Stagner : définition de stagner


Stagner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

STAGNER, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne un fluide liquide ou gazeux] Rester à la même place en nappe immobile. L'eau stagne dans les ornières. Le sol des rues désertes, où stagnaient des flaques de purin, était piétiné et défoncé par les troupeaux, allant à l'abreuvoir (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 247).La brume et les fumées d'un Paris affaissé et gris stagnaient jusqu'à l'horizon (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 45).
P. métaph. Je vis émerger l'angoisse qui tout le temps avait stagné sous le courant de ma joie: j'étais redevenue pauvre (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1937, p. 338).
MÉDECINE
Vx. [Le suj. désigne le sang, les humeurs] Cesser de circuler. Il est un autre genre de mort du cerveau, qui dépend de ce que le ventricule et l'oreillette à sang noir ne peuvent recevoir ce fluide: tel est le cas où, toutes les jugulaires étant liées, il stagne nécessairement et même remonte dans le système veineux cérébral. Alors ce système s'engorge (Bichat, Rech. physiol. vie et mort,1822, p. 270).
[Le suj. désigne une matière organique] S'accumuler. L'actinomycose se greffe donc surtout dans les points où stagnent les matières fécales (Laederich dsNouv. Traité Méd.fasc. 41925, p. 418).
2. P. anal. Rester, s'attarder à la même place. Plus loin, dans des terrains vagues et des emplacements vides, aux alentours du dédale des quais et des bâtisses, stagnaient des voitures militaires et des camions et s'alignaient des files de chevaux (Barbusse,Feu,1916,p. 102).11 heures: les dancings ferment... On sort à regret, lentement. Des groupes stagnent des heures, ne sachant où aller (Sem, Ronde de nuit,1923, p. 11).
B. − Au fig.
1. [Le suj. désigne une chose] Ne marquer aucune activité, ne pas évoluer. Synon. s'arrêter, s'ankyloser, piétiner.Les affaires stagnent en ce moment. Le frein conservateur est aussi nécessaire que l'élan révolutionnaire; faute de l'un ou de l'autre, l'art stagnerait ou divaguerait (Hourticq, Hist. art,Fr., 1914, p. 441).Il ne saurait être question pour l'administration des postes et télécommunications de stagner sur une réputation acquise (Admin. P. et T.,1964, p. 45).
2. [Le suj. désigne une pers.] Rester inerte; demeurer dans un état (fâcheux ou médiocre) et ne rien faire pour en sortir. Synon. croupir, languir.Entre les lagunes d'alentour et dans le tréfonds forestier stagnaient quelques peuplades moisies, décimées, abruties par le tripanosome et la misère chronique (Céline, Voyage,1932, p. 188).
REM.
Stagnement, subst. masc.,hapax. Il y a en effet des canaux affreux, abandonnés au cours ou plutôt au long du stagnement desquels surplombent, se balancent, on dirait de sordides maisons (Verlaine, Œuvres compl.,t. 5, Quinze jours en Holl., 1893, p. 272).
Prononc. et Orth.: [stagne], (il) stagne [stagn]. V. stagnant. Étymol. et Hist. 1. 1788 « (en parlant d'un fluide), rester immobile sans couler, sans se renouveler » (Fér. Crit. t. 3); 2. 1883 « (en parlant d'une personne), être inerte, ne pas évoluer » (Bourget, Essais psychol., p. 113); 3. 1922 « des personnes, rester immobile, à la même place » (Proust, Prisonn., p. 86). Empr. au lat.stagnare « former une nappe stagnante », « rendre stagnant, immobiliser », de stagnum « eau stagnante, nappe d'eau ». Fréq. abs. littér.: 78. Bbg. Gohin 1903, p. 262.

Stagner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

STAGNER, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne un fluide liquide ou gazeux] Rester à la même place en nappe immobile. L'eau stagne dans les ornières. Le sol des rues désertes, où stagnaient des flaques de purin, était piétiné et défoncé par les troupeaux, allant à l'abreuvoir (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 247).La brume et les fumées d'un Paris affaissé et gris stagnaient jusqu'à l'horizon (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 45).
P. métaph. Je vis émerger l'angoisse qui tout le temps avait stagné sous le courant de ma joie: j'étais redevenue pauvre (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1937, p. 338).
MÉDECINE
Vx. [Le suj. désigne le sang, les humeurs] Cesser de circuler. Il est un autre genre de mort du cerveau, qui dépend de ce que le ventricule et l'oreillette à sang noir ne peuvent recevoir ce fluide: tel est le cas où, toutes les jugulaires étant liées, il stagne nécessairement et même remonte dans le système veineux cérébral. Alors ce système s'engorge (Bichat, Rech. physiol. vie et mort,1822, p. 270).
[Le suj. désigne une matière organique] S'accumuler. L'actinomycose se greffe donc surtout dans les points où stagnent les matières fécales (Laederich dsNouv. Traité Méd.fasc. 41925, p. 418).
2. P. anal. Rester, s'attarder à la même place. Plus loin, dans des terrains vagues et des emplacements vides, aux alentours du dédale des quais et des bâtisses, stagnaient des voitures militaires et des camions et s'alignaient des files de chevaux (Barbusse,Feu,1916,p. 102).11 heures: les dancings ferment... On sort à regret, lentement. Des groupes stagnent des heures, ne sachant où aller (Sem, Ronde de nuit,1923, p. 11).
B. − Au fig.
1. [Le suj. désigne une chose] Ne marquer aucune activité, ne pas évoluer. Synon. s'arrêter, s'ankyloser, piétiner.Les affaires stagnent en ce moment. Le frein conservateur est aussi nécessaire que l'élan révolutionnaire; faute de l'un ou de l'autre, l'art stagnerait ou divaguerait (Hourticq, Hist. art,Fr., 1914, p. 441).Il ne saurait être question pour l'administration des postes et télécommunications de stagner sur une réputation acquise (Admin. P. et T.,1964, p. 45).
2. [Le suj. désigne une pers.] Rester inerte; demeurer dans un état (fâcheux ou médiocre) et ne rien faire pour en sortir. Synon. croupir, languir.Entre les lagunes d'alentour et dans le tréfonds forestier stagnaient quelques peuplades moisies, décimées, abruties par le tripanosome et la misère chronique (Céline, Voyage,1932, p. 188).
REM.
Stagnement, subst. masc.,hapax. Il y a en effet des canaux affreux, abandonnés au cours ou plutôt au long du stagnement desquels surplombent, se balancent, on dirait de sordides maisons (Verlaine, Œuvres compl.,t. 5, Quinze jours en Holl., 1893, p. 272).
Prononc. et Orth.: [stagne], (il) stagne [stagn]. V. stagnant. Étymol. et Hist. 1. 1788 « (en parlant d'un fluide), rester immobile sans couler, sans se renouveler » (Fér. Crit. t. 3); 2. 1883 « (en parlant d'une personne), être inerte, ne pas évoluer » (Bourget, Essais psychol., p. 113); 3. 1922 « des personnes, rester immobile, à la même place » (Proust, Prisonn., p. 86). Empr. au lat.stagnare « former une nappe stagnante », « rendre stagnant, immobiliser », de stagnum « eau stagnante, nappe d'eau ». Fréq. abs. littér.: 78. Bbg. Gohin 1903, p. 262.

Stagner : définition du Wiktionnaire

Verbe

stagner \staɡ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Pour un liquide, ne pas bouger, rester inerte.
    • Des racines coupées et des feuilles de betteraves, bouillant dans une marmite sur le feu, mêlaient leur parfum âcre à l’odeur de renfermé qui semblait stagner dans les encoignures. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le seul exutoire des eaux du marais étant le Petit-Morin au pont de Saint-Prix, il apparaît évident que l'entretien de cette rivière (faucardage et curage) doit être régulier, sinon le drainage serait insuffisant et l'eau stagnerait sur les terres voisines, rendant ainsi toute culture impossible. — (Le Génie civil, vol. 148, Paris : Dunod, 1971, page 208)
    • (Par analogie)Un relent d’encens stagnait dans la pièce, du jardin me parvenaient les trilles joyeuses d'un rossignol à la pleine lune, […]. — (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, page 41)
  2. (Figuré) Ne pas évoluer, ne pas être en mouvement.
    • Quand il ouvrait la bouche, sa parole surprenante semblait articulée par quelqu'un stagnant au fond d'une caverne obscure, tels on imagine les vagissements d'outre-tombe ; aussi la moindre chose qu'il disait produisait-elle une grande épouvante. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 159)
    • Toutes les voies, même les plus iconoclastes, sont explorées pour sortir de l’impasse dans laquelle la physique contemporaine semble stagner. — (Pauline Gravel, « Einstein s’est-il trompé ? », Le Devoir, 14–15 avril 2007)
    • M. Charest a-t-il l’intention de faire avancer le Québec dans la bonne direction ou va-t-il le faire stagner ? — (Jean-Pierre Charbonneau, « La réforme des institutions démocratiques au Québec - Un chantier de société urgent et non partisan », Le Devoir, 8 mai 2003)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Stagner : définition du Littré (1872-1877)

STAGNER (stagh-né) v. n.
  • Être stagnant. Dans d'autres endroits, l'eau grise stagnait sur le sable gris, Th. Gautier, Journ. offic. 19 mars 1870, Feuilleton.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stagner »

Étymologie de stagner - Littré

Voy. STAGNANT.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de stagner - Wiktionnaire

(1787) Du latin stagnare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stagner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stagner stagne play_arrow

Conjugaison du verbe « stagner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe stagner

Citations contenant le mot « stagner »

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, déchets verts... Les pneus usagés peuvent être remplis de terre, si vous ne voulez pas les jeter. midilibre.fr, Moustique tigre : un cas autochtone de dengue détecté dans l'Hérault - midilibre.fr
  • Après une fin-juin et un début de mois encourageant, la Belle Province se montre totalement incapable de faire diminuer à nouveau sa courbe et voit ses bilans stagner, particulièrement depuis deux semaines. Le Journal de Montréal, L'Ontario progresse, le Québec s'enfonce | JDM
  • Par contre, si la question vous est posée, ne la niez pas. Sachez toutefois y mettre les formes. Profitez par exemple d’une évaluation ou d’un entretien avec votre patron pour lui faire part de votre envie d’ailleurs. Expliquez-lui clairement les raisons : impression de stagner, désir de changer de domaine, manque de perspective, etc.  www.references.be, Doit-on dire à son employeur qu’on postule ailleurs ? | www.references.be
  • Si le nombre de nouvelles contaminations a l'air de stagner ces derniers jours en Belgique, le nombre d’hospitalisations et de décès par jour continue de diminuer légèrement. L'Echo, Coronavirus en Belgique: le nombre de contaminations stagne | L'Echo
  • Clairement, le SCA veut franchir un cap et s’en donne les moyens. Comme l’indique Eric Mercadier, stagner ne peut être un objectif. Il faut construire afin, d’ici à 3 ans, de tenter l’aventure à l’étage au-dessus. ladepeche.fr, Pamiers. Pour le SCA, "stagner ne peut être un objectif" - ladepeche.fr
  • Alors que les prix progressent partout en Île-de-France malgré la baisse des ventes, les prix à Paris devraient stagner durant les prochaines semaines, expliquent les notaires du Grand Paris. Mieux Vivre Votre Argent, Immobilier à Paris: le prix du mètre carré va-t-il stagner?

Traductions du mot « stagner »

Langue Traduction
Corse stagnate
Basque gelditu egiten
Japonais 停滞する
Russe застаиваться
Portugais estagnar
Arabe راكد
Chinois 凝滞
Allemand stagnieren
Italien ristagnare
Espagnol estancarse
Anglais stagnate
Source : Google Translate API

Synonymes de « stagner »

Source : synonymes de stagner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « stagner »


Mots similaires