La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pet »

Pet

Variantes Singulier Pluriel
Masculin pet pets

Définitions de « pet »

Trésor de la Langue Française informatisé

PET, subst. masc.

A. − Fam. Gaz intestinal qui sort de l'anus avec bruit. Synon. perle (arg.), perlouse (arg.), prout (fam.), vent, vesse (rare).Faire, lâcher un pet. On ne se figure pas l'état de folie où peuvent tomber certains individus par la crainte des pets (Janet,Obsess. et psychasth., t.1, 1903, p.47).On a envie, comme les Romains, de saluer chaque pet qui sort (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.192):
1. ... le grand plaisir de causerie de la société, ce sont les plaisanteries stercoraires (...). Oui, la merde, les pets, c'est le fond de la gaîté. Goncourt,Journal, 1863, p.1327.
Pop. Pet foireux. Pet entraînant des excréments. V. foireux A 1 ex. de Apollinaire.
Loc. et expr.
Pet honteux. ,,Vesse`` (France 1907).
Pet de travers. Menu désagrément. Avoir toujours un pet de travers. Se plaindre continuellement de menus désagréments. Qui est-ce qui se mettait en grève pour un pet de travers, rien que pour emmerder le patron? (Sartre,Mort ds âme, 1949, p.211).
On tirerait plutôt un pet d'un âne mort. ,,Se dit d'un avare dont on ne peut rien obtenir`` (Littré).
Ça ne vaut pas un pet (de lapin*). Cela n'a pas d'importance. Tiens! Veux-tu savoir? Tout ça ne vaut pas un pet. Et, levant la cuisse (...), il en fit un, dédaigneux et puissant (Zola,Terre, 1887, p.338).
Glorieux comme un pet. Excessivement fier. Et nous voilà partis (...), moi et l'autre niais, glorieux comme deux pets (Rolland,C. Breugnon, 1919, p.121).
Filer, partir, se sauver... comme un pet. Filer, partir, se sauver... rapidement. Ils seraient pas barrés comme des pets (...) Ils seraient encore là (Céline,Mort à crédit, 1936, p.660).Elle devait être en retard (...) Elle a filé comme un pet (Simonin,Touchez pas au grisbi, 1953, p.142).
Lâcher quelqu'un comme un pet. ,,L'abandonner, le quitter précipitamment`` (Delvau 1883).
P. anal., fam. Bruit sec, généralement violent. Elle embrassait ses amies, du bout des lèvres, en faisant de petits pets sur les joues (D'Esparbès,Dern. lys, 1898, p.30).Le four éclata comme si on y avait jeté un sac de poudre; et l'on entendit le pet de deux lieues de loin (Pourrat,Gaspard, 1922, p.91).Le dernier pet de la voiture d'Adolphe venait de s'éteindre à l'horizon (Queneau,Enf. du limon, 1938, p.75).
B. − Arg. et pop.
1. Tapage, scandale. Faire du pet; il va y avoir du pet! [Le capitaine] entrait comme un coup de vent (...) et, tout de suite, du pet!... −En voilà une chambrée! Quelle bauge! (Courteline,Train 8 h 47, Jusqu'à la gauche, 1884, p.166):
2. L'inspecteur (...) tenait à dire à M. Charles qu'il était spécialement utile qu'il n'y eût pas de pet pour l'instant au Passage-Club: (...) les cercles tolérés, n'est-ce pas? au moindre signe, pour donner satisfaction à certaine opinion... Aragon,Beaux quart., 1936, p.414.
Loc. Porter le pet. Porter plainte. Les caves, on peut même pas leur étouffer un journal sans qu'ils portent le pet au lardu (Le Breton1960).
2. Danger. Magne-toi, môme (...), et, en cas de pet, repasse devant la grille sans donner de doutance (Carco,Équipe, 1919, p.80).Moi, je surveille par là (...). Toi, par là. S'il y a du pet, tu ne fais rien sans me prévenir (Sartre,Mort ds âme, 1949, p.174).
[Empl. comme interj.] Pet! Attention! Les voleurs (...), pour prévenir d'un danger, crient: Pet! Pet! (France1907).Un moment à la caisse, j'ai bien cru qu'ils [des voleurs] s'esquintaient, rapport au pèze. Pet! là d'dans! que j'fais en m'aboulant, et j'ai sorti mon feu, pour qu'ils comprennent (Carco,Jésus-la-Caille, 1914, p.196).
Loc. Faire le pet. Faire le guet. On fait les préparatifs [pour un punch clandestin]; moi je fais le pet (Cohen,Lang. Éc. polytechn., 1908, p.191).Je l'ai vu qui faisait le pet derrière les saules (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p.110).
Prononc. et Orth.: [pε]. Homon. paix, (la, il) paie. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1179 «gaz intestinal qui sort avec bruit» (Renart, éd. E. Martin, I a, 1858); 2. 1580 «bruit, détonation» (B. Palissy, Discours admirable ds IGLF); 1690 tirer aussitôt un pet d'un âne mort «être très avare» (Fur.); 1808 on tirerait plutôt un pet d'un âne mort «même sens» (Hautel t. 2); 3. a) 1205 je ne ti mesferai un pet (Renart, XIII, 1184); b) 1887 ça ne vaut pas un pet (Zola, loc. cit.); 1896 ça ne vaut pas un pet de lapin (Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg.). II. 1835 «danger» (ds Esn.); 1847 faire le pet «faire un esclandre» (Dict. arg., p.163). I du lat. peditum «pet, vent». II apocope de pétard* au sens 4. Fréq. abs. littér.: 66. Bbg. Spitzer (L.). On the etymology of pet. Language. 1950, t.26, p.534-538.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

