La langue française

Soi

Sommaire

  • Définitions du mot soi
  • Étymologie de « soi »
  • Phonétique de « soi »
  • Citations contenant le mot « soi »
  • Images d'illustration du mot « soi »
  • Traductions du mot « soi »
  • Synonymes de « soi »
  • Antonymes de « soi »

Définitions du mot « soi »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOI, pron. pers. et subst. masc.

I. − [Employé seul ou renforcé par même] Pronom personnel réfléchi, prédicatif, de troisième personne, sans marque de nombre ou de genre.
A. − [Représente un antécédent gén. indéterm.]
1. [Se rapporte à des pers.]
a) [Renvoie à un suj. indéterm.]
[Le suj. est un indéf.]
[aucun (de)] Nos gardiens vérifiaient soigneusement le nombre des entrées, pour s'assurer qu'aucun de nous ne songeait à garder ses souliers par devers soi (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 233).
[celui qui; qui] Qu'elle trouvât quelque part, ici ou là, un asile qu'importe! Qu'importe un asile à qui sut franchir une fois le seuil familier et trouve la porte à refermer derrière soi si légère? (Bernanos,Soleil Satan, 1926, p. 85).Surtout ne vous mentez pas à vous-même... celui qui se ment à soi-même... est le premier à s'offenser... il sait que personne ne l'a offensé... et pourtant il s'offense jusqu'à en éprouver de la satisfaction, une grande jouissance (Sarraute,Ère soupçon, 1956, p. 27).
[chacun] Parce que chacun de vous n'aime que soi, parce qu'il se sépare de ses frères, parce qu'il est seul et veut être seul, sa plainte n'est point entendue (Lamennais,Paroles croyant, 1834, p. 134).Le Dieu intérieur que chacun porte en soi, est le seul Dieu que l'homme doive adorer (L. Ménard,Rêv. païen, 1876, p. 189).
[nul] Or, comme l'amour ne saurait cesser de tendre à la conservation de l'être en qui il réside, nul ne peut se haïr soi-même (Ozanam,Philos. Dante, 1838, p. 109).Nul n'est plus si prodigue de soi-même, de nos jours (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels, 1883, p. 341).
[on] Tu t'es imaginé que la solitude, quand on doute de soi, est le meilleur des conseillers. Qu'en penses-tu aujourd'hui? (Fromentin,Dominique, 1863, p. 142).On apercevait près de soi d'autres collines (Jacob,Cornet dés, 1923, p. 143).
[personne] Grouchy s'est égaré, a-t-il dit. Ney était tout hors de lui. Derlon s'est rendu inutile. Personne n'a été soi-même (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 238).Dans le pays de France aujourd'hui que personne ne peut chez soi rester en paix (Barbier,Ïambes, 1840, p. 30).
[qui?] Qui parle ainsi de soi-même et de tout? Qui épuise à ce point ce qu'on peut dire sans qu'il soit question de rien faire? (Staël,Allemagne, t. 3, 1810, p. 64).
[quiconque] Quiconque rapporte tout à soi, n'a pas beaucoup d'amis (Ac.).
[tout + subst.] [Le fou] monstre incomparable, préférable à tout, que tout être est pour soi-même et qu'il choie dans son cœur (Malraux,Cond. hum., 1933, p. 219).
[tout le monde] Tout le monde peut observer sur soi-même ces alternatives d'activité et de langueur dans l'exercice de la pensée (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 15).Tout le monde devait rentrer chez soi dès que le couvre-feu était sonné (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 145).
[Représente un syntagme nom. générique et ne renvoie pas à un individu déterminé (l'avare n'amasse que pour soi ≠ cet avare n'amasse que pour lui)] L'homme est divers, contraire à soi, souvent incompréhensible en ses actions; mais constant en ses motifs et en ses règles (Alain,Propos, 1921, p. 202).Les choses ne pourraient plus longtemps demeurer dans leur état, le possible de l'homme ne peut pas se borner à ce constant dégoût de soi-même, à ce reniement répété de mourant (G. Bataille,Exp. int., 1943, p. 58).
b) [Le suj. de l'action n'est pas exprimé]
[Avec un verbe empl. à l'inf.] Ne pas croire aux croyances communes, c'est évidemment croire à soi, et souvent à soi seul (Valéry,Variété III, 1936, p. 220):
1. Mais moi, par exemple, qui ait fait de mon existence un rêve studieux sans lendemain, quel motif puis-je avoir d'interrompre ma contemplation pour des êtres bornés, que je méprise?... Mon devoir évident n'est-il pas de conserver à l'espèce humaine un type d'élite, une lumière, un phare?... Se sacrifier, soi savant, à un ignorant, c'est voler la société! Curel,Nouv. idole, 1899, III, 2, p. 235.
[Avec un verbe empl. à la forme impers.] Il faudrait pouvoir fabriquer sa femme soi-même comme Pygmalion (L. Ménard,Rêv. païen, 1876, p. 33).Voulez-vous une cigarette? Il faut fumer soi-même pour ne pas être asphyxié par la fumée des autres (Gide,Faux-monn., 1925, p. 1169).
[Lorsque soi est compl. d'un subst.] L'Amour, la pitié de soi. Rien ne vaut et n'égale cette joie honnête et calme, ce légitime contentement de soi-même que le travail donne aux laborieux comme un premier salaire (Murger,Scènes vie boh., 1851, p. 275):
2. Ce sont là jeux de contrôle de soi, jeux de maîtrise. L'essentiel en réside, non dans un certain masochisme bien inconnu à l'enfant normal, mais dans le sentiment de maîtrise de soi et de liberté. Et par ce biais nous touchons à ce qui est le principe même du jeu enfantin. Être soi, tel est le but du jeu; or être soi, c'est presque toujours être plus que soi; aussi le jeu, épreuve de soi, est-il aussi conquête de soi. Jeux et sports, 1967, p. 61.
c) [Soi se rapporte à un suj. déterminé]
Littér., vieilli. Se mépriser soi-même. En s'entendant accabler de marques de mépris si cruelles, et calculées avec tant d'esprit pour détruire toute bonne opinion qu'il pouvait avoir de soi, il lui semblait que Mathilde avait raison et qu'elle n'en disait pas assez (Stendhal,Rouge et Noir, 1830, p. 366).Son oncle l'avait attiré à soi, lui tâtait les bras, et je voyais que Philippe gonflait orgueilleusement ses biceps (Lacretelle,Silbermann, 1922, p. 43).
[Pour éviter une ambiguïté] MlleViette, qui l'aimait bien et se divertissait de lui, le surprit rose, frais, au chevet d'un blessé pâle, essoufflé, inquiet de soi (Benjamin,Gaspard, 1915, p. 101).
[Comme compl. du n., comme compl. de l'adj. ou bien comme compl. d'un inf., entre dans des syntagmes qui peuvent s'étendre de l'usage indéterm. à l'usage déterminé] La confiance en soi (= il a de la confiance en soi), sûr de soi (= il est sûr de soi), se le dissimuler à soi-même (= il en vient à se le dissimuler à soi-même). M. Leuwen fut content de soi, et ce premier succès lui rendit enfin la confiance en soi-même (Stendhal,L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 266).L'illustre Delobelle (...) s'était décidé à se demander quelque chose à soi-même (A. Daudet,Fromont jeune, 1874, p. 12).Et qu'était-il vraiment devant lui-même? Un homme sincèrement épris de grandeur, de justice et de toutes les idées de progrès, de morale et de perfectionnement individuel qui avaient cours à son époque; apercevant avec force quelque chose, mais ne distinguant pas très bien; sûr de soi et en somme très vaniteux (Jouve,Paulina, 1925, p. 103).
Soi-disant*.
Un autre soi-même. Un alter ego. Il accueillit Olivier pas tout à fait comme un ami, mais plutôt comme un jeune homme à surveiller et avec lequel il est bon d'attendre avant d'en faire un autre soi-même (Fromentin,Dominique, 1863, p. 133).
Rem. 1. Dans la loc. à part soi « quant à lui, dans son for intérieur », soi renvoie à un antécédent déterminé ou indéterm.: Il ne fit, pendant le trajet, que rire dans sa barbe, et se moquer à part soi, du bon tour qu'il jouait à ces badauds de Parisiens (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 50). Chacun à part soi regrettait de s'être laissé entraîner dans cette aventure et ne souhaitait plus que dormir (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 62). 2. Soi peut renvoyer à un antécédent plur.: Les femmes comme les hommes aiment parler de soi-même (Id., ibid., p. 238). 3. Mais il renvoie rarement à un antécédent fém.: D'ailleurs − en dehors d'une autre raison qu'on ne sut que bien des années après − MmeSwann, en conviant à ses « jours » cette amie bienveillante, réservée et modeste, n'avait pas à craindre d'introduire chez soi un traître ou une concurrente (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 516).
