La langue française

Perdition

Sommaire

  • Définitions du mot perdition
  • Étymologie de « perdition »
  • Phonétique de « perdition »
  • Citations contenant le mot « perdition »
  • Traductions du mot « perdition »
  • Synonymes de « perdition »
  • Antonymes de « perdition »

Définitions du mot « perdition »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERDITION, subst. fém.

A.− Ruine, destruction totale. Synon. perte.C'était comme une eau d'hommes, de femmes et d'enfants mélangés, et ça dansait jusqu'à la perdition des forces (Giono, Solit. pitié,1932, p. 52):
1. ... Se-Ma-Tsien, philosophe chinois, qui codifia la musique, raconte qu'un prince voulut à tout prix se faire chanter un chant de perdition dont le caractère destructeur était tel qu'on ne pouvait impunément l'écouter. Art et litt.,1935, p. 88-2.
En perdition. Qui va à sa perte, qui va à la ruine. Entreprise, négoce en perdition. Dès lors, on peut dire que le ménage a été en perdition (...) Le double adultère était nécessairement au bout (Zola, Fécondité,1899, p. 410).Mais un critique soucieux de ses responsabilités dans ce monde en perdition est tenu de rappeler qu'il y a des ordres, et que l'univers de Partage de midi transcende incomparablement celui d'Antigone et des Mains sales (G. Marcel, Heure théâtr.,1959, p. 104).
MAR. [En parlant d'un navire] Qui court les plus grands risques de faire naufrage. Synon. en danger, en détresse.Il passait quelquefois ainsi toute sa journée dans le risque, dans la vague, dans la grêle, dans le vent, accostant les navires en perdition, sauvant les hommes, sauvant les chargements, cherchant dispute à la tempête (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 83).
B.− RELIG. Situation d'un être qui, par le péché, s'est éloigné des voies du salut. Royaume de perdition. Et dans l'univers immense, dans la splendeur infinie des mondes, quelle œuvre, ô mon Dieu! parmi toutes tes œuvres, pourrait égaler celle qui fait passer une âme des ténèbres à la lumière, du péché à la sainteté et de la perdition au salut? (Monod, Sermons,1911, p. 215).Ils se sont élevés par orgueil contre le créateur, ont été précipités haut du ciel et condamnés. Leur perdition est irréparable (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 383):
2. Il fait son jeu dans le jeu de Dieu, dans le jeu même de Dieu. Et tout ce que Dieu nous a donné pour nous aider à faire notre salut, Jésus même et les mérites, Jésus et les promesses, il l'emploie pour nous perdre, il le fait servir à nous perdre, il le fait servir à notre perdition éternelle. Péguy, Myst. charité,1910, p. 150.
Expr. Avoir des yeux à la perdition de l'âme. Avoir des yeux extrêmement beaux. Sainte Vierge, mademoiselle, vous avez les yeux à la perdition de votre âme! Ne regardez donc pas le monde comme ça (Balzac, E. Grandet,1834, p. 185).
P. anal. À la vérité presque aucun n'ose affronter, les yeux ouverts, le grand jour de l'amour en quoi se confondent, pour la suprême édification de l'homme, les obsédantes idées de salut et de perdition de l'esprit (Breton, Manif. Surréal.,2eManif., 1930, p. 172).
P. ext. État d'immoralité et de corruption. Et des sourires par-là, des dents blanches et mouillées sous le retroussis rouge des lèvres, des frôlements en sourdine, avec ces yeux toujours brûlants, à la sûre perdition de cette âme de femelle (Genevoix, Raboliot,1925, p. 33).Pour elle, elle n'aurait qu'une idée : retirer de la perdition celui qui était son mari, épousé devant Dieu (Pourrat, Gaspard,1925, p. 82):
3. Je donne et lègue, comme héritier de Mademoiselle Esther Gobseck, une somme de sept cent soixante mille francs aux hospices de Paris pour fonder un asile spécialement consacré aux filles publiques qui voudront quitter leur carrière de vice et de perdition. Balzac, Splend. et mis.,1846, p. 471.
Lieu de perdition. Lieu de débauche. La ville était un lieu de perdition pour l'homme sensible (Faure, Hist. art,1921, p. 191).
Prononc. et Orth. : [pε ʀdisjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 perdiciun « fin lamentable » (Roland, éd. J. Bédier, 3969); 1787 vaisseau en perdition (B. de St-Pierre, Paul et Virginie ds Romanciers du XVIIIes., éd. M. du Cheyron, t. II, p. 1305); 2. 1remoitié xiies. « état d'une personne éloignée de Dieu et qui perd son âme par le péché » (Psautier Oxford, 106, 20 ds T.-L.). Empr. au b. lat. perditio « perte, gaspillage » en lat. chrét. au sens 2; perditio est formé sur le supin perditum de perdere (v. perdre). Fréq. abs. littér. : 207. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 239, b) 206; xxes. : a) 431, b) 306.

