La langue française

Nombrer

Définitions du mot « nombrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

NOMBRER, verbe trans.

Vieilli, littér. [Correspond à nombre A 2] Dénombrer, évaluer en quantité, compter. Sans nombrer les crimes qui ont jeté ce brigand au bagne pour sa vie (...) il a commis trois meurtres (Sue, Myst. Paris, t.1, 1842, p.346).Le père Gourmanel nombra les têtes d'un coup d'oeil: −Oui, tout le monde est bien là! Satisfait, il commença (Estaunié, Empreinte, 1896, 85).
[Le suj. désigne le sens même qui perçoit] :
1. Ce n'est pas que l'oreille puisse nombrer ces vibrations (...) ce que l'oreille saisit ou nombre à sa manière (...) ce sont des rapports très simples entre ces grands nombres qui échappent à la perception directe, l'un étant, par exemple, double, ou triple, ou quadruple de l'autre. Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.155.
En partic. Faire le calcul (de quelque chose). Les marchands de vins écoulaient les produits de trois vendanges, et un statisticien habile aurait eu peine à nombrer le chiffre des jambonneaux et des saucissons qui se débitèrent chez le célèbre Borel de la rue Dauphine (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.283).
Au part. passé. Lors même qu'il y aurait entre les objets nombrés une contiguïté physique, il faut que la raison les distingue et qu'on puisse les considérer à part, nonobstant cette contiguïté ou cette continuité accidentelle et nullement inhérente à leur nature (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.283).L'infini est comme Dieu fere absconditus (...) C'est le quantum fixé, nombré, assigné qui consacre la méconnaissance de l'infini (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.61).
P. anal., STYL., PROSODIE, VERSIF. Répartir certains éléments (du mot ou de la phrase) de façon à conférer à l'expression des qualités de rythme, de mélodie, d'harmonie:
2. Il faut estimer que tous les vers de cette laisse sont de même nombre; il ne faut plus, ici moins que jamais, compter les syllabes, il faut les nombrer. Des deux premiers vers, le plus long, si l'on nombrait avec une précision chimique, serait peut-être le second. Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p.245.
REM. 1.
Nombrant, -ante, adj.,vx. Nombre nombrant. Nombre abstrait (v. infra ex. rem. 2 a). Emploi subst. masc. plur. ,,Noms de nombres entiers de l'arithmétique`` (Dam.-Pich. Gloss. 1949).
2.
Nombré, -ée, adj.a) Math., vieilli. Nombre nombré. Nombre concret. C'est une opposition très frappante et très juste que celle des «nombres nombrants» et des «nombres nombrés»: le nombre n'est pas en effet un objet, comme un réalisme grossier pourrait le supposer, il dérive de l'opération de l'homme qui prend un objet pour l'échanger (Ruyer, Esq. philos. struct., 1930, p.251).b) Assujetti à un certain rythme, à une certaine mesure. Ce vers (...) si profondément coupé, si profondément nombré lui-même sur un rythme de glas (...) fait la barre d'appui de chaque couplet (Péguy, Clio, 1914, p.66).L'effort, dans le langage rythmé, nombré, rimé, allitéré, se heurte à des conditions entièrement étrangères au schéma de la pensée (Valéry, Entret.[avec F. Lefèvre], 1926, p.60).
Prononc. et Orth.: [nɔ ̃bʀe], (il) nombre [nɔ ̃:bʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 «évaluer en nombre, dénombrer» (Roland, éd. J. Bédier, 3262); 1723 nombre nombrant (Savary, s.v. nombre); 2. 1314 «énumérer» (Chirurgie de H. de Mondeville, 2000 ds T.-L.). Du lat. numerare «compter, nombrer» (également «payer; mettre au nombre de»). Fréq. abs. littér.: 25.
DÉR. 1.
Nombrable, adj.Qu'on peut nombrer, compter. (Dict. xixeet xxes.). Emploi subst. masc., rare. Leibnitz avait déjà identifié le composé avec l'étendu, le simple avec l'inétendu, et d'autre part le nombrable avec le composé (Hamelin, Élém. princ. représ., 1907, p.48).Ling. Les substantifs désignent des objets nombrables ou bien évoquent une matière ou une notion. Les premiers impliquent l'idée d'une quantité discontinue et s'emploient normalement au singulier et au pluriel (Wagner-Pinchon1962, p.61). [nɔ ̃bʀabl̥]. 1resattest. 1remoitié xiies. bestes nientnumbrables [pecora innumerabilia] (Psautier de Cambridge, éd. Fr. Michel, CXLIII, 14), ca 1350 (Roques t.1, IV, 5703: numerabilis, nonbrable); de nombrer, suff. -able*; cf. lat. numerabilis «qu'on peut compter».
2.
Nombrage, subst. masc.a) Écon. Ainsi obtient-il un système d'équations homogènes par rapport aux prix. Précaution préméditée, car lorsqu'on arrive à la solution du système, au nombrage des équations et des inconnues, cette homogénéité va jouer un rôle essentiel (Univers écon. et soc., 1960, p.30-5).b) Hist. du dr. ,,Office du fonctionnaire chargé de compter les gerbes de blé et autres produits sur lesquels portait le champart; désigne aussi le salaire de ce sergent`` (Lep. 1948). [nɔ ̃bʀa:ʒ]. 1resattest. a) 1282 «terre, terrage [parce qu'on calcule le champart d'après le nombre de gerbes gisant dans le champ]» ou nombraige de Saint-Martin» (Charte, Archives du Loiret ds Gdf.), b) 1361 «impôt payé sur les céréales [sur les gerbes dénombrées]» (Charte ds Du Cange, s.v. numeratores-numeragium); de nombrer, suff. -age*, d'apr. le lat. médiév. numeragium «droit de percevoir une dîme nombrée» (1179 ds Nov. gloss.).

