La langue française

Poinçon

Sommaire

  • Définitions du mot poinçon
  • Étymologie de « poinçon »
  • Phonétique de « poinçon »
  • Citations contenant le mot « poinçon »
  • Images d'illustration du mot « poinçon »
  • Traductions du mot « poinçon »
  • Synonymes de « poinçon »

Définitions du mot poinçon

Trésor de la Langue Française informatisé

POINÇON, subst. masc.

I. −
A. Outil à main ou élément de machine, terminé en pointe plus ou moins aiguë, servant à percer ou à entamer différents matériaux. Poinçon de cordonnier, de menuisier, de sellier, de tailleur de pierres; poinçon de machine-outil. Le papier à décalquer les broderies, gras, d'un bleu nocturne, le poinçon à percer les «roues» dans la broderie anglaise (Colette, Mais. Cl., 1922, p.119).Les trous des clous de fixation sont percés à chaud, soit au poinçon à main, soit au poinçon à manche (Fillon, Serrurier, 1942, p.13):
1. Puis ce sont (...) des tombes (...) couvertes en dehors et en dedans d'hiéroglyphes gravées avec un poinçon (...) dans une matière si dure, que l'acier y fait feu et que la dent des siècles s'y use... Gautier, Guide Louvre, 1872, p.189.
P. métaph. Le puissant coup de poinçon donné par deux ou trois quintaux de poudre avait troué de part en part le mur énorme (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874, p.97).Notes d'oiseaux détachées et liquides, le poinçon au loin d'un chant de coq, la voix du bouvier (Mauriac, Chair et sang, 1920, p.211).
ANC. COST., MODE. Aiguille de tête qui servait d'ornement dans la coiffure des femmes. Un poinçon de diamant; elle avait plusieurs beaux poinçons à la tête (Ac.1798).
B. − ,,Outil mâle agissant par compression et utilisé dans les opérations de découpage, cambrage, emboutissage`` (Boissier 1975).
INFORMAT. ,,Tige métallique montée sur une matrice et perforant des cartes`` (Le Garff 1975). On peut perforer les cartes soit avec une poinçonneuse à clavier, soit avec un poinçon manuel (Jolley, Trait. inform., 1968, p.193).
C. −
1. Tige terminée par une face dont la gravure sert à marquer des objets, à certifier l'authenticité des métaux ou l'origine des marchandises. Le coup de poinçon, frappé au marteau, fournit ainsi deux empreintes bien différentes (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p.33).
P. méton. La marque gravée par cet outil. Synon. estampille.Apposer, frapper un poinçon. Les fabricants [de quincaillerie] désireux de voir les articles de leur fabrication porter le poinçon de la société centrale des architectes doivent les soumettre à son examen (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t.3, 1928, p.52).P. métaph. Les pièces de Dumas ont toutes dès la première scène la même intonation cassante et paradoxale, voix de tête et crête dressée; mais c'est sa marque de fabrique cela, son poinçon, la griffe au coin du tableau (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p.212).Nous n'avons pas simplement parcouru ce texte proposé à notre étude, nous avons, comme on nous le conseillait, scruté, creusé jusqu'à la racine et au principe, passant de l'extérieur à l'intérieur et du visible à l'âme, nous y avons mis notre poinçon (Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p.66).
ORFÈVR. Marque apposée sur les pièces d'orfèvrerie pour certifier le contrôle du titre du métal, pour attester le paiement de l'impôt ou comme signature de l'artiste. Poinçon d'État, de garantie, de titre. Maintenant l'argenterie l'intéressait, et cela l'avait amenée, depuis que nous étions revenus de Balbec, à lire des ouvrages sur l'art de l'argenterie, sur les poinçons des vieux ciseleurs (Proust, Prisonn., 1922, p.368).Outre les poinçons de fabricant ou de commerçant, la loi de brumaire a créé les poinçons de titre et de garantie, établissant le contrôle de l'État (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p.30).
2. TYPOGR. Morceau d'acier où les lettres sont gravées en relief et avec lequel on frappe les matrices qui servent à fondre les caractères d'imprimerie. Des industrieux que l'imprimerie fait travailler, comme graveurs de poinçons, fondeurs de caractères, fabricans de papier (Say, Écon. pol., 1832, p.88).
3. Original d'une médaille, d'une monnaie. Comme la gravure en pierres fines, la gravure en médailles a ses creux et ses reliefs. Ce qui est une intaille dans la première, est dans la seconde un coin, et ce que l'une appelle camée, l'autre le nomme poinçon (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1875, p.471).
II. − P. anal.
A. − [P. réf. à la forme] CHARPENT. ,,Pièce de charpente verticale qui reçoit les extrémités supérieures des arbalétriers d'une ferme ou les arétiers d'un pavillon et d'une flèche`` (Viollet 1875). La porte était faite de douves de poinçon toutes pourries (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.345).Ce pays [la France] de grandes forêts abonde en chênes et en châtaigniers, matière puissante de poinçons et d'arbalétriers, et de tous les membres des fermes qui soutiennent la couverture des édifices (Valéry, Regards sur monde act., 1931, p.184).
B. − [P. réf. à la marque d'un contrôle] MÉTROL. ,,Tonneau qui tient à peu près les deux tiers d'un muid`` (Littré). Il exploitait cent arpents de vignes, qui, dans les années plantureuses, lui donnaient sept à huit cents poinçons de vin (Balzac, E. Grandet, 1834, p.13).Gaspard, qui amenait souvent un poinçon de blanc ou une feuillette de rouge, connaissait les aîtres (Pourrat, Gaspard, 1930, p.265):
2. Cet arpent donne quelquefois vingt-quatre pièces ou poinçons de vin aux bonnes années, quelquefois rien: produit moyen, douze poinçons, qui se vendent chacun soixante francs... Courier, Pamphlets pol., Gazette du village, 1823, p.180.
Prononc. et Orth.: [pwε ̃sɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) Ca 1200 poncon «instrument terminé en pointe pour percer» (Naissance du Chevalier au Cygne, Elioxe, éd. Emanuel J. Mickel, 787); b) 1355 «instrument dont on se sert pour marquer les ouvrages d'or ou d'argent» (Statuts des orfèvres de la ville de Paris ds Ordonnances des rois de France, t.3, p.11); c) 1554 «marque apposée sur une matière d'or ou d'argent pour en certifier la qualité ou pour indiquer la provenance de certains produits» (Invent. des biens de la Dame de Nicolaï ds de Laborde, Notice des émaux... du Musée du Louvre, 2epart., p.384); 2. ca 1260 ponchon «tonneau comprenant à peu près la valeur d'une feuillette» (Estienne Boileau, Livre des mestiers, éd. G. B. Depping, p.301); 3. 1319-27 pinçon «pièce de bois verticale sur laquelle sont appuyés les arbalétriers d'un comble» (Arch. hospit. de Paris, II, 65 ds Gdf. Compl.). Dér. d'un verbe lat. pop. *punctiare «piquer» formé sur le supin punctum du class. pungere «id.», cf. les corresp. rom. ital. ponzare «se raidir (en faisant un effort)» cat. punxar «piquer avec une pointe», esp. punzar «id.», port. punçar «ponctionner» et l'ital. punzone «poinçon», esp. punzŏn «id.», v. REW3no6845; le sens de «tonneau» s'explique prob. par l'expr. ant. «tonneau à poinçon» pour signifier «tonneau étalonné, marqué après contrôle» (FEW t.9, p.584 a). Fréq. abs. littér.: 71. Bbg. Quem. DDL t.27.

