Vassal : définition de vassal


Vassal : définition du Wiktionnaire

Adjectif

vassal \va.sal\

  1. (Histoire) Qui est dépendant d’un seigneur, d’un souverain.
    • Une principauté vassale.
  2. (Par extension) Qui est soumis à une puissance, subordonné, tributaire, ancillaire.
    • À l’égard des deux autres sources de divergence, nous dirons que nous avons compris, dans l’Asie russe, tous les peuples vassaux, tributaires. — (Adriano (Adrien) Balbi, La Population des deux mondes, Revue des Deux Mondes, tome 1, 1829)
    • Les PMI sont vassales et banquières des grandes entreprises qui leur imposent des conditions de paiement draconiennes.

Nom commun

vassal \va.sal\ masculin (pour une femme on dit : vassale)

  1. (Histoire) Personne liée par serment d’allégeance et d’hommage à un suzerain qui en retour lui reconnaît la propriété d’un fief.
    • Le système d’hérédité des fiefs était plus favorable au vassal qui consolidait son droit patrimonial, mais le seigneur concédant pouvait en souffrir dans le cas où le fief tombait aux mains d’un héritier mineur […] — (Gabriel Lepointe, La Famille dans l’Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p. 224)
    • Les guerriers du guîch ne sont peut-être pas beaucoup plus disciplinés que ceux de l’âsker ; mais au moins, chez eux, la discipline est remplacée par le sentiment du devoir du vassal envers son seigneur. — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, p. 85)
  2. (Histoire) Personne en soumission juridique et civile d’une autre.
    • Interrogez ce gentilhomme, qui a des terres et des vassaux, ou qui croit l’univers bouleversé depuis qu’il n’en a plus; il vous donnera de la propriété des idées à peu près semblables. — (Maximilien Robespierre, Propositions d’articles additionnels à la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, le 24 avril 1793 à la Convention)
  3. (Diplomatie) Pays dominé par un autre pays puissant, mais ayant certaines autonomies domestiques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vassal : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VASSAL, ALE. n.
T. de Féodalité. Celui, celle qui relevait d'un seigneur à cause d'un fief et qui lui devait foi et hommage. Il était vassal de tel seigneur. Le suzerain et le vassal. Grands vassaux, vassaux de la couronne, Vassaux qui relevaient du roi de France. Arrière-vassal, Vassal d'un vassal.

Vassal : définition du Littré (1872-1877)

VASSAL (va-sal, sa-l') s. m.
  • 1Celui, celle qui relève d'un seigneur à cause d'un fief. L'obligation de tout vassal envers son seigneur fut de porter les armes et de juger ses pairs dans sa cour, Montesquieu, Esp. XXX, 17. Dans un capitulaire de Louis le Débonnaire, le roi distingue trois sortes de vassaux, ceux du roi, ceux des évêques, ceux du comte, Montesquieu, ib. Les coutumes féodales de France, par lesquelles un vassal était obligé de servir son seigneur en guerre contre le roi, Voltaire, Ann. Emp. Frédéric I, 1158. Les vassaux trop puissants ont toujours été les plus dangereux ennemis de la monarchie, Duclos, Œuv. t. v, p. 55. Le roi d'Angleterre, qui, quoique vassal, fut toujours en guerre avec son suzerain, Brial, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 406. Parmi ces vassaux ou leudes, les plus dévoués, les plus utiles, comme on s'exprimait alors, étaient ceux qui habitaient près du roi, Aug. Thierry, Récits des temps mérov. II.

    Vassal direct, celui qui tenait immédiatement son fief du seigneur de la terre. II était opposé à arrière-vassal ou vavasseur.

    Grands vassaux, ceux qui relevaient du roi. Les grands vassaux, de concert avec les seigneurs qui tenaient d'eux, donnèrent, dans les assises de leurs duchés ou comtés, de certaines chartes ou établissements, selon les circonstances, Montesquieu, Esp. XXVIII, 45.

