La langue française

Toque

Sommaire

  • Définitions du mot toque
  • Étymologie de « toque »
  • Phonétique de « toque »
  • Citations contenant le mot « toque »
  • Images d'illustration du mot « toque »
  • Traductions du mot « toque »
  • Synonymes de « toque »

Définitions du mot toque

Trésor de la Langue Française informatisé

TOQUE, subst. fém.

A. − HIST. DU COST. Au Moyen Âge, coiffure masculine ronde à revers tailladé; aux xvieet xviies., coiffure masculine à fronces cousues, orné d'une plume ou d'une enseigne; au xviiies., coiffure féminine rigide à visière (d'apr. Janneau 1980). Toque de page. Dans la première [tour], Herrmann s'appuie sur le balcon avec un pourpoint bleu et une toque couleur de feu (Quinet, Ahasvérus, 1833, 3ejournée, p. 179).
B. − CHAPELLERIE
1. Coiffure de formes diverses portée dans certains corps ou dans certains métiers.
− Dans le domaine civil, notamment la magistrature, l'Université.Coiffure des magistrats en tenue dans l'exercice de leurs fonctions et des professeurs des universités en tenue dans les cérémonies officielles, avec le signe distinctif de leur rang, de leur fonction. Toque de juge; porter la robe et la toque; en toque et en robe. Une table, (...) séparait les candidats de MM. les examinateurs en robe rouge, tous portant des chausses d'hermine sur l'épaule, avec des toques à galons d'or sur le chef (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 78).V. épitoge ex. de Claudel, galon ex. 2.
− Dans le domaine milit.Coiffure d'uniforme dans certains corps d'armes. Leur toque à bande bleue inclinée sur l'oreille (...), les brigadiers procédaient au recensement de leurs pelotons (Courteline, Train 8 h. 47, Début, 1885, p. 177).V. charivari2ex. de Jouy.
− Dans le domaine de l'art culin.Coiffure en toile blanche, plus ou moins haute selon le rang, portée par les cuisiniers, les boulangers, les pâtissiers et leur personnel. Vous lui direz (...) que j'irai le retrouver au théâtre.On fera la commission au papa, répondit le pâtissier en ôtant puis renfonçant sa toque blanche, par un geste qui lui était familier (Reider, MlleVallantin, 1862, p. 161).Sa coiffure le proclamait chef. Seul, il la portait en galette; le personnel subalterne étriquait ses toques en moule à charlotte. Les traditions corporatives se maintenaient ici tenacement: l'ouvrier principal coiffait le plus gros bonnet (Hamp, Marée, 1908, p. 66).
P. méton. ,,Chroniqueur gastronomique; cuisinier`` (Courtine Gastr. 1984). Les douze plus grandes toques du moment furent conviées à préparer, chacune, leur plat d'excellence pour une tablée de cinquante gastronomes (Le Monde aujourd'hui, 7-8 avr. 1985, p. III, col. 5).Insigne de renommée gastronomique qualifiant l'art de la table des restaurants et auberges. Le temps n'est plus où les critiques des restaurants n'étaient le fait que d'une petite équipe parisienne relayée par une poignée d'amis provinciaux. (...) Mais, précise-t-on à la rédaction du guide, les deux et trois toques ne sont accordées que par les maîtres (Le Monde loisirs, 22 mars 1986, p. 23, col. 3).
P. métaph. On voit s'ouvrir les fleurs que garde Le jardin, pour dernier trésor: Le dahlia met sa cocarde Et le souci sa toque d'or (Gautier, Émaux, 1863, p. 95).
2. Coiffure d'homme, de femme ou d'enfant, sans bords ou à très petits bords. Toque d'astrakan, de fourrure, de velours; toque à plume(s); toque de voyage; petite toque; toque (à la) cosaque, écossaise, polonaise, russe. Un ample chapeau de paille d'Italie (...) suffit pour dérober avec beaucoup de grâce une jolie jardinière aux ardeurs du soleil, et, par conséquent lui épargner la dépense (...) de ces toques en étoffes précieuses, garnies de plumes et de fleurs (Jouy, Hermite, t. 5, 1814, p. 282).Le prêtre retira sa grande pelisse de fourrure, la toque poudrée de neige qui lui descendait jusqu'aux yeux, et s'en alla vers le lit de la malade (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 228).
3. SPORTS (hipp., cycl.). Casquette à visière en soie, de couleur, des jockeys, des coureurs (pour les jockeys, de la couleur du propriétaire du cheval alliée à celle de la casaque) (d'apr. Pearson 1872). Le moment de la course approchait (...) les jockeys, la selle sous le bras, en toque et en veste de satin (...) achevaient de seller leurs chevaux et de visiter chaque partie du harnais (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 208).D'après les règlements de l'Union vélocipédique (...) [le coureur doit porter] (...) Une toque genre jockey (Baudry de Saunier, Cycl., 1892, p. 368).
C. − Spécialement
1. BOT. Plante labiée commune dans les prés marécageux (d'apr. Privat-Foc. 1970). Synon. scutellaire.
2. HÉRALD. ,,Timbre garni de plumes d'autruche dans le système héraldique de l'Empire français`` (Thiébaud Blason 1982). Il existe d'autres marques extérieures qui le complètent [l'écu]. Ce sont le timbre, soit un casque (...), soit une toque [Premier Empire français] (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 754).
3. ZOOL., au masc. Singe du genre macaque, de teinte verdâtre (d'apr. Privat-Foc. 1970).
Prononc. et Orth.: [tɔk]. Homon. toc, formes de toquer. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1454 tocque « sorte de coiffure sans bords ou à très petits bords » (M. d'Escouchy, Chron., éd. G. Du Fresne de Beaucourt, t. 2, p. 121); 1455-57 (B. de La Broquière, Voyage d'Outremer, éd. Ch. Schefer, p. 60); b) 1690 désigne une coiffure propre à certaines professions (Fur.); 2. 1680 « linge de chanvre ou de gros lin qui couvre les épaules des religieuses du Saint-Sacrement » (Rich.); 3. 1694 bot. p. anal. de forme (Tournefort Bot. t. 1, p. 150). II. 1819 zool. (Nouv. dict. d'hist. nat. ds Quem. DDL t. 22). I empr. à l'esp. toca, qui désigne une coiffure d'étoffe dep. le xies. (doc. aragonais), d'orig. incertaine, peut-être orientale (v. Cor.-Pasc.). Au sens 2, le mot s'est peut-être croisé avec toque « étoffe de soie », att. aux xvieet xviies. (ds Gay), empr. à l'ital. tocca « id. », issu du longobard *tôh « étoffe ». Voir FEW t. 21, 1, p. 531 et t. 17, p. 342b. II est d'orig. inc. (cf. FEW t. 21, p. 218a). Fréq. abs. littér.: 233. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 124, b) 396; xxes.: a) 593, b) 314. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 672. − Juneau (M.). Probl. de lexicol. québécoise... Québec, 1977, pp. 223-228, 236-237. − Kidman (J.). Les Empr. lexicol. du fr. à l'esp. des orig. jusqu'à la fin duxves. Paris, 1969, pp. 257-266. − Quem. DDL t. 22.

