La langue française

Substitut

Sommaire

  • Définitions du mot substitut
  • Étymologie de « substitut »
  • Phonétique de « substitut »
  • Citations contenant le mot « substitut »
  • Images d'illustration du mot « substitut »
  • Traductions du mot « substitut »
  • Synonymes de « substitut »

Définitions du mot « substitut »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUBSTITUT, subst. masc.

A. − [Désigne une pers.]
1. Rare. Celui qui prend la place d'un autre. Synon. remplaçant, représentant, suppléant.Cette bonne description (...) semble assigner au poète un rôle d'attente et une mission de substitut (Arts et litt., 1935, p. 50-12).Évidemment, pour elle Henri est un substitut de Robert (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 505).
Substituts parentaux. ,,Grand-parents, parents nourriciers, éducateurs`` (Lafon 1969).
2. DR. ,,Membre du Ministère public chargé de suppléer ou de remplacer le Procureur de la République``. (Barr. 1974). Et si le substitut du procureur, qui soutient l'accusation, ne parvient pas à nous prouver que Valentin est le coupable, l'avocat défenseur ne parvient pas à nous persuader qu'il est innocent (Gide, Souv. Cour d'ass., 1913, p. 645).Les membres du ministère public, autrefois installés avec les « gens du roi » (...) et se levant pour prendre la parole, forment la « magistrature debout » composée du procureur général et des avocats généraux près la Cour de cassation, des procureurs généraux et des avocats généraux et substituts près les cours d'appel, des procureurs de la République et substituts près les tribunaux de grande instance (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 44).
B. − [Désigne une chose] Chose qui prend la place d'une autre.
1. [Une chose concr.] Synon. ersatz, succédané.Il en était de même du pastel, substitut de l'indigo (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 311).
BIOL. Substituts de conglutinine. ,,Substances colloïdales, telles que la gélatine et l'acacia, de structure moléculaire complexe, qui peuvent prendre la place du plasma dans la réaction de conglutination`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
INDUSTR. ,,Produit, matériau capable d'en remplacer un autre, en présentant à peu près les mêmes propriétés et qualités, soit de mise en œuvre, soit d'usage`` (Rama 1973). Les substituts du cuir sont les syndermes, les textiles enduits et les matériaux synthétiques (Rama1973).
2. [Une chose abstr.] Les sociétés protestantes cherchent peut-être un substitut de la confession et des défoulements libérateurs dans leurs débordantes activités utilitaires et altruistes (Mounier, Traité caract., 1946, p. 748).Le jeu est bien un substitut, mais il est plus encore. C'est chez l'adulte qu'il peut n'être qu'un substitut, chez le prisonnier, chez le chômeur; chez l'enfant (...) la conscience du jeu n'est point en même temps la conscience d'une activité laborieuse qui manque (Jeux et sports, 1967, p. 51).
a) DR. Substituts à l'emprisonnement. ,,Mesures que le législateur met à la disposition du juge qui peut les prononcer en remplacement de la peine principale d'emprisonnement`` (Jur. 1981).
b) PSYCHOL. ,,Quelque chose qui est mis à la place de quelque chose d'autre; succédané, le symptôme, par ex., se substitue symboliquement au désir qui cherche à se satisfaire`` (Ancelin Sc. hum. 1982).
c) Dans le domaine des signes et des signaux.,,Signe avec lequel on peut faire diverses opérations mentales sans avoir besoin de penser actuellement à la chose signifiée.`` (Goblot 1920) Ainsi, dans le calcul algébrique, on ne se préoccupe pas des quantités dont les lettres sont les substituts. Taine a montré que les mots sont des substituts, qu'ils présentent des images ou des groupes d'images possibles, qui ne sont pas toutes actuellement évoquées (Goblot1920).
LING. ,,Élément qui en remplace un autre, généralement plus long, pour éviter sa répétition dans l'énoncé.`` (D. D. L. 1976). Le rôle du substitut est identique à celui de l'élément qu'il remplace. ... À Paris? j'y suis déjà allé. Y est le substitut de Paris (D. D. L.1976).Synon. anaphorique, représentant.Substitut abréviatif.
MAR. [Code international de signaux] ,,Petit pavillon triangulaire que l'on peut, dans certains cas, substituer à des pavillons ou à des flammes``. (Gruss 1978).
Prononc. et Orth.: [sypstity]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1332 « magistrat chargé de remplacer au parquet le procureur général, le procureur de la République » (Arch. hist. de la Gironde, 6, 28 ds R. Ling. rom. t. 20, p. 85); 2. a) 1819 « ce qui remplace quelque chose, est substitué à quelque chose pour jouer le même rôle » (Boiste); b) 1956 les pronoms sont des substituts (Benveniste, La Nature des pronoms ds Mél. Jakobson, p 37). Empr. au lat.substitutus, part. passé de substituere (substituer*). Fréq. abs. littér.: 251. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 368, b) 317; xxes.: a) 501, b) 280.