2. [Peut se rapporter à des choses; dans ce cas, il est gén. empl. comme compl. prép.]
a) [Empl. seul ou renforcé par même; renvoie à un suj. indéterm.]
Rem. L'antécédent est a) un indéf. b) un subst. de sens abstr. ou de sens très gén.: Il y a là, sans doute, un phénomène remarquable en soi (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 13). Rivère m'a dit à cet égard une chose en soi juste, et sur laquelle j'ai bondi pour le prendre au mot (Du Bos, Journal, 1924, p. 48). c) un subst. pris dans un sens générique: Je vous le demande, notre argent, chose pesante de soi, tendante en bas! (Courier, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur », 1820, p. 32). Le ballet étant de soi une représentation muette, il a besoin du secours de la parole et du chant pour faire entendre aux spectateurs ce qu'il veut représenter (Lifar, Traité chorégr., 1952, p. 34).
De soi. Considéré seul, indépendamment des circonstances. Avec un peu de réflexion, tout cela doit s'entendre et s'expliquer assez de soi-même (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 155).L'exercice de la méditation est de soi-même un exercice commun de la vie chrétienne (Bremond,Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 531).
Aller de soi(-même). Tomber sous le sens, être évident. Le captain Lyttelton vient d'écrire une lettre au général Catroux pour lui demander, comme une chose allant de soi, que le général Spears soit présent aux négociations des traités franco-syrien et franco-libanais (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p. 464).
En soi.Absolument, abstraction faite de toute autre chose. Car rien n'a de sens en soi, mais, de toute chose, le sens véritable est structure (Saint-Exup.,Citad., 1944, p. 660).
PHILOS. V. en-soi.
[Dans la tradition scolast.] Qui caractérise la substance dont le propre est d'exister en elle-même; en partic., en parlant des idées platoniciennes qui existent, et non pas seulement dans l'esprit (d'apr. Foulq.-St-Jean 1962). Même, nous pourrions ériger ces phénomènes en absolu et nous dispenser de recourir à d'incompréhensibles choses en soi, si la raison pratique, révélatrice du devoir, n'intervenait à la manière de la réminiscence platonicienne pour nous avertir que la chose en soi existe, invisible et présente (Bergson,Essai donn. imm., 1889, p. 179):
3. ... cette « beauté éternelle, qu'invoque le Banquet, non engendrée et non périssable... qui ne revêtira l'apparence... d'aucune beauté corporelle... ni de rien d'immanent à autre chose, être vivant, terre, ciel, à rien d'autre; beauté en soi, par soi, avec soi, dans l'éternité de sa forme unique, et dont toutes les autres beautés participent... » Huyghe,Dialog. avec visible, 1955, p. 125.
[Chez Kant] Chose en soi. ,,Absolue réalité, telle qu'elle existe pour elle-même, indépendamment de toute expérience que nous en avons`` (Thinès-Lemp. 1975). Synon. noumène (Thinès-Lemp. 1975).Kant imagine des choses en soi d'un côté, et d'autre part un Temps et un Espace homogènes au travers desquels les choses en soi se réfractent: ainsi naîtraient d'un côté le moi phénomène, celui que la conscience aperçoit, et de l'autre les objets extérieurs (Bergson,Essai donn. imm., 1889, p. 179).En face de ce problème de la structure, de même, comme nous l'avons vu, qu'en face du problème des atomes, les chimistes du siècle dernier paraissent avoir adopté des attitudes philosophiques fort différentes. Pour les premiers, la réalité qu'ils manipulent reste cachée, inaccessible: elle est véritablement la chose en soi kantienne (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 320).
[Chez Hegel] Chose en soi. ,,Abstraction pure, concept de la chose comme absolument indéterminé dans son contenu et dans sa forme`` (Thinès-Lemp. 1975).
[Chez Sartre] Être, exister en soi. ,,Coïncider absolument avec soi, dans une cohésion qui ne laisse aucune place à la distance réflexive`` (Thinès-Lemp. 1975). L'être de la conscience implique un être autre que lui, un être transcendant qui ne se résorbe pas dans la conscience, un être transphénoménal « en soi » (Sartre,Oreste F. Puccianids Hist. de la philos., t. 3, 1974, p. 649 [Encyclop. de la Pléiade]).
b) Rare, vieilli. [Se rapporte à un suj. déterminé concr.] Elle aperçut au loin, tout au fond de l'horizon, la vieille diligence l'hirondelle, qui descendait lentement la côte des Leux, en traînant après soi un long panache de poussière (Flaub.,MmeBovary, t. 2, 1857, p. 168).Le navire retombait comme en soi-même, pesant à rompre sur tous ses contreforts, et cet écrasement arrachait aux hommes des vomissements (Saint-Exup.,Citad., 1944, p. 526).
[Peut renvoyer à un suj. désignant des choses plurielles] Si les forces invisibles qui nous assiègent prenaient sur soi d'attendre et de persévérer un quart d'heure de suite, depuis longtemps il ne resterait plus rien des hommes (Giraudoux,Intermezzo, 1933, iii, 4, p. 187).Il n'y a que les airs de musique pour porter fièrement leur propre mort en soi comme une nécessité interne (Sartre,Nausée, 1938, p. 170).
Rem. 1. [Concurrence entre soi et lui, eux, elle(s)] L'empl. de soi tend actuellement à se restreindre, cette forme renvoyant presqu'exclusivement à un suj. indéf. Inversement avec chacun, aucun, celui qui, on emploie couramment le pers. non réfl. pour représenter le suj.: C'est tout un monde que chacun porte en lui! (Musset, Fantasio, 1834, I, 2, p. 188). Chacun de ces prévenus occupait à lui seul un panier à salade (Balzac, Splend. et mis., 1846, p. 355). Chacun porte au fond de lui comme un petit cimetière de ceux qu'il a aimés (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 317). Selon Sandf. t. 1 1965, § 74, soi est d'un usage plus littér. que le non réfl. Il semble également qu'il y ait qq. tendance à régler le choix du pron. selon le degré de l'indétermination du suj.: ,,Soi devient (...) obligatoire aussi dans les phrases ayant pour sujet on, ce dernier pronom ayant pris, au cours des siècles, une signification absolument indéfinie. Il est en outre préféré après quelques autres mots, qui, sans être incapables d'éveiller l'idée d'un être déterminé, ont un sens fort général (...). Le choix de soi ou de lui etc., qui était en ancien français décidé avant tout par la position syntaxique du pronom (le caractère de la préposition etc.), est ainsi arrivé à dépendre, aujourd'hui, avant tout, du caractère du sujet`` (G. Brandt, La Concurrence entre soi et lui, eux, elle(s), Copenhague, Lund, 1944, pp. 310-311). 2. [Renforcement de soi] Soi peut être renforcé par seul: La forme mathématique, à soi seule, lui impose donc de découvrir quelque grandeur qui demeure inaltérée sous les transformations des phénomènes (Valéry, Variété IV, 1938, p. 223).
B. − [Remplit diverses fonctions gramm.]
1. Rare. [La fonction de suj.]
[Soi-même est apposé au suj.] On partage avec plaisir l'amitié de ses amis pour des personnes auxquelles on s'intéresse peu soi-même (Chamfort,Max. et pens., 1794, p. 31).Il vient soi-même édifier son temple (Valéry,Variété III, 1936, p. 107):
4. Puis, quand une à une se sont effeuillées toutes ces illusions comme une rose au vent, quand soi-même, poussé par un stupide amour de la sagesse et de la vérité, on en a péniblement arraché quelques-unes et qu'on finit par se convaincre que ce bonheur qui colorait nos songes n'est qu'un enfant de notre imagination, il advient que l'on n'a plus de foi à l'avenir ou qu'on le trouve si peu savoureux qu'on en détourne les lèvres... Karr,Sous tilleuls, 1832, p. 166.