Wiktionnaire

Nom commun 1

poinçon masculin

  1. Instrument métallique, généralement d’acier, qui a une pointe pour percer.
    • Un étui garni de ciseaux et d’un poinçon.
  2. Outil qui découpe, par pression transversale, au milieu d'une feuille de matériau solide, une partie à silhouette déterminée.
    • Les trous carrés dans cette plaque sont faits au poinçon, tous au même moment.
    • Les trous d’une ceinture découpés au poinçon.
  3. Morceau d’acier gravé en relief, avec lequel on frappe les coins des monnaies et des médailles.
    • La céramique confirme et précise les données de la numismatique. Les fouilles du sanctuaire de Jublains ont livré des céramiques décorées au poinçon. — (Jacques Naveau, Recherches sur Jublains et sur la cité des Diablintes, Documents archéologiques de l’Ouest, Conseil général de la Mayenne, 1997, page 31)
    • Parfois, les éditeurs lui confiaient les poinçons gravés par d'autres ; il les champlevait, les trempait et les enfonçait pour obtenir la matrice. — (Jean-Luc Desnier, Monnaie et médailles à l'âge des révolutions: In Honorem Jean Belaubre, Ed. Moneta, 2001, p. 32)
  4. (Bijouterie) Instrument dont on se sert pour marquer les ouvrages d’or ou d’argent.
    • Le poinçon de l’état indique à la fois le titre et le paiement des droits.
    • Un poinçon d’orfèvre.
    • De l’argenterie ancienne marquée au poinçon de Paris.
  5. (Typographie) Morceau d’acier où les lettres sont gravées en relief et avec lequel on frappe les matrices qui servent à fondre les caractères d’imprimerie.
    • Il fabriqua, en 1621, des poinçons pour former des caractères hébreux, chaldaïques, syriaques, arabes, grecs et allemands, et pour les lettres fleuries, les notes de musique, les vignettes et les fleurons, et rendit public, durant cette année, un cahier d'épreuves de ces caractères, qu'il avait gravés. — (« JANNON (Jean) », dans Biographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus et leurs erreurs, par Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Paris, 1830, vol. 2, p. 56)
    • Voici, par exemple, l'anglais Baskerville (1706-1775) qui, après avoir été maître d'écriture et graveur de pierres tombales, commence en 1750 à s'occuper de typographie, passe deux ans à dessiner ses caractères et à faire graver ses poinçons et met en même temps au point un procédé de fabrication de papier satiné sans vergeûres — le papier vélin. — (Lucien Febvre & Henri-Jean Martin, L'Apparition du livre, dans la collection L'Évolution de l'humanité; synthèse collective, sous la direction de Henri Berr, vol. 49, Paris : La Renaissance du livre, 1958, p. 242)
  6. Petite pièce de métal ou partie d’un objet métallique résultant du marquage par un poinçon (l’instrument).
  7. (Équitation) Morceau de bois taillé en pointe, ou armé d’une pointe de fer, dont les maîtres de manège se servaient autrefois pour piquer la croupe des sauteurs qu’ils montaient et pour les exciter à détacher la ruade.
    • Les habiles écuyers ont toujours blâmé l’usage du poinçon.
  8. (Architecture) Pièce de bois qui, dans une charpente, s’appuie perpendiculairement sur le milieu de l’entrait et sur le haut de laquelle s’assemblent les arbalétriers.
  9. (En particulier) Arbre vertical sur lequel tourne une machine.

Nom commun 2

poinçon \pwɛ̃.sɔ̃\ masculin

  1. Sorte de tonneau servant à mettre du vin ou d’autres liquides, il contenait environ les 2/3 d'un muid.
    • Poinçon de vin.
    • Poinçon de cidre.
    • Il exploitait cent arpents de vignes, qui, dans les années plantureuses, lui donnaient sept à huit cents poinçons de vin. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POINÇON. n. m.
Instrument métallique, généralement d'acier, qui a une pointe pour percer. Un étui garni de ciseaux et d'un poinçon.

