Tamiser : définition de tamiser


Tamiser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAMISER, verbe

A. − Empl. trans.
1.
a) Passer (une substance) au tamis ou à travers ce qui joue le rôle d'un tamis. Après la traite, le lait sera tamisé pour le débarrasser des poils, écailles, fétus de paille et insectes qui sont tombés dans le récipient (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 240).Les poils des narines et les cils vibratiles qui recouvrent l'épithélium de la muqueuse pituitaire, tamisent l'air en arrêtant les poussières et les germes de contamination extérieure (Baratoux, La Voix, 1912, p. 15).
[P. méton.;] [le suj. désigne un tamis; l'obj., ce qu'il ne laisse pas passer] Il est de tradition de mettre, avec la dernière hottée, la javelle de paille qui, devant la bonde, tamisait les pépins (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 2, 1954, p. 77).
Empl. pronom. à sens passif. Une espèce d'étoupe ou de feutre qui recouvre les branchies, et au travers duquel l'eau se tamise (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 625).
Part. passé en empl. adj. Passé au tamis ou épuré. Cendre de bois tamisée; gravier, sable tamisé; air tamisé. Mettre dans une terrine deux cent cinquante grammes de farine tamisée, cent grammes de sucre en poudre et une très faible pincée de sel (Gdes heures cuis. fr.,P. Montagné, 1948, p. 191).
b) Empl. abs., MAR. [Le suj. désigne une voile usée] Laisser passer le vent (d'apr. Gruss 1952).
c) P. métaph. Elle s'avoua ne pas s'être assez soigneusement tamisée de la lie de ce monde (Huysmans, Ste Lydwine, 1901, p. 245).V. bluter ex. 2.
2. P. anal.
a) Laisser passer la lumière ou une source de lumière en en diminuant l'intensité. Synon. adoucir, atténuer, voiler.Les vitres des fenêtres, les contrevents, les jalousies, les rideaux, les feuilles, la buée, la brume, les nuages tamise(nt) la lumière; tamiser l'éclat/les feux/les rayons du soleil, le jour, la clarté, l'éclairage. Les voûtes du feuillage (...) tamisent le soleil laissant filtrer un jour faux et charmant de sous-bois (Colette, Cl. école, 1900, p. 289).Jusqu'aux chambres qui auront leurs lampes électriques avec un abat-jour qui tamisera la lumière (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 607).
Littér. [Suivi d'un compl. prép. indiquant la lumière obtenue] Tamiser la lumière en poussière d'or. Un vitrage aux verres dépolis (...) tamisait la clarté en une poussière blanche, diffuse et comme suspendue (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 478).[Le compl. d'obj. corresp. à ce compl. prép.] Tamiser un jour doux. Au-dessus de nos têtes, le couvert des chênes et des hêtres tamise des petits ronds de lumière qui tombent par milliers à travers la verdure comme une pluie blanche (Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 195).
Part. passé en empl. adj. Éclairage, jour, ciel tamisé. Cette lumière tamisée, jaune et dense, que laissent passer les stores (Malraux, Conquér., 1928, p. 69).Nous causerions un moment dans un bar aux lumières tamisées (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 311).
Empl. pronom. passif. Une lumière jeune se tamisait en poussière d'or à travers l'espace (Estaunié, Empreinte, 1896, p. 302).P. métaph. Le soleil se tamisait dans le crible remué des feuilles; et le jour, ainsi bluté, se muait au contact du blanc, en rose (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 57).
b) Atténuer, assourdir l'éclat, la force de quelque chose. Rumeur tamisée par la distance. La pièce était obscure: on avait rabattu les rideaux pour que le jour n'entrât point; les bruits arrivaient, tamisés au travers (Estaunié, Empreinte, 1896, p. 290).À partir du troisième [étage], tout était tamisé déjà d'une brume bleuâtre (Carco, Voix basse, 1938, p. 165).Empl. pronom. passif. Parmi l'espace dépouillé, se déchirant aux mille brindilles qu'il rencontre, se tamisant aux longues cimes des peupliers ou s'émiettant à travers la ramure des chênes, le vent (...) n'exhale plus que des plaintes grêles (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 203).V. brumaille1ex.
c) P. métaph. Je suis sorti à midi moins un quart (...) J'étais plein de sensibilité tamisée, qui fait qu'on s'amuse dans le monde (Stendhal, Journal, t. 1, 1805, p. 265).C'est l'honneur de la Comédie-Française, d'avoir en 1942, déclenché un cas Phèdre et présenté sous un angle inattendu un chef-d'œuvre que la routine tamisait d'un voile (Cocteau, Foyer artistes, 1947, p. 169).
B. − Empl. intrans., CH. DE FER. [Le suj. désigne un véhicule] ,,Donner lieu au phénomène de tamisage`` (GDEL).
Prononc. et Orth.: [tamize], (il) tamise [-mi:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1166 « faire passer par le tamis » (Troie, 7140 et 18894 ds T.-L.); 2. 1799 « passer par un tamis » (Regl. et instruct. conc. les poudres de guerre, 17 germinal an VII, p. 16 ds Littré); 3. p. métaph. 1832 « passer au crible, soumettre à une analyse critique et fine » (Balzac, Curé Tours, p. 225); 4. 1853 « laisser passer (la lumière) en partie » (Du Camp, Mém. suic., p. 33); 5. 1872 mar. « laisser passer le vent (en parlant d'une voile) » (Littré). Dér. de tamis*; dés. -er. Fréq. abs. littér. Tamiser: 58. Tamisé: 81.
DÉR. 1.
Tamisage, subst. masc.;tamisation, subst. fém.,rare. a) Action de tamiser. α) [Corresp. à supra A 1] La tamisation est une opération qui complète la pulvérisation (Deschamps d'Avallon, Compendium pharm. prat., 1868, p. 112).Le blutoir, qui, par l'opération du tamisage, sépare le son de la farine (Verne, Île myst., 1874, p. 373); β) [Corresp. à supra A 2] Une foule de petits ronds de soleil dansaient gaiement sur nous, multipliés à l'infini par le tamisage léger des goyaviers et des mimosas (Loti, Mariage, 1882, p. 46).P. métaph. [Le] tempérament français incapable de supporter un pareil écrasement d'horreur, autrement que dans la convention antique ou le tamisage d'une traduction (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p. 288).b) Ch. de fer. [Sous la forme tamisage] ,,Mouvement oscillatoire de translation latérale rapide des véhicules de chemin de fer qui se produit dans les voies resserrées`` (GDEL). [tamiza:ʒ], [-sjɔ ̃]. Ac. dep. 1878: tamisage. 1resattest. a) 1356 tamisaige « action de tamiser » (doc. de Tournai ds Gdf.), attest. isolée, de nouv. 1827 tamisage (Dict. class. de la lang. fr., par quatre professeurs de l'Université, Paris, Baudoin frères, 2eéd., 1829), 1868 tamisation « action de tamiser » (Deschamps d'Avallon, loc. cit.), b) 1964 tamisage ch. de fer (Lar. encyclop.); de tamiser, suff. -age*, -(a)tion*.
2.
Tamiseur, -euse, subst. et adj.a) Subst. α) Ouvrier, ouvrière chargé(e) de tamiser (en particulier la farine pour la fabrication des pâtes alimentaires, des couleurs pour les bains de teinture) (d'apr. Mét. 1955). β) Machine comportant un ou plusieurs tamis mus mécaniquement. Le tamiseur Koran se compose d'un tamis conique à l'intérieur duquel tourne un arbre portant deux raclettes qui le nettoient (Saillard, Betterave, t. 1, 1923, p. 316).La tamiseuse est composée de deux tamis fixés sur des plateaux animés de mouvements donnant des secousses (Coffignier, Coul. et peint., 1924, p. 82).b) Adj. Qui tamise. Après le triage par air les grains sont amenés sur un prétamis faisant partie du mécanisme tamiseur et qui est maintenu propre par un dispositif à secousses (L. Hopf, Le Manuel prat. de la meun., Strasbourg-Meinau, Nehlig, Heuser et Cie, t. 1, 1950, p. 175). [tamizœ:ʀ], fém. [ø:z]. 1resattest. a) 1360 tamisseur « celui qui tamise » (doc. de Tournai ds Gdf.), 1362 tamiseur (ibid.), b) 1873 tamiseur « tamis grossier » (Tolhausen, Dict. technol. fr.-all.-angl., p. 821 ds Quem. DDL t. 12), 1904 tamiseuse « machine à tamiser » (industr. alim.) (Nouv. Lar. ill.); de tamiser, suff. -eur2*.
BBG.Quem. DDL t. 25 (s.v. se tamiser).

