Piqûre : définition de piqûre


Piqûre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PIQÛRE, subst. fém.

A. − Petite lésion cutanée, plus ou moins profonde, provoquée volontairement ou accidentellement par un objet, un instrument pointu ou par un animal (insecte, serpent, poisson, etc.). Piqûre d'aiguille, d'épine, de ronce; piqûre d'abeille, de moustique, de scorpion; piqûre venimeuse, mortelle; mains couvertes de piqûres. Un serpent lui montait aux jambes, un de ceux dont la piqûre fait mourir en deux minutes (Michelet, Oiseau, 1856, p.78).Il écrivit le chiffre de Ninon (...) sur son linge de corps, en caractère de sang, grâce à une piqûre qu'il se fit à la main avec une épingle (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p.193).
P. méton. La sensation qui en résulte:
1. On se rendra facilement compte de ce processus en tenant une épingle dans la main droite, par exemple, et en se piquant de plus en plus profondément la main gauche. Vous sentirez d'abord un chatouillement, puis un contact auquel succède une piqûre, ensuite une douleur localisée en un point, enfin une irradiation de cette douleur dans la zone environnante. Bergson, Essai donn. imm., 1889, p.44.
Piqûre anatomique*.
MÉD., ART VÉTÉR. Injection thérapeutique, ponction, faites à l'aide d'une aiguille creuse; introduction d'aiguilles d'acupuncture. Piqûre hypodermique, intramusculaire, sous-cutanée. Ne pouvez-vous donc lui faire une piqûre de morphine? J'ai le coeur brisé de l'entendre (Zola, Joie de vivre, 1884, p.940).Il y avait peu d'espoir de le sauver [le chien]. Il avait été mordu derrière la nuque. Son train arrière était paralysé. Je lui avais fait une piqûre intraveineuse et j'hésitais à lui administrer une deuxième dose du sérum universel de Boutantàn (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.355).
P. métaph. Vraiment, nous en avons trop vu de ces intellectuels adorant l'Art, avec un grand A, et qui, quand il ne leur suffit plus de s'alcooliser avec du Zola, se font des piqûres de Verlaine (Proust, Sodome, 1922, p.956).
B. − P. anal. ou au fig.
1.
a) P. anal. (d'aspect), gén. au plur.
Petits trous dus à certains insectes, petites taches (de moisissures, de corrosion, d'oxydation, etc.). Piqûres de vers; piqûres d'une glace ancienne. Pourquoi ces quatre jours [de salle de police]? Pour rien! Ou pour tout, ce qui revient au même; pour un bouton de veste en détresse, une piqûre de rouille à l'éperon, une tache graisseuse à la blouse (Courteline, Train 8 h 47, 1888, 1repart., ii, p.20).La couleur [de l'orge] doit être jaune clair (...) sans piqûres noires ou bleues qui indiquent la présence de moisissures (Boullanger, Malt., brass., 1934, p.50).
Petites taches rousses dues à l'humidité sur un papier, un livre. (Dict. xxes.). Synon. rousseurs.
Petits points lumineux. D'innombrables piqûres de lumière rendent plus noire l'obscurité sans fond (Hugo, Travaill. mer, 1866, p.301).MmePauque fit remarquer à la jeune fille un forsythia dont les fleurs s'annonçaient par des piqûres d'or qui formaient une sorte de constellation (Green, Malfaiteur, 1955, p.174).
b) P. anal. (d'effet). Sensation vive et irritante. Piqûre du froid, d'ortie, des rayons du soleil. [Pierre] faisait alors couler [le champagne] (...) dans sa bouche pour sentir la petite piqûre sucrée du gaz évaporé sur sa langue (Maupass., Pierre et Jean, 1888, p.336).Exaltée, les mollets travaillés de piqûres nerveuses, je me tiens debout dans le wagon (Colette, Cl. ménage, 1902, p.27).
2. Au fig. Vive irritation, blessure d'amour-propre. Piqûres d'épingle; piqûre de vanité; la piqûre d'un sarcasme, d'un regard. Les couplets malicieux d'un chansonnier de Montmartre avaient fait une piqûre cuisante à l'orgueil britannique (Vogüé, Morts, 1899, p.222).Le souvenir de leur accent ne suffisait pas à venger Léniot des piqûres qu'elles avaient faites à son amour-propre (Larbaud, F. Marquez, 1911, p.58):
