La langue française

Rame

Sommaire

Définitions du mot rame

Trésor de la Langue Française informatisé

RAME1, subst. fém.

A. − Peu usuel. Branche d'un arbre. [J'avais] déjà établi une petite table sous les pins dont les rames étincelaient de gouttes d'eau (Bosco,Mas Théot., 1945, p. 66).
B. − Branche simple ou ramifiée fichée en terre pour soutenir certaines plantes grimpantes (haricots, pois en particulier). Synon. tuteur. Les petits pois se couchent de soif au pied des rames (Renard,Journal, 1901, p. 671).
Prononc. et Orth.: [ʀam]. Homon. et homogr. rame2, 3, 4. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1669 « piquet servant de tuteur aux plantes grimpantes » (Widerhold). Forme fém. de l'a. fr. ram, raim (rames fin xes., Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 37), « branche, rameau », qui doit sa voy. à l'infl. des dér. rameau*, ramer1* (Bl.-W.).

RAME2, subst. fém.

A. − Barre de bois cylindrique terminée en forme de pelle et qui, tenant à un bateau par différents systèmes, est manœuvrée par une ou plusieurs personnes afin de faire mouvoir celui-ci. Synon. aviron.Nous descendîmes dans la barque. Je me souviens que les rames ne faisaient aucun bruit en touchant l'eau (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 261).C'était un navire à trois rangs de rames (Flaub.,Salammbô, t. 1, 1863, p. 115).
SYNT. Longues rames; coup de rame; le battement, le bruit, le mouvement des rames; paire de rames; (re)prendre, saisir les rames.
[Dans certains cont. et au sing., le subst. prend une valeur plus gén. et s'oppose à d'autres syst. de nav.] Un aperçu de la navigation à travers les âges peut se ramener à trois mots: la rame, la voile, la vapeur (Albitreccia,Gds moyens transp., 1931, p. 13).
Aller à la rame:
Quoique leurs pirogues n'ayent ni mâts ni vergues, ils attachent quelquefois une chemise à deux avirons en croix, et vont ainsi à la voile avec moins de fatigue qu'à la rame. Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 108.
P. anal., peu usité. Chez certains animaux, partie du corps permettant de voler ou de nager. Ces amphibies ont, la plupart, des pieds et des rames. Ces rames, dans les oiseaux aquatiques, sont des folioles attachées aux doigts des pieds de ceux qui vivent au milieu des eaux (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 190).
Expressions
Marinier de rame. Celui qui louait volontairement ses services sur une galère pour un temps déterminé. À part les « mariniers de rame », qui s'engageaient librement, [ces galériens étaient] des condamnés de droit commun (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 130).
Forcer de rames. V. forcer II A 1.
Faire force de rames. V. force II C 3.
À force de rames. En maniant vigoureusement les rames; avec toute la puissance des rames. Elle vit deux hommes qui s'élançoient dans la petite barque, et qui s'éloignoient à force de rames (Nodier,J. Sbogar, 1818, p. 115).
À toutes rames. Avec toute la vitesse, toute la puissance des rames. Le canot prit le large et se sauva à toutes rames (A. Daudet,Port-Tarascon, 1890, p. 118).[Plus fréq. dans un cont. métaph.] Dieu sait où et quand aurait pris terre maître Florian, ainsi lancé à toutes rames dans la haute éloquence (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 234).
B. − Fam., pop. ou arg.
1. Vieilli. Être, tirer à la rame. Travailler beaucoup; être dans une situation pénible. Synon. ramer.Avant que de venir à bout de ce dessein, il faudra bien tirer à la rame (Ac.1835, 1878).C'est être à la rame que de servir des maîtres si avares et si défiants (Ac.1835, 1878).
2. Ne pas en fiche(r), ne pas (en) foutre une rame. Ne rien faire. Au-dessus des lieutenants [de louveterie], il y a des capitaines et ceux-là alors, ils ne foutent pas une rame car ils sont purement honorifiques (Giono,Roi sans divertiss., 1947, p. 98).Il n'en fiche pas une rame, et maintenant qu'il fait noir, c'est à peine s'il sort du pieu à midi (Giono,Gds chemins, 1951, p. 95).
3. Fatigue, paresse. La rame l'avait pris un beau jour, à dix-sept piges (Pt Simonin ill., 1957, p. 242).
Avoir la rame
Être fatigué. Dès qu'un champion a une défaillance on ne dit jamais de lui: Il est fatigué! (...) On dit: (...) il a la rame (L'Auto, 28 sept. 1933, p. 2 ds Grubb Sports 1937, p. 60).
,,Ne pas avoir envie de travailler`` (Carabelli, [Lang. pop.], s.d.).
REM. 1.
Ramé, -ée, adj.,hapax. [En parlant d'un bateau] Qui est muni de rames. Une belle galère, ma foi, je l'avoue, haute de bords, bien ramée, couronnée de jolies voiles pourpres (Céline,Voyage, 1932, p. 228).
2.
Ramier, -ière, adj. et subst.,arg. Fainéant(e), paresseux, paresseuse. Les casses à la plume, c'est pas mon blot, j'suis trop ramier (Pt Simonin ill., 1957, p. 51).Pareil à beaucoup de ramiers, Jojo aimait pas les paresseuses (Pt Simonin ill., 1957, p. 243).
Prononc. et Orth.: [ʀam]. Homon. et homogr. rame1, 3, 4. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1395 (Voyage de Jérusalem du seigneur d'Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, 25, p. 7); 1688 faire force de rames (Miege); 2. 1690 être à la rame « être dans un emploi pénible » (Fur.); 1694 tirer à la rame « avoir beaucoup de peine à faire quelque chose » (Ac.); 3. 1892 il fout pas une rame « il ne fait absolument rien » (ds Esn.); 1910 avoir la rame « être fatigué après un gros effort » et « être paresseux, flemmard » (ibid.). Déverbal de ramer2*. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 599. − Vidos 1939, p. 558, 559.

