La langue française

Rossignol

Définitions du mot « rossignol »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROSSIGNOL, subst. masc.

A. − ORNITH. Oiseau migrateur (de l'ordre des Passereaux) dont l'espèce commune est caractérisée par un plumage brun roux et gris brunâtre, par un fin bec brun, et par la pureté, la variété du chant aux sonorités éclatantes et harmonieuses. Synon. vieilli philomèle.Doux, petit rossignol; chant, nid, voix du rossignol; entendre le rossignol. Des rossignols se mirent à chanter, lançant d'abord trois appels virils, puis déroulant leur phrase festonnée et brodée (Alain, Propos, 1910, p. 75):
« (...) les rossignols chantent dans le jour: c'est donc que les femelles couvent. » (...) l'idée d'en écouter un fit se lever dans son cœur la vision des poétiques tendresses. Un rossignol! C'est-à-dire l'invisible témoin des rendez-vous d'amour qu'invoquait Juliette sur son balcon; cette musique du ciel accordée aux baisers des hommes... Maupass., Contes et nouv., t. 1, Partie camp., 1881, p. 379.
B. − P. anal.
1. Animal qui évoque un rossignol surtout par son chant. Le grillon, rossignol des cendres (Murger, Nuits hiver, 1861, p. 44).
Rossignol d'eau (ou, plus rare, rossignol des eaux), rossignol de rivière. Synon. vx de roussero(l)le.Mes anciennes contemplations (...) entremêlées par les roulades du chantre des nuits amoureuses, et par la note unique du rossignol des eaux (Balzac, Lys, 1836, p. 64).
Rossignol de(s) muraille(s). Synon. de rouge-queue, rubiette.Elle acheta (...) le rouge-queue, par pitié (...). Le pauvre petit rossignol de muraille, qui déjà prenait la nourriture à sa main (...), mourut le soir (Michelet, Journal, 1857, p. 340).
P. iron., pop., vieilli. Rossignol à gland. Synon. de cochon.[Au mauvais chanteur:] tu chantes comme un rossignol à gland (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s., 1894, p. 260).Rossignol d'Arcadie. Synon. de âne. (Dict. xixeet xxes.).P. métaph. Un tas d'obscurs grimauds, rossignols d'Arcadie, Viennent de leurs concerts importuner les gens Et braire tour à tour leurs monotones chants (Pommier, Crâneries, 1842, p. 153).
2.
a) Personne qui se distingue par une voix bien modulée, qui chante admirablement. Un de ces vieux chantres d'Israël dont la gorge roule des sanglots (...) ces artistes de la plainte et du gémissement, ces rossignols de la douleur (Tharaud, Ombre de la Croix, 1917, p. 256).
Gosier, voix de rossignol. Gosier, voix d'une qualité mélodieuse. Elle s'enfuit, et sa voix de rossignol, ses roulades fraîches retentirent dans l'escalier (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 154).
b) Poète lyrique, écrivain au talent prestigieux. Poète riche et facile, heureux Théodore de Banville, vous êtes le plus mélodieux des chanteurs (...) le doux rossignol des Muses (A. France, Vie littér., 1891, p. 188).
c) Ce qui évoque le rossignol par ses brillantes qualités, son caractère éloquent, tendre, etc. Je viens de lire (...) votre splendide prologue aux Chansons des rues et des bois. C'est le rossignol annonçant l'alouette (Hugo, Corresp., 1864, p. 479).Isolés dans l'amour ainsi qu'en un bois noir, Nos deux cœurs, exhalant leur tendresse paisible, Seront deux rossignols qui chantent dans le soir (Verlaine, Œuvres compl., t. 1, Bonne chans., 1870, p. 112).
3. Spécialement