2. Une piqûre assez irritante qu'il reçut au sein de l'Académie des Sciences morales et politiques (...) fut ensuite fermée et guérie par le choix que fit de lui en cette même qualité [de secrétaire perpétuel] l'Académie des Inscriptions. Sainte-Beuve, Portr. contemp., t.4, 1844, p.347.
C. − COUT., SELLERIE. Suite régulière de points assemblant ou ornant une ou plusieurs épaisseurs d'étoffe, de cuir. Piqûre(s) (à la) main, (à la) machine; piqûres d'un vêtement, d'une chaussure; piqûres sellier. Une robe de drap bleu toute simple −corsage à petits plis pincés, col cerclé de piqûres (Colette, Cl. Paris, 1901, p.34).[L']enveloppe [du ballon] est composée d'une série de fuseaux découpés dans l'étoffe, assemblés entre eux par des piqûres (Marchis, Nav. aér., 1904, p.76):
3. Les nouvelles machines de famille sont pourvues d'un mécanisme au réglage des points, qui permet de coudre en avant et en arrière sans avoir à arrêter de piquer (...). Cette marche avant et arrière est surtout pratique pour faire deux piqûres parallèles et pour arrêter le travail. Lar. mén.1926, p.781.
Point de piqûre. Rangée de points avant combinés avec des points arrière pour obtenir une ligne continue à l'endroit et à l'envers. (Dict.xxes.).
P. anal., RELIURE. Assemblage des feuillets et de la couverture d'un livre, d'un ouvrage, au moyen d'un fil, d'une agrafe; p.méton., le livre, l'ouvrage ainsi assemblé (d'apr. Comte-Pern. 1963 et Leygues 1979). Le cahier déplié, les piqûres du premier feuillet reproduites sur tous les autres, indiquent l'emplacement de chaque page (É. Leclerc, Nouv. manuel typogr., 1932, p.301).
REM. 1.
Piquouse, piquouze, subst. fém.,arg. drogue. Piqûre de morphine, p.ext. piqûre en général. Divers va chaque semaine à la piqûre qu'il appelle, comme les autres malades, la piquouze (J. Genet, Miracle de la rose, 1947, p.351 ds Cellard-Rey 1980).
2.
Piquouser, piquouzer, verbe trans.,arg. Faire une piqûre. Tout le monde doit aller au toubib. Moi comme les autres; pour le vaccin (...) même à bord, tu peux pas descendre sans qu'on t'ait piquousé (Carco, Brumes,1935,p.42, ds Cellard-Rey 1980).
Prononc. et Orth.: [piky:ʀ]. Ac. 1694, 1718: picqueure; dep. 1740: piqûre. Étymol. et Hist.1. Fin xies. «piqûre, comme la morsure d'un serpent» (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, p.110); 2. 1380 «fait de piquer, résultat de cette action» (Roques t.2, Paris, B.N. 13032, 9991); d'où a) 1572 «méd.» (A. Paré, Des playes en général, VII, 2, éd. J. F. Malgaigne, I, p.432); b) 1762 piqûre de l'artère «blessure faite involontairement avec la lancette» (Ac.); c) 1859 «action d'injecter un médicament» (Journ. de méd. et de chir. pratiques, XXX, p.341 ds Quem. DDL t.8); 3. 1553 cout. (P. Belon, Observations, III, 17 cité par H. Vaganay ds R. Philol. fr. t.43, p.199); 4. 1559 «légère offense qu'on reçoit» (Amyot, Périclès, 65 ds Littré). Dér. de piquer*; suff. -ure*. Fréq. abs. littér.: 549. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 294, b) 706; xxes.: a) 1031, b) 1084.
DÉR. 1.
Piqûrage, subst. masc.,industr. text. Opération consistant à réparer les défauts d'un tissu. C'était une ancienne salle de piqûrage, haute et sale (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p.343).[pikyʀa:ʒ]. Supra prononc. 1reattest. 1935 id.; de piqûre, terme de cout., suff. -age*.
2.
Piqûreuse, subst. fém.,industr. text. Ouvrière qui a pour tâche de réparer les défauts d'un tissu. (Ds Rob. Suppl. 1970, Lar. Lang. fr., Lexis 1975). [pikyrø:z]. 1reattest. 1951 (Ch. Martin, La Laine, Paris, P.U.F., p.75); de piqûre, terme de cout., suff. -euse*.

