La langue française

Percher

Sommaire

Définitions du mot percher

Trésor de la Langue Française informatisé

PERCHER, verbe

I.
A.− Empl. intrans. et pronom. réfl. [Le suj. désigne un oiseau] Se poser, se tenir sur une branche, sur un support ou, plus généralement, dans un endroit élevé. Percher (...) s'entend de l'habitude qu'ont certains oiseaux de se poser sur une perche ou sur une branche, par opposition à certains autres oiseaux qui jamais ne s'y posent; tandis que se percher signifie plutôt l'action de se poser sur une perche, sur une branche, à la fin du vol (Besch.1845).On chasse les ramiers à l'affût en octobre, alors que, à la tombée du jour, ils viennent gavés de faînes de hêtres se percher pour y passer la nuit (Vidron, Chasse,1945, p. 67):
1. [Les poulets] trottent tout de suite sur leurs pattes fragiles, picorent la mie de pain ou le riz qu'on leur jette, et bientôt, on ne sait comment, sautent sur tout et s'y perchent. Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 247.
B.− Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Pop., fam. Loger (dans un endroit élevé); p. ext., habiter. Synon. fam. nicher.Le député qui perche à Paris ne craint nullement les dîners en ville, surtout quand ces dîners ne sont pas sans façon (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 361).Je découvrais les lieux et les choses autour de moi (...) la chambre de l'hôtel où elle perchait (A. Boudard, Café du pauvre,Livre de poche, 1985, p. 196):
2. − Où qu' tu perches, maintenant, le beau môme? − Au premier; C'est aussi discret et le pieu est plus large qu'ici... L. Daudet, Ariane,1936, p. 59.
b) Vieilli. Loger au hasard, tantôt ici, tantôt là. Celle-ci [sa chambre] était si sommairement meublée et si en désordre, qu'il en avait honte. − Oh! je ne demeure pas, je perche, répondit-il (Zola, Bête hum.,1890, p. 107).
2. [Le suj. désigne un lieu, une ville, un édifice] Fam. Se trouver, être situé, généralement dans un endroit élevé. Celui-ci [le village] perche au haut d'un roc comme certains bourgs de l'Ombrie (Gide, Immor.,1902, p. 370).
[Le suj. est un dém. neutre] Sais-tu où ça perche, toi, les rues Lipscani, Serindar, Bulandra?... Conan m'interrompit : − Ça doit sûrement être les rues de bocards! (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 38).« Trèves, dit Moûlu. Où c'est que ça perche? » « C'est dans le Palatinat », dit Schneider (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 288).
II.− Empl. trans. [Le suj. désigne une pers.]
A.−
1. Fam. Placer, mettre dans une position, dans un endroit élevé. Il percha le marbre [de la commode] sur son épaule avec un effort considérable (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, En fam., 1881, p. 356):
3. En jouant dans la cour, l'enfant avait plu au cocher (...) et celui-ci avait consenti à le percher sur Squilindre, tandis que lui-même, monté sur Pimante (l'autre cheval de carrosse), tenait le bridon... Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 1, 1857, p. 108.
Empl. pronom. réfl. Tarrou s'était levé pour se percher sur le parapet de la terrasse, face à Rieux, toujours tassé au creux de sa chaise (Camus, Peste,1947, p. 254):
4. Une blonde charnue glissa de son tabouret, lui demanda du feu, but son verre, à mi-voix lui promit pour cinq louis de bonheur, puis de nouveau, se percha, expectante. Mauriac, Baiser Lépreux,1922, p. 185.
2. Percher sa voix. Forcer sa voix sur un registre aigu. Elle va encore (...) percher sa voix très haut pour s'étonner que les osiers bifurquent (Colette, Duo,1934, p. 124).Il suffit souvent de leur recommander [aux femmes] de ne pas trop percher la voix (...) pour obtenir une phonation aisée autant que musicale (Wicart, Orateur,t. 1, 1936, p. 290).
B.− Pousser, manœuvrer (une embarcation) avec une perche. Il était fatigué, depuis deux jours à percher son radeau dans tous les sens pour flotter les gens jusqu'à la butte de l'Église (Giono, Batailles ds mont.,1937, p. 96).D'instinct, il se mit à percher si rapidement que la chaloupe faillit verser (Guèvremont, Survenant,1945, p. 191).
C.− MÉTALL. Procéder à l'opération consistant à introduire des perches de bois vert dans le métal en fusion au cours de l'affinage du minerai sulfuré de cuivre, pour éliminer les impuretés. Le bain s'encrasse d'oxyde d'étain restant en suspension et devient épais; il est alors nécessaire de le percher avec une branche de bois vert (Gasnier, Dépôts métall.,1927, p. 63).
Prononc. et Orth. : [pε ʀ ʃe], (il) perche [pε ʀ ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1376 « se tenir sur un support en parlant d'un oiseau » (Livres du Roy Modus, 123, 13 ds T.-L.); 1377 verbe réfl. (Gace de La Buigne, Roman des Deduis, éd. Å. Blomquist, 5936); 2. p. anal. a) 1606 « se tenir à un endroit élevé » (Du Villars, Mém., IX, an 1558, Michaud ds Gdf.); 1762 en parlant d'une ville (Diderot, Lettres à Sophie Volland, p. 63); b) 1833 « loger dans un endroit élevé » (Balzac, Ferragus, p. 56); c) p. ext. 1842 « habiter » (Reybaud, op. cit., p. 267 : les premiers érudits que nous vîmes appartenaient à ces associations qui perchent on ne sait où); 3. 1630 verbe trans. « placer quelqu'un dans une bonne situation » (A. d'Aubigné, Méditations sur les Pseaumes, éd. Réaume et de Caussade, II, 147); 4. 1841 id. « placer quelqu'un à un endroit élevé (en parlant des sentiments) » (Flaub., Souv., p. 66). B. 1600 « échalasser une vigne » (O. de Serres, Th. d'agriculture, p. 60, éd. 1605 ds Gdf.). C. 1927 métall. (Gasnier, loc. cit.). Dér. de perche*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 180.
DÉR. 1.
Perchage, subst. masc.a) Position d'un oiseau, d'un animal perché. (Dict. xxes.). b) Métall. Opération consistant à introduire des perches de bois vert dans le métal en fusion au cours de l'affinage du minerai sulfuré de cuivre, pour éliminer les impuretés. Voir Guillet, Métall. gén., 1923, p. 188.− [pε ʀ ʃa:ʒ]. − 1resattest. a) 1923 id., b) 1963 « position de l'oiseau perché » (Lar. encyclop.); de percher, suff. -age*.
2.
Percheur, -euse, adj.[En parlant d'un oiseau] Qui a l'habitude de percher. Oiseaux percheurs. Il n'y a que la lulu [l'alouette] qui puisse être considérée comme vraiment percheuse (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 144).− [pε ʀ ʃ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. − 1resattest. a) 1817 La Percheuse « nom de l'alouette des prés » (Nouv. dict. d'hist. nat. d'apr. FEW t. 8, p. 281a), b) 1821 adj. « se dit d'oiseaux qui se perchent sur les arbres » (Ac. Suppl.), d'où 1845 les percheurs « groupe d'oiseaux » (Besch.); de percher, suff. -eur2*.
BBG. − Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 137.

Wiktionnaire

Verbe

percher \pɛʁ.ʃe\ intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se percher)

  1. Se poser sur une perche, sur une branche d’arbre, sur une baguette, etc.
    • Les coqs et les poules perchent toutes les nuits.
    • Quantité d’oiseaux sont venus percher sur ces arbres.
    • Un rossignol est venu se percher sur cette branche.
  2. (Figuré) Se mettre sur quelque endroit élevé, pour mieux voir ou pour mieux entendre.
    • Comment est-il allé percher, se percher là ?
  3. (Argot) (Figuré) Produire son effet, en parlant d’un stupéfiant puissant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PERCHER. v. intr.
Se poser sur une perche, sur une branche d'arbre, sur une baguette, etc. Il se dit proprement des Oiseaux. Les coqs et les poules perchent toutes les nuits. Quantité d'oiseaux sont venus percher sur ces arbres.

SE PERCHER s'emploie aussi dans ce sens. Un rossignol est venu se percher sur cette branche.

PERCHER se dit absolument des Oiseaux qui ont l'habitude de se poser sur une branche, sur une baguette. Cet oiseau perche. Il se dit figurément et familièrement d'une Personne qui se met sur quelque endroit élevé, pour mieux voir ou pour mieux entendre. Comment est-il allé percher, se percher là? Jouer à chat perché se dit d'un Jeu d'enfant, où l'on ne peut être pris que lorsqu'on touche terre. Le participe passé s'emploie substantivement dans cette locution : Tirer les faisans au perché, Les tirer lorsqu'ils sont perchés.

Littré (1872-1877)

PERCHER (pèr-ché) v. n.
  • 1En parlant des oiseaux, se poser sur une perche, sur une branche d'arbre. Tous les oiseaux ne perchent pas. Il [un amateur d'oiseaux] retrouve des oiseaux dans son sommeil, lui-même il est oiseau, il est huppé, il gazouille, il perche, La Bruyère, XIII.

    Se dit, par extension, de tout lieu élevé sur lequel les oiseaux se posent. Cet oiseau a perché longtemps sur ma fenêtre, sur le clocher.

  • 2Se percher, v. réfl. même sens. Un aigle se vint percher sur le joug du chariot, Perrot D'Ablancourt, Arrien, II, 2. Pour peu qu'Aristote connût l'outarde, il ne pouvait ignorer qu'elle ne se perche point, Buffon, Ois. t. III, p. 17. Elle lui présenta le phénix, qui fut très caressé de l'empereur et qui se percha sur son fauteuil, Voltaire, Princ. de Babyl. 5.

    Familièrement. Se mettre sur quelque chose d'élevé. Où est-il allé se percher ?

  • 3 S. m. Le percher, bâton sur lequel on fait sécher les mottes à brûler.

HISTORIQUE

XIVe s. Le faulcon perche volontiers aussi comme au milieu de l'arbre, Modus, f° CXX.

XVIe s. Le sire d'Aubigny qui pour ses demerites le vouloit faire percher [pendre], J. D'Anton, Annales de Louis XII, p. 26. Que les vignes perchées et appuiées soient fournies de bois, selon le besoin, liées et ploiées par art, De Serres, 60.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « percher »

Perche 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1376) Dénominal de perche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « percher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
percher pɛrʃe

Citations contenant le mot « percher »

  • La malchance est un oiseau déplaisant et il faut l'empêcher de se percher sur soi... De Donat Coste / L'enfant noir
  • Parmi les activités touristiques que propose la Vallée de l'Ubaye, il y a le Jungle Park. Un endroit où l'on peut se percher dans les arbres pour pratiquer de l'accrobranche, et ce pour tous les niveaux d'âges ou de compétences, mais aussi pour passer une nuit, voire plusieurs ! Un concept qui attire les touristes, et c'est plutôt bienvenu vu le déroulement de cette saison estivale selon Olivier Jean, co-gérant du Jungle Park : D!CI TV & Radio, Alpes de Haute-Provence : Au Jungle Park de Barcelonnette, un mois de juillet poussif en terme de fréquentation, mais un attrait pour les logements insolites chez les touristes | D!CI TV & Radio
  • Le monde agricole prouve une nouvelle fois sa grande capacité d’adaptation à l’instar des éleveurs de pondeuses qui se sont engagés à passer rapidement de la cage à des modes d’élevages alternatifs. Certains aviculteurs bretons réalisent ces nouveaux investissements et envoient leurs cages à la ferraille alors qu’ils n’ont pas encore terminé de les payer. En France en 2008, on dénombrait 19 % des pondeuses élevées en alternatif. Un chiffre qui passe à 53 % en 2020, dépassant l’objectif fixé par la filière qui était de 1 poule sur 2 élevée en alternatif à horizon 2022. Pour autant, il est important de maintenir le niveau de production car derrière les 2 300 élevages français il y a 46 millions de poules qui pondent 14,3 milliards d’œufs chaque année ce qui génère 10 000 emplois directs. La volière semble être le matériel idéal permettant de maintenir un bon effectif de poules tout en s’adaptant parfaitement dans les anciens poulaillers cage. Ce mode d’élevage fait ressortir le comportement naturel des poules à se percher. Elles occupent alors un maximum d’espace dans la structure. Les éleveurs de poulettes ont aussi investi dans des volières spécifiques car l’apprentissage au perchage doit démarrer dès les 1er jours d’élevage pour garantir la réussite du lot de pondeuses et éviter la ponte au sol. Journal Paysan Breton, Une partie de la filière s’oriente sur la volière | Journal Paysan Breton
  • Bien entendu, cela n’empêche pas certains de venir s’y percher ou de l’utiliser mais il est à rappeler, si besoin est malgré les nombreux panneaux sur le bord du lac, que la baignade n’y est normalement pas permise. Et pour ces premiers jours de vacances scolaires, bon nombre de familles sont venues a minima profiter du cadre du lac pour passer une après-midi ou déjeuner, ou pour braver l’interdit et se mouiller tout de même. ladepeche.fr, Lourdes : le lac fait le plein malgré l’absence de la baignade - ladepeche.fr
  • Au Bois de Rosoy, qui dit cabane dit spa. Les 9 cabanes sont ainsi toutes équipées d’un bain bouillonnant et d’une terrasse dont il vous sera extrêmement difficile de redescendre. A moins qu’il ne s’agisse que d’un intermède pour profiter du sauna et de la piscine avant de retourner vous percherEnlarge your Paris, Des cabanes branchées où se percher à moins de 100 km de Paris
  • Les poussins sont placés dans la structure à leur arrivée. C’est confortable car le 1er étage de la volière est à hauteur d’homme ce qui facilite le déchargement des caisses de poussins. Normalement ils restent au 1er étage, mais l’éleveur fait le choix de les répartir sur les 2 étages afin de pouvoir les laisser 12 jours dans le système plutôt que 8 jours lorsqu’ils sont démarrés uniquement au 1er étage. Monter et descendre est un apprentissage qui doit démarrer dès les premiers jours. Afin de faciliter la circulation des poulettes dans la volière, Laurent Corfmat installe des échelles entre le 1er et le 2e étage. Il met aussi du papier biodégradable sur les échelles pour attirer les poulettes et les inciter à circuler le plus tôt possible dans la structure. Ces échelles servent ensuite à relier le sol du poulailler au 2e étage lorsque la volière est ouverte après 12 jours. « Ces 4 jours supplémentaires dans la structure permettent de renforcer les poulettes. Lorsque j’ouvre la volière pour leur donner accès au reste du bâtiment, elles remontent plus facilement dans le système. », explique l’éleveur. Laurent Questel, commercial Sodimel précise : « Lorsque les poulettes commencent à se percher à l’intérieur de la volière, c’est le signe que l’on peut l’ouvrir car elles sont capables de remonter dedans. » Journal Paysan Breton, Une volière poulette assez technique | Journal Paysan Breton
  • Entrer dans Cap Cabane se fait à pied, le temps se pose un peu. Voilà douze ans que l’on vient ici se percher dans des cabanes le temps d’une nuit ou plus si affinités. 13 cocons de bois, spartiates et confortables à la fois, sur 14 hectares… SudOuest.fr, Acoustique et moustiques : à Captieux, un concert en pleine forêt

Traductions du mot « percher »

Langue Traduction
Anglais perch
Espagnol perca
Italien pertica
Allemand barsch
Chinois 栖息
Arabe جثم
Portugais poleiro
Russe окунь
Japonais とまり木
Basque perch
Corse perca
Source : Google Translate API

Synonymes de « percher »

Source : synonymes de percher sur lebonsynonyme.fr
Partager