RAME3, subst. fém.

A. − PAPET. Paquet de cinq cents feuilles de papier vierge, (soit vingt mains de vingt-cinq feuilles), généralement de grand format; unité de vente du papier en gros. Il achetait pour écrire ses grands articles du papier à mille francs la rame (Vallès, Réfract., 1865, p. 129).Dans chaque chapitre, vous trouverez (...) pour chaque produit, les prix indiqués soit aux 100 kg, soit à la rame, soit à la ramette, soit dans certains cas à la feuille ou à l'unité (Arjomari-Diffusion, s.l., tarif juill. 1988, p. 2).
P. anal. Ensemble de vingt rouleaux de papier peint. (Ds Jossier 1881).
P. exagér. Ensemble important, grande quantité de feuilles écrites ou non. J'ai une rame de prose officielle à écrire (Mérimée, Lettres à une inconnue, 1843, p. 185).Jacques a fait diviser ces douze cent mille tracts en rames de deux mille exemplaires (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 716).
Expr. Mettre un livre à la rame. Vendre au poids les exemplaires d'un livre qui ne s'écoulent pas. Ce livre n'est bon qu'à mettre à la rame (Ac.1798-1878).
B. − Ensemble d'éléments de transport.
1. Rare. Convoi de bateaux. Rames de chalands (...) traînés par de puissants remorqueurs (Barrès, Génie Rhin, 1921, p. 28).
2. CH. DE FER
a) Rame (de voitures, de wagons). Groupe de wagons à l'arrêt, sans engin moteur et destiné à constituer un train. On voyait sur le quai (...) une rame de wagons qu'une locomotive de manœuvre entraînait (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 246):
Prenons l'exemple d'un train de voyageurs: la rame de voitures doit d'abord être amenée à quai assez longtemps avant l'heure de départ (...). Cette rame vient d'un faisceau de garage où, depuis sa dernière course, elle a été visitée et nettoyée. P. Weil, Les Chemins de fer, Paris, Larousse, 1964, p. 318.
b) Train constitué avec son ou ses engins moteurs. Rame de chemin de fer. Composée de deux motrices encadrant dix remorques, chaque rame TGV A [Train à grande vitesse Atlantique], longue de 240 m, pourra emporter 500 voyageurs (La Vie du rail, 7 mars 1985, n o1984, p. 14).
En partic. Rame (de métro). Chaque ensemble de voitures et de motrices. C'était la station Dauphine On a laissé partir la rame (Aragon, Rom. inach., 1956, p. 28).
Prononc. et Orth.: [ʀam]. Homon. et homogr. rame1, 2, 4. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1358-59 raime « ensemble de vingt mains de papier » (doc. ds Registres municipaux de la ville de Tours, éd. J. Delaville Le Roulx, t. 1, p. 65); 1507 rame (Comptes de l'Entrée solennelle de Louis XII à Lyon, 17 juill. ds Havard); 2. 1869 p. ext. « ensemble de vingt rouleaux de papier de tenture » (Littré). B. 1. 1855 « convoi de bateaux, sur certains canaux » (E. Grangez, Voies navig. de Fr., p. 567 ds Littré); 2. 1908 « attelage de plusieurs wagons manœuvrant ensemble » (Hamp, Marée, p. 41). Empr. au cat.raima, rayma, att. au sens A 1 dep. 1287 (ds Alc.-Moll), lui-même empr. à l'ar. razma, var. de rizma « id. », dér. de razama « mettre en paquet ». V. FEW t. 19, pp. 146b-147a et Cor.-Pasc., s.v. resma.

