La langue française

Sentinelle

Définitions du mot « sentinelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

SENTINELLE, subst. fém.

A. −
1.
a) Soldat placé dans un poste avancé. Synon. guetteur.Chaque grand' garde ayant besoin d'être prévenue à temps de l'arrivée de l'ennemi, établira en avant d'elle des observateurs, des sentinelles, qui, ayant elles-mêmes besoin d'être soutenues et recueillies, demanderont en arrière des petits postes (Foch,Princ. guerre, 1911, p. 58).
P. métaph. D'autres [oiseaux de mer] se cantonnent sur un rescif, et, sentinelles vigilantes, élèvent pendant la nuit une voix lugubre, pour écarter les navigateurs (Chateaubr.,Génie, t. 1, 1803, p. 188).
Sentinelle double. Groupe de deux soldats faisant ensemble le guet. On organise la garde de la tranchée, en attendant qu'on ait des nouvelles de ce qu'ont fait les autres et de ce qui se passe en avant. Je vais te mettre en sentinelle double, avec Paradis, dans un trou d'écoute que les sapeurs viennent de creuser (Barbusse,Feu, 1916, p. 281).
Sentinelle perdue. Soldat placé dans une position avancée et dangereuse. (Dict. xixeet xxes.).
b) Soldat armé chargé d'assurer la garde d'un poste militaire, d'un lieu occupé par l'armée, etc. Synon. factionnaire.Poster, placer, poser, relever une sentinelle; la sentinelle présente les armes, monte la garde, veille; sentinelle attentive, endormie, farouche, inflexible; cordon de sentinelles; ligne des sentinelles; sentinelle en faction:
L'Allemand saute du camion, longe le mur, ouvre la porte d'une cabane. Les yeux du caporal brillent; il guette. Les sentinelles ont détourné la tête; il se jette à quatre pattes, se glisse sous les fils de fer, allonge la main; un hurlement: la sentinelle le couche en joue. Il veut reculer, l'autre sentinelle lui fait signe de rester immobile. Il attend, blême, la main encore tendue, le derrière en l'air. Sartre,Mort ds âme, 1949, p. 226.
c) P. anal. Personne placée en un endroit particulier pour épier, pour surveiller, pour garder. Synon. gardien, surveillant.Elle aperçoit à l'entrée la fille d'Adario, sentinelle vigilante qui observoit de loin les mouvements de son père (Chateaubr.,Natchez, 1826, p. 404).
Rem. Au masc. dans l'ex. suiv.: [Apollon] prend tous les dehors de l'antique Butès Qui d'Anchise autrefois fut l'écuyer fidèle, Et devant son palais vigilant sentinelle (Delille, Énéide, 1804, p. 263). ,,C'est probablement (...) l'embarras de la mesure qui [a] produit cette licence`` (Lav. Diffic. 1846).
2. Au fig. Ce qui garde, préserve. Quand Dieu voit nos fautes, il voit aussi nos repentirs; vous avez raison, ma chère maîtresse (...) Ô mon bel ange gardien, la jalousie est la sentinelle qui ne dort jamais (Balzac,Mém. jeunes mariées, 1842, p. 258).
3. Pop. ,,Excréments isolés qui salissent les abords de certaines voûtes, de certains parapets ou de certains gazons, semblant crier aux souliers aventureux: On ne passe pas ici`` (Larch. 1858, p. 511).
4. TECHNOL., IMPR. ,,Lettre qui tombe d'une page et reste debout sur le marbre lorsqu'on enlève la forme`` (Comte-Pern. 1974).
B. − [Dans des loc.]
1. [À propos d'un soldat] En sentinelle. Placé en faction pour exercer une surveillance, pour guetter. Mettre qqn en sentinelle; être en sentinelle. Nous ne sommes plus au temps où le soudard primait dans le monde et calottait le citoyen, au temps où l'on ôtait sa pipe devant un recru en sentinelle (Borel,Champavert, 1833, p. 210).Mon frangin, qui a ses quarante-trois ans pourtant, et qui habite près de Châlons, il a été convoqué à la gare. Paraît qu'ils lui ont fichu un vieux képi sur le crâne, des cartouchières sur son veston, un fusil dans la main, et hardi! Viens que je te poste en sentinelle au viaduc! (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 508).
En sentinelle perdue. En faction dans une position exposée, dangereuse. J'aidais les camarades, j'espionnais, je me battais, je me mettais en sentinelle perdue ou à l'arrière-garde; mais je n'ai jamais versé le sang d'un homme qu'à mon corps défendant! (Balzac,Curé vill., 1839, p. 181).
P. anal. En se tenant immobile pour exercer une surveillance. Palmyre, la terrible servante de l'abbé Cognasse, était là, sur le seuil, en sentinelle sévère qui notait les bons chrétiens (Zola,Vérité, 1902, p. 229).Des ménagères (...) gardaient leurs emplettes sur les bras et leur regard allait rapidement à droite, à gauche; quelques-unes avaient posé leurs paquets par terre et se tenaient en sentinelle (Roy,Bonheur occas., 1945, p. 124).
P. métaph. Ce vieux corbeau, éternellement en sentinelle dans l'angle de la fenêtre, acheva de surexciter les esprits (Lorrain,Contes chandelle, 1897, p. 62).L'on rentre dans sa petite maison, l'on traverse ce jardinet qui fut si laid sous le ciel d'hiver (...) son peuplier en sentinelle vous souhaite la bienvenue (Morand,Bucarest, 1935, p. 126).
2. Faire sentinelle. Surveiller, guetter; p. méton., attendre longuement. La jeune femme marche doucement sans regarder derrière elle, et sans se douter qu'elle est suivie de loin par M. Monfignon qui, depuis deux jours, fait sentinelle devant la maison des Grospré (Kock,Âne M. Martin, 1862, p. 215).À différentes reprises, tout le long du voyage, ils aperçurent des cavaliers solitaires qui semblaient, en effet, faire sentinelle à l'abri d'énormes genévriers (Giono,Angelo, 1958, p. 209).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃tinεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1540 centinelle « soldat placé en faction pour faire le guet » (La Grise, trad. Guevara, III, 49 ds Hug.); 1546 sentinelle (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, Prol., p. 10); 2. 1558 p. ext. faire la centinelle « faire le guet » (J. Grévin, La Trésorière, IV, 5, éd. E. Lapeyre, p. 73); 3. 1640 pop. (Oudin Curiositez: poser une Sentinelle . i. descharger son ventre en quelque lieu descouvert). Empr. à l'ital.sentinella, att. au sens 1 dep. 1518-25 (Firenzuola ds Tomm.-Bell.), dér. de sentire « sentir, entendre, écouter » (sentir*; v. A. Prati ds R. Ling. rom. t. 19, pp. 210-211 et FEW t. 11, p. 471b et 472b). Fréq. abs. littér.: 989. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 594, b) 1 762; xxes.: a) 876, b) 1 374. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 49. − Hope 1971, p. 149, 221. − Kemna 1901, p. 237. − Quem. DDL t. 27. − Wedgwood (H.). Fr. etymologies. Romania. 1879, t. 8, pp. 438-439.

