La langue française

Pastiche

Définitions du mot « pastiche »

Trésor de la Langue Française informatisé

PASTICHE, subst. masc.

A. − OEuvre artistique ou littéraire dans laquelle l'auteur imite en partie ou totalement l'oeuvre d'un maître ou d'un artiste en renom par exercice, par jeu ou dans une intention parodique. Synon. copie, imitation, parodie.Je m'imagine continuant à écrire des poésies en vers libres français, publiant de temps en temps un recueil de pastiches (Larbaud, Barnabooth, 1913, p.364).Les premiers romans de Balzac ne sont que des plaisanteries, et même, en plusieurs endroits, des pastiches comiques (Brasillach, Corneille, 1938, p.108):
. Paul Baudry a été tour à tour corrégien, véronésien, mais n'a jamais eu de signature à lui, en dépit d'un tempérament de vrai peintre. Un pastiche du grand talent, presque de génie, son plafond de la Païva qui semble le plafond de la Venise triomphante copié par un Lemoyne. Goncourt, Journal, 1886, p.527.
P. méton. Imitation ou évocation du style d'un écrivain, d'un artiste ou d'une école sans qu'il y ait reproduction d'une oeuvre particulière. Il n'y a pas «pastiche» comme tu dis, (...) il y a continuation. Et je crois que c'est un coup de génie d'avoir ainsi retrouvé le primitif sous le placage moderne (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p.312).Une contradiction apparaît au premier regard entre le personnage [Montherlant] (...) et cette écriture jaillie, à travers trois siècles, de la profonde nappe classique, sans qu'il y ait jamais pastiche, l'écriture la plus aisée, la plus négligée, la plus libre (Mauriac, Mém. intér., 1959, p.193).
B. − P. ext. Ouvrage d'imitation; imitation du style d'une époque ou d'un genre. Ce charme, ont-ils [les aménageurs de villes d'eaux] vraiment cru pouvoir le maintenir ici, rien qu'en recopiant, ou à peu près, l'architecture de quelques maisons surannées? Et restent-ils incapables de comprendre ce qui va manquer à leur pastiche de ville basque (Loti, Chât. Belle-au-bois-dorm., 1910, p.74).
C. − HIST. DE LA MUS. ,,Opéra dans lequel on a réuni des morceaux de musique pris dans différents ouvrages et ajustés tant bien que mal à un nouveau poème`` (Rougnon 1935, p.183).
Prononc. et Orth.: [pastiʃ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1719 peint. «contrefaçon d'un tableau» (J.-B. Du Bos, Réflexions crit. sur la poés. et sur la peint., t.2, p.363); 1787 p.ext. «ouvrage dans lequel l'auteur imite le style d'un autre» ici, dans le domaine littér. (Marmontel, OEuvres, t.9, p.190 ds Littré). Empr. à l'ital. pasticcio, att. au sens fig. de «imbroglio» dep. la 2emoitié du xviies. (Fr. Baldovini ds Tomm.-Bell.), propr. «pâté» (v. pastis). Fréq. abs. littér.: 84. Bbg. Gall. 1955, pp.177-179. _Hope 1971, p.298. _Sculpt. 1978, p.550.

Wiktionnaire

Nom commun

pastiche \pas.tiʃ\ masculin

  1. Imitation de la manière d’un artiste ou d’un écrivain, soit par jeu, soit à dessein de suggérer la critique des procédés que l’on contrefait.
    • La Bruyère, au chapitre de la Société et de la Conversation, a fait un agréable pastiche de Montaigne.
  2. Imitation du costume, du ton et du style d’une époque.
    • Un charmant pastiche du XVIIIe siècle.

Forme de verbe

pastiche \pas.tiʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de pasticher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de pasticher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de pasticher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de pasticher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de pasticher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PASTICHE. n. m.
Imitation, à s'y méprendre, de la manière d'un artiste ou d'un écrivain, soit par jeu, soit à dessein de suggérer la critique des procédés que l'on contrefait. La Bruyère, au chapitre de la Société et de la Conversation, a fait un agréable pastiche de Montaigne. Il se dit aussi de l'Imitation du costume, du ton et du style d'une époque. Un charmant pastiche du dix-huitième siècle.

Littré (1872-1877)

