La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « statue »

Statue

Variantes Singulier Pluriel
Féminin statue statues

Définitions de « statue »

Trésor de la Langue Française informatisé

STATUE, subst. fém.

A. − Ouvrage de plein relief, sculpté ou moulé, représentant en entier un être animé (p. oppos. à tête, buste), et par allégorie, une qualité abstraite, un élément ou un effet de la nature. Synon. figure.Jolie statue de Westmacott: une mère allaitant son enfant (Michelet, Journal, 1834, p. 129).Dès l'époque saïte, quand le portrait individuel se multipliela statue gardant toutefois son allure architectoniqueon ne bâtit plus aucun temple (Faure, Espr. formes, 1927, p. 53).
SYNT. Statue de bois, de bronze, de marbre, de pierre, de plâtre; statue polychrome; statue d'un saint, de la Vierge; inauguration d'une statue; statue ailée, allégorique, colossale, engainée, équestre, funéraire, religieuse; statue antique, égyptienne, grecque; couler, dresser, élever, ériger, inaugurer, modeler, sculpter une statue; jeter en fonte, refondre une statue; la statue de la Liberté à New-York; une statue de l'amour.
P. métaph. Ma jalousie ne connut plus de bornes le jour où l'on m'apprit que M. Simonnot, cette statue, ce bloc monolithique, était par-dessus le marché indispensable à l'univers (Sartre, Mots, 1964, p. 73).
B. − Locutions
1. Immobile, muet, raide comme une statue. Guilia restait de glace elle aussi, muette ainsi qu'une statue, et les yeux fixés sur le feu (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 219).
2. (Être, surgir comme) la statue du Commandeur. [P. allus. à l'apparition subite et impressionnante du personnage de Don Juan de Molière, figure du châtiment venant réclamer l'expiation de crimes demeurés longtemps impunis] Au poulet rôti, une figure solennelle, la statue du commandeur en frac, entre dans la salle à manger (Blanche, Modèles, 1928, p. 228).
3. Changer (qqn) en statue (de sel). [P. allus. au sort subi par la femme de Loth, personnage biblique de la Genèse] Figer (quelqu'un) dans une attitude immobile produite par la stupeur, la surprise:
Comme nous sommes tentés de nous retourner à l'instar de la femme de Loth! Serons-nous changés en statues de sel si nous regardons loin en arrière, à la fin du xviiiesiècle, au début du xixe, au moment privilégié où s'élaborent les grandes doctrines de la physique, de la mécanique... Leprince-Ringuet, Atomes et hommes, 1957, p. 74.
P. métaph. Folcoche ne répond pas. Son silence est une statue de sel que lèche vainement ma salive (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 265).
C. −
1. P. anal. [À propos d'une pers.]
Une (vraie) statue. Personne dépourvue d'activité, d'expression, de mouvement. La Thénardier, Éponine, Azelma étaient autant de statues. Les buveurs eux-mêmes s'étaient arrêtés. Il s'était fait un silence solennel dans tout le cabaret. La Thénardier, pétrifiée et muette, recommençait ses conjectures (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 492).
Une (belle) statue. Personne belle, mais dépourvue d'expression et de sensibilité. Le comte, lui, n'avait rien vu de la transformation qui s'était produite, (...) au lieu de s'adresser à une frénétique, il parlait maintenant à une statue.Allons! Mahaut, calmons-nous (Radiguet, Bal, 1923, p. 206).
Animer la statue. [P. allus. à la légende de Pygmalion amoureux de sa statue Galathée] ,,Faire naître l'animation chez une personne qui était restée froide`` (DG).
[Suivi d'un compl. prép. avec de] Personne qui manifeste de manière caractéristique, par son attitude figée, son expression, tel ou tel sentiment, telle ou telle entité morale. Statue de la douleur, de la pudeur. Il se tenait si droit les jours de fête qu'on aurait dit une statue de la sévérité (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 250).Je lui parlais d'amour, elle me parlait de ses devoirs; à mes lettres brûlantes jamais elle ne répondit; elle était devant mes yeux comme la statue de l'oubli. Si indifférente que ma souffrance même se glaçait à son contact (J. Bousquet, Trad. du sil., 1936, p. 162).
2. P. métaph. [P. anal. au sculpteur qui fond les métaux] Il faut tout embrasser, et joyeusement jeter dans la fonte ardente de notre cœur et les forces qui nient et celles qui affirment, ennemies et amies, tout le métal de vie. La fin de tout, c'est la statue qui s'élabore en nous, le fruit divin de l'esprit (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1565).
REM.
Statuomanie, subst. fém.,p. plaisant. Manie (d'élever) des statues. Vous devez vous rappeler que je n'ai accepté que sur vos instances cette présidence [de la société du monument de Flaubert], qui m'a (...) mis en contradiction avec moi-même et ma profession de foi sur la statuomanie, à propos de la statue de Balzac (Goncourt, Journal, 1887, p. 631).
Prononc. et Orth.: [statɥ]. Homon. statut. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiies. estatües (Psautier d'Oxford, 113, 12 ds T.-L.); ca 1170 statue (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, p. 196, 26); 2. 1690 « personne insensible » (Fur.). Empr. au lat.statua, même sens, dér. de statuere (v. statuer). Fréq. abs. littér.: 3 485. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 561, b) 5 422; xxes.: a) 4 346, b) 4 556.

