La langue française

Par

Définitions du mot « par »

Trésor de la Langue Française informatisé

PAR1, prép.

I. − [Sens spatial]
A. − [Le compl. désigne le lieu ou le point de passage obligés d'un parcours, d'une trajectoire, du regard]
1. [Par + subst. actualisé ou nom propre de lieu]Passer, revenir par Paris; passer l'argent par le guichet; regarder par la fenêtre. On y sentait tout un réseau sous-jacent de filets liquides qui, par quelque faille souterraine, devaient s'épancher vers la rivière (Verne, Île myst., 1874, p.46).On descendait à la mer par un escalier de pierre, pratiqué dans la digue (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.133).L'air ne se renouvelle que par deux vasistas haut placés (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.51).Je prenais par de petits chemins, à cause des gendarmes (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.253).
[Dans des expr. figées, avec un subst. actualisé ou non] Par les quatre chemins, par voies et chemins (v. chemin I A 2); par monts et par vaux (v. mont I B).
Par côté (rare). De côté. Mais l'empereur, qui me voyait par côté, m'a demandé de qui était la lettre qu'on m'avait remise (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.406).
MAR. Dans la direction de (le repère étant pour l'observateur soit une partie du navire, soit un point éloigné). Un objet est vu ou relevé par le bossoir, par le travers, par la hanche, lorsqu'il est vu dans la direction du bossoir, du travers, de la hanche. Deux amers, deux objets sont l'un par l'autre, lorsqu'ils sont dans le même alignement, tous les deux, avec l'oeil de l'observateur (Bonn.-Paris1859).
2. [Par + compl. prép. de lieu]Je vais la prendre au marché, et de là, tous les deux, nous reviendrons par chez toi (Scribe, Varner, Mariage raison, 1826, i, 8, p.391).Entendons-nous, la ville des gens bien. Car il y a des cabarets (...), et par derrière la petite église, dans le haut de la ville, une maison qu'on appelle le «panier fleuri» (Aragon, Beaux quart., 1936, p.10).V. aussi delà II A 1 et 4, derrière1I A 3, dessous1I B 2, dessus1I B 2, devant1I A 2, devers.
3. [Par + adv. (ou loc. adv.) de lieu]Viens par ici; passe par là. Minouflet leva son couteau: −Si on veut; Moët a des vignes par là-haut, il en a sur Villers, il en a sur Rilly (Hamp, Champagne, 1909, p.113).
Par ci... par là, par ici... par là. V. ci1B 2, ici A 1 b.
Par derrière, par devant, etc. La cathédrale est peu accessible. Très pittoresque par derrière [= vue de derrière], lorsqu'on l'aperçoit à travers une large arcade, tout à jour (Michelet, Journal, 1835, p.178).La lune entre les ifs faisait luire sa corne; De grands nuages noirs couraient sur le ciel morne Et passaient par devant (Gautier, Comédie mort, 1838, p.14):
1. Elle domine un grand étang immobile avec des nénufars, et une série de collines uniformément boisées qui font par derrière un horizon sans âge. Loti, Mon frère Yves, 1883, p.196.
Par en bas, par en dessous, par en haut. La chambre était sombre, emplie de nuit par en haut (Jouve, Paulina, 1925, p.42).Les flammes rouges de ces torches éclairent par en dessous le visage des joueurs (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.22):
2. la fée: (...) Dans ce pays-là, les pauvres votaient l'impôt, les riches le payaient... jacques: Alors, c'était la tyrannie de la multitude, le despotisme par en bas. Ménard, Rêv. païen, 1876, p.171.
Par là-dessus. Les montagnes bleues des Vosges conservaient à leur sommet quelques plaques blanches presque imperceptibles, et par là-dessus s'étendait le ciel immense (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p.39).Au fig. Et le pauvre garçon, par là-dessus, avait des inquiétudes d'argent! (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.51).
B. − À l'intérieur d'un espace délimité, d'une aire. Marcelli (à la Corilla). −Oui, belle dame (...). Il y a par la ville un cavalier qui se vante d'avoir aussi obtenu de vous une entrevue pour ce soir (Nerval, Chât. Bohême, 1853, p.45).Tandis qu'un crieur appelle les équipages royaux par la cour mouillée et luisante, c'est plaisir d'entendre toute cette aristocratique société caqueter avec animation (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p.302).
[Fréq. avec l'adj. tout; v. l'adv. partout]Grâce à l'industrie attrayante, l'esclavage va être supprimé par toute la terre (Fourier, Nouv. monde industr., 1830, p.3).Par toute l'église, ces nervures se rallient à un fleuron (Michelet, Journal, 1835, p.207).Ce vent d'est, continu comme un courant, je le sens sur moi, par tout mon corps (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.86):
3. Le professeur (...) couvrant d'un linge blanc le membre séparé du corps, le fait circuler de mains en mains par tout l'amphithéâtre, pour que les élèves l'examinent... Musset, Confess. enf. s., 1836, p.3.
Synon. de parmi (littér.).Quant aux autres leur public n'est guère recruté que par le peuple et la demi-bourgeoisie (Taine, Notes Anglet., 1872, p.286).Et les oiseaux ont peur des hommes fous par les branchages noirs et nus que l'hiver blanc dégrime où les nids sont pareils aux bonheurs envolés (Aragon, Crève-Coeur, 1941, p.20).
[Dans des loc. prép.]
Par le devant de (rare; usuel sur le devant de). J'ai deux longues tresses par le devant de mon corps (M. Duras, L'Amant, Paris, éd. de Minuit, 1984, p.23).
Par le travers de (rare; usuel à travers). Ce coup de foudre par le travers de Syra qui a fait de mon mât une écharde (Claudel, Protée, i, 2, 1927, p.358).
C. − Synon. de à.
1. MAR. Couler, envoyer un navire par le fond. V. fond I B 1 ex. 5 et 6.[Drake] mouilla dans le havre d'une île (...) par vingt brasses d'eau (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.83).
2. Par terre*.
II. − [Sens temporel]
A. − [Le compl. désigne l'intervalle temporel dans lequel se déroule un procès] Par une belle après-midi d'été; par les temps qui courent. C'était par une triste nuit. L'aile des vents battait à ma fenêtre; J'étais seul, courbé sur mon lit (Musset, Nuit déc., 1835, p.96).Par les jours de soleil il faisait rouler devant la porte son large fauteuil pareil à un lit (Maupass., Contes et nouv., t.1, Béc., 1882, p.3).Je l'ai vu... autant qu'on peut voir un homme par un soir un peu sombre, à travers la haie de son jardin (Bernanos, Crime, 1935, p.821).
[Le compl. désigne les conditions atmosphériques]
[Le subst. n'est pas actualisé] Par temps clair, par mauvais temps, par grand vent. −Tempête aussi à Mendoza? −Non. J'ai atterri par ciel pur, sans vent. Mais la tempête me suivait de près (Saint-Exup., Vol nuit, 1931, p.90).
[Le subst. est actualisé] [Il faut] interdire à cette créature si frêle et si délicate, de sortir par le mauvais temps (Balzac, Physiol. mar., 1826, p.142).Nous naviguons délicieusement par un vent favorable qui nous pousse entre le cap Matapan et l'île de Cérigo (Lamart., Voy. Orient, t.1, 1835, p.100).Par les très grands froids, elles ajoutent une toque assortie (Colette, Sido, 1929, p.16).
B. − [Dans des loc. adv.]
[Par + subst.]
Tout par un coup (région. (Bourgogne, Auvergne, Provence) au lieu de tout d'un coup). Un soir vers les six heures, on a entendu, tout par un coup, en bas, comme une noix qu'on écrase entre les dents (Giono, Regain, 1930, p.18).
Par le passé. Synon. de dans le passé.Elle put continuer son travail comme par le passé (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.10).
Par la suite. Synon. de ensuite.[Les oeuvres] que vous ferez paraître par la suite; car je prends l'engagement d'en publier tous les ans un volume (Jouy, Hermite, t.1, 1811, p.x).Si je vous revois par la suite et dès demain, sera-ce jamais sous vos couleurs d'hier? (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.31).
Par après. V. après I C.
Auparavant*.
III. − [Sens itér. ou distributif]
A. − [Le compl. exprime l'idée d'une répartition discontinue à l'intérieur d'une totalité, d'un processus global; le subst. n'est pas actualisé]
1. [Le subst. désigne une portion d'espace] Par endroit(s). Par place, de larges mares de sang violet et gluant restent figées (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p.180):
4. Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leurs corps, par zones successives et bien défendues. Maurois, Climats, 1928, p.13.
2. [Le subst. désigne un segment de temps] Par instant(s), par intervalle(s), par moment(s). La nuit n'était pas très sombre: derrière des nuages bas, blanchâtres, la lune glissait, se montrant par intermittences (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.3).
3. [Le subst. désigne un fragment, un élément discret] Par accès, par à-coups, par bonds, par bribes, par étapes, par lots, par rafales, par vagues. J'entendais sortir par bouffées, de la noire coupole du couvent grec, les échos éloignés et affaiblis de l'office des vêpres (Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.52).Déjà entre les maisons j'apercevais par éclairs le fleuve (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.201).La falaise de maisons, à droite, se décrochait par élans successifs, du même mouvement que l'escalier (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.184):
5. Au sortir de ma nuit première, mon esprit ne s'est pas éclairé progressivement, par lueurs graduées; mais par jets de clartés brusques − qui devaient dilater tout à coup mes yeux d'enfant... Loti, Rom. enf., 1890, p.1.
Plus rare, au sing. [Le Tibre] roule comme un fleuve infernal à travers sa campagne maudite. On entend des soupirs qui sortent par bouffée des rocailles de Roma-Vecchia (Quinet, All. et Ital., 1836, p.181).Petypon, gagnant par étape jusqu'à lui au fur et à mesure de ses questions (Feydeau, Dame Maxim's, 1914, i, 21, p.24).On dirait des chevreaux, mais déjà cornus et qui dardent par saccade un très long aiguillon violâtre (Gide, Voy. Congo, 1927, p.687).
[Le subst. désigne un certain ordre] Mettre par ordre alphabétique; ranger par cotes.
4. Tours du type sous par sous, minute par minute [Par exprime le cumul, la progression] Synon. après.[Une notice] dans laquelle est indiqué, page par page, et fort au long, tout ce que le sieur Furia y a pu remarquer (Courier, Lettre à M. Renouard, 1810, p.254).Le journal de sa vie reparut devant moi; je pouvais compter, jour par jour, les battements de ce noble coeur (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.163).Nulle poésie n'eût égalé à ses yeux les pages arides [de Spinoza], lues mot par mot, avec une patience sauvage (Bernanos, M. Ouine, 1943, p.1472).
5. Par deux, trois, etc. fois. [Par exprime l'enchaînement, la successivité] Les plus malins trichaient là-dessus. Ils les embrassaient par deux fois. Les femmes protestaient à grands cris, mais après coup seulement (Guèvremont, Survenant, 1945, p.118).V. aussi fois I A 2.
Rem. Rare, par ajouté à un compl. circ. de temps non prép. à valeur distributionnelle. Dans un temps où, par chaque matin, il se lève un nombre incommensurable de cerveaux affamés d'idées (Balzac, Théor. démarche, 1833, p.614). La maison (...) était si sombre que, par certaines journées, il y fallait de la lumière en plein jour (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.175).
B. − [Par + inf., après les verbes commencer et finir (et synon.); le tour signifie que le procès désigné par l'inf. ouvre ou clôt un cycle d'actions constituant un tout]
Commencer par, débuter par. On voit pourquoi voulant vendre le pain à très haut prix, il débuta par afficher la crainte que le roi n'eût pas le pouvoir d'empêcher qu'il ne fût cher toute l'année (Marat, Pamphlets, Nouv. dénonc. Necker, 1790, p.184).Il monta à la tribune et débuta par parler de son âge et de sa faible voix. Le silence le plus profond régna à l'instant (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1836, p.232).[La jeune fille des romans de G. Ohnet] commence régulièrement par haïr celui qu'elle aimera (Lemaitre, Contemp., 1885, p.346).V. aussi commencer I A 4 b.
Finir par. (V. aussi finir II C).Et ces troubles finissent par gagner aussi la voix, qui chancelle, qui se précipite, et finalement qui s'abandonne à un élan passionné (Rolland, Beethoven, t.1, 1937, p.171).[Le tour peut aussi signifier que l'action désignée par l'inf. est le résultat d'une série d'actions antérieures] Une série de tâtonnements et d'oscillations qui finissent par pousser à la surface les idées qui réalisent le progrès. [Mais ces idées existaient] (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.190).
C. − [Par, dans un compl. distributif, indique l'unité supérieure de réf., l'unité de compte]
1. [Le subst. désigne ce qui réunit ou contient un ensemble d'éléments discrets, d'individus] Cinq radis par botte; vingt cigarettes par paquet; quarante élèves par classe; cinq tables par travée; six joueurs par équipe; dix poussins par couvée.
2. [Par + subst. désignant l'unité de compte] Ils se voient deux fois par an; il gagne tant par mois; un dîner à tant par personne, par tête. Leur vitesse peut être évaluée à un demi-noeud par heure (Voy. La Pérouse, t.2, 1797, p.312).Lire des épreuves pour eux, à tant par épreuve, pour soulager leur correcteur (Balzac, Illus. perdues, 1843, p.560).
Par + subst. coll. au plur.Ils arrivent par centaines, par milliers.
Au fig. ou p.hyperb., dans des tours qui expriment une très grande quantité. Il mange les cerises par bocaux; il s'achète des chemises par douzaines, par wagons.
[Tour du type deux par deux, cinq par cinq, etc.] Par séries de deux, de cinq, etc. Aux faisceaux, mes amis, dit le capitaine Puche, quatre par quatre, et en ordre (Benjamin, Gaspard, 1915, p.60).
Elliptiquement. Elle n'avait pas voulu retirer l'argent tout d'une fois. Elle le redemandait par cent francs, pour ne pas garder un si gros tas de pièces dans sa commode (Zola, Assommoir, 1877, p.486).
[Le compl. en par désigne le diviseur ou le multiplicateur] Diviser 325 par 5; multiplier 325 par 5.
IV. − [Sens instrumental]
A. − [Le compl. désigne le moyen]
1. [Le subst. désigne un élément matériel, un moyen techn.] Saisir qqn par le bras; appeler les choses par leur nom; venir par le train, par la route; agir par tous les moyens; apprendre la nouvelle par la radio. [Le conduit] s'ouvrant et se fermant par deux planches articulées (Pergaud, De Goupil, 1910, p.205).Ils étayent les berges par des pieux, réduisent les marais par des fascines (Morand, Londres, 1933, p.3).Le galet était plat, sec sur tout un côté, humide et boueux sur l'autre. Je le tenais par les bords, avec les doigts très écartés, pour éviter de me salir (Sartre, Nausée, 1938, p.14).
[Le compl. n'est pas actualisé; il désigne le milieu naturel dans lequel s'effectue le déplacement: par air, par eau, par mer, par voie aérienne, maritime, le moyen de transport ou de communication: par avion, par camion, par courrier spécial, par train, par télex] :
6. En même temps que les secours envoyés par air et par route, tous les soirs, sur les ondes ou dans la presse, des commentaires apitoyés ou admiratifs s'abattaient sur la cité désormais solitaire. Camus, Peste, 1947, p.1329.
2. [Le subst. désigne ou suggère une action (équivaut souvent à en + gérondif)]
a) [Le subst. est actualisé] Interrompre par des éclats de rire (= en éclatant de rire); répondre par un salut courtois (= en saluant courtoisement); obtenir par la force (= en usant de la force); réagir par la fuite (= en fuyant). Son patrimoine dissipé s'était rétabli par un heureux mariage, et par les lentes économies qui se font en province (Balzac, Méd. camp., 1833, p.195).Et voilà que toute cette mascarade se termine par un sermon que vous me faites! (Hugo, L. Borgia, 1833, i, 1repart., 2, p.27).Son grand-père (...) avait amassé des millions par le métier de fermier général des revenus de l'état de Parme (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.101).On se vengea par mille farces (Radiguet, Bal, 1923, p.31):
7. Piquoiseau cligne un oeil. Il s'avance vers Honorine et, par une pantomime énergique, exprime qu'il l'étranglerait volontiers. Pagnol, Marius, 1931, I, 7, p.54.
Rem. On rapprochera ces empl. de par + inf., équivalent du gérondif, sorti de l'usage au xviiies. Noter encore qq. vestiges aux xixeet xxes.: [Virgile] le termine [un épisode] par souhaiter que le souvenir de leur amitié dure dans ses vers aussi longtemps que la postérité d'Énée donnera des lois au Capitole (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.310). Ce même Horace commence ses satires par reprocher aux hommes qu'aucun d'eux n'est content de son sort (P. Leroux, Humanité, 1840, p.10). [L'endurance du corps humain] dont M. P.-K. Hartmann tirait bon profit par maintenir trois cents hommes en vie de taupe dans les trous du sol crayeux (Hamp, Champagne, 1909, p.152).
b) [Le subst. n'est pas actualisé; le compl. désigne une méthode, un procédé, une techn., une manière de faire] Remporter la victoire par abandon, par K.O.; régler une facture par chèque; une société par actions; la vente par correspondance; répondre par retour du courrier. La formation de l'embryon par épigénèse (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.200).La barrière récemment peinte pouvait se distinguer vaguement, par contraste avec le fond plus sombre du feuillage (Bernanos, Crime, 1935, p.732).Il se plaisait à croire que tout s'obtient par intrigue ou par entregent (Gide, Geneviève, 1936, p.1359):
