La langue française

Ravine

Sommaire

Définitions du mot ravine

Trésor de la Langue Française informatisé

RAVINE, subst. fém.

A. − Vieilli. Torrent. La ravine charriait de longs cadavres d'arbres (Giono,Solit. pitié, 1932, p. 25).
B. −
1. Petit ravin; lit d'un torrent, d'un ruisseau. Ravine de glace. Au fond obscur de la noire ravine Le lit sec d'un torrent que le soleil calcine (Lamart.,Chute,1838, p. 805).Les fruits abondaient, l'eau vive ruisselait dans la ravine, des lits de fougères s'ouvraient partout (Pesquidoux,Chez nous, 1921, p. 77).
P. métaph. Le sang afflua à sa figure, à travers les ravines et les bouffissures (Druon,Gdes fam., t. 1, 1948, p. 12).
P. méton. Fond d'une ravine. Suivre la ravine. Et lui, le fils (...) envisageait avec attention l'individu s'avançant dans la ravine, à la base de la montagne (Cladel,Ompdrailles, 1879, p. 129).
2. P. anal. Rigole produite par les eaux de ruissellement. À la moindre averse, la route se défonce de nouveau, les pavés se disjoignent, les eaux creusent des ravines (Du Camp,Mém. suic., 1853, p. 245).
3. Pop. Plaie, cicatrice. Il y avait alors des huées des autres ouvrières (...): est-elle bête de suivre un homme qui la bat! C'est moi qui le ficherais en plan! Et elles-mêmes arrivaient, le lendemain, avec un pochon ou des ravines sur le visage (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 19).
REM.
Ravineau, subst. masc.Petite ravine. J'ai déjeuné sous les chênes, dans un ravineau où coule une toute petite source (Bosco,Mas Théot., 1945, p. 313).
Prononc. et Orth.: [ʀavin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1remoit. xiies. raveine de terre « avalanche » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, 34, 21, p. 58 [ravine var. ms. xiies.; lat. rapina]), attest. isolée; b) 1388 ravine d'eau « torreau d'eau » (Ordonn. de Charles VI ds Bl.-W.1-5) − 1688 (Miege d'apr. FEW t. 10, p. 67b), ravine seul étant att. dans ce sens − 1700 (Pomey d'apr. FEW, loc. cit.); spéc. 2. 1616 ravine « petit ravin » (D'Aubigné, Hist. univ., Maillé, t. 1, p. 323). Déverbal de raviner « couler avec force » ca 1215 (Aymeri de Narbonne, 183 ds T.-L.) − xviiies. ds Gdf., déjà au sens de « courir (du cerf) » fin xiies. (Béroul, Tristan, éd. A. Ewert, 1684), dér. du subst. a. fr. ravine « impétuosité, élan » ca 1165 (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 11429) − xvies. Paré ds Gdf., déjà « acte de violence » déb. xiies. (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, 61, 10, p. 105 [lat. rapina]), représentant le lat. rapina, v. rapine, cf. également le sens de l'a. adj. ravinous, s.v. ravineux. Fréq. abs. littér.: 140.
DÉR.
Ravineux, -euse, adj.Qui est creusé de ravins, de ravines. Un terrain ravineux. Encore l'établissement se dérobait-il aux regards, en contre-bas dans une faille ravineuse (Gide,Si le grain, 1924, p. 427).Un pays ravineux et fauve, que sillonnait un torrent couleur d'acier (Arnoux,Zulma, 1960, p. 185). [ʀavinø], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1842 (Ac. Compl.: Ravineux, euse. Il se dit D'un terrain coupé de ravins, creusé par les torrents); de ravine, suff. -eux*; cf. l'a. fr. ravineux « rapide, impétueux » fin xiie- xiiies. (Floire et Blancheflor, 2eversion, éd. M. M. Pelan, 2304: ravinose), déjà rabinos en 1175 (Chron. Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 324) − 1611, Cotgr.: ravineux, répertorié par Guérin 1892 comme ,,anc.``, ravinal « id. » fin xiies. (Mainet, éd. G. Paris, III b, 50 ds T.-L.: ravinaus) − fin xiiies. ds Gdf., et ravinant « id. » fin xiies. (Alexandre de Paris ds Elliott Monographs, 40, p. 25, 26). Bbg. Quem. DDL t. 27 (s.v. ravine de glace).

Wiktionnaire

Nom commun

ravine \ʁa.vin\ féminin

  1. Petit ravin.
    • En effet, j’entendais se briser dans une espèce de ravine les eaux d’une petite rivière, qui descendait du versant occidental du mont Cheville. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Le corps n’est pas loin, dit un muletier, je l’aperçois qui flotte au fond de la ravine, gonflé d’eau comme une outre. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • A vingt pas de moi, le long d’une ravine, des cailloux blanchissaient comme une traînée d’ossements. Mon guide m’apprit que c’était un ruisseau. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 47.)
  2. Amorce d'un ravinement.

Forme de verbe

ravine \ʁa.vin\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe raviner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe raviner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe raviner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe raviner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe raviner.

