Habiter : définition de habiter


Habiter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

HABITER, verbe

I. − Emploi trans.
A. − [Le suj. désigne un animé] Occuper habituellement un lieu.
1. [Le suj. désigne une pers., l'obj. un endroit couvert et clos] Les hommes très-sensibles, comme le sont en général les infortunés, se complaisent à habiter de petites retraites (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 225).C'est là qu'ils s'arrêteraient pour vivre : ils habiteraient une maison basse, à toit plat, ombragée d'un palmier, au fond d'un golfe, au bord de la mer (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 35).Je connaissais tous les coins du vaste grenier que j'habite depuis dix ans, et chacun pour moi offre un charme singulier (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 173) :
1. La maison que j'habite, les choses que je fais, le globe où je vis, m'emprisonnent si peu que je puis me figurer sans effort transporté dans une tout autre condition d'existence et sur une autre planète. Amiel, Journal,1866, p. 487.
SYNT. Habiter un appartement, château, hôtel, immeuble, logement, logis, manoir, palais, pavillon; habiter une bâtisse, cabane, caverne, chambre, mansarde, masure, villa.
2. P. ext.
a) [Le suj. désigne gén. un groupe de pers.; l'obj. un espace, une ville, un quartier] Les riches et les nobles n'habitent presque jamais les faubourgs de Vienne, et l'on est rapproché les uns des autres comme dans une petite ville (Staël, Allemagne, t. 1, 1810, p. 128).La cataracte s'étend sur un espace de six lieues. Nul peuple ne l'habite; il n'y a sur les bords ni village ni maisons; elle est déserte et muette (Du Camp, Nil,1854, p. 136).
SYNT. Habiter le désert, faubourg, pays, quartier, village; habiter la campagne, province, ville; habiter les environs.
b) [Le suj. désigne un animal] Pour le peu que nous en voyons, chaque animal est la petite planète, le monde qu'habitent des animaux plus petits encore, habités par d'autres plus petits (Michelet, Insecte,1857, p. 106) :
2. Les animaux, et sur-tout les oiseaux, habitent rarement ce voisinage, car ils aiment la paix de la retraite et les plaisirs de l'amour : là, ils ne verroient et n'entendroient que le mouvement et le fracas de la destruction. Crèvecœur, Voyage, t. 2, 1801, p. 81.
P. plaisant. [Le suj. désigne un vers, la vermine] Se trouver dans. Elles réussissaient quelquefois à ramasser furtivement une pomme verte, ou un abricot gâté, ou une poire habitée (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 591).
3. Littér. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Se tenir habituellement dans. La vertu habite des rochers escarpés, où l'homme ne sauroit atteindre sans être entraîné dans l'abîme (Chateaubr., Essai Révol., t. 1, 1797, p. 126).Sa pensée n'habitait pas les bocages ou le bord des ruisseaux (Sandeau, Sacs,1851, p. 36).Si l'amour ne se joint pas à la douleur, celle-ci habite les sombres demeures où habite l'esprit du mal (Barrès, Cahiers, t. 6, 1908, p. 16).
B. − Au fig.
1. [L'obj. désigne une pers.] Occuper quelqu'un. Synon. hanter, obséder, posséder.Toutes les vertus féminines me semblent habiter ce cœur tranquille et aimant (Amiel, Journal,1866, p. 113).Mais toutes ces préoccupations d'hier m'habitent encore (...). Je ne parviens pas à désengager mon esprit. Dès que je ne suis plus requis par quelque occupation précise, je me sens vague, errant, désœuvré (Gide, Journal,1937, p. 1262).
Rare. [Le suj. désigne une pers.] :
3. Il y a quelqu'un que l'on fuit et que l'on cherche, que l'on appelle et que l'on redoute, qui vous obsède et qui vous charme, quelqu'un qui habite votre cœur, qui remplit votre pensée, qui hante vos songes, qui vous a chassée de vous-même et s'y est installé en maître... Pailleron, Étincelle,1879, 5, p. 27.