POINÇON se dit particulièrement d'un Instrument dont on se sert pour marquer les ouvrages d'or et d'argent. Le poinçon de l'État indique à la fois le titre et le paiement des droits. Un poinçon d'orfèvre. De l'argenterie ancienne marquée au poinçon de Paris.

POINÇON se dit encore d'un Morceau d'acier gravé en relief, avec lequel on frappe les coins des monnaies et des médailles. On a fait un nouveau poinçon pour les monnaies. C'est tel graveur qui a fait le poinçon de cette médaille. Il se dit également, en termes de Typographie, d'un Morceau d'acier où les lettres sont gravées en relief et avec lequel on frappe les matrices qui servent à fondre les caractères d'imprimerie. On a perdu les matrices de tels caractères, mais on en a les poinçons. En termes de Manège, il désigne un Morceau de bois taillé en pointe, ou armé d'une pointe de fer, dont les maîtres de manège se servaient autrefois pour piquer la croupe des sauteurs qu'ils montaient et pour les exciter à détacher la ruade. Les habiles écuyers ont toujours blâmé l'usage du poinçon. Il se dit aussi de l'Arbre vertical sur lequel tourne une machine. En termes d'Architecture, il désigne la Pièce de bois qui, dans une charpente, s'appuie perpendiculairement sur le milieu de l'entrait et sur le haut de laquelle s'assemblent les arbalétriers.

Littré (1872-1877)

POINÇON (poin-son) s. m.
  • 1Instrument de métal, poli ordinairement, rond et pointu, qui sert à percer. Tandis qu'Alaciel à l'aide d'un poinçon Faisait semblant d'écrire sur les arbres, La Fontaine, Fiancée. Celui qui les conduisait [les éléphants] était forcé, pour éviter un malheur [quand ils devenaient furieux], de leur enfoncer un poinçon qui les faisait tomber morts dans l'instant, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 389, dans POUGENS.

    Fig. Chamillart, doux et modéré, mais qui n'était point accoutumé au poinçon [à être piqué], s'aigrit et s'emporta, Saint-Simon, 232, 99.

  • 2Outil pour graver. Graver au poinçon. Audran, Le Clerc de Metz travaillent à l'eau-forte, Leur poinçon est exquis, l'on en fait de l'état, M. de Marolles, le Livre des peintres, etc. p. 92.

    Terme de sculpture. Outil d'acier pour ébaucher l'ouvrage.

    Outil dont les maçons et les tailleurs de pierre se servent pour faire des trous dans les pierres.

  • 3Poinçon d'arrêt se dit, chez les artificiers, d'un instrument pointu, portant, non loin de son extrémité, une traverse qui l'empêche de pénétrer plus avant.
  • 4Grosse cheville de fer pointue par un bout, avec une forte tête de l'autre, dont se servent les vanniers.
  • 5 Terme de maréchalerie. Barreau de fer terminé en pointe, pour contre-percer les fers du cheval.
  • 6Morceau d'acier gravé en relief, avec lequel on frappe les coins des monnaies et des médailles. On distingue le poinçon d'effigie, le poinçon de croix ou d'écusson, et le poinçon de légende. Nous avons égalé les anciens dans les médailles… c'est maintenant une chose admirable que ces poinçons et ces carrés qu'on voit rangés par ordre historique dans l'endroit de la galerie du Louvre occupé par les artistes, Voltaire, Louis XIV, 33.
  • 7 Terme de typographie. Morceau d'acier où les lettres sont gravées en relief, et avec lequel on frappe les matrices servant à fondre les caractères d'imprimerie.
  • 8Petit instrument d'acier, gravé en creux, pour marquer la vaisselle d'or et d'argent.
  • 9Anciennement, aiguille de tête dont les femmes se servaient pour arranger leurs cheveux quand elles se coiffaient. Leurs robes magnifiques, leurs écharpes, leurs beaux linges, leurs poinçons de diamants, Sacy, Bible, Isaïe, III, 22.
  • 10 Terme de manége. Morceau de bois taillé en pointe ou terminé par une pointe de fer, dont on se sert au manége pour exciter les chevaux à sauter entre les piliers.
  • 11Arbre vertical sur lequel tourne une machine.
  • 12 Terme de charpente. Pièce de bois qui est toute droite sous le faîte du bâtiment, et qui sert pour l'assemblage des formes et faîtes. Cette pièce de charpente, placée verticalement au milieu d'une ferme, pose par son extrémité inférieure sur l'entrait, et soutient le faîte à l'endroit où sont assemblés les arbalétriers.

    S. m. pl. Terme de charpente. Ce sont, dans un cintre, pour la construction d'une voûte ou d'une arcade, toutes les pièces posées debout dans lesquelles sont assemblées les courbes.

  • 13Coquille univalve.

HISTORIQUE

XIIIe s. Laiens s'est li paiens trestout seus [seul] enfermés ; Deus bons cotiaus d'acier en a o lui [avec soi] portés, Et poinchons et alesnes…, Ch. d'Ant. VI, 318. Il est à Paris orfevre qui veut et qui faire le scet, pourtant qu'il soit tel esprouvé… de tenir et lever forge et d'avoir poinçon à contre-seing, De Laborde, Émaux, p. 383.

XVe s. Et au front devant estoient mis les archiers en ordonnance tous à pied, ayans chascun devant luy poinçons aguisez fichez devant eux, Monstrelet, t. II, p. 49, dans LACURNE.