Nom commun

ravine \Prononciation ?\ féminin

  1. Force, impétuosité.
    • Seure li keurt par tel ravine — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF. Keurt, le verbe courre.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAVINE. n. f.
Petit ravin. Avant d'arriver à ce village, il faut passer une ravine.

Littré (1872-1877)

RAVINE (ra-vi-n') s. f.
  • 1Espèce de torrent d'eau pluviale qui se précipite d'un lieu élevé. Cette prompte ravine, Brébeuf, Phars. IV.

    Nom donné dans les Antilles à de petits cours d'eau qui descendent des montagnes.

  • 2Lieu creusé par un torrent. Nous pensâmes verser mille fois dans des ravines que nous eussions fort aisément évitées, si nous eussions eu seulement la lumière d'une petite bougie ; mais c'est une belle chose que de ne voir ni ciel ni terre, Sévigné, 351. Ce n'est pas seulement des hommes à combattre ; c'est des montagnes inaccessibles, c'est des ravines et des précipices…, Bossuet, Louis de Bourbon. Dans toutes les collines et montagnes calcaires, les lits supérieurs sont les moins compactes et les plus tendres, en sorte que les eaux ont aisément entamé la superficie du terrain, et formé la première ravine qui a dirigé leur cours, Buffon, 4e ép. nat. Œuv. t. XII, p. 228. Dans la ravine desséchée d'un torrent, Chateaubriand, Atala, les Funérailles.

HISTORIQUE

XIIe s. Od [avec] la rabine [rapidité] des chevaux E od l'encuntre des vassaus [dans un combat], Benoit de Sainte-Maure, II, 5271.

XIIIe s. Les larmes de son cuer courent de tel ravine, Que ses manteaus en mouille [son manteau en est mouillé] et ses bliaus d'ermine, Audefroi le Bastard, Romancer. p. 24. Belin [le bélier] s'esmuet de grant ravine [vitesse], Ren. 6425.

XVe s. Là estoient ces archers d'Angleterre habiles et legers, et qui traioient par art et par avis, et de tel ravine que grant hideur estoit à regarder, Froissart, I, I, 306.

XVIe s. … Après ravine d'eau [grande pluie] Selon son veuil la gelée survint, Marot, III, 182. Leur place de bataille estoit entrecoupée de ravines, sans lesquelles ils estoient accablez de coups de canon, D'Aubigné, Hist. I, 323.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ravine »

Provenç. rabina ; du lat. rapina (voy. RAPINE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) raveine de terre a le sens de « avalanche » ; (XIVe siècle) ravine d’eau a le sens de « torrent d’eau », le mot est passé du sens de « torrent » à celui de « vallée encaissée ». En ancien français, ravine a le sens de « impétuosité, élan », il est issu du latin rapina qui donne aussi rapine → voir rave.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ravine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ravine ravin

Citations contenant le mot « ravine »

  • SAINT-DENIS. L'autopsie pratiquée hier à l'institut médico-légal de Saint-Denis n'a pas permis d'établir l'identité du cadavre retrouvé jeudi dernier dans le lit de la ravine Patates-à-Durand. L'examen a en revanche permis de démontrer que le décès n'avait pas d'origine traumatique. Des analyses complémentaires sont en cours afin de déterminer les causes de la mort, tandis qu'un prélèvement ADN a été réalisé aux fins d'identification. Jeudi en début d'après-midi, des promeneurs avaient découvert un corps en état de décomposition avancé et avaient alerté les secours. Clicanoo.re, [Faits Divers] Le corps de la ravine pas identifié | Clicanoo.re
  • Le temps c’est de l’argent, et là, on a un TB exemple de beaucoup de temps donc d’argent perdu, au départ pour résoudre un pb récurrent et se poursuit, pour le plus grand profit des banques, pétroliers, vendeurs de pneus, accessoires, pièces neuves ou d’occasion, CT etc.... Et pendant ce temps, la pollution se poursuit malgré la volonté de développer le tourisme, un tourisme vert, signe de respect de la nature, en fait, on se rend vite compte que les gens s’en moque, finalement. Il n’y a qu’à voir ce qu’ils balancent dans la rue, les ravines, les plages, les bas côtés, une véritable honte, pas un bon exemple à suivre, c’est sur. A quand une sérieuse prise de conscience pour un avenir meilleur que celui qui se prépare, avec une multitide de déchets plastiques, des emballages par milliers, les futures générations, à juste raison, nous le reprocheront, c’est tout, Arthur. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, L’Autorité de l’environnement et la NRL : où sont les matériaux et l’étude d’impact actualisée de la route en mer ? - Déplacements - Transports - Infos La Réunion

Images d'illustration du mot « ravine »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ravine »

Langue Traduction
Anglais gully
Espagnol quebrada
Italien burrone
Allemand schlucht
Chinois 沟渠
Arabe أخدود
Portugais barranco
Russe водосток
Japonais ガリ
Basque amildegia
Corse gola
Source : Google Translate API

Synonymes de « ravine »

Source : synonymes de ravine sur lebonsynonyme.fr
Partager