Wiktionnaire

Nom commun

perdition \pɛʁ.di.sjɔ̃\ féminin

  1. (Vieilli) (Familier) Dégât, dissipation.
    • Tout son bien s’en va en perdition.
  2. (Marine) (Aéronautique) Détresse ; danger de périr.
    • Vaisseau en perdition.
  3. (Religion) État d’une personne qui perd son âme.
    • Le triumvirat déclenche contre lui de nouvelles polémiques, bientôt frénétiques, dans lesquelles l’argumentation fait place à une scolastique forgée pour les besoins de la cause et oppose sans fin le léninisme au trotskisme, comme la vérité révélée à l’hérésie, le mal au bien, le salut à la perdition. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  4. Perte, ruine morale.
    • […] tes intentions étaient pures, puisque tu as cru par là pouvoir arrêter ton frère égaré dans la carrière de la perdition où le précipitait sa folie. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Nom commun

perdition \pə.ˈdɪʃ.ən\

  1. (Religion) (Indénombrable) Perdition.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PERDITION. n. f.
Dégât, dissipation. Tout son bien s'en va en perdition. Dans ce sens, il est populaire et il a vieilli. En termes de Marine, Vaisseau en perdition, Vaisseau qui est en danger de périr.

PERDITION s'emploie surtout dans le langage de la Dévotion et désigne l'État d'une personne qui perd son âme. Il est dans la voie de perdition, dans un état de perdition. Toute cette intrigue est une œuvre de perdition, un ouvrage de perdition. Il s'emploie aussi comme synonyme de Perte, de ruine morale. Cette femme va à sa perdition. Un lieu de perdition. Dans l'Écriture sainte, Le fils de perdition, Judas; et L'enfant de perdition, L'antéchrist.

Littré (1872-1877)

PERDITION (per-di-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de perdre, de ruiner. Que ceux qui tyrannisent votre peuple, tombent dans la perdition ! Sacy, Bible, Ecclésiastiq. XXXVI, 11.

    La perdition du Rhône, le lieu où le Rhône se perd.

    Terme de marine. Être en perdition, être en danger de se jeter à la côte, en danger de naufrage. Les coups de canon me firent frémir ; je ne pouvais douter qu'ils ne fussent les signaux de détresse d'un vaisseau en perdition, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

  • 2Action de perdre, de dissiper. Tout son bien s'en va en perdition.
  • 3État d'une personne qui est hors de la croyance de l'Église et de la voie du salut. Il conduit l'homme dans la voie de perdition, Pascal, Juifs, 31, éd. FAUGÈRE. Dans le chemin large et spacieux qui mène à la perdition, Bourdaloue, Sévérité évang. 2e avent, p. 425.

    Dans l'Écriture sainte, le fils de perdition, Judas ; l'enfant de perdition, l'Antechrist.

    Fig. Enfant de perdition, homme qui se perd et perd les autres. Vous en avez menti, enfant d'Escobar et de perdition, vous prêchez ici l'erreur et le mensonge, Voltaire, Dial. X.

    Fig. et familièrement. Lieu de perdition, lieu où l'on ne peut vivre, où tout va mal. S'il est possible d'achever, dans cette terre de perdition, le monument [l'Encyclopédie] que nous avions commencé d'élever à la gloire des lettres, D'Alembert, Lettr. à Voltaire, 8 fév. 1757. Après nous être arrêtés dans un lieu de perdition et d'ennui tel que l'opéra, Grimm, Corresp. t. I, p. 125.

HISTORIQUE

XIe s. Guene est turnet à perdiciun grant, Ch. de Rol. CCXCI.

XIIIe s. Prelaz, li tiens estas est de perfecion ; Venial vice en toi te sunt perdicion, J. de Meung, Test. 586.

XIVe s. Ahi ! Gaufrois, dist-il, quelle perdition T'avient à che jourd'hui, et grant confusion ! Baud. de Seb. IX, 183.

XVe s. Temps sans cremeur [crainte], temps de perdicion, Aage tricheur, tout va desloiaument, Deschamps, Du temps présent. Les capitaines ne vouloient hazarder ceste compagnie, craignant que, s'ils la perdoient, ce ne fut la perdition du roy, Commines, III, 4.