a) Arg., pop. Instrument pour crocheter les serrures. Venture (...) chercha le trou de la serrure, y introduisit son rossignol, et, avec cette habileté merveilleuse des voleurs, il crocheta le pène (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 266).Un trousseau de fausses clefs, ce qu'on appelle dans le grand monde des rossignols, parce que cela une chante que la nuit (Grison, Paris, 1882, p. 36).
b) MUSIQUE
Vx. ,,Chalumeau dans lequel on introduisait un piston, pour obtenir différents sons (...). Les enfants en font ainsi avec un bout de branche (...) dont ils séparent le bois de l'écorce (...); elle forme le tuyau, et le bois détaché fait le piston`` (Bach.-Dez. 1882). Jouer du rossignol. (Dict. xixeet xxes.).
,,Sifflet à bec, fait en poterie, en forme de vase et rempli d'eau: le courant d'air heurte la surface de l'eau, et un « gazouillis », imitant le chant de l'oiseau, se produit (jeu d'enfant)`` (Encyclop. de la mus., Paris, Fasquelle, 1967).
,,Jeu d'orgue hors gamme (...) composé de quelques tuyaux (de 2 à 6) formant accord, dont l'extrémité plonge légèrement dans une cuve remplie de liquide, ce qui lui permet d'imiter une roulade d'oiseau. À la mode au xvies., le r[ossignol] devint plus rare à l'époque classique pour disparaître ensuite`` (Mus. 1976). Les J[eux] d'oiseaux [de certaines orgues], appelés (...) rossignol, et les J[eux] d'orage ou de tonnerre procurent des effets imitatifs qui formaient (...) le principal attrait du fameux orgue de Fribourg (BrenetMus.1926, p. 216).
c) PATHOL. Rossignol (des tanneurs). Affection caractérisée par des ulcérations sur les doigts et causée par des produits corrosifs. Le pigeonneau ou rossignol est une maladie professionnelle survenant chez les polisseurs en métaux, les teinturiers, (...) caractérisée par de multiples ulcérations rondes ou ovalaires des doigts et des mains, douloureuses (Quillet Méd.1965, p. 308).
d) TECHNOL. [P. réf. à l'ancien instrument de torture, avec l'idée commune de serrer] ,,Petit morceau de bois taillé en coin, servant à remplir l'excès d'une mortaise trop longue et à serrer ainsi le tenon`` (Barb.-Cad. 1963).
C. − Fam., gén. iron. ou péj.
1.
a) Livre sans valeur, qui date, reste longtemps sur les rayons des librairies. Un individu qui avait eu l'idée de placer en province des livres invendables, des rossignols de librairie (Goncourt, Man. Salomon, 1867, p. 118).
b) Marchandise démodée, défraîchie, difficilement vendable. Synon. laissé(-)pour(-)compte.Avec Malvina, il était rare que l'on eût ce que l'on nomme, dans le commerce, des rossignols, des articles vieillis. Elle (...) prononçait le mot magique de rabais, et soldait ses rebuts en faisant des heureux (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 389).Il passe dans son arrière-magasin et revient avec deux ou trois jolies cannes démodées, fort jolies: « Tenez! J'ai là quelques rossignols... Personne ne veut plus de cela » (Léautaud, Journal littér., 3, 1914, p. 169).
En appos. avec valeur d'adj. Où sont les liqueurs d'antan? Elles sont dans quelques lointains cafés de banlieue, refuge des boissons démodées, pauvres consommations rossignols dont personne n'a pu épuiser le solde (Richepin, Pavé, 1883, p. 161).
2. P. anal. Personne peu attrayante, qui rebute par son physique ou son âge, difficile à marier. Vous mériteriez [pour femme] Adolphine, vous! [Champrosé:] Ah! il paraît qu'Adolphine?... placement difficile! (...) Un rossignol! merci! (Sardou, Fam. Benoiton, 1865, p. 19).Être (...) quitté, lui, si bel homme, pour un pareil rossignol; il y a de quoi (...) s'en vouloir éternellement de n'être pas aussi mal foutu que ce sacré pou de Dom Kiki! (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 326).V. arrière-saison ex. 4.
REM. 1.
Rossignole, subst. fém.Femelle du rossignol. Quand le rossignol prélude, on n'entend pas (...) un chant, mais une immense espérance (...). Il louange sa femelle, l'humble rossignole invisible dans les feuillages, cependant il atteint tous les cœurs (Barrès, Colline insp., 1913, p. 340).
2.
Rossignolet, subst. masc.Jeune rossignol. Rossignolet des bois, Ta voix pure Met nos cœurs en émoi (W. Lemit, Chansonnier des éclaireurs et des éclaireuses, Paris, éd. Arc Tendu, 1958, p. 56).[Terme d'affection] Il s'amusa quelques minutes à le faire sauter [son fils] (...) Arnoux (...) zézayait des caresses en patois marseillais (...) − « Ah! brave pichoûn [petit], mon poulit [joli, gentil] rossignolet!! » (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 138).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔsiɳ ɔl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 ornith. (Troie, 2188 ds T.-L.); fig. 1694 elle a des rossignols dans la gorge, elle a un gosier de rossignol, elle a une voix de rossignol (Ac.); 2. fig. a) 1406 « crochet pour ouvrir les serrures » (dossier de l'affaire de Jehan des Haies, dit le Decier ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 13); b) 1569 « instrument de torture » (Papon, Recueils d'arrets, 991 ds Romania t. 34, p. 616 et t. 36, p. 291); 1676 « coin de bois qu'on met dans une mortaise trop longue pour serrer deux pièces de bois » (Félibien); c) 1611 rossignol d'Arcadie « âne » (Cotgr.); d) 1690 mus. (Fur.); e) 1812 « petite flûte à piston, pour enfants » (Mozin-Biber); f) 1839 « livre invendu » (Balzac, Un Grand homme de province à Paris, chap. 3, t. 1, p. 52 ds Quem. DDL t. 16: ce sobriquet de rossignols était donné par les libraires aux ouvrages qui restent perchés sur les casiers); 1842 « objet démodé » (Reybaud, loc. cit.); g) 1870 « ulcération douloureuse venant aux bouts des doigts des tanneurs » (Littré). Empr. à l'a. prov.rossinhol (d'où peut-être aussi a. ital. rusignuolo, ausignuolo, ital. mod. usignuolo, a. esp. rosignol, rossinol, esp. mod. ruiseñor, port. rouxinol, la diffusion du mot prov. étant sans doute étroitement liée au rôle du rossignol dans la poés. des troubadours), issu du lat. pop. *lusciniolus, même sens, forme masc. tirée du lat. class. lusciniola (Plaute), dimin. de luscinia (cf. au xiiies. les var. lossignol, lorsignol ds T.-L.). Le r- (cf. roscinia att. dans une gl. du viies.) vient soit d'une dissim. du l-, soit du croisement avec russus « roux », le rossignol ayant le plumage roussâtre (v. FEW t. 5, pp. 472b-473a et Bl.-W1-5). 2 a une clé qui tourne bien « chante » (Esn.); 2 g ainsi nommé à cause des cris que la douleur arrache aux sujets qui en sont atteints. Fréq. abs. littér.: 810. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 300, b) 1 635; xxes.: a) 1 109, b) 791. Bbg. Callebaut (B.). Index hist. et explicatif des noms des oiseaux en fr. Trav. Ling. Gand. 1980, n o7, p. 168. - Hasselrot 1957, p. 202 (s.v. rossignolet), 215 (id.). - Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

rossignol \ʁɔ.si.ɲɔl\ masculin (pour la femelle on dit : rossignole)

  1. (Ornithologie) Une des espèces de petits oiseaux passereaux réputés pour leur chant varié, harmonieux et pur.
    • À moins d’aimer les rossignols du parc Vilquin, ou quelque prince Lutin, Modeste n’avait pu voir personne, n’avait pu recevoir ni donner aucun signal. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • […] le thane de Coningsburg […] avait pris le contenu du karum pie pour des alouettes et des pigeons, tandis que c’étaient des becfigues et des rossignols, son ignorance l’exposa à un ridicule qu’il eût été plus juste d’attribuer à sa gloutonnerie. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • — « Tiens, dit-il, les rossignols chantent dans le jour : c’est donc que les femelles couvent. »
      Un rossignol ! Elle n’en avait jamais entendu, et l’idée d’en écouter un fit se lever dans son cœur la vision des poétiques tendresses. Un rossignol ! c’est-à-dire l’invisible témoin des rendez-vous d’amour qu’invoquait Juliette sur son balcon : cette musique du ciel accordée aux baisers des hommes ; cet éternel inspirateur de toutes les romances langoureuses qui ouvrent un idéal bleu aux pauvres petits cœurs des fillettes attendries !
      Elle allait donc entendre un rossignol.
      — (Guy de Maupassant , Une partie de campagne, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, pages 197-198.)
    • Six années m’ont appris à reconnaître, dans le trille rauque, dans la courte gamme chromatique descendante que jette, dès février, un gosier d’oiseau, la voix du grand chanteur, un rossignol d’Auteuil fidèle à son bosquet, un rossignol dont la voix, au printemps, illumine les nuits. — (Colette, Bellaude, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, page 135.)
    • Moi aussi, les soirs trop chauds m’ont terrassée ; moi aussi, l’odeur musquée des foins, les roulades du rossignol m’ont livré à la folie, à la faute. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
  2. Crochet de serrurerie, clé « passe-partout » ou jeu de passepartouts.
    • En conséquence, il tira de sa poche, non pas un trousseau de clefs, mais un trousseau de ces instruments destinés à les remplacer, et que l’on appelle rossignol, du nom sans doute de ce fameux Rossignol, qui se vantait d’avoir la clef de tous les chiffres. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
  3. (Familier) Objet démodé, vieilli en magasin.
    • On espère découvrir un de ces merles blancs dans ces petites cages des bouquinistes des quais, — où chantent si piteusement tant de rossignols. — (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865)
    • Ce dernier, ayant remarqué que les marchandises démodées, les rossignols, s’enlevaient d’autant plus rapidement que la guelte donnée aux commis était plus forte, avait basé sur cette observation un nouveau commerce. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Tu te sens comme une poupée oubliée, un invendu sur une étagère, un rossignol délaissé en vue d'un nouvel arrivage. — (Camille Laurens, Fille, Editions Gallimard, 2020)
    • (Figuré)Déflorée hors mariage, dans quel statut tomberait-elle, sinon celui de rossignol invendable, fond de tiroir, célibataire à vie qu'on baise puis refile aux copains ? En demeure soudain de respecter une membrane alors que rien ne presse, je me laisse vagabonder à des hauteurs métaphysiques. — (Arnaud Benstruc, L'année lunaire, Éditions Publibook, 2001, page 122)
  4. (Musique) Petite flûte, sifflet ou jeu d’orgue.
    • Cinquante églises paroissiales, collèges, hôpitaux ou couvents ont désormais leur orgue. Dix à quinze jeux ne sont pas chose rare, non plus que les montres de seize pieds. Le goût du temps fait apparaître d'étonnantes sonorités. Il y a à Saint-Eustache un rossignol et deux «soleils avec cymbales». — (Jean Favier, Paris: Deux mille ans d'histoire, éd. Fayard, 1997, chap. 14)
  5. Maladie de la peau caractérisée par des ulcérations des doigts, souvent d’origine professionnelle.
    • Les mégissiers sont en outre exposés à une autre affection non moins bizarre et plus douloureuse encore que la précédente : ils l'appellent rossignol, parce qu'elle leur arrache des cris de douleur. Son siège est à l'extrémité des doigts, sur la pulpe de ces organes : sur un point très limité, la chaux corrode et détruit l'épiderme, et le corps papillaire mis à nu se trouve exposé aux frottements et à toutes les causes d'irritation; les douleurs qui en résultent sont parfois d'une extrême acuité; néanmoins, les ouvriers continuent leur travail sans conséquences fâcheuses. — (Leçons théoriques et cliniques sur les affections cutanées artificielles et sur la lèpre, les diathèses, le purpura, les difformités de la peau, etc, professées par Ernest Bazin & rédigées a& publiées par L. Guérard, Paris : Adrien Delahaye, 1862, p. 95)
  6. (Charpenterie) Morceau de bois destiné à bloquer le tenon dans la mortaise, ou pour compenser une mortaise trop grande.
    • Le tenon-mortaise du pied de ce poinçon est bloqué dans l'entrait par une cheville en bois et par un rossignol. — (Frédéric Épaud , De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, Éd. CRAHM, Caen 2007)
  7. (Marine) Petit sifflet utilisé par le maître d'équipage pour donner ses ordres.
    • Ils prirent le petit sifflet anglais, le rossignol, et le suspendirent à leur boutonnière, [...] — (Auguste Jal, Glossaire nautique, Éd. Firmin-Didot, Paris 1848)
  8. (Médecine vétérinaire) Fistule artificielle qu'autrefois les maréchaux-ferrants faisaient venir sous la queue d'un cheval poussif croyant ainsi donner une issue au gaz intestinaux, qui selon eux gênaient le cheval.
    • Le rossignol est un trou qu'on fait entre la queue et le fondement et qui doit communiquer avec le boyau, ce trou se fait avec une grosse gouge que l'on fait rougir. — (De Garsault, Le Nouveau Parfait Maréchal, Éd. De Poilly, Paris 1746)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROSSIGNOL. n. m.
Petit oiseau de l'ordre des Passereaux, à bec fin et à plumage grisâtre, dont le chant est varié, harmonieux et pur. Rossignol franc. Quand le rossignol a des petits, il ne chante plus. Il chante comme un rossignol. Fam., Cette femme a une voix de rossignol se dit d'une Femme qui a la voix pure et très flexible.

ROSSIGNOL désigne, en termes de Serrurerie, un Crochet dont on se sert pour ouvrir toutes sortes de serrures. Les voleurs s'introduisirent dans sa chambre à l'aide d'un rossignol. Il se dit aussi d'un Objet démodé, vieilli en magasin. Il lui a repassé un rossignol. Il est familier.

Littré (1872-1877)

ROSSIGNOL (ro-si-gnol) s. m.
  • 1Petit oiseau à bec fin et à plumage grisâtre, dont le chant est fort agréable, dit aussi rossignol franc et petit rossignol, qui est la luscinia philomela, insectivores, de Ch. Bonaparte. Tous les rossignols ne chantent pas également bien ; il y en a dont le ramage est si médiocre que les amateurs ne veulent point les garder, Buffon, Ois. t. IX, p. 127. Le rossignol blanc : cette variété était fort rare à Rome ; Pline rapporte qu'on en fit présent à Agrippine, femme de l'empereur Claude, et que l'individu qui lui fut offert coûta six mille sesterces, Buffon, ib. p. 164. Je l'ai vu [J. J. Rousseau] faire deux lieues par jour durant presque tout un printemps pour aller écouter à Berci le rossignol à son aise, Rousseau, 2e dial. On proposait un jour à ce dernier [Agésilas] d'entendre un homme qui imitait parfaitement le chant du rossignol : j'ai entendu le rossignol, répondit-il, Barthélemy, Anach. ch. 70, note 4.

    Familièrement. Cette femme a un gosier, une voix de rossignol, cette femme a la voix pure et très flexible. Carle Vanloo, ce grand dessinateur et ce grand coloriste, et sa femme qui, la première, avec sa voix de rossignol, nous avait fait connaître les chants de l'Italie, Marmontel, Mém. IV.

    On dit dans le même sens : C'est un rossignol.

    En un autre sens figuré, personne qui charme et sait se faire écouter. À l'égard de la canaille, je ne m'en mêle pas… il faut bien qu'il y ait des crapauds ; ils n'empêchent pas mes rossignols de chanter, Voltaire, Lett. d'Alemb. 4 juin 1767.

  • 2Grand rossignol, luscinia major de Brisson.

    Rossignol d'hiver, un des noms vulgaires de l'accentor modulaire, appelé encore fauvette d'hiver.

    Rossignol de muraille, un des noms de la sylvie rouge queue, insectivores, dite aussi rouge queue et rubiette.

    Rossignol des Antilles, moqueur.

    Rossignol de rivière, nom donné à la rousserolle, parce que le mâle chante la nuit comme le jour, tandis que la femelle couve.

    Ironiquement. Un rossignol d'Arcadie, un âne.

  • 3Sorte de petite flûte à piston, qui se fait ordinairement avec un tuyau d'écorce détaché d'une branche de bois vert dans le temps de la séve. Les enfants jouent du rossignol.
  • 4 Au plur. Les rossignols, un des jeux de l'orgue.
  • 5 Terme de marine. Petit sifflet des maîtres d'équipage.
  • 6Sobriquet donné par les libraires aux ouvrages qui ne se vendent pas, qui restent perchés sur les casiers.

    Nom donné par les marchands de nouveautés aux étoffes passées de mode. Ils ressemblent aux marchands de nouveautés, qui comptent sur les visiteurs de l'exposition pour écouler leur vieux fonds de rossignols, F. Sarcey, Opinion nationale, 1er avril 1867.

  • 7Maladie des Ouvriers tanneurs, consistant en un petit trou capillaire qui se forme par l'action corrosive de la chaux à l'extrémité de la pulpe des doigts, et ainsi dite parce qu'elle leur fait jeter des cris de douleur.
  • 8Arc-boutant des fourches qui soutiennent l'arbre de la grande roue d'une carrière.

    Coin de bois qui sert à serrer les pièces de charpente.

  • 9 Terme de serrurerie. Crochet dont on se sert pour ouvrir toutes sortes de serrures. Les voleurs ont ouvert son secrétaire à l'aide d'un rossignol.
  • 10 Terme de maréchal. Nom donné à un trou percé entre l'anus et l'origine de la queue du cheval poussif par des maréchaux ignorants, dans la fausse idée de faciliter la respiration.

HISTORIQUE

XIIe s. Et lousseignolz me semont de chanter, Couci, VI. La douce voiz du louseignol sauvage, ib. XI.

XIIIe s. Li rossignos lores s'efforce De chanter et de faire noise, la Rose, 74. En ung leu avoit rossigniaus, En l'autre gais et estorniaus, ib. 649.

XVIe s. Luscignol, ou, selon la prononciation corrompue des Parisiens, rossignol, Ch. de Bouvelles, De vitiis linguarum vulg. p. 66. Un rossignol à crocheter, D'Aubigné, Faeneste, III, 3. Rossignol de marets [grenouille], Oudin, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « rossignol »

Berry, roussignol, roussigneux ; wallon, râskignou, raskigno ; picard, oursignot ; bourg. rossignô ; provenç. rossignol, rossinhos, et rossignola ; catal. rossinyol ; espagn. ruiseñor ; portug. rouxinol ; ital. rusignuolo. La forme correcte est dans l'anc. franç. lousseignol, du lat. lusciniola ou lusciniolus, dimin. de luscinia, rossignol. C'est par corruption que l'l s'est changé en r.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) De l’ancien occitan rossinhol, issu du latin populaire lusciniolus, avec changement de genre, du latin lusciniola (« petit rossignol »), diminutif de luscinia. A évincé l’ancien français losseignol, lourseignos.
(Sens 2) Ce sens est attesté dès 1406 [1], sans doute parce qu’une bonne clé chante bien. Le nom d’Antoine Rossignol (1600-1682), illustre expert en code et chiffrement, a-t-il popularisé ce sens ?
(Sens 3) Cet oiseau se perche haut. Dans les boutiques, les invendus ont donc tendance à être stockés en hauteur avant de trouver un hypothétique client.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rossignol »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rossignol rɔsiɲɔl

Citations contenant le mot « rossignol »

  • Les commandements de Dieu s'inscrivent aussi dans le ramage des rossignols. Joseph Delteil, Jeanne d'Arc, Grasset
  • Ils* rendent le bruit même agréable au silence. Marc Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, Moïse sauvé
  • Nous sommes mieux avec un rossignol que sans rossignol. Elsa Triolet, Proverbes d'Elsa, Les Éditeurs français réunis
  • Si j'étais rossignol, j'accomplirais l'œuvre du rossignol ; si j'étais un cygne, celle du cygne. Mais je suis un être raisonnable, je dois chanter Dieu. Épictète, Entretiens, I, 6, 20-21 (traduction Souilhé)
  • Rossignol, le plus harmonieux des oiseaux, toi dont la voix n'est qu'un sanglot, viens Euripide, Hélène, 1109-1111 (traduction M. Delcourt)
  • Les pies ne doivent pas défier le rossignol. Théocrite, Idylles, V, 136 (traduction Legrand)
  • Mieux vaut chanter en bon chardonneret qu'en piètre rossignol. Ivan Andreïevitch Krylov, Fables, le Sansonnet
  • Dans la langue, un mystère, un vieux trésor se trouve Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves, mais il garde sa chanson. Frédéric Mistral, Les Îles d'or Lis Isclo d'or
  • C'était le rossignol et non pas l'alouette. William Shakespeare, Roméo et Juliette, III, 5, Juliette Romeo and Juliet, III, 5, Juliet
  • Un homme sans patrie, c’est un rossignol sans chanson. De Proverbe russe
  • Le rossignol, à chaque instant, chante sur une rose différente. De Mocharrafoddin Saadi
  • Quand le rossignol a vu ses petits, il ne chante plus. De Proverbe français
  • Pour chanter le rossignol n'ouvre qu'un petit bec. De Buson Yosa
  • Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves, mais il garde sa chanson. De Frédéric Mistral / Les Iles d'or
  • Quadrumane : Qui a quatre mains. Exemple : le rossignol n'est pas quadrumane. De Pierre Desproges / Dictionnaire superflu
  • Le rossignol chante mieux dans la solitude des nuits qu'à la fenêtre des rois. De P. Lorain / Le R.P. Lacordaire
  • Le rossignol reste fidèle à sa compagne, aussi longtemps qu’il est enfermé dans la même cage. De Will Cuppy
  • Trois choses sont impossibles à acquérir : le don de poésie, la générosité, un rossignol dans la gorge. De Proverbe breton
  • Trois choses sont impossibles d'acquérir : le don de la poésie, la générosité, un rossignol dans la gorge. De Proverbe irlandais
  • Un poète est un rossignol qui, assis dans l'obscurité, chante pour égayer de doux sons sa propre solitude. De Percy Bysshe Shelley / Défense de la poésie
  • Sous le titre "Chante rossignol, chante", la sopranoClémentine Decouture, accompagnée par le guitaristeBenjamin Valette propose une série de cinq concerts en Côte-d'Oret Haute-Marne organisés par l'association Arteggio. LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE, "Chante Rossignol, chante" samedi, à l'abbaye d'Auberive
  • Ce n'est pas en ouvrant la gorge d'un rossignol que l'on découvrira le secret de son chant. De Marcel Pagnol
  • On peut discuter des limites du beau, mais le chant du rossignol s'imite très bien au moyen d'un bouchon frotté contre un verre. De Dick Hillenius / La mécanique romantique
  • Ni tous les rossignols ne chantent également bien, ni toutes les roses ne sentent également bon. De Joseph Joubert / Carnets
  • Dans un monde sans mélancolie, les rossignols se mettraient à roter. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Faute de distribution de programme, les spectateurs se sont concentrés sur la musique elle-même. Une musique douce, sur instruments doux : une harpe, un théorbe, troqué à la fin contre une guitare pour le baroque espagnol, des flûtes à bec. De quoi exprimer la douceur de l’amour, en trio instrumental, en dialogue de flûtes ou en dialogue intimiste entre le théorbe et la harpe… Chant du rossignol qui veut séduire, qui dialogue avec sa ou ses futures conquêtes. , Culture - Loisirs | Dominicains de Haute Alsace : chante, rossignol, chante…

Images d'illustration du mot « rossignol »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rossignol »

Langue Traduction
Anglais nightingale
Espagnol ruiseñor
Italien usignolo
Allemand nachtigall
Chinois 夜莺
Arabe البلبل
Portugais rouxinol
Russe соловей
Japonais ナイチンゲール
Basque ruiseñor
Corse nightingale
Source : Google Translate API

Synonymes de « rossignol »

Source : synonymes de rossignol sur lebonsynonyme.fr

Rossignol

Retour au sommaire ➦

Partager