La langue française

Plumer

Sommaire

  • Définitions du mot plumer
  • Étymologie de « plumer »
  • Phonétique de « plumer »
  • Citations contenant le mot « plumer »
  • Images d'illustration du mot « plumer »
  • Traductions du mot « plumer »
  • Synonymes de « plumer »

Définitions du mot plumer

Trésor de la Langue Française informatisé

PLUMER, verbe trans.

A. − [Le compl. d'obj. dir. désigne un oiseau, une volaille] Arracher les plumes, généralement en totalité. Synon. déplumer (v. ce mot A 1).Plumer un poulet, de la volaille. Il n'est point indifférent de ne pas plumer le faisan trop tôt; (...) ceux qui sont conservés dans la plume sont bien plus parfumés que ceux qui sont restés longtemps nus (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.346).C'est le plus touchant des spectacles de voir l'oiseau (...) s'arracher son duvet, pour coucher, couvrir son petit (...). Et quand elle s'est plumée, (...) le père lui succède (Michelet, Oiseau,1856, p.19).L'oison fut saigné et plumé par la vieille Léonarde. (...) elle arrachait de son mieux le duvet (Gautier, Fracasse,1863, p.159).V. gibier ex. 2.
Absol. Les femmes, assises, plumaient. (...) les plumes volaient sous les doigts (Zola, Ventre Paris,1873, p.663).
Empl. adj. Dépouillé totalement de ses plumes. Synon. déplumé (v. ce mot II A).Volaille plumée. V. bréchet ex. 1.
B. − P. anal.
1.
a) [Le compl. d'obj. dir. désigne un végétal, un aspect du paysage ou d'une pers., etc.] Arracher (ou sembler arracher) les éléments constitutifs (de telle chose). Synon. déplumer (v. ce mot A 2 a).Et pour savoir si j'suis amé Sûr, j'aurai pas besoin d'plumer L'volant mignon des marguerites (Rictus, Soliloques,1897, p.86).Ces meutes de l'air (...) ébranlant au passage les branches des arbres et plumant les tamaris (Arnoux, Rhône,1944, p.347).
En partic.
Région. (Sologne notamment), vieilli. Plumer un légume, une pomme, etc. Enlever l'écorce, la peau (de telle chose). Synon. écorcer, éplucher, peler.L'année où nous mangeâmes tant d'asperges, la fille de cuisine habituellement chargée de les «plumer» était une pauvre créature (Proust, Swann,1913, p.80).
Empl. pronom. passif. Les belles pommes de terre rouges qui, bien cuites, «se plument» toutes seules (Renard, Journal,1901, p.681).
P. métaph. Le shériff le tient. Il doit être en ce moment épluché par quelque sergent (...). Comme ça vous plume les crimes, ces habiles gens-là! (Hugo, Homme qui rit,t.3, 1869, p.45).
Fam. [Le suj. désigne le nez] Plumer le nez ou intransitivement plumer. Synon. de (se) desquamer, peler.La réverbération du soleil était cruelle, nous sentions nos nez cuire et commencer déjà à plumer (Genevoix, Laframboise,Lac Fou, 1942, p.104).V. gémir ex. de Proust.
Empl. adj. [En parlant d'une pers.] Qui évoque, par son aspect extérieur, l'apparence misérable d'un oiseau qui a perdu ses plumes ou d'une volaille qui a été dépouillée de ses plumes. Synon. déplumé (v. ce mot II B 2 p.ext. b).Vous rappelez-vous dans Lucrèce Borgia ce Montefeltro, qui a bu le poison du pape Alexandre et qu'on voit passer au fond de la scène, plumé, cassé, grelottant, honteux de vivre! (A. Daudet, Rois en exil,1879, p.293).
En partic., pop. Dépouillé de ses cheveux. Synon. déplumé (v. ce mot II B 2).Et c'lui qu'était à côté faisait: «Oui», avec sa tirelire qu'était plumée en haut (Barbusse, Feu,1916, p.134).
b) Spécialement
Arg. Plumer un perroquet. ,,Boire un verre d'absinthe`` (Bruant 1901, p.62). [Ce capitaine de l'armée d'Afrique, en 1840] buvait dix absinthes par jour, ce qu'il appelait «plumer ses perroquets» (D'Esparbès, Folie épée,1927, p.49).
AVIRON. Plumer l'eau ou absol. plumer. ,,Ramener la pelle en arrière après le coup d'aviron en frisant la surface de l'eau`` (Gruss 1952). Les reflets des canots cramoisis, les avirons des champions qui plument l'eau (Morand, Londres,1933, p.181).
2.
a) Fam. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Dépouiller progressivement (quelqu'un) d'un bien matériel, généralement par ruse et tromperie. Synon. déplumer (v. ce mot A 2 b), déposséder, tondre (pop.), voler.Se faire/se laisser plumer comme un pigeon. Tu auras été dupe (...) D'une princesse de quatre sous, qui t'a plumé, houspillé, trompé, berné (Reybaud, J. Paturot,1842, p.412).Le devoir de l'aubergiste (...) c'est (...) d'arrêter les passants, de vider les petites bourses et d'alléger honnêtement les grosses, (...) de râper l'homme, de plumer la femme, d'éplucher l'enfant (Hugo, Misér.,t.1, 1862, p.460).L'art de duper les gens en grande compagnie (...) le talent merveilleux de plumer les jobards (Barrès, Colline insp.,1913, p.228).
