La langue française

Saule

Sommaire

  • Définitions du mot saule
  • Étymologie de « saule »
  • Phonétique de « saule »
  • Citations contenant le mot « saule »
  • Images d'illustration du mot « saule »
  • Traductions du mot « saule »
  • Synonymes de « saule »

Définitions du mot « saule »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAULE, subst. masc.

A. − BOTANIQUE
1. Arbre ou arbuste à rameaux flexibles, à feuilles caduques, de la famille des Salicacées, comprenant un grand nombre d'espèces croissant dans les lieux frais et humides. Feuille, branche, écorce, bois de saule; allée, ligne, rangée, rideau de saules; bouquet de saules; saules épais, touffus; saules étêtés; saules têtards. Une eau inquiétante par sa profondeur infinie, se perdant dans les tournants brumeux, sous des saules penchés et de grands roseaux aux panaches soyeux (Moselly,Terres lorr., 1907, p. 172).Des saules aux têtes rouges et roses, des peupliers jaune très pâle (Larbaud,Journal, 1934, p. 326).V. chaton1ex. 2.
2. [Suivi d'un déterm. indiquant l'espèce] Saule blanc (synon. osier blanc);saule marsault*; saule pourpre (synon. osier rouge);saule des vanniers (synon. osier blanc, osier vert);saule rampant. Dans les vallées abritées s'élèvent le bouleau vert et le saule arctique, qui forment de petits bocages (Page,Dern. peuples primit., 1941, p. 140).
Saule pleureur, saule de Babylone (moins usuel) et, absol., saule. Saule aux rameaux grêles et retombants, originaire d'Asie et cultivé comme arbre d'ornement, symbole de tristesse. Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière (Musset, Œuvres compl., t 2, Poés. nouv., Paris, Conard, 1923 [1833], p. 51).Nous avons chez nous le saule pleureur ou de Babylone: c'était à ses rameaux que les Hébreux captifs suspendaient leurs lyres (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 101).Le vent lâche et oisif contournait les obstacles, ne s'escrimait que sur un prospectus sans défense, une branche molle de saule pleureur, d'avance vaincu (Arnoux,Gentilsh. ceinture, 1928, p. 58).
P. anal. Personne qui se complaît dans des attitudes larmoyantes; pleurnichard(e). J'ai reconnu l'une de ces femmes ennuyées de leurs maris, de leurs marmots, vertueuses à regret, quêtant des émotions, et toujours posées en saules pleureurs (Balzac,Gaudissart II, 1844, p. 295).[Goethe] maudissait les poètes saules-pleureurs qui avaient ouvert les écluses de cette inondation [de mélancolie] (Rolland,Goethe et Beethoven, 1930, p. 170).
Loc. [En parlant des plumes d'une coiffure] En saule pleureur. Disposées de manière à pendre, à retomber. Caroline a quelque jolie toilette à essayer, un chapeau à plumes en saule pleureur: c'est ravissant à montrer en tilbury (Balzac,Ptes mis., 1846, p. 70).Dans la façon dont les modistes vous obligent à placer les vôtres [vos plumets], ceux-ci piqués au bout d'un petit bâton, ceux-là tout de travers sur l'oreille, ou bien en saule pleureur sur la nuque, il y a certainement un léger grain de névrose ou même de folie (Loti,Vertige mond., 1917, p. 134).
B. − P. méton. Bois de saule. On fabrique des cercles avec du châtaignier, du noisetier et du saule (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p. 146).Mon sifflet est de saule et mon canif de buis (Giraudoux,Ondine, 1939, III, 1, p. 174).
Prononc. et Orth.: [so:l]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1225 (Péan Gatineau, S. Martin, éd. W. Söderhjelm, 4445). De l'a. b. frq. *salha fém. « saule », cf. l'a h. all. salaha, all. Salweide. Le genre masc., qui est aussi celui de nombreux autres n. d'arbres, a remplacé le fém., att. en m. fr. et dans qq. pat. Saule a éliminé en fr. l'anc. forme sauz, issue du lat. salix, -icem « saule », att. dep. la 1remoit. du xiies. ds Psautier Oxford, 136, 2 ds T.-L. et qui s'est maintenue dans les pat.; cf. aussi saussaie. FEW t. 17, pp. 10-11; ibid. t. 11, pp. 100-103. Fréq. abs. littér.: 941. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 584, b) 1 833; xxes.: a) 1 533, b) 744.
DÉR.
Saulée, subst. fém.,vieilli. a) Synon. de saulaie.L'îlot était couvert d'une épaisse saulée qui ne leur permettait pas de voir à dix pas autour d'eux (Sand,Péché de M. Antoine, t. 1, 1845, p. 55).b) Rangée de saules. Que faisais-tu, perdu sous les longues saulées (Banville,Stalact., 1846, p. 174). [sole]. 1reattest. 1810 (Molard, Mauv. lang. corr., p. 247); de saule, suff. -ée (v. ).
BBG.Quem. DDL t. 16 (et s.v. saule-pleureur), 33 (s.v. vert saule).