XVIe s. Les poinçons de lettres grecques qu'il a entreprins et promis tailler et mettre es mains du dict Robert Estienne, Mandement de François Ier, dans Bibl. des ch. 3e série, t. III, p. 170. J'ay veu une fille, pour tesmoigner l'ardeur de ses promesses et aussi sa constance, se donner, du poinçon qu'elle portoit en son poil, quatre ou cinq bons coups dans le bras, Montaigne, I, 309.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. POINÇON. Ajoutez :

REMARQUE

Il faut définir ainsi le poinçon en charpente : c'est une pièce de bois ou de métal qui est toute droite sous le faîte du bâtiment, et qui sert pour l'assemblage des fermes et faîtes ; cette pièce, placée verticalement au milieu d'une ferme, est supportée à son extrémité supérieure par les arbalétriers, et soutient l'entrait ou le tirant avec lequel elle est assemblée à sa partie inférieure.

HISTORIQUE

Ajoutez :

XIVe s. Ou [au] vergier avoit tantes [tentes] maintes, Dont les colomes, li poinsson [poteaux] Eraint d'argent en jusquenssom [jusqu'en haut], Macé, Bible en vers, f° 99, verso, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POINÇON, outil de divers artisans ; les Relieurs de livres, Papetiers, Tailleurs, Tapissiers, Selliers, Bourreliers, Couturieres, &c. ont un petit outil de fer emmanché de bois, qu’ils appellent un poinçon, dont ils se servent pour percer des trous dans les différentes matieres, cuirs, étoffes, cartons, qu’ils emploient dans leurs ouvrages.

Les Couteliers nomment pareillement un poinçon ce petit outil d’acier poli, quelquefois percé par le haut en forme d’aiguille, qu’ils mettent assez souvent dans un même étui avec une paire de ciseaux.

Le poinçon des maîtres Layettiers est ordinairement un bout de vieille lame d’épée très-appointée & affutée sur le grès, avec un manche de bois grossierement fait. Savary. Voyez les articles suivans. (D. J.)

Poinçon de Maçon, (Architect.) est un outil fait en forme de clou sans tête, pointu quarrément par un bout, de la longueur de vingt à trente pouces, ou plus, selon le besoin, pour faire des petits trous dans un mur.

Poinçon a piquer, outil d’Arquebusier ; c’est un poinçon quarré fort aigu qui sert aux Arquebusiers pour marquer un trou avant de le percer, ils posent ce poinçon sur la piece, & avec un marteau ils frappent dessus jusqu’à ce que le poinçon ait marqué un petit trou.

Poinçon a arrêt. Les Artificiers appellent ainsi un instrument qui ne differe d’un poinçon ordinaire que parce qu’il est traversé près de sa pointe par une grosseur qui l’empêche de pénétrer plus avant qu’il ne faut pour percer un carton d’une certaine épaisseur, sans entrer dans la matiere combustible qu’il contient.

Poinçon a aiguille ou à rapetisser. Voyez l’article Métier a bas.

Poinçon, en terme de Bijoutier ; cet outil arrondi par un bout est une pointe très-courte, dont on se sert pour marquer la place où l’on doit percer & commencer les trous dans les pieces minces. Voyez Pl. d’Horlogerie.

Poinçon, instrument de Bourrelier ; c’est un outil de fer d’environ vingt pouces de longueur fait comme une espece de bouton garni d’une tête ronde par un bout, & de l’autre terminé en pointe. Le poinçon est à-peu-près de la grosseur du pouce par en-haut, & va en diminuant de grosseur jusqu’à l’autre extrèmité : cet instrument sert pour agrandir les trous des souspentes, qui ont déja été formés par l’emporte-piece. Voyez les fig. Pl. du Bourrelier.

Poinçon, en terme de Cardier ; c’est un morceau de fer pointu & garni d’un manche de bois, dont on se sert pour faire les trous par lesquels les peaux sont accrochées aux pointes qui regnent le long du pointeur. Voyez Pointeur. Voyez les figures.

Poinçon a arriere-point, terme & outil du Ceinturier, qui leur sert pour marquer la distance à laquelle il faut piquer en arriere-point. Ce poinçon est fait comme les autres, & a les dents placées toutes droites, rondes & point tranchantes. Voyez les fig. Pl. du Ceinturier.

Poinçon en coquille, qui leur sert à découper en feston dentelé des enjolivemens pour les cartouches. Cet outil est fait par en-haut comme les autres poinçons, mais le bas est fait en demi-cercle, & a des petites dents tranchantes qui découpent & forment des festons dentelés à de la peau qui se colle sur les cartouches. Voyez les fig. Pl. du Ceinturier.

Poinçon à croisette, outil qui sert aux Ceinturiers pour former sur leur ouvrage un dessein, pour ensuite le faire piquer. Cet outil est exactement fait comme le poinçon à dent de rat, excepté que les dents sont tranchantes, & que les dents du poinçon à croisette ne sont faites que pour marquer.

Poinçon à dent de rat, autre outil de ceinturier, qui lui sert pour faire des enjolivemens pour les cartouches. C’est un morceau de fer de la longueur de quatre pouces, rond par la tête, gros d’environ un pouce, large & plat par en-bas de la largeur de trois pouces, qui est garni de petites dents tranchantes, ressemblantes à des dents de rat. Voyez la fig. Pl. du Ceinturier.

Poinçon à onde, à croisette, outil de ceinturiers qui leur sert pour former des desseins sur leurs ouvrages, pour ensuite les faire piquer. Cet outil est exactement fait comme les autres poinçons, & ne differe que par la figure qu’il donne à l’ouvrage, & qu’il n’a point les dents tranchantes.

Poinçon à faire des plumes, outil qui leur sert pour marquer sur leur ouvrage un dessein qui ressemble à la barbe d’une plume, & qu’ils font couvrir ensuite avec de l’or ou de l’argent.