Tamiser : définition du Wiktionnaire

Verbe

tamiser \ta.mi.ze\ transitif, intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Séparer des éléments d’un mélange à l’aide d’un tamis.
    • Tamiser de la farine, de la poudre à poudrer.
    • (Par extension) Très souvent, les deux femmes prenaient ensemble leur premier déjeuner, sur une table où l’ombre des platanes tamisait en pastilles le soleil. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 90.)
  2. (Vieilli) (Industrie) Passer à travers les grilles d’un tamis.
    • Ces minerais ont encore un inconvénient grave : à cause de leur finesse, ils tamisent facilement, c’est-à-dire qu’ils traversent les charges du haut-fourneau et arrivent jusqu’au creuset sans être réduits. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 80)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tamiser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAMISER. v. tr.
Passer par le tamis. Tamiser de la farine, de la poudre à poudrer. Le participe passé

TAMISÉ s'emploie adjectivement. Fig., Une lumière tamisée, Une lumière dont l'éclat est voilé, dont on voile l'éclat.

Tamiser : définition du Littré (1872-1877)

TAMISER (ta-mi-zé) v. a.
  • 1Faire passer par le tamis. Tamiser de la farine. Il faut tamiser ce bouillon pour en séparer les effondrilles.

    Fig. La zone inférieure [d'un appareil électrique] où cesserait l'argenture, correspondrait angulairement aux bâtiments voisins, et leur tamiserait une lumière adoucie, Faye, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LII, p. 415.

  • 2 V. n. Passer par un tamis. On sortira les barils de poudre des magasins, et on les radoubera sur des toiles pour recevoir la poudre qui tamiserait, Règl. et instruct. conc. les poudres de guerre, 17 germinal an VII, p. 16.
  • 3 Terme de marine. On dit que les voiles tamisent, quand elles sont vieilles, claires et que le vent passe au travers.

HISTORIQUE

XVe s. … J'ai moult souvent Tamisié en une escafote La poudrette parmi ma cotte [étant enfant], Froissart, Espin. amour. Il fut affublé de ce bluteau, et puis commence à tamiser, Louis XI, Nouv. XVII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TAMISER. - HIST. Ajoutez : XIIe s. La farine que l'on tamise Ne chiet pas si espès d'assez Com darz et quarrials enpenez, Benoit de Sainte-Maure, le Roman de Troie, v. 18876.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tamiser »

Étymologie de tamiser - Littré

Tamis ; wallon, tammhî.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tamiser - Wiktionnaire

(c. 1165) Dénominal de tamis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tamiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tamiser tamize play_arrow

Conjugaison du verbe « tamiser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe tamiser

Citations contenant le mot « tamiser »

  • Lors de la visite on pourra assister à une démonstration de mouture à l’ancienne du sarrasin, encore appelé blé noir. Cette mouture rustique est effectuée avec les systèmes tels qu’ils étaient utilisés au dix-neuvième siècle : roue à eau sur un bief de la Sée, entraînant une paire de meules en pierre meulière pour écraser le grain, et une bluterie pour tamiser le grain écrasé, c’est à dire séparer la farine, le son et les résidus de mouture. Il n’y a pas d’énergie fossile utilisée dans ce processus, seule la force de l’eau permet d’entraîner les mécanismes qui sont constitués essentiellement de bois, d’un peu de fer, et de pierre naturelle. La farine de sarrasin peut être utilisée pour faire des galettes de blé noir, dites galettes bretonnes, qui peuvent être garnies suivant ses goûts, ou pour faire de la bouillie : c’était autrefois la nourriture de base des populations rurales. Autrefois le sarrasin était produit sur place dans le voisinage, et la farine retournait chez les paysans pour leur alimentation. De même la farine de blé était remportée pour être boulangée dans le four à pain du village. C’était un circuit court. Unidivers, Visite libre d’un moulin à eau à trois roues et démonstration de mouture Moulin de cuves Cuves samedi 19 septembre 2020
  • Obtenir une farine fluide est le secret pour éviter les grumeaux et réussir vos crêpes et gâteaux. Voici quelques astuces pour tamiser la farine et devenir ainsi la reine des fourneaux ! Femme Actuelle, Comment tamiser de la farine ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Activer, tamiser ou éteindre l'éclairage d'une demeure... tout en se trouvant à des kilomètres de là : oui, c'est possible avec la domotique. Les adeptes de cette technologie s'amusent d'ailleurs à automatiser le fonctionnement de divers appareils partout dans la maison et autour de celle-ci, que ce soit pour simplifier leur quotidien ou pour accroître le confort de leur nid. Quel bonheur, par exemple, de retourner dans une résidence à la température idéale - été comme hiver - grâce au contrôle des thermostats à distance... La maison connectée est une habitation confortable, accueillante et personnalisée. La Presse, Sécurité résidentielle et domotique : inviter la technologie dans le confort de son domicile | XTRA
  • Pas de sable et pas de château pour elles mais beaucoup d’eau pour tamiser les terres recueillies. Des prélèvements riches de minuscules indices relevant à première vue de l’ichtyofaune (poissons) et de la carpologie (graines et fruits). Après ce tri, les spécialistes pourront ainsi donner leur interprétation du paléoenvironnement. Cadre de vie, cultures, échanges, pratiques alimentaires. Au menu de ces ancêtres gaulois, dorades, sardines et maquereaux, figues et raisins. Des aliments toujours en vogue de nos jours sous nos cieux. midilibre.fr, Eté studieux sur le site Lattara et animations au musée Henri-Prades - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « tamiser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tamiser »

Langue Traduction
Corse sift
Basque sift
Japonais ふるいにかける
Russe просеять
Portugais peneirar
Arabe نخل
Chinois
Allemand sieben
Italien vagliare
Espagnol tamizar
Anglais sift
Source : Google Translate API

Synonymes de « tamiser »

Source : synonymes de tamiser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires