Morigéner : définition de morigéner


Morigéner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MORIGÉNER, verbe trans.

A. − Vx. Former les moeurs de quelqu'un, instruire quelqu'un aux bonnes moeurs (d'apr. Ac. 1798-1878). Un père est bien condamnable, quand il n'a pas soin de bien morigéner ses enfants (Ac.1798-1878).
Au part. passé. Une société dûment réglée et morigénée (Lemaitre,Contemp.,1885, p.288).Elle (...) continua d'écouter sans s'émouvoir, faite depuis longtemps à l'humeur de son homme. Comme les femmes bien morigénées de ce temps, elle l'aimait et respectait de coeur entier (Pourrat,Gaspard,1922, p.28).
Au fig. [Le compl. désigne une faculté, un art] :
. Puisque Moreau a pu (...) être quelquefois (...) si gracieusement original, combien ne l'eût-il pas été davantage et plus souvent s'il avait accepté la règle, la loi du travail, s'il avait mûri, morigéné et aiguillonné son propre talent! Baudel.,Art romant.,1867, p.567.
B. − Adresser des réprimandes à quelqu'un. Christophe n'était pas homme à se laisser morigéner. Il trouva fort mauvais qu'un âne se permît de lui dire ce qu'il devait faire, en musique (Rolland,J.-Chr.,Amies, 1910, p.1131).Chaque fois que je voulais morigéner mon fils, Madame de La Pérouse prenait son parti contre moi (Gide,Faux-monn.,1925, p.1028).
Morigéner qqn pour/sur qqc.Drumont (...) s'est plaint assez vivement que Daudet n'ait point morigéné Geffroy sur sa conduite à son égard (Goncourt,Journal,1889, p.1019).Ayant été si brusquement morigéné pour ses méchants propos par le jeune avocat, Brignolles en conçut une immédiate rancune (G.Leroux,Parfum,1908, p.10).
Emploi pronom. réfl. S'accuser soi-même et se promettre de se corriger. Naturellement, je me morigène et je m'en veux de cette haine exaltée. Je me dis que je suis un gosse (...), que je suis presque aussi ridicule qu'eux, en croyant si fort que j'ai raison (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p.315).J'ai été pris tout à coup de la joie folle de l'enfance (...), la joie des vacances. «Quand donc auras-tu ton âge?» me suis-je demandé. Mais j'ai eu beau me morigéner, j'étais heureux comme jamais (Green,Journal,1947, p.116).
Se morigéner de qqc.Il avait éprouvé une déception. Et, tout aussitôt, cette déception même lui avait paru absurde. Il s'était morigéné de la ressentir (Daniel-Rops,Mort,1934, p.397).
C. − Péj. ,,Réprimander avec insistance et affectation, avec une sorte de pédantisme. C'est un homme qui passe son temps à morigéner tout le monde`` (Ac. 1935). Il faudra que madame de Rambouillet et sa fille viennent morigéner la Cour (Sainte-Beuve,Caus. lundi,t.7, 1853, p.450).
Absol. Ce poëte, qui passe généralement pour libertin et qui n'avait pas volé sa réputation, a ici le rôle d'un censeur qui prêche et morigène (Sainte-Beuve,Port-Royal,t.4, 1859, p.438).
Prononc. et Orth.: [mɔ ʀiʒene], (il) morigène [mɔ ʀiʒ εn]. Ac. 1694, 1718: morigener; 1740: -giner ou -géner; dep. 1762: -géner. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1270 bien moriginé «bien élevé» (Grandes chroniques de France, éd. J. Viard, t.2, p.215); ca 1350 morigené (Gilles Li Muisis, Poésies, I, 155 ds T.-L.); b) ca 1485 moriginer trans. «élever» (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 26599); 1671 morigéner (Molière, Les Fourberies de Scapin, II, 1); 2. 1718 «réprimander, sermonner» (Ac.). Empr. au lat. médiév. moriginatus, morigenatus «complaisant, docile» (Latham; Du Cange; Blaise Latin. Med. Aev.), altération du lat. class. morigeratus, morigerari «(être) complaisant pour (essayer de plaire à quelqu'un)». Morigeratus a été empr. dès 1216 (Anger, Trad. vie S. Grégoire, 709 ds T.-L.: morigerat). Morigenatus a pris le sens de «rendu docile, éduqué» sous l'infl. de morigerus «complaisant, docile, soumis». Fréq. abs. littér.: 62.

Morigéner : définition du Wiktionnaire

Verbe

morigéner \mɔ.ʁi.ʒe.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Péjoratif) (Vieilli) Gronder en faisant de vives remontrances. Réprimander avec insistance et affectation, avec une sorte de pédantisme.
    • Il se contint, cette fois encore et prit un air de grand frère qui morigène son cadet. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • Je suis le taon qui, de tout le jour, ne cesse jamais de vous réveiller, de vous conseiller, de morigéner chacun de vous et que vous trouvez partout, posé près de vous. — (Platon, L’Apologie de Socrate, 396 av. J.-C.)
    • Au cours des années qui se succédèrent ensuite, bien souvent — quand Gertrud le morigénait, quand l’aquavit lui montait à la tête […], en ces occasions et bien d’autres, il pensa à Mats Israelson. — (Julian Barnes, La Table citron, L’Histoire de Mats Israelson)
    • Et si ce fils que vous avez, en brave père, si bien morigéné, avait fait pis encore que le mien. — (Molière, Les Fourberies de Scapin, Acte II, Scène 1)
    • Lorsqu’il faisait une observation à Alphonse, l’ancien brigadier avait une façon déplacée de lui répondre qu’il ne s’était pas fait trouer la peau pour se laisser morigéner comme un gamin. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 25.)
    • Je vais faire de vous ma nouvelle assistante, vous allez morigéner les étudiants. — (Yannick Deschamps, Civilisation britannique, The Industrial Revolution)
    • L’homme le plus riche de France morigène le nouveau ministre de l’économie. — (Serge Halimi, Pour les socialistes, l’échec, c’est les autres…, Le Monde diplomatique n°771, page 23, juin 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Morigéner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MORIGÉNER. v. tr.
Gronder en faisant de vives remontrances. Il s'emploie surtout dans un sens péjoratif pour signifier Réprimander avec insistance et affectation, avec une sorte de pédantisme. C'est un homme qui passe son temps à morigéner tout le monde.

Morigéner : définition du Littré (1872-1877)

MORIGÉNER (mo-ri-gé-né. La syllabe gé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je morigène, excepté au futur et au conditionnel : je morigénerai, je morigénerais) v. a.
  • 1Former les mœurs de quelqu'un (vieilli en ce sens). Si vous aviez, en brave père, morigéné votre fils, il ne vous aurait pas joué le tour qu'il vous a fait, Molière, Scap. II, 1.
  • 2Réprimander, remettre dans l'ordre et dans le devoir (il est familier en ce sens). C'est un étourdi qui mérite que vous le morigéniez sévèrement.

REMARQUE

C'est une faute de dire moriginer.

HISTORIQUE

XVe s. …D'autres assez, lesquels le setvice d'amour a faict devenir vaillans et bien morigenés, Bouciq. I, 7. Vaillant aux armes et bien moriginé, ib. III, 1.

XVIe s. Il faut que la nourrice soit sage et bien morigenée, Paré, XVIII, 24. Sans cette hemoragie il n'auroit pu se morigener, à cause du sang bouillant qui le dominoit naturellement, D'Aubigné, Vie, XXVII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « morigéner »

Étymologie de morigéner - Littré

Provenç. morigenar ; du latin morigerari, être docile, par le changement de l'r en n, changement très rare, tandis que le changement de l'n en r ne l'est pas. Morigerari vient de mos, moris, mœurs, et gerere, porter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de morigéner - Wiktionnaire

Du latin morigerari (« être docile »). De mos (« usage, coutume, mœurs »), et gerere (« porter »), par le biais d’un changement du r en n (changement très rare dans ce sens, mais plus courant dans l’autre)
En occitan morigenar.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « morigéner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morigéner mɔriʒene play_arrow