Wiktionnaire

Nom commun

saule \sol\ masculin

  1. (Botanique) Genre d’arbres ou d’arbustes, à feuilles caduques, alternes, ovales ou lancéolées, aux fleurs réunies en chatons, mâles ou femelles, portés par des pieds différents (plantes dioïques) et qui croissent ordinairement dans les prés et le long des ruisseaux.
    • Mais voilà-t-il pas que le saule, qui était creux et pourri dans le cœur, craque sous son poids et se brise avec un fracas épouvantable ! — (Charles Deulin, « Les Trentes-Six Rencontres de Jean du Gogué », in Cambrinus et autres Contes, XIXe siècle (1874?))
    • Nous rencontrons dans la banlieue de pauvres jardinets où les indigènes cultivent quelques légumes, et qu'ils ornent de saules , de sureaux et de groseilliers ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • Le long des rivières se développe une végétation de Cannes de Provence qui s’encombre de Saules et de Peupliers jusqu’à donner des bois de ces arbres qui sont un autre climax. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 125)
    • Dressé sur l’échelle légère et tremblante, en saule de marais, il cueillait sans relâche, leste comme un écureuil, promptement quoique sans se hâter. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 35)
    • Les lentilles d’eau font de la roubine un chemin vert tendre entre saules et frênes. — (Lise Gros, Couleur dimanche, couleur Camargue, 2003, page 35)
  2. Bois du saule [1], utilisé en menuiserie, vannerie, ébénisterie, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAULE. n. m.
Arbre qui croît ordinairement dans les prés et le long des ruisseaux. Branche de saule. Un fossé bordé de saules. L'écorce du saule blanc est amère et astringente. Saule pleureur, Espèce de saule dont les branches sont plus longues et plus flexibles que celles du saule ordinaire et retombent vers la terre.

Littré (1872-1877)

SAULE (sô-l') s. m.
  • 1Nom d'un genre de la famille des salicinées.
  • 2Arbre qui croît ordinairement dans les prés et le long des ruisseaux, salix alba, L. Le saule blanc est ordinairement exploité en têtard comme bois de chauffage. Le ciel permit qu'un saule se trouva, Dont le branchage après Dieu le sauva [un enfant tombé à l'eau], La Fontaine, Fabl. I, 19. Les chênes à la longue vie, aux écorces rudes… inspirent, sous leur ombre, des sentiments d'une tout autre nature que ces saules au feuillage léger, qui vivent peu et qui ont la fraîcheur des ondes où ils puisent leur séve, Chateaubriand, Dessin.
  • 3Saule pleureur, espèce de saule dont les branches sont pendantes, salix babylonica, L. Les rois seuls [de Taïti] peuvent planter devant leurs maisons l'arbre que nous nommons le saule pleureur, Bougainville, Voy. t. II, p. 109. Les lieux chers aux vivants sont aussi chers aux morts ; Qui vous empêchera de placer sur ces bords, Près d'un ruisseau plaintif, sous un saule qui pleure, D'un ami regretté la dernière demeure ? Delille, H. des champs, I. Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière ; J'aime son feuillage éploré ; La pâleur m'en est douce et chère, Musset, I, Poés. nouv. Lucie.
  • 4Se dit de certains arbustes ou arbrisseaux. Saule cendré. Saule des sables. Saule des dunes.
  • 5Feuilles de saule, nom donné, dans le soleil, à une sorte de compartiments oblongs, de formes irrégulières et changeantes, séparés par des rangées de points moins brillants (grains de riz).
  • 6Saule marin, nom vulgaire de plusieurs espèces de gorgones.