Wiktionnaire

Nom commun

toque \tɔk\ féminin

  1. Sorte de coiffure sans bords ou à très petits bords.
    • Tout en faisant route, les archers remarquèrent qu’Othon n’avait point de plumes à sa toque, ce qui était contre l’uniforme, […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Quand les couturiers Carven et Balenciaga leur dessinaient de mignonnettes jupettes au-dessus du genou et de seyantes toques sur leurs cheveux, les « prunes » glissées par leurs doigts de fée sur les pare-brise avaient un autre goût. — (Frédéric Pagès, Rendez-nous les aubergines !, Le Canard Enchaîné, 7 février 2018, page 1)
  2. (Par extension) (Familier) Cuisinier.

Forme de verbe

toque \tɔk\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de toquer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de toquer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de toquer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de toquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de toquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOQUE (to-k') s. f.
  • 1Sorte de chapeau à petits bords, plat par-dessus, plissé tout autour, et couvert de velours, de satin. Une toque de juge, de professeur. Cette femme avait une belle toque. Là-dessus, il ôta sa toque, Scarron, Virg. VI. Toque au lieu de chapeau, haut-de-chausse troussé : La barbe seulement demeure au personnage [il s'agit d'un homme qui s'habille en page], La Fontaine, Petit chien. Défense aux bonnetiers-chapeliers de faire fouler les bonnets et toques au moulin, Arrêt du parlem. 8 fév. 1694. Zélie : D'abord on commence par m'établir sur la tête un énorme coussin… - Rosine : Un coussin ? - Zélie : Oui, ils appellent cela une toque, Genlis, Théât. d'éduc. la Colombe, sc. 3.
  • 2Au turf, coiffure des jockeys ; on ne dit jamais casquette.
  • 3Sorte de coiffure en usage au XVIe siècle.
  • 4Linge de chanvre ou de gros lin, qui couvre les épaules et l'estomac des religieuses du Saint-Sacrement.
  • 5Nom vulgaire du scutellaria galericulata, L., plante labiée commune dans les prés marécageux.
  • 6Espèce de singe.

HISTORIQUE

XVIe s. Une tocque de velours noir sur laquelle estoit le chappeau de conte fait de grosses perles orientales, De Laborde, Émaux, p. 207.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TOQUE. - HIST. Ajoutez : XVe s. Oultre ce que vous ay dit, y a encore une tocque et deux peignes, Marchegay, Lettres-missives originales du chartrier de Thouars, p. 41 (1462)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOQUE, s. f. (Hist. nat. Botan.) cassida, genre de plante à fleur monopétale labiée, dont la levre supérieure ressemble à un casque garni de deux oreillettes ; la levre inférieure est ordinairement divisée en deux parties. Le pistil sort du calice dont la partie supérieure ressemble à une crête ; il est attaché comme un clou à la partie postérieure de la fleur, & entourée de quatre embryons, qui deviennent dans la suite autant de semences oblongues renfermées dans une capsule qui a servi de calice à la fleur, & semble représenter une tête revêtue d’un casque. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Toque, terme de relation, certain nombre de bouges ou cauris dont on se sert comme de monnoie dans le royaume de Juda, & en quelques autres endroits de la côte d’Afrique, où les bouges ou cauris sont reçus dans la traite des Nègres : une toque de bouges est composée de 40 de ces coquillages : cinq bouges font une galline. (D. J.)

Toque, terme de Religieuse, c’est chez les religieuses du saint Sacrement, un linge de chanvre ou de gros lin, qui couvre leurs épaules & leur estomac. (D. J.)

Toque, terme de Marchande de mode, bonnet d’homme, de figure cylindrique, ou d’une forme de chapeau qui n’a qu’un petit bord ; c’étoit la coëffure de tous les officiers qui n’étoient point gradués. Encore aujourd’hui les pensionnaires des colleges qui font leurs humanités, portent des toques lorsqu’ils sont en robe ; on appelloit aussi cette espece de bonnet tocque ; toc en bas-breton signifioit chapeau. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « toque »

Deux étymologie sont proposées :
  • D’une déformation du sens du mot allemand Tuch (« tissu de tête »).
  • Du gaulois tocca.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. toca ; portug. touca ; ital. tocca ; du celtique : bas-bret. tok ; kymri, toc, chapeau, coiffure en général.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « toque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
toque tɔk

Citations contenant le mot « toque »

  • - Pour me rafraîchir, je me mets des feuilles sur la tête. - Tu pourrais aussi enlever ta toque en fourrure. De Wes Anderson / Moonrise Kingdom (2012)
  • L’idée de se couvrir la tête en cuisine remonterait à sept siècles avant J.-C. En Assyrie, dans cette région située au nord de la Mésopotamie, où les souverains ont toujours craint d’être empoisonnés par des cuisiniers mécontents, le roi Ashurbanipal décida de faire porter aux cuisiniers royaux un couvre-chef en forme de couronne, afin de les distinguer des marmitons et autres gâte-sauce qui s’aventureraient dans le palais. Il faudra cependant attendre le XVIIIe siècle pour que le couvre-chef ressemble à la toque actuelle et ce, grâce à l’invention d’un cuisinier français renommé, Marie-... Soirmag, Toque ou… couvre-chef - Soirmag
  • Si vous n'aviez jamais songé à compter le nombre de plis qui ornent les toques des grands chefs et des grandes cheffes, d'autres l'ont fait pour vous. Une toque digne de ce nom présente toujours 100 plis, ni plus ni moins, et ce compte parfaitement rond n'est en rien le fruit du hasard. Le site Mental Floss revient sur l'origine historique de ce nombre de plis. Slate.fr, Il y a exactement 100 plis sur les toques de cuisine, et ça a du sens | Slate.fr

Images d'illustration du mot « toque »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « toque »

Langue Traduction
Anglais cracked
Espagnol agrietado
Italien cracked
Allemand geknackt
Chinois 破解
Arabe متصدع
Portugais rachado
Russe трещины
Japonais 割れた
Basque zauriak
Corse cracked
Source : Google Translate API

Synonymes de « toque »

Source : synonymes de toque sur lebonsynonyme.fr
Partager