La langue française

Pleurnicher

Sommaire

  • Définitions du mot pleurnicher
  • Étymologie de « pleurnicher »
  • Phonétique de « pleurnicher »
  • Citations contenant le mot « pleurnicher »
  • Images d'illustration du mot « pleurnicher »
  • Traductions du mot « pleurnicher »
  • Synonymes de « pleurnicher »

Définitions du mot pleurnicher

Trésor de la Langue Française informatisé

PLEURNICHER, verbe intrans.

Fam., parfois péj.
A. − Pleurer sans raison ou sans motif sérieux, faire semblant de pleurer, geindre et grimacer à la manière des enfants. Synon. chigner (fam.), larmoyer.Lasse de voir que la mission, dont elle avait chargé sa mère, traînait si longtemps, Norine pleurnicha plus haut (Zola, Fécondité, 1899, p.161).Les quelques enfants restant, épars sur un banc, sont disposés à sommeiller ou à pleurnicher (Frapié, Maternelle, 1904, p.101).Antigone, se redresse et crie: Ah, non! Laisse-moi! Ne me caresse pas! Ne nous mettons pas à pleurnicher ensemble, maintenant (Anouilh, Antig., 1946, p.148).V. pleurnicherie ex. de Duhamel.
B. − Quémander, se plaindre ou se défendre en larmoyant, s'attendrir. Quand une femme vous laisse voir qu'elle a assez de vous, c'est bien le moins que l'on pleurniche un peu et que l'on rage! Sans cela quelle joie resterait donc aux filles? (Huysmans, Soeurs Vatard, 1879, p.125).Lebrun, évidemment, c'est comme tous ces gens de la Meuse, un père la revanche (...) mais c'est un sensible. Il pleurnicha lors de l'accord de 1911 avec Guillaume, il pleurnicha, mais il s'exécuta (Aragon, Beaux quart., 1936, p.222):
. Ainsi, comprends bien que tous ces gens qui pleurnichent, qui font sonner l'art si haut, qui se disent victimes de la société, qui gagnent largement leur vie à des travaux tels que la gravure et la lithographie, sont des orgueilleux... Champfl., Avent. MlleMariette, 1853, p.231.
En incise. Dire sur un ton larmoyant, en pleurant, en gémissant. Je lui avais bien dit de ne pas danser, pleurnichait la bonne (Arland, Ordre, 1929, p.482).Maurice s'essuie les mains, c'est fini, la voiture peut rouler... «Je connais le chemin, je connais le chemin, −pleurniche-t-il, −qu'est-ce que je vais foutre dans ce pays? (...)» (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.375).
Empl. trans., rare. Réclamer quelque chose en geignant. Chaque matin, l'armée et le commerce venaient pleurnicher leurs contingents jusqu'au bureau même de l'hôpital (Céline, Voyage, 1932, p.185).
Se plaindre à propos de quelque chose. Crois-tu pas que je vais pleurnicher mon exil? (Hugo, Quatre vents esprit, 1881, p.176).
REM.
Pleurnichant, -ante, part. prés. adj.a) Qui pleurniche. [La tante] tient encore davantage à paraître distinguée. Et de cette voix pleurnichante qui marque la bonne éducation: C'est un fils, gémit-elle. Il a trop de respect pour moi. Je n'oserai jamais lui dire cela (Tharaud, Fez, 1930, p.134).b) Au fig. Larmoyant. Le sentimentalisme pleurnichant du peuple se fit jour; Vatard devint un monstre; au besoin on eût aidé Auguste à le tromper (Huysmans, Soeurs Vatard, 1879, p.242).2.
Pleurnichailler, verbe intrans.,hapax, pop., péj. Pleurnicher, criailler. N'était point coumme eç' te femme ed' Maillé-la-Croix, qui accouchit d'un garçon et fut si dépitée d'à cause qu'ell' pensait mett' bas un' fille, qu'elle' s'a mis à pleurnichailler, criant: −«N'en veux point, ma mère (...)» (Martin du G., Gonfle, 1928, III, 1, p.1223).
Prononc. et Orth.: [ploeʀniʃe], (il) pleurniche [-niʃ]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1739 (Caylus, Les Ecosseuses ds OEuvres badines, t.10, p.551). Prob. altération, par dissimilation des deux consonnes labiales, du norm. pleurmicher «pleurer pour peu de chose» (L. Du Bois, J. Travers, Gloss. du pat. norm., Caen, A. Haudel, 1586), comp., en vue d'un renforcement expr., de pleurer* et du norm. micher «pleurer, pleurnicher» (att. ds Du Bois, op. cit., Moisy, Duméril); cf. antérieurement dans un passage burl. géneral pleure-miche (ca 1660, Suite du Virgile travesti de Scarron, éd. V. Fournel, livre X, p.364; v. aussi Sain. Sources t.2, p.326 qui imprime à tort pleure-niche). L'orig. du norm. micher n'est pas élucidée, v. FEW t.22, fasc. 140, p.59. Fréq. abs. littér.: 100.
DÉR. 1.
Pleurnichage, subst. masc.Synon. de pleurnicherie.Pardonnez-moi de vous avoir ennuyé de mon pleurnichage, et si vous pouvez vous contenter de ma figure triste, je suis bien, bien heureuse! (Bloy, Femme pauvre, 1897, p.52).La petite du maçon, au moment du départ, pleurait en tenant son derrière à deux mains. −Qu'est-ce que tu as, ma mignonne? Un garçon blasé sur le pleurnichage féminin a haussé les épaules et m'a renseignée: −C'est Machin qui lui a flanqué un coup de pied dans l' livarot (Frapié, Maternelle, 1904, p.61). [ploeʀniʃa:ʒ]. 1reattest. 1804 (Arch. litt. de l'Europe, IV, p.171 ds Quem. DDL t.21); de pleurnicher, suff. -age*.
2.
Pleurnichement, subst. masc.Synon. de pleurnicherie.Ne nous abandonnons pas à des pleurnichements féminins, dit le bretteur. Montrons un mâle et stoïque courage et continuons à marcher dans la vie, le chapeau enfoncé jusqu'au sourcil et le poing sur le rognon (Gautier, Fracasse, 1863, p.323). [ploeʀniʃmɑ ̃]. 1reattest. 1789 (Les Poissardes à la Reine, p.4 ds Quem. DDL t.21); de pleurnicher, suff. -ment1*.
BBG. _Pohl (J.). Contribution à l'hist. de qq. mots. Fr. mod. 1963, t.31, p.301.