RAME4, subst. fém.

INDUSTR. TEXT. Appareil permettant de ramer une pièce de tissu. Après ces traitements, le tissu est séché sur rame. C'est alors en général qu'on teint s'il y a lieu (J.-É. Burlet, La Laine et l'industr. lainière, 1972, p. 101).
Rame sans fin. Appareil équipé d'un mouvement continu et ayant la même destination. Rame sans fin lyonnaise. Dans cette rame, le tissu est agrippé par des chemins de pinces et amené progressivement à sa largeur (Dict. prat. des tissus, Lyon, Bosc Frères et Riou, 1930, p. 345).
Prononc. et Orth.: [ʀam]. Homon. et homogr.: rame1, 2, 3. Étymol. et Hist. 1. Ca 1350 raime « perche sur laquelle on place des habits » (Gilles li Muisis, Poésies, II, 201 ds T.-L.); 2. 1405 ranme « châssis servant à sécher en l'étirant une pièce de drap » (Arch. Fribourg, 1reColl. de lois, n o145, f o35 v ods Gdf., s.v. rameor). Empr. au m. néerl.raem, rame, att. au sens 2 (Verdam) ou au m. h. all. ram, rame « id. » (Lexer). FEW t. 16, pp. 235b-236a.
STAT.Rame1 à 4. Fréq. abs. littér.: 585. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 181, b) 754; xxes.: a) 897, b) 536.

Wiktionnaire

Nom commun 1

rame \ʁam\ féminin

  1. Pièce de bois en forme de pelle qui sert à manœuvrer une embarcation.
    • Le plat ou la pale d’une rame.
    • Manier la rame.
    • Les galères étaient des bâtiments à rames.
  2. Fatigue, paresse.

Nom commun 2

rame \ʁam\ féminin

  1. Petit branchage que l’on plante en terre pour servir de tuteur à des pois, à des haricots, etc.
    • Il est temps de mettre des rames à ces pois.
    • Les arbres, tiges et branches que l’on convertit en bois de feu sont découpés, partie en bûches de rondin ou de quartier, partie en rames destinées à entrer dans les fagots. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 163)
    • C’était aussi des plants de fraisiers, des pois à grandes rames. — (Alphonse Daudet, Maison à vendre, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 186.)
  2. (Zoologie) Une des deux branches d’un appendice biramé.
  3. (Industrie pétrolière) (Forage) Assemblage de tiges de forage.
  4. (Technique) Appareil qui servait à allonger les draps par étirement, et plus récemment les films de plastique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAME. n. f.
Pièce de bois en forme de pelle qui sert à manœuvrer une embarcation. Il s'emploie surtout en parlant de la Navigation sur les rivières, les lacs; pour la navigation sur mer, on emploie de préférence son synonyme AVIRON. Le plat ou la pale d'une rame. Le manche d'une rame. Manier la rame. Les galères étaient des bâtiments à rames. Galère à trois rangs de rames. Faire force de rames. Lever les rames.