Article lié : « Status », « statut » ou « statue » ? - orthographe

Wiktionnaire

Nom commun - français

statue \sta.ty\ féminin

  1. (Art) Figure en pied, de plein relief, représentant une divinité, un personnage humain, une allégorie, un animal.
    • La statue emporta la raison de Pygmalion ; mais Vénus, qui est bonne la lui rendit.
    • Les statues du Louvre sont belles, mais les statuts des Petites-Maisons ont encore plus de beautés.
    • Parmentier, Jacquart et Papin, à qui l’on élèvera des statues quelque jour, sont aussi des gens de génie.— (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844 ; page 278 de l’édition Houssiaux de 1855)
    • Nous ne vîmes qu’un chasseur indien qui, appuyé sur son arc et immobile sur la pointe d’un rocher, ressemblait à une statue élevée dans la montagne au Génie de ces déserts. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • La statue du saint est placée sur un meneau divisant en deux parties la porte du portail principal. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • C’est la plus jolie des trois. Ses cheveux tombent jusqu’aux talons. Elle a des seins et des fesses de statue. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre II)
    • Voyez-vous, monsieur le Curé, vous êtes trop benoît : plus on demande, plus on reçoit. Vous devriez commander une provision de cierges de tout calibre qu’on allumerait devant le tabernacle ou la statue du Saint. Les deniers de l’Église en tireraient bénéfice et ce ne serait pas un mal. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STATUE. n. f.
Figure en pied, de plein relief, représentant un dieu, un être humain, un animal. Statue de marbre, de bronze, d'or, d'argent, de bois, de pierre, etc. Statue de grandeur naturelle. Statue colossale. Statue équestre. La statue de Jupiter. Statue antique. Dresser, élever, ériger des statues. César releva les statues de Pompée. On lui éleva une statue. On abattit, on mutila ses statues. C'est une belle statue se dit d'une Femme qui est belle, mais froide et sans expression.

Littré (1872-1877)

STATUE (sta-tue) s. f.
  • Figure entière et de plein relief, représentant un homme ou une femme, une divinité, un animal, un dieu, un cheval, un lion. Du plus puissant des dieux nous voyons la statue Par une main impie à leurs pieds abattue, Corneille, Poly. III, 2. Quelques uns ont écrit (mais ce fait est peu sûr) Que chacun d'eux devint statue et marbre dur, La Fontaine, Filles de Minée. Votre songe était de cette sorte : vous avez vu une statue grande, haute et terrible qui se tenait debout devant vous ; la tête en était d'or ; la poitrine et les bras étaient d'argent ; le ventre et les cuisses étaient d'airain, et les jambes étaient de fer et les pieds étaient mêlés de fer et de pierres, Pascal, Prophéties, 26, édit. FAUGÈRE. Les Athéniens affranchis dressent des statues à leurs libérateurs, Bossuet, Hist. I, 8. Les statues ont succédé après les colonnes aux masses grossières et solides que les premiers temps érigeaient, Bossuet, ib. II, 3. On apprend dans le livre des Conversations sur la connaissance de la peinture… que ce fut le duc de Buckingham qui fit acquisition des statues antiques et des tableaux précieux qui formaient le cabinet de Rubens, Gersaint, Catalogue raisonné, p. 5. La statue équestre de Henri IV, érigée sur le pont Neuf le 27 août 1624, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 227, dans POUGENS. Le fameux sculpteur M. Pigalle travaillait dans Paris à la statue du solitaire caché dans Ferney, Voltaire, Commen. Œuv. aut. Henr. Cette aventure [statue érigée à Voltaire], alors unique, deviendra bientôt commune ; on érigera des statues ou du moins des bustes aux artistes, comme la mode est venue de crier : l'auteur, l'auteur, dans le parterre, Voltaire, ib. Il ne faut pas qu'il y ait beaucoup de statues dans un jardin… il faut regarder les statues comme des êtres qui aiment la solitude et qui la cherchent, Diderot, Lett. Mlle Voland, 10 mai 1759. Je crois qu'il est plus difficile à un homme du monde de bien juger d'une statue que d'un tableau, Diderot, Observ. sur la sculpt. Avant Dédale, ajoute-t-on, les statues avaient les yeux fermés, les bras collés le long du corps, les pieds joints ; et ce fut lui qui rouvrit leur paupière, et détacha leurs pieds et leurs mains, Barthélemy, Anach. ch. XXXVII, note 25. Les plus belles statues des Grecs n'ont presque jamais indiqué que le repos : le Laocoon et la Niobé sont les seules qui peignent des douleurs violentes, Staël, Corinne, VIII, 2. À la lueur des flambeaux, l'ombre plus prononcée amortit la brillante uniformité du marbre, et les statues paraissent des figures pâles qui ont un caractère plus touchant et de grâce et de vie, Staël, ib. VIII, 2. En 1638, François Perrin publia un recueil de gravures qui représentent les principales statues dont Rome était alors décorée, Mongez, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 151. La première statue dorée fut érigée dans le VIe siècle [de Rome] par Acilius Glabrio à son père vainqueur d'Antiochus aux Thermopyles, Pastoret, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 419.