8. [Rostropovitch] chante le thème, indique un autre phrasé. On recommence. «Niet, niet», dit-il encore. Il explique non tant avec des mots que par gestes, par chant. A. Philipeds Le Monde, 16 avr. 1985, p.15, col. 3-4.
SYNT. Par alliance (parent), par analogie (raisonner), par comparaison (procéder), par contumace (juger), par décrets (gouverner), par délégation (agir), par écrit (mettre, répondre), par effraction (pénétrer), par faveur (obtenir), par force (obtenir), par gestes (communiquer), par héritage (recevoir), par immersion (mort), par induction (procéder), par omission (mentir), par ordonnances (gouverner), par ouï-dire (savoir), par pensée (pécher), par pendaison (mort), par persuasion (obtenir), par procuration (voter), par trahison (obtenir), par transparence (voir), par ruse (agir, obtenir), par souscription (financer), par surprise (agir, obtenir). En partic. Comme par enchantement, magie, miracle.
Répondre, voter par oui ou par non. En énonçant «oui» ou «non».
3. [Dans des loc. prép. créées à partir de subst. exprimant la médiation] Par l'entremise de, par l'intermédiaire de, par le truchement de.
B. − [Par + subst. désignant une pers. ou, dans une invocation, une puissance personnifiée]
1. [Le compl. désigne la pers. qui sert de médiateur ou d'intermédiaire]C'est ce que tout le monde dit, et je ne puis le croire. Struensée est mon protégé, ma créature, c'est par moi qu'il est arrivé aux affaires (Scribe, Bertrand, 1833, i, 6, p.133).Pierre Crittin était cousin du président, par la femme de celui-ci (Ramuz, Gde peur mont., 1926, p.9).
[Avec pron. renvoyant au suj.] Je veux juger par moi-même. Cette habitude d'être heureux par soi qui se communique aux autres (Florian, Fables, 1792, p.5).
2. [Le compl. exprime une invocation] Deuxième Grenadier: Nous allons revoir l'Italie. Demain adieu, Fontainebleau. Premier Grenadier: Par le ciel! que j'en remercie, l'île d'Elbe est un beau climat (Béranger, Chans., t.3, 1829, p.206):
9. oloferno, buvant: Par Hercule! messieurs! Je n'ai jamais passé soirée plus délicieuse. Mesdames, goûtez de ce vin. Il est plus doux que le vin de Lacryma-Christi, et plus ardent que le vin de Chypre. C'est du vin de Syracuse, messeigneurs! Hugo, L. Borgia, 1833, III, 1, p.150.
V. − [Sens causal]
A. − [Le compl. désigne une cause de nature psychol. (mobile, intention, trait de caractère); le subst. n'est en gén. pas actualisé] Faire qqc. par acquit de conscience, admiration, ambition, amitié, amour, bêtise, bonté, calcul, caprice, complaisance, curiosité, déférence, défi, délicatesse, égard pour, esprit de, faiblesse, goût, habitude, inadvertance, instinct, intérêt, jalousie, jeu, lâcheté, mépris, malice, orgueil, passion, peur de, politesse, prudence, pudeur, réaction (contre), souci (de), sympathie, tempérament, tendresse, vanité, vengeance. Qu'est-ce que j'entends dire, seigneur Gennaro? Que ce que vous avez fait ce matin, vous l'avez fait par étourderie et bravade, et sans intention méchante (Hugo, L. Borgia, ii, 1repart., 1833, 5, p.107).J'ai été arrêté le 15 fructidor et conduit à la Force, jugé le 16, et condamné à mort d'abord, et puis à la déportation par bienveillance (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p.50).La femme du sergent (...) en avait pris quelques-uns sous sa protection particulière, par pitié, les avait fait venir dans l'enclos avoisinant sa case, les avait réchauffés et nourris (Gide, Voy. Congo, 1927, p.810).
[Le subst. est actualisé, parce que déterminé par un adj.] Ah! Vous voilà donc! s'écria Pauline en tournant la tête et se levant par un naïf mouvement de joie (Balzac, Peau chagr., 1831, p.218).Nous avions imaginé, par quelque réminiscence romanesque, que je serais régulièrement à minuit sous une de ses fenêtres (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.86).Chaque jour, un autre mot, un autre regard, par une impression contraire, me rejetaient dans l'incertitude (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.315).Et puis, il était, de tempérament, un aristocrate. (...) il s'était tenu éloigné de la foule, par une délicatesse instinctive de corps et d'âme (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1257).Par une obscure superstition, il ne voulait pas blesser le pasteur (Malraux, Cond. hum., 1933, p.301).
B. − Synon. de en raison de, à cause de.La réunion ordinaire a eu lieu chez moi. Il ne s'y est rien dit de remarquable. Beyle, par son babil et ses paradoxes, étourdit et ennuie tous mes jeunes gens (Delécluze, Journal, 1825, p.151).Toutes les femmes qui ont fait ce que l'on nomme des fautes sont remarquables par la rondeur exquise de leurs mouvements (Balzac, Théor. démarche, 1833, p.631).Mais, par ce choix même, l'inconséquence de Louis XVI éclatait (Bainville, Hist. Fr., t.2, 1924, p.9):
10. Est-ce parce qu'elle avait la tête nue, ou bien par l'impression de son allure si naturelle, mais jamais portrait de femme ne me parut être chez lui autant que celui-là, dans ce logis. Maupass., Contes et nouv., t.1, Portrait, 1888, p.628.
Rare. [Le subst. désigne une pers.] L'amour qu'il me portait ne pouvait être pris à la légère (...). Il pouvait souffrir par moi plus que par n'importe qui (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p.162).
[Dans des expr. figées]
Par cela, par là (souvent soulignés par seul, même). Un homme qui n'est pas un grand génie sans doute, mais qu'on doit respecter, par cela seul qu'il est malheureux (Chateaubr., Essai Révol., t.1, 1797, p.8).Un amour réel, dessiné, accompli et limité par là-même (Mounier, Traité caract., 1946, p.152):
11. [Voici une] remarque que nous avons faite: c'est que, dans les livres d'aujourd'hui, on emploie beaucoup d'adjectifs, et que nous croyons que les auteurs se font par un tort considérable. Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p.657.
Par le fait (que) (pop.). Synon. de de ce fait, du fait que.Le Plombier: Toujours pour le même motif. Une sorte d'engorgement dans les tuyaux. Le métal s'a trouvé trop faible; la pression va, par le fait, où c'est qu'elle ne rencontre pas de résistance (Tr. Bernard, M. Codomat, 1907, i, 1, p.138).V. aussi fait B 1 b.
Par cette raison, par ce motif, par la raison que (vieilli; usuel pour cette raison, pour ce motif, pour la raison que). Et vous voulez me dépouiller de la part que je dois avoir, comme vous, dans l'administration de la chose publique, et cela par la seule raison que vous êtes plus riches que moi! (Robesp., Discours, Marc d'argent, t.7, 1791, p.165).Plusieurs émigrés ont pris ce parti par le même motif (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p.1622).Mais, par la même raison, je ne suis pas garanti de l'erreur, puisque... (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.344).
[Dans des loc. mettant en jeu des subst. ou des cont. impliquant une relation de cause à effet] Par voie de conséquence, par définition, par essence, par nature, par principe, par suite (de). V. conséquence B 2, définition B 2, essence1B 2, nature III A.
Rem. Par + inf., comme équivalent d'une prop. causale en parce que ou d'un gérondif à valeur explicative, est sorti de l'usage au xixes. Noter cependant: C'est par les connaître trop bien que notre coeur se dégoûte des objets qu'il a le plus aimés (Stendhal, Hist. peint. Ital., t.1, 1817, p.153). −(...) Vous êtes misanthrope. −Oui, monsieur, par trop aimer les hommes (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1835, p.214).
C. − [Dans des loc. adv. assimilables à des adv. de phrase, exprimant une appréciation du locuteur] Par chance, par excellence, par malchance. Par malheur, cette gentillesse de Saint-Gelais va souvent jusqu'à la mignardise (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p.36).Par bonheur le Grec prit la menace en bonne part et profita de l'avis (Mussetds R. des Deux Mondes, 1832, p.779).
VI. − [Par introduit un compl. d'agent]
A. − [Dans une tournure passive]
1. [Le subst. désigne une pers.] L'exploitation de l'homme par l'homme. Cet inventaire doit être par elle affirmé sincère et véritable, lors de sa clôture, devant l'officier public qui l'a reçu (Code civil, 1804, art. 1456, p.267). [dans la peinture], il le trouvait pleinement réalisé par les Primitifs, cet idéal! (Huysmans, Là-bas, t.1, 1891, p.13).
2. [Le subst. désigne un inanimé] Une méthode confirmée par l'expérience. Il se sentait gagné par les larmes (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.455).
B. − [Dans une tournure factitive après faire, laisser ou après un verbe de perception + inf.]Entendre raconter qqc. par qqn. Une grisette qui avait fait des enfants avec tout le monde, et qui s'est fait épouser par le premier marchand de laines de Toulouse (Soulié, Mém. diable, t.1, 1837, p.73).Il ne faut pas non plus se laisser illusionner par le nombre de ces témoins (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.153).
Rem. gén. Par se combine avec d'autres outils gramm. V. à la nomencl. ailleurs (par-), contre (par contre), conséquent (par-), par3(de-), parce que, parfois, partout.
Prononc. et Orth.: [pa:ʀ]. Homon. part et formes de partir. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.I. Exprime le moyen ou la manière A. La manière 1. 842 (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie, p.2, 5: Si salvarai eo cist meon fradre Karlo [...] si cum om per dreit son fradra salvar dift); fin xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 336: cho sab per ver); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 26: par grant humilitet; 159: par bone volentet; 180: par nule guise); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 39: par honur e par ben; 977: par giu); 2. l'idée de manière est appliquée à la répartition dans le temps ou dans l'espace (empl. distributif) a) ca 1100 par uns e uns (Roland, 2190: Par uns e uns les ad pris le barun); 1160-74 (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 823: Par vinz, par trentaines, par cenz Unt tenu plusurs parlemenz); b) 1119 (Philippe de Thaon, Comput, 2085 ds T.-L.: Par quatre feiz sis hures Ço sunt vint e quatre hures); 1174-76 (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1284, ibid.: Par dous feiz i fu pris [le sanglier]); c) 1119 devisez par (Philippe de Thaon, op. cit., 2830, ibid.: Treis cenz seissante jurs E cinc at [l'an] en sun curs. Se cez jurz [...], Par trente devisez, Cinc en i remaindrunt); d) 1174-76 par pieces detrenchier (Guernes de Pont-Ste-Maxence, op. cit., 4667, ibid.). B. Le moyen 1. 1remoitié xes. (Jonas, éd. G. de Poerck, 162: Postea per cel edre dunt cil tel dolor aveiet si debetis intelligere les Iudeos chi sicci et aridi permanent negantes filium Dei); 1160-74 entendre par (Wace, Rou, II, 274: Par les eles vermeilles qui a senestre sont Peuz les escus entendre qu'a lor couls porteront); 2. fin xes. (Passion, 93: Et per lo pan et per lo vin Fort saccrament lor commandez; 481: Per toz lengatges van parlan [les apôtres]); ca 1050 numer par sun dreit num (St Alexis, 215); id. depreier par commune oraisun (ibid., 308); ca 1200 commencer par (Guiot de Provins, Bible, éd. J. Orr, 2577: Et per 'fi' commence lor nom: Fisicïen sont apellei); xiiies. (Poire, 1 ds T.-L., s.v. comencier: Amors qui par A se commence); 3. introduit le nom de la puissance, de l'objet invoqués comme garant d'un serment, d'une invocation, d'une supplication fin xies. [ms.] (Sponsus, 86 ds Henry Chrestomathie, p.255a: E preiat las [sinc seros], per Deu lo glorios, De oleo fasen socors a vos!); ca 1100 (Roland, 47-48: Par ceste meie destre E par la barbe ki al piz me ventelet); 4. ca 1245 parent par (Philippe Mousket, Chron., 20151 ds T.-L.: Erent si oncle par la mere). C. Exprimant le moyen ou la manière, régit un inf. ou un gérondif 1. 1160-74 un inf. (Wace, op. cit., II, 848: par estouvoir); ca 1170 (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Laüstic, 44: E lur aveirs entrechangier E par geter et par lancier); id. (Id., ibid., Chaitivel, 61: Par bel servir e par preier Quidot chescuns mieuz espleitier); 2. fin xiies. un gérondif (Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, 682: Servi vos ai par mes armes portant). II. Exprime une relation de cause à effet 1. 881 marque le motif, le mobile d'un acte (Ste Eulalie, 29 ds Henry Chrestomathie, p.3: Post la mort et a lui nos laist uenir [Christus] Par souue clementia); 2emoitié xes. (St Léger, éd. J. Linskill,c 102: Cil Evruins molt li vol miel, Toth per enveia...); fin xes. (Passion, 25: Per sua grand humilitad Jesus rex magnes sus monted; 295: De me.t membres per ta mercet), v. parce que; 2. marque l'agent a) «grâce à l'action de; grâce à; du fait de» fin xes. (Passion, 184: Per lui medeps audit l'avem); ca 1050 (St Alexis, 310: D'icel saint hume par qui il guarirunt; 535: Par lui [Alexis] avrum [...] bone aiude; 620: Par cest saint home doüssum ralumer); spéc. devant un pron. pers. par sei «par ses propres forces, de lui-même» 1121-34 (Philippe de Thaon, Bestiaire, 1546 ds T.-L.: Kar, se culchiez esteit [l'éléphant], Par sei ne levereit); b) devant l'agent du passif ca 1050 (St Alexis, 605: Par cel saint cors sunt lur anames salvedes); ca 1100 (Roland, 1927: Que dulce France par nus ne seit hunie). III. Exprime une relation de temps 1. indique la totalité de la durée d'un procès 1remoitié xes. (Jonas, 189: Postea per cel triduanum ieiunium si contrition fisient); fin xes. (Passion, 380: E li petitet e li gran Et qui estevent [dans l'enfer] per mulz anz); déb. xiies. (Benedeit, St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 219: Si cururent par quinze jurs); 2. indique la durée dans laquelle s'inscrit un procès ca 1100 (Roland, 163: Li empereres est par matin levet; 2635: par la noit). IV. Exprime une relation de lieu A. Évoque un mouvement 1. de parcours a) à travers un espace plus ou moins déterminé 2emoitié xes. (St Léger, 116: Rex Chilperings il se fud morz; Por lo regnet lo sowrent tost); ca 1050 (St Alexis, 92: Tut le depart [sun aver] par Alsis la citet; 105: E granz deplainz [unt demenet] par tuta la citiet); b) à travers un espace indéterm. fin xes. (Passion, 65: Li toi caitiu per totas genz Menad...); ca 1050 (St Alexis, 79: Drecent lur sigle, laisent curre par mer; 112: par multes terres fait querre sun amfant), v. partout; 2. de traversée fin xes. (Passion, 328: Qui in templum Dei cortine pend, Jusche la terra per mei fend); ca 1150 (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 28: Par Petit Pont sont en Paris entré); ca 1160 (Eneas, 53 ds T.-L.: Par un postiz s'en est issuz); p.ext. ca 1170 (Marie de France, op. cit., Guigemar, 583: Par une fenestre les vit); 3. de détour par un lieu ca 1170 (Id., op. cit., Fresne, 250: A un turneiement ala; Par l'abbeïe returna). B. Sans idée de mouvement fin xes. (Passion, 500: Per tot es mund es adhoraz), v. parmi. C. Suggère la partie d'un lieu, d'un être, d'une chose ca 1100 (Roland, 415: Par le puign tint le cunte Guenelun; 466: En sun puign destre par l'orie punt la tint [s'espee]). De la prép. lat. per: sens local (à travers; sur l'étendue de; par-dessus; le long de); sens temp. (pendant, durant; exprimant la répétition dans le temps); notion de moyen (par le moyen, l'entremise de); notion de manière; notion de cause, introduisant le nom de la puissance invoquée dans un serment, une supplication. Fréq. abs. littér.: 341297. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 524539, b) 449550; xxes.: a) 461810, b) 485300. Bbg. Clédat (L.). De et par après les verbes passifs. R. Philol. fr. 1899, t.13, pp.219-239; 1900, t.14, pp.218-233. _ Dessaux (A.-M.). À propos de quatre types de compl. formés avec par... In: Méthodes en gramm. fr. Paris, 1976, pp.41-72; Les Compl. distributifs. Lang. fr. 1978, no39, pp.5-29. _ Gaatone (D.). L'Alternance à/par dans les constr. causatives. In: Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 13. 1971. Québec. Québec, 1976, pp.525-537. _ Gross (G.). À propos de deux compl. en par. Ling. Investig. 1978, t.2, pp.215-218; Compl. adv. et verbes supports. R. québec. Ling. 1984, t.13, no2, pp.123-156. _ Ringenson (K.). De et par comme expr. du rapport d'agent en fr. mod. Neuphilol. Mitt. 1926, t.27, pp.76-94. _ Roegiest (E.). À et par dans la constr. factitive... Trav. Ling. Gand. (1982) 1983, no9-10, pp.127-144. _ Spang-Hanssen (E.). Les Prép. incolores du fr. mod. Thèse, Copenhague, 1963, 256 p._ Straub (S.). De and par. Fr. R. 1974, t.47, no3, pp.583-593. _ Wagner (R.-L.). Réflexions sur par (À propos du Dictionnaire du français contemporain). In: [Mél. Harmer (L.-Ch.)]. London, Toronto, 1970, pp.95-102. _ Waser-Holzgang (D.). Beitrag zur Syntax der Präpositionen par und pour im modernen Französisch. Bern, 1954, XI - 92 p._ Wiberg (L.). St. neophilol. 1956, t.28, pp.84-92.