Littré (1872-1877)

RAME (ra-m') s. f.
  • 1Petit branchage que l'on plante en terre pour soutenir des plantes grimpantes, et, en particulier, les pois, les haricots. Les quenouilles du maïs étant destinées à servir de tuteurs ou de rames au légume grimpant, Chateaubriand, Amér. Moissons.
  • 2Instrument pour sécher et tendre les pièces de drap. La rame est un long châssis, ou un très grand assemblage de bois aussi large et aussi long que les plus grandes pièces de drap, Dict. des arts et mét. Drapier.
  • 3Outil de faïencier pour remuer la terre dans les baquets.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quatre-vingt milliers de reime, Du Cange, Constantinople, Chartres, p. 26. La batoit d'un rain d'aiglentier, la Violette, p. 212. …moult a dur cuer qui n'aime, Quant il ot [entend] chanter sur la raime As oisiaus les dous chans piteus, la Rose, 82.

XVe s. Comme deux raims en une tige, Chartier, p. 627.

XVIe s. La palme et raim de louenge immortelle, Marot, J. V, 221. Vous mettrés les olives dans des pots, avec force sel menu, dispersant le fruit et le sel par littées, avec du fenouil en rame parmi, De Serres, 843.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. RAME. Ajoutez :
4 Dans l'exploitation des bois du Morvan, rame, résidu de la bûche marchande, susceptible d'être transformé en menuise, en charbonnette et en fagots, Mém. de la Soc. cent. d'agriculture, 1873, p. 277.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAME, s. f. (Marine.) longue piece de bois, dont l’une des extrémités étoit applatie, & qui étant appuyée sur le bord d’un bâtiment, sert à le faire siller. La partie qui est hors du vaisseau & qui entre dans l’eau, s’appelle le plat ou la pale, & celle qui est en-dedans, où les rameurs appliquent leurs mains afin de la mettre en mouvement, se nomme le manche de la rame. Pour faire siller un bâtiment par le moyen de cette piece de bois, les rameurs tournent le dos à la proue, & tirent le manche de la rame vers eux, c’est-à-dire la tirent vers la proue afin que la pale avance vers la poupe ; mais la pale ne peut point avancer dans ce sens sans frapper l’eau ; & comme cette impulsion est la même que si l’eau frappoit la pale de poupe à proue, le bâtiment est mu selon cette direction. De-là il suit que plus la pale se meut dans l’eau avec force, c’est-à-dire plus son choc est grand, plus le vaisseau sille vîte. Pour augmenter ce choc, presque tous les mathématiciens prétendent qu’on doit situer tellement la rame sur le bord du bâtiment, qu’elle soit divisée en deux parties égales par l’apostis, ou le point autour duquel elle se meut. Cette prétention est fondée sur ce que dans cette situation le produit des deux parties de la rame est un maximum, c’est-à-dire le plus grand qu’il est possible. Cependant malgré cette raison, M. Euler qui a publié là-dessus un beau mémoire, parmi les derniers de l’académie royale des Sciences de Berlin ; M. Euler, dis-je, veut que la partie extérieure excede l’autre. Il a inséré aussi un long chapitre sur les effets de cette machine, dans sa science navale : Scientia navalis, de actione remorum, chap. vij. Il y a des choses bien curieuses dans ce chapitre. L’auteur y calcule la vîtesse que doit acquérir le vaisseau, suivant l’action des rames ; il propose des machines qu’il estime plus efficaces que cette action, &c. & tout cela doit être lu dans l’ouvrage même. Voyez aussi l’article suivant. On trouvera aussi de nouvelles idées sur ces machines qu’on veut substituer aux rames, dans le Dictionnaire universel de Mathématique, &c. & la théorie en quelque sorte de ces avirons.

Les Latins appelloient les rames, remi, & quelquefois palmæ ou palmulæ. On leur donnoit aussi autrefois le nom de tonsæ, à cause qu’elles frappent les flots, & qu’elles les coupent : Et in lento luctantur marmore tonsæ. Un quatrieme nom qu’avoient les rames dans l’antiquité, étoient scalmes, qui signifie cheville, parce qu’il y avoit une cheville à chaque rame.

Plutarque dit que César s’embarqua à Brindes, pour passer un trajet de mer, sur une barque à douze scalnies. A l’égard des bancs où étoient assis ceux qui les faisoient mouvoir, les Grecs les appelloient ζυγὰ, & les Latins transtra.

Quasi transversim strata considunt transtris.

Virg. Æneid. liv. V.

Rame, Ramille, (Jardinage.) est une petite branche qui se ramasse dans l’exploitation des bois, après qu’on en a tiré le bois de corde, les coterets & les fagots ; elle n’est bonne qu’à faire des bourrées.

Rame, s. f. (Draperie.) machine ou instrument dont on se sert dans les manufactures de draperie pour allonger ou élargir les draps, ou seulement pour les unir & dresser quarrément.

Cette machine qui est haute d’environ quatre piés & demi, & qui a plus de longueur que la plus longue piece de drap, est composée de plusieurs petites solives ou morceaux de bois quarrés, placés de même que ceux qui forment les barrieres d’un manege ; en sorte néanmoins que les traverses d’en-bas puissent se hausser & se baisser, suivant qu’on le juge à propos, & être arrêtées solidement par le moyen de quelques chevilles. Il y a le long des traverses tant hautes que basses, des clous à crochet placés de distance en distance. Indiquons en peu de mots la maniere de mettre une piece de drap sur la rame.

La piece de drap étant encore toute mouillée, le chef en est attaché à l’un des bouts de la rame, puis on la tire, à force de bras, par le côté de la queue, pour la faire aller au point de longueur que l’on s’est proposé. La queue du drap étant bien arrêtée, on accroche la lisiere d’en-haut aux traverses d’en-bas, que l’on fait descendre par force jusqu’à ce que le drap soit à la largeur qu’on desire. Ayant été ainsi bien étendu & arrêté tant sur son long que sur son large, on brosse la piece à poil, & on la laisse sécher, ensuite on la leve dessus la rame, & tant qu’elle n’est point remouillée, elle conserve toujours la même largeur & longueur que cette machine lui a donnée. Dict. du Comm. (D. J.)

Rame, s. f. (Papeterie.) c’est un paquet de papier composé de vingt mains, chaque main de vingt-cinq feuilles, en sorte que la rame contient en tout cinq cens feuilles. La premiere & la derniere main doit être de même pâte & de même compte que le reste de la rame. Dict. de Trévoux.

Rame, mettre à la (terme de Librairie.) mettre un livre à la rame signifie ranger par rame une partie de l’impression d’un livre dont on a eu peu ou point de débit, pour le vendre de la sorte à vil prix aux épiciers & aux beurrieres, & à tous ceux qui en ont besoin, pour envelopper leurs marchandises, ou en faire autre usage. Richelet dit qu’Amelot pensa devenir fou, lorsqu’il apprit qu’on alloit mettre son Tacite à la rame. (D. J.)

Rame, (Manuf. en soirie.) faisceau de cordes de fil, au nombre de 400 dans les métiers ordinaires, de la longueur de 15 piés plus ou moins, auxquelles sont attachées les 400 cordes de semple, & qui ont au bout les arcades. L’endroit où les cordes du rame sont gansées & doublées sur le bâton, s’appelle la queue du rame.

RAME ou ROAMÉ, (Géogr. anc.) ville d’Italie dans les Alpes. L’Itinéraire d’Antonin la marque sur la route de Milan à Arles, en prenant par les Alpes cottiennes. Elle étoit entre Brigantio & Eburodunum, à 19 milles du premier de ces lieux, & à 18 milles du second. C’est maintenant un village du Dauphiné sur la Durance, à 2 lieues au-dessous d’Embrun, près du passage des Alpes appellé le Pertuis-Rostau.

Rame, adj. en termes de Blason, a la même signification que chevillé, & se dit des ramures d’une corne de cerf. Fredorf en Baviere, d’argent au cerf de gueules, ramé d’or.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rame »

Bourg. rain ; picard, raime ; prov. ram, ramp ; ital. ramo ; du lat. ramus, branche, qui avait donné raim, et, par altération de genre, raime ou rame.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) (Nom commun 1) Du verbe ramer, plus avant, du latin remus (« rame »), en ancien francais sous la forme rime.
(1669) (Nom commun 2) Doublet lexical de rameau issu de l’ancien français raime.
(Date à préciser) (Nom commun 3) Du catalan raima et, plus avant, de l’arabe رزمة, rizmah (« faire des paquets »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rame »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rame ram

Citations contenant le mot « rame »

  • Une gondole, c'est un cercueil avec une rame. De Johann Wolfgang von Goethe
  • Celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles. De Proverbe africain
  • Chercher son bonheur, c'est chercher une île déserte et minuscule dans une petite barque inconfortable munie d'une seule rame. Le malheur, c'est perdre la rame. La sagesse, c'est comprendre que l'île n'existe pas... De Romain Werlen
  • Le temps est un fleuve où l'homme va à contre-courant. Il croit avancer tant qu'il peine sur la rame, Car ce qui flotte à l'entour le dépasse vers l'arrière. De Pierre Billon / Le Livre de Seul
  • Priez Dieu, mais continuez à ramer vers la rive. De Proverbe russe
  • Les essais dureront seize mois au total et doivent se dérouler dans plusieurs sites en France, mais aussi en Europe. En République Tchèque, une rame sera ainsi envoyée pour des essais de traction et de freinage d’urgence. Une autre rame d’essai ira ensuite en Allemagne sur l’anneau de Wildenrath, notamment pour des essais complémentaires de traction et d’acoustique. , Seine-et-Marne. De nouvelles rames attendues pour 2021 | La République de Seine et Marne
  • Les métros des lignes A et C ne circulent plus à la suite d’un incident technique à la station Hôtel de Ville. Une panne électrique est à l'orgine de l'arrêt du trafic. Un nuage de fumée sur une rame de la ligne A se serait dégagé.  Lyonmag.com, Lyon : incident à la station Hôtel de Ville, la ligne A toujours à l’arrêt (MàJ)
  • Aujourd’hui, mercredi 29 juillet, se terminait le covering de la rame du tramway « Échappée d’Art ». Cette rame sera mise en circulation ce samedi 1er août et les angevins pourront l’admirer jusqu’au vacance de la Toussaint. Pour cette 4e édition de la collaboration entre le festival « Échappée d’Art » et Irigo, c’est le collectif La Douceur qui a été retenu avec l’oeuvre de l’artiste Lemilo. Ce choix est en lien avec une fresque qui sera réalisée dans les rues d’Angers.  Angers Info, Angers : Irigo s’associe une nouvelle fois avec Échappée d’Art pour le covering d’un tramway – Angers Info
  • La ligne A ne circulait plus depuis 17h50 en raison d'une panne électrique, avec un dégagement de fumée dans une rame à la station Hôtel de ville. Il a fallu attendre 20h40 pour que la circulation reprenne progressivement. , Transport | Après un incident technique, le trafic a repris sur la ligne A du métro
  • Le chantier sera divisé en plusieurs parties et devra être terminé au mois de mai 2023. Ce n'est qu'à ce moment-là que le dossier pourra être bouclé. Mais avant cela, il y aura encore des pages à tourner. L'une d'elles l'a été ce mardi 7 juillet lors du conseil municipal avec les votes du budget prévisionnel global et de la désignation de la société publique locale (SPL) Terre d'Argence pour assurer la mission de mandat de maîtrise d'oeuvre du projet. Un nouveau coup de rame donné par la majorité alors que l'opposition met les freins. , BEAUCAIRE Réhabilitation de la base nautique : entre coup de rame et coup de frein – Objectif Gard

Images d'illustration du mot « rame »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rame »

Langue Traduction
Anglais oar
Espagnol remo
Italien remo
Allemand ruder
Chinois
Arabe مجذاف
Portugais remo
Russe весло
Japonais オール
Basque arraun
Corse remo
Source : Google Translate API

Synonymes de « rame »

Source : synonymes de rame sur lebonsynonyme.fr
Partager