Poinçon ou aiguille, (Charpent.) c’est la piece de bois de bout où sont assemblées les petites forces & le faîte d’une forme. C’est aussi en-dedans des vieilles églises qui ne sont pas voutées, une piece de bois à plomb, de la hauteur de la montée du ceintre, qui étant retenue avec des étriers & des boulons, sert à lier l’entrait avec le tirant.

On nomme encore poinçon l’arbre d’une machine sur lequel elle tourne verticalement, comme d’une grue, d’un gruau, &c. (D. J.)

Poinçon, en terme de Chauderonnier, est un morceau de fer aceré à tête, & dont l’autre extrémité pointue sert à percer les pieces qu’on veut clouer ensemble, comme calendes, &c. Voyez les Pl. du Chauderonnier & leur explic.

Poinçon, (Manufact.) chaque marchand drapier a son poinçon, sur lequel est gravé son nom ou son chiffre pour marquer les étoffes qu’ils envoyent aux apprèts, afin d’empêcher qu’elles ne soient changées contre d’autres par inadvertance ou par malice.

Il y a aussi des poinçons dans chaque manufacture pour apposer aux draps & autres étoffes le plomb de fabrique. Diction. de comm.

Poinçon, (Commerce.) est en quelques endroits de France, & particulierement à Nantes & en Touraine, une mesure pour les liquides.

Le poinçon dans la Touraine & le Blaisois est la moitié d’un tonneau d’Orléans & d’Anjou.

A Paris c’est la même chose que la demi-queue. Voyez Queue. A Rome il contient treize boisseaux. Voyez Boisseau. Diction. de comm.

Poinçon, se dit dans l’Ecriture, d’un instrument propre à percer toutes les pieces d’un dossier pour y insérer des liasses, & les unir ensemble : le manche de cet instrument ressemble assez à un cône, & le fer ou l’acier qui y est attaché à une grosse aiguille de tapisserie, à l’exception qu’il a à sa partie supérieure un bouton au lieu d’une fente.

Poinçon, est parmi les Cloutiers d’épingle, un morceau d’acier à un des bouts duquel on a pratiqué un trou creux & exactement concave, pour y faire les clous à tête ronde. Voyez Clous à tête ronde.

Poinçon, chez les mêmes ouvriers, se dit d’un morceau de fer enfoncé dans une pesée de plomb, dont la tête gravée d’un petit trou, tombe directement sur l’enclume, & forme la tête de l’épingle en la pressant fortement. Voyez Métier, & les fig. Pl. de l’Epinglier. Le poinçon entre par sa partie supérieure dans le canon du contre-poids, figure de la même Planche.

Poinçon, se dit encore parmi les Epingliers, de petites pointes de fer de différentes grosseurs, dont on se sert pour faire les trous aux filieres pour le tirage.

Poinçon, est aussi en terme d’Epingliers, un outil d’acier rond, dont la pointe qui n’est pas aiguë, mais un peu arrondie, sert à former dans les enclumes & les poinçons du métier une cavité hémisphérique qui sert à former la tête de l’épingle. Voyez les figures, Planches de l’Epinglier.

Poinçon, en terme d’Eperonnier, signifie un morceau de fer obtus dont on se sert pour rapprocher deux parties éloignées, & qu’on veut rabattre l’une sur l’autre.

Poinçon d’enlevure, chez les mêmes ouvriers, signifie encore un poinçon monté sur son manche, comme la tranche l’est sur le sien. Voyez Tranche. On s’en sert pour former un trou dans la branche d’enlevure, & à ébaucher le banquet. Voyez Banquet.

Poinçons a découper, (outils de Ferblantiers.) ce sont des petits morceaux de fer longs de deux pouces, ronds & gros d’un demi-pouce par en-haut ; il y en a qui représentent des cœurs, des étoiles, des croissans, des carreaux, des fleurs-de-lis, &c. Ils sont tous tranchans par en-bas, & servent pour entailler les figures qu’ils portent sur des feuilles de fer blanc. Voyez les figures, Planche, du Ferblantier, où l’on a représenté les différentes sortes de poinçons.

Les Ferblantiers se servent encore d’un poinçon qui est un petit morceau de fer long de deux pouces, & gros comme le petit doigt, qui a la tête ronde & plate, & le bas fort aigu ; il sert pour piquer les grilles de rapes.

Poinçons a lettre, gravure des, pour les caracteres d’Imprimerie. La beauté de l’impression dépend principalement de celle des caracteres qui servent à les former ; celle des caracteres dépend de la perfection des poinçons ; c’est une affaire de goût & de dessein.

Pour graver les poinçons, qui sont du meilleur acier que l’on puisse trouver, le dessein de la lettre étant arrêté, comme on le voit dans les fig. à la lettre B majuscule que nous avons prise pour exemple, qui est composée de parties blanches & de noires ; les premieres sont creuses & les secondes saillantes. Pour former les parties creuses, on commence par former un contre poinçon d’acier de la forme des parties blanches. Voyez les figures dans les Planches de la Gravure, qui représente le contre-poinçon de la lettre B. Ce contre-poinçon bien dressé sur la pierre à l’huile, & trempé dur & un peu revenu du recuit, pour qu’il ne s’égrene pas facilement, est entierement achevé.

Présentement pour faire le poinçon, on prend de bon acier d’une grosseur convenable, que l’on fait rougir au feu pour le ramollir ; on le coupe par tronçons de deux pouces & demi ou environ de longueur ; on arrondit un des bouts qui doit servir de tête, & on dresse bien à la lime l’autre bout ; en sorte que la face soit bien perpendiculaire à l’axe du poinçon ; ce qu’on connoît en le passant dans l’équerre à dresser sur la pierre à l’huile, ainsi qu’il sera expliqué ci-après.

On observe aussi de bien dresser deux longues faces du poinçon, qui sont celles qui doivent s’appliquer contre les parois internes de l’équerre à dresser ; on fait quelque marque de repere sur une de ces faces. Cette marque a deux usages ; 1°. celui de faire connoître le haut ou le bas de la lettre, selon qu’elle est placée à l’un de ces deux côtés du poinçon ; 2°. à faire que les mêmes faces du poinçon regardent à chaque fois qu’on le remet dans l’équerre, les faces de l’équerre vers lesquelles elles étoient tournées la premiere fois, ce qu’il est très-essentiel d’observer, sans quoi on ne parviendroit jamais à dresser la face du poinçon où doit être la lettre.

Le poinçon ainsi préparé, on le fait rougir au feu ; on le met ensuite dans un fort étau de serrurier où on l’affermit en serrant la vis ; on présente ensuite sur la face du poinçon qui est en-haut, le contre-poinçon qu’on enfonce à coups de masse d’une ligne ou environ, dans le corps du poinçon, qui reçoit ainsi l’empreinte du creux de la lettre. Cette opération faite, on retire le contre-poinçon & le poinçon de dedans l’étau ; on le dresse sur la pierre à l’huile avec l’équerre, & on dessine avec une pointe d’acier bien aiguë, le contour extérieur des épaisseurs de la lettre, & on emporte l’excédent avec des limes, observant de ne point gâter le contour de la lettre que l’on dresse sur la pierre à l’huile pour emporter les rebarbes que la lime fait autour de la lettre, que l’on finit à la lime & au burin, jusqu’à ce qu’il ne reste de la face qui est la base du poinçon, que la figure B, ou autre, si c’est une autre lettre. Voyez la figure qui représente le poinçon de la lettre B, entierement achevé, où on voit que la lime a abattu en talud l’excédent du poinçon sur la figure extérieure de la lettre.

L’équerre à dresser, représentée dans les fig. est un morceau de bois ou de cuivre formé par deux parallélipipedes ABCD, ABEF, qui se joignent à angle droit, à la ligne AB ; en sorte que lorsque l’équerre est posée sur un plan, comme les figures le représentent, cette figure AB, y soit perpendiculaire ; la partie inférieure de l’équerre, est une semelle d’acier bien dressée sur la pierre à huile, qui doit être elle-même parfaitement droite. On place le poinçon dans le vuide de l’équerre, où on l’assujettit en le pressant avec le pouce, pendant que les autres doigts pressent l’équerre extérieurement. On fait glisser le tout sur la pierre à huile, sur laquelle est étendue une légere couche d’huile d’olive ; la pierre use à-la-fois la semelle de l’équerre & la partie du poinçon qui porte sur elle ; mais comme l’axe du poinçon conserve toujours le parallélisme avec l’arrête angulaire AB de l’équerre, qui conserve parfaitement à cause de la grande étendue de sa base, la direction perpendiculaire au plan de la pierre, il suit que le poinçon la conserve aussi, & qu’il est dressé, en sorte que le plan de la lettre est perpendiculaire à son axe.

On trempe ensuite le poinçon pour le durcir ; on le fait un peu revenir pour qu’il ne soit pas sujet à s’égrener, en marquant les matrices. C’est de cette opération que dépend la bonté ; car si il est trop dur, il se brise facilement, & c’est du tems perdu que celui qu’on a employé à le façonner. Si il est trop tendre, les angles de la lettre s’émoussent ; il faut recommencer à le tailler & limer.

Tous les poinçons des lettres majuscules d’un même corps, doivent avoir exactement la même hauteur ; on les égalise au moyen d’un calibre qui est un morceau de léton plat, dans lequel est une entaille d’une longueur égale à la hauteur qu’on veut donner au caractere, & que la lettre du poinçon doit remplir exactement ; en sorte qu’après que les caracteres sont fondus, leurs sommets & leurs bases se trouvent précisément dans les mêmes lignes, ainsi que l’exemple suivant le fait voir. A B C D E F G H I K L M N O P Q R S T V U X Y Z. Les lettres minuscules doivent être calibrées aussi très-exactement ; ensorte que toutes celles qui n’ont point de queues, soient en ligne droite, & que les queues de celles qui en ont, ayent toutes la même longueur : a b c d e f g h i k l m n o p q r s t u x y z, &c. Les poinçons servent aux Fondeurs de caracteres, pour imprimer les matrices qui sont des morceaux de cuivre de rosette bien dressés sur toutes leurs faces, dans l’une desquelles on fait entrer le poinçon à coups de marteau d’une ligne ou une ligne & demie de profondeur : le métal n’est enfoncé que par les parties saillantes du poinçon ; ce qui fait un creux au fond duquel est la face de la lettre, parfaitement semblable à celle du poinçon. On dresse ensuite les faces de la matrice, en sorte que la face supérieure soit exactement parallele à celle de la lettre, & les deux faces latérales perpendiculaires à celle-ci, & paralleles entre elles ; celle de dessous est parallele à celle de dessus, & a deux entailles. Voyez les figures dans les Pl. de la fonte des caracteres d’Imprimerie, & l’article Matrice & Moule des Fondeurs de caracteres, dans lequel les matrices doivent s’ajuster exactement.

Poinçons, on appelle ainsi en terme de Fondeur de caracteres, un petit barreau d’acier d’environ 2 pouces de long, au bout duquel est gravée une lettre en relief, c’est-à-dire que les parties qui forment la lettre sont plus élevées que les autres qui sont plus basses. Voyez les figures, Pl. de la gravure, qui représentent le poinçon de la lettre B, & l’article Gravure des poinçons a lettre.

Poinçon, pour les monnoies ou médailles, quand on fait des médailles au marteau, & sans se servir du balancier, ou autres machines. On appelle pile, coins & trousseau, les poinçons avec lesquels on les marque.