2. [Le suj. désigne un nom abstr., le compl. circ. une pers.] Être dans. Ah! Tout cœur où l'amour habite Recèle un pouvoir de souffrir Dont il ignore la limite, Tant qu'il souffre sans en mourir (Sully Prudh., Vaines tendr.,1875, p. 168).J'ai vu que le plaisir, qui déteste tout ce qui est retenu et gêné, n'habitera que chez les hommes de cet âge et de ce rang (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 150).Le trouble douloureux et constant qui habitait en lui (Proust, Swann,1913, p. 308).
II. − Emploi intrans. Habiter + compl. prép.; habiter + adv.[Le suj. désigne une pers.] Avoir sa demeure dans un lieu. Synon. demeurer, s'établir, loger, résider, rester, séjourner, vivre.
A. − Habiter + compl. ou adv. de lieu.
1. Habiter + compl. de lieu prép.Habiter à, au bas de, au bord de, au cœur de, au-dessous de, au-dessus de, aux environs de, chez, en, entre, parmi, près de, sur, sous. Ce n'est pas parce que les hommes sont blancs ou noirs, qu'ils vont nus ou vêtus, qu'ils se nourrissent de fruits ou des produits de leur chasse, qu'ils habitent sous terre ou qu'ils couchent à l'air, qu'il leur faut des lois (Bonald, Législ. prim., t. 1, 1802, p. 192).Notre hutte était la hutte au-dessous de laquelle j'habite aujourd'hui dans ce qui faisait autrefois l'étable (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 449) :
4. ... dans un renfoncement d'ombre devant lequel se croisait sur le tapis la lumière des deux fenêtres; elle se trouva bien là, et elle crut y avoir rencontré son coin, cet endroit aimé que toute femme choisit où elle habite pour en faire sa place d'adoption, y être heureusement et tranquillement en compagnie d'elle-même, y lire, y écrire, y rêver. Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 13.
P. ext. [Le compl. circ. désigne le lieu où se trouve la résidence] Habiter à la campagne, à la ville; habiter dans le quartier, dans la rue. Finir là son existence et habiter comme un bourgeois sur cette place de Paimpol (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 29).J'habite maintenant dans cette rue, chez ma femme, ma légitime (Queneau, Pierrot,1942, p. 215).
P. anal. [Le suj. désigne un animal, un végétal] Vivre dans un espace qui offre les conditions nécessaires de vie et développement. Qu'on me dise dans quel pays une plante semblable habite naturellement, c'est-à-dire, sans y être la suite de sa culture dans quelque voisinage? (Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 227).On ne peut trouver de silence semblable que dans ces régions désertes, où les oiseaux mêmes n'habitent pas (Loti, Mariage,1882, p. 148).
2. Habiter + adv. de lieuHabiter ici, là, là-bas, là-haut; y habiter. Ils étaient comtes de Combray, les premiers des citoyens de Combray par conséquent et pourtant les seuls qui n'y habitassent pas (Proust, Swann, 913, p. 172).
B. − Habiter avec qqn.Vivre sous le même toit, partager la même demeure (que). Synon. vivre, cohabiter, coexister.Habiter ensemble :
5. Dans cette librairie, qui a l'aspect d'une table d'hôte, habitent et mangent avec les trois femmes, des peintres, des dessinateurs, des illustrateurs, auxquels l'éditeur Monnier donne la nourriture et les faveurs de son épouse pour le payement de leur travail, mais jamais, au grand jamais d'argent. Goncourt, Journal,1885, p. 447.
Littér. et biblique. Habiter avec.Avoir des relations charnelles avec. Il y avoit des prêtres qui habitoient avec des femmes, (...) ces prêtres (...) avoient encouru l'excommunication (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. ix).
Prononc. et Orth. : [abite], (il) habite [abit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. « occuper une demeure » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, IV, 10); 1er quart xiiies. part. prés. subst. « celui qui vit dans un lieu » (Reclus de Molliens, Charité, éd. van Hamel, CCXXXII, 8). Empr. au lat.habitare « habiter, résider », fréquentatif de habere, v. avoir; habitant subst. a évincé habiteur, plus usuel en a. fr. (1remoitié xiies. Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, II, 4 − av. 1615 E. Pasquier, Recherches, I, 3 ds Hug., répertorié par Ac. Compl. 1842). Fréq. abs. littér. : 5 618. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 604, b) 8 287; xxes. : a) 7 704, b) 8 329.

Habiter : définition du Wiktionnaire

Verbe

habiter \a.bi.te\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire sa demeure, son séjour quelque part ; y vivre d’habitude.
    • (Transitif) D’ailleurs, […], il est impossible de ne pas tenir compte de ce fait que les juifs ont habité la France cinq siècles avant les Francs, les Burgondes et les Wisigoths et huit siècles avant les Normands. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Figuré)La paix habite ce séjour.
  2. (Transitif) Être fortement présent dans l’esprit ou dans le cœur de (quelqu'un).
    • De plus, la hargne perpétuelle qui l’habitait, durcissait ses traits et lui donnait un visage revêche. — (Exbrayat, Au « Trois cassoulets », Le Masque, Librairie des Champs-Élysées, 1971, page 11)
    • Mais dans les années 1930, Einstein n’avait que faire de la physique nucléaire, alors en plein essor. Une obsession unique l’habitait : élaborer une théorie unifiée de la gravitation et de l’électromagnétisme. — (Étienne Klein, Le pays qu’habitait Albert Einstein, Actes Sud, 2016)
    • Le héros gaullien ne s’illusionne ni sur la bonté naturelle des individus ni sur la pérennité des grandes actions : il agit par une nécessité impérieuse qui l’habite. — (Michel Winock, Charles de Gaulle - Un rebelle habité par l’histoire, Gallimard, 2019)
  3. (Intransitif) Vivre habituellement en un lieu.
    • Il avait pris un soir son baluchon pour aller habiter chez une copine. Où précisément ? Peut-être du côté d’Élan ou de Villers-le-Tilleul. Il n’en savait fichtre rien. — (Bernard Totot , Le mystère du troisième pied, Editions Le Manuscrit, 2012, p.109)
    • Or, "habiter seul, notamment dans les zones tendues, ce sont des prix au mètre carré supérieurs à la moyenne", et un taux d'effort de 46% pour les personnes pauvres, soit 10 points de plus que pour les ménages pauvres et près de 20 points de plus que pour l'ensemble des ménages, selon les statistiques compilées par l'association. — (Claire Chaudière, Habiter seul est plus cher, plus compliqué, et souvent synonyme de vulnérabilité, franceinter.fr, 30 janvier 2020)
    • Si je suis dans ma rue, je peux dire « j’habite là-bas, au 13 » ou « j’habite au 13 » ou « j’habite à l’autre bout de la rue » ou « j’habite à côté de la pizzeria». — (Georges Perec, Penser-Classer, Hachette, 1985)
    • Habiter sous les toits.
  4. (Par euphémisme) Dans certains textes, en particulier religieux, habiter avec une femme signifie avoir des relations sexuelles avec celle-ci.
    • Tous les mâles, et le roi lui-même, sont obligés de se soumettre à cette opération singulière, qu’on leur fait ordinairement dès qu’ils sont en âge de pouvoir habiter avec des femmes, quoique certains voyageurs prétendent que ce n’est que vers l’âge de vingt-cinq ou trente ans ; ce qui ne paraît guère probable. — (Dictionnaire historique des cultes religieux établis dans le monde depuis son origine jusqu’à présent, tome premier, Versailles, J.-A. Lebel, 1820, page 487)
    • Il est remarquable, qu’à l’exception des Égyptiens et des Grecs, les autres peuples ne se font aucun scrupule d’habiter avec des femmes dans l’intérieur d'un temple ou d’y entrer, en les quittant, sans se laver, persuadés qu’il est permis aux hommes de suivre en cela l’exemple des animaux. — (André-François Miot de Mélito, Histoire d'Hérodote suivie de la vie d'Homère, tome premier, Firmin Didot, Paris, 1822, page 273)

Verbe

habiter \Prononciation ?\

  1. Variante de abiter.
    • que je habite en la maisun nostre Segnur — (Psautier d’Oxford, édition de Francisque Michel, p. 32, circa 1100-50)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Habiter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HABITER. v. tr.
Faire sa demeure, faire son séjour en quelque lieu. Habiter un lieu. Habiter Paris, habiter la province, la campagne. Habiter un hôtel, un appartement. Où habitez-vous? C'est là qu'il habite? Les peuples qui habitent ce pays. Fig., La paix habite ce séjour. Il est souvent intransitif. Habiter à la ville, à la campagne. Habiter dans un vieux quartier, dans une maison neuve. Habiter sous les toits. Il a longtemps habité parmi nous. En termes de Jurisprudence, Habiter avec une femme, Avoir commerce avec elle.

Habiter : définition du Littré (1872-1877)

HABITER (a-bi-té) v. a.
  • 1Occuper comme demeure. Tant que nous sommes détenus dans cette demeure mortelle, nous vivons assujettis aux changements, parce que, si vous me permettez de parler ainsi, c'est la loi du pays que nous habitons, Bossuet, Duch. d'Orl. Souffrez que pour jamais le tremblant Hippolyte Disparaisse des lieux que votre épouse habite, Racine, Phèd. III, 5. Les déserts, autrefois peuplés de sénateurs, Ne sont plus habités que par leurs délateurs, Racine, Brit. I, 2. Abandonnez ce temple aux prêtres qui l'habitent, Racine, Athal. II, 3. Tout ce peuple nombreux dont il [le sérail] est habité, Assemblé par mon ordre, attend ma volonté, Racine, Bajaz. III, 5. Ils habitent des champs, des tentes et des chars, Voltaire, Orphel. I, 3. Rome est bien belle pendant le silence de la nuit ; il semble alors qu'elle n'est habitée que par ses illustres ombres, Staël, Corinne, IV, 6.

    On le dit aussi des animaux et des végétaux. Le renne habite les contrées du Nord. Mille oiseaux effrayants, mille corbeaux funèbres De ces murs [la tour de Monthléry] désertés habitent les ténèbres, Boileau, Lutr. III. Chacun [végétal] a ses penchants, sa saison et sa place, Habite les lieux chauds, ou se plaît sous la glace, Delille, Trois règnes, VI.

    Fig. La paix habite ce séjour. Smyrne qu'habite encor le souvenir d'Homère, Chénier, Él. VI.

    Familièrement. Ne pas bouger de. Il habite toujours son canapé, son fauteuil.

  • 2 V. n. Faire sa demeure. Habiter à la campagne. Parlez… sur son tombeau voulez-vous habiter ? Voltaire, Scythes, V, 2. Cicéron, Hortensius, les Gracques habitaient sur ce mont Palatin qui suffit à peine, lors de la décadence de Rome, à la demeure d'un seul homme [Néron], Staël, Corinne, IV, 5. L'homme vit sur mille points où il n'habite pas, dans mille moments qui ne sont pas encore ; et, si ce développement de sa vie lui est retranché…, la vie sociale est mutilée, la société n'est plus, Guizot, Hist. de la civil. en France, 8e leçon.

    Il se dit des animaux et des plantes. On a vu, avec des lunettes, de très petites gouttes d'eau de pluie ou de vinaigre ou d'autres liqueurs, remplies de petits poissons ou de petits serpents que l'on n'aurait jamais soupçonnés d'y habiter, Fontenelle, Mondes, 3e soir.

    Fig. Ce n'est point sur ses bords [du Permesse] qu'habite la richesse, Boileau, Art p. IV. Que la terreur habite aux portes du palais, Voltaire, Zaïre, III, 7. Mais vous qui m'assuriez, dans mes troubles cruels, Que la paix habitait au pied de ses autels, Voltaire, Alz. I, 4. On concevait [dans l'antiquité] une hauteur de vertu plus qu'humaine qui se devait de ne jamais habiter avec la tyrannie, Carrel, Œuv. t. V, p. 311.

  • 3 En termes de dévotion, il se dit de l'impression sanctifiante que Dieu fait sur l'âme. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'esprit de Dieu habite en vous ? Sacy, St Paul, 1er épît. aux Corinth. III, 16. Nous savons que les corps saints sont habités par le Saint-Esprit jusqu'à la résurrection, qui se fera par la vertu de cet esprit qui réside en eux pour cet effet, Pascal, Lett. sur la mort de son père. Le Saint-Esprit revient habiter dans son âme, Boileau, Épître XI. Dieu descend et revient habiter parmi nous, Racine, Esth. III, 9.

    En un sens contraire, il se dit de l'impression funeste du péché. Ce n'est plus moi qui fais cela ; mais c'est le péché qui habite en moi, Sacy, Bible, St Paul, Épît. aux Rom. VII, 17.

  • 4Habiter charnellement avec une femme, ou, simplement, habiter avec une femme, avoir avec elle un commerce charnel. On dit qu'Apollon, épris de la beauté de sa mère Périctioné, habita avec elle, et que notre philosophe [Platon] dut le jour à ce Dieu, Diderot, Opin. des anc. phil. (Platonisme).

HISTORIQUE

XIIe s. Quant la cité sainte fu habitée en bone pais…, Machab. II, 3. E Jerusalem non estoit mie habitée, ains estoit ausi come desert, ib. I, 3. Cil qui à Roem abitoent, Ne qui el païs conversoent, Benoit de Sainte-Maure, II, 3081. Que je habite en la maisun nostre segnur tuz les jurz de ma vie, Liber psalm. p. 32.

XIIIe s. Chascuns doit voidier son corage de la volenté au charnel delit [plaisir] ; car autrement vertus n'i porroit habiter, Latini, Trésor, p. 370. Trop ai en mauvès leu marchié ; Li dé m'ont pris et emparchié ; Je les claim quite ; Fols est qu'à lor conseil abite ; De sa dete pas ne s'aquite, Ainçois s'encombre, Rutebeuf, 28.

XIVe s. Homme et femme ne habitent pas ensemble tant seulement pour ceste cause, mais avecques ce pour les choses qui leur sont convenables, Oresme, Eth. 253.

XVe s. Ceste complainte ay formée et escripte, De cueur courcé [courroucé] où nul plaisir n'abite, Chartier, Complainte contre la mort.