Conjugaison du verbe « morigéner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe morigéner

Citations contenant le mot « morigéner »

  • Si le pape actuel n’avait pas, selon un postulat a priori, aussi bonne presse dans les milieux intellectuels occidentaux ou dans les médias, cela fait longtemps que des psychanalystes auraient dû s’interroger sur la fascination du Saint-Père pour le personnage du Père Fouettard. Noël, plus grand fête chrétienne après Pâques, est traditionnellement un temps de paix et de réconciliation. C’est le moment des retrouvailles familiales - or, loin de se comporter en bon papa des fidèles et en protecteur bienveillant de la Curie, François aime morigéner. L’édition 2019 n’a pas manqué à ce qu’on ose pas appeler sans risquer d’être ironique concernant Bergoglio, la tradition. Peut-être certains auront-ils trouvé le contenu plus modéré que les années précédentes. Disons que la critique s’adresse cette fois-ci à l’Eglise dans son ensemble: citant la dernière entrevue médiatique, accordée en août 2012, par le Cardinal Martini (au Corriere della Sera) peu avant sa mort, François a reproché à l’institution qu’il dirige, d’avoir « deux-cents ans de retard ».  Atlantico.fr, Ce qui nous manque le plus chez le pape François : la capacité à incarner une figure paternelle | Atlantico.fr
  • De la Méditerranée jusqu’à Modène et Pise, du Tennessee au Venezuela, du Sénégal au frais Népal, il traversa plaines et vallées. Il apprivoisa les néons des cités comme les nénuphars des territoires abandonnés. Il dormit dans des cavités gardiennées par des araignées, se fit morigéner par des fées fainéantes, reçut, gêné, la bénédiction de sirènes évanescentes. , Thomas Sandoz, dompteur de mots, écrit à nos aînés
  • Mais, est-ce qu’il faudra à nouveau morigéner les Français, les enfermer et planter une deuxième fois toute l’économie. Ou est-ce qu’il ne serait pas mieux de faire prendre conscience à ce peuple éduqué et mature de ce qu’est sa responsabilité ? Pour moi, comme on dit, la réponse est dans la question. Europe 1, Déconfinement : quand le gouvernement infantilise les Français
  • Parmi les causes les plus apparentes, il y a incontestablement la sécurité à laquelle le pays paie un très lourd tribut, l’école dans un état de mort cérébrale, le Covid-19 qui ont révélé la monumentale défaillance de l’appareil politico-administratif dans la protection des Maliens. Le dénominateur commun étant une gouvernance erratique. Le mouvement éclectique dont a accouché cette gouvernance n’est rien d’autre que la convergence des frustrations. Cela est indéniable, puisque le Président qui ne s’est pas fait morigéner le 16 juin dernier pour quitter sa posture jupitérienne pour aller à la rencontre des Forces vives a dit : ‘’je tire les leçons de toutes les péripéties que nous vivons’’. À l’instar d’autres pays, le nôtre en particulier a des réels défis à relever. Et dans le charivari ambiant, il est évident que tous ne voient le Mali qu’en fonction de leurs intérêts, ou à travers le prisme de leur malaise existentiel. De même, il y a peu de doute que les arrière-pensées politiques, la culture jacobine, polluent le chantier politico-administratif jamais achevé. Les propositions du M5-RFP, mais également les récriminations du ‘’peuple’’ incitent à la croire fortement. En lieu et place d’un changement de gouvernance, c’est un changement de gouvernant que la rue revendique. Virer Castaner ? Cela ferait plaisir à certains et, en premier lieu, à son successeur, mais est-ce bien utile ou, en tout cas, suffisant pour résorber la crise actuelle ? Sa gestion des crises scolaire et sécuritaire est très critiquée par ses compatriotes et son destin nourrit les spéculations. La phalange la plus dogmatique des contestataires reste arc-boutée au ménage à la Primature tout comme à Koulouba d’ailleurs et les incroyables talents d’acrobate dont il fait preuve prouvent qu’il vit des jours