    Droit comme une statue, très droit. Te voilà sur tes pieds, droit comme une statue ; Dégourdis-toi, courage ! allons, qu'on s'évertue, Racine, Plaid. III, 3.

    Fig. et familièrement. Personne sans action et sans mouvement. C'est une vraie statue. Ces pâles statues fabriquées par les nonnes, qui ont la tête à la place du cœur, Musset, On ne badine pas avec l'amour, III, 5.

    Une belle statue, une belle femme, mais froide, sans physionomie, sans esprit.

    Ne pas bouger plus qu'une statue, rester immobile. Il ne bouge pas plus qu'une statue, Genlis, Théât. d'éduc. la Curieuse, IV, 8.

    Statue grecque, se dit en général d'une statue entièrement nue ou n'ayant qu'un bout de draperie.

    Statue romaine, statue drapée ou armée à la romaine.

    Statue hydraulique, statue qui jette de l'eau.

HISTORIQUE

XIIe s. Les statues des gens argent et or, ovres des mains de humes, Liber psalm. p. 176.

XVe s. Les Escossois… sans faire semblant d'aider aux François, estoient comme statues de pierre, esbahis de la grande vaillance des François, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1385.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « statue »

(XIIe siècle) Du latin statua.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. estatue ; provenç. et espagn. estatua ; ital. statua ; du lat. statua, proprement chose debout ; statua n'est qu'une forme du classique stativus (comme nocuus et nocivus), de statum, supin de stare, être debout (voy. STABLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « statue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
statue staty

Fréquence d'apparition du mot « statue » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « statue »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « statue »

  • On diminue la taille des statues en s'en éloignant, celle des hommes en s'en approchant.
    Alphonse Karr
  • On a beau saluer une statue, elle vous ignore.
    Lao She — Quatre générations sous un même toit
  • La lune est le soleil des statues.
    Jean Cocteau — Essai de critique indirecte
  • Ne cesse pas de sculpter ta propre statue jusqu'à ce que l'éclat divin de la vertu se manifeste.
    Plotin — Ennéades, I, 6, 9 (traduction E. Bréhier)
  • La statue émerge du temple dans la mesure presque exacte où l'homme sort de la foule, et du même pas que lui.
    Élie Faure — L'Esprit des formes, Pauvert
  • On devrait élever une statue au silence.
    Thomas Carlyle — Journal
  • L'uniforme est aussi triste qu'un oeuf érigé en statue.
    Lawrence Durrell
  • Mon être était semblable à une statue inachevée ; L'amour m'a ciselé : je suis devenu un homme !
    Muhammad Iqbal — Maître
  • Ne fais pas attention à ce que dit la critique : on n'a jamais élevé une statue à un critique.
    Jean Sibelius
  • Il semble que l'on puisse faire en France une statue qu'avec les débris d'une autre statue et qu'on en élève une que pour avoir un prétexte d'en briser une autre.
    Alphonse Karr
Voir toutes les citations du mot « statue » →

Traductions du mot « statue »

Langue Traduction
Anglais statue
Espagnol estatua
Italien statua
Allemand statue
Chinois 雕像
Arabe تمثال
Portugais estátua
Russe статуя
Japonais 立像
Basque estatua
Corse statua
Source : Google Translate API

Synonymes de « statue »

Source : synonymes de statue sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot statue au Scrabble ?

Nombre de points du mot statue au scrabble : 6 points

Statue

Retour au sommaire ➦