pet \pɛt\ masculin

  1. (Populaire) (Argot) Joint ; cigarette de cannabis.
    • La petite histoire retiendra qu'avant de s'endormir on a fumé un pet et qu'on a vraiment failli foutre le feu à l'appartement ! Respect mon pote. Ça, c'était en 2008. C'était génial ! — (Brahim Zaibat, On peut tous un jour danser avec les stars, Éditions Pygmalion, 2014, chap. 12)
    • A l'intérieur, il y avait de quoi rouler quelques pets. Une herbe très parfumée, toute violette. Ça devait être une variété comme de la “Sweet Purple”. […]. Elle montra la beuze à Bob et entreprit de se rouler un pet, et il fit de même. Ils fumèrent tranquillement. — (Marilyn Lapin, Apocalpse, Éditions Edilivre, 2015)

Interjection - français

pet \pɛt\

  1. (Familier) Synonyme de l’interjection « vingt-deux ! ».
    • Pet-pet-pet-pet-pet ! Y a le pion qui se pointe !

Nom commun 1 - français

pet \pɛ\ masculin

  1. (Familier) Vent, gaz qui sort du corps par l’anus avec ou sans bruit.
    • Celle-ci se dégagea encore, mais en faisant ce mouvement elle lâcha un pet, non pas un pet vulgaire mais un pet au son cristallin qui provoqua chez elle un rire violent et nerveux. — (Guillaume Apollinaire, Les Onze Mille Verges, 1907)
    • Longtemps il m’avait fait sauter sur sa jambe tendue en chantant : « À cheval sur mon bidet ; quand il trotte il fait des pets », et je riais de scandale. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 51.)
    • Bijou, le cheval, était très vieux et tirait des pets formidables. — (Marie Cardinal, Les Mots pour le dire, Livre de Poche, 1977, p. 96)
    • La paysanne qui lâche un gros pet dans un compartiment de train où se trouvent des Allemands et proclame à la cantonade « si on peut pas leur dire on va leur faire sentir ». — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 23.)
    • Pourtant, le combat de pets est un des grands classiques de la culture populaire nippone depuis plus de dix siècles. Tout abbé qu’il soit, c’est à Sôjô Toba qu'est attribué un rouleau du xie siècle dans lequel les pétomanes combattants utilisent de gigantesques éventails pour pousser les gaz toxiques vers le camp adverse. — (Jean-Marie Bouissou, Manga : Histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Arles : Éditions Philippe Picquier, 2010, 2e éd.; 2014, chap. 1)
    • Mon père, qui est aussi végétarien que je suis une carniste convaincue, fait souvent des blagues sur les pets des vaches : « Interdisons les flatulences aux vaches pour sauver la planète ! » Oui car les pets des vaches, c'est du méthane (CH4). — (Ophélie Véron, Planète végane : Penser, manger et agir autrement, Éditions Marabout, 2017)
    • Rappeler l’éminence de son statut social n’est guère évident quand l’autre risque en réponse de vous roter à la gueule ou de lâcher un pet. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 33.)
  2. (Familier) Surveillance et alerte ; guet.
    • En cas de suif imprévu, Tony et Dick pouvaient se permettre, avant que le pet soit donné, une prise de champ d’au moins vingt bornes... — (Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 223)
    • Je me représente mal le préposé au "pet" envoyant une alerte imprimée à ses complices, et ceux-ci compter caractères et espaces pour voir si c’est chaud ou si c’est une blague... — (AnimalDan, en commentaire sur la page « Vingt-deux (22) ! » , sur le site Expressio.fr (www.expressio.fr), le 01/06/2008)
  3. (Argot) (Populaire) Tapage ; scandale ; raffut.
    • LE PRÉSIDENT : Ah! vous fûtes chauffeur aussi?
      RENVOIT : Oui, monsieur... sur le P.-L.-M. Alors, je sais thabiller les montres. Donc, j'entends ces messieurs et leur société qui faisaient du raffut!
      LE PRÉSIDENT, étonné : Du raffut!
      RENVOIT ... Du pet! quoi. J'entends ces personnes qui faisaient du pet... que ça embêtait les autres consommateurs...
      — (Georges Courteline, Blancheton, père et fils: fantaisie judiciaire en un acte, Ernest Flammarion, 1900)
    • C’est raide. Ne te fous pas par terre. Fais pas de pet. Le frérot n’est pas commode. Je te mène chez le tatoueur. C’est rigolo, hein ? — (Blaise Cendrars, Emmène-moi au bout du monde !…, 1956)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PET (pè) s. m.
  • 1Vent qui sort par en bas avec bruit (on évite de se servir de ce mot). Faire un pet. Lâcher un pet.