intranquilles. Mais, il n’est pas le seul. Les meneurs de la contestation qui semblent avoir promis plus que de raison sont également tenus à l’œil par le ‘’peuple’’ plus que jamais soupçonneux. Les contestataires eux-mêmes subissent violemment les contrecoups du blocage des institutions. La COVID-19, l’absence de gouvernement ont exacerbé le marasme économique et en rajouté à la précarité. En somme, c’est tout le Mali qui vit des jours intranquilles. D’où, l’urgence de dépassionner le débat, de tourner le dos à la procrastination. Un accord entre les acteurs de la crise sociopolitique n’est plus facultatif. Il y va de l’intérêt général. , Les exigences de la Gouvernance des jours intranquilles… - Bamada.net
  • Pas raison de priver les opposants d’exprimer leur insatisfaction quant au mode que pratique le pouvoir pour gérer l’épreuve du coronavirus. Gouvernants et opposants ne s’économisent pas à échanger des critiques à propos de manœuvres suspectées d’une volonté d’exploiter la situation à des fins particulières, personnelles et partisanes, ajoutant ainsi trouble au désarroi. Pourtant afin de leur faire bénéficier du doute qu’ils sèment ainsi, on est bien obligé d’accorder aux uns et aux autres la présomption de patriotisme et celle de ne pas se réjouir de l’évolution dramatique de l’épreuve. Alors chacun puise droit d’exprimer son avis, certains ne se privant pas du malin plaisir d’émettre appréciations grossières et suppositions malveillantes. Les politiciens de l’opposition trouveraient même droit de morigéner le peuple en lui reprochant un casting exécrable qui lui vaudrait le mérite d’aujourd’hui. L’anathème lancé pouvant produire l’effet d’un retour à l’envoyeur, ils n’ont pas osé le risque. Quelques têtes brûlées se hasardent à allumer la mèche d’une révolte populaire à prendre la forme de désobéissance civile. N’ayant pas réussi à déstabiliser le pouvoir les opposants reprennent la stratégie de déboulonner les fondements de l’état, en remettant en doute la chose jugée base du système démocratique : les résultats des élections. Les recours étant épuisés, des mois après, la parole d’un témoin si privilégié soit celui-ci, ne vaut pas prétexte pour mettre en cause le mécanisme de la loi. Dénuder de son autorité la chose jugée, en l’espèce les résultats des élections, outrepasse le champ du droit. S’agissant d’un problème conditionnant le bon fonctionnement des institutions, la loi qualifie de crime toute action du genre. Prime à la crise sanitaire, ayant provoqué une crise économique et engendré une crise sociale, se profile une crise politique. Seul peut mettre fin à celle-ci un pouvoir judiciaire prouvant du coup qu’il est parvenu à se soigner de sa crise. , Content, pas content, mêmes droits dans le cadre du Droit | NewsMada
  • Quand l’accusé essaie de retracer la dramatique soirée du 31 août 2016, les parents de la victime lui tournent le dos. L’avocate de la défense aussi opère un mouvement de pivot. Mais c’est pour faire face à son client et le morigéner. Me Coriatt explose, lui reprochant une narration par trop « autocentrée ». Après le bain de sang dans la cuisine de Leslie, Praveen Loky se demandait surtout comment annoncer ça à sa famille. Il répète comme les jours précédents son entière et exclusive responsabilité, raconte le soulagement de l’aveu après 30 heures de garde à vue. Il sait devoir « retourner en prison et en sortir dans une boîte ». , Faits-divers - Justice | Trente ans de réclusion pour l'assassinat de sa belle-fille à Lingolsheim

Traductions du mot « morigéner »

Langue Traduction
Corse currezzione
Basque ohartarazpen
Japonais 懲戒
Russe выговор
Portugais reprimenda
Arabe شجب
Chinois 惩戒
Allemand verweis
Italien rimproverare
Espagnol reprimenda
Anglais reprimand
Source : Google Translate API

Synonymes de « morigéner »

Source : synonymes de morigéner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « morigéner »


Mots similaires