HISTORIQUE

XIVe s. Mais se s'amie l'appelast, Li nices tantost s'en alast, Le dos li tournast et l'espaule, Et s'en alast penre [prendre] à la saule, Pour li monstrer come il valoit Et comment contre-mont saloit, Machaut, p. 44.

XVIe s. Le saule ou saulx : les diversités des saules se remarquent à la couleur, aucuns estans blancs, les autres tendans sur le rouge et tané, en leurs feuilles, De Serres, 800.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SAULE, s. m. (Hist. nat. Bot.) salix ; genre de plante à fleur en chaton, composée de plusieurs étamines disposées en épi. Cette fleur est stérile ; les embryons naissent sur des especes de saules qui n’ont pas de fleurs en épi, & deviennent dans la suite un fruit ou une capsule conique, qui s’ouvre en deux parties, & qui renferme des semences garnies d’une aigrette. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Saule, salix ; arbre qui se trouve dans toute l’Europe, même dans la partie la plus septentrionale de la Lapponie. Le saule, le bouleau & le pin, sont les derniers arbres que l’on rencontre en pénétrant dans les climats glacés du nord. Aucun arbre n’a dans ses especes, qui sont fort nombreuses, autant de variations que le saule, en ce qui concerne la stature. On connoît des saules de toutes grandeurs, depuis un pouce de hauteur jusqu’à plus de soixante piés. Il y a des saules blancs, noirs, jaunes, verds & rouges. Il se trouve d’ailleurs tant de différences dans la forme & la couleur des feuilles, que toute la description que l’on peut faire en général de ces arbres, se réduit à ce qu’ils portent des fleurs femelles sur différens individus. Les chatons qui sont blancs, rouges, jaunes ou bleuâtres, selon les especes de saules, s’épanouissent au mois d’Avril dans les climats tempérés, & les graines qui ont été fécondes, mûrissent & se dispersent dans le mois de Juin.

Il seroit immense, & la nature de cet Ouvrage ne permet pas d’entrer dans des détails sur chaque espece de saule, dont on connoît plus de soixante sortes. J’en traiterai donc sous trois différences qui les distinguent assez essentiellement. Les saules, les marceaux & les oziers.

Les saules sont les especes de ce genre qui prennent le plus de hauteur. Ils se plaisent dans les lieux bas, & sur le bord des eaux ; mais il ne faut pas que leurs racines soient tout-à-fait dans l’eau. Ces arbres se multiplient de plançons de la grosseur du poignet & de la hauteur de huit ou dix piés : on les place dans des trous de la profondeur d’environ deux piés, & à cinq ou six de distance, après qu’on a formé ces trous à coups de maillet avec un pieu armé de fer. Comme le plançon ne remplit pas le trou exactement, on acheve de le remplir avec de la terre meuble qui facilite la reprise. Cette plantation se fait au printems, immédiatement après les gelées. Nul autre soin ensuite que de l’élaguer les deux premieres années. Comme l’objet d’une telle plantation est de se procurer des perches & des échalas, on étête les saules tous les trois ou quatre ans à la sortie de l’hiver. Il faut avoir soin de couper les perches le plus près de la tête de l’arbre qu’il est possible, afin d’empêcher qu’il ne s’y forme des abreuvoirs qui accourcissent beaucoup la durée de l’arbre. Le saule croît très-promptement, mais pas encore aussi vite que le marceau. Il s’éleve à 60 ou 70 piés, mais il ne profite guere que pendant 25 ans.