Wiktionnaire

Nom commun

sentinelle \sɑ̃.ti.nɛl\ féminin (ou, plus rarement, masculin et féminin identiques)

  1. (Militaire) Soldat qui fait le guet pour la garde d’un camp, d’une place, d’un palais, etc.
    • De Mouy descendit de cheval, jeta la bride aux mains de son laquais, s’achemina vers le guichet, se fit reconnaître de la sentinelle, introduisit La Mole dans le château, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • […] ils se retirèrent à l’abri d’un bouquet d’arbres, afin de ne pas être aperçus, si par hasard quelque sentinelle indienne était chargée de surveiller leur approche. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Le seul recours contre le temps est de le mesurer à ce double pas, comme ceux qui ont affaire personnellement à lui, les sentinelles, les officiers de quart. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Celles-ci, nouvelles amazones, placèrent des sentinelles sur le clocher et se barricadèrent dans le chœur de l’église. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  2. (Militaire) Fonction de la sentinelle.
    • Nous étions, mon camarade et moi, en sentinelle sur le bord du fossé, comme des cibles vivantes contre lesquelles des Bavarois qui venaient de s’emparer de la gare exerçaient leur adresse. — (Amédée Achard; Récits d’un soldat - Une Armée Prisonnière ; Une Campagne Devant Paris, 1871)
  3. (Figuré) Personne ou chose qui tient lieu, est à l’image de la fonction d’une sentinelle militaire.
    • C'est encore à l’intranspiration des chiens qu'il faut attribuer la légèreté du sommeil, qui les rend si aptes à nous servir de sentinelles. — (D. Lalouette, Essai sur la rage, cité dans Mercure de France, 1812, vol.51, page 499)
    • Tout à coup ceux qui marchaient en tête virent se dresser devant eux, comme un fantôme, la première tour, sentinelle gigantesque, chargée en d’autres temps de défendre l’entrée du château. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • A tout hasard, la nécessité de bivouaquer en plein air, avec mon sac pour oreiller et mon chien pour sentinelle, était un accident qui ne pouvait que m’amuser. — (Edgar Poe, Le cottage Landor, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
  4. (Ornithologie) Genre d’oiseau de la famille des motacillidés, du genre Macronyx.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SENTINELLE. n. f.
Soldat qui fait le guet pour la garde d'un camp, d'une place, d'un palais, etc. On posa des sentinelles à toutes les portes, à toutes les avenues. On trouva la sentinelle endormie. Relever la sentinelle. Sentinelle perdue, Soldat placé dans un poste avancé et périlleux.