Wiktionnaire

Nom commun

substitut \syp.sti.ty\ masculin (pour une femme on dit : substitute)

  1. (Rare) Celui qui tient la place d’un autre, qui exerce les fonctions d’un autre, en cas d’absence ou d’empêchement légitime.
    • Il l’a nommé son substitut.
  2. (Droit) (En particulier) Magistrat chargé de remplacer au parquet le procureur général, le procureur de la République.
  3. (Par extension) Ce qui tient lieu d’autre chose, qui remplace.
    • Les opposants à cette mesure estiment au contraire que l’ivoire du mammouth de Sibérie peut sauver l’éléphant d’Afrique du braconnage, en lui servant de substitut. — (Julien Bouissou, Le commerce très lucratif de l’ivoire de mammouth laineux, Le Monde. Mis en ligne le 4 septembre 2019)
    • Certains mâchent du chewing-gum pour compenser le manque de nicotine, moi je lèche des sucettes pour compenser le manque de sérotonine. La sucette est un excellent substitutsucetitut ? De la douceur à croquer pour combler le manque de douceur à tripoter. — (Nicolas Korsakov, Le Syndrome du cactus, Éditions Publibook, 2012, page 17)
  4. (En particulier) Signe avec lequel on peut faire diverses opérations intellectuelles sans avoir besoin de penser à la réalité signifiée.

Nom commun

substitut \Prononciation ?\ neutre

  1. Substitut.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUBSTITUT. n. m.
Celui qui tient la place d'un autre, qui exerce les fonctions d'un autre, en cas d'absence ou d'empêchement légitime. Il l'a nommé son substitut. Vous serez mon substitut pendant mon absence. Il se dit particulièrement d'un Magistrat chargé de remplacer au parquet le procureur général, le procureur de la République. En termes de Philosophie, il se dit de Ce qui tient lieu d'autre chose. Il désigne particulièrement un Signe avec lequel on peut faire diverses opérations intellectuelles sans avoir besoin de penser à la réalité signifiée.

Littré (1872-1877)

SUBSTITUT (sub-sti-tu ; le t ne se lie pas) s. m.
  • 1Celui qui tient la place ou qui exerce les fonctions d'un autre, en cas d'absence ou d'empêchement. Combien d'animaux ravissants, par les griffes desquels il vous faudra passer, sergents, procureurs, avocats, greffiers, substituts, rapporteurs, juges et leurs clercs ! Molière, Fourber. II, 8. Chacun sait ce qui arrive quand le roi se donne des substituts, Rousseau, Contr. III, 6.
  • 2Particulièrement, magistrat chargé de remplacer au parquet le procureur général, ou le procureur de la république.

HISTORIQUE

XIVe s. Pasqual Martin son procureur alloué et substitut general, Charte, dans Arch. nat. jj84, p. 498.

XVe s. Le substitut ou assesseur de notre procureur, Du Cange, accessor.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUBSTITUT, s. m. (Gram. Jurisp.) est un officier établi pour en remplacer un autre en cas d’absence, maladie ou autre empêchement.

On confondoit anciennement le titre de substitut, avec celui de lieutenant, & on donnoit l’un ou l’autre indifféremment à tous ceux qui remplaçoient quelque officier public, soit juge ou autre officier de justice.

L’ordonnance du 23 Mars 1302 porte, art. 22. que les sénéchaux, baillifs, viguiers, vicomtes, juges & autres officiers de justice exerceront leurs offices en personne, & qu’ils ne pourront commettre en leur place des substituts ou des lieutenans, qu’en cas de nécessité, comme en cas de maladie, ou qu’ils aillent au conseil ; que dans ces sortes de cas ils prendront pour substituts des personnes du pays, sages & éclairées qui ne seront pas avocats, ou surchargés d’affaires, ni liés avec un trop grand nombre d’amis ; qu’ils seront responsables selon droit & raison du fait de leurs substituts, & que ceux-ci prêteront serment de bien faire leur devoir.

