Roublard : définition de roublard


Roublard : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROUBLARD, -ARDE, adj.

Fam., péj. Qui est astucieux et rusé. Synon. futé, malin, roué.Très roublard, sachant à merveille le (...) remue-ménage que ses visites occasionnaient dans les casernes, il [le général] avait pris cette habitude d'arriver régulièrement avec des retards ou des avances de plusieurs jours (Courteline, Train 8 h 47, Inspection trimestr., 1885, II, p. 192).Il est une proie toute désignée pour une fille coquette et roublarde (L. Daudet, Entremett., 1921, p. 114).
Rare. Comment trouvez-vous cela, pour un Français de l'heure actuelle, une maison de rapport en Suisse? Cela me paraît assez roublard... oui, une maison, une grande maison... il faut la payer (Goncourt, Journal, 1876, p. 1131).
Empl. subst. Votre « jeune fille » devait être une grue, une roublarde, une poule qui vous menait par le bout du nez (Cocteau, Parents, 1938, III, 1, p. 270).Le vieux roublard [Manuci], qui en a vu de toutes les couleurs et qui est revenu de tout, s'assoit pour écrire les Mémoires de sa vie (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 13).
Prononc. et Orth.: [ʀubla:ʀ], fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1835 subst. masc. ([Raspail], Réf. pénit., 20 sept., p. 2: Roublard. Homme mal mis); 1836 subst. masc. (Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 69: roublard. Laid, défectueux) − 1894 (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s., p. 261); 2. 1863 adj. « chic, flambant » arg. des ouvriers d'apr. Esn.; 1864 subst. masc. « homme malin, rusé » (Veuillot d'apr. Esn.); 1866 adj. et subst. (Delvau, p. 346: Roublard. Rusé, adroit, qui a vécu, qui a de l'expérience). Orig. inc.; Guir. Lex. fr. Étymol. obsc. y voit un dér. arg. de râbler1* « ramasser avec un râble », dont les formes rouabler, robler dial. sont bien att. (cf. FEW t. 10, pp. 598b-599a; v. aussi les formes dial. du subst., s.v. râble1); de roubler « racler », par le sens passif on aurait « raclé » donc « mal mis; misérable » et par le sens actif « râcleur » qui tire les marrons du feu avec un râble » d'où « extorqueur de tripot » 1858 (Figaro, 27 nov. d'apr. Littré Suppl.). Esn. voit dans les différents sens un empl. métaph. de « feu » et rattache le mot à la famille de roubliou att. dans l'arg. de Fribourg dès 1699 (v. FEW t. 10, p. 536a) du lat. rubeus « roux, roussâtre », de ruber « rouge ». Un rattachement (FEW t. 20, p. 44b) à rouble* se heurte au fait que le sens « richard, homme cousu de roubles » donné seulement en 1859 par Larch., p. 92, semble peu att., et surtout, n'est pas le sens primitif. Fréq. abs. littér.: 64.
DÉR.
Roublarder, verbe intrans.,fam. Faire le roublard. Il n'y a pas à roublarder avec nous, vous savez bien, lui dit l'agent; nous sommes aussi marauds que vous (Bruant1901, p. 398). [ʀublaʀde], (il) roublarde [-aʀd]. 1reattest. 1875 « user de roublardise » (Cavaillé ds Larch. 1880); de roublard « rusé », dés. -er.
BBG.Darm. 1877, p. 90. − Glaser (K.). Le Sens péj. du suff. -ard en fr. Rom. Forsch. 1910, t. 27, p. 944, 945.

roublard (sur rouble),-

Roublard : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROUBLARD, -ARDE, adj.

Fam., péj. Qui est astucieux et rusé. Synon. futé, malin, roué.Très roublard, sachant à merveille le (...) remue-ménage que ses visites occasionnaient dans les casernes, il [le général] avait pris cette habitude d'arriver régulièrement avec des retards ou des avances de plusieurs jours (Courteline, Train 8 h 47, Inspection trimestr., 1885, II, p. 192).Il est une proie toute désignée pour une fille coquette et roublarde (L. Daudet, Entremett., 1921, p. 114).
Rare. Comment trouvez-vous cela, pour un Français de l'heure actuelle, une maison de rapport en Suisse? Cela me paraît assez roublard... oui, une maison, une grande maison... il faut la payer (Goncourt, Journal, 1876, p. 1131).
Empl. subst. Votre « jeune fille » devait être une grue, une roublarde, une poule qui vous menait par le bout du nez (Cocteau, Parents, 1938, III, 1, p. 270).Le vieux roublard [Manuci], qui en a vu de toutes les couleurs et qui est revenu de tout, s'assoit pour écrire les Mémoires de sa vie (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 13).
Prononc. et Orth.: [ʀubla:ʀ], fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1835 subst. masc. ([Raspail], Réf. pénit., 20 sept., p. 2: Roublard. Homme mal mis); 1836 subst. masc. (Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 69: roublard. Laid, défectueux) − 1894 (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s., p. 261); 2. 1863 adj. « chic, flambant » arg. des ouvriers d'apr. Esn.; 1864 subst. masc. « homme malin, rusé » (Veuillot d'apr. Esn.); 1866 adj. et subst. (Delvau, p. 346: Roublard. Rusé, adroit, qui a vécu, qui a de l'expérience). Orig. inc.; Guir. Lex. fr. Étymol. obsc. y voit un dér. arg. de râbler1* « ramasser avec un râble », dont les formes rouabler, robler dial. sont bien att. (cf. FEW t. 10, pp. 598b-599a; v. aussi les formes dial. du subst., s.v. râble1); de roubler « racler », par le sens passif on aurait « raclé » donc « mal mis; misérable » et par le sens actif « râcleur » qui tire les marrons du feu avec un râble » d'où « extorqueur de tripot » 1858 (Figaro, 27 nov. d'apr. Littré Suppl.). Esn. voit dans les différents sens un empl. métaph. de « feu » et rattache le mot à la famille de roubliou att. dans l'arg. de Fribourg dès 1699 (v. FEW t. 10, p. 536a) du lat. rubeus « roux, roussâtre », de ruber « rouge ». Un rattachement (FEW t. 20, p. 44b) à rouble* se heurte au fait que le sens « richard, homme cousu de roubles » donné seulement en 1859 par Larch., p. 92, semble peu att., et surtout, n'est pas le sens primitif. Fréq. abs. littér.: 64.
DÉR.
Roublarder, verbe intrans.,fam. Faire le roublard. Il n'y a pas à roublarder avec nous, vous savez bien, lui dit l'agent; nous sommes aussi marauds que vous (Bruant1901, p. 398). [ʀublaʀde], (il) roublarde [-aʀd]. 1reattest. 1875 « user de roublardise » (Cavaillé ds Larch. 1880); de roublard « rusé », dés. -er.
BBG.Darm. 1877, p. 90. − Glaser (K.). Le Sens péj. du suff. -ard en fr. Rom. Forsch. 1910, t. 27, p. 944, 945.