PAR2, adv. et préf.

A. − Dans la loc. adv. par trop, [dans laquelle par a un rôle intensif] Ce serait par trop cruel de se refuser à revoir le banc pour la dernière fois (Balzac, Corresp., 1822, p.184).C'est qu'il est par trop contre nature qu'un homme se moque si clairement de soi-même (Stendhal, Racine et Shakspeare, t.1, 1823, p.31).C'est aussi par trop de sensibilité (Leclercq, Prov. dram., Mme Sorbet, 1835, 6, p.145).Je retins un mouvement de recul, comme si j'avais soulevé la portière sur un spectacle par trop privé (Gracq, Syrtes, 1951, p.95).
B. − [Comme préf. marquant l'accomplissement total d'un procès (< lat. per-)] V. parachever, parcourir, parfaire, parfondre, parvenir.
Prononc. et Orth.: [pa:ʀ]. Homon. part et formes de partir. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. Adv. d'intens. 1. Ca 1050 modifie un adj. (ici un part. passé); placé immédiatement devant un verbe (St Alexis, éd. Chr. Storey, 394: A! las, pecables, cum par fui avoglet!); 2. a) ca 1050 modifie un verbe qu'il précède (St Alexis, 7: Al [tens] David, qui Deus par amat tant); b) empl. comme préf. d'un verbe, v. parcourir, parfaire, etc.; 3. combiné avec un autre adv. d'intens. a) ca 1100 placé immédiatement devant un verbe (Roland, éd. J. Bédier, 2880: tant par est anguissus; 546 Mult par est proz sis cumpainz, Olivier); ca 1120-50 (Grant mal fist Adam, I, 79 ds T.-L.: trop par atent Qui tote sa vie Guastet en folie, Qu'il ne se repent); b) ca 1350 par trop (Gilles Li Muisis, Poésies, I, 83 ds T.-L., s.v. trop: Mais par trop plusieurs s'abandonnent). Du préf. intensif lat. per-, v. par1.

Trésor de la Langue Française informatisé

PAR1, prép.