Poinçons, dont se servent les Graveurs en cachets, ce sont des morceaux d’acier qui sont de différentes formes & grosseurs, & dont l’un des bouts est gravé en relief. Ils représentent tous différens objets, comme fleurs de lys, fleurons de couronnes, houppes de chapeaux de cardinaux, casques de front, de trois quarts, ou de côtés ou de profils, en résinetes, petites feuilles, feuilles de panaches, suppôts de toutes sortes, pieces de blason, &c. Ces ouvriers en ont tous en grande quantité, & sont néanmoins obligés d’en faire tous les jours de nouveaux pour le besoin. Voyez les fig. Pl. de la Gravure, qui représentent un poinçon sur lequel est gravé une fleur de lys en relief. Ces poinçons font fabriqués au ciselet & à la lime, & sont trempés après qu’ils sont achevés.

Poinçon a river, (Horlogerie.) Pl. de l’Horlogerie & leur explic. les Horlogers sont usage de cet outil pour river les roues sur leurs pignons : voici comment ils s’en servent. Ils appuient sa partie V sur la rivure, & pressent avec un doigt la rainure r, contre la tige du pignon ; ensuite ils frappent sur le poinçon en A à petits coups de marteau, & en tournant la roue. Voyez Banc a river.

Il y a deux sortes de poinçons à river ; les uns, que l’on appelle poinçons à couper, sont tranchans en r ; dans les autres, que l’on nomme poinçons à rabattre, la partie rV, comme dans la fig. forme un angle droit avec la longueur VA.

Poinçon, en terme de Layetterie, c’est un morceau de lame d’épée monté sur un manche de bois, dont les Layettiers se servent pour percer leurs planches. Voyez les fig. Pl. du Layettier.

Poinçon, terme de Manege, pointe de fer fichée dans un manche de bois, pour piquer un cheval à la croupe ; c’est ainsi qu’on donne les aides à un cheval sauteur. (D. J.)

Poinçon, (Maréchal.) on appelle ainsi dans les maneges un petit bout de bois rond, long de 5 à 6 pouces, pointu par le bout, & quelquefois armé & terminé par une pointe de fer, dont on se sert pour exciter les chevaux à sauter entre deux piliers. Voyez Pilier.

Poinçon, (Marine.) c’est la principale piece de bois qui soutient les grues, engins & autres machines à élever des fardeaux. Ce poinçon est assemblé par le bout d’en-bas, à tenon & à mortaise dans ce qu’on appelle la sole assemblée à la fourchette, & il est appuyé par l’échelier & par deux liens en contrefiche. Voyez Gruau.

Poinçon a découvrir, en terme de Metteur en œuvre, c’est un morceau de fer quarré, & aigu par le bout dont on se sert pour découvrir un ouvrage. Voyez Découvrir, Voyez les Pl. du Metteur en œuvre.

Poinçon a sertir, c’est une espece de ciselet grainé dont les Metteurs en œuvre se servent pour rabattre & serrer les sertissures avec le marteau à sertir, sur le fileti des pierres. Voyez les Pl. du Metteur en œuvre.

Les Metteurs en œuvre se servent encore d’un poinçon à grains ; c’est un poinçon rond, & cieux en forme de perloir, avec lequel on forme les grains d’entre-deux du serti, & les têtes des griffes : il y en a de toutes grosseurs. Cette opération se fait avec la main, en appuyant la main sur le manche du poinçon, & non avec le marteau ; n’étant question que d’achever de donner la forme exacte à ces petits grains qui sont déjà tous formés à l’outil.

Poinçon, a la monnoie, sur lequel on a gravé en relief les différentes figures, effigies, armes, inscriptions, lettres, &c. qui doivent produire & être dans les quarrés ou matrices avec lesquels les flancs doivent être frappés ou marqués.

Les Monnoyeurs ont trois sortes de poinçons ; les premiers contiennent en entier & relief l’effigie ; les seconds qui sont plus petits, contiennent chacun une partie des armes, comme une fleur de lys, la couronne, la branche de lauriers, &c. & la troisieme espece de poinçon, contient les lettres, chiffres, defferens, &c. Par l’assemblage de toutes ces empreintes la matrice est formée.

Quant à la maniere de graver, tremper & estamper les poinçons, voyez la Gravure en acier.

Poinçon, (Art numismatique chez les anciens.) la forme des poinçons qu’on employoit pour les médailles étoit ronde, ovale ou quarrée, de 3 & de 4 à 5 lignes de diametre. Ces poinçons étoient gravés en creux & à rebours, afin que leur impression rendît en relief & dans le sens naturel, les figures & les lettres dont ils étoient chargés. (D. J.)

Poinçon a point, (Orfevre.) c’est un morceau de fer aigu sur lequel on cherche le milieu d’une piece en la mettant en équilibre. Voyez Point, Voyez les Pl.

Poinçon, outil dont les Relieurs se servent pour piquer les cartons & pour endosser ; ils doivent être d’acier.

Poinçon, (Outil de Sculpteur.) les Sculpteurs, surtout ceux qui travaillent sur les métaux, & qui jettent des statues en fonte ou en plomb, ont des poinçons d’acier bien acerés, pour les reparer au sortir des moules. Les Sculpteurs en marbre & en pierre en ont aussi ; mais ils les appellent communément des pointes. Il y en a néanmoins un qu’ils appellent spécialement poinçon, qui est d’acier renforcé par le bout par lequel on le frappe, & pointu en demi-rond par l’autre. (D. J.)

Poinçon, (Outil de Serrurier.) les Serruriers sont ceux de tous les ouvriers qui se servent de poinçons, qui en ont de plus de différentes sortes. Ils en ont pour percer à froid, ceux-ci conservent le nom de poinçons ; pour les autres, on les appelle des mandrins.

