La langue française

Pompier

Sommaire

  • Définitions du mot pompier
  • Étymologie de « pompier »
  • Phonétique de « pompier »
  • Citations contenant le mot « pompier »
  • Images d'illustration du mot « pompier »
  • Traductions du mot « pompier »
  • Synonymes de « pompier »

Définitions du mot « pompier »

Trésor de la Langue Française informatisé

POMPIER1, subst. masc.

I.
A. − Vx. Fabricant, réparateur de pompes. Synon. fontainier. (Ds Ac.).
B. − Cour. Homme qui appartient au corps des sapeurs-pompiers et qui est chargé des secours dans les incendies, les sinistres. Synon. sapeur-pompier, arg. pomp(e)lard (infra rem.).Casque de pompier; échelle, escouade, voiture de pompiers; bal des pompiers; pompier de service (dans une salle de spectacle). Il s'est fait l'ami du corps des pompiers, pour lesquels et à l'occasion du bal qu'ils donnent tous les ans, il a peint un resplendissant transparent (Goncourt,Journal, 1859, p.576).Tout resplendit dans la chambre, le lustre, le casque de pompier (Claudel,Ours et lune, 1919, 3, p.613).L'automobile rouge des pompiers de New-York et la grande échelle (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.257).
Pop., fam. Fumer comme un pompier. Synon. fumer comme un sapeur.V. fumer1II B 2 b.
MAR. Marin-pompier. V. marin.
C. − MINES. Ouvrier chargé de la manoeuvre ou du fonctionnement d'une ou de plusieurs pompes, en particulier des pompes destinées à l'évacuation des eaux dans les mines (d'apr. Mét. 1955).
D. − COUT., subst. Ouvrier, ouvrière chargé(e) des retouches (d'apr. Mots rares 1965).
II. − Argot
A. − Fellation. Synon. pipe (arg.), pomp(e)lard (infra rem.).Faire, se faire faire un pompier (Cellard-Rey 1980).
B. − Vx. Grand buveur, ivrogne (d'apr. Larchey, Excentr. lang. fr., 1862, p.256).
REM.
Pomp(e)lard,(Pomplard, Pompelard) subst. masc.,arg. a) Pompier (supra I B). b) ,,Fellation`` (Car. Argot 1977).
Prononc. et Orth.: [pɔ ̃pje]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1517 «fabricant de pompes» (doc. ap. S. de Merval, Doc. rel. à la fondation du Havre, p.86); 2. 1750 «homme faisant partie d'un corps organisé pour porter secours en cas d'incendie» (Arrêt du Parlement de Grenoble, 16 avril, art.17 ds Brunot t.6, p.363, note 6); 3. 1955 «ouvrier chargé de la manoeuvre ou du fonctionnement d'une ou de plusieurs pompes» (Mét.). Dér. de pompe2*; suff. -ier*.

POMPIER2, -IÈRE, adj. et subst.

