Engie automatise sa veille et son partage
  • La veille de l’assaut de partisans de Donald Trump contre le Capitole, le 6 janvier à Washington, un mémo interne d’une branche du FBI à Norfolk, en Virginie, mettait en garde contre de potentielles violences, a révélé le Washington Post mardi. Courrier international, La veille de l'assaut, un rapport du FBI mettait en garde contre une “guerre” au Capitole
  • La veille d'un être humain a toujours quelque chose d'imposant. De Jules Barbey d’Aurevilly
  • Le jour du jeûne est la veille d'une fête. De Proverbe espagnol
  • Qui est sûr de la veille, ne l'est pas du lendemain. De Proverbe français
  • Il y a toujours un rêve qui veille. De Louis Aragon / Les yeux d'Elsa
  • Un classique est un écrivain qui veille sur la tradition. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Minuit, c'est quand la veille tombe le lendemain. De Michel Tremblay / La duchesse et le roturier
  • Le lendemain s’instruit aux leçons de la veille. De Publius Syrus / Sentences
  • Le plus beau lendemain ne nous rend pas la veille. De Proverbe français
  • Je ne suis que celui-là qui veille sur moi. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions II
  • Qui veille la nuit, se réjouit le matin. De Proverbe oriental
  • En tout temps le sage veille. De Proverbe du XVIème siècle
  • L’espérance : un rêve qui veille. De Carlo Dossi
  • Je me repose, mais mon coeur veille. De Salomon
  • Promettre est la veille de tenir. De George Herbert

Traductions du mot « veille »

Langue Traduction
Corse esse prontu à
Basque itxaron
Japonais 待機する
Russe ожидать
Portugais modo de espera
Arabe تعليق
Chinois 支持
Allemand bereithalten
Italien pausa
Espagnol colocarse
Anglais standby
Source : Google Translate API

Synonymes de « veille »

Source : synonymes de veille sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « veille »



mots du mois

Mots similaires