La langue française

Feudataire

Sommaire

  • Définitions du mot feudataire
  • Étymologie de « feudataire »
  • Phonétique de « feudataire »
  • Évolution historique de l’usage du mot « feudataire »
  • Citations contenant le mot « feudataire »
  • Traductions du mot « feudataire »
  • Antonymes de « feudataire »

Définitions du mot feudataire

Trésor de la Langue Française informatisé

FEUDATAIRE, subst. masc.

A.− HISTOIRE
1. Titulaire d'un fief, dépendant à ce titre d'un suzerain. Tout feudataire pouvoit prendre les armes contre son seigneur pour déni de justice, ou pour vengeance de famille (Chateaubr., Ét. ou Discours hist.,t. 3, 1831, p. 382).
P. métaph., en appos. avec valeur d'adj. La nuit et ses étoiles feudataires (Verhaeren, Mult. splendeur,1906, p. 119).
2. Spéc. Grand feudataire. Vassal direct du souverain. Le roi de France (...) tenait beaucoup à sa suzeraineté sur les grands feudataires (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 61).
B.− P. anal. Le libre commerce (...) est la « sainte-alliance » des grands feudataires du capital et de l'industrie (Proudhon, Syst. contrad. écon.,t. 2, 1846, p. 65).Liebermann (...) feudataire de l'impressionnisme français (Faure, Hist. art,1921, p. 236).
En appos. avec valeur d'adj. Le Roi [un lépreux], entouré de ses mendiants feudataires (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 229).
Rem. On rencontre chez Chateaubriand un emploi adj. du mot. [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui est le propre d'un feudataire, qui en a certaines caractéristiques. Préjugés feudataires (Génie, t. 2, 1803, p. 556).
Prononc. et Orth. : [fødatε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1282 subst. pheudataire (in Doc. en français des Archives Angevines de Naples, éd. A. de Boüard, Paris, 1933-1935, II, 202 ds Fr. mod. t. 42, p. 279); 1387 feudataire (Preuves de l'hist. de Bourgogne, III, 125, édit. 1745 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 701). Empr. au lat. médiév. feodatarius : fivatorius 1103 subst. ds Nierm.); dér. de feudum v. fief. Fréq. abs. littér. : 16.

Wiktionnaire

Nom commun

feudataire \fø.da.tɛʁ\ masculin

  1. (Histoire) Personne qui possédait un fief et qui devait foi et hommage au seigneur suzerain.
    • Un roi d'Aragon, ainsi qu'on l'a vu, fit rendre une ordonnance qui prescrivait aux feudataires sardes de résider dans leurs fiefs six mois de l’année. Les feudataires ayant une juridiction de fait dans leurs fiefs, ont des juges nommés par eux, et des prisons où les condamnés par leurs juges subissent le temps de leur détention. — (Charles de Saint-Severin, Souvenirs d'un séjour en Sardaigne pendant les années 1821 et 1822; ou Notice sur cette île, Lyon : chez Ayné frères & Paris : chez Dupont, 1827, p. 85)
    • Lui, noble ! Mais savez-vous quel est ce Pandolfo Alopo, ce puissant feudataire qui marche fièrement à la tête de l’aristocratie napolitaine, ce brillant cavalier qui foule aux pieds les passants ? — (Alexandre Dumas, L'abbaye de Peyssac, tome 2 : La pèche aux filets, 1844, Paris : chez L. de Pottier, 1846, p. 42)
    • Dans les seuls évêchés de Dol, Saint-Malo et Saint-Brieuc, quatorze feudataires dont les revenus nobles propres allaient de 1500 à 40 livres monnaie appartenaient à la maison du vicomte de Rohan. — (Michel Nassiet, Parenté, noblesse et états dynastiques: XVe-XVIe siècles, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000, p. 121)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FEUDATAIRE. n. des deux genres
. Vassal; il se disait de Celui qui possédait un fief et qui devait foi et hommage au seigneur suzerain. Le comte de Flandre était feudataire de la couronne. Les grands feudataires de l'Empire.

Littré (1872-1877)

FEUDATAIRE (feu-da-tè-r')
  • 1 S. m. Celui qui possède un fief avec foi et hommage au seigneur suzerain. Le duc Robert fit hommage de la Sicile même qu'il n'avait point encore, il se déclara feudataire du saint-siége pour tous ses États, promit une redevance de douze deniers par chaque charrue, ce qui était beaucoup, Voltaire, Mœurs, 40. L'état despotique se conserve par une autre sorte de séparation qui se fait en mettant les provinces éloignées entre les mains d'un prince qui soit feudataire, Montesquieu, Esp. IX, 4.
  • 2 Adj. Il [le khan de Crimée] était comme les princes feudataires d'Allemagne, qui ont servi l'Empire avec leurs propres troupes subordonnées au général de l'empereur allemand, Voltaire, Russie, II, 1. Les conciles étaient composés de prélats de tous les pays, et partout ils avaient l'immense avantage d'être comme étrangers aux peuples pour lesquels ils faisaient des lois ; ces haines, ces amours, ces préjugés feudataires qui accompagnent ordinairement le législateur étaient inconnus aux pères du concile, Chateaubriand, Génie, IV, VI, 10.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FEUDATAIRE, (Jurispr.) est celui qui tient un héritage en fief de quelqu’un ; le vassal ou seigneur du fief servant est feudataire du seigneur dominant. Voyez Fief & Vassal. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « feudataire »