Wiktionnaire

Verbe

nombrer \nɔ̃.bʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Supputer combien il y a d’unités dans une quantité. Il ne s’emploie presque plus que dans un sens négatif et relativement à des choses qui ne sont pas de nature à être comptées.
    • On ne saurait nombrer les grains de sable de la mer.
    • Qui pourrait nombrer les désordres et les malheurs que causent les guerres civiles!
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOMBRER. v. tr.
Supputer combien il y a d'unités dans une quantité. Il ne s'emploie presque plus que dans un sens négatif et relativement à des choses qui ne sont pas de nature à être comptées. On ne saurait nombrer les grains de sable de la mer. Qui pourrait nombrer les désordres et les malheurs que causent les guerres civiles!

Littré (1872-1877)

NOMBRER (non-bré) v. a.
  • 1Trouver le nombre de. Toutes les fois que je fais l'addition de deux et de trois, ou je nombre les côtés d'un carré, Descartes, Médit. I, 8. Voir deux objets à la fois, ce n'est pas voir leurs rapports, ni juger de leur différence ; apercevoir plusieurs objets les uns hors des autres, n'est pas les nombrer, Rousseau, Ém. IV.

    Absolument. De cela seul que j'aperçois que je ne puis jamais, en nombrant, arriver au plus grand de tous les nombres, et que de là je connais qu'il y a quelque chose, en matière de nombrer, qui surpasse mes forces, Descartes, Rép. aux 2es obj. 19.

  • 2Dans le langage général, compter, relater, énumérer. [Il] Peut à peine nombrer ses États et ses villes, Rotrou, Hypermn. I, 3. Je ne viendrais jamais à bout De nombrer les faveurs que l'amour leur envoie, La Fontaine, Joc. Je ne puis vous nombrer les louanges et les tendresses de Barillon, Sévigné, 12 juin 1675. Si vous nombrez les poids, les roues, les cordages, La Bruyère, VI. Qui voudrait nombrer tous les gens de loi qui poursuivent le revenu de quelque mosquée, aurait aussitôt compté les sables de la mer et les esclaves de notre monarque, Montesquieu, Lett. pers. 58.

HISTORIQUE

XIe s. Geste Francor [des Francs] trente escheles [escadrons] i nombre, Ch. de Rol. CCXXXVI.

XIIe s. Ne soit [une nuit] mie numbreie es jors del an ne conteie es mois, Job, p. 461.

XIIIe s. Il sembloit que toute la mer, tant comme l'en pooit veoir à l'ueil, feust couverte de touailles des voilles des vessiaus, qui furent nombrez à dix-huit cens vessiaus que granz que petiz, Joinville, 213. De divers arbres i ot tant, Que moult en seroie encombrez, Ains que les eüsse nombrés, la Rose, 1374. En monnoie boine, bien contée et bien nombrée, Tailliar, Recueil, p. 337.