Des poinçons à froid, il y en a de quarrés, de ronds & en ovale, pour percer les ouvrages chacun suivant sa figure. Les poinçons plats, qu’on appelle communément poinçons à piquer, servent à piquer les rouets des serrures, & autres pieces limées en demi rond. Il y a d’autres poinçons à piquer, dont se servent les Arquebusiers, avec lesquels ils ouvrent les trous des pieces qu’ils veulent forer ou fraser. Ceux-ci ont une petite pointe, ou cône pointu très-acéré, qui fait une ouverture raisonnable à la piece sur laquelle on le frappe.

Les poinçons barlongs servent à percer les trous des piés des ressorts, des coques, & autres pieces de cette façon. Les contre poinçons des Serruriers ont autant de façons qu’il y a de poinçons, & servent à contre-percer les trous & à river les pieces. Outre ces poinçons à percer, il y a encore ceux qu’ils appellent poinçons à emboutir, & poinçons à relever rosettes : ces deux sortes leur servent à travailler le fer en relief sur le plomb, ou sur quelqu’autre matiere, comme est le massic des Orfevres : ce sont des especes de ciselets. (D. J.)

Poinçon, (Soierie.) pointe de fer qui sert à piquer les ensuples, afin d’y mettre les pointes d’aiguille.

Poinçon, (Sucrerie.) ou un bâton long d’un pié, avec lequel on perce la tête des formes à sucre pour les faire purger. (D. J.)

Poinçon, en terme de Cornetier-Tabiettier, est un outil de fer trempé, aigu par son extrémité, large un peu plus haut & tourné en demi-cercle, & se terminant par une queue qui passe dans une poignée placée à plat ou transversalement, si le poinçon a la pointe en-bas. Cet outil sert principalement à percer les galiers pour les mettre en paquets. Voyez Galiers. Voyez les Planches.

Poinçon, (Tailland.) Le poinçon du taillandier est un outil fait d’un morceau de fer acéré par le bout, & qu’il emploie à percer tant à froid qu’à chaud. Il en a de différentes formes & grosseurs.

En général, on donne le nom de poinçon à tout instrument pointu, qui sert à former une marque ou une empreinte sur quelque chose que ce soit. Il y en a un qu’on appelle poinçon à emboutir. Voyez Emboutir.

Le poinçon se fait comme les ciseaux à couper les métaux. On prend une barre de fer de la longueur & de la grosseur convenable. On l’aciere d’un bout & on lui donne la forme qu’on veut. Cela fait, on le trempe, & l’on s’en sert.

Poinçon, (Tailleur.) est un petit outil de fer d’une certaine longueur, rond, & qui se termine en pointe. Les poinçons sont emmanchés de bois & servent aux Tailleurs, Selliers, Tapissiers, Couturieres, &c. pour faire des trous dans les différentes matieres qu’ils travaillent.

Poinçon, outil de Vannier, c’est une grosse cheville de fer, pointue par un bout, avec une forte tête de l’autre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « poinçon »

Espagn. punzon ; ital. punzone ; du lat. punctionem, changeant de genre en passant au concret (comme dans l'anc. franç. prison pour prisonnier), de punctum, supin de pungere (voy. POINDRE). Poinçon a en charpente et dans l'ancienne langue le sens de pieu, sens venu de la forme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé d’un verbe du latin populaire *punctiare « piquer ». En ancien français, ponçon « instrument terminé en pointe pour percer », utilisé pour marquer les ouvrages d’or ou d'argent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poinçon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poinçon pwɛ̃sɔ̃

Citations contenant le mot « poinçon »

  • À seulement une semaine de son annonce officielle, le Samsung Galaxy Z Fold 2 se dévoile dans une nouvelle fuite. Elle confirme le design, le poinçon de l’écran interne et surtout le nom du smartphone pliant qui s’appelait simplement le Galaxy Fold 2 auparavant. Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Samsung Galaxy Z Fold 2 : une nouvelle fuite du smartphone pliant confirme son design et son nom
  • Le OnePlus Nord vous propose un écran Fluid AMOLED Full HD+ de 6,44 pouces avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz, caractéristique inédite à ce niveau de prix. On y retrouve un poinçon qui accueille deux caméras : un grand-angle et un ultra grand-angle. Il l’arrière, on pourra composer avec pas moins de quatre objectifs, dont un capteur principal grand-angle de 64 MP, un ultra grand-angle de 8 MP, un macro de 2 MP et enfin un capteur dédié au calcul de la profondeur de champ de 2 MP. Sous le capot, on profite d’un Qualcomm Snapdragon 765G compatible 5G, 8 ou 12 Go de RAM et 128 ou 256 Go de stockage UFS 2.1. Enfin, on profite d’un batterie de 4 115 mAh compatible avec la recharge rapide Warp Charge 30T et, bien évidemment, d’Android 10 avec la surcouche Oxygen OS 10.5, qui reste encore une référence en matière d’interface sur l’OS de Google. Journal du Geek, [Soldes] Le nouveau OnePlus Nord à partir de 368 euros ! | Journal du Geek
  • Très élégant, le terminal a pour principale particularité de proposer une plaque arrière offrant deux niveaux de finitions, pour un résultat qui rappelle dans une certaine mesure les anciens pixels. Pas de changement au niveau de l’écran, la dalle est toujours entourée par de fines bordures et un poinçon répond bien entendu présent. Fredzone, Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro 128 Go à 207 €

Images d'illustration du mot « poinçon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poinçon »

Langue Traduction
Anglais punch
Espagnol puñetazo
Italien punzone
Allemand schlagen
Chinois 冲床
Arabe لكمة
Portugais soco
Russe перфоратор
Japonais パンチ
Basque zulatu
Corse punch
Source : Google Translate API

Synonymes de « poinçon »

Source : synonymes de poinçon sur lebonsynonyme.fr
Partager