Du latin médiéval feudatarius.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Feud, feod, anciennes formes de fief (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « feudataire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
feudataire fødatɛr

Évolution historique de l’usage du mot « feudataire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « feudataire »

  • C’est un président au milieu du gué que nous révèle cette crise, un président qui ne prend pas sur ses épaules toute la dureté des mesures qu’il annonce, préférant afin de se sanctuariser en déléguer le contenu à ses feudataires, un président qui ne parle pas de confinement mais en brosse le portait chinois. À charge à ses ministres d’expliciter, de signifier, de dire ce que la parole présidentielle ne dit pas vraiment au travers de ses fragments «clairs-obscurs» d’un discours de crise. Ce ruissellement communicant est bien moins celui d’un chef de guerre que la révélation d’un pouvoir astreint à rattraper le temps perdu, à recoudre aussi un tissu social qu’il n’a cessé de cliver depuis près de trois ans. Plus un aveu de faiblesse en quelque sorte qu’une mobilisation générale... Le Figaro.fr, Coronavirus: «Emmanuel Macron à la recherche du temps perdu»
  • Si le concept de mouvance s'applique, à l'origine, à la seule suzeraineté du roi de France, il a été généralisé par l'usage. On l'emploie ainsi pour désigner la pyramide vassalique dépendant d'un prince souverain, comme le roi de Castille ou l'Empereur germanique. Par extension, il est parfois utilisé au niveau inférieur pour désigner les vassaux d'un feudataire, quoique cet usage pose problème en raison de la possibilité d'intervention du suzerain suprême. Club de Mediapart, Mon fils, retraité, était "psy" de mouvance freudienne, de métier. | Le Club de Mediapart
  • « Mencius dit : « Le peuple est ce qu'il y a de plus précieux, les autels des dieux du Sol et des Moissons viennent en deuxième et le souverain en dernier. Ceux qui gagnent la confiance du fils du Ciel deviennent des princes feudataires ; ceux qui gagnent la confiance des princes feudataires deviennent des grands dignitaires. Si les princes feudataires mettent en danger les dieux du Sol et des Moissons, on les remplace ; si les animaux sacrificiels sont gras et forts, les céréales sacrificielles, abondantes et pures, les offrandes rituelles, célébrées au moment prescrit, et que surviennent néanmoins des sécheresses ou inondations, ce sont les autels au dieux du Sol et des Moissons qui sont remplacés ». France Culture, L’importance des rites - Ép. 2/4 - Confucius, une philosophie de vie
  • Cette nouvelle biographie de Bertrand Du Guesclin s’attarde particulièrement sur la première partie de sa vie. L’auteur s’attache à faire revivre l’enfance et la jeunesse de cet homme de petite extraction et de mauvais caractère, qui ne rêve que plaies et bosses en attendant de mettre ses qualités de combattant et sa loyauté innée au service de sa suzeraine, Jeanne de Penthièvre. Bertrand accède ensuite à la chevalerie, dont il rêve, et gravit alors, pendant cette épouvantable guerre de succession de Bretagne, grâce à son courage et à son sens du combat, tous les échelons de la renommée, devenant capitaine général, puis grand d'Espagne, quasiment roi de Grenade, connétable de Castille et enfin connétable de France. Une ombre sans doute à ce tableau : Bertrand Du Guesclin n’a jamais été que le bras séculier de puissances qui le dépassent. Il n'est pas une tête politique. Lorsqu’il est au sommet de sa gloire, certains membres de la haute aristocratie bretonne ne manquent pas de marquer un certain dédain pour ce chevalier de basse extraction au service du roi de France, au nom de leurs libertés de grands feudataires, libertés qu'ils qualifient pudiquement - comme leurs descendants - de « libertés bretonnes », mais qui ne sont en réalité que leurs privilèges. Agence Bretagne Presse, Agence Bretagne Presse

Traductions du mot « feudataire »

Langue Traduction
Anglais feudatory
Espagnol feudatorio
Italien feudatario
Allemand feudatorisch
Chinois 诸侯
Arabe إقطاعي
Portugais feudativo
Russe феодальный вассал
Japonais 封建的
Basque feudatory
Corse feudatariu
Source : Google Translate API

Antonymes de « feudataire »

Partager