I. − [Sens spatial]
A. − [Le compl. désigne le lieu ou le point de passage obligés d'un parcours, d'une trajectoire, du regard]
1. [Par + subst. actualisé ou nom propre de lieu]Passer, revenir par Paris; passer l'argent par le guichet; regarder par la fenêtre. On y sentait tout un réseau sous-jacent de filets liquides qui, par quelque faille souterraine, devaient s'épancher vers la rivière (Verne, Île myst., 1874, p.46).On descendait à la mer par un escalier de pierre, pratiqué dans la digue (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.133).L'air ne se renouvelle que par deux vasistas haut placés (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.51).Je prenais par de petits chemins, à cause des gendarmes (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.253).
[Dans des expr. figées, avec un subst. actualisé ou non] Par les quatre chemins, par voies et chemins (v. chemin I A 2); par monts et par vaux (v. mont I B).
Par côté (rare). De côté. Mais l'empereur, qui me voyait par côté, m'a demandé de qui était la lettre qu'on m'avait remise (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.406).
MAR. Dans la direction de (le repère étant pour l'observateur soit une partie du navire, soit un point éloigné). Un objet est vu ou relevé par le bossoir, par le travers, par la hanche, lorsqu'il est vu dans la direction du bossoir, du travers, de la hanche. Deux amers, deux objets sont l'un par l'autre, lorsqu'ils sont dans le même alignement, tous les deux, avec l'oeil de l'observateur (Bonn.-Paris1859).
2. [Par + compl. prép. de lieu]Je vais la prendre au marché, et de là, tous les deux, nous reviendrons par chez toi (Scribe, Varner, Mariage raison, 1826, i, 8, p.391).Entendons-nous, la ville des gens bien. Car il y a des cabarets (...), et par derrière la petite église, dans le haut de la ville, une maison qu'on appelle le «panier fleuri» (Aragon, Beaux quart., 1936, p.10).V. aussi delà II A 1 et 4, derrière1I A 3, dessous1I B 2, dessus1I B 2, devant1I A 2, devers.
3. [Par + adv. (ou loc. adv.) de lieu]Viens par ici; passe par là. Minouflet leva son couteau: −Si on veut; Moët a des vignes par là-haut, il en a sur Villers, il en a sur Rilly (Hamp, Champagne, 1909, p.113).
Par ci... par là, par ici... par là. V. ci1B 2, ici A 1 b.
Par derrière, par devant, etc. La cathédrale est peu accessible. Très pittoresque par derrière [= vue de derrière], lorsqu'on l'aperçoit à travers une large arcade, tout à jour (Michelet, Journal, 1835, p.178).La lune entre les ifs faisait luire sa corne; De grands nuages noirs couraient sur le ciel morne Et passaient par devant (Gautier, Comédie mort, 1838, p.14):
1. Elle domine un grand étang immobile avec des nénufars, et une série de collines uniformément boisées qui font par derrière un horizon sans âge. Loti, Mon frère Yves, 1883, p.196.
Par en bas, par en dessous, par en haut. La chambre était sombre, emplie de nuit par en haut (Jouve, Paulina, 1925, p.42).Les flammes rouges de ces torches éclairent par en dessous le visage des joueurs (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.22):
2. la fée: (...) Dans ce pays-là, les pauvres votaient l'impôt, les riches le payaient... jacques: Alors, c'était la tyrannie de la multitude, le despotisme par en bas. Ménard, Rêv. païen, 1876, p.171.
Par là-dessus. Les montagnes bleues des Vosges conservaient à leur sommet quelques plaques blanches presque imperceptibles, et par là-dessus s'étendait le ciel immense (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p.39).Au fig. Et le pauvre garçon, par là-dessus, avait des inquiétudes d'argent! (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.51).
B. − À l'intérieur d'un espace délimité, d'une aire. Marcelli (à la Corilla). −Oui, belle dame (...). Il y a par la ville un cavalier qui se vante d'avoir aussi obtenu de vous une entrevue pour ce soir (Nerval, Chât. Bohême, 1853, p.45).Tandis qu'un crieur appelle les équipages royaux par la cour mouillée et luisante, c'est plaisir d'entendre toute cette aristocratique société caqueter avec animation (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p.302).
[Fréq. avec l'adj. tout; v. l'adv. partout]Grâce à l'industrie attrayante, l'esclavage va être supprimé par toute la terre (Fourier, Nouv. monde industr., 1830, p.3).Par toute l'église, ces nervures se rallient à un fleuron (Michelet, Journal, 1835, p.207).Ce vent d'est, continu comme un courant, je le sens sur moi, par tout mon corps (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.86):
3. Le professeur (...) couvrant d'un linge blanc le membre séparé du corps, le fait circuler de mains en mains par tout l'amphithéâtre, pour que les élèves l'examinent... Musset, Confess. enf. s., 1836, p.3.
Synon. de parmi (littér.).Quant aux autres leur public n'est guère recruté que par le peuple et la demi-bourgeoisie (Taine, Notes Anglet., 1872, p.286).Et les oiseaux ont peur des hommes fous par les branchages noirs et nus que l'hiver blanc dégrime où les nids sont pareils aux bonheurs envolés (Aragon, Crève-Coeur, 1941, p.20).
[Dans des loc. prép.]
Par le devant de (rare; usuel sur le devant de). J'ai deux longues tresses par le devant de mon corps (M. Duras, L'Amant, Paris, éd. de Minuit, 1984, p.23).
Par le travers de (rare; usuel à travers). Ce coup de foudre par le travers de Syra qui a fait de mon mât une écharde (Claudel, Protée, i, 2, 1927, p.358).
C. − Synon. de à.
1. MAR. Couler, envoyer un navire par le fond. V. fond I B 1 ex. 5 et 6.[Drake] mouilla dans le havre d'une île (...) par vingt brasses d'eau (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.83).
2. Par terre*.
II. − [Sens temporel]
A. − [Le compl. désigne l'intervalle temporel dans lequel se déroule un procès] Par une belle après-midi d'été; par les temps qui courent. C'était par une triste nuit. L'aile des vents battait à ma fenêtre; J'étais seul, courbé sur mon lit (Musset, Nuit déc., 1835, p.96).Par les jours de soleil il faisait rouler devant la porte son large fauteuil pareil à un lit (Maupass., Contes et nouv., t.1, Béc., 1882, p.3).Je l'ai vu... autant qu'on peut voir un homme par un soir un peu sombre, à travers la haie de son jardin (Bernanos, Crime, 1935, p.821).
[Le compl. désigne les conditions atmosphériques]
[Le subst. n'est pas actualisé] Par temps clair, par mauvais temps, par grand vent. −Tempête aussi à Mendoza? −Non. J'ai atterri par ciel pur, sans vent. Mais la tempête me suivait de près (Saint-Exup., Vol nuit, 1931, p.90).
[Le subst. est actualisé] [Il faut] interdire à cette créature si frêle et si délicate, de sortir par le mauvais temps (Balzac, Physiol. mar., 1826, p.142).Nous naviguons délicieusement par un vent favorable qui nous pousse entre le cap Matapan et l'île de Cérigo (Lamart., Voy. Orient, t.1, 1835, p.100).Par les très grands froids, elles ajoutent une toque assortie (Colette, Sido, 1929, p.16).
B. − [Dans des loc. adv.]
[Par + subst.]
Tout par un coup (région. (Bourgogne, Auvergne, Provence) au lieu de tout d'un coup). Un soir vers les six heures, on a entendu, tout par un coup, en bas, comme une noix qu'on écrase entre les dents (Giono, Regain, 1930, p.18).
Par le passé. Synon. de dans le passé.Elle put continuer son travail comme par le passé (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.10).
Par la suite. Synon. de ensuite.[Les oeuvres] que vous ferez paraître par la suite; car je prends l'engagement d'en publier tous les ans un volume (Jouy, Hermite, t.1, 1811, p.x).Si je vous revois par la suite et dès demain, sera-ce jamais sous vos couleurs d'hier? (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.31).
Par après. V. après I C.
Auparavant*.
III. − [Sens itér. ou distributif]
A. − [Le compl. exprime l'idée d'une répartition discontinue à l'intérieur d'une totalité, d'un processus global; le subst. n'est pas actualisé]
1. [Le subst. désigne une portion d'espace] Par endroit(s). Par place, de larges mares de sang violet et gluant restent figées (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p.180):
4. Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leurs corps, par zones successives et bien défendues. Maurois, Climats, 1928, p.13.
2. [Le subst. désigne un segment de temps] Par instant(s), par intervalle(s), par moment(s). La nuit n'était pas très sombre: derrière des nuages bas, blanchâtres, la lune glissait, se montrant par intermittences (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.3).
3. [Le subst. désigne un fragment, un élément discret] Par accès, par à-coups, par bonds, par bribes, par étapes, par lots, par rafales, par vagues. J'entendais sortir par bouffées, de la noire coupole du couvent grec, les échos éloignés et affaiblis de l'office des vêpres (Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.52).Déjà entre les maisons j'apercevais par éclairs le fleuve (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.201).La falaise de maisons, à droite, se décrochait par élans successifs, du même mouvement que l'escalier (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.184):
5. Au sortir de ma nuit première, mon esprit ne s'est pas éclairé progressivement, par lueurs graduées; mais par jets de clartés brusques − qui devaient dilater tout à coup mes yeux d'enfant... Loti, Rom. enf., 1890, p.1.
Plus rare, au sing. [Le Tibre] roule comme un fleuve infernal à travers sa campagne maudite. On entend des soupirs qui sortent par bouffée des rocailles de Roma-Vecchia (Quinet, All. et Ital., 1836, p.181).Petypon, gagnant par étape jusqu'à lui au fur et à mesure de ses questions (Feydeau, Dame Maxim's, 1914, i, 21, p.24).On dirait des chevreaux, mais déjà cornus et qui dardent par saccade un très long aiguillon violâtre (Gide, Voy. Congo, 1927, p.687).
[Le subst. désigne un certain ordre] Mettre par ordre alphabétique; ranger par cotes.
4. Tours du type sous par sous, minute par minute [Par exprime le cumul, la progression] Synon. après.[Une notice] dans laquelle est indiqué, page par page, et fort au long, tout ce que le sieur Furia y a pu remarquer (Courier, Lettre à M. Renouard, 1810, p.254).Le journal de sa vie reparut devant moi; je pouvais compter, jour par jour, les battements de ce noble coeur (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.163).Nulle poésie n'eût égalé à ses yeux les pages arides [de Spinoza], lues mot par mot, avec une patience sauvage (Bernanos, M. Ouine, 1943, p.1472).
5. Par deux, trois, etc. fois. [Par exprime l'enchaînement, la successivité] Les plus malins trichaient là-dessus. Ils les embrassaient par deux fois. Les femmes protestaient à grands cris, mais après coup seulement (Guèvremont, Survenant, 1945, p.118).V. aussi fois I A 2.
Rem. Rare, par ajouté à un compl. circ. de temps non prép. à valeur distributionnelle. Dans un temps où, par chaque matin, il se lève un nombre incommensurable de cerveaux affamés d'idées (Balzac, Théor. démarche, 1833, p.614). La maison (...) était si sombre que, par certaines journées, il y fallait de la lumière en plein jour (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.175).
B. − [Par + inf., après les verbes commencer et finir (et synon.); le tour signifie que le procès désigné par l'inf. ouvre ou clôt un cycle d'actions constituant un tout]
Commencer par, débuter par. On voit pourquoi voulant vendre le pain à très haut prix, il débuta par afficher la crainte que le roi n'eût pas le pouvoir d'empêcher qu'il ne fût cher toute l'année (Marat, Pamphlets, Nouv. dénonc. Necker, 1790, p.184).Il monta à la tribune et débuta par parler de son âge et de sa faible voix. Le silence le plus profond régna à l'instant (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1836, p.232).[La jeune fille des romans de G. Ohnet] commence régulièrement par haïr celui qu'elle aimera (Lemaitre, Contemp., 1885, p.346).V. aussi commencer I A 4 b.
Finir par. (V. aussi finir II C).Et ces troubles finissent par gagner aussi la voix, qui chancelle, qui se précipite, et finalement qui s'abandonne à un élan passionné (Rolland, Beethoven, t.1, 1937, p.171).[Le tour peut aussi signifier que l'action désignée par l'inf. est le résultat d'une série d'actions antérieures] Une série de tâtonnements et d'oscillations qui finissent par pousser à la surface les idées qui réalisent le progrès. [Mais ces idées existaient] (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.190).
C. − [Par, dans un compl. distributif, indique l'unité supérieure de réf., l'unité de compte]
1. [Le subst. désigne ce qui réunit ou contient un ensemble d'éléments discrets, d'individus] Cinq radis par botte; vingt cigarettes par paquet; quarante élèves par classe; cinq tables par travée; six joueurs par équipe; dix poussins par couvée.
2. [Par + subst. désignant l'unité de compte] Ils se voient deux fois par an; il gagne tant par mois; un dîner à tant par personne, par tête. Leur vitesse peut être évaluée à un demi-noeud par heure (Voy. La Pérouse, t.2, 1797, p.312).Lire des épreuves pour eux, à tant par épreuve, pour soulager leur correcteur (Balzac, Illus. perdues, 1843, p.560).
Par + subst. coll. au plur.Ils arrivent par centaines, par milliers.
Au fig. ou p.hyperb., dans des tours qui expriment une très grande quantité. Il mange les cerises par bocaux; il s'achète des chemises par douzaines, par wagons.
[Tour du type deux par deux, cinq par cinq, etc.] Par séries de deux, de cinq, etc. Aux faisceaux, mes amis, dit le capitaine Puche, quatre par quatre, et en ordre (Benjamin, Gaspard, 1915, p.60).
Elliptiquement. Elle n'avait pas voulu retirer l'argent tout d'une fois. Elle le redemandait par cent francs, pour ne pas garder un si gros tas de pièces dans sa commode (Zola, Assommoir, 1877, p.486).
[Le compl. en par désigne le diviseur ou le multiplicateur] Diviser 325 par 5; multiplier 325 par 5.
IV. − [Sens instrumental]
A. − [Le compl. désigne le moyen]
1. [Le subst. désigne un élément matériel, un moyen techn.] Saisir qqn par le bras; appeler les choses par leur nom; venir par le train, par la route; agir par tous les moyens; apprendre la nouvelle par la radio. [Le conduit] s'ouvrant et se fermant par deux planches articulées (Pergaud, De Goupil, 1910, p.205).Ils étayent les berges par des pieux, réduisent les marais par des fascines (Morand, Londres, 1933, p.3).Le galet était plat, sec sur tout un côté, humide et boueux sur l'autre. Je le tenais par les bords, avec les doigts très écartés, pour éviter de me salir (Sartre, Nausée, 1938, p.14).
[Le compl. n'est pas actualisé; il désigne le milieu naturel dans lequel s'effectue le déplacement: par air, par eau, par mer, par voie aérienne, maritime, le moyen de transport ou de communication: par avion, par camion, par courrier spécial, par train, par télex] :
6. En même temps que les secours envoyés par air et par route, tous les soirs, sur les ondes ou dans la presse, des commentaires apitoyés ou admiratifs s'abattaient sur la cité désormais solitaire. Camus, Peste, 1947, p.1329.
2. [Le subst. désigne ou suggère une action (équivaut souvent à en + gérondif)]
a) [Le subst. est actualisé] Interrompre par des éclats de rire (= en éclatant de rire); répondre par un salut courtois (= en saluant courtoisement); obtenir par la force (= en usant de la force); réagir par la fuite (= en fuyant). Son patrimoine dissipé s'était rétabli par un heureux mariage, et par les lentes économies qui se font en province (Balzac, Méd. camp., 1833, p.195).Et voilà que toute cette mascarade se termine par un sermon que vous me faites! (Hugo, L. Borgia, 1833, i, 1repart., 2, p.27).Son grand-père (...) avait amassé des millions par le métier de fermier général des revenus de l'état de Parme (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.101).On se vengea par mille farces (Radiguet, Bal, 1923, p.31):
7. Piquoiseau cligne un oeil. Il s'avance vers Honorine et, par une pantomime énergique, exprime qu'il l'étranglerait volontiers. Pagnol, Marius, 1931, I, 7, p.54.
Rem. On rapprochera ces empl. de par + inf., équivalent du gérondif, sorti de l'usage au xviiies. Noter encore qq. vestiges aux xixeet xxes.: [Virgile] le termine [un épisode] par souhaiter que le souvenir de leur amitié dure dans ses vers aussi longtemps que la postérité d'Énée donnera des lois au Capitole (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.310). Ce même Horace commence ses satires par reprocher aux hommes qu'aucun d'eux n'est content de son sort (P. Leroux, Humanité, 1840, p.10). [L'endurance du corps humain] dont M. P.-K. Hartmann tirait bon profit par maintenir trois cents hommes en vie de taupe dans les trous du sol crayeux (Hamp, Champagne, 1909, p.152).
b) [Le subst. n'est pas actualisé; le compl. désigne une méthode, un procédé, une techn., une manière de faire] Remporter la victoire par abandon, par K.O.; régler une facture par chèque; une société par actions; la vente par correspondance; répondre par retour du courrier. La formation de l'embryon par épigénèse (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.200).La barrière récemment peinte pouvait se distinguer vaguement, par contraste avec le fond plus sombre du feuillage (Bernanos, Crime, 1935, p.732).Il se plaisait à croire que tout s'obtient par intrigue ou par entregent (Gide, Geneviève, 1936, p.1359):
8. [Rostropovitch] chante le thème, indique un autre phrasé. On recommence. «Niet, niet», dit-il encore. Il explique non tant avec des mots que par gestes, par chant. A. Philipeds Le Monde, 16 avr. 1985, p.15, col. 3-4.
SYNT. Par alliance (parent), par analogie (raisonner), par comparaison (procéder), par contumace (juger), par décrets (gouverner), par délégation (agir), par écrit (mettre, répondre), par effraction (pénétrer), par faveur (obtenir), par force (obtenir), par gestes (communiquer), par héritage (recevoir), par immersion (mort), par induction (procéder), par omission (mentir), par ordonnances (gouverner), par ouï-dire (savoir), par pensée (pécher), par pendaison (mort), par persuasion (obtenir), par procuration (voter), par trahison (obtenir), par transparence (voir), par ruse (agir, obtenir), par souscription (financer), par surprise (agir, obtenir). En partic. Comme par enchantement, magie, miracle.
Répondre, voter par oui ou par non. En énonçant «oui» ou «non».
3. [Dans des loc. prép. créées à partir de subst. exprimant la médiation] Par l'entremise de, par l'intermédiaire de, par le truchement de.
B. − [Par + subst. désignant une pers. ou, dans une invocation, une puissance personnifiée]
1. [Le compl. désigne la pers. qui sert de médiateur ou d'intermédiaire]C'est ce que tout le monde dit, et je ne puis le croire. Struensée est mon protégé, ma créature, c'est par moi qu'il est arrivé aux affaires (Scribe, Bertrand, 1833, i, 6, p.133).Pierre Crittin était cousin du président, par la femme de celui-ci (Ramuz, Gde peur mont., 1926, p.9).
[Avec pron. renvoyant au suj.] Je veux juger par moi-même. Cette habitude d'être heureux par soi qui se communique aux autres (Florian, Fables, 1792, p.5).
2. [Le compl. exprime une invocation] Deuxième Grenadier: Nous allons revoir l'Italie. Demain adieu, Fontainebleau. Premier Grenadier: Par le ciel! que j'en remercie, l'île d'Elbe est un beau climat (Béranger, Chans., t.3, 1829, p.206):
9. oloferno, buvant: Par Hercule! messieurs! Je n'ai jamais passé soirée plus délicieuse. Mesdames, goûtez de ce vin. Il est plus doux que le vin de Lacryma-Christi, et plus ardent que le vin de Chypre. C'est du vin de Syracuse, messeigneurs! Hugo, L. Borgia, 1833, III, 1, p.150.
V. − [Sens causal]
A. − [Le compl. désigne une cause de nature psychol. (mobile, intention, trait de caractère); le subst. n'est en gén. pas actualisé] Faire qqc. par acquit de conscience, admiration, ambition, amitié, amour, bêtise, bonté, calcul, caprice, complaisance, curiosité, déférence, défi, délicatesse, égard pour, esprit de, faiblesse, goût, habitude, inadvertance, instinct, intérêt, jalousie, jeu, lâcheté, mépris, malice, orgueil, passion, peur de, politesse, prudence, pudeur, réaction (contre), souci (de), sympathie, tempérament, tendresse, vanité, vengeance. Qu'est-ce que j'entends dire, seigneur Gennaro? Que ce que vous avez fait ce matin, vous l'avez fait par étourderie et bravade, et sans intention méchante (Hugo, L. Borgia, ii, 1repart., 1833, 5, p.107).J'ai été arrêté le 15 fructidor et conduit à la Force, jugé le 16, et condamné à mort d'abord, et puis à la déportation par bienveillance (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p.50).La femme du sergent (...) en avait pris quelques-uns sous sa protection particulière, par pitié, les avait fait venir dans l'enclos avoisinant sa case, les avait réchauffés et nourris (Gide, Voy. Congo, 1927, p.810).
[Le subst. est actualisé, parce que déterminé par un adj.] Ah! Vous voilà donc! s'écria Pauline en tournant la tête et se levant par un naïf mouvement de joie (Balzac, Peau chagr., 1831, p.218).Nous avions imaginé, par quelque réminiscence romanesque, que je serais régulièrement à minuit sous une de ses fenêtres (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.86).Chaque jour, un autre mot, un autre regard, par une impression contraire, me rejetaient dans l'incertitude (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.315).Et puis, il était, de tempérament, un aristocrate. (...) il s'était tenu éloigné de la foule, par une délicatesse instinctive de corps et d'âme (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1257).Par une obscure superstition, il ne voulait pas blesser le pasteur (Malraux, Cond. hum., 1933, p.301).
B. − Synon. de en raison de, à cause de.La réunion ordinaire a eu lieu chez moi. Il ne s'y est rien dit de remarquable. Beyle, par son babil et ses paradoxes, étourdit et ennuie tous mes jeunes gens (Delécluze, Journal, 1825, p.151).Toutes les femmes qui ont fait ce que l'on nomme des fautes sont remarquables par la rondeur exquise de leurs mouvements (Balzac, Théor. démarche, 1833, p.631).Mais, par ce choix même, l'inconséquence de Louis XVI éclatait (Bainville, Hist. Fr., t.2, 1924, p.9):
10. Est-ce parce qu'elle avait la tête nue, ou bien par l'impression de son allure si naturelle, mais jamais portrait de femme ne me parut être chez lui autant que celui-là, dans ce logis. Maupass., Contes et nouv., t.1, Portrait, 1888, p.628.
Rare. [Le subst. désigne une pers.] L'amour qu'il me portait ne pouvait être pris à la légère (...). Il pouvait souffrir par moi plus que par n'importe qui (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p.162).
[Dans des expr. figées]
Par cela, par là (souvent soulignés par seul, même). Un homme qui n'est pas un grand génie sans doute, mais qu'on doit respecter, par cela seul qu'il est malheureux (Chateaubr., Essai Révol., t.1, 1797, p.8).Un amour réel, dessiné, accompli et limité par là-même (Mounier, Traité caract., 1946, p.152):
11. [Voici une] remarque que nous avons faite: c'est que, dans les livres d'aujourd'hui, on emploie beaucoup d'adjectifs, et que nous croyons que les auteurs se font par un tort considérable. Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p.657.
Par le fait (que) (pop.). Synon. de de ce fait, du fait que.Le Plombier: Toujours pour le même motif. Une sorte d'engorgement dans les tuyaux. Le métal s'a trouvé trop faible; la pression va, par le fait, où c'est qu'elle ne rencontre pas de résistance (Tr. Bernard, M. Codomat, 1907, i, 1, p.138).V. aussi fait B 1 b.
Par cette raison, par ce motif, par la raison que (vieilli; usuel pour cette raison, pour ce motif, pour la raison que). Et vous voulez me dépouiller de la part que je dois avoir, comme vous, dans l'administration de la chose publique, et cela par la seule raison que vous êtes plus riches que moi! (Robesp., Discours, Marc d'argent, t.7, 1791, p.165).Plusieurs émigrés ont pris ce parti par le même motif (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p.1622).Mais, par la même raison, je ne suis pas garanti de l'erreur, puisque... (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.344).
[Dans des loc. mettant en jeu des subst. ou des cont. impliquant une relation de cause à effet] Par voie de conséquence, par définition, par essence, par nature, par principe, par suite (de). V. conséquence B 2, définition B 2, essence1B 2, nature III A.
Rem. Par + inf., comme équivalent d'une prop. causale en parce que ou d'un gérondif à valeur explicative, est sorti de l'usage au xixes. Noter cependant: C'est par les connaître trop bien que notre coeur se dégoûte des objets qu'il a le plus aimés (Stendhal, Hist. peint. Ital., t.1, 1817, p.153). −(...) Vous êtes misanthrope. −Oui, monsieur, par trop aimer les hommes (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1835, p.214).
C. − [Dans des loc. adv. assimilables à des adv. de phrase, exprimant une appréciation du locuteur] Par chance, par excellence, par malchance. Par malheur, cette gentillesse de Saint-Gelais va souvent jusqu'à la mignardise (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p.36).Par bonheur le Grec prit la menace en bonne part et profita de l'avis (Mussetds R. des Deux Mondes, 1832, p.779).
VI. − [Par introduit un compl. d'agent]
A. − [Dans une tournure passive]
1. [Le subst. désigne une pers.] L'exploitation de l'homme par l'homme. Cet inventaire doit être par elle affirmé sincère et véritable, lors de sa clôture, devant l'officier public qui l'a reçu (Code civil, 1804, art. 1456, p.267). [dans la peinture], il le trouvait pleinement réalisé par les Primitifs, cet idéal! (Huysmans, Là-bas, t.1, 1891, p.13).
2. [Le subst. désigne un inanimé] Une méthode confirmée par l'expérience. Il se sentait gagné par les larmes (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.455).
B. − [Dans une tournure factitive après faire, laisser ou après un verbe de perception + inf.]Entendre raconter qqc. par qqn. Une grisette qui avait fait des enfants avec tout le monde, et qui s'est fait épouser par le premier marchand de laines de Toulouse (Soulié, Mém. diable, t.1, 1837, p.73).Il ne faut pas non plus se laisser illusionner par le nombre de ces témoins (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.153).
Rem. gén. Par se combine avec d'autres outils gramm. V. à la nomencl. ailleurs (par-), contre (par contre), conséquent (par-), par3(de-), parce que, parfois, partout.
Prononc. et Orth.: [pa:ʀ]. Homon. part et formes de partir. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.I. Exprime le moyen ou la manière A. La manière 1. 842 (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie, p.2, 5: Si salvarai eo cist meon fradre Karlo [...] si cum om per dreit son fradra salvar dift); fin xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 336: cho sab per ver); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 26: par grant humilitet; 159: par bone volentet; 180: par nule guise); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 39: par honur e par ben; 977: par giu); 2. l'idée de manière est appliquée à la répartition dans le temps ou dans l'espace (empl. distributif) a) ca 1100 par uns e uns (Roland, 2190: Par uns e uns les ad pris le barun); 1160-74 (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 823: Par vinz, par trentaines, par cenz Unt tenu plusurs parlemenz); b) 1119 (Philippe de Thaon, Comput, 2085 ds T.-L.: Par quatre feiz sis hures Ço sunt vint e quatre hures); 1174-76 (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1284, ibid.: Par dous feiz i fu pris [le sanglier]); c) 1119 devisez par (Philippe de Thaon, op. cit., 2830, ibid.: Treis cenz seissante jurs E cinc at [l'an] en sun curs. Se cez jurz [...], Par trente devisez, Cinc en i remaindrunt); d) 1174-76 par pieces detrenchier (Guernes de Pont-Ste-Maxence, op. cit., 4667, ibid.). B. Le moyen 1. 1remoitié xes. (Jonas, éd. G. de Poerck, 162: Postea per cel edre dunt cil tel dolor aveiet si debetis intelligere les Iudeos chi sicci et aridi permanent negantes filium Dei); 1160-74 entendre par (Wace, Rou, II, 274: Par les eles vermeilles qui a senestre sont Peuz les escus entendre qu'a lor couls porteront); 2. fin xes. (Passion, 93: Et per lo pan et per lo vin Fort saccrament lor commandez; 481: Per toz lengatges van parlan [les apôtres]); ca 1050 numer par sun dreit num (St Alexis, 215); id. depreier par commune oraisun (ibid., 308); ca 1200 commencer par (Guiot de Provins, Bible, éd. J. Orr, 2577: Et per 'fi' commence lor nom: Fisicïen sont apellei); xiiies. (Poire, 1 ds T.-L., s.v. comencier: Amors qui par A se commence); 3. introduit le nom de la puissance, de l'objet invoqués comme garant d'un serment, d'une invocation, d'une supplication fin xies. [ms.] (Sponsus, 86 ds Henry Chrestomathie, p.255a: E preiat las [sinc seros], per Deu lo glorios, De oleo fasen socors a vos!); ca 1100 (Roland, 47-48: Par ceste meie destre E par la barbe ki al piz me ventelet); 4. ca 1245 parent par (Philippe Mousket, Chron., 20151 ds T.-L.: Erent si oncle par la mere). C. Exprimant le moyen ou la manière, régit un inf. ou un gérondif 1. 1160-74 un inf. (Wace, op. cit., II, 848: par estouvoir); ca 1170 (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Laüstic, 44: E lur aveirs entrechangier E par geter et par lancier); id. (Id., ibid., Chaitivel, 61: Par bel servir e par preier Quidot chescuns mieuz espleitier); 2. fin xiies. un gérondif (Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, 682: Servi vos ai par mes armes portant). II. Exprime une relation de cause à effet 1. 881 marque le motif, le mobile d'un acte (Ste Eulalie, 29 ds Henry Chrestomathie, p.3: Post la mort et a lui nos laist uenir [Christus] Par souue clementia); 2emoitié xes. (St Léger, éd. J. Linskill,c 102: Cil Evruins molt li vol miel, Toth per enveia...); fin xes. (Passion, 25: Per sua grand humilitad Jesus rex magnes sus monted; 295: De me.t membres per ta mercet), v. parce que; 2. marque l'agent a) «grâce à l'action de; grâce à; du fait de» fin xes. (Passion, 184: Per lui medeps audit l'avem); ca 1050 (St Alexis, 310: D'icel saint hume par qui il guarirunt; 535: Par lui [Alexis] avrum [...] bone aiude; 620: Par cest saint home doüssum ralumer); spéc. devant un pron. pers. par sei «par ses propres forces, de lui-même» 1121-34 (Philippe de Thaon, Bestiaire, 1546 ds T.-L.: Kar, se culchiez esteit [l'éléphant], Par sei ne levereit); b) devant l'agent du passif ca 1050 (St Alexis, 605: Par cel saint cors sunt lur anames salvedes); ca 1100 (Roland, 1927: Que dulce France par nus ne seit hunie). III. Exprime une relation de temps 1. indique la totalité de la durée d'un procès 1remoitié xes. (Jonas, 189: Postea per cel triduanum ieiunium si contrition fisient); fin xes. (Passion, 380: E li petitet e li gran Et qui estevent [dans l'enfer] per mulz anz); déb. xiies. (Benedeit, St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 219: Si cururent par quinze jurs); 2. indique la durée dans laquelle s'inscrit un procès ca 1100 (Roland, 163: Li empereres est par matin levet; 2635: par la noit). IV. Exprime une relation de lieu A. Évoque un mouvement 1. de parcours a) à travers un espace plus ou moins déterminé 2emoitié xes. (St Léger, 116: Rex Chilperings il se fud morz; Por lo regnet lo sowrent tost); ca 1050 (St Alexis, 92: Tut le depart [sun aver] par Alsis la citet; 105: E granz deplainz [unt demenet] par tuta la citiet); b) à travers un espace indéterm. fin xes. (Passion, 65: Li toi caitiu per totas genz Menad...); ca 1050 (St Alexis, 79: Drecent lur sigle, laisent curre par mer; 112: par multes terres fait querre sun amfant), v. partout; 2. de traversée fin xes. (Passion, 328: Qui in templum Dei cortine pend, Jusche la terra per mei fend); ca 1150 (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 28: Par Petit Pont sont en Paris entré); ca 1160 (Eneas, 53 ds T.-L.: Par un postiz s'en est issuz); p.ext. ca 1170 (Marie de France, op. cit., Guigemar, 583: Par une fenestre les vit); 3. de détour par un lieu ca 1170 (Id., op. cit., Fresne, 250: A un turneiement ala; Par l'abbeïe returna). B. Sans idée de mouvement fin xes. (Passion, 500: Per tot es mund es adhoraz), v. parmi. C. Suggère la partie d'un lieu, d'un être, d'une chose ca 1100 (Roland, 415: Par le puign tint le cunte Guenelun; 466: En sun puign destre par l'orie punt la tint [s'espee]). De la prép. lat. per: sens local (à travers; sur l'étendue de; par-dessus; le long de); sens temp. (pendant, durant; exprimant la répétition dans le temps); notion de moyen (par le moyen, l'entremise de); notion de manière; notion de cause, introduisant le nom de la puissance invoquée dans un serment, une supplication. Fréq. abs. littér.: 341297. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 524539, b) 449550; xxes.: a) 461810, b) 485300. Bbg. Clédat (L.). De et par après les verbes passifs. R. Philol. fr. 1899, t.13, pp.219-239; 1900, t.14, pp.218-233. _ Dessaux (A.-M.). À propos de quatre types de compl. formés avec par... In: Méthodes en gramm. fr. Paris, 1976, pp.41-72; Les Compl. distributifs. Lang. fr. 1978, no39, pp.5-29. _ Gaatone (D.). L'Alternance à/par dans les constr. causatives. In: Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 13. 1971. Québec. Québec, 1976, pp.525-537. _ Gross (G.). À propos de deux compl. en par. Ling. Investig. 1978, t.2, pp.215-218; Compl. adv. et verbes supports. R. québec. Ling. 1984, t.13, no2, pp.123-156. _ Ringenson (K.). De et par comme expr. du rapport d'agent en fr. mod. Neuphilol. Mitt. 1926, t.27, pp.76-94. _ Roegiest (E.). À et par dans la constr. factitive... Trav. Ling. Gand. (1982) 1983, no9-10, pp.127-144. _ Spang-Hanssen (E.). Les Prép. incolores du fr. mod. Thèse, Copenhague, 1963, 256 p._ Straub (S.). De and par. Fr. R. 1974, t.47, no3, pp.583-593. _ Wagner (R.-L.). Réflexions sur par (À propos du Dictionnaire du français contemporain). In: [Mél. Harmer (L.-Ch.)]. London, Toronto, 1970, pp.95-102. _ Waser-Holzgang (D.). Beitrag zur Syntax der Präpositionen par und pour im modernen Französisch. Bern, 1954, XI - 92 p._ Wiberg (L.). St. neophilol. 1956, t.28, pp.84-92.