XVIe s. La langue est aucunes fois vulnerée, avecques perdition de substance, Paré, VIII, 28.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PERDITION. Ajoutez :
4Il s'est dit pour perte de quelque objet. Je ne plains point les endroits [d'un ouvrage] qui se perdront ; et, quand tout le livre périrait, je me consolerais aisément de sa perdition, pourvu que je ne fusse point obligé d'en faire un autre, Guez de Balzac, Lett. inédites, CXXII, éd. Tamizey-Larroque.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERDITION, s. f. (Critique sacrée.) ce mot signifie dans l’Ecriture, perte, ruine ; perditio tua Israël, Osée, xcij. 9.. « votre ruine ne vient que de vous Israël ». 2°. Le tombeau, le sépulchre. « Quelqu’un, dit le Psalmiste, Ps. lxxxvij. 12. racontera-t-il votre vérité dans le tombeau » ? in perditione. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « perdition »

Provenç. perdicio ; espagn. perdicion ; ital. perdizione ; du lat. perditionem, de perditum, supin de perdere, perdre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin perditio (« ruine »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « perdition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
perdition pɛrdisjɔ̃

Citations contenant le mot « perdition »

  • L'enfer et l'abîme de perdition ne sont jamais rassasiés, ainsi les yeux des hommes sont insatiables. De La Bible / Le livre des proverbes
  • L'enfer et la perdition sont à nu devant le Seigneur, combien plus les coeurs des enfants des hommes ? De La Bible / Le livre des proverbes
  • La femme n'était-elle pas la honte et la perdition, une créature de dégoût, de péché et de terreur, devant laquelle tremblent les saints ? De Emile Zola / Vérité
  • Si la littérature n’est pas pour le lecteur un répertoire de femmes fatales et de créatures de perdition, elle ne vaut pas qu’on s’en occupe. De Julien Gracq / En lisant en écrivant
  • Ce qui sauve la plupart des hommes de la perdition, c’est que la plupart des femmes ne draguent pas. De Paul Carvel / Mots de tête
  • L’écriture et l’amour procèdent de la même tension, de la même joie, de la même perdition. De Nina Bouraoui / Poupée Bella
  • La famille est une école de droiture, d'équilibre, de force et de progression, et de ceux qui s'y soustraient s'engagent infailliblement dans la voie du mal et de la perdition. De Guy René de Plour / Défricheur de Hammada
  • Entrez par la porte étroite, car la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition et il y en a beaucoup qui y entrent. Mais la porte étroite et le chemin étroit mènent à la vie et il y en a bien peu qui le trouvent. De Saint Matthieu / L’Evangile
  • Un livre, pour mériter d'être écrit, doit susciter des désastres, engendrer des perditions, des anéantissements, des trahisons de l'ordre social, il doit prodiguer le feu d'un incendie esthétique. De Maurice Dantec / Amazon.fr - 31 Août 2000
  • La cruelle ironie de l’Histoire veut que, cent ans plus tard, le pays du Cèdre, indépendant depuis 1943, ressemble à une nation en perdition. Le cataclysme qui s’est abattu sur la population, confrontée à une chute libre de la monnaie et à une paupérisation galopante, n’est pas seulement économique et monétaire. Ce qui se joue dans cette faillite aux proportions dantesques, au-delà de la stabilité de la livre et de la survie de la classe moyenne, c’est l’avenir même du pays, sa raison d’être, et osons le mot, un peu de son âme. Le Monde.fr, Le Liban, une nation en perdition
  • Si vous voulez vivre l’horreur pendant que vous êtes sur un navire en perdition, vous devriez envisager le nouveau jeu Sous note du développeur Globiss. Betanews.fr, Under - Un jeu d'horreur annoncé sur un navire en perdition - Betanews.fr
  • Les gendarmes peuvent ainsi amener un pompier dans les airs pour qu’il mesure l’ampleur d’un feu de forêt, ou partir en mer à la recherche de kayakistes en perdition. , Lannion. Un hélicoptère de gendarmerie venu de Rennes pour la saison estivale | Le Trégor

Traductions du mot « perdition »

Langue Traduction
Anglais perdition
Espagnol perdición
Italien perdizione
Allemand verderben
Chinois 灭亡
Arabe هلاك
Portugais perdição
Russe погибель
Japonais 破滅
Basque perdition
Corse perdizione
Source : Google Translate API

Synonymes de « perdition »

Source : synonymes de perdition sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « perdition »

Partager