La langue française

Jérémiade

Définitions du mot « jérémiade »

Trésor de la Langue Française informatisé

JÉRÉMIADE, subst. fém.

Gén. au plur. Plainte, lamentation, récrimination sans fin et qui importune. Jérémiades continuelles, sans fin, à n'en plus finir; ennuyer qqn de/avec ses jérémiades; cesser ses jérémiades. Le morose Popelin parle sur une note cabotinement pleurarde « des chagrins qu'on ne lui a pas épargnés et dont il est profondément malade », puis interrompt sa jérémiade pour proclamer sans pudeur qu'il était très beau (Goncourt, Journal,1890, p. 1235).Elle ne s'apitoyait pas sur les jérémiades de son mari; elle le secouait rudement (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 236):
Le père Jacques n'eut pas plutôt prononcé cette phrase de pitié et de protestation que les pleurs et les jérémiades des deux concierges recommencèrent. Je n'ai jamais vu de prévenus aussi larmoyants. J'en étais profondément dégoûté. Même en admettant leur innocence, je ne comprenais pas que deux êtres pussent à ce point manquer de caractère devant le malheur. G. Leroux, Mystère ch. jaune,1907, p. 56.
[Constr. avec un compl. prép. sur] Des jérémiades sur son sort. Deux grandes heures de bavardage insipide et de grandes jérémiades sur la méchanceté des hommes (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 136).Des jérémiades sur la crise qui ralentissait les affaires (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p. 294).
Prononc. et Orth. : [ʒeʀemjad]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1738 (Voltaire, L'enfant prodigue, I, 1, p. 7); av. 1743 (Trév. qui cite l'abbé de Choisi, s. réf.). Dér., au moyen du suff. -ade*, du nom du prophète Jérémie, aut. du livre des Lamentations sur les malheurs de Jérusalem. Cf. la loc. faire le Jérémie « se lamenter » (1648, Scarron, Virgile I, 72a ds Richardson). Fréq. abs. littér. : 63.
DÉR.
Jérémiader, jérémier, verbe.Faire des jérémiades. Se lamentant sur ce que les critiques sont traités d'impuissants (...), jérémiant à perte de vue là-dessus et triste au fond de ce métier (Goncourt, Journal,1857, p. 376).Je voulais pas m'enfoirer avec des soupirs à la con! (...) je venais pas pour être consolé!... ni pour jérémiader en somme... Je venais simplement dire « au revoir » (Céline, Mort à crédit,1936, p. 565).[ʒeʀemjade], (il) jérémiade [ʒeʀemjad]; [ʒeʀemje], (il) jérémie [ʒeʀemi]. 1resattest. a) 1842 jérémiader (Richard), b) 1857 jérémier (Goncourt, loc. cit.); a) de jérémiade, dés. -er, b) de Jérémie (v. jérémiade), dés. -er.
BBG.Quem. DDL t. 7 (s.v. jérémiader).

jérémiade, -

Wiktionnaire

Nom commun

jérémiade \ʒe.ʁe.mjad\ féminin

  1. (Familier) Plainte fréquente et importune.
    • Partant de ce point, ne sommes-nous pas autorisé à nous demander ce que signifient ces jérémiades forcées qui consistent à déplorer continuellement le sort de nos anciennes races ? — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Seulement celles-ci sont subordonnées à une histoire d'amour; le mythe permet d'éviter la jérémiade syndicaliste. — (Thierry Jousse, Le goût de la télévision: anthologie des Cahiers du cinéma, 2007)

Forme de verbe

jérémiade \ʒe.ʁe.mjad\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe jérémiader.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe jérémiader.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe jérémiader.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe jérémiader.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe jérémiader.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JÉRÉMIADE. n. f.
Plainte fréquente et importune, par allusion aux Lamentations de Jérémie. Aurez-vous bientôt fini vos jérémiades? Il est familier.