    Fig. L'abbaye gothique où se rassemblaient ces grands vassaux de la mort [les rois], ne manquait pas de gloire, Chateaubriand, Génie, IV, II, 9.

  • 2On étend quelquefois, mais par abus, le nom de vassaux à tous ceux qui tenaient les terres de quelques seigneurs ou qui habitaient sur leurs domaines. Des vassaux tremblants qui n'osent délivrer leurs moissons du sanglier qui les dévore, Voltaire, Lett. de Bastide, 1758 (sans autre date). Tes vassaux languissants qui pleuraient d'être nés, Voltaire, Épît. 83.
  • 3 Fig. Il se dit pour sujet, subordonné. … Sur tant de vassaux je n'ai d'autorité Qu'autant que votre zèle a de fidélité, Corneille, Suréna, III, 2. [Il] ne les associe à des emplois si hauts Que pour voir des Césars au rang de ses vassaux, Rotrou, St. Gen. I, 1.

    Fig. L'Amazone, ce fleuve si renommé par l'étendue de son cours, ce grand vassal de la mer, à laquelle il va porter le tribut qu'il a reçu de tant d'autres vassaux, Raynal, Hist. phil. IX, 11.

    PROVERBE

    Tandis que le vassal dort, le seigneur veille, et au contraire quand le seigneur dort, le vassal veille, c'est-à-dire pendant que le vassal néglige de rendre foi et hommage, le seigneur saisit le fief et fait les fruits siens, et au contraire, le vassal fait les fruits siens pendant que le seigneur néglige de faire saisir le fief.

HISTORIQUE

XIe s. Dient Françeis : icist reis est vassals, Ch. de Rol. CCXLI.

XIIe s. Dist Olivers : moult sunt Franc bon vassal, Ronc. p. 61. Moult fust vasaus qui n'i fust esbaïs, ib. p. 72. Vasaus doit estre qui de vasaus est nez, ib. p. 143. Et dist à Pinabel : je vous desfi, vasal, ib. p. 193. Barun e chevalier e sergant e vassal, Qui n'unt rien de nului fors fié anceisural, Se conbatent sovent pur lur seignur mortal, Th. le mart. 71. Li quens Ernaus fu chevalier gentis, Et por ces armes vasals et de grant pris, Raoul de C. 111.

XIIIe s. Quant la dame s'oït si ramposner [malmener en paroles], Vergogne en ot, si dit par felonie : Par Dieu, vassal, jel di pour vous gaber, Quesnes, Romancero, p. 108.

XVe s. Par l'une entre, par l'autre oreille sault [sort] Ce qu'on lui dit ; n'est que riote et ples ; Depportez vous d'enseigner tel vassaut ; Chantez à l'asne, il vous fera des pes, Deschamps, Poésïes anc. f° 23.

XVIe s. Adonc veissiez chevalier et vassaulx Gaigner pays, traverser montz et vaulz, Marot, J. V, 145. J'ay leu un vieil fragment de livre, que le comte devoit avoir soubs soy dix marquis, le marquis dix barons, le baron dix vassaux, Fauchet, Orig. des dignitez de France, t. I, p. 49, dans LACURNE. Les ambassadeurs du roy de Mexico… après luy avoir dit [à Cortez] qu'il avoit trente vassaux, desquels chascun pouvoit assembler cent mille combattants…, Montaigne, I, 229. Un seigneur de paille, feurre ou beurre, vainc et mange un vassal d'acier, Loisel, instit. IV, 3, 102.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vassal : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VASSAL, s. m. (Gram. & Jurisprud.) en latin vassallus, & autrefois vassus & vavassor, signifie présentement celui qui tient en propriété un fief de quelque seigneur à la charge de la foi & hommage.

On appelle aussi le vassal seigneur utile, parce que c’est lui principalement qui retire l’utilité du fief servant.

Les vassaux sont aussi appellés hommes du seigneur, à cause de l’hommage qu’ils lui doivent.