Présentement on ne donne le titre de substitut qu’aux officiers établis pour aider le procureur-général, ou le procureur du roi dans leurs fonctions. Les procureurs au parlement ont aussi des substituts. (A)

Substituts du procureur-général du roi : anciennement il n’en avoit point d’ordinaire, & en commettoit seulement dans les occasions où cela étoit nécessaire. On trouve dans les registres du parlement sous la date du 14 Novembre 1390, que M. Sureau, procureur-général, ayant demandé la permission de s’absenter, la cour en le lui permettant, lui ordonna de laisser un substitut pour l’expédition des affaires.

La fonction de ces substituts ne duroit pas plus que la cause pour laquelle ils avoient été commis.

Dans la suite le procureur-général commit plusieurs substituts pour l’aider dans ses fonctions, & ceux-ci devinrent ordinaires. En effet, lorsque le parlement fut transferé à Poitiers, M. Angevin, procureur-général, eut l’attention de destituer ceux de ses substituts qui ne purent le suivre. La portion du parlement qui étoit retenue à Paris par les Anglois, commit M. le Tue, avocat-général, pendant l’absence de M. Angevin, pour exercer l’office de ladite procure.

Lorsque la place de procureur-général venoit à vaquer par le décès de celui qui en étoit pourvu, la cour confirmoit les substituts qu’il s’étoit choisis, & les commettoit pour en remplir les fonctions pendant la vacance.

Les choses demeurerent en cet état jusqu’au mois de Mai 1586, que les substituts du procureur-général furent créés en titre d’office dans toutes les cours souveraines, comme ils sont encore présentement.

Au parlement de Paris ils sont au nombre de 18. Ils ont réuni à leur corps la charge d’avocat-général aux requêtes du palais, qu’ils exercent par celui d’entre eux qui est commis à cet effet.

Il y en a aussi dans la plûpart des autres cours, mais le nombre n’en est pas par-tout égal.

Toutes leurs fonctions sont renfermées dans deux objets ; l’un, de soulager le procureur-général dans ses fonctions, comme de lui faire au parquet le rapport des instances, dans lesquelles il doit donner ses conclusions ; l’autre, de le remplacer dans le cas où il ne peut vaquer par lui-même à l’expedition des affaires dont il est chargé.

Le procureur-général qualifie aussi de ses substituts les procureurs du roi des sieges du ressort de la cour ; on en trouve un exemple dès 1344, dans l’ordonnance de Philippe de Valois, du mois de Juillet de ladite année, & en cas d’empêchement de leur part, il commet des substituts pour les remplacer, lorsqu’il n’en ont point ; mais dans leur siege & dans tous autres actes, les procureurs du roi doivent être qualifiés de ce titre de procureur du roi, & non de celui de substituts du procureur-général. (A)

Substituts du procureur du roi, anciennement les procureurs du roi n’avoient pas la faculté de se nommer des substituts pour exercer leurs fonctions, même en leur absence ou autre empêchement, cela n’appartenoit qu’au procureur-général. L’art. 158 de l’ordonnance de Blois, défendit aux procureurs du roi, de commettre aucuns substituts en leur place, quand les avocats du roi seroient présens.

L’Edit du mois de Mai 1586, avoit créé en titre d’office, non-seulement des substituts des procureurs-généraux des cours ; mais aussi de tous les procureurs du roi dans les sieges inférieurs, pour faire toutes les fonctions des procureurs du roi en leur absence, négligence ou empêchemens ; & pour assister & être adjoints aux juges en tous actes de justice, où on avoit coutume de prendre un adjoint.

Mais ces offices n’ayant point été établis dans plusieurs des sieges inférieurs, & la plus grande partie de ceux qui avoient été levés, étant depuis restés vacans aux parties casuelles, Louis XIV. par un autre Edit du mois d’Avril 1696, créa de nouveau en titres d’office dans chaque bureau, des trésoriers de France, sieges, présidiaux, bailliages, sénéchaussées, tables de marbre & sieges des eaux & forêts, maréchaussées, amirautés, prevôtés, vigueries, châtellenies, vicomtés, élections, greniers à sel & autres justices royales ordinaires & extraordinaires, tel nombre de ses substituts des avocats & procureurs du roi qui seroit reglé, outre ceux d’ancienne création, qui étoient pour lors remplis & exercés, pour en l’absence des avocats du roi, porter la parole en l’audience, & en l’absence du procureur du roi, donner des conclusions par écrit en toutes affaires sujettes à communication, & faire toutes les fonctions des avocats & procureurs du roi en leur absence, négligence ou légitime empêchement, ensemble pour jouir des autres prérogatives qui leur sont accordés par les édits & réglemens. (A)

Substituts des procureurs au parlement : avant que les procureurs fussent en titre d’office, on entendoit par substitut d’un procureur, celui que le fondé de procuration substituoit en son lieu & place.