Plumer la poule sans la faire crier. V. poule I A 4.
Absol. J'apporte à vos blanches quenottes Toute une fortune à croquer! Le pigeon vient! plumez, plumez... Prenez mes dollars, mes bank-notes (Meilhac, Halévy, Vie paris.,1867, I, 12, p.18).
Empl. adj. Synon. de déplumé (v. ce mot II B 2 p.ext. a), détroussé, dévalisé, escroqué, volé.Ils vivent des voyageurs, et les histoires ne manquent pas qui racontent les malheurs de leurs victimes, plumées ou écorchées (Faral, Vie temps st Louis,1942, p.78).
Empl. subst. Personne dépouillée. Il n'a plus démarré de faire des pokers tout le jour (...). Il en est sorti des plumés de cette pièce (Giono, Gds chemins,1951, p.70).
Rare. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose] Synon. de dérober, extorquer, voler.Il faut de la patience, ma fille, quand on veut plumer douze millions (...) si Fernand revient ici, il y laissera son dernier louis (Ponson du Terr., Rocambole,t.2, 1859, p.190).
b) Au fig. [Le compl. d'obj. dir. désigne un sentiment, un concept] Dépouiller d'un bien moral, d'une valeur abstraite. Il fut s'installer dans un café où il était sûr de ne point rencontrer d'amis. Ils verraient que je suis amoureux, pensa-t-il, et me plumeraient d'avance mon idéal (Murger, Scènes vie boh.,1851, p.57).
Prononc. et Orth.: [plyme], (il) plume [plym]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Ca 1150 «arracher, tirer (la moustache de quelqu'un)» (Charroi Nîmes, éd. D. McMillan, 1354); 2. xiiies. «arracher les plumes (d'un oiseau)» (Douin de Lavesne, Trubert, éd. G. Raynaud De Lage, 406); 3. a) ca 1205-50 «dépouiller, voler quelqu'un» (Renart, éd. E. Martin, branche XIII, 1841); b) ca 1461 plumer l'oyson «faire une dupe» (Rec. gén. des Sotties, éd. E. Picot, t.1, p.120); 1581 plumer l'oye sans la faire crier «faire des exactions sans qu'il y ait des plaintes» (Froumenteau, Le Secret des finances de France, III, 67); 1619 plumer la poule sans crier (A. d'Aubigné, Les Aventures du baron de Faeneste, livre 3, chap.1 ds OEuvres, éd. E. Réaume et De Caussade, t.2, p.482); 1690 plumer la poule sans la faire crier (Fur.); 4. 1350 «enlever l'écorce» (doc. ds Gdf.). Dér. de plume1*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 110.
DÉR. 1.
Plumage, subst. masc.a) Synon. de plumée2(v. ce mot A). (Dict.xixeet xxes.).b) Rare. Action de plumer l'eau (supra B 1 b aviron). Par suite des rafales terribles qui enfilent les fjords, les avirons n'ont pas de pêle [sic]; car même avec un savant plumage, des surfaces planes et larges donneraient trop de prise au vent et feraient chavirer l'embarcation (Charcot, Voy. îles Féroë,1934, p.32).c) Fam., rare. Action de plumer quelqu'un (supra B 2 a). Le Tocquart (...) est un joueur expérimenté, méfiant, qui résiste au plumage (Hogier-Grison, Monde où l'on triche,2esérie, 1886, p.199). [plyma:ʒ]. 1reattest. 1611 (Cotgr.); de plumer, suff. -age*; cf. plumaison, plumée2.
2.
Plumaison, subst. fém.a) Synon. de plumée2(v. ce mot A).Plumaison des volailles. −1oÀ vif: Les oies, canards et dindons peuvent être plumés à diverses reprises pendant leur vie (...). 2oAprès la mort: La plumaison doit se faire de suite, (...) parce que la plume se détache plus facilement (Lar. mén.1926).b) P. anal. C'est (...) une femme du monde qui t'a mis dans cet état-là? Les farceuses s'entendent mieux que nous à la plumaison du dinde!... Oh! te voilà comme une carcasse abandonnée par les corbeaux (Balzac, Cous. Bette,1846, p.320). [plymεzɔ ̃]. 1reattest. 1846 id.; de plumer, suff. -aison*.
3.
Plumeur, -euse, subst.Personne qui a pour fonction de plumer les volailles. Le boucher blanc à l'air de sacrificateur, le plumeur de poulets (Goncourt, MmeGervaisais,1869, p.108).Ragotte est une habile plumeuse d'oies vivantes (...) les ailes d'une oie ainsi plumée pendent (Renard, Nos frères farouches,1910, p.23). [plymoe:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1609 (La Gazette, 15 (Fontemoing) ds Quem. DDL t.20); de plumer, suff. -eur2*.