Piqûre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

piqûre \pi.kyʁ\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Petite blessure que fait une chose ou un animal qui pique.
    • Une piqûre d’épingle.
    • La piqûre d’une abeille, d’un scorpion.
    • Il y a des piqûres ou des morsures d’insectes (abeilles, guêpes, frelons, scorpions) qui donnent des réactions graves, avec des gonflements importants. Les chevaux réagissent souvent fortement. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 327)
  2. Piqûre anatomique : Blessure légère reçue en disséquant ou en faisant une opération chirurgicale, et qui produit souvent les accidents les plus graves et même la mort, par infection ou empoisonnement sanguin.
  3. (Médecine) Injection sous-cutanée intraveineuse ou intramusculaire d’un médicament à l’aide d’une seringue.
    • M. D…, à Jarville; paralysie de la paupière supérieure gauche. — Se rend à l’hôpital, où on lui fait des piqûres à la suite desquelles la paupière se soulève, mais l’œil gauche était dévié de 45° vers l’extérieur. — (Émile Coué, La Maîtrise de Soi-même par l’autosuggestion consciente, 1922, éd. 1935, p. 41)
    • On nous a fait à tous deux des piqûres antitétaniques, qui nous donneront, paraît-il, de l’urticaire dans deux ou trois jours. Pierre, très abattu, est resté à la clinique. — (Claude Lévi-Strauss, « Chers tous deux » : Lettres à ses parents 1931-1942, Éditions du Seuil, 2015)
  4. Blessure que le maréchal fait accidentellement au pied d’un cheval qu’il ferre, en enfonçant un clou jusqu’au vif.
  5. Trous que font des insectes dans les fruits, le bois, les étoffes, le papier, etc.
    • Piqûre de vers.
    • Cette boiserie, cette robe est pleine de piqûres.
  6. Petites taches d’humidité sur le papier.
    • Ce livre, cette gravure a des piqûres.
  7. Coutures visibles, habituellement faites aujourd’hui à la machine, soit pour unir deux ou plusieurs étoffes mises l’une sur l’autre, soit pour orner certaines parties d’un vêtement.
    • La piqûre d’une jupe, d’une couverture, d’un matelas.
  8. (Figuré) Légère offense que l’on reçoit.
    • Il s’irritait à la moindre piqûre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Piqûre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIQÛRE. n. f.
Petite blessure que fait une chose ou un animal qui pique. Une piqûre d'épingle. La piqûre d'une abeille. La piqûre d'un scorpion. En termes de Médecine, Piqûre anatomique, Blessure légère reçue en disséquant ou en faisant une opération chirurgicale, et qui produit souvent les accidents les plus graves et même la mort. En termes de Médecine, Piqûre se dit de l'Action d'injecter un médicament sous la peau ou dans les muscles, dans une veine ou même dans une artère. Piqûre de sérum, de morphine. Piqûre antitétanique, antidiphtérique.

PIQÛRE se dit aussi de la Blessure que le maréchal fait accidentellement au pied d'un cheval qu'il ferre, en enfonçant un clou jusqu'au vif. Il se dit en outre des Trous que font des insectes dans les fruits, le bois, les étoffes, le papier, etc. Piqûre de vers. Cette boiserie, cette robe est pleine de piqûres. Il se dit encore de Petites taches d'humidité sur le papier. Ce livre, cette gravure a des piqûres. Il se dit encore de Coutures visibles, habituellement faites aujourd'hui à la machine, soit pour unir deux ou plusieurs étoffes mises l'une sur l'autre, soit pour orner certaines parties d'un vêtement. La piqûre d'une jupe, d'une couverture, d'un matelas. Il se dit au figuré d'une Légère offense que l'on reçoit. Il s'irritait à la moindre piqûre.