Littré (1872-1877)

JÉRÉMIADE (jé-ré-mi-a-d') s. f.
  • Plainte fréquente et importune. Mon cher ami, cette lettre est une jérémiade ; je pleure sur les hommes, Voltaire, Lett en vers et en prose, 52. Voilà-t-il pas de vos jérémiades, De vos regrets, de vos complaintes fades, Voltaire, Enf. prod. I, 1.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jérémiade »

Jérémie, par allusion aux lamentations de ce prophète.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De Jérémie, par allusion aux Lamentations de Jérémie, avec le suffixe -ade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jérémiade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jérémiade ʒeremjad

Citations contenant le mot « jérémiade »

  • Lorsqu’une personne se plaint sans arrêt en se lamentant sur son sort, on dit parfois qu’elle «fait des jérémiades». Une expression apparue au Moyen Age, mais dont l’origine est biblique. CNEWS, D'où vient l'expression «faire des jérémiades» ? | CNEWS
  • Le problème avec nous les historiens, c’est que l’on prend toujours tout au sérieux. Le plus infime postillon, la plus ridicule jérémiade, la plus légère saillie sont guettés comme ayant potentiellement un sens. Les bagatelles n’appartiennent pas à notre registre. Assurément, nous sommes trop graves. La raison à cela? Il s’agit de l’observation faite selon laquelle les détails de notre existence, individuelle ou collective, peuvent atteindre avec le temps des dimensions telles que l’on est tenté, après coup, de se plaindre de n’avoir pas été vigilant plus tôt. Le Figaro.fr, Loris Chavanette: «Nous, historiens, ne prenons pas à la légère les dégradations de statues»
  • La frontière entre récrimination légitime et jérémiade infondée est mince. Si se plaindre fait partie de nos moyens de communication, il y a, comme pour tout type d'échange, un lieu et un moment appropriés pour le faire. Slate.fr, Il est bon de se plaindre (mais faites-le bien) | Slate.fr
  • Les gens intelligents et courageux – comme les asiatiques - ont vu en nous, non pas un privilège racial mais L’AVANTAGE lié à notre façon de vivre et à nos découvertes. Ils ont appris de nous et nous ont imités avec une réussite totale, sans jérémiade mais avec courage et efficacité. En 1945, le Japon se prenait deux bombes atomiques sur la tête après une guerre qui l’avait laminé. Dans les années 60, on riait de leurs appareils photos, bons marchés, copiés des nôtres. Dans les années 80, les Yashica triomphaient et nos fabricants mettaient la clé sous la porte. Dans les années 2000 leur technologie numérique dominait le marché et personne ne riait plus depuis longtemps. Dans les années 2020, ce sont les Chinois, les Coréens et eux qui nous dament le pion. Liberté d'expression, Ceux qui veulent libaniser la France - Liberté d'expression
  • Mauro Poggia n’est pas homme à tempêter pour un rien. Affable, obligeant, le verbe parfois cinglant mais toujours élégant, le conseiller d’Etat MCG, ancien avocat, est d’ordinaire maître de ses humeurs. Aussi est-ce avec étonnement qu’on le trouve ce matin-là au bord de la jérémiade. C’est qu’une polémique allumée sur la reprise en main prétendument calamiteuse de l’Office cantonal de l’emploi, dont il a la charge avec la santé et les affaires sociales, lui reste en travers de la gorge. Le Temps, Mauro Poggia, adroit politique et maître de l’esquive - Le Temps

Traductions du mot « jérémiade »

Langue Traduction
Anglais jeremiad
Espagnol jeremiada
Italien geremiade
Allemand jeremiade
Chinois 耶利米
Arabe جيرمياد
Portugais jeremiada
Russe иеремиада
Japonais ジェレマイド
Basque jeremiad
Corse ghjeremia
Source : Google Translate API

Synonymes de « jérémiade »

Source : synonymes de jérémiade sur lebonsynonyme.fr

Jérémiade

Retour au sommaire ➦

Partager