Quelque méprisable que soit le saule par la petite qualité de son bois, les anciens lui faisoient l’estime de le mettre au troisieme rang des arbres utiles, relativement au profit qu’on retire des biens de campagne. Le bois de saule est blanc, gras, rebours & sort tendre. Les troncs gros & sains de cet arbre peuvent servir à faire des planches, que l’on emploie comme celles du tilleuil & du peuplier ; mais quand les saules sont creux & pourris dans le cœur, on les coupe par tronçons qui font un bois de chauffage passable, après les avoir laissé sécher pendant six mois. Les arbres qui sont têtards donnent des branches que l’on coupe tous les trois ou quatre ans, & qui servent à faire des perches & des échalas. On les pele dans le tems de la seve, & on les laisse secher pendant un an à l’abri pour leur donner un peu plus de durée. Les Sculpteurs font quelque usage du bois de saule ; les Peintres & les Graveurs en tirent quelque service pour tracer leurs esquisses ; les Orfevres pour polir l’or & l’argent, & les Salpétriers pour la poudre à canon. On peut s’en servir aussi pour aiguiser les outils tranchans. Ce bois pourri est excellent pour la culture de quelques plantes & arbrisseaux qui ne peuvent végeter que dans une terre fraiche dénuée de force & de substance ; & les feuilles de l’arbre trempées dans l’eau & répandues dans la chambre d’un malade, en rafraichissent l’air d’une façon singuliere.

Le marceau ne s’éleve qu’à 25 ou 30 piés. Il differe des saules & des oziers par sa feuille, qui est beaucoup plus large. Cet arbre est de la nature des amphibies ; il se plait dans les lieux bas & humides, & il ne réussit pas moins bien dans les terreins élevés, où il ne craint que le sable vif & la craie pure. De toutes les especes de saules, c’est celle qui peut le mieux se passer d’humidité ; & c’est peut-être de tous les arbres celui qui vient le plus vîte, qui se multiplie le plus aisément, qui fournit le plus de bois, & qu’on peut couper le plus souvent. On dit communément en Angleterre, qu’on achete le cheval avec le marceau avant qu’on puisse acheter la selle avec le chêne. On peut multiplier le marceau de semence, & même c’est un excellent moyen pour favoriser les semis de chêne, & d’autres arbres du premier ordre, parce qu’il abrite les jeunes plants pendant l’hiver, & qu’il entretient la fraicheur du terrein pendant l’été. Il faut faire cueillir les graines du marceau au mois de Juin, qui est à-peu-près le tems de leur maturité, & les faire répandre tout simplement sur le terrein qu’on veut mettre en bois sans aucune culture préalable, ni même sans rien ôter des herbes ni des buissons qui peuvent s’y trouver. Il est vrai que pour semer de cette façon avec quelque succès, il ne faut pas ménager la graine. Une autre maniere de le multiplier, c’est de prendre des boutures de cet arbre, d’environ un pié & demi de longueur, que l’on pique diagonalement en terre, & si profondement, que le dessus de la bouture se trouve s’il est possible, au niveau du sol. Le bois de trois ou quatre ans est le meilleur pour remplir cet objet ; le bois de deux ans est encore passable ; mais celui d’un an est de la moindre qualité. Cette opération se peut faire pendant tout l’hiver, quand il ne gele pas & que la terre est meuble. On peut couper le marceau tous les quatre ou cinq ans, & sa couche dure ordinairement cinquante ans, pourvû qu’on ait soin de le couper rès-terre, en talus, & fort uniment. Cet arbre est excellent pour garnir un tailli, & il croît à merveille parmi les chênes, les chataigners, les charmes, &c.

Le bois du marceau sert à faire des cercles, des perches & des échalas ; il est aussi très-propre à faire du charbon, qui s’enflamme aisément, & que l’on emploie dans la composition de la poudre à canon.

L’osier. On doit entendre sous ce nom toutes les especes de petits saules qui croissent le long des rivieres, & qui peuvent servir aux ouvrages de Vannerie. On en connoît de plus de douze sortes, mais il n’y en a que quatre dont on fasse cas, qui sont le rouge, le noir, le verd, que quelques gens appellent le blanc, & le jaune, ou doré. Le grand profit qu’on peut retirer de ces arbrisseaux doit engager à les cultiver. On trouve dans le journal économique, mois de Mai 1758, un mémoire intéressant à ce sujet. Il m’a paru que l’auteur a écrit d’après son expérience, & qu’il a vû avec intelligence. Voici en substance ce qu’il dit des différens osiers. Cet arbrisseau se plaît dans presque toutes sortes de terreins, pourvû qu’ils soient un peu argilleux, & que le fond en soit bon. Il se plaît sur-tout le long des rivieres dont les bords sont peu élevés. On peut le multiplier ou de bouture, qui est la façon la plus usitée, ou de semence, qui est la meilleure méthode, parce que les osiers venus de graine, s’enracinent plus profondément, & sont de plus longue durée que ceux élevés de bouture. Voici la maniere de les semer : après avoir mis le terrein en bonne culture, on y fait des sillons à quatre piés de distance les uns des autres, & on y seme au mois de Mars la graine d’osier, que l’on recouvre de deux pouces de terre fort menue, & qui leve bientôt après. Cette premiere année exige des soins qui sont de sarcler souvent, de faire deux labours & de ne laisser qu’un plant, ou deux tout au plus, à la distance d’un pié ; mais rien à leur retrancher pour lors, ce ne sera qu’après la seconde année qu’on pourra les couper rès-terre. Cette premiere recolte sera de très-petite valeur : il en sera de même à-peu-près des deux autres ; ce n’est qu’à la quatrieme que l’oseraie commence à donner un bon produit ; mais elle ne sera dans toute sa force qu’à huit ou neuf ans. Comme il est difficile de ramasser à-propos la graine d’osier, & qu’il vient plus lentement de graine que de bouture, c’est ce qui fait préférer ce dernier moyen, dont voici le procédé. On coupe les boutures de deux piés de longueur, on les enfonce à moitié dans la terre à la distance d’un pié par rangées, qui en ont trois ou quatre d’intervalle ; & il est même indifférent de planter les boutures par le gros ou par le petit bout ; elles poussent & font racines également bien. Le mois de Janvier est la saison favorable pour couper les osiers ; & la bonne maniere de le faire est de laisser de la longueur du doigt les bouts tenans à la souche, pour les recouper ensuite après les gelées ; avec cette attention pourtant de ne pas les recouper trop courts, par le tort que cela pourroit faire à la souche ; mais il faut sur-tout que cette souche soit toujours en terre, & non pas elevée, comme on le pratique souvent avec desavantage. Lorsqu’on taille l’osier à-fait, on ne doit laisser qu’un demi pouce de hauteur à chaque brin ; & comme il aura fallu détourner la terre pour opérer, il faudra en recouvrir sa souche de l’épaisseur d’un pouce seulement, pour empêcher le desséchement du bois. Un autre soin de culture sera d’élaguer au mois de Juin les menues branches qui viennent au-dessus des rejettons, & qui les rendroient défectueux ; mais l’une des principales attentions sera de garantir les ozeraies des approches du bétail qui en est fort friand, & qui y causeroit en peu de tems de très-grands dommages.

L’osier verd ou blanc, & l’osier jaune ou doré, ne sont proprement qu’une même espece, car le verd devient quelquefois jaune, cela dépend de la nature du terrein où il croît ; si la terre est grasse & humide, il devient verdâtre, en poussant de fortes baguettes qui ne sont propres qu’à de gros ouvrages ; au-lieu que si on le met dans une terre légere, qui soit humide au printems & seche en automne, il y prendra cette couleur jaune qui le fait préférer aux autres osiers ; les terres blanches & argilleuses, & les terres maigres propres à la vigne, peuvent encore lui convenir ; il y devient très-souple & bien doré, mais il y jette peu de bois ; il faut une attention de culture particuliere à cet osier, c’est de ne le labourer qu’à la profondeur de deux ou trois pouces seulement, pour ôter les mauvaises herbes.

Après l’osier jaune, l’osier rouge est le plus estimé, il exige moins de soins, on peut lui donner des labours plus profonds sans qu’il y ait à craindre pour sa couleur ni pour sa qualité ; on peut l’élever sur le bord des fossés, & dans tous les terreins propres à la vigne. Les osiers rouges, les verds & les jaunes sont préferés par les tonneliers à l’osier noir qui est trop fin & qui a moins de corps, & ils font encore plus de cas de l’osier rouge que du jaune, parce qu’il est plus souple & de plus longue durée ; mais comme cet osier rouge est inégal dans sa grosseur, & qu’il ne donne pas tant de relief à l’ouvrage que le jaune, c’est ce qui fait qu’on employe ce dernier de préférence, pour les futailles qui sont à vendre, & sur-tout celles qu’on envoye à l’étranger.

Pour mettre en état de vente les osiers qui sont propres aux ouvrages des tonneliers, on les fend durant l’hiver, pendant qu’ils sont verds & souples ; car s’ils étoient secs, ils fendroient mal, & s’ils étoient en séve, l’écorce se détacheroit, ce qui feroit un inconvénient, attendu que l’écorce fortifie & fait durer la ligature ; la fente de l’osier se fait avec un petit coin de bois qui a trois ou quatre carnes, & qui sert à partager le brin d’osier en autant de parties ; mais il vaut mieux le fendre en trois, que de le partager en deux, ni en quatre, parce que l’ouvrage se fait plus aisément, & qu’il a plus de propreté ; on a soin ensuite de faire plusieurs classes des osiers, selon leur longueur, leur grosseur, & leurs especes différentes ; enfin, on les met par paquets ou poignées de vingt-cinq brins chacune, ou soixante & quinze parcelles, & on les vend au millier qui forme une botte composée de quarante poignées. Outre le grand service que les tonneliers tirent de l’osier, on en fait grand usage pour les vignes & dans les jardins ; mais quand on emploie l’osier pour lier les cerceaux, il faut le faire tremper dans de l’eau bouillante : les vers ne s’y mettent pas, il pourrit moins vîte, il est plus souple, moins cassant, & il vaut mieux du double que quand on le fait tremper dans l’eau froide.

L’osier noir est le moins convenable pour les ouvrages du tonnelier, parce qu’il est trop menu & qu’il n’a pas assez de corps ; mais d’autre côté, c’est ce qui le fait préférer par les vanniers, pour leurs ouvrages de propreté, parce que les brins de l’osier noir sont déliés & fort égaux ; ils se servent aussi de l’osier rouge, pour les ouvrages destinés à la fatigue, parce qu’il est gros, souple, fort & égal ; à d’autres égards les vanniers emploient toutes les autres especes d’osiers & de saules, quoique le bois en soit cassant ; mais pour cette destination on ne les coupe que quand la seve est en mouvement, pour avoir plus de facilité d’en lever l’écorce, après quoi on les fait secher & on fait de grosses bottes, afin de les entretenir droits.

La culture des osiers peut être très-avantageuse ; il s’en sait une grande consommation par les jardiniers, les vignerons, les tonneliers & les vanniers ; le commerce en est fort étendu, & on assure que dans les pays de grands vignobles, comme en Bourgogne & en Guienne, on peut retirer mille écus de revenus d’un arpent d’oseraie. Jusqu’ici les faits concernans les osiers ont été extraits du mémoire que j’ai cité ; mais voici ce qu’on peut y ajouter. Le voisinage des grands arbres nuit aux osiers, & l’ombrage de ceux-ci, qui est pernicieuse aux grains, est très-profitable aux prairies ; il ne faut de labour aux osiers qu’à proportion qu’on juge qu’ils en ont besoin, car quand le fonds est bon, il arrive souvent qu’il ne faut les cultiver que tous les deux ou trois ans, parce que si on les labouroit plus souvent, ils prendroient trop de force & de grosseur. Quand une oseraie se dégarnit, le peuplement s’en fait en recouchant peu-à-peu les branches voisines les plus fortes ; on peut greffer l’osier sur le saule, il devient par-là d’un plus grand rapport, & il n’est point exposé aux atteintes du bétail ; la greffe en flute est la plus convenable pour cet objet, & on doit la faire à la fin de Mars, ou au commencement d’Avril ; on peut couper les osiers des l’automne, il faut pour cela que la feuille soit tombée, ce qui arrive ordinairement vers les premiers jours de Novembre ; car s’ils étoient encore chargés de feuilles, ils seroient sujets à noircir & à se rider, ce qui les mettroit beaucoup en non-valeur.

Toutes les especes de saules, de marceaux & d’osiers, font une défense très-avantageuse pour garantir le bord des héritages qui sont voisins des rivieres ; mais les osiers sur-tout dont les racines tracent & pullulent considérablement.

Les feuilles de saule peuvent servir à la nourriture du menu bétail pendant l’hiver ; elles sont sur-tout profitables aux agneaux & aux chevreaux ; toutes les parties de cet arbre ont quelques propriétés pour la médecine, mais très-particulierement celle d’être rafraîchissantes jusqu’au point d’éteindre les feux naturels & même d’infliger la stérilité. M. d’Aubenton le subdélégué.

Saule, (Mat. méd.) l’écorce, les feuilles, & les chatons de cet arbre, sont mis au rang des remedes rafraîchissans & astringens ; on fait entrer quelquefois ces matieres dans les bains & les demi-bains médicamenteux, mais certes assez inutilement. Les remedes tirés du saule sont fort peu en usage, & vraissemblablement doivent être peu regrettés ; la vertu principale & spéciale que les auteurs leur attribuent, c’est de réprimer le penchant à l’amour, & la faculté de le satisfaire. Supposé que cette vertu fût réelle, ce ne seroit pas encore là de quoi mettre le saule en crédit. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « saule »

(Date à préciser) Du vieux-francique *salha (« saule marsault, osier ») apparenté à l’allemand Salweide, l’anglais sallow, le danois selje. A remplacé l’ancien français saus, sausse, issu du latin salix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. et lorrain, la saule ; Berry, siaule ; de l'anc. haut-allemand salahha, contracté en sala, d'après Diez. Le lat. salix, salicem ne peut donner saule, il avait donné saux ou salz (es salz suspendimes nos organes, Liber psalm. p. 213), qui a duré jusque dans le XVIe siècle et qui persiste dans tous les patois : wallon, sâ, sau ; norm. saux ou sas ; Berry, saulx (prononcé sô) et aussi sauge de saligneus ; picard, sau. Salicem, en particulier, avait donné sausse : le village de Sausse-Mesnil, près Cherbourg.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « saule »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
saule sol

Citations contenant le mot « saule »

  • Sans le saule, comment connaître la beauté du vent ? De Lao She / Un Fils tombé du ciel
  • Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière. J'aime son feuillage éploré. De Alfred de Musset / Poésies nouvelles
  • Plantez-moi un saule au cimetière. Que j'aie au moins quelqu'un pour pleurer sur ma tombe. De Roland Devaux
  • Mes chers amis, quand je mourrai Plantez un saule au cimetière ; J'aime son feuillage éploré, La pâleur m'en est douce et chère, Et son ombre sera légère À la terre où je dormirai. Alfred de Musset, Poésies, Lucie
  • [La bergère Galatée] s'enfuit vers les saules, mais veut auparavant se faire voir. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, Les Bucoliques, III, 65
  • Un saule ne peut donner du raisin. De Proverbe bulgare
  • Quand on plante un oignon sous un saule, on n’obtient pas forcément un saule pleureur. De François Cavanna / Le Saviez-vous ?
  • La neige ne brise jamais la branche du saule. De Proverbe japonais
  • Saules et bouleaux sont les premiers arbres à coloniser les friches, surtout les berges de rivières, en effet le saule a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...) d'un terrain nu et de beaucoup de lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm (rouge). La lumière est intimement...); l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) est un caractère important pour son développement. Il est plutot acidicline et s'installera sur des sol à pH allant de 5.5 à 7.5. Il préfère les sols légers et humides tels que les alluvions des bords de cours d'eau. Techno-Science.net, 🔎 Saule - Définition et Explications
  • En Russie, on a coutume de dire que « qui plante un saule prépare la bêche pour sa tombe » Le Monde.fr, Vladimir, Estragon et le saule de Beckett
  • Des lycéens, des professeurs et des agents administratifs du lycée François-Ier se sont opposés, hier, à l’abattage d’un majestueux saule pleureur situé au sein de l’établissement. Journal L'Union abonné, Le saule du lycée de Vitry-le-François obtient un sursis
  • Le clytre des saules (Clytra laeviuscula) ou clytre lustré est un insecte qui se rapproche de la coccinelle et du gendarme, mais avec une différence de taille puisqu'il n'est pas inoffensif au jardin : il fait des ravages sur les saules et quelques arbres fruitiers dont il grignote les feuilles. Voici comment le reconnaitre pour le repérer et le combattre. Binette & Jardin, Le clytre des saules : comment s'en débarrasser ?

Images d'illustration du mot « saule »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « saule »

Langue Traduction
Anglais willow
Espagnol sauce
Italien salice
Allemand weide
Chinois
Arabe الصفصاف
Portugais salgueiro
Russe ива
Japonais
Basque sahats
Corse salice
Source : Google Translate API

Synonymes de « saule »

Source : synonymes de saule sur lebonsynonyme.fr
Partager