    On tirerait plutôt un pet d'un âne mort qu'un sou de sa bourse, se dit d'un avare dont on ne peut rien obtenir.

    Faire un pet de maçon, où il y a du mortier après.

  • 2Pet de nonne, petite pâte sucrée et aromatisée, frite de telle sorte qu'elle est pleine d'air au milieu.
  • 3Pet à vingt ongles, un enfant dont une fille est accouchée.
  • 4Pet d'âne, synonyme d'onoporde, plante.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant s'esforce, tant s'esvertue, l'ant se torne, tant se remue, C'uns pet en saut qui se desroie, Rutebeuf, 282.

XIVe s. Et avint que, en soy tostant [se chauffant dans une cuisine], il fit une vilenie appelée pet ; pour laquelle vilenie ainsi faite, le valleton saillant de la ditte cuisine sonna une paele, comme accoustumé avoit esté et estoit à faire au dit hostel en tel cas, Du Cange, pettus. Tiers mets ; doreures de pommeaulx et de pets d'Espaigne [sorte de pâtisserie], Ménagier, II, 4.

XVIe s. Si le paysan est malade, il prendra tout le contraire de ce que vous ordonez ; au bout de quelque temps, vous lui verrez faire un pet à la mort [guérir, revenir à la vie], Cholières, Contes, t. I, matin. 2, p. 47, dans POUGENS. Soudain Epistemon commença respirer, puis ouvrir les yeulx, puis baisler, puis esternuer, puis feit un gros pet de mesnage, Rabelais, II, 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pet »

Provenç. pet, peit ; cat. pet ; esp. pedo ; port. peido ; ital. peto ; du lat. pēditus, de pēdere ; sanscr. pard ; l'r est conservée dans le grec πέρδειν, et dans l'allem. Furz, mais perdue dans le latin et remplacée par la longue .

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Du latin peditum, même sens (1, 2 et 3).
(Nom commun 2) Apocope de pétard, voir aussi pétun (joint).
(Nom commun 3) Du verbe péter dans le sens « casser ».
(Nom commun 4) De l’anglais pet (« animal de compagnie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pet

Fréquence d'apparition du mot « pet » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « pet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « pet »

  • Le problème, Gérard, c'est que tes sorties de route vont toujours dans le même fossé : celui du fric, des copains dictateurs, du pet foireux et de la miction aérienne, celui des saillies ultralibérales...
    Philippe Torreton — Journal "Libération" du 18 décembre 2012, lettre ouverte adressée à Gérard Depardieu
  • Manger n’est pas se tuer à petit feu, mais entretenir son petit feu.
    Simonetta Greggio — Etoiles
  • Les hommes ne deviennent délicats que petit à petit.
    Gilles Archambault — Le voyageur distrait
  • Petit à petit, l’oiseau fait son nid.
    Proverbe français
  • Un petit peu trop fait plus de mal qu'un petit peu moins.
    Jean-Paul Richter
  • A petit oiseau, petit nid.
    Proverbe français
  • On s'habitue petit à petit à la routine quotidienne.
    Gisèle Bujold — L'enjeu
  • Balancer un pet c'est moins sale que de voir les gens se laver les dents.
    Jacques Dutronc
  • Petit à petit, on va loin.
    Proverbe péruvien
  • Petit à petit, les chats deviennent l’âme de la maison.
    Jean Cocteau
Voir toutes les citations du mot « pet » →

Traductions du mot « pet »

Langue Traduction
Anglais fart
Espagnol pedo
Italien scoreggia
Allemand furz
Chinois
Arabe ضرطة
Portugais peidar
Russe пердеть
Japonais おなら
Basque fart
Corse fart
Source : Google Translate API

Synonymes de « pet »

Source : synonymes de pet sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot pet au Scrabble ?

Nombre de points du mot pet au scrabble : 5 points

Pet

Retour au sommaire ➦