PAR2, adv. et préf.

A. − Dans la loc. adv. par trop, [dans laquelle par a un rôle intensif] Ce serait par trop cruel de se refuser à revoir le banc pour la dernière fois (Balzac, Corresp., 1822, p.184).C'est qu'il est par trop contre nature qu'un homme se moque si clairement de soi-même (Stendhal, Racine et Shakspeare, t.1, 1823, p.31).C'est aussi par trop de sensibilité (Leclercq, Prov. dram., Mme Sorbet, 1835, 6, p.145).Je retins un mouvement de recul, comme si j'avais soulevé la portière sur un spectacle par trop privé (Gracq, Syrtes, 1951, p.95).
B. − [Comme préf. marquant l'accomplissement total d'un procès (< lat. per-)] V. parachever, parcourir, parfaire, parfondre, parvenir.
Prononc. et Orth.: [pa:ʀ]. Homon. part et formes de partir. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. Adv. d'intens. 1. Ca 1050 modifie un adj. (ici un part. passé); placé immédiatement devant un verbe (St Alexis, éd. Chr. Storey, 394: A! las, pecables, cum par fui avoglet!); 2. a) ca 1050 modifie un verbe qu'il précède (St Alexis, 7: Al [tens] David, qui Deus par amat tant); b) empl. comme préf. d'un verbe, v. parcourir, parfaire, etc.; 3. combiné avec un autre adv. d'intens. a) ca 1100 placé immédiatement devant un verbe (Roland, éd. J. Bédier, 2880: tant par est anguissus; 546 Mult par est proz sis cumpainz, Olivier); ca 1120-50 (Grant mal fist Adam, I, 79 ds T.-L.: trop par atent Qui tote sa vie Guastet en folie, Qu'il ne se repent); b) ca 1350 par trop (Gilles Li Muisis, Poésies, I, 83 ds T.-L., s.v. trop: Mais par trop plusieurs s'abandonnent). Du préf. intensif lat. per-, v. par1.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PAR. Préposition
qui sert à marquer le mouvement et le passage. Il a passé par Bordeaux. Il court par monts et par vaux. Voyager par eau, par mer, par terre. Aller par le monde. Il est toujours par les chemins, par voies et par chemins. Jeter quelque chose par la fenêtre. Par où a-t-il passé? Entrer par la brèche. Venez par ici, passez par là. Par extension, Passer par tous les grades. Passer par de rudes épreuves. Cette idée lui a passé par l'esprit. Il s'emploie aussi au sens de En, dans, avec l'idée de mouvement dans l'espace indiqué. Il se promène par la ville. La lumière se répand par le monde. Le bruit s'en est répandu par tout le voisinage. Il signifie encore À travers. Il lui cingla un coup de jouet par le visage. De par le monde, Quelque part dans le monde. Il a de par le monde un cousin qui a fait une grande fortune.

PAR, en termes de Géographie et de Marine, signifie À la hauteur de. Nous étions par trente degrés de latitude. Il s'emploie aussi, en termes de Marine, pour indiquer la Position d'un bâtiment, d'un objet, par rapport à un autre bâtiment ou à un autre objet. Ce navire a mouillé par dix brasses d'eau. Par l'avant. Par le travers. Une embarcation par tribord. Il sert aussi à désigner la Partie qu'on saisit. Prenez-le par le bras. Prenez le couteau par le manche. Il le tira par les pieds. Je ne sais par où commencer. Il sert encore à désigner : soit l'agent, et régit en cet emploi le complément des verbes passifs : Il a été instruit par un tel. La prise de Rome par les Gaulois. " La Henriade " par Voltaire; soit la cause, le motif : Il l'a épousée par amour. Il a fait cela par crainte, par haine, par bonté. Par cette raison; soit le moyen : Il a obtenu cela par force, par adresse, par faveur, par l'intercession d'un tel, par hasard, par aventure. Il ne va que par sauts et par bonds; soit l'instrument, la manière : Ce paquet est venu par la poste, par un messager. Il est arrivé par le bateau. Il descendait de tel roi par les femmes. Il en a menti par la gorge. Commencer par un bout, finir par l'autre. Par acquit de conscience. Par extension. Par analogie. Il indique également l'ordre et la distribution. Ranger par tas. Poème divisé par chants. Distribuer par cantons. Toucher une rente par trimestre. Payer tant par tête, tant par jour. Cela s'est passé par trois fois. Conter par le menu. S'en aller par pièces. Couper par morceaux. Avec les verbes qui signifient Commencer, Continuer, Finir, il s'emploie pour tenir lieu de En avec le participe présent. Il a commencé par être esclave, il a fini par être roi. J'ai fini par lui pardonner. Il s'emploie aussi pour affirmer, jurer, conjurer. Il m'en a assuré par tout ce qu'il y a de plus saint. Il en jure par sa foi. Il vous conjure par notre ancienne amitié. Par le roi, par l'empereur, par le président de la République, Formule du contreseing des lois, ordonnances et décrets.

PAR est aussi préposition de temps et signifie Durant. Labourer la vigne par le beau temps. Où allez-vous par cette pluie? Voyager par tous les temps, par un beau soleil. Par ces temps troublés, par ces jours heureux.

PAR se joint à plusieurs prépositions et adverbes de lieu, sans en modifier le sens. Par-delà les mers. Par-deçà le grand chemin. Passer par-dehors les murailles. Cette maison est belle par-dedans et par-dehors. Un contrat passé par-devant notaire. Un habit trop large par en haut, trop étroit par en bas. On le prit par-dessous les bras. Sauter par-dessus le mur. Je lui ai donné cent francs par-dessus ce que je lui devais. Je lui ai donné tout cela et quelque chose encore par-dessus. Il a le bon droit par-devers lui. Voyez DEÇÀ, DELÀ, DEDANS, etc. Fig., Par-dessus les maisons. Par-dessus les moulins. Par-dessus l'épaule. Voyez MAISON, MOULIN, ÉPAULE.