Piqûre : définition du Littré (1872-1877)

PIQÛRE (pi-ku-r') s. f.
  • 1Plaie étroite et profonde faite par un instrument aigu. Mlle de Méri dit que je lui ai écrit fort sèchement ; c'est peut-être en elle qu'est la sécheresse, comme la piqûre n'est pas dans l'épine, Sévigné, 439. Qu'il se croie mort à la première piqûre, Rousseau, Ém. II.
  • 2Piqûre anatomique, blessure légère reçue en disséquant ou en faisant une opération chirurgicale, et amenant quelquefois à sa suite les accidents les plus graves et même la mort.

    Piqûre du tendon, de l'artère, blessure faite par la lancette à ces organes en saignant.

  • 3Blessure faite à un cheval en le ferrant.
  • 4Petite blessure que fait un animal qui pique. Une piqûre d'aspic mit fin à la vie de ce grand homme qui méritait un meilleur sort [Démétrius de Phalère], Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 330, dans POUGENS. La piqûre insoutenable des moucherons et des insectes qui couvrent tous les pays que l'homme laisse en friche, Raynal, Hist. phil. XV, 4.
  • 5Trous que font les insectes dans les fruits, le bois, etc. La qualité du fond et le calme de la mer y rendent la piqûre des vers plus commune qu'ailleurs et plus dangereuse pour les vaisseaux, Raynal, Hist. phil. XIII, 38. Ces fleurs encore fraîches et brillantes, mais qu'un point noir causé par une piqûre mortelle menace d'une fin prochaine, Staël, Corinne, XIII, 5.
  • 6 Fig. Souffrance morale comparée à une piqûre physique. Quand d'une amoureuse piqûre Nous sentons les émotions, Chaulieu, à Lafare, Sur la mort. Quelques pages… où je l'accusais [Voltaire] de trop de sensibilité pour la piqûre des insectes qui s'attachaient à lui, Diderot, Claude et Néron, II, 109.
  • 7Rangs de points et d'arrière-points faits symétriquement sur les étoffes.

    Résultat de l'action de piquer.

    Anciennement, corps de toile rempli de baleines et bien piqué qu'on mettait aux enfants pour leur conserver la taille.

  • 8Ornements faits sur du taffetas, sur le tabis, percé avec de petits fers.
  • 9 Terme de librairie. Se dit des ouvrages qui, ne formant qu'un très petit nombre de feuilles, sont piqués sur la couverture au lieu d'être brochés.
  • 10Piqûre de mouches, coquille univalve ; c'est le cône merde de mouches.

HISTORIQUE

XVIe s. Endurant toutes ces moqueries et piqeures de ses malveuillans, Amyot, Péric. 65. Les playes qui sont faites par choses pointues, aiguës et poignantes sont dites piqueures, Paré, VII, 2. Il est impossible que nous ne sentions des picqeures de telles imaginations, Montaigne, I, 77.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « piqûre »

Étymologie de piqûre - Wiktionnaire

(1380) Dérivé de piquer avec le suffixe -ure, ‹ û › étant utilisé pour éviter la prononciation \pi.kʁə\. Les rectifications orthographiques de 1990 recommandent la graphie piqure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piqûre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piqûre play_arrow

Citations contenant le mot « piqûre »