XVIe s. Toutesfois il y en a qui disent que Helpinice n'habitoit point clandestinement, ains publiquement avec son frere Cimon, Amyot, Cimon, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Habiter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* HABITER, v. act. voyez Habitation. Il se dit aussi quelquefois du commerce de l’homme & de la femme. S’ils sont époux, on dit simplement, qu’ils ont habité ; s’ils ne le sont pas, on joint à l’habitation l’épithete de charnelle.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « habiter »

Étymologie de habiter - Littré

Provenç. et espagn. habitar ; ital. abitare ; du latin habitare, fréquentatif de habere, avoir : avoir souvent, être souvent, habiter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de habiter - Wiktionnaire

(début XIIe siècle) Du latin habitare (même sens), fréquentatif de habere « avoir, posséder ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « habiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
habiter abite play_arrow

Conjugaison du verbe « habiter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe habiter

Citations contenant le mot « habiter »

  • Si vous souhaitez habiter vous-même un logement que vous avez mis en location, ou que vous avez l’intention d’y héberger l’un de vos proches, vous ne pourrez pas récupérer le bien du jour au lendemain et dans n’importe quelles conditions. Le point pour agir au bon moment et dans les règles. Figaro Immo, Donner congé à son locataire
  • Proposer une nouvelle façon d’habiter, c’est l’objectif du tout nouveau collectif de l’antenne costarmoricaine HPO22 (Habitat partagé de l’ouest), qui s’est lancé, samedi 4 juillet, à l’ancienne brasserie de la Ville-Jouha. , Saint-Brieuc. Ces habitants promeuvent l’habitat partagé - Saint-Brieuc.maville.com
  • Tellement épouvantable, qu'il suffit de voir tous les luxembourgeois qui viennent habiter les communes belges à la frontière (Messancy, Aubange, Arlon, Attert ...). Les Frontaliers, Partir en tant que Luxembourgeois habiter en Belgique pour les nuls – Vie quotidienne / pratique – Les Frontaliers Forum - Les Frontaliers
  • Avoir 40 ans, c'est comme habiter dans le même appartement depuis autant d'années. À un moment, il faut faire un tri De Sophie Marceau / Le Journal du Dimanche 25 juillet 2010
  • Jouer un rôle, c’est se laisser habiter sans se faire totalement envahir. C’est une manière d’apprivoiser quelqu’un. De Marion Cotillard / Isa - Mars 2007
  • Quadriller le ciel, recenser les lieux, habiter l’univers : l’espace ressemble à ces jouets de papier que les enfants ouvrent et referment pour y lire l’avenir. De Marie Darrieussecq / Le Pays
  • Si votre femme a envie d’habiter un appartement plus cher, inutile de déménager. Allez voir votre propriétaire et demandez-lui d’augmenter son loyer. De Pierre Doris
  • Il vaudrait mieux demeurer dans un coin sur le haut de la maison, que d'habiter avec une femme querelleuse dans une maison commune. De La Bible / Le Livre des proverbes
  • Il est des maisons qui donnent des ordres. Elles sont plus impérieuses que le destin : au premier regard on est vaincu. On devra habiter là. De Amélie Nothomb / Les Catilinaires
  • On ne force pas l'amour qui loge à l'enseigne qu'il lui plaît d'habiter. De Francis Desroches / Pascal Berthiaume
  • Pour que le plus délicieux endroit du monde déplaise, il suffit qu'on soit condamné à y habiter. De Giacomo Casanova / Histoire de ma vie
  • Ne disons pas de mal des gens de la province. Sans eux, nous ne pourrions pas habiter Paris. De Alfred Capus / Les Pensées
  • L'esprit est une maison vide, qu'il faut habiter et façonner à la longue. De Ludvik Vaculik / La Hache
  • La campagne n'a de charme que pour ceux qui ne sont pas obligés d'y habiter. De Edouard Manet
  • Mieux vaut habiter dans une terre déserte qu'avec une femme querelleuse et irritable. De La Bible / Livre des proverbes
  • Mieux vaut habiter une maison en L qu'un château hanté. De Marc Escayrol / Mots et grumots
  • Tout le monde a rêvé un jour d'habiter sur une île. De Lorraine Fouchet / Le bateau du matin

Traductions du mot « habiter »

Langue Traduction
Corse campà
Basque bizitzeko
Japonais 生きる
Russe жить
Portugais viver
Arabe ليعيش
Chinois 为了活着
Allemand leben
Italien abitare
Espagnol vivir
Anglais to live
Source : Google Translate API

Synonymes de « habiter »

Source : synonymes de habiter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « habiter »


Mots similaires