Wiktionnaire

Verbe

pleurnicher \plœʁ.ni.ʃe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Affecter de pleurer, avoir un ton larmoyant, essayer de pleurer, comme les enfants qui veulent que l’on s’attendrisse et que l’on leur cède.
    • Un nouveau silence se fit. Mme Sidonie ne pleurnichait plus. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Ça ne sert à rien de pleurnicher comme tu le fais et du moment qu’on va arranger la chose… — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • « Ils viendront solliciter en pleurnichant des dégrèvements d’impôts », me dit un fonctionnaire […] « et ils risquent au baccara, au chemin de fer, des fortunes tous les soirs. » — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La mère, Rita, sosie de Greta Garbo, se gavait de chips et de massepains, se saoulait de Marie Brizard et procrastinait dans son lit. Elle pleurnichait, ruminait sa mauvaise fortune et celle de son mari, […]. — (Emmanuel Genvrin, Rock Sakay, Éditions Gallimard, 2016, chap.1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLEURNICHER. v. intr.
Affecter de pleurer, avoir un ton larmoyant, essayer de pleurer, comme les enfants qui veulent qu'on s'attendrisse et qu'on leur cède.

Littré (1872-1877)

PLEURNICHER (pleur-ni-ché) v. a.
  • Terme familier. Faire semblant de pleurer, comme les enfants qui veulent qu'on leur cède. Elle pleurnichait sous prétexte de sa vieille tante…, Genlis, Théât. d'éd. la Lingère, II, 4.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pleurnicher »

(Siècle à préciser) Anciennement pleurmicher[1], de pleurer et — peut-être — de l’ancien français michier (« assommer »). Voir l’étymologie de plaindre (latin plango (« frapper, pleurer »)).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dérivation irrégulière et péjorative de pleurer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pleurnicher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pleurnicher plœrniʃe

Citations contenant le mot « pleurnicher »

  • Quelle chose merveilleuse serait la société des hommes, si chacun mettait de son bois au feu, au lieu de pleurnicher sur des cendres ! De Alain / Propos sur le bonheur
  • ‪La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a affirmé aujourd’hui qu’elle n’irait pas «pleurnicher» pour «réclamer des sous» #bachelot #culture ‬ , Terreur graphique - Bachelot doesn’t cry - Libération.fr
  • « Mon mandat, ça n’est pas de réclamer des sous, c’est de bâtir des projets. Mon rôle ça n’est pas de pleurnicher », déclarait pourtant récemment sur LCI celle qui se présente en « ministre des artistes ». Autant dire que ses projets sont très attendus… , Incendie à la cathédrale de Nantes : Roselyne Bachelot annule sa visite à Lille | Lille Actu

Images d'illustration du mot « pleurnicher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pleurnicher »

Langue Traduction
Anglais whine
Espagnol gimoteo
Italien gemito
Allemand jammern
Chinois 抱怨
Arabe أنين
Portugais lamentar
Russe ныть
Japonais 泣き声
Basque whine
Corse whine
Source : Google Translate API

Synonymes de « pleurnicher »

Source : synonymes de pleurnicher sur lebonsynonyme.fr
Partager