(Se) plumer, verbe.Synon. pop. et arg. (se) pieuter, (se) plumarder.a) Empl. intrans. Coucher. C'est donc qu'y a pus de bon Dieu, ast'heure. L'nuit était bonne, pourtant (...). Zut! allons plumer! (Stéphane, Ceux du Trimard,1928, p.28).[Avec compl. circ.] Tu plumes avec toutes les bergères (...) j'te plaque! (Bruant1901, p.148).b) Empl. pronom. réfl. Se mettre au lit. Anton. se déplumer (v. ce mot B 2 b).Oh! merde! dit Pinette, je me plume: j'ai pas le coeur à causer. Mathieu hésita: il avait sommeil (Sartre, Mort ds âme,1949, p.96).Vous dormez depuis longtemps quand il va se plumer (Arnoux, Zulma,1960, p.278).

Wiktionnaire

Verbe

plumer \ply.me\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Arracher les plumes d’un oiseau.
    • Plumer à froid. Plumer dans l’eau chaude.
    • Que va dire ma sœur ? J’ai oublié de plumer et de préparer le poulet pour notre dîner. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
  2. (Figuré) (Familier) Dépouiller de son argent, en parlant d’une personne.
    • Il sait que tel convoi arrive à telle heure, de telle ou telle ville et, à la tête du type qui sort, il voit si le pigeon est bon à plumer ou non. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Jeannin était joueur et même tricheur, entraîné à cela par un autre ; et insensiblement ils se mirent à tenir tripot, entendez qu'ils attiraient des inconnus à la table de nuit ; on passait du tarot au baccara pendant que nous dormions, et les étrangers étaient plumés. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 79, Hartmann, 1937)
    • Landiras jouait gros et, surtout, gagnait gros. On avait pu penser un instant qu'un joueur plumé avait voulu se venger de lui : l'homme se serait rendu chez Landiras pour régler ses comptes […]. — (Alain Moury, Cale sèche, Paris : chez Robert Laffont (collection "Agent secret"), 1965)
  3. (Québec) (Populaire) Éplucher Référence nécessaire.
    • J'ai plumé les patates pour le souper.
  4. (Intransitif) (Argot) (Vieilli) Aller au plumard.
    • Comme il avait une poule dans la même boite où que j’grattais, il m’obligeait à partir avec elle le soir […], puis il s’barrait plumer avec une autre. C’est quelque chose, hein, comme affront ! — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Dommage qu’on ne puisse aller plumer ensemble en sortant... Mais pas moyen de semer le gros. D’autant que, sans en avoir l’air, il est jaloux comme un tigre. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 79)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLUMER. v. tr.
Arracher les plumes d'un oiseau. Plumer de la volaille. Plumer un pigeon. Plumer à froid. Plumer dans l'eau chaude. Fig., Plumer la poule sans la faire crier, Faire des exactions si adroitement, qu'il n'y ait point de plaintes. Fig. et fam., Plumer quelqu'un, Dépouiller quelqu'un de son argent. C'est un jeune homme qui se laisse plumer. Ils le plumèrent au jeu jusqu'à lui enlever son dernier sou.

Littré (1872-1877)

PLUMER (plu-mé) v. a.
  • 1Arracher les plumes d'un oiseau. Beaucoup d'enfants s'amusent à plumer leurs moineaux, Voltaire, Dial. XXIV, 4.
  • 2Fig et familièrement. Plumer quelqu'un, en tirer de l'argent. Elle a pourtant souvent plumé l'oison sans rire, La matoise qu'elle est, Boisrobert, la Belle plaideuse, III, 7. Qu'un homme soit plumé par des coquettes, Ce n'est pour faire au miracle crier, La Fontaine, Femme avare. Elles résolurent de plumer l'oiseau, et eurent l'adresse de lui tirer de bonnes plumes de l'aile, Lesage, Guzm. d'Alf. VI, 2. J'admire le train de la vie humaine ! nous plumons une coquette, la coquette mange un homme d'affaires, l'homme d'affaires en pille d'autres, cela fait un ricochet de fourberies le plus plaisant du monde, Lesage, Turcar. I, 13.

    Plumer la poule sans la faire crier, faire ses affaires aux dépens de quelqu'un sans qu'il se plaigne ; faire des exactions sans qu'il y ait de plaintes.

  • 3En quelques provinces, plumer un bâton, un rameau, en ôter l'écorce ; plumer un fruit, le peler.

    Terme de pêche. Plumer un roseau, ôter avec un couteau les feuilles d'un roseau.

  • 4 Terme de mégissier. Ôter la laine ou le poil de dessus une peau.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant son grenon [sa moustache] [il] senti qu'il a plumé [arraché], Or poez croire que moult fu aïré, li Charois de Nymes, v. 1339. Plumer me velt li reis com fait oisel, Gerard de Ross. p. 326.

XIIIe s. À pou que il ne m'a tué ; Mais je le r'ai moult bien plumé, Bien li ai les cheveus sachiez, Ren. 24534. Faillir li ferai ses deniers, S'il ne li sourdent en greniers ; Si le plumeront nos puceles, Qu'il li faudra plumes noveles, la Rose 10897.

XIVe s. Car s'il eüssent esté sage, Il fussent quittes du fouage, Dont li rois chascun an les plume, Guiart, Royaux lignages, v. 5287. Si l'esprevier prent ung oysel, il se boutera en espès buisson, et illecques plumera son oysel, Modus, f° XCVI, verso.

XVIe s. Ils savent bien plumer l'oye sans la faire crier…, Fromenteau, Finances, III, p. 67. Les Espagnols n'eussent jamais peu croire que le huguenot fust allé plumer la poulle en leur pays, Brantôme, Hommes illustres, Chastillon. À quoi songeoit-il [Platon], quand il definit l'homme un animal à deux pieds sans plume ? fournissant à ceux qui avoient envie de se mocquer de luy une plaisante occasion ; car, ayants plumé un chapon vif, ils alloient le nommant l'homme de Platon, Montaigne, II, 292. Plumer une chastaigne, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLUMER, v. act. c’est dépouiller de ses plumes ; on plume les oies tous les ans sur la poitrine, sous les aîles, & cette plume s’emploie en coussins, en oreillers, en matelats.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plumer »

Plume ; wallon, ploumé ; Berry, pleumer, écorcer, peler, et plomer, plumer ; provenç. plumar ; cat. plomar. En latin, plumare veut dire garnir de plumes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « plumer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plumer plyme

Citations contenant le mot « plumer »

  • Quand on tient l'alouette, il faut la plumer. De Proverbe belge
  • Quand on tient la poule, il faut la plumer. De Proverbe français
  • L'art de l'imposition consiste à plumer l'oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris. De Jean-Baptiste Colbert
  • Les hommes sont de drôles d'oiseaux qui se font toujours plumer d'une manière ou d'une autre. De André Rochette / Pile ou face
  • “Nous nous sommes fait plumer”, “nous sommes les dindons de la farce”, “Emmanuel Macron n’a rien obtenu”, “les Français se sont fait rouler dans la farine, enchaîne le patron des députés Insoumis quand, de l’autre côté de l’échiquier politique, Marine Le Pen critique également le “pire accord” possible signé par la France. Le HuffPost, Sommet européen: Mélenchon s'étrangle, Le Drian fait applaudir un "accord historique" | Le HuffPost
  • Honnêtement, je me suis fait plumer, y compris par ma famille. Peut-être qu'il me reste un maillot… Mais je ne suis pas nostalgique, les souvenirs, je les ai conservés dans ma tête et dans mon cœur. leparisien.fr, Mon PSG à moi : Jean-Marc Pilorget, recordman des matchs disputés, livre ses meilleurs souvenirs - Le Parisien
  • BRIVE a déjà dépassé les 4000 abonnements ca fait plusieurs jours....1900, c est vraiment pas beaucoup.pour l USAP ..je pense que le COVID 19 a refroidi les supporters,pas par la maladie mais les jours sans matchs de fin de saison et non remboursés.... cadeaux à RIVIERE mais y en a qu ils ne veulent plus se faire plumer pour la saison 2020 2021 ...on a beau aimé l USAP ?????.MOI ca sera télé cette saison pour la prod2 lindependant.fr, USAP : le point sur les abonnements - lindependant.fr
  • ...une Europe plus forte ...pour se faire plumer par les multinationales ladepeche.fr, Cinq questions que vous vous posez sur le plan de relance européen - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « plumer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « plumer »

Langue Traduction
Anglais pluck
Espagnol arrancar
Italien coraggio
Allemand zupfen
Chinois 采摘
Arabe قطف
Portugais arranca
Russe срывать
Japonais むしる
Basque pluck
Corse piatta
Source : Google Translate API

Synonymes de « plumer »

Source : synonymes de plumer sur lebonsynonyme.fr
Partager