XVe s. Et conquirent si fier et si grand avoir que merveilles seroit à penser et à nombrer, Froissart, I, I, 267. …Que si tous les bons jours qu'il a euz en sa vie estoient nombrez, il s'en trouveroit bien peu, Commines, VI, 13.

XVIe s. Exception d'argent non nombré n'a point de lieu, Loysel, 707. Il [Polybe] a depuis, par le moyen de l'estude qu'il feit en sa prison, esté nombré entre les plus sçavans historiographes des Grecs, Amyot, César, 71. Nombrer si est le nombre en l'entendement conceu par figures communes artificiellement representer, De la Roche, Arismetique, f° 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOMBRER, v. act. (Arithm.) c’est exprimer le nombre marqué par un certain assemblage de chiffres. Voyez Numération.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nombrer »

Du latin numerare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. numerar, numbrar, nombrar ; espagn. numerar ; ital. numerare ; du lat. numerare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « nombrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nombrer nɔ̃bre

Citations contenant le mot « nombrer »

  • Qui peut compter la poussière de Jacob, nombrer la multitude d’Israël? Puissé-je mourir comme meurent ces justes, et puisse ma fin ressembler à la leur!”. Balak dit à Balaam: “Que m’as-tu fait! J’ai eu recours à toi pour maudire mes ennemis, et voilà que tu les bénis, au contraire!” Mais il répondit: “Certes, ce que l’Éternel met dans ma bouche, ne dois-je pas fidèlement le redire?” Balak lui dit: “Viens, je te prie, avec moi dans un autre lieu, d’où tu pourras voir ce peuple: tu n’en verras que les derniers rangs, tu ne le verras pas tout entier. Et maudis-le moi de là.” Il le conduisit au plateau de Çofîm, sur la crête du Pisga; il y dressa sept autels, et offrit sur chaque autel un taureau et un bélier. Balaam dit à Balak: “Tiens-toi ici, près de ton holocauste, et moi, j’attendrai là-bas la rencontre.” L’Éternel se présenta à Balaam, inspira un discours à ses lèvres, lui disant: “Va rejoinder Balak, et tu parleras ainsi…” Il revint près de lui, et le trouva debout près de son holocauste, les princes de Moab à ses côtés. Et Balak lui demanda: “Qu’a dit l’Éternel?” Maroc Local et Nouvelles du Monde, ETUDE DU MARDI, SUR DEMANDE DU RAV YOSHIAHOU YOSSEF PINTO SHLITA - Maroc Local et Nouvelles du Monde
  • Le gouvernement wallon espèrent quintupler le nombrer de cyclistes d’ici 10 ans et le doubler sur un laps de temps de 5 ans. Actuellement, les chiffres sont assez faibles. Un peu plus d’un travailleur sur 100 se rend au travail à vélo. RTL Info, 5 fois plus de cyclistes en Wallonie en 2030: le gouvernement veut favoriser le déplacement à vélo jusqu'au travail - RTL Info
  • La campagne de recensement 2020 commence ce jeudi 16 janvier. Comme chaque année, des milliers d'agents de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) seront déployés dans les communes françaises afin de nombrer la population officielle. Ce porte-à-porte annuel est une période propice aux arnaques, notamment aux vol à la fausse qualité. Femme Actuelle, Recensement : attention aux arnaques ! : Femme Actuelle Le MAG
  • Il craint qu’au regard des tracasseries policières et emprisonnement dont ils ont été victimes au mois de septembre, ce délai expire alors qu’il y a encore un grand nombrer d’étudiants qui ont difficile à se procurer les documents exigés. L'actualité et Infos Politique de la RDC | CD Congo, RDC : au Burundi, plus de 6000 étudiants congolais menacés d'expulsion d'ici le 23 déc. faute des dossiers migratoires

Images d'illustration du mot « nombrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nombrer »

Langue Traduction
Anglais number
Espagnol número
Italien numero
Allemand nummer
Chinois
Arabe رقم
Portugais número
Russe число
Japonais
Basque zenbakia
Corse numeru
Source : Google Translate API

Synonymes de « nombrer »

Source : synonymes de nombrer sur lebonsynonyme.fr

Nombrer

Retour au sommaire ➦

Partager