PASTICHE (pa-sti-ch') s. m.
  • 1Nom donné à des tableaux d'imitation, dans lesquels l'auteur a contrefait la manière de quelque peintre, ses touches, son dessin, son coloris, etc. On appelle communément pastiches les tableaux que fait un peintre imposteur en imitant la main, la manière de composer et le coloris d'un autre peintre, sous le nom duquel il veut produire son ouvrage, Dubos, Réflexions sur la poésie et la peinture, II, 7. Vous êtes comme ces connaisseurs nouvellement venus d'Italie, tout remplis de leur Raphaël, de leur Carache, de leur Paul Véronèse, et qui démêlent tout d'un coup les pastiches de Boulogne, Voltaire, Lett. le Franc, 30 oct. 1738. Je suis bien fâché contre ce mot de pastiche qui marque du mépris et qui peut décourager les artistes de l'imitation des meilleurs maîtres anciens, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 329, dans POUGENS.
  • 2Imitation mélangée de la manière et du style de différents maîtres. C'est un pastiche des anciens maîtres.
  • 3 Terme de littérature. Ouvrage où l'on a imité les idées et le style d'un grand écrivain. Un talent rare et fort au-dessus du mérite de cette singerie, qu'on appelle pastiche, c'est de savoir réellement s'assimiler à un grand écrivain, Marmontel, Œuv. t. IX, p. 190. Cette pièce [du P. Porée] ressemble à toutes celles du même auteur, qui ne sont que des espèces de pastiches, des copies maladroites de nos plus belles tragédies françaises, La Harpe, Cours de littér. t. XI, p. 116, dans POUGENS.
  • 4Nom donné à un opéra formé de la réunion de morceaux de musique pris dans différents ouvrages et ajustés tant bien que mal à un nouveau poëme. La Forêt de Sénart de Castil-Blaze est un très agréable pastiche. On faisait autrefois de ces pastiches en Italie, lorsque l'opéra préparé pour la saison dans une ville ne réussissait pas ; presque toujours ils étaient bien accueillis, parce que chaque chanteur y faisait introduire les morceaux qui étaient les plus favorables à son talent, Fétis, Dict. art. pastiche.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASTICHE, s. m. (Pein.) tableau peint dans la maniere d’un grand artiste, & qu’on expose sous son nom. Les pastiches, en italien pastici, sont certains tableaux qu’on ne peut appeller ni originaux, ni copies, mais qui sont faits dans le goût, dans la maniere d’un autre peintre, avec un tel art que les plus habiles y sont quelquefois trompés. Mais d’abord il est certain que les faussaires en Peinture contrefont plus aisément les ouvrages qui ne demandent pas beaucoup d’invention, qu’ils ne peuvent contrefaire les ouvrages où toute l’imagination de l’artiste a eu lieu de se déployer. Les faiseurs de pastiches ne sauroient contrefaire l’ordonnance, ni le coloris, ni l’expression des grands maîtres. On imite la main d’un autre, mais on n’imite pas de même, pour parler ainsi, son esprit, & l’on n’apprend point à penser comme un autre, ainsi qu’on peut apprendre à prononcer comme lui.

Le peintre médiocre qui voudroit contrefaire une grande composition du Dominiquain ou de Rubens, ne sauroit nous en imposer plus que celui qui voudroit faire un pastiche sous le nom de Georgéon ou du Titien. Il faudroit avoir un génie presque égal à celui du peintre qu’on veut contrefaire, pour réussir à faire prendre notre ouvrage pour être de ce peintre. On ne sauroit donc contrefaire le génie des grands hommes, mais on réussit quelquefois à contrefaire leur main, c’est-à-dire leur maniere de coucher la couleur, & de tirer les traits, les airs de tête qu’ils répétoient, & ce qui pouvoit être de vicieux dans leur pratique. Il est plus facile d’imiter les défauts des hommes que leurs perfections. Par exemple, on reproche au Guide d’avoir fait ses têtes trop plates : elles manquent souvent de rondeur, parce que leurs parties ne se détachent point & ne s’élevent pas assez l’une de l’autre. Il suffit donc, pour lui ressembler en cela, de se négliger & de ne point se donner la peine de pratiquer ce que l’art enseigne à faire pour donner de la rondeur à ses têtes.

Jordane le Napolitain, que ses compatriotes appelloient ilfapresto ou dépêche-besogne, étoit, après Teniers, un des grands faiseurs de pastiches, qui jamais ait tendu des pieges aux curieux. Fier d’avoir contrefait avec succès quelques têtes du Guide, il entreprit de faire de grandes compositions dans le goût de cet aimable artiste, & dans le goût des autres éleves de Carache. Tous ses tableaux qui représentent différens événemens de l’histoire de Persée sont peut-être encore à Gènes. Le marquis Grillo, pour lequel il travailla, le paya mieux que les grands maîtres dont il se faisoit le singe, n’avoient été payés dans leur tems. On est surpris en voyant ces tableaux, mais c’est qu’un peintre qui ne manquoit pas de talens ait si mal employé ses veilles, & qu’un seigneur génois ait fait un si mauvais usage de son argent.

Il est bien plus aisé d’imiter les portraits & les paysages que l’ordonnance, parce qu’il ne s’agit que de contrefaire la main. La copie qu’André del Sarto fit du portrait de Léon X. peint par Raphaël, trompa Jules-Romain lui-même, quoique ce peintre en eût fait les habits.

Le Loir (Nicolas) copioit si bien à force d’étude les paysages du Poussin, qu’il est difficile de distinguer la copie d’avec l’original.

On rapporte que Bon Boullogne saisissoit à merveille la maniere du Guide. Il fit un excellent tableau dans le goût de ce maître, que monsieur, frere de Louis XIV, acheta sur la décision de Mignard pour un ouvrage du peintre italien ; cependant le véritable auteur ayant été découvert, Mignard déconcerté dit plaisamment pour s’excuser, « qu’il fasse toujours des Guides, & non pas des Boullognes ».

Pour découvrir l’artifice des pastiches, on n’a guere de meilleur moyen que de les comparer attentivement avec l’expression & l’ordonnance du peintre original, examiner le goût du dessein, celui du coloris & le caractere du pinceau. Il est rare qu’un artiste qui sort de son genre ne laisse échapper quelques traits qui le décelent. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pastiche »

De l’italien pasticcio (« pâté, affaire embrouillée, pastiche »). Le sens étymologique est ici « mélange, pot-pourri » entre une œuvre originale et une réinterprétation servile ou parodique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. pasticcio, pastiche, proprement, pâté, du lat. pasta, pâte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pastiche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pastiche pastiʃ

Citations contenant le mot « pastiche »

  • Entre Rimbaud et n'importe quel pastiche de Rimbaud, il y a une différence. Henri Thomas, La Chasse aux trésors, Gallimard
  • Un style est ce qui décourage le plagiat et tente le pastiche. De Robert Sabatier / Le Livre de la déraison souriante
  • C'est fou le nombre de perroquets du rire qui s'épanouissent sur les écrans de télévision. Inconscients ou pas, ils sombrent tous dans le pastiche ou le plagiat. Ce ne sont plus des clowns, ce sont des clones. De Guy Bedos / Parcours - 1992
  • Commençons par tenter de définir ce qu'il n'est pas. Le pastiche n'est pas plagiat : Etienne Klein ou Henri Troyat ont recopié des morceaux d'œuvres d'autres écrivains, ils ne s'en sont pas inspirés. Le pastiche n'est pas parodie : la parodie accentue le trait, tend à mettre en valeur les tics et les ridicules, et se moque plus qu'elle ne célèbre. Mais qu'est-il donc, alors ? Marianne, L'art du pastiche : imiter, c'est aussi admirer !
  • C'est l'histoire d'un romancier à qui tout sourit : les ventes, la célébrité. Mais Marcel Kouellebecq en est malheureux. « Mal coiffé, mal habillé […], cultivant un pessimisme invétéré face à la condition humaine », sa condition de cador des lettres ne le satisfait pas. C'est la dépression qui l'intéresse, pas la jouissance. Encore que dans « Mélatonine » (Ed. Robert Laffont, 154 pages, 15 euros.), pastiche de « Sérotonine » paru en janvier dernier et signé Michel Houellebecq, les voluptés du sexe tiennent leur rang, mais à la sauce… Fioretto. leparisien.fr, «Mélatonine» de Pascal Fioretto : un pastiche, sinon rien - Le Parisien
  • Si certaines parodies et pastiches des aventures du jeune reporter à la houppette se sont multipliés à l'envi, sur des forums d'extrême droite, on a pu voir des détournements nettement moins amusants. Ainsi, on a pu voir ressortir un pastiche de L'Affaire Tournesol, devenu L'Affaire Faurisson. Le révisionniste Robert Faurisson se trouvait à la place du professeur Tournesol, Dieudonné prenait la place de Tintin et le capitaine Haddock apparaissait sous les traits du négationniste Paul-Eric Blanrue. Le Figaro.fr, Durant le confinement, Tintin a été pastiché, parodié, détourné... et même récupéré par l'extrême droite
  • Depuis fin avril, une prétendue lettre de Madame de Sévigné à sa fille circule sur les réseaux sociaux et alimente les conversations. Mais la missive, qui évoque un confinement de Paris en proie à une épidémie, est en réalité un pastiche bien tourné. , Culture - Loisirs | Grignan : une lettre pastiche de Madame de Sévigné à sa fille enflamme les réseaux sociaux
  • Afin de rappeler le goût de Marcel Proust pour le pastiche littéraire, la Société des Amis de Marcel Proust organise un concours de pastiches proustiens. L’écrivain se prit souvent à ce jeu*, et notamment en 1908-1909, dans une série d’articles évoquant un même fait-divers, L’Affaire Lemoine. Ces pastiches furent réunis, en 1919 dans un volume intitulé Pastiches et Mélanges. Le Temps retrouvé, dernier volume de A la recherche du temps perdu, contient également un célèbre pastiche du Journal des frères Goncourt. Le style de Proust a lui-même été souvent pastiché, notamment par André Maurois (Le côté de Chelsea) ou Jean-Louis Curtis (La Chine m’inquiète ; La France m’épuise). , Concours de pastiches proustiens 2020

Traductions du mot « pastiche »

Langue Traduction
Anglais pastiche
Espagnol pastiche
Italien pastiche
Allemand pastiche
Chinois 模仿
Arabe pastiche
Portugais pastiche
Russe стилизация
Japonais パスティッシュ
Basque pastiche
Corse pastiche
Source : Google Translate API

Synonymes de « pastiche »

Source : synonymes de pastiche sur lebonsynonyme.fr

Pastiche

Retour au sommaire ➦

Partager