A. − BEAUX-ARTS
1. Adj. et subst. (Peintre et, plus généralement, artiste ou écrivain) qui traite de sujets conventionnels et grandiloquents dans un style académique et prétentieux. Peintre, sculpteur, écrivain pompier. L'artiste pompier n'est pas seulement celui qui coiffe ses héros de casques éclatants, c'est l'artiste prétentieux et vain qui use d'un style ampoulé, d'un style pompeux (J. Thuillier,Peut-on parler d'une peinture «pompier»?1984, p.19).
2. Adj. Qui relève de cet art conventionnel et ridiculement emphatique. Genre, style pompier; poème pompier. [Une pièce] fut déclarée horriblement pompier, et rasante (Ponchon,Muse cabaret, 1920, p.273).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Les trois exemples de littérature que vous avez lus cent fois, et que j'appellerai le pompier, le naturaliste et le moral (Thibaudet,Réflex. litt., 1936, p.153).
B. − Adj. Qui est à la fois démodé, banal et ridiculement emphatique. Le curé de ceux-d'en-haut braille un discours pompier fait de tous les lieux communs patriotiques (Bloy,Journal, 1903, p.170).
Prononc.: [pɔ ̃pje], fém. [-jε:ʀ]. Étymol. et Hist. 1880 (Th. de Banville ds Gil Blas, 12 nov., p.1: genre pompier, style pompier, faire pompier). Orig. obsc. D'apr. Th. de Banville, loc. cit. (repris dans: Banville, Contes féeriques, Paris, 1882, p.10), les casques portés par les personnages de l'Antiquité sur les tableaux de David et des peintres de son école auraient suggéré aux contemporains l'idée du «pompier qui se déshabille» (cf. p.ex. le vaudeville de F.-A. Duvert, La Soeur de Jocrisse ([1841], scène 1 ds Théâtre choisi, Paris, G. Charpentier, 1877, t.4, p.4, auquel Th. de Banville loc. cit. fait allusion: [Jocrisse, regardant une gravure] Passage des Thermopyles! (...) ils se battent tout nus! (...) Ah! non, non, ils ont des casques... c'est peut-être des pompiers qui se couchent); le mot se serait ensuite appliqué aux tableaux manquant d'originalité. Si l'on admet cette hyp., une infl. second. de pompe1* et pompeux* est possible. Voir J. Thuillier, op. cit., en partic. pp.17-19.
STAT.Pompier1 et 2. Fréq. abs. littér.: 268. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 74, b) 420; xxes.: a) 678, b) 442.
DÉR.
Pompiérisme, subst. masc.Style, manière des artistes, des écrivains pompiers; p.ext., penchant pour ce qui est pompier; emphase ridicule. Alors que partout sévissait soit le fétichisme du passé, soit le plus coupable amour pour le pompiérisme des artistes français, M. F. collectionnait des Gauguin (Lhote,Peint. d'abord, 1942, p.23). [pɔ ̃pjeʀism̭]. 1reattest. 1888 (Villatte d'apr. FEW t.9, p.143b); de pompier2, suff. -isme*.
BBG.Quem. DDL t.17.

Wiktionnaire

Nom commun 1

pompier \pɔ̃.pje\ masculin (pour une femme on peut dire : pompier, pompière)

  1. Professionnel ou volontaire chargé d’éteindre les incendies à l’aide des lances dont les camions sont équipés.
    • Les pompiers se sont rendus maîtres du feu. Le bal des pompiers a toujours du succès.
    • Ce dimanche-là, quelque animation devant l’église me retint dehors après vêpres. Un baptême, sous le porche, avait attroupé des gamins. Sur la place, plusieurs hommes du bourg avaient revêtu leurs vareuses de pompiers ; et, les faisceaux formés, transis et battant la semelle, ils écoutaient Boujardon, le brigadier, s’embrouiller dans la théorie… — (Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913)
    • C’était le laboratoire du professeur Cyrus Beck qui venait de sauter. Les pompiers, arrivés presque instantanément, s’efforçaient de circonscrire l’incendie. Derrière, dans la cour d’honneur, s’entendait le bruit sourd et martelé des troupes de la garnison accourant au pas gymnastique. À une heure, on était maître du feu. À une heure et demie, on put commencer à retirer les premiers cadavres. — (Pierre Benoit, Kœnigsmark, 1918)
  2. (Figuré) (Par analogie) Personne ou entité qui apporte son aide à une autre.
    • Jouer les pompiers après une déclaration malencontreuse, pour sauver les élections.
  3. (Couture) Ouvrier tailleur travaillant en atelier, chargé des retouches. ou du montage des manches, et payé au temps travaillé, par opposition à l’apiéceur, travaillant à domicile et payé à la pièce.
    • Les ouvriers qui, chez tous les tailleurs, sont chargés de faire des poignards ou des retouches s’appellent des pompiers, et leur travail est dit à la pompe. — (Émile Littré, Dictionnaire de la langue française)
  4. (Sexualité) Fellation, pipe.
    • Il y a mon lit et il y a le divan, dit Hélène. Débrouillez-vous, dit Mercier, moi je ne coucherai avec personne. Un gentil petit pompier, pas trop prolongé, dit Camier, je veux bien, mais pas plus. — (Samuel Beckett, Mercier et Camier, 1946)
    • Mon père ne pouvait obtenir d’avancement à la Boston and Northeastern exactement pour la même raison que Sally Maulsby ne pouvait s’abaisser à me faire un pompier. — (Philip Roth, Portnoy et son complexe, 1967, trad. Henri Robillot, in L'Humour juif, Omnibus, 2012, p. 639.)
  5. (Vieilli) Celui qui fabrique, qui vend des pompes.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. (Vieilli) Ivrogne.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun 2

pompier \pɔ̃.pje\ masculin (pour une femme on dit : pompière)

  1. (Arts) Artiste conventionnel, qui fait partie du courant de l’art académique.
    • Naguère l’artiste rebuté par la stupidité de la foule se repliait dans sa coquille, œuvrait silencieusement, en garde contre le pompiérisme odieux de son époque, attendant son heure qui sonnait toujours trop tard. Aujourd’hui tout est chahuté. Le pompier, c’est l’artiste probe, le créateur, l’amoureux des formes, l’amant de la lumière, l’homme qui travaillait. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, xxxx)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POMPIER (pon-pié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des pom-pié-z actifs) s. m.
  • 1Celui qui fait des pompes.
  • 2Nom qu'on donne à chaque homme d'un corps spécialement chargé de porter des secours dans les incendies et de faire agir les pompes. En 1671, il n'y avait pas encore de pompiers, et les capucins en faisaient l'office avec un zèle et une charité admirables, dans SÉV. 20 av. 1671, Note de l'éd. RÉGNIER.

    On les nomme aussi : sapeurs-pompiers.

  • 3 Populairement. Fort buveur.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pompier »

(Nom 1) (1517) Mot dérivé de pompe (« instrument pour pomper ») avec le suffixe -ier.
Léonidas aux Thermopyles ou « les pompiers qui se couchent »
(Adjectif, nom 2) (1888) Avec le sens de « pompeux », probablement forgé par plaisanterie avec le substantif et dérivé de pompe (« faste, somptuosité ») avec le suffixe -ier ; mais les casques portés par les personnages de l'Antiquité sur les tableaux de David et des peintres de son école auraient suggéré aux contemporains l’idée du « pompier qui se déshabille » ; dans le vaudeville de 1841, La Sœur de Jocrisse de Félix-Auguste Duvert et Antoine-François Varner : « [Jocrisse, regardant une gravure] Passage des Thermopyles ! Ah C'te bêtise ! ils se battent tout nus ! […] Ah ! non, non, ils ont des casques… c’est peut-être des pompiers qui se couchent » ; l’idée est reprise par les frères Goncourt : « Savez-vous la recette de Duvert et de Lausanne pour faire un vaudeville ? Ils prennent Andromaque. Oui, Andromaque ! Maintenant, voici comment ils l’arrangent. D’Andromaque, ils font un pompier. Puis, la jalousie, le nœud de la pièce, ils la transforment en le désir d’obtenir un bureau de tabac… » — (Journal, 1856) ; Théodore de Banville reprend le thème : « Les Romains bizarres du grand peintre David, qui du les faire ainsi nus et coiffés de casques, pour se raccrocher à quelque chose et retrouver l’antique […] éveillèrent tout de suite l’idée du “pompier qui se déshabille” » — (Contes féeriques, Paris, 1882, page 10).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pompe 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pompier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pompier pɔ̃pje

Citations contenant le mot « pompier »

  • - Je m’éteins ! dit le pompier avant de mourir. De Pierre Doris
  • Lorsqu’on a vingt ans, on est incendiaire, mais après la quarantaine, on devient pompier. De Witold Gombrowicz / Souvenirs de Pologne
  • Quiconque n’est pas révolutionnaire à seize ans, n’a plus à trente ans assez d’énergie pour faire un capitaine de pompiers. De André Maurois
  • "Le feu est actuellement maîtrisé" e, plqie un représentant des pompiers de Loire-Atlantique.#Nantes #cathedraledenantes pic.twitter.com/x5ONqTW8hF , Incendie de la cathédrale de Nantes. Pompier, ce maire de Loire-Atlantique raconte l’intervention | L'Hebdo de Sèvre et Maine
  • Lors d’une intervention qui a eu lieu ce week-end, un homme a agressé physiquement un sapeur-pompier. Il a été convoqué devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne dès ce mardi 28 juillet. L’agresseur a été condamné à six mois de prison avec sursis ainsi qu’à une amende de 250 euros. Journal L'Union, Un pompier de Châlons-en-Champagne agressé lors d’une intervention
  • Dimanche soir, un homme a frappé au visage un des pompiers de Calais venu à son domicile pour lui venir en aide. Ivre, il a été placé en garde à vue et sera jugé prochainement. La Voix du Nord, Un pompier frappé lors d’une intervention, un Calaisien placé en garde à vue
  • Pour renforcer leurs effectifs, les sapeurs-pompiers de la Marne recrutent cinquante jeunes dans les casernes du département. L'objectif, passer de 300 à 500 jeunes en les formant quatre ans puis en les intégrant en tant que pompier volontaire. France Bleu, Les sapeurs-pompiers de la Marne recrutent cinquante jeunes
  • Il y a de l'incompréhension, de la colère et beaucoup d'inquiétudes dans les rangs des soldats du feu. Ce mardi 14 juillet, dans la soirée, l'un des leurs a été blessé par balle lors d'une intervention sur un feu de voiture, à Etampes, dans l'Essonne. Le pompier, sergent chef, a été touché au mollet par un tireur, à l'heure actuelle toujours non identifié. Marianne, Pompier blessé par balle : "Quand on est pompier, on est là pour sauver des vies, pas pour se les faire faucher"
  • Trois sapeurs-pompiers du Jura ont été menacés et agressés pendant une intervention dimanche dernier à Lons-Le-Saunier : un homme armé d'un couteau a tenté de les frapper. Ils ont réussi à le maîtriser. Les pompiers ont porté plainte. France Bleu, Trois sapeurs-pompiers agressés à Lons-Le-Saunier dimanche par un homme armé d'un couteau
  • C'est le troisième soldat du feu corrézien, volontaire, à partir pour les DOM-TOM dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Ce sapeur-pompier affecté en temps normal au centre de secours de Seilhac, près de Tulle, est parti vendredi 24 juillet, en appui de la sécurité civile en Guyane, en Amérique du Sud.  www.lamontagne.fr, Un pompier de Seilhac en Corrèze parti pour la Guyane pour lutter contre le Covid-19 - Seilhac (19700)
  • La prime représentera désormais 25% du salaire de base, contre 19% auparavant. Les pompiers demandaient une revalorisation à 28% du salaire, à hauteur des primes de risque accordées aux policiers et gendarmes, mais aussi le maintien des mécanismes leur permettant de partir en retraite anticipée à 57 ans en échange de cotisations supplémentaires. Franceinfo, Pompiers : le décret revalorisant la prime de feu a été publié
  • Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé jeudi 16 juillet avoir signé le décret qui revalorise la prime de feu des pompiers, un engagement pris par le gouvernement en janvier après plusieurs mois de mobilisation des soldats du feu. "Je viens de signer le décret relevant le niveau de la prime de feu. Cela représentera pour chaque sapeur-pompier professionnel un gain mensuel d'environ 100 euros net", a tweeté Gérald Darmanin. Le tweet est accompagné d'une photo du décret, qui porte la prime de feu des pompiers de 19% à 25% du salaire de base. Capital.fr, La prime de feu des pompiers revalorisée - Capital.fr

Images d'illustration du mot « pompier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pompier »

Langue Traduction
Anglais firefighter
Espagnol bombero
Italien pompiere
Allemand feuerwehrmann
Chinois 消防队员
Arabe رجال الاطفاء
Portugais bombeiro
Russe пожарный
Japonais 消防士
Basque suhiltzaile
Corse bomber
Source : Google Translate API

Synonymes de « pompier »

Source : synonymes de pompier sur lebonsynonyme.fr
Partager