roublard (sur rouble),-

Roublard : définition du Wiktionnaire

Adjectif

roublard \ʁu.blaʁ\

  1. (Familier) Plein d’astuce, malin, rusé.
    • Au milieu d'indicibles tripotages, ce grotesque filou n'abdiquait aucune de ses anciennes prétentions, et on retrouvait toujours en lui le désopilant roublard qui fit offrir, un jour, au comte de Chambord, de se convertir publiquement au catholicisme, si on le faisait marquis. — (Léon Bloy, Le Désespéré, 1886, p. 202)
    • Il est très roublard, méfiez-vous, il a plus d’un tour dans son sac.

Nom commun

roublard \ʁu.blaʁ\ masculin (pour une femme on dit : roublarde)

  1. (Familier) Personne roublarde.
    • C’est un vieux roublard qui en a roulé plus d’un dans la farine !
    • À entendre les gens qui prétendaient qu'Albertine était une roublarde qui avait cherché à se faire épouser par tel ou tel, il n'est pas difficile de supposer comment ils eussent défini sa vie chez moi. » — (Marcel Proust, Albertine disparue, Gallimard, 1925, page 253)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Roublard : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROUBLARD, ARDE. adj.
Qui est astucieux, malin et rusé. Il a un sens légèrement péjoratif. Il est très roublard. Substantivement, C'est un roublard. Il est populaire.

Roublard : définition du Littré (1872-1877)

ROUBLARD (rou-blar) s. m.
  • Terme populaire. D'abord, richard, homme à roubles ; puis (Figaro, 27 nov. 1858) chevalier d'industrie extorquant des directeurs des jeux une somme qui lui permette de regagner son pays, après une perte dont il exagère l'importance ; enfin, aujourd'hui, il est très usité dans l'argot des boursiers et des gens de lettres pour signifier un malin, habile en affaires, sachant tirer son épingle du jeu. Il va nous raconter comment il a mis tout juste la main sur B…, qui est ce qu'on appelle, en argot parisien, un vieux roublard, Gaz. des Trib. 25 février 1875, p. 197, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « roublard »

Étymologie de roublard - Wiktionnaire

Peut-être du français dialectal roubler, « râbler, ramasser au râble ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « roublard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
roublard rublar play_arrow

Citations contenant le mot « roublard »

  • Si je demande à mon voisin Emile – 85 ans et plutôt roublard – les ingrédients d'une hausse de la bourse, il y a de bonnes chances pour qu'il parle de conditions économiques favorables, de confiance dans l'avenir et de contexte géopolitique bénin. Et aussi des derniers ragots du village, mais c'est une autre histoire. Manifestement, il aurait tort, parce que les marchés financiers continuent à se redresser, voire à battre des records pour certains, alors que le tableau d'ensemble est plutôt sombre. Hier soir, Wall Street a légèrement progressé, suffisamment pour que le Nasdaq 100 signe un nouveau pic historique et qu'Apple enquille une 5e séance de hausse consécutive. On parle déjà du cap des 2000 Mds$ de capitalisation pour la marque à la pomme. Je me rappelle qu'une sorte de frénésie puérile s'était emparée de nos médias pour le passage symbolique des 1000 Mds$... c'était, presque jour pour jour, il y a à peine 2 ans. , L'Or et le Nasdaq cohabitent en haut de l'affiche

Images d'illustration du mot « roublard »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « roublard »

Langue Traduction
Corse rogue
Basque granuja
Japonais 悪党
Russe разбойник
Portugais vampiro
Arabe محتال
Chinois 流氓
Allemand schurke
Italien furfante
Espagnol pícaro
Anglais rogue
Source : Google Translate API

Synonymes de « roublard »

Source : synonymes de roublard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « roublard »



mots du mois

Mots similaires