  • Les méduses sont des animaux urticants qui vivent dans les mers. On parle de piqûre mais en réalité l’animal ne vient pas piquer la peau comme le ferait un moustique. La “piqûre” se produit quand l’animal entre au contact de la peau. Au moment où la méduse effleure notre peau, des centaines de cellules venimeuses urticantes sont déposées sur l’épiderme avec une pression importante. Ce sont les nématocystes. La piqûre ne dure que 700 nanosecondes mais elle ne passe pas inaperçue ! Doctissimo, Piqûre de méduse : que faire ? - Doctissimo
  • Le conseil santé : piqûre de méduse, vite une carte bleue LaProvence.com, Actualités | Le conseil santé : piqûre de méduse, vite une carte bleue | La Provence
  • Un homme a été hospitalisé dans un état grave mardi en Haute-Savoie suite à une piqûre de guêpe à la pisciculture de Cruseilles. Âgé de 58 ans, il a été victime d'un choc anaphylactique. France Bleu, Haute-Savoie : une piqûre de guêpe envoie un homme à l'hôpital dans un état grave
  • Les méduses sont présentes un peu partout dans les océans et il vaut mieux les éviter. Il n’est pas toujours facile de les esquiver et parfois elles arrivent à nous piquer. Cela se produit par leurs filaments dans lesquels se trouvent des cellules venimeuses qui se plantent dans la peau lors d'un contact. La plupart du temps, les méduses ne sont pas trop venimeuses et les brûlures et démangeaisons qui apparaissent ne sont que passagères, mais certaines sont particulièrement venimeuses et leurs piqûres peuvent aller jusqu’à la mort. Cela reste relativement rare et ces méduses ne se trouvent que dans quelques endroits dans le monde. www.pourquoidocteur.fr, Comment soigner une piqûre de méduse
  • On parle d’allergie aux piqûres de moustique quand celles-ci sont à l’origine d’un gros bouton accompagnée d’un érythème local important pouvant atteindre les 50 millimètres de diamètre. Ces symptômes apparaissent quasi immédiatement après la piqûre et durent quelques heures. "Dans certains cas, la piqûre peut faire gonfler tout le membre - la jambe ou le bras - et s’accompagner de vomissements et de fatigue", signale Valentine Cabanel. Doctissimo, Allergie aux piqûres de moustique : comment la reconnaître et la soigner ?
  • Elles peuvent devenir le cauchemar de vos vacances : les piqûres de moustiques, abeilles, guêpes, bourdons... Si la plupart du temps une piqûre est sans conséquence, ce n'est pas toujours le cas : le moustique tigre peut par exemple transmettre des maladies comme la dengue, et les piqûres d'abeilles peuvent entraîner une réaction allergique. Pour éviter d'en arriver à de telles extrémités, le docteur et chroniqueur Damien Mascret distille ses conseils, ce jeudi dans "Sans Rendez-vous" sur Europe 1, pour avoir les bons réflexes. Europe 1, Moustiques, guêpes, abeilles... que faire en cas de piqûre ?
  • Le conseil santé : le venin d'une piqûre de guêpe, c'est... LaProvence.com, Actualités | Le conseil santé : le venin d'une piqûre de guêpe, c'est à prendre au sérieux | La Provence
  • Si vous avez l’habitude de marcher pieds nus dans l’herbe fraîche au printemps ou en été, vous prenez le risque de connaître une expérience peu agréable : une piqûre d’abeille ! En effet, celle-ci n’apprécie guère d’être dérangée sur son territoire. Et lorsqu’elle se sent menacée, elle peut venir vous piquer.  Doctissimo, Piqûre d'abeille : que faire ? - Doctissimo
  • Avec la chaleur estivale, les moustiques et les abeilles ont fait leur retour dans nos jardins et nos maisons. Que vous pensiez avoir une "peau à moustiques", que vous vous aspergiez de lotion anti-moustique ou que les piqûres d’insectes provoque chez vous des réactions allergiques, suivez les conseils du Dr Jimmy Mohamed, médecin et chroniqueur dans Sans Rendez-Vous, l’émission santé d’Europe 1. Europe 1, Comment réagir en cas de piqûre de moustique ou d’abeille : nos 3 conseils
  • Le parfum de mille roses ne plaît qu'un instant ; mais la douleur que cause une seule de leurs épines dure longtemps après la piqûre. De Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre / Paul et Virginie
  • Dans les armées, il y a quelque chose qui fait plus de morts que les batailles, ce sont les piqûres. De Marcel Pagnol
  • L'amour-propre est un ballon gonflé de vent dont il sort des tempêtes quand on y fait une piqûre. De Voltaire
  • La peur des piqûres, ça ne peut pas se guérir par l'acupuncture. De Pierre Legaré / Mots de tête
  • La douceur du miel ne console pas de la piqûre de l’abeille. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « piqûre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « piqûre »

Langue Traduction
Corse sting
Basque sting
Japonais 刺す
Russe ужалить
Portugais picada
Arabe العقرب
Chinois
Allemand stachel
Italien puntura
Espagnol picadura
Anglais sting
Source : Google Translate API

Synonymes de « piqûre »

Source : synonymes de piqûre sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires