La langue française

Remparer

Définitions du mot « remparer »

Trésor de la Langue Française informatisé

REMPARER, verbe trans.

Vieilli
A. − Qqc. rempare qqc. Constituer un rempart qui protège quelque chose. Toutes les cataractes sont fortifiées et remparées de grands rochers (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 228).Félice s'élance vers les pierres remparant la mare des Fontinettes (Fabre, Hospit., 1880, p. 71).
Au part. passé. L'Italie, remparée des Alpes, est tombée sous le joug de quiconque les a voulu franchir (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 414).
B. − Qqn rempare qqc. de qqc. Établir, dresser un rempart autour de quelque chose afin de le protéger. Que celui-là jette la pierre à Louvois, tout occupé de former et de remparer d'une enceinte infranchissable ce vaste quartier de terre, (...) ce beau gâteau compacte qui constitua depuis lors l'unité de notre territoire! (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 64).
Au part. passé. Dinan, orné de vieux arbres, remparé de vieilles tours, est bâti dans un site pittoresque (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 105).
Empl. abs. Garni de remparts. Le meilleur de mes châteaux dans la Vosge, qui est clos et remparé (Claudel, Corona Benignitatis, 1915, p. 432).Pas une colline où ne s'amorçât une chapelle, (...) une ville close et remparée où ne se creusassent les fondations d'une cathédrale (Arnoux, Juif Errant, 1931, p. 130).
P. métaph., empl. pronom. Les infortunes de la ville éternelle sont comme tracées par son enceinte; Rome s'est, pour ainsi dire, remparée de ses calamités (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 1, 1831, p. 181).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑ ̃paʀe], (il) rempare [-pa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin xives. « entourer de fortifications » (Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce et G. Raynaud, t. 8, p. 21). Dér. de emparer*; préf. re-*.

Wiktionnaire

Verbe

remparer \ʁɑ̃.pa.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se remparer)

  1. Entourer une place forte de remparts, fortifier.
    • Il n'est pas urgent de remparer les îles, ni de les évacuer, comme je vais l'expliquer ici. — (Simon Donner, Changement climatique Les mauvaises solutions de Kiribati, Pour la Science n° 454, août 2015, page 60)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REMPARER (SE). v. pron.
Se faire une défense contre quelque attaque. Se voyant surpris par les ennemis, ils se remparèrent avec des chariots et avec tout ce qu'ils purent trouver. Il est vieux.

Littré (1872-1877)

REMPARER (ran-pa-ré) v. réfl.
  • 1S'emparer de nouveau.
  • 2Établir un rempart, une défense pour se garantir de quelque attaque. Le régiment surpris se rempara dans la ville et se défendit dans les rues.

    Par extension. Qu'il n'y avait remède que d'entrer Au corps des gens, et de s'y remparer, D'y tenir bon…, La Fontaine, Belph.

    Fig. Voyez comme ils se remparent d'une sévérité affreuse et inaccessible, Guez de Balzac, De la cour, 6e disc.

  • 3 V. a. Couvrir d'un rempart (l'actif n'est pas dans l'Académie). Aux grandes commodités que ceux du dehors avaient d'entreprendre, ceux du dedans opposaient tant d'assiduité à remparer les brèches…, Malherbe, le XXXIIIe livre de T. Live, ch. 17.

HISTORIQUE

XVe s. Si fut capitaine [du chatel de Ber vich] Jean Bisset, un moult vaillant escuyer, lequel le fit remparer de tous points, Froissart, II, II, 15. Et que ce qu'ilz avoient remparé aux portes estoit jà abatu, Commines, II, 13.

XVIe s. Et là se remparoyt luy et ses gens, Rabelais, Garg. I, 28. Le venin, trouvant place vuide, se r'empare [s'empare de nouveau] des parties nobles, Paré, XXIV, 7. Il avoit occupé les pas et destroits des montagnes, et les avoit remparez tant de son armée qui estoit campée au pied de la montagne, que de murailles, Amyot, Cat. 26. Des chariots remparez de faulx, Amyot, Démétr. 69. Les Assyriens… ne logeoient jamais en camp qui ne feust fossoyé et remparé, Montaigne, I, 365.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « remparer »

Re…, et emparer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de emparer avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « remparer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
remparer rɑ̃pare

Citations contenant le mot « remparer »

  • Le souhait optimiste qui parcourt votre article ne semble pas, pour l'instant, la chose du monde médiatique français la mieux partagée. Et, si quelques politistes expérimentés ayant pignon sur rue donnent l'impression par leurs observations de pouvoir abonder dans votre sens, les pessimistes – voire les alarmistes, ce qui étonne (rhétoriquement...) d'informateurs en théorie mus par un permanent souci d'information tendant à l'objectivité –, foisonnent en revanche, dans les médias nationaux. Loin d'évoquer les éditorialistes dont la tâche est de faire sans ambages montre d'une opinion, l'on pense notamment à tels ou tels journalistes de l'audiovisuel qui tangentent, pour ne pas dire partagent, maintes critiques de politiques en proie à l'envie et à la grogne, et dont les moqueuses prophéties passées concernant le projet progressivement peaufiné par M. Macron font long feu. Celui-ci ne voulait pas prioritairement les déjouer, à la différence du national tribun couvert d'éloges, qui, lui, ne cachait pas – mais proclamait itérativement – sa volonté de... faire un mauvais sort au Parti socialiste, lequel à l'en croire, l'avait tant méprisé qu'il le quitta. Ainsi va la France. La France, et depuis longtemps, et trop de Français, qui ne s'avisent pas (manque de lucidité ?) qu'ils œuvrent ainsi contre leurs intérêts, ou qui ne l'ignorent pas mais (par masochisme ?) s'accrochent à des avantages – équivoquement dits « privilèges » par les preneurs de risques... pour autrui – dont la désuétude dans le monde actuel ne saurait leur échapper ; ce qu'ils peuvent vérifier, s'ils ne l'ont déjà fait, en observant ne fût-ce que d'autres États de l'Union européenne. Vous parlez, Monsieur, du dynamisme de notre Président et d'En marche ! mais j'évoque déjà (oui, déjà !) ceux qui l'attendent au tournant : ou je me leurre, ou il faut constater à nouveau que convaincre notre pays se révèle plus malaisé que le mobiliser quand la catastrophe frappe. Fallait-il pour voir que notre pays s'américanise, le dernier livre de Régis Debray ? Son honnêteté intellectuelle admettra volontiers que, depuis la Libération, la France n'aura pas en la matière brûlé les étapes : soixante-dix ans pour ne plus douter que « l'exception française » n'a d'effets bénéfiques que limités à la culture ; pour se dire que ce n'est pas du panurgisme d'adapter chez nous des voies et des moyens qui réussissent chez certains de nos voisins, etc. Alors, oui, cela suppose de prendre quelques risques ; mais cela le suppose pour tous, bien entendu : salariés et aussi employeurs, car convenons que les risques pris par procuration ne sont guère, risquons l'euphémisme, convenables ; cela suppose que l'on ne peut plus se remparer derrière des protections remontant au temps des escarbilles ferroviaires, des ballots à dos de docker, des galeries de mines mal étayées, protections renvoyant à l'époque d'avant les Accords Matignon (1936), si ce n'est parfois à l'inacceptable condition ouvrière d'il y a deux siècles. Alors, oui, comme vous l'espériez, et l'affirmez dans votre ultime alinéa, que « le grand esprit américain » s'étant « [posé] sur l’Élysée » fasse une multitude d'émules en France dans tous les secteurs, à commencer par le monde du travail ! Et ce, même si la louable volonté d'Emmanuel Macron (qui détonne – comment moins dire ? – avec les mauvaises manières de l'actuel occupant de la Maison-Blanche) de restaurer quelques marquants symboles ainsi que le respect minimum qui accompagnaient jadis la vie de la présidence et le président de la Cinquième République, semble paraître à certains peu compatibles avec notre forcément modernissime début de vingt et unième siècle. Le nouvel Economiste, Marc Zuckerberg, jeune frère d’Emmanuel Macron

Images d'illustration du mot « remparer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « remparer »

Langue Traduction
Anglais take over
Espagnol tomar el control
Italien rilevare
Allemand übernehmen
Chinois 接管
Arabe يتولى
Portugais assumir o controle
Russe перенимать
Japonais 買収
Basque hartu
Corse piglia
Source : Google Translate API

Synonymes de « remparer »

Source : synonymes de remparer sur lebonsynonyme.fr

Remparer

Retour au sommaire ➦

Partager