PAR ICI, loc. adv. Par cet endroit-ci, vers cet endroit. Venez par ici. Cette locution s'emploie en parlant du Lieu où l'on est.

PAR LÀ, loc. adv. Par ce lieu-là, par ce point-là. Prenez par là. Cette locution s'emploie en parlant d'un Lieu où l'on n'est pas.

PAR LÀ s'emploie figurément et signifie Par ce parti, par ce moyen, par ces paroles. Il a été forcé d'en passer par là. Par là vous réussirez. Qu'entendez-vous par là? Il désignait par là son ami.

PAR-CI, PAR-LÀ, loc. adv. En divers endroits, de côté et d'autre. Nous avons couru par-ci, par-là. On trouve dans ce livre des fautes d'impression par-ci, par-là. Il n'a que ce qu'il peut gagner par-ci, par-là.

PAR TROP, loc. adv. Beaucoup trop. Il est par trop pressant.

PAR CONSÉQUENT, loc. adv. En conséquence, donc. L'équité l'exige, par conséquent vous le ferez.

Littré (1872-1877)

PAR (par) prép.
  • 1À travers. Il a passé par Bordeaux. Voyager par eau. Jeter quelque chose par la fenêtre. Les idées qui nous viennent par les sens. Et pour vous faire outrage Il faudrait que par moi son fer se fît passage, Rotrou, Antigone, II, 4. Je vous écouterai par cette jalousie, Rotrou, Bélisaire, II, 3. Il fallait passer par les ténèbres de l'ignorance et du mensonge avant de rentrer dans votre palais de lumière, Voltaire, Voyage de la raison. Il y a de fins courtisans italiens qui prétendent qu'il faut toujours aller au prince par les ministres, et moi, monseigneur, je tiens que dans votre cour il faut aller au ministre par le prince, Voltaire, Lett. au prince palatin, 5 juill. 1762. On dit que cette vexation odieuse [la persécution contre le livre de l'Esprit] est le fruit de l'intrigue des jésuites, qui ont voulu aller par Helvétius à Diderot, Voltaire, Lett. Thiriot, 7 fév. 1759. Toutes les idées que vous avez eues me sont aussi venues par la tête ; mais je les ai chassées comme des suggestions du malin esprit, Diderot, Mém. t. II, p. 111. Sans l'île de France, il n'y a point de protection pour les établissements de l'Inde ; et sans Pondichéry, l'île de France sera exposée à l'invasion des Anglais par l'Asie comme par l'Europe, Raynal, Hist. phil. IV, 32. Par ces chemins de fleurs dont j'ai fui les appas, Qu'il est doux d'égarer ses désirs et ses pas ! Delavigne, Paria, II, 2. Mes spahis Qui poussaient leurs chevaux par les champs de maïs, Hugo, Orient. 16.

    Par terre, du côté de la terre ; par mer, du côté de la mer ; par eau, du côté de l'eau. Il fallut l'assiéger par terre, et empêcher que les secours ne vinssent par eau, Voltaire, Russie, I, 13.

    On dit d'un purgatif qu'il fait aller le malade par haut et par bas, pour exprimer qu'il cause des évacuations par le vomissement et par les selles.

  • 2Par se dit pour exprimer les conditions atmosphériques sous lesquelles quelque chose se fait. Voyager par la pluie. Rentrer chez soi par un beau clair de lune. Nous revînmes le soir, avec le flux de la mer, coucher à Hennebon par un temps délicieux, Sévigné, 573. Je suis venue dîner, par le plus beau temps du monde, à nos sœurs de Sainte-Marie du Fauxbourg, Sévigné, 322. Il faut que j'aie le diable au corps pour venir de Bayeux à Paris prendre une femme par le temps qu'il fait, Legrand, Métamorph. amour. SC. 6. Il court au lac par une nuit noire, Voltaire, Philos. Mart. ch. 25. Je me promenais un matin par un beau soleil, sur le bord le plus élevé du mont de Salève, Saussure, Voy. Alpes, t. I, p. 249, dans POUGENS. Mme des Ursins fut mise dans un carrosse avec une femme de chambre et deux officiers des gardes, sans autres habits ni linge que ce qu'elle avait sur le corps, et partit à huit heures du soir par un froid très vif, le 23 décembre 1714, Duclos, Œuv. t. v, p. 86.
  • 3En, dans, avec l'idée de mouvement dans l'espace indiqué. Une fière harpie, un aigle ravissant De qui le vol s'étend par tout notre hémisphère, Mairet, Sophon. v, 1. La lumière et le bruit s'épandaient par le monde, Tristan, Mariane, I, 3. Il [l'âne] allait par pays, accompagné du chien, La Fontaine, Fabl. VIII, 17. Le bruit s'en répandit par tout le voisinage, La Fontaine, VII, 13. Suivez-moi que j'aille un peu montrer mon habit par la ville, Molière, Bourg. g. III, 1. D'abord leurs escoffions ont volé par la place, Molière, l'Ét. V, 14. Vous m'avez écrit la plus aimable lettre du monde ; j'y aurais fait plus tôt réponse, sans que j'ai su que vous couriez par votre Provence, Sévigné, 1. Je vous écrirai par les chemins ; c'est une de mes tendresses, comme dit Monceaux, Sévigné, 215. M. Lémery le quitta donc au bout de deux mois, et se résolut à voyager par la France, Fontenelle, Lém. César, outré des bruits qu'on répandait contre son honneur et sa réputation, se jette dans la ville, court par les rues, assemble le peuple, Vertot, Rév. rom. XIV, 319.

    En, dans, sans idée de mouvement. Ainsi, lorsque l'on voit un homme par la rue, Régnier, Sat. II. Mon petit ami de la poste ne se trouva pas hier à l'arrivée du courrier, de sorte que mon laquais ne rapporta point mes lettres : elles sont par la ville, Sévigné, 141. Il eut cette place en 1709, année si funeste aux plantes par toute l'Europe, Fontenelle, Boerhaave. Mais on blâme par la ville Ce sentiment peu commun…, Chaulieu, Impromptu.

  • 4Par le travers de. Il lui cingla un coup de fouet par le visage. J'espère que la postérité m'en remerciera ; car pour mon siècle, je n'en attends que des vessies de cochon par le nez, Voltaire, Lett. d'Argental, 28 août 1749.

    Fig. Et sur les jours caniculaires Ils [les médecins] nous donnent encore, avec leurs lois sévères, De cent sots contes par le nez, Molière, Amph. II, 3.

  • 5 En termes de géographie et de marine. À la hauteur de. Nous étions par trente degrés de latitude. Quand on est par le travers de la rivière du Massacre, Bougainville, Voy. t. I, p. 315, dans POUGENS. Demavend fut autrefois une ville de l'ancienne Médie ; elle est par 370 de latitude, Bailly, Atlantide, Lett. 18.

    Terme de marine. S'emploie pour désigner la position d'un bâtiment, d'un objet par rapport à un autre objet ou à un autre bâtiment. Canonner, aborder un vaisseau par sa hanche ou par sa joue.

    Un vaisseau navigue ou est mouillé par tant de brasses d'eau, lorsque la mer a, dans le lieu où il se trouve, une profondeur de tant de brasses. Nous continuâmes à louvoyer pour approcher le fond de la baie ; et, à neuf heures du soir, nous mouillâmes, par neuf brasses, à environ une lieue dans le nord-est du mouillage, La Pérouse, Voy. t. II, p. 56, dans POUGENS.

    Deux objets lointains sont l'un par l'autre, lorsqu'ils sont tous deux dans le même alignement avec l'œil de l'observateur.

  • 6Par sert à désigner la partie que l'on saisit, que l'on prend. Je suis le Seigneur votre Dieu qui vous prends par la main, Sacy, Bible, Isaïe, XLI, 13. Toute l'assemblée jeta les yeux sur Mentor, que je montrais le tenant par la main, Fénelon, Tél. VI. Je voudrais qu'il m'eût pris par le peu de cheveux qui me restent, comme Habacuc, et qu'il m'eût transporté vers vous, Voltaire, Lett. d'Alemb. 23 juill. 1769.
  • 7À cause de, en raison de. Ce n'est pas un présent que le lui fais [au duc d'Orléans, en lui dédiant une pièce], c'est un devoir dont je m'acquitte ; et les hommages ne sont jamais regardés par les choses qu'ils portent, Molière, Éc. des mar. Ép. dédicat. J'ai ouï condamner cette comédie à certaines gens, par les mêmes choses que j'ai vu d'autres estimer le plus, Molière, Critique, 6. Dites-nous donc, mes pères, par quelle autorité vous permettez ce que les lois divines et humaines défendent, et par quel droit Lessius a pu dire…, Pascal, Prov. XI. Le roi de Pologne déclarant la guerre à l'empereur par vingt sujets de plainte, Sévigné, 13 avr. 1689. Je viens de lui écrire [au cardinal de Bouillon, neveu de Turenne] un billet qui m'a paru bon : je lui dis par avance votre affliction [de la mort de Turenne], et par son intérêt, et par l'admiration que vous aviez pour le héros, Sévigné, 2 août 1675. Je suis toujours en peine de notre cardinal [de Retz] ; il me cache ses maux par l'intérêt qu'il sait que j'y prends, Sévigné, 18 juin 167. Cela est fâcheux par bien des raisons, Sévigné, 20 juin 1685. Quand nous avons fini de vous louer par tout ce que vous avez de louable, Sévigné, à Bussy, 18 sept. 1672. Il [un miroir] est à vous par bien des titres, Sévigné, 13 juin 1685. Notre cher d'Hacqueville, qui… entre plus que personne dans la tendresse infinie que j'ai pour vous : je ne sais si c'est par celle qu'il a pour vous, ou par celle qu'il a pour moi, ou par toutes les deux, Sévigné, 21 juin 1671. Par ce que je vous dis, ne croyez pas, madame, Que je veuille applaudir à sa nouvelle flamme, Th. Corneille, Ariane, III, 3. Homme de mérite estimable par ses talents, Rousseau, Lett. à Malesherbes, 10 mai 1766. Je ne vous écris plus que pour les choses pressantes et nécessaires, et tel était, par votre amitié pour moi, l'avis de mon arrivée au refuge que j'ai choisi, Rousseau, Lett. à du Peyrou, 29 mars 1766.
  • 8En résultat de, en effet de. Il a fait cela par curiosité, par envie. N'agir que par boutade. Par vous un Dauphin nous va naître Que vous-même verrez un jour De la terre entière le maître Ou par armes ou par amour, Malherbe, III, 1. Et la beauté des fruits d'une palme si haute Me fait par le plaisir oublier le danger, Malherbe, V, 30. Par vos commandements J'ai tâché d'observer ses secrets sentiments, Du Ryer, Scévole, v, 3. Par le sacerdoce je ne me suis engagé qu'à Dieu et à moi-même, à Dieu mon souverain maître, à qui j'appartenais déjà, Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 82. Faites par devoir ce qu'il faudra bientôt faire par nécessité, Bourdaloue, 14e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 430. L'un était brave par vertu, l'autre l'était par férocité, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 10. L'ennui est entré dans le monde par la paresse, La Bruyère, XI. Le sénat, par son conseil [de Cicéron], promit une amnistie, Vertot, Révol. rom. XII, 199. Avocat par état, mais philosophe par goût, et historien par occasion, n'était-ce point aussi se partager un peu trop ? D'Olivet, Hist. de l'Acad. t. II, p. 242, dans POUGENS. Votre esprit vous a rendu sage ; Si je le suis, c'est par mon âge ; Et je me suis trompé longtemps, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 147. Il [le loup] est naturellement grossier et poltron ; mais il devient ingénieux par besoin et hardi par nécessité, Buffon, Quadrup. t. II, p. 186. Les Hollandais, qui étaient devenus républicains par hasard et commerçants par nécessité, Raynal, Hist. phil. IX, 8.

    Par quoi, raison pour laquelle. On s'y prit tard, par quoi l'opération manqua.

    Par le roi, par l'empereur, formule du contre-seing des lois, des ordonnances.

  • 9Par, d'après. On regarde les gens par leurs méchants côtés, Molière, Mis. I, 2. Périclès faisait peu de cas de ces plaintes, et se conduisait par des vues bien supérieures, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 411, dans POUGENS. Le Franc était jugé par la loi des Francs, l'Allemand par la loi des Allemands, le Bourguignon par la loi des Bourguignons, le Romain par la loi romaine, Montesquieu, Esp. XXVIII, 2. Par l'erreur d'un moment ne jugez point ma vie, Gresset, Méchant, IV, 5. Et toi, fils de Vénus, Vois par ce que je suis ce qu'autrefois je fus, Delille, Én. v. Selon, suivant. Le pape… était, par les dernières nouvelles, à la dernière extrémité, Sévigné, 24 août 1689. Il paraît par notre auteur persan, que Tamerlan fut obligé de quitter l'Inde, après en avoir saccagé tout le nord, Voltaire, Polit. et législ. Fragm. hist. sur l'Inde, XXXII.

    En conséquence de, par suite de. Elle [Mme de Ludre] passa une nuit dans les champs, en faisant ce petit voyage, par un carrosse rompu, et tout ce qui arrive quand on est en malheur, Sévigné, 23 juin 1677. Pour moi, j'ai, par le récit de vos amis et par votre vigilance, fort bonne opinion de vous, Sévigné, à d'Herigoyen, 26 fév. 1687.

  • 10Par s'emploie pour exprimer le complément des verbes passifs. Dans le Menteur, tout l'intervalle du troisième acte au quatrième vraisemblablement se consume à dormir par tous les acteurs, Corneille, Troisième discours. L'excuse qu'elle prit, c'est qu'elle craignait d'être volée par les troupes qui sont par les chemins, Sévigné, 239. C'était une personne formée par et pour la bonne compagnie, Staël, Corinne, XII, 2.
  • 11Par indique le moyen. Il a réussi par ce moyen-là. Un grand chêne du mont Ida, que la hache a coupé par mille coups, Fénelon, Tél. XVI. Ce pape y présidait par ses légats, Bossuet, Hist. I, 11. Cléopatre, à qui elle ôtait la couronne avec son mari, épousa Antiochus Sidetes, et se résolut à régner par toutes sortes de crimes, Bossuet, ib. I, 9. Roxane, se livrant tout entière à ma foi, Le voyait par mes yeux, lui parlait par ma bouche, Racine, Bajaz. I, 4. Mettez-vous au régime de penser par vous-même, Voltaire, Polit. et législ. Tolérance, Remède. Pour vous, madame, qui êtes dans un port assez commode… vous avez toujours pensé avec grandeur, et j'ose dire qu'il y a une espèce de plaisir à sentir qu'on ne peut souffrir que par le malheur des autres, Voltaire, Lett. Princesse de Talmont, 23 févr. 1771. Il ne voit rien que par tes yeux, Il n'entend que par tes oreilles, Favart, Soliman II, II, 12. Changé par ses regards, et vertueux par elle, Voltaire, Adél. du Guesclin. III, 3.
  • 12Par indique la manière. Je punirai les habitants d'Égypte comme j'ai puni ceux de Jérusalem, par l'épée, par la famine et par la peste, Sacy, Bible, Jérémie, XLIV, 13. Pour moi, par un malheur, je m'aperçois, madame, Que j'ai, ne vous déplaise, un corps tout comme une âme, Molière, Femm. sav. IV, 2. Il m'appelle par mon nom, et m'encourage pour le suivre, Fénelon, Tél. VI. Chaque peuple à son tour a brillé sur la terre Par les lois, par les arts, et surtout par la guerre, Voltaire, Fanat. II, 5. S'il mourut par un crime, un crime l'a vengé, Voltaire, Henr. VI. En général, l'épreuve des canons par la poudre est peut-être la plus mauvaise méthode que l'on pût employer pour s'assurer de leur résistance, Buffon, Hist. min. Introd. Œuv. t. VIII, p. 141.

    Par, en langage du turf, signifie issu de, en parlant de la naissance d'un cheval. Austerlitz par James et Jane Eyre signifie : Austerlitz, fils de James et de Jane Eyre.

  • 13Par indique l'ordre, la distribution. Il a divisé son livre par chapitres. Couper par morceaux. La lune se montrait par intervalles. Il a donné tant par kilogramme à la messagerie pour le port de ses effets. Il paye tant par jour. On paye tant par tête. La succession par souche est opposée à la succession par tête. Vous m'avez déjà menti par trois fois, et vous ne m'avez point voulu dire d'où vous vient cette grande force, Sacy, Bible, Juges, XVI, 15. Et qui, père de sa patrie, Compte ses jours par ses bienfaits, Rousseau J.-B. Odes, II, 6. Je lui ai ouï dire [au comte de Belle-Isle], que, pendant trente-quatre ans, il n'avait dormi que quatre heures par nuit, Duclos, Œuv. t. VI, p. 152. Vous comptez par les jours, madame, et moi par les heures ; cela fait que l'intervalle me paraît vingt-quatre fois plus long qu'à vous, Rousseau, Lett. à la maréch. de Luxemb. 26 mars 1761. Il enregistre à son retour Nuit par nuit, jour par jour, semaine par semaine, Les revers de l'hymen, les exploits de l'amour, Delille, Convers. VI.
  • 14Par s'emploie pour affirmer, jurer, conjurer, s'appliquant alors à la personne ou à la chose qu'on invoque en affirmant. Il en jure par sa foi. Par ma barbe, dit l'autre…, La Fontaine, Fabl. III, 5. Par le sang ! par la tête ! s'il était là, je lui donnerais tout à l'heure de l'épée dans le ventre, Molière, Scap. II, 9. Par le salut des Juifs, par ces pieds que j'embrasse, Par ce sage vieillard, l'honneur de votre race, Daignez d'un roi terrible apaiser le courroux, Racine, Esth. III, 5. Surtout si vous m'aimez, par cet amour de mère, Ne reprochez jamais mon trépas à mon père, Racine, Iphig. V, 3. Voilà mon sort ; mais vous, par le flambeau du monde, Par sa douce clarté que je ne verrai plus, Par votre cher Ascagne et ses jeunes vertus, Par les mânes d'Anchise, abrégez ma misère ! Delille, Én. VI.
  • 15Par se construit avec un infinitif, quand il dépend des verbes commencer, débuter, finir, terminer. Il a commencé par être simple soldat. Il débuta par dire. J'ai fini par être servante chez le Juif don Issacar, Voltaire, Cand. XI. Je terminerai cet article par réfuter une erreur, Bernardin de Saint-Pierre, Étude V.
  • 16Par, devant un infinitif, tenant lieu de en avec un participe présent, ou de parce que avec un mode personnel (tournure qui vieillit, mais qui est excellente et qu'il faut conserver). … Nous la saurons dompter, Moi par écrire, et vous par réciter, La Fontaine, Belph. Mais ne confondons point, par trop approfondir, Leurs affaires avec les vôtres, La Fontaine, Fabl. III, 17. Je mande à mon fils que c'est un grand plaisir d'être obligé d'y être [à la cour], d'y avoir un maître, une place, une contenance ; que pour moi, si j'en avais eu une, j'aurais fort aimé ce pays-là ; que ce n'était que par n'en avoir point que je m'en étais éloignée, Sévigné, 430. Ne vous échauffez point à l'excès, par de cruelles nuits, par ne point manger, Sévigné, 469. Ne croyez point que j'offense ce que j'aime par négliger ma santé ; j'en ai un véritable soin pour l'amour de vous, Sévigné, 7 août 1675. Il y aura demain un an que je ne vous ai vue… mon Dieu ! que ce jour est présent à ma mémoire ! et que je souhaite en retrouver un autre qui soit marqué par vous revoir, par vous embrasser… ! Sévigné, 2 oct. 1689. On solennisera la Saint-Hubert par prendre trois cerfs bout à bout, Dangeau, I, 66, 3 nov. 1684. Quelques-uns par ne pouvoir se résoudre à renoncer à aucune sorte de connaissance…, La Bruyère, XIII. Il se trouvait entre leurs caractères toute la ressemblance, et, de plus, toute la différence qui peuvent servir à former une grande liaison ; car on se convient aussi par ne pas se ressembler, Fontenelle, Malezieu. Et comme il était accusé d'en vouloir toujours aux plus grands hommes, tels que MM. Huyghens, Leibnitz, Newton, il se justifie par en parler plus librement que jamais, Fontenelle, Hartsoeker. Ces talents, ces connaissances font fortune par n'être pas à leur place ordinaire, Fontenelle, Sébastien. Le roi était accoutumé au visage de Mme de Saint-Simon par les Marly et par la voir souvent à la suite de Mme la duchesse de Bourgogne, Saint-Simon, 274, 202. Mon père ne put répondre au roi, qui lui apprit qu'il l'avait fait grand écuyer, que par se jeter sur ses mains et les inonder de ses larmes, Saint-Simon, 8, 102. Le cardinal répondit au chevalier de Lorraine un fatras de sottises qu'il couronna par ajouter qu'il était d'autant plus affligé…, Saint-Simon, 24, 28. Par trop bien boire un curé de campagne De son pauvre œil se trouvait déferré, Rousseau J.-B. Épigr. II, 16. Je ne voulais pas vous donner occasion de vous fatiguer par trop écrire, Rousseau, Lett. à Mme d'Épinay, juin 1757. J'écoute peu les déclamations contre la jeunesse d'à présent, et tiens fort suspectes les plaintes qu'en font certaines gens, me rappelant toujours le mot : Vengeons-nous par en médire, Courier, Pétition pour les villageois.
  • 17De par, par l'ordre de, voyez PAR, DE.
  • 18Par forme d'autres prépositions composées, avec une préposition qui le suit.

    Par chez, par la demeure de. Je n'ai point repassé par chez vous, parce que je comptais vous voir en allant en Italie, D'Alembert, Lett. à Volt. 7 août 1763.

    Par entre, par l'intervalle de. Il fallait aller aux ennemis par entre les deux villages, Saint-Simon, 12, 135.

    Par après, dans la suite. J'ai peur, si le logis du roi fait ma demeure, De m'y trouver si bien dès le premier quart d'heure, Que j'aie peine aussi d'en sortir par après, Molière, l'Ét. III, 5.

    Par après a vieilli.

  • 19Par-dessus, voy. DESSUS, n° 13.

    Substantivement, un par-dessus, voy. PARDESSUS.

    Par-dessous, voy. DESSOUS, n° 8.

    Par-devant, voy. DEVANT, n° 17.

    Par devant, en traversant le devant. En passant par devant la chambre d'Angélique, j'ai vu un jeune homme avec elle qui s'est sauvé d'abord qu'il m'a vue, Molière, Mal. imag. II, 10.

    Par derrière, voy. DERRIÈRE.

    Par deçà, voy. DEÇÀ.

    Par delà, voy. DELÀ.

    Par devers, voy. DEVERS. (Au mot par, l'Académie écrit par-devers avec un trait d'union ; à devers, elle l'écrit sans trait d'union : par devers.)

  • 20Par ailleurs, par une autre voie. Le roi permit le passage du canon à travers leur parc [des solitaires de Mortaigne] quand il ne fut plus possible de le conduire par ailleurs, Saint-Simon, 1, 31.

    Par en haut, par en bas, par le côté d'en haut, par le côté d'en bas. Cet habit est trop étroit par en haut, par en bas.

  • 21Par ici, par cet endroit-ci, vers cet endroit-ci, en parlant du lieu où l'on est. Passez par ici. Venez par ici. Me faire de petites questions, Arlequin par ici, Arlequin par là, Marivaux, Surprise de l'amour, III, 1.
  • 22Par là, par ce lieu là, en parlant du lieu où l'on n'est pas. Allez par là ; moi j'irai par ici.

    Fig. Par là, par cela, par ce parti, par ce motif, par ce moyen, par ces paroles. Il en a passé par là. Je l'attaquai par là, par là je pris son âme, Corneille, Cinna, v, 2. Je montre à tous par là que j'ai repris ma place, Corneille, Pomp. IV, 3. Il n'est fourbe, ni crime, Qu'un trône acquis par là ne rende légitime, Corneille, Nic. I, 5. Et par là cet honneur n'était dû qu'à mon bras, Corneille, Cid, I, 7. Ce n'est plus par là [la mauvaise santé] qu'il me faut plaindre, c'est d'être bien loin de vous, Sévigné, 4 fév. 1685. Fig. et familièrement. Il faut passer par là ou par la fenêtre, se dit pour signifier que c'est une nécessité, qu'il n'y a pas moyen de faire autrement.

    Par où, ellipse pour : par là où. Il commence en effet par où finit Auguste, Racine, Brit. I, 1.

    Par où, par lequel, laquelle, etc. Ces airs, ces tours de tête, ô femmes, votre charme, Doux charme par où j'ai péri, Sainte-Beuve, Poésies diverses (à la suite de J. Delorme)

  • 23Par-ci par-là, loc. adv. En divers endroits, de côté et d'autre. Ils étaient dispersés par-ci par-là. À la réserve de quelque douleur par-ci par-là, qui va et vient, Sévigné, 257.

    À diverses reprises, à diverses fois et sans suite. Le lendemain, tout le jour se passa à raisonner et par-ci et par-là Sur cette voix et sur cette rencontre, La Fontaine, Herm. Il [Ch. de Sévigné] a quitté la comédienne [la Champmeslé], après l'avoir aimée par-ci par-là, Sévigné, 22 avr. 1671. Il ne marque que des particuliers par-ci par-là, Bossuet, Lett. 257. Eh ! mais, oui, me répondit-elle, j'ai entendu dire quelques mots par-ci par-là, Marivaux, Marianne, 6e part. Et puis ma sœur par-ci, ma sœur par-là, Marivaux, Pays. parv. 1re part. Vous êtes sensible ? oui, sensible par-ci par-là ; mais en un moment cela me passe, Marmontel, Contes moraux, Quatre flac.

  • 24Par trop, beaucoup trop. Il est par trop pressé (voy. à l'étymologie ce qui est dit de ce sens superlatif).

    Par conséquent, voy. CONSÉQUENT 2.

  • 25Parce que, loc. conj. Attendu que, vu que. Polyeucte est chrétien parce qu'il l'a voulu, Corneille, Poly. III, 3. Et parce qu'elle meurt, faut-il que vous mouriez ? Racine, Andr. v, 5. Rien n'enfle et n'éblouit les grandes âmes, parce que rien n'est plus haut qu'elles, Massillon, dans GIRAULT-DUVIVIER. Antisthène se crut heureux, parce qu'il se croyait sage ; je me crois sage parce que je suis heureux, Barthélemy, Anach. ch. 32. Il y a des vérités qui sont la source des plus grands désordres, parce qu'elles remuent les passions, Chateaubriand, Génie, III, III, 4.

    On peut séparer parce de que par quelque incise. Parce, comme dit saint Augustin, que…, Pascal, Prov. XVIII. Le consul Terentius Varro, qui venait de perdre une si grande bataille, fut reçu à Rome comme s'il eût été victorieux, parce seulement que, dans un si grand malheur, il n'avait point désespéré des affaires de la république, Bossuet, Hist. III, 6. Bethléem, où la sainte Vierge alla avec saint Joseph se faire enregistrer, parce, dit l'Évangile, que c'était leur pays, Fénelon, t. XVII, p. 201.

REMARQUE

1. Il y a deux ans jour par jour que M. N*** est mort, dites jour pour jour. Copiez ce manuscrit page par page, dites : page pour page. Mais dites : Je surveille sa conduite jour par jour ; j'examine ce livre page par page.

2. Parce que, conjonction qu'il ne faut pas confondre avec les trois mots par ce que : Je le crois parce que vous me le dites, c'est-à-dire à cause que vous me le dites ; je vois par ce que vous m'avez écrit, c'est-à-dire par les choses que vous m'avez écrites.

3. On lit dans Laveaux : " Voici une règle assez étendue qui indique quand il faut employer les prépositions par ou de, que régit ordinairement le verbe passif. Quand le verbe exprime des actes intérieurs de l'âme, on emploie de : Un jeune homme vertueux est estimé de tout le monde, même des libertins. Mais si le verbe présente une opération soit de l'esprit soit du corps, on emploie la préposition par : La poudre à canon fut inventée par un moine. Si le verbe passif, outre son régime, est suivi de la préposition de et d'un nom, alors on doit employer par pour le régime du verbe passif : Votre ouvrage a été loué d'une manière fort délicate par un célèbre académicien. " Il faut ajouter qu'à la place de de on peut toujours mettre par, mais qu'à la place de par on ne peut toujours mettre de.

4. Il faut éviter par devant le nom Dieu pour se garder de l'équivoque du juron pardieu : Tous les hommes seront jugés de Dieu, à la résurrection. De même Molière a dit : Sommes-nous chez les Turcs pour renfermer les femmes ? Car on dit qu'on les tient esclaves en ce lieu, Et que c'est pour cela qu'ils sont maudits de Dieu, Éc. des mar. I, 2. Toutefois ce n'est là qu'un conseil, et en plus d'une occasion on pourra dire par Dieu.

5. Parce que a expulsé pource que, à tort ; car ces deux mots ne sont pas synonymes ; et la disparition de pource que oblige, en maintes circonstances, à un faux sens par l'emploi de parce que. On voit par Vaugelas que ce sont les puristes exagérés qui ont banni un mot utile : M. Coeffeteau se servait de parce que et non de pource que ; Vaugelas trouvait, on ne sait pourquoi, parce que plus doux que pource que, et, grand point pour lui, plus usité à la cour. Deux prépositions par et pour sont confondues et prises l'une pour l'autre dans la question pourquoi et la réponse parce que. Par indique naturellement le moyen, et subséquemment la cause. Si je demande : Pourquoi vendez-vous vos rentes ? et qu'on me réponde : parce que j'ai besoin de réaliser, on répond par la cause, lorsque je demande le but qu'on se propose ; c'est que pourquoi signifie en même temps par quoi et pour quoi. De même parce que signifie parce que et pource que. Pourquoi achetez-vous une maison ? on répond : parce que je veux l'habiter : le sens est pource que, comme on le voit si l'on répond par l'infinitif seul : pour l'habiter, et non pas par l'habiter.

6. Voltaire (Comm. Corn. Rodog. IV, 1) dit que la conjonction parce que ne doit pas entrer dans un vers noble, étant dure et sourde à l'oreille. C'est trop dire ; mais il est difficile de la bien placer.

HISTORIQUE

IXe s. Per dreit, Serment.

Xe s. Et à lui [J. C.] nos laist venir [qu'il nous laisse venir] Par souue clementia, Eulalie.

XIe s. Serez ses hom [son homme] par honur e par bien, Ch. de Rol. III. Dist Blancardins : par [au nom de] ceste meie destre…, ib. IV. Par le sien Deu, qu'il ait mercit de mei, ib. VI. Li empereres est par matin levé, ib. X. Et toute Espaigne [il] tiendrat par vostre don, ib. X. Par lui orrez [entendrez] se arez pais ou non, ib. XXX. Et Guene [il] a pris par la main destre à dois, ib. XXXVII. Sire [il] est par mer de quatre cenz dromonz, ib. CXVII. Par touz les prez or se dorment li Franc, ib. CLXXX. Tant par est blans come flur en estet, ib. CCXXVII. Mult par est preuz danz Ogiers li Daneis, ib. CCLIX. … Cil sont par eus [à eux seuls] en ceu val sous un tertre, ib. CCXX.