SENTINELLE désigne aussi la Fonction de la sentinelle. Être en sentinelle, en sentinelle perdue. Fig., Mettre quelqu'un en sentinelle, Le mettre dans un endroit où il puisse observer ce qui se passe. Fig., Faire sentinelle, Attendre, guetter. J'ai fait sentinelle pendant une heure pour vous voir passer.

Littré (1872-1877)

SENTINELLE (san-ti-nè-l') s. f.
  • 1Guet que fait un homme et surtout un soldat ; en ce sens il ne s'emploie qu'avec en, de ou faire. Isabelle Durant notre entretien demeure en sentinelle, Corneille, le Ment. III, 5. Sur la branche d'un arbre était en sentinelle Un vieux coq adroit et matois, La Fontaine, Fabl. II, 15.

    Mettre quelqu'un en sentinelle, le mettre dans un endroit d'où il puisse apercevoir ce qui se passe.

    Fig. Vos talents [d'un danseur], quels qu'ils soient, n'auraient qu'un faible éclat Sans ce juge subtil, ce tact si délicat Que la nature même, à nos plaisirs fidèle, Pour épier les sons a mis en sentinelle, Dorat, la Déclamation théâtrale, IV.

    Faire sentinelle, attendre, épier. [l'alouette] …avertit ses enfants D'être toujours au guet et faire sentinelle, La Fontaine, Fabl. IV, 22. Je m'éloigne un moment, faites bien sentinelle, Imbert, Jaloux s. amour, V, 1.

    Fig. et familièrement. Relever quelqu'un de sentinelle, voy. RELEVER.

  • 2Soldat qui fait le guet pour la garde d'un camp, d'un poste, d'un monument, etc. Poser des sentinelles. Relever une sentinelle. Il revenait au fort, quand une sentinelle Dans l'ombre de la nuit reconnut le rebelle, Mairet, Mort d'Asdr. III, 3. La nuit finissait … quand tout à coup les Russes de Doctorof sortent des bois avec des cris épouvantables ; nos sentinelles sont renversées sur leurs postes, les postes sur leurs bataillons, les bataillons sur la division, Ségur, Hist. de Nap. IX, 2.

    Fig. Le prince est une sentinelle établie pour garder son État ; il doit veiller plus que tous les autres, Bossuet, Polit. V, II, 2. De nouveaux citoyens que le premier éveil du patriotisme mit aux mêmes pensées dans toutes les parties de l'empire, et qui, sentinelles les uns des autres, communiquent rapidement toutes leurs espérances et toutes leurs craintes…, Mirabeau, Collection, t. V, p. 312. Les êtres sensibles et compatissants sont des sentinelles bienfaisantes placées sur la terre pour veiller sur le malheur, Genlis, Jeanne de France, t. II, p. 31, dans POUGENS.

    Sentinelle perdue, soldat placé dans un poste avancé et périlleux.

  • 3Tuyau de conduite de l'air dans un appareil de soufflets hydrauliques.

REMARQUE

Quelques poëtes ont fait ce mot masculin : Sur leurs corps et leurs ailes Brillent des yeux sans nombre, assidus sentinelles, Delille, Parad. perdu, X.

HISTORIQUE

XVe s. Il vault mieulx près beau feu boire la muscadelle, Qu'aller sur ung rempart faire la sentinelle, Basselin, Vau de Vire, 19.