[Sans autre suj. exprimé, dans une prop. coord.] L'eau vivante vraiment et vraiment féminine Aime le ciel, comme en un hymen consenti, Reflétant ses couleurs. Et sans nul démenti! Car, pour lui correspondre en tout, elle élimine les choses qui pourraient mitiger son reflet, Et soi-même s'oblige à rester incolore (Rodenbach,Règne sil., 1891, p. 46).
[,,Soi peut faire fonction de sujet tonique, renforçant on (comme moi renforce je dans: moi, je le ferai)`` (G. Brandt, op. cit., p. 304)] Je vous souris comme à un joli feu clair dans la pièce, quand, soi, l'on vient du froid (Hervieu,Course, p. 2 ds Sandf. t. 1 1965, § 73).Nos cheveux blanchissent (...) les jeunes gens poussent qui refont la côte (...) et soi, on file, on file (...) quelle tristesse! (Bataille,Femme nue,ds Sandf. t. 1 1965, § 73).Soi, on se bat les flancs (Lavedan,Les Nocturnes,p. 18, ds Sandf. t. 1 1965, § 73).
[Sans que on soit exprimé] Car Vannoral lit très, très bien, et soi (...) pas trop mal (Farrère,La Seconde porte, p. 40 ds Grev. 1964, § 471, rem. 2).
[Dans une prop. compar.] On voudrait que tout le monde soit heureux et content comme soi (E. Rod.,L'Incendie, p. 163 ds Sandf. t. 1 1965, § 73).On fait comme tout le monde, dans une circonstance où la vraie noblesse d'âme commanderait de faire comme soi-même (Prévost,Le Jardin secret,p. 187, ds Sandf. t. 1 1965, § 73).
2. [Gén. renforcé par même, occupe la fonction d'attribut du suj.] Il vaut mieux n'être rien et être soi qu'être la charge, ou la caricature, ou même une épreuve pâle d'un grand homme (Karr,Sous tilleuls, 1832, p. 275).Ici la vérité semblait sûre, le bonheur important, et ça paraissait un grand privilège d'être soi-même (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 241):
5. Ce n'est guère que par le visage qu'on est soi. Le corps montre le sexe plus que la personne, l'espèce plus que l'individu. Au-dessous de la tête, des épaules et de la poitrine commence l'animal, ou cette partie du corps où l'âme ne doit pas se plaire. Il y a, dans le visage, quelque chose de lumineux, qui ne se trouve pas dans les autres parties du corps. Joubert,Pensées, t. 1, 1824, p. 145.
[Dans le tour présentatif c'est soi que] Ainsi, en pleurant une séparation, c'est soi qu'on pleure (Blondel,Action, 1893, p. 255).
3. [Occupe la fonction d'objet dir.] Dans la cité de Dieu chacun aime ses frères comme soi-même (Lamennais,Paroles croyant, 1834, p. 246).Et Paulina (...) négligeait de comprendre un homme qui traversait la plus grande crise de sa vie, elle ne voyait pas le débat, elle ne comprenait que soi-même (Jouve,Paulina, 1925, p. 76).
[Soi-même vient surtout renforcer la forme atone se] Cet art de se persuader soi-même, par gymnastique, est précieux dans le subalterne, mais nuisible au grand chef (Alain,Propos, 1921, p. 207).
4. [Après une prép. ou une loc. prép. (à l'exception des prép. temp. de, durant, pendant, passé, aussitôt,...)]
a) À soi(-même)
[Fournit le cas régime de verbes ou de loc. verb. constr. avec la prép. à] Il pense à soi. Or, il est évidemment fou d'entreprendre si l'on ne se fie d'abord à soi (Alain,Propos, 1921, p. 327).On s'épouvante, on s'exaspère, on se cramponne à soi-même, on s'accroche à ce quelque chose qu'on croyait si ferme et qu'on sent tout à coup fugace et évanescent comme un fantôme, la personnalité, le moi (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 281).
Revenir à soi. Reprendre connaissance. Pour prendre possession du savoir attentif, il lui suffit de revenir à soi, au sens où l'on dit qu'un homme évanoui revient à soi (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p. 35).
[Dans une double constr.] L'adolescence commence, alors que pour la première fois on peut, comme Tolstoï grandissant, s'adresser à soi-même ces questions encore enfantines: « De quoi tous ces gens peuvent-ils être occupés puisqu'ils ne font aucune attention à nous et ne connaissent même pas notre existence (...) » (Blondel,Action, 1893, p. 262).
[Indique le terme d'un mouvement] Celui-ci, d'un coup sec de poignet, ramène à soi la corde ainsi lestée (Lautréam.,Chants Maldoror, 1869, p. 356).
[Marque l'appartenance] Une conscience à soi, une morale à soi, une religion à soi! (Joubert,Pensées, t. 1, 1824, p. 268).Qu'est-ce qui serait à soi sinon ce petit que l'on fait de soi-même? (Claudel,Père humil., 1920, iv, 1, p. 551).
[Entre dans la formation de loc. figées qui peuvent être subst.]
Gare à soi. Si on les écrase, maladroit, gare à soi! (Céline,Voyage, 1932, p. 211).
Quant-à-soi*.
b) De soi(-même)
[Fournit le cas régime de verbes ou de loc. verb. constr. avec la prép. de] Désespérer de soi-même; disposer de soi(-même); douter de soi(-même); parler de soi(-même); s'occuper de soi(-même). Il n'est rien qui repose l'âme tendue vers le spectacle des choses abstraites comme de se moquer de soi-même dans l'entr'acte (Sand,Hist. vie, t. 4, 1855, p. 307).Ils se regardèrent avec pitié, parce que chacun avait pitié de soi-même (France,Lys rouge, 1894, p. 388).
[Comme compl. de n., il prend la valeur d'un adj. poss.] La connaissance de soi-même, si recommandée par la sagesse ancienne, n'est pas sans danger pour les grands hommes (Ozanam,Philos. Dante, 1838, p. 76).Ce plan qu'il ne pouvait pas connaître, avant de l'avoir vue, est celui du don de soi-même, de l'oubli de soi dans la forme adorée, l'oubli, et l'adoration par là plus exaltée encore! (Jouve,Scène capit., 1935, p. 77).
[Comme compl. d'un adj.] Fier de soi-même; être, paraître clair de soi-même. Hélas! Après la perte de ce qu'on aimait le plus au monde, comment être content de soi-même, si l'on n'est pas resté dans la plus profonde retraite! (Staël,Corinne, t. 3, 1807, p. 162).
c) Chez soi. Dans son foyer, dans sa maison. On se change les idées en allant au cinéma ou au music-hall, chez soi en tournant le bouton du poste de radio (Civilis. écr., 1939, p. 42-7).Empl. subst. V. chez(-)soi*.
d) Par soi(-même). Et comme une création de soi par soi, la personne trouvant dans le service aux valeurs le principe de sa propre édification (Philos., Relig., 1957, p. 36-1).
PHILOS. ,,Traduit le lat. a se (aséité) et per se (perséité); se dit: a) de ce qui existe en raison de sa propre essence, a se (ctr. ab alio, par un autre); b) de ce qui est en vertu de sa nature, per se, opp. per accidens, par accident`` (Morf. Philos. 1980).
e) Pour soi(-même). Cela explique que chaque tradition religieuse puisse revendiquer pour soi la totalité, ignorer ou combattre les autres (Philos., Relig., 1957, p. 38-6).
Proverbe. Chacun pour soi et Dieu pour tous. Chacun peut s'occuper de ses propres intérêts dans la mesure où Dieu prend en compte les intérêts de tous. En effet, c'est surtout à un paysan que convient la devise « chacun pour soi ». Cette devise est restée celle des industriels, patrons ou ouvriers, qui presque tous sont fils ou neveux de paysans (Wilbois,Comment fonct. entr., 1941, p. 53).
PHILOS., subst. masc. V. pour-soi.
f) [Avec d'autres prép.] Derrière, devant soi; en soi, pour soi, sur soi... Être tourné vers soi-même, c'est être tourné vers le semblable, qui est nous-même, c'est-à-dire vers l'humanité (P. Leroux,Humanité, 1840, p. 263).Au lieu de voir renaître la courtoisie et les bonnes relations, on laisse derrière soi des ressentiments et des rancunes inoubliables (Gambetta,Discours, mai 1881ds Fondateurs 3eRépubl., p. 296).
[Coordonné à un subst. ou à un autre pron.] À ce titre, il n'était pas seulement tenu de ne rien faire qui fût défendu, mais encore de faire tout ce qui était ordonné, de se faire circoncire soi et les siens, de célébrer le sabbat, les fêtes, etc. (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 133).Encore un peu, et elle ne compterait plus comme existences nécessaires que deux entités essentiellement inconnues: soi et x (Valéry,Variété[I], 1924, p. 208).
Rem. Dans la lang. pop., soi-même peut se rencontrer là où un pron. d'une autre pers. semblerait seul justifié: Vous êtes l'abbé Pellegrin? − Soi-même répondit l'ancien brancardier (Vautel, Mon curé chez les pauvres, p. 140 ds Sandf. t. 1 1965, § 65). Ça va me faire plaisir de te donner ça! − Vous ? − Soi-même (Benjamin, Grandgoujon, p. 65, ibid.).
II. − Subst. masc.
A. − La personne, l'individu. [Les figures ancestrales] entraînent une ou deux générations dans leurs tourbillons, jusqu'à ce que quelques esprits pénétrants et vigoureux, quelques soi énergiques, réagissent (L. Daudet,Monde images, 1919, p. 103).Chez le mystique et chez le métaphysicien tout au fond il n'y a que le tête à tête du soi avec Dieu (Du Bos,Journal, 1924, p. 144).
[La forme renforcée soi-même peut être empl. également comme subst.] Un autre soi-même. Il y a l'apparition d'un soi-même exalté, ou la disparition de soi, l'accession aux dieux ou, vivant, le passage au fantôme (Durry,Nerval, 1956, p. 158).
B. − PHILOSOPHIE
1. ,,Principe de la conscience individuelle, objet de celle-ci, mais sujet actif`` (Graw. 1981). Le soi, c'est tout ensemble l'identité personnelle, la dimension de l'intériorité spirituelle, la profondeur ontologique à laquelle s'adossent et s'appuient caractères et destinées individuels (Philos., Relig., 1957, p. 52-11):
6. C'est ce fond d'existence donnée que constate le cogito: toute affirmation, tout engagement, et même toute négation, tout doute prend place dans un champ préalablement ouvert, atteste un soi qui se touche avant les actes particuliers dans lesquels il perd contact avec lui-même. Ce soi, témoin de toute communication effective, et sans lequel elle ne se saurait pas et ne serait donc pas communication, semble interdire toute solution du problème d'autrui. Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p. 411.
2. PSYCHANALYSE
a) [Chez Freud] ,,Zone du psychisme primitif qui a été maintenu dans l'inconscient`` (Foulq.-St-Jean 1962). Synon. ça (v. cela II).
b) [Chez Jung] ,,Ensemble du psychisme conscient et inconscient`` (Foulq.-St-Jean 1962). À vrai dire Jung souligne qu'il ne faut pas voir dans le moi et le soi deux hypostases, mais seulement deux concepts-limites: le moi ne peut être proprement empirique que dans ses parties, et pour autant que celles-ci sont des contenus de la conscience; le soi comme totalité est nécessairement transcendant à la conscience, et cependant sans sa présence dans le moi empirique il n'y aurait pas de personnalité (Mounier,Traité caract., 1946, p. 50).
c) En-soi*. Pour-soi*.
REM.
Seité, subst. fém.[Dans la philos. scolast., p. oppos. à quiddité] Qualité du soi. Pendant ce mois de travail, j'ai acquis la triste conviction que j'avais vieilli de toutes manières... Je suis bien plus sujet à l'abattement qu'autrefois; je manque de verve; cependant j'ai plus de seité (Maine de Biran,Journal, 1817, p. 55).
Prononc. et Orth.: [swa], [-ɑ]. Homon. soie, soit, formes de être. Warn. 1968, Lar. Lang. fr., Rob. 1985 [a] mais Martinet-Walter 1973 [ɑ], [a]. Ac. 1694, 1718: soy; dep. 1740: soi. Étymol. et Hist. Pron. de la 3epers. réfl., cas régime tonique I. A. Apr. prép. 1. a) renvoie au suj. de la prop. α) 2emoit. xes. se graphie prov. pour sei (St Léger, éd. J. Linskill, 28: Cio fud lonx tiemps ob se [Lothier] lo 209s ting [Lethgier]; 43; 164); 2emoit. xes. (St Alexis, éd. Chr. Storey, 91: Tut sun aver qu'od sei en ad portet [Alexis]; 280: Cel son servant ad a sei apelet [id.]; 284 Escrit la cartra tute de sei medisme), cf. l'empl. de lui dans ce cas (lui* I A 1); β) fin xiiie-déb. xives. le suj. est indéterminé (Proverbes, éd. J. Morawski, n o845: Homs ivres n'est pas a soi); b) ne renvoie pas au suj. de la prop. ca 1140 Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 232: Quant la fud morz Rollanz (et) li duze per od s[e]i); ca 1160 (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 9316; son ami, que ele voit Qui pres de soi combatre doit); 1176-81 (Chrétien de Troyes, Chevalier de la charrette, éd. M. Roques, 733: S'ert une dameisele o soi [un chevalier] Venue sor un palefroi), cf. l'empl. de lui dans ce cas (lui* I A 2); 2. 1176 empl. avec un numéral ordinal (Id., Cligès, éd. A. Micha, 3364: Vit Cligès chevalchier soi quart [« avec trois autres »] De vaslez qui se deportoient). B. Placé apr. le verbe, termine le groupe verbal 1. ca 1100 en l'absence de suj. exprimé, pour éviter de commencer la prop. par une forme atone (Roland, éd. J. Bédier, 614: Combatrat sei [Marsilies] a testute sa gent; 2277: Met sei en piez [uns Sarrazins] e de curre s'astet); 2. ca 1190 en incise (Renart, éd. M. Roques, 11639: Tibert, par ta confessïons, Fait soi Renart, di moi verté); 1230-35 (Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, § 24, 29). C. Placé devant le verbe 1. devant les formes nom. du verbe a) devant un inf. α) l'inf. est amené par un verbe auxil.: soi est placé entre le verbe et l'inf. ca 1100 (Roland, 2593: Fait sei porter en sa cambre voltice); β) l'inf. est introd. par une prép., soi se place entre la prép. et l'inf. ca 1170 (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Guigemar, 6: Celui deivent la gent loër, Ki en bien fait de sei parler); 1230-35 (Mort le roi Artu, § 115, 60); b) devant les formes en -ant 2emoit. xiies. (Epître farcie de St Etienne, X, 47 ds T.-L.: vait sei afeblëant), v. soi-disant; 2. devant les verbes au mode pers. a) ca 1100 pour marquer une mise en relief, une oppos. (Roland, 3959: Ki hume traïst sei ocit et altroi); déb. xiiies. [ms.] (Chrétien de Troyes, Perceval, 1030, leçon ms. T : Soi meïsmes gabe et deçoit Qui fait promesse et ne la sout); b) 1160-74 apr. une conj. de coord., pour éviter de commencer la phrase par une forme atone (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 6570: D'altrui prent garde e sei oblie); dès le xiies., le pron. atone apparaît apr. un coordonnant ca 1208 (Geoffroi de Villehardouin, Constantinople, éd. E. Faral, § 118: ot grant joie par tote l'ost, et se recuillierent es nés). D. En fonc-tion de suj. ca 1220 le suj. est indéterm. (Lai de l'Ombre, 200 ds T.-L.: n'i a tel come soi), v. infra soi-même. II. Soi-même 1. 2emoit. xes. compl. prép. (St Alexis, supra A I a α); 2. ca 1170 compl. d'obj. dir. (Marie de France, Lais, Equitan, 64: La nuit ne dort ne ne repose, mès sei meïsmes blasme e chose); 3. 1remoit. xiiies. en fonction de suj. (Guillaume de Palerne, éd. H. Michelant, 2670: Soi meïsme requiert sa mort); 4. 1640 empl. subst. un autre soi-même (Corneille, Horace, II, 3). III. Soi empl. subst. 1. 1700 philos. « individu, personne » (P. Coste, trad. de Locke, Essai philosophique concernant l'entendement humain, p. 274 ds Quem. DDL t. 26); 2. 1943 id. « l'être en tant qu'il est pour lui-même » (Sartre, Être et Néant, p. 118: Le soi ... est un réfléchi, comme l'indique assez la syntaxe latine... Le soi renvoie, mais il renvoie précisément au sujet. Il indique un rapport du sujet avec lui-même); 3. 1948 psychanal., v. ça (cela* II) et moi subst. B 2. Du lat. se « soi » en position accentuée. Soi III psychanal. traduit l'all. es (S. Freud, Das Ich und das Es, 1923), v. aussi en-soi et pour-soi. Fréq. abs. littér.: 12 343. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 10 265, b) 10 629; xxes.: a) 13 822, b) 29 725. Bbg. Brand (G.). La Concurrence entre soi et lui, eux, elle(s). Lund-Copenhague, 1944, 346 p. − Pichon (E.), Koebe (K.). Über den Gebrauch von soi im heutigen Frz. Die Neueren Sprachen. 1931, t. 39, pp. 426-434. − Quem. DDL t. 29. − Stefanini (J.). La Voix pronom. en anc. et en moy. fr. Aix-en-Provence, 1962, pp. 281-283.

Wiktionnaire

Nom commun

soi \soj\ masculin

  1. (Thaïlande) (Urbanisme) Rue ou ruelle d'importance secondaire, qui coupe perpendiculairement une rue ou route principale (thanon, ถนน).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOI. Pronom de la troisième personne, des deux genres
. Sauf dans l'expression Être soi, où il est attribut, il ne s'emploie que comme complément et est toujours précédé d'une préposition. Quand on le dit des Personnes, il ne se rapporte ordinairement qu'à un sujet indéterminé. On doit parler rarement de soi. Chacun travaille pour soi. Quiconque rapporte tout à soi n'a pas beaucoup d'amis. Prendre garde à soi. Ne vivre que pour soi. Prendre sur soi un et affaire, un choix, une initiative, une décision. N'avoir rien à soi. L'amour de soi. Quand on le dit des choses, il peut se rapporter à un sujet déterminé. Un bienfait porte sa récompense avec soi. Les remords que le crime traîne après soi. Être soi, Garder son caractère propre, sa personnalité. Il faut toujours être soi. Être à soi, Ne dépendre de rien, de personne être maître de son temps. Quand on est au service de quelqu'un, on n'est plus à soi. L'ennui d'une journée si occupée, c'est qu'on ne peut être à soi un quart d'heure. N'être pas à soi signifie aussi Avoir perdu le sens. Dans l'ivresse, on n'est plus à soi. Être hors de soi. Voyez HORS. Rentrer en soi, Faire des réflexions plus sérieuses, plus sages. Revenir à soi, Reprendre ses esprits; et figurément, Reprendre son bon sens, son sang-froid. Rentrer chez soi, Rentrer dans sa maison. Vivre chez soi et substantivement Avoir un chez-soi, Avoir une habitation en propre. De soi, De sa nature. De soi le vice est odieux. La vertu est aimable de soi. Cette chose va de soi, Elle est toute naturelle, elle ne souffre pas de difficulté. En soi, Dans sa nature. Le repos est agréable en soi. Sur soi, Sur son corps, sur sa personne. Être propre sur soi. Avoir de l'argent sur soi. Fam., À part soi, En son particulier, dans son for intérieur. Faire des réflexions, une réflexion à part soi. Quant-à-soi. Voyez QUANT À.

SOI-MÊME a le même sens que Soi; mais il l'exprime avec un peu plus de force. Rentrer en soi-même. Cela parle de soi-même. Il peut s'employer sans être précédé d'une préposition et dans des cas où l'on ne pourrait mettre Soi. Faire ses affaires soi-même. Se louer, se condamner soi-même. Il s'emploie comme nom masculin. Considérer quelqu'un comme un autre soi-même.

Littré (1872-1877)

SOI (soi), pronom réfléchi de la troisième personne des deux genres et des deux nombres, qui s'emploie comme régime d'une préposition ou quelquefois comme régime direct d'un verbe actif.
  • 1Il se rapporte d'ordinaire à un mot général et indéterminé, tel que on, chacun, quiconque ; il se construit aussi avec un verbe à l'infinitif. L'amour de soi. Et ne devoir qu'à soi le gain d'une bataille, Corneille, Cid, I, 6. Tout tend à soi ; cela est contre tout ordre : il faut tendre au général ; et la pente vers soi est le commencement de tout désordre, Pascal, Pens. XXIV, 56, édit. HAVET. La nature de l'amour-propre et de ce moi humain est de n'aimer que soi et de ne considérer que soi, Pascal, ib. II, 8. On est comme Mlle d'Aumale : on aime mieux dire du mal de soi que de n'en point parler, Sévigné, 238. M. l'abbé de Louvois sentit plus que jamais, par tant de pertes importantes, combien il est à propos d'avoir un mérite qui soit à soi, Fontenelle, Abbé de Louv. On se trouve même encore actuellement dans des engagements trop vifs, et qu'il n'est point en soi de rompre, Massillon, Avent, Délai de la convers. La honte d'une action rejaillit sur les parents… il est rare qu'on ne fasse du mal qu'à soi, Diderot, Claude ct Nér. II, 23. On ne gagne jamais rien à parler de soi, et c'est une indiscrétion que le public pardonne difficilement, même quand on y est forcé, Rousseau, Rép. au roi de Polog. Des passions la plus triste en la vie, C'est de n'aimer que soi dans l'univers, Florian, la Poule de Caux.

    PROVERBE

    Chacun pour soi, Dieu pour tous.
    Comme l'a dit un certain philosophe, il ne faut pas purger les petits-fils pour la maladie de leur grand-père ; chacun pour soi et Dieu pour tous, Voltaire, Facéties, 1re anecd. sur Bélis.
  • 2Il se rapporte très bien à un mot déterminé, quand c'est un nom de chose. Cet état porte avec soi des obligations, qu'il vous est d'une importance extrême de bien connaître, Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiphanie, Dominic. t. I, p. 63. La recommandation que porte avec soi la vertu, Fléchier, Duc de Montausier. Célébrez la gloire immortelle D'un cœur toujours maître de soi, Fontenelle, Endym. II, 11. Le crime traîne toujours après soi certaine bassesse, dont on est bien aise de dérober le spectacle au public, Massillon, Mystères, Visitation. L'esprit de commerce entraîne avec soi celui de frugalité, Montesquieu, Esp. V, 6.
  • 3Il se construit aussi avec un nom de personne pour sujet déterminé ; c'est l'usage des meilleurs auteurs. …Une jeune merveille Seule semblable à soi, Malherbe, V, 21. Qu'il fasse autant pour soi comme je fais pour lui, Corneille, Poly. III, 3. Si quelqu'un s'y joue, Il peut bien prendre garde à soi, Molière, Amph. I, 2. Ils [les princes] sont environnés de personnes qui ont un soin merveilleux de prendre garde que le roi ne soit seul et en état de penser à soi, sachant bien qu'il sera misérable, tout roi qu'il est, s'il y pense, Pascal, Pens. IV, 3. L'homme n'aime pas à demeurer avec soi, Pascal, Pass. de l'amour. Le plus vil artisan eut ses dogmes à soi [chez les protestants], Boileau, Sat. XI. Phèdre, malgré soi, perfide, incestueuse, Boileau, Ép. VII. Tout cela part d'un cœur toujours maître de soi, Racine, Andr. IV, 5. Charmant, jeune, traînant tous les cœurs après soi, Racine, Phèdre, II, 5. Il faut laisser Aronce parler proverbe ; Mélinde parler de soi, de ses vapeurs, de ses migraines, de ses insomnies, La Bruyère, V. Il n'ouvre la bouche que pour répondre ; il tousse, il se mouche sous son chapeau, il crache presque sur soi, La Bruyère, VI. Gnathon ne vit que pour soi, La Bruyère, XI. L'homme ne doit le vice et la vertu qu'à soi, Delille, Parad. perdu, III.
  • 4Chez soi, dans sa demeure. Aucun n'est prophète chez soi, La Fontaine, Fabl. VIII, 26. Cette aimable personne A suivi le conseil que mon amour lui donne, N'a plus voulu songer à retourner chez soi, Molière, Éc. des f. V, 2. Il s'assied, il se repose, il est chez soi, La Bruyère, XI. Plus on avance dans sa carrière, et plus on est convaincu que l'on n'est bien que chez soi, Voltaire, Lett. Cideville, 28 mars 1760. C'est depuis Charles-Quint et François Ier que dure cette politique entre les princes catholiques d'armer les protestants chez autrui, et de les poursuivre chez soi, Voltaire, Mœurs, 176. On dort si bien sur une chaise ! On est ici comme chez soi, Marmontel, Zém. et Az. I, 1.

    Vivre chez soi, vivre sans liaisons au dehors. Heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi ! La Fontaine, Fabl. VII, 12.

    Familièrement. Avoir un chez-soi, une habitation en propre.

    Il n'y a pas de petit chez-soi, on est toujours mieux chez soi que chez les autres.

  • 5Rentrer en soi, faire de plus sérieuses, de plus sages réflexions.

    Revenir à soi, reprendre ses esprits. Idoménée, revenant à soi, les remercie, Fénelon, Tél. V.

    Fig. Revenir à soi, reprendre son sang-froid, son bon sens. Leur funeste rigueur, qui l'avait poursuivie, Méprisait le conseil de revenir à soi, Malherbe, I, 2.

  • 6Être à soi, ne dépendre de rien, de personne. Quand on est au service de quelqu'un, on n'est plus à soi.

    Être à soi, être en face de ses propres pensées. Possédé d'un ennui qu'il ne saurait dompter [Alexandre], Il craint d'être à soi-même et songe à s'éviter, Boileau, Ép. V.

    N'être pas à soi, signifie aussi avoir perdu le sens. Dans le délire on n'est plus à soi.

    Terme de fauconnerie. Être à soi, se dit de l'état d'un oiseau qui n'a jamais été pris par les fauconniers.

  • 7En certaines tournures, soi est employé comme une sorte de nom et sans servir de régime. On a souvent besoin d'un plus petit que soi, La Fontaine, Fabl. II, 11. Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même, La Fontaine, ib. IV, 22. Cela [la douleur d'estomac] se passe dans un endroit si intérieur et si intime, c'est tellement soi qui souffre, que…, Sévigné, 24 janv. 1680. La vie retirée y contribuait [à son originalité]… on s'accoutume trop dans la solitude à ne penser que comme soi, Fontenelle, Méry. Il n'y a que deux personnes à consulter en telles affaires [explications], soi-même et la personne à qui l'on écrit, Voltaire, Lett. Thiriot, 18 janv. 1739. Il faut être tout à fait comme les autres, ou tout à fait comme soi ; pensez-y, Rousseau, à M. d'Ivernois, Corresp. t. VI, p. 159, dans POUGENS.

    Être soi, garder son caractère. On n'est jamais bien que soi-même ; Et me voilà tel que je suis, Gresset, Ep. Bougeant. Changeons de goûts avec les années, ne déplaçons pas plus les âges que les saisons ; il faut être soi dans tous les temps, et ne point lutter contre la nature, Rousseau, Ém. IV. Qui ne voudrait pas renaître fille et mère, et comment serait-on soi si l'on ne ressentait plus les mêmes amitiés ? Staël, Allem. III, 7.

  • 8De soi, de sa nature. Il est, de soi, si évident que c'est moi qui doute, qui entends et qui désire…, Descartes, Médit. II, 7. Cet accident, de soi, doit être indifférent, Molière, Éc. des f. IV, 8. Qu'ai-je fait, s'il vous plaît, de si brillant de soi, Pour me plaindre à la cour qu'on ne fait rien pour moi ? Molière, Mis. III, 7. Certaines lois fondamentales contre lesquelles on ne peut rien faire qui ne soit nul de soi, Bossuet, 5e avert. 56. L'entendement, de soi, est fait pour entendre, Bossuet, Conn. I, 16.
  • 9En soi, dans sa nature. Chacun pris dans son air est agréable en soi, Boileau, Ép. IX. Il sera toujours vrai, en soi, que la même chose ne peut tout ensemble être et n'être pas, Fénelon, Exist. I, 52.
  • 10Sur soi, sur son corps, sur sa personne. Porter des armes sur soi. La santé demande qu'on soit propre sur soi. Cette diversité dont on vous parle tant, Mon voisin léopard l'a sur soi seulement : Moi je l'ai dans l'esprit, La Fontaine, Fabl. IX, 3. La malpropre sur soi, de peu d'attraits chargée, Est mise sous le nom de beauté négligée, Molière, Mis. II, 5.
  • 11 Familièrement. à part soi, en son particulier. Faire des réflexions à part soi.
  • 12Quant-à-soi, subst. (voy. QUANT 2, n° 2).
  • 13Soi-même, voy. MÊME, n° 12.

    Substantivement. Un autre soi-même, voy. MÊME, n° 12.

    Terme d'art du moyen âge. De soi-même, de sa nature, de sa couleur et de sa masse. Un animal émaillé de soi-même, c'est-à-dire de sa couleur naturelle ; un vase avec les anses de soi-même, c'est-à-dire prises dans la masse, De Laborde, Émaux, p. 502.

REMARQUE

1. L'usage tend continuellement à substituer lui ou elle à soi ; mais il faut résister à cette tendance, soi étant plus clair que lui ou elle.

2. Soi est de rigueur avec un nom indéterminé, on, chacun, et avec un verbe à l'infinitif.

3. Avec un nom déterminé de personne, on emploie plus souvent lui ou elle que soi ; même des grammairiens prétendent que c'est une faute de mettre soi ; mais on n'a qu'à lire les exemples rapportés, et on verra que l'usage des bons auteurs soutient très bien l'emploi de soi avec un nom de personne.

4. Quand le nom est un nom de chose, soi est préférable à lui ou à elle.

5. Des grammairiens ont prétendu que soi était toujours singulier. C'est une erreur ; de sa nature, soi n'est pas plus singulier que se ; et ces exemples-ci le montrent au pluriel. Ce sont choses, de soi, qui sont belles et bonnes, Molière, Fem. sav. IV, 3. Tant de profanations que les armes traînent après soi, Massillon, Petit carême, Bénéd. des drapeaux.

6. La Fontaine a employé soi au lieu de se : c'est un archaïsme tombé en désuétude. Tant ne songeaient au service divin, Qu'à soi montrer…, La Fontaine, Mazet.

HISTORIQUE

XIe s. Li home mort senz devise [testament], si departent li enfant l'erité entre sei per uwel [égal], Lois de Guill. 36. Ses mellurs homes [il] enmeinet ensemble od sei, Ch. de Rol. XXXVII.

XIIe s. Cil qui pert soi meïsme de son voisin ne jot [ne jouit], Sax. XVII.

XIIIe s. …De sa robe, et la dame entour soi la renoue, Berte, XXXIII. Mais je cuit qu'il me venist miex Li alers que se j'i envoi ; L'en dit : n'i a tel comme soi, Lai de l'ombre. Il s'est atornez por movoir, Soi tierz [lui troisième] de compaignons, sanz plus, ib.

XVe s. Et perdirent plus les Genevois qu'ils n'y gagnerent, ainsi qu'il vient souvent en soi trop follement abandonnant, Froissart, I, I, 173. Les pluyes les plus grandes qu'il est possible de dire, et le pays de soy tant fangeux et mol que à merveilles, Commines, II, 3.

XVIe s. Les seaux qui sont mis et apposez aux lettres et instrumens publiques, prins en soy, ne sont rien, Calvin, Instit. 1029. …Et n'ont le goust ny la couleur si franche, Quand de soy mesme ilz tumbent de la branche, Du Bellay, J. VII, 32, verso. Qui ayme plus grand que soy, Luy mesme se donne loy, Du Bellay, J. VII, 34, recto. Il semble que l'ame se perde en soy mesme, Montaigne, I, 21. Interrogé lequel il estimoit le plus, ou Chabrias, ou soy-mesme, Montaigne, I, 67. Faisant requeste à Dieu de l'appeler à soy, Montaigne, I, 252. Ilz furent contraints de soy retirer au dedans de leurs Alpes, Amyot, Fab. 4. Et en fut l'effroy si grand, qu'il n'y avoit homme qui fust à soy, ne qui eust le sens rassis, Amyot, ib. 8. Mais luy mettant tout son espoir de victoire en soy mesme…, Amyot, ib. 11. La vertu est honorée pour l'amour de soy mesme, et non pour estre joincte à la noblesse, Amyot, Sylla et Lysand. 6. Ce ne fut pas, à considerer la chose en soy, un grand exploit de guerre, Amyot, ib. 7. Il rendit ses citoyens pires que soi, Amyot, ib. 6. Il pouvoit veritablement dire ce que le roy Agamemnon dit de soy mesme en la tragoedie d'Euripides, Amyot, Nicias, 9. On trouve souvent le lendemain les intestins reduits de soy-mesmes, Paré, VI, 15. De tous les animaux qui marchent sur la terre L'homme est le plus chetif ; car il se fait la guerre Luy-mesmes à soy-mesme, et n'a dans son cerveau Autre plus grand desir que d'estre son bourreau, Ronsard, 815.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOI. Ajoutez :
14Soi pour soi, expression créée par Geoffroy Saint-Hilaire pour désigner la tendance des organes similaires à s'unir. Dans les monstres doubles, les organes se mêlent et se confondent par l'attraction de soi pour soi, expression où il faut voir une figure de rhétorique et non un théorème de mécanique, Dumas, Éloge d'Is. Geoffroy Saint-Hilaire.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « soi »

Autre forme de se. Moi et me, toi et te, soi et se sont identiques, et ne diffèrent que parce que moi, toi, soi représentent me, te, se latins, avec un reforcement dû à l'accent, tandis que me, te, se, étant proclitiques, sont réduits à l'e muet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Pronom) Du latin se.
(Nom) Du thaï ซอย.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « soi »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soi swa

Citations contenant le mot « soi »

  • Séduire, c’est être soi-même. De Elsa Zylberstein
  • Tous les chemins mènent à soi. De Jacques Lanzmann
  • Charité bien ordonnée commence par soi-même. De Proverbe français
  • Chacun pour soi, Dieu pour tous. De John Heywood / Proverbs in the English tongue
  • S'il fallait tolérer aux autres tout ce qu'on se permet à soi-même, la vie ne serait plus tenable. Georges Moinaux, dit Georges Courteline, La Philosophie de G. Courteline, Flammarion
  • […] Je crois qu'il ne faut se laisser lier par rien, surtout par les serments qu'on se fait à soi-même. Ils coûtent toujours trop cher. Georges Adrien, dit Georges Darien, Le Voleur, Stock
  • Être supérieur aux autres n'a jamais représenté un grand effort si l'on n'y joint pas le beau désir d'être supérieur à soi-même. Claude Debussy, Monsieur Croche, antidilettante, Gallimard
  • Se calomnier soi-même est la grande tentation des âmes nobles. Jean Dutourd, L'Âme sensible, Gallimard
  • Marcher en soi-même est comme un châtiment : l'on ne va pas loin. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, Picasso bon maître de la liberté, VII , Cahiers de la poésie nouvelle
  • On n'est jamais si bien servi que par soi-même. Charles Guillaume Étienne, Brueys et Palaprat
  • Le comble de l'orgueil, c'est de se mépriser soi-même. Gustave Flaubert, Carnets
  • Face à l'événement, c'est à soi-même que recourt l'homme de caractère. Charles de Gaulle, Le Fil de l'épée, Plon
  • On est parfois horrifié de se découvrir soi-même en un autre. Julien Green, Journal, Plon
  • Ne songer qu'à soi et au présent, source d'erreur dans la politique. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des jugements
  • On est quelquefois aussi différent de soi-même que des autres. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Il se faut prêter à autrui et ne se donner qu'à soi-même. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, III, 10
  • La plus grande chose du monde, c'est de savoir être à soi. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 39
  • […] ce prolongement, cette multiplication possible de soi-même, qui est le bonheur […]. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs , Gallimard
  • Qui livre un plus rude combat que celui qui s'efforce de se vaincre soi-même ? Geert Groote dit Gérard le Grand, Imitation de Jésus-Christ, II, 18Imitation de Jésus-Christ
  • Être asservi à soi-même est le plus pénible des esclavages. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, Questions naturelles, préface du 3e Livre
  • C'est le fait d'un ignorant d'accuser les autres de ses propres échecs ; celui qui a commencé de s'instruire, s'en accuse soi-même ; celui qui est instruit n'en accuse ni autrui ni soi-même. Épictète, Manuel, V (traduction J. Pépin)
  • Le bonheur est en soi, chez soi, autour de soi, et au-dessous de soi. De Henri Estienne
  • En exil partout chez soi. De Marc Gendron / Les espaces glissants
  • Ecrire, c'est penser contre soi. De Alain Bosquet / Penser contre soi
  • Chacun pour soi et Dieu pour tous ! De Proverbe français
  • La mort est une fin en soi. De Philippe Héraclès
  • Parler, c'est marcher devant soi. De Raymond Queneau
  • Toutes les choses sont contradictoires en soi. De Friedrich Hegel
  • Le don de soi est un achèvement. De Rainer Maria Rilke
  • Faire en soi le tour du propriétaire. De Paul Valéry
  • Chacun est à soi-même le prochain. De Proverbe allemand
  • De soi aussi On a besoin. De Eugène Guillevic / Du domaine
  • "Ma démarche est de mettre en lumière les sans-abri qui peuplent les trottoirs de nos villes, quel que soit l’endroit où l’on habite. J’habite à Évreux. Le don de soi n’a pas de prix et par une action, on peut leur apporter de la bienveillance, un sourire, du confort. Moi, c’est par la coiffure que j’essaye de leur apporter un bien-être capillaire, un moment d’échange. C’est une mise en lumière de ces personnes pour que l’on évite ensuite de passer devant elles en baissant le regard. Europe 1, Aurélie coiffe bénévolement les sans-abri à Évreux : "Le don de soi n’a pas de prix"
  • «Qui vous voulez que ça soit ? dit Lou, raflant plusieurs serviettes en papier dans le distributeur pour tamponner son front humide. Libération.fr, «A Mallard, on ne se mariait pas avec plus noir que soi» - Culture / Next
  • Et le chemin vers l'acceptation de soi est long, d'autant plus lorsque notre enveloppe est soumise perpétuellement au regard des autres et à leurs jugements. @[email protected], comme de nombreuses autres utilisatrices, l'écrit d'ailleurs très bien en légende de ses photos, aimer son corps n'est pas tâche facile, c'est un travail de longue haleine. Et c'est aussi OK de ne pas réussir à s'aimer comme on le voudrait chaque jour. Marie Claire, #Plusde70kgetsereine : quand Twitter devient lieu d'acceptation de soi - Marie Claire
  • iMake, c’est un site qui référence 55 000 produits qui doivent permettre à chacun de se mettre à la couture, à la décoration, au bricolage, à la cuisine bien sûr, le grand classique, ou à la fabrication de jouets artisanaux pour les enfants. Comme l’explique Elodie Abécassis, le faire soi-même correspond à ce moment où le consommateur est peut-être davantage à la recherche d’authenticité, d’une consommation responsable, qui a du sens. Franceinfo, Ma vie d'après. Pain, bricolage, bijoux... Le "faire soi-même" a le vent en poupe

Images d'illustration du mot « soi »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « soi »

Langue Traduction
Anglais self
Espagnol yo
Italien se stesso
Allemand selbst
Chinois
Arabe الذات
Portugais auto
Russe сам
Japonais 自己
Basque auto
Corse sè stessu
Source : Google Translate API

Synonymes de « soi »

Source : synonymes de soi sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « soi »

Partager