XIIe s. Par maint pays je t'ai moult lonc portée [mon épée], Ronc. p. 23. N'i a galie qui soit se par lui non [qui ne lui appartienne], ib. p. 29. Par toute l'ost [il] fait les grailles [trompettes] sonner, ib. p. 33. Par devers nous est li noiaus [le gros de l'armée ennemie] tornés, ib. p. 81. Par moi fu morz Rolanz, ne puet estre celé, ib. p. 198. Il [Judas] reconnut son tort, si se pendit par soi, ib. p. 199. Car joie a courte durée, Qui avient par tel folor [telle folie], Couci, I. Amer [aimer] toute la meillor Qui soit par les bons louée, ib. I. Vous pouvez bien savoir par ma chançon Et à mes dis que je n'aim se vous non, ib. II. Par tantes fois [j'] ai esté assailliz Que je n'ai mais pooir de moi defendre, ib. V. Grant peché fait qui son homme veut prendre Par beau semblant monstrer, tant que bien tient, ib. XX. Alors m'est vis que jel sente [le vent] Par desous mon manteau gris, Dame de Faïel, dans Couci. Il en a envoié par mer une partie, Sax. VII. Guiteclins va par terre o sa grant baronie, ib. VII. Par tut le munde est leis [lois] tut par dreit establie…, Th. le mart. 26. N'ai beu ne vin ne el [autre chose], par unt l'um se poisse enivrer, Rois, p. 4.

XIIIe s. Li marchis li vout assés doner terre et avoir, par un si [à condition] qu'il demorast avec els, et il n'en volt point prendre, Villehardouin, CXXXIII. Et ne sai queles gens mistrent par mal le feu en la vile, Villehardouin, XCI. Li Venicien se ferirent as vaissiaus qui ains ains, qui mius mius, si que par un poi que li uns n'ocioit l'autre, Villehardouin, CLVIII. Et lors prist Huitaces de Sombruie deus messages, et les envoia par jor et par nuit en Constantinoble au duc de Venise, Villehardouin, CXVIII. Einsi dura li assaus par cinc jors, Villehardouin, XLIX. Et li atachierent la crois en un grant chapel de coton par devant, pour ce qu'il voloit que tous le veïssent, Villehardouin, XL. Li bruis fu mout grans par là dedans, Villehardouin, XCV. Je ne pris [prise] riens, ne beauté ne jouvent ; Pourquoi ? parce que la mort tout mestroie, Anonyme, dans Couci. Si come Berte fut en la forest par li [seule], Berte, I. Par le jardin du roi s'en venoit li lions, ib. II. Par un jour si très bel qu'il ne pleut ni ne vente, ib. X. Vestu [elle] ot un bliaut par desus sa chemise, ib. XXX. Ce fu par un lundi, au chief de la semaine, ib. L. Qui tant font par trop boire, Que il en perdent si le sens et la memoire…, ib. LXVI. Il a tantost Morant par devant lui mandé, ib. CIII. Par dedens la chapelle fu Berte o le cor gent, ib. CX. Et se mist en chemin et tant erra [marcha] l'un jour et l'autre, par laid et par biel, qu'il ot demouré an et demi, n'onques ne pot oïr nouviele del roi, Chr. de Rains, p. 53. Et cerchoient par ces boissons [buissons], Par vaus, par plains et par montaingnes, Pommes, poires, noiz et chastaingnes, la Rose, 8409. Chascun amans suit par coustume Le feu qui l'art [brule] et qui l'alume, ib. 2361. Ton cuer ne porras apaier, Ains iras encore essaier, Se tu verras par aventure Ce dont tu ies en si grant cure, ib. 2347. Seüe chose est que enfes puet estre parfait en set mois, par l'autoreté Ypocras, Liv. de jost. 55. Et ensi me pot fere par trois fois s'il li plest, Beaumanoir, XXVIII, 4. Donques convient il qu'il soit regardé que cascuns arpens vaut, par loial pris, par an, Beaumanoir, XXVII, 3. Sers ne hons qui soit en la subjection d'autrui par religion, sans l'autorité de son par dessus ne poent recevoir arbitrage sor eus, Beaumanoir, XLI, 10.

XIVe s. À bestialité J'en peut bien dire que sa contraire est une vertu qui est par sus nous, appellée heroyque et divine, Oresme, Eth. 191. L'en dira de ceci par après planierement, et monstrera l'en quelle chose c'est que droitte raison, Oresme, ib. 35.

XVe s. Et tenoient leur tinel chacun par luy, c'est à savoir, le roi de ses chevaliers, et la roine de ses dames…, Froissart, I, I, 131. Et avoit le roi d'Angleterre basti son siege par telle maniere que les François ne pouvoient venir à lui, Froissart, I, I, 211. Afin que les honorables emprises et nobles aventures… les quelles sont advenues par les guerres de France et d'Angleterre soient notablement registrées, Froissart, Prol. Ceux de dedans [le châtel] estoient si près menés et si oppressés de famine, qu'ils avoient mangé par huit jours tous leurs chevaux, Froissart, I, I, 179. Si demeura la chose en cet estat, et se logerent les seigneurs, chacun six par lui en entre ses gens, Froissart, I, I, 133. Si veuillez avoir de nous pitié et mercy par vostre très haute noblesse, Froissart, I, I, 321. Et vous demanderons quittance de notre foi…par ainsi serons-nous absous et dispensés…, Froissart, I, I, 95. Pour garder les destroits et les passages contre les Anglois, qu'ils ne passassent par deça la mer pour venir en France, Froissart, I, I, 78. Et arst et destruit tout par de là Valenciennes, Froissart, I, I, 116. Et en son chemin passa par le seigneur de Metelin, qui à joie le receut, Bouciq. I, 30. Et si la hayne y avoit esté par avant grande, elle l'estoit encores plus, Commines, III, 11. Très volontiers il luy laisseroit trois mille florins par an, par condition qu'il n'entreroit jamais dans la duché, Commines, IV, 1. J'ay cecy dit par cy-devant, Commines, IV, 5. Il avoit maintes espies et messagiers par pays, Commines, V, 1. Qui par longues années avoit esté prisonnier en Bretaigne, Commines, I, 7. Je scey bien, que la compaignie est belle et bonne ; mès elle a bien à faire ciens, et elle est toujours par chemins, Les 15 joies de mariage, p. 18. Le meunier, oyant cette aventure, ne fit pas semblant par dehors tel que son cœur au pardedans portoit, Louis XI, Nouv. III.

XVIe s. Tousjours se veaultroyt par les fanges, Rabelais, Garg. I, 11. Il me desplaist par trop de lever guerre, Rabelais, ib. I, 32. Par bien gouverner sa maison l'eust augmentée, par me piller sera destruyct, Rabelais, ib. I, 46. Nous vous faisons prisonnier par le roy, Marot, II, 87. J'ay donné charge à ce porteur de passer par vous, pour vous dire bien au long toutes nouvelles, Marguerite de Navarre, Lett. 112. J'ay escrypt par deux fois à Yzarnay l'estat de la maladie du roy de Navarre, Marguerite de Navarre, ib. 136. Il commence à se pourmener par la chambre, Marguerite de Navarre, ib. 138. Passer par vifve force, Montaigne, I, 15. Par cy par là, Montaigne, I, 32. Par tout le cours de leur vie, Montaigne, I, 17. Quatorze ou quinze heures par jour, Montaigne, I, 181. Jour par jour, Montaigne, I, 257. Une espée de bois appointée par un bout, Montaigne, I, 239. Il le rue mort par terre et s'enfuit, Montaigne, I, 255. Il ne peut estre induict à aller la teste couverte par froid, orage et pluye qu'il feist, Montaigne, I, 259. Par en hault, par en bas, Montaigne, III 19. C'est parce, dict il, que quand nous voulons…, Montaigne, II, 291. Des ustensiles, tant de ceux qui servent par jour [tous les jours], que de ceux dont on use peu souvent, La Boétie, 98. Il requeroit que ledit sieur mist son dire par escrit, et au parsus se tairoit s'il pouvoit, Sat. Mén. p. 106. Ils demanderent terme de deux heures, pour consulter par entre eux sur ceste affaire, Carloix, IV, 19. L'on le trouvoit toujours apprenant par cœur, ou composant à part soy quelques harangues, Carloix, Thém. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « par »

Provenç. esp. et ital. per, du lat. per. Le changement d'e latin en a français est rare dans les formes classiques ; on peut citer mercantem, marchand, pergamena, parchemin, remus, rame ; dans les patois populaires : bourguignon, pardre, perdre, tarre, terre, Piarre, Pierre, etc. Dans l'ancienne langue par avait une signification superlative : par grand, comme en latin permagnus ; de cet usage, il ne reste dans la langue moderne que par trop. Mais ce qui n'était pas dans le latin, c'est la possibilité de séparer la préposition de l'adjectif ; il y a plusieurs exemples de cette séparation dans l'historique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Préposition) Du latin per (« par »).
(Nom) De l’anglais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « par »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
par par

Citations contenant le mot « par »

  • Par nécessité, par inclination ou par plaisir, nous citons tous. De Ralph Waldo Emerson
  • Tout arrive par nécessité. De Al-Kindi
  • La force naît par violence et meurt par liberté. De Léonard de Vinci
  • Ca commence par un baiser, ça finit par un bébé. De Proverbe québécois
  • Ainsi que par César, on jure par sa mère. De Jean Racine / Britannicus
  • On est orgueilleux par nature, modeste par nécessité. De Pierre Reverdy / En Vrac
  • La science avance par degrés et non par bonds. De Thomas Macaulay / Essays
  • Les hommes se gouvernent plus par caprice que par raison. De Blaise Pascal
  • La poésie doit être faite par tous. Non par un. De Lautréamont
  • Ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux... Avec délices ! De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Mariage de Figaro
  • Attaque par le verbe et défends-toi par les armes. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • L’homme pense par aphorismes. De Gustave Le Bon
  • On ment mieux par écrit. De Henry de Montherlant
  • Plus qu’une enquête à proprement parler, il s’agit d’un examen des méthodes et des conclusions du comité d’éthique de la banque pour qui la plainte « ne reposait sur aucun fait objectif et solide ». Se disant traqués et intimidés par des proches du président Adesina, les employés à l’origine de l’affaire avaient refusé de transmettre des preuves, « au motif qu’ils voulaient préserver leur anonymat ». Fin mai, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin avait exprimé de « sérieuses réserves » sur le travail produit par le comité d’éthique. Alors que le Nigérian est candidat à sa succession, prévue fin août, Washington a pris au sérieux cette affaire et souhaité que la lumière soit faite, notamment sur les accusations d’enrichissement personnel, de nominations à des postes stratégiques de proches de M. Adesina, pour certains soupçonnés de corruption. Le Monde.fr, A la Banque africaine de développement, le président Adesina disculpé par un rapport d’experts
  • Selon un rapport, 2,46 milliards de reptiles, 180 millions d’oiseaux, 143 millions de mammifères et 51 millions de batraciens ont été affectés par les incendies de 2019-2020. Le Monde.fr, Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
  • L’anesthésiste de Besançon, qui se dit innocent, fera-t-il un jour face à ces terribles accusations devant une cour d’assises ? C’est la conviction du parquet et de ses victimes présumées qui, pour certaines, attendent de connaître la vérité depuis douze ans. , Faits-divers - Justice | L'anesthésiste Frédéric Péchier suspecté par son assurance d’avoir fraudé 500.000 €
  • L'une d'entre elles, d'un montant de 85 euros et datant du 12 février 2019, a été transmise par Anne Hidalgo au parquet de Paris dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte dans l'affaire Matzneff. Christophe Girard s'était fait rembourser la dépense en sa qualité d'adjoint à la culture, justifiant auprès des services de la Ville un déjeuner dans le cadre de la journée de l'écriture manuscrite, organisée par Paris trois mois plus tard. Les deux autres notes de frais remontent quant à elles à 2016 et 2017 – Girard était alors maire du 4e arrondissement de Paris, précise Mediapart. Le Point, Affaire Matzneff : plusieurs repas entre Girard et l'écrivain payés par la Mairie de Paris - Le Point
  • Le port du masque est désormais obligatoire dans plusieurs centres-villes : Laval, Château-Gontier-sur-Mayenne, Évron et Mayenne. Une décision prise par la Préfecture pour casser les chaines de contamination au coronavirus. Le département est toujours placé en "vulnérabilité élevée". France Bleu, Covid-19 : quels sont les secteurs concernés par le port obligatoire du masque dans 4 villes en Mayenne ?
  • Mais les États-Unis ont une population cinq fois supérieure à celle de la France, et le Brésil trois fois supérieure. En termes de morts par million d'habitants, le classement est différent. Les États-Unis sont le 7e ou le 8e pays le plus touché au monde, et le graphique ci-dessous permet de comparer les différentes évolutions pays par pays... selon les stratégies mises en œuvre. , Coronavirus | Coronavirus : combien de morts par million d'habitants dans chaque pays ?
  • Le taux de chômage a grimpé à 15,3% au deuxième trimestre contre 14,4% au premier, portant le nombre de chômeurs à 3,37 millions, selon l'Institut national de la statistique (INE). Mais ce chiffre, qui représente une hausse de 55 000 chômeurs par rapport au trimestre précédent, est très nettement sous-évalué, car environ 1,1 million de personnes ont été classées "inactives", reconnaît l'INE.  LExpress.fr, Espagne : plus d'un million d'emplois détruits par la pandémie au deuxième trimestre - L'Express
  • (AFP) - Bouleversée par la pandémie de coronavirus qui l'a contrainte à changer ses règles, la 72e édition des Emmy Awards, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, dévoiler mardi la liste de ses candidats pour 2020. ladepeche.fr, Bouleversés par la pandémie, les Emmy Awards dévoilent leurs nominations - ladepeche.fr
  • Le brigadier-chef dénonce une série de vols d'objets électroniques et de liquidités appartenant à des personnes maintenues au dépôt. (Illustration) LExpress.fr, "Vols, racisme et maltraitance" par des policiers dans les cellules du tribunal de Paris - L'Express
  • Blessé, il est transporté a l’hôpital de Voiron, par les pompiers. Il en est ressorti cette nuit avec des points de suture et 7 jours d'ITT, incapacité temporaire de travail. France Bleu, Le maire de Miribel-les Echelles agressé par 6 jeunes qui tiraient des pétards
  • La grippe espagnole "est arrivée par le train" avec Carl Carlson, explique à l'AFP l'historien local Mike Anderson. Le Point, Hantée par la grippe espagnole, une petite ville d'Arizona craint que l'histoire ne se répète - Le Point

Images d'illustration du mot « par »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.
  • Photo de Gigi via Unsplash
  • Photo de Gigi via Unsplash
  • Large supertree canopy at gardens by the Bay, Singapore. Photo de Kit Suman via Unsplash
  • Photo de Gigi via Unsplash
  • Photo de Gigi via Unsplash
  • A snack spot in Cismigiu Park (Gardens), on a Saturday evening. Photo de Dan Visan via Unsplash

Traductions du mot « par »

Langue Traduction
Anglais by
Espagnol por
Italien di
Allemand durch
Chinois 通过
Arabe بواسطة
Portugais de
Russe по
Japonais 沿って
Basque arabera
Corse da
Source : Google Translate API

Synonymes de « par »

Source : synonymes de par sur lebonsynonyme.fr

Par

Retour au sommaire ➦

Partager