En quelques endroits on les appelle hommes de fief, pairs de fief, ou pairs du seigneur.

Il n’y a guere de terme dans la jurisprudence dont l’étymologie ait plus exercé les savans que celui-ci.

Boschornius prétend que vassus, vassal, vient du celtique gwos ou goas, qui signifie servus, famulus, lesquels termes latins signifioient chez les anciens un jeune homme, un adolescent.

Goldast veut que vassus soit venu de vade, vadimonium, gage, parce que le vassal donnoit, dit-il, un gage à son seigneur pour le bénéfice qu’il recevoit de lui.

Turnebus croit que l’on a dit vassos quasi vasarios, parce que les vassaux étoient des cliens qui étoient préposés sur la vaisselle & meubles des nobles.

Frédéric Bandius fait dériver vassus de l’allemand vassen, qui signifie obliger, lier, vincire, parce que les vassaux étoient attachés à un seigneur.

Pithou, en ses notes sur les capitulaires, tient que le terme vassal, vassus, est françois, & que vassus signifie servills ; il cite aussi plusieurs auteurs saxons, suivant lesquels vassus chez les Saxons signifie servilis ; entr’autres Trucbaldes, abbé d’Elne, en la vie de S. Lebvin, lequel dit que la nation des Saxons étoit partagée en trois ordres ; savoir, les nobles, les ingénus, & ceux qu’on appelloit lassi, ce qu’il traduit par serviles.

L’opinion de Bandius, qui fait venir vassus de l’allemand vassen, est celle qui nous paroît la plus vraissemblable.

Il est certain en effet qu’anciennement par le terme de vassus, vassal, on entendoit un familier ou domestique du roi, ou de quelqu’autre prince ou seigneur, & qu’il étoit obligé de lui rendre quelque service.

Ce terme de vassus étoit usité dès le commencement de la monarchie, & bien avant l’institution des fiefs ; il est parlé des vassaux du roi & des autres princes dans nos plus anciennes lois, telles que les lois saliques, la loi des Allemands dans les capitulaires, dans les conciles de ce tems, & dans les plus anciens auteurs, tels que Grégoire de Tours, Marculphe, &c.

Quelques-uns ont prétendu que vassus & vassallus n’étoient pas la même chose, que vassallus étoit le client de celui qu’on appelloit vassus ; mais il paroît que vassus est le nom primitif, & que l’on a ensuite appellé indifféremment les personnes de cette condition vassi seu vassali ; & en quelques endroits vassallitii ou vassalubi, à moins que l’on ne veuille dire que vassali étoit un diminutif de vassi, & que par le terme de vassali ou vassalubi on entendoit les enfans des vassaux. Je croirois néanmoins plutôt que vassalubi étoient non pas des arriere-vassaux ; mais des vassaux ou domestiques d’un ordre inférieur.

Les vassaux qui étoient du nombre des familiers ou domestiques du roi ou de l’empereur, étoient appellés vassi regales seu dominici.

Il ne faut pas croire que ces vassaux royaux ne fussent que des gens de condition servile : ils étoient au-contraire si considérables, qu’ils sont nommés les premiers après les comtes ; on comprenoit sous ce titre de vassaux, tous ceux qui étoient liés envers le roi par la religion du serment.

Ils avoient aussi un privilege singulier ; savoir, que quand ils étoient accusés de quelque crime, & qu’ils étoient obligés de s’en purger par serment, ils n’étoient pas obligés de le faire en personne ; ils faisoient jurer pour eux celui de leurs hommes qui étoit le plus considérable, & qui méritoit le plus de créance.

Ces vassaux royaux étoient quelquefois envoyés par le prince dans les provinces, pour assister les comtes dans l’administration de la justice, & autres affaires publiques ; on trouve nombre de jugemens rendus par les comtes avec les vassaux ; c’est pourquoi ces vassaux étoient quelquefois appellés les vassaux des comtes, quoique dans le vrai ils fussent les vassaux du roi, qui les donnoit pour collegues aux comtes ; ils étoient, comme on voit, à l’égard des comtes, ce que sont encore dans certaines coutumes les hommes de fief ou pairs à l’égard du seigneur.

On envoyoit aussi quelquefois ces vassaux royaux sur les marches & frontieres du royaume pour les garder & défendre.

D’autres étoient envoyés dans les domaines du roi pour les exploiter, & l’on trouve des preuves que ceux qu’on appelloit villici vel prepositi avoient été anciennement vassali.

Lorsque les vassaux royaux alloient au lieu de leur commission, ou qu’ils y étoient résidens, ils recevoient des contributions de même que ces commissaires du roi, qu’on appelloit missi dominici ; ils étoient subordonnés aux comtes, & soumis à leur jurisdiction.

Le prince donnoit à ses vassaux des terres dans les provinces pour en jouir à titre de bénéfice civil, jure beneficii ; concession dont le premier usage étoit venu des Romains, & dont, par succession de tems, se formerent les fiefs.

Ces concessions de bénéfices qui étoient faites aux vassaux n’étoient pas perpétuelles ; elles n’étoient qu’à vie, & même amovibles ; mais elles ne pouvoient être ôtées sans cause légitime. Odon, abbé de Cluny, en la vie de S. Gerand, dit qu’il ne souffroit point qu’aucun seigneur, senior, ôtât par caprice à son vassal les bénéfices qu’il renoit C’est un des plus anciens exemples que l’on ait trouvé de la subordination du vassal à son seigneur à raison de son bénéfice ou fief : le même Odon dit que l’ordre de l’état étoit tellement troublé, que les marquis ou gouverneurs des frontieres avoient poussé l’insolence jusqu’à se soumettre les vassaux du roi.

Les bénéfices obligeoient les vassaux non-seulement à rendre la justice, mais aussi à percevoir au nom du seigneur les droits qui en dépendoient pour raison de quoi ils lui payerent une redevance annuelle.

Ils étoient aussi obligés au service militaire, & c’est de-là que dans le dixieme siecle tout possesseur du fief prit le titre de miles, au lieu de celui de vassus.

On distinguoit, comme encore à présent, deux sortes de vassaux ; savoir, les grands, majores, & les petits, minores.

Les princes s’étant créés des vassaux immédiats, par la concession des bénéfices civils, se firent aussi des vassaux médiats, en permettant aux nobles de se créer de même des vassaux, ce qui est l’origine des sous-inféodations, & des arriere-fiefs & arriere-vassaux.

Les vassaux des princes signoient autrefois en cette qualité leurs chartres après les grands officiers, comme ils firent encore pendant quelque tems, avec cette différence, qu’au-lieu d’ajouter à leur nom la qualité de vassallus, ils mettoient celle de miles, ou-bien leur nom simplement sans aucune qualité.

On trouve une charte de Guillaume, comte de Provence, qui est dite avoir été faite en présence des vassaux royaux, dominici, tant romains que saliens, tam romanis quam salicis, ce qui fait connoître que les vassaux étoient quelquefois distingués par la nature de leurs bénéfices, dont les uns tiroient leur origine des Romains, les autres de la loi salique.

Après avoir ainsi expliqué tout ce qui concerne l’origine du terme vassal, il faut venir à ce qui s’est observé par rapport aux vassaux depuis l’institution des fiefs.

Depuis ce tems, on a entendu par le terme de vassal, celui qui tient un fief mouvant d’un autre seigneur à la charge de l’hommage.

Le seigneur est celui qui posséde le fief dominant ; le vassal, celui qui tient le fief servant.

Le vassal & le seigneur ont des devoirs réciproques à remplir l’un envers l’autre ; le vassal doit honneur & fidélité à son seigneur ; celui-ci doit protection à son vassal.

Anciennement le vassal étoit obligé d’assister aux audiences du bailli de son seigneur, & de lui donner conseil, ce qui ne s’observe plus que dans quelques coutumes, comme Artois & autres coutumes voisines.

On appelloit les vassaux pairs & compagnons, parce qu’ils étoient égaux en fonctions.

Quand ils avoient quelque procès ou différend entre eux, ils avoient droit d’être jugés par leurs pairs, le seigneur du fief dominant y présidoit. Cet usage s’observe encore pour les pairs de France, qui sont les grands vassaux de la couronne, lesquels ne peuvent être jugés dans les causes qui intéressent leur personne & leur état qu’au parlement, la cour suffisamment garnie de pairs.

Le vassal payoit une redevance annuelle à son seigneur ; il pouvoit même y être contraint par la saisie de son fief, ou par la vente de ses effets mobiliers. Si les effets n’étoient pas encore vendus, il pouvoit en avoir main-levée, en offrant d’acquitter la redevance, & de payer la redevance.

Si la saisie du fief étoit faite pour droits extraordinaires, elle n’emportoit pas perte de fruits.

Le vassal faisoit la foi pour son fief, mais il n’étoit pas d’usage d’en donner un aveu & dénombrement : lorsque le seigneur craignoit que le vassal ne diminuât son fief, il pouvoit obliger le vassal de lui en faire montrée, & pour engager celui-ci à ne rien cacher, il perdoit tout ce qu’il n’avoit pas montré, quand il n’y auroit manqué que par ignorance.

S’il étoit convaincu d’avoir donné de fausses mesures, il perdoit ses meubles.

Il perdoit son fief pour différentes causes ; savoir, lorsqu’il mettoit le premier la main sur son seigneur, lorsqu’il ne le secouroit pas en guerre, après en avoir été requis, ou lorsqu’il marchoit contre son seigneur, accompagné d’autres que de ses parens, lorsqu’il persistoit dans quelque usurpation par lui faite sur son seigneur, ou s’il désavouoit son seigneur.

Il ne lui étoit pas permis de demander l’amendement du jugement de son seigneur, mais il pouvoit fausser le jugement.

S’il étoit condamné, il perdoit son fief ; mais il étoit mis hors de l’obéissance de son seigneur, si le jugement étoit faux ; il devenoit alors vassal immédiat du seigneur suserain.

Tant que le procès étoit indécis, il ne pouvoit être contraint de payer l’amende au seigneur.

Le vassal, c’est-à-dire, le vasselage pouvoit être partagé entre freres & sœurs. Mais le seigneur ne pouvoit le partager avec un étranger sans son consentement, & sans celui du seigneur dominant.

S’il étoit partagé entre le baron & le vavasseur ou seigneur de simple fief, la moitié appartenante au vavasseur, étoit dévolue au seigneur immédiat du baron.

Il pouvoit être donné en entier à un étranger par son seigneur. Le baron pouvoit aussi le donner au vavasseur ; mais en ce dernier cas, le vassal étoit dévolu au seigneur immédiat du baron.

Lorsque les seigneurs se faisoient entr’eux la guerre, leurs vassaux étoient obligés de les accompagner, & de mener avec eux leurs arriere-vassaux.

Présentement il n’y a plus que le roi qui puisse faire marcher ses vassaux & arriere-vassaux à la guerre, ce qu’il fait quelquefois par la convocation du ban & de l’arriere-ban.

Les devoirs du vassal se réduisent présentement à quatre choses.

1°. Faire la foi & hommage à son seigneur dominant, à toutes les mutations de seigneur & de vassal.

2°. Payer les droits qui sont dûs au seigneur pour les mutations de vassal, tels que le quint pour les mutations par vente, ou autre contrat équipollent, & le relief pour les autres mutations, autres néanmoins que celles qui arrivent par succession & ligne directe.

3°. Fournir au seigneur un aveu & dénombrement de son fief.

4°. Comparoître aux plaids du seigneur, & par-devant ses officiers, quand il est assigné à cette fin.

Le vassal doit faire la foi & hommage en personne, & dans ce moment mettre un genou en terre, étant nue tête, sans épée ni éperons ; autrefois il joignoit ses mains dans celles de son seigneur, lequel le baisoit en la bouche ; c’est pourquoi quelques coutumes disent que le vassal ne doit au seigneur que la bouche & les mains dans les cas où il ne doit que la foi & hommage.

La confiscation du fief a lieu contre le vassal en deux cas ; savoir, pour desaveu formel, lorsque le desaveu se trouve mal fondé, & pour crime de félonie ; c’est-à-dire, lorsque le vassal offense griévement son seigneur. Voyez le code des lois antiques, le recueil des ordonnances, le glossaire de Ducange, & celui de Lauriere, les auteurs qui ont traité des fiefs, & ci-devant les mots Aveu, Dénombrement, Droits seigneuriaux, Fief, Foi, Hommage, Mutation, Quint, Requint, Relief, Seigneurie, (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Vassal : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « vassal » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « vassal »

Étymologie de vassal - Littré

Provenç. vassal, vassau ; catal. vassal ; espagn. vasallo ; ital. vassallo ; du bas-latin vassus, domestique du prince, dans la loi des Allemands. Vassus vient du celtique : bas-bret. gwaz, homme serviteur ; Cornouailles, was, garçon, serviteur ; kimry, gwas, jeune, serviteur ; irland. uais et wasal, noble, de haute naissance. Vassal a eu le sens de serviteur, de vassal, de brave, de vaillant ; il a été aussi une injure, quand on a voulu surtout indiquer l'infériorité. Les deux sens essentiels dérivent du celtique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de vassal - Wiktionnaire

(Date à préciser) Adjectif dérivé [1] du gaulois uassos, attesté en latin médiéval sous la forme vassus, « serviteur » (→ voir gwas, « page, servant » en gallois, fos, « serviteur » en irlandais) et qui, comme son synonyme latin minister, a évolué vers un sens neutre, voire positif de « homme en arme » (→ voir baron d’origine germanique qui évolue également en ce sens). Sur vassus le latin médiéval a fait vassalus (« d’homme d’arme, d’homme »). De là, le sens pris par l’ancien français vassal « vaillant, courageux » et la création du substantif sur l’adjectif, vassal « homme noble qui suit un seigneur à la guerre ». Au treizième siècle, il prend le sens de « noble dépendant d’un seigneur dont il tient un fief ». Le sens actuel de « soumis » apparait de façon figurée à la Renaissance : les femmes, passion de l’homme misérable, Misérable et chétif, d’autant qu’il est vassal vingt ou trente ans qu’il vit, d’un si fier animal — (Ronsard, Nouvelle Continuation des Amours)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vassal »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vassal vasal play_arrow

Citations contenant le mot « vassal »

  • La métropole de jossains et vassal, c’est une balkanisation du territoire où chaque édile conserve son pré carré, car ne l’oublions pas, en politique le plus important c’est le pouvoir, ausi minime soit-il. Quand la maire d’aix évoque une métropole aixoise, on se dit qu’avec des gens pareils on est vraiment pas sorti de l’auberge et qu’on en a encore pour quelques années de sclérose institutionelle. Marsactu, Martine Vassal affiche ses soutiens pour assurer sa réélection à la métropole | Marsactu
  • Tout amour est respectable : celui qui aime est un seigneur, l'indifférent un vassal. De Lucie Faure / Les bons enfants
  • Quel bon vassal il ferait, s’il avait un bon seigneur ! De Anonyme / Poema de Mio Cid

Traductions du mot « vassal »

Langue Traduction
Corse vassallu
Basque basailu
Japonais 家臣
Russe вассал
Portugais vassalo
Arabe تابع
Chinois 附庸
Allemand vasall
Italien vassallo
Espagnol vasallo
Anglais vassal
Source : Google Translate API

Synonymes de « vassal »

Source : synonymes de vassal sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vassal »


Mots similaires