Mais dequis long-tems les réglemens ont obligé les procureurs de nommer chacun pour leurs substituts deux de leurs confreres. L’arrêt du 23 Juillet 1664, en prescrivant l’observation des anciens arrêts & réglemens, ordonne que suivant iceux, tous procureurs reçus en la cour, qui n’ont pas nommé des substituts, seront tenus dans trois jours de mettre au greffe des présentations, les actes contenant nomination de chacun deux substituts, pour les représenter & recevoir les significations au palais en cas d’absence ou de maladie, à peine contre les contrevenans de 24 liv. parisis d’amende, & d’être rayé de la matricule, leur fait défenses de signer pour autres procureurs que leurs substituts, à peine de faux & de pareille amende. Voyez le recueil des réglemens concernant les fonctions des procureurs, p. 91. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « substitut »

Provenç. sustituit ; espagn. substituto ; ital. sostituto ; du lat. substitutus, de substituere, substituer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin substitutus participe passé de substituere (« substituer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « substitut »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
substitut sypstity

Citations contenant le mot « substitut »

  • La création est le seul substitut raisonnable à la violence. De Jacques Attali / Lignes d'horizon
  • Ne croyez pas que le chocolat soit un substitut à l'amour... L'amour est un substitut au chocolat. De Miranda Ingram
  • Il n’y a pas de substitut à l’excellence. Pas même le succès. De Thomas Boswell
  • La faculté de citer est un substitut commode à l’intelligence. De Somerset Maugham
  • Un sondage n'est pas un substitut à la réflexion. De Warren Buffett
  • Ne te sers pas de la technologie comme d’un substitut à la chaleur humaine. De Doc Childre and Bruce Crye / From Chaos to Coherence
  • L’internet est si grand, si puissant et si inutile que pour certaines personnes c’est un parfait substitut à la vie. De Andrew Brown
  • De temps en temps une femme est un substitut convenable à la masturbation . Mais bien sûr, il faut beaucoup d'imagination. De Karl Kraus / Aphorismes
  • Mettre la vie pleinement dans la vie plutôt que dans des mots ou d'autres substituts, n'est-ce pas le rêve de beaucoup d'entre-nous ? De Tahar Ben Jelloun / Entretien avec Catherine Argand - Mars 1999
  • Imma Tataranni est une substitut du procureur, incarnée par l’actrice Vanessa Scalera (qui a reçu un Prix Flaiano pour son interprétation). C’est une forte tête qui mène ses enquêtes avec des méthodes bien à elle, car elle est bien déterminée à résoudre toutes les affaires, coûte que coûte. Pour autant, elle est aussi une femme de convictions qui ne se laisse jamais corrompre et qui croit dur comme fer en la justice. Mais son personnage ne se résume pas à sa vie professionnelle très remplie voire envahissante. myCANAL, « Imma Tataranni, substitut du procureur », la série italienne pour les incorruptibles
  • Tout débute quand Immacolata « Imma » Tataranni (Vanessa Scalera) — substitut du procureur de Matera — passe ses vacances à Metaponto en compagnie de sa famille et de quelques collègues. C’est là qu’elle voit dériver en bord de mer un doigt coupé. Elle avertit aussitôt le nouveau procureur Allesandro Vitali, qui ne lui fait pas très bonne impression… Critictoo (Séries), Imma Tataranni : La substitut du procureur mène l'enquête en Italie et dès ce soir sur Polar+ - Critictoo Séries TV
  • E B. : Tout à fait, c’est la raison pour laquelle il serait dangereux de considérer la démocratie participative comme un substitut à la démocratie représentative. Il faut plutôt travailler à trouver les meilleures articulations possibles. Marianne, Grand débat national : "La démocratie participative n'est pas un substitut à la démocratie représentative"

Images d'illustration du mot « substitut »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.
  • Vegan stir fry with rice vermicelli Photo de K8 via Unsplash
  • Vegan stir fry with pulled oats Photo de K8 via Unsplash

Traductions du mot « substitut »

Langue Traduction
Anglais substitute
Espagnol sustituir
Italien sostituire
Allemand ersatz
Chinois 替代
Arabe استبدل
Portugais substituto
Russe замена
Japonais 代替
Basque ordezko
Corse sustitutu
Source : Google Translate API

Synonymes de « substitut »

Source : synonymes de substitut sur lebonsynonyme.fr
Partager