XVIe s. Ces mille ans devant toy sont comme la journée Qui fut hier finie, ou l'espace ordonnée Pour une sentinelle en sa garde de nuit, Desportes, Œuv. chrest. XVIII, Prière de Moyse. Il met en divers endroits sentinelles perdues, fournit le corridour de rondes, et les rues de patrouilles, D'Aubigné, Hist. II, 61. Qui se fasche quand on l'appelle à la porte, à la sentinelle, à la tranchée, et au rampart, Il n'est point de la bonne part, Sat. Mén. p. 142. Nous ne serons plus subjets aux gardes et sentinelles, où nous perdons la moitié de nostre temps, ib. p. 177. Poser une sentinelle, scaricare il ventre, Oudin, Dict. Cependant qu'il [un vieillard maître impérieux et joué] se contente de l'espargne et chiceté de sa table, tout est en desbauche en divers reduicts de sa maison… chascun est en sentinelle contre luy, Montaigne, II, 79.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SENTINELLE, s. f. terme de Guerre, c’est un soldat tiré d’un corps-de-garde d’infanterie, qu’on place en quelque poste pour découvrir les ennemis, pour prévenir les surprises, & pour arrêter ceux qui veulent passer sans ordre, & sans se faire connoitre.

Ce mot est moderne ; il n’y a pas long-tems que l’on disoit être aux écoutes, pour signifier ce que l’on dit à présent, être en sentinelle. Menage dérive ce mot à sentiendo, du verbe appercevoir.

Sentinelle perdue, soldat qu’on place dans un poste dangereux & presque desespéré. On appelle aussi enfans perdus, des soldats qu’on expose dans une bataille à la premiere fureur de l’ennemi. Voyez Enfans perdus.

La sentinelle appelle, crie ou arrête par un qui vive ? qui va-là ? demeure-là. Chambers.

On appelle consigne les ordres qu’on donne à la sentinelle. La sentinelle doit rester à son poste, quoi qu’il puisse arriver, à moins qu’elle n’en soit relevée par son officier. Pendant la durée de son service ou de sa faction, sa personne est en quelque façon regardée comme sacrée ; elle peut arrêter & empêcher de passer quelque officier que ce soit, sans pouvoir être maltraitée ou punie qu’après avoir été relevée, c’est-à-dire, qu’il ait été mis un autre soldat à sa place. (Q)

Sentinelle, (Marine.) voyez Hune.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sentinelle »

(Vers 1540) Emprunt à l’italien sentinella, de sentire (« entendre, sentir, capter »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. centinela ; de l'ital. sentinella. On le tire ordinairement de l'ital. sentire, entendre ; mais, comme le dit Diez, il manque dans la dérivation un intermédiaire : sent-in-ella. Aussi s'eston tourné du côté de Galvani qui y voit un diminutif de sentina, sentine, signifiant le gardien qui veillait à la sentine, d'où le sens se serait élargi en celui de veilleur en général. Cependant, s'il en était ainsi, est-ce que le mot ne serait pas masculin, sentinello, et non sentinella ? Puis l'affixe in se trouve dans un mot latin, peu usité il est vrai : sentinus, dieu qui donnait les sens à l'enfant dans le sein de la mère.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sentinelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sentinelle sɑ̃tinɛl

Citations contenant le mot « sentinelle »

  • Le coeur est le dépositaire des nobles sentiments ; et le caractère en est la sentinelle. De Nestor Guérite
  • La mémoire est la sentinelle de l'esprit. De William Shakespeare / Macbeth, 1605
  • La vertu qui demande à être toujours surveillée ne vaut pas le prix de la sentinelle. De Olivier Goldsmith
  • Ma mort est comme une sentinelle, lasse de tout ce qu'elle a pris. De André Brochu / Adéodat I
  • Il y a des êtres mystérieux, toujours les mêmes, qui se tiennent en sentinelles à chaque carrefour de notre vie. De Patrick Modiano / Villa triste
  • Ce que représente le service de sentinelle pour lui: «C’est un honneur de faire partie des premières sentinelles qui reviennent au Monument commémoratif de guerre du Canada, de monter la garde à la Tombe du Soldat inconnu après la quarantaine de la COVID-19 et de démontrer notre résilience.». , «Voici Les Sentinelles» – 45eNord.ca

Images d'illustration du mot « sentinelle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sentinelle »

Langue Traduction
Anglais sentinel
Espagnol centinela
Italien sentinella
Allemand wächter
Chinois 哨兵
Arabe الحارس
Portugais sentinela
Russe страж
Japonais センチネル
Basque sentinel
Corse sentinella
Source : Google Translate API

Synonymes de « sentinelle »

Source : synonymes de sentinelle sur lebonsynonyme.fr

Sentinelle

Retour au sommaire ➦

Partager