La langue française

Méfier

Définitions du mot « méfier »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉFIER (SE), verbe pronom.

A. − Qqn1se méfie de qqn2.Se tenir en garde contre quelqu'un, ne pas faire confiance à quelqu'un. Se méfier de qqn comme de la peste. Tous les récits que j'entends se contredisent; ce qui m'amène à me méfier de tous et de chacun (Gide,Voy. Congo,1927, p.694):
1. ... je lui dis: «Albertine, vous vous méfiez de moi qui vous aime et vous avez confiance en des gens qui ne vous aiment pas» (comme s'il n'était pas naturel de se méfier des gens qui vous aiment et qui seuls ont intérêt à vous mentir pour savoir, pour empêcher)... Proust,Prisonn.,1922, p.120.
B. − Qqn se méfie de qqc.Se tenir en garde contre quelque chose, se défier de quelque chose. Les gens de toute sorte, bourgeois, ouvriers et soldats, avaient l'air inquiet; chacun se méfiait de quelque chose (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan,1870, p.249).Je ne me méfiais de rien... Je croyais qu'il était pour elle un camarade... un compagnon de travail... comme pour moi... (...) Ah, ce qu'elle m'a bien trompé avec ses airs de franchise! quelle duplicité! (Martin du G.,Taciturne,1932, iii, 9, p.1342).Me méfier des mots et de leurs pouvoirs magiques, m'attacher seulement à quelques-uns d'entre eux (...) peu parler (...) m'appliquer toute ma vie à réaliser mes promesses: voilà ce que me propose la morale de Parain (Sartre,Sit. I,1947, p.225).
[Le compl. prép. désigne un comportement ou un contenu de conscience] Lamiel vit la nécessité de raconter son histoire à Mme Le Grand, mais pour cela il fallait la composer; elle se méfiait de son étourderie; elle était hors d'état de mentir, parce qu'elle oubliait ses mensonges (Stendhal,Lamiel,1842, p.170).On se méfie des illusions d'une femme aimante (Vaillant,Drôle de jeu,1945, p.27).
Se méfier de + inf.Il devait se méfier de ne pas buter contre les jambes, tendues au ras des sentiers (Zola,Germinal,1885, p.1240).On restait derrière nos persiennes... On surveillait les abords... On se méfiait d'être à la «brune» ajusté par un paysan (Céline,Mort à crédit,1936, p.611).
Se méfier que + ind. ou subj.J'aurais dû me méfier que l'air de la mer, précieux en ce qu'il pousse aux crises (...), m'était dans l'espèce détestable (Barrès,Homme libre,1889, p.213).Elle ajoutait foi à mon intention simulée de nous séparer à tout jamais ce soir. Elle avait l'air de se méfier que la cause en pût être chez les Verdurin (Proust,Prisonn.,1922p.349).Monsieur Lempreinte, il se méfiait que mon père il aye des drôles d'ambitions avec un style comme le sien (Céline,Mort à crédit,1936p.58).
Proverbe. Il faut se méfier (méfier-vous) de l'eau qui dort. Il faut se méfier d'une personne dont les manières d'être ou de faire n'inspirent pas à priori ou de prime abord la méfiance.
C. − Absol. Être sur ses gardes, faire attention. Comme il avait réellement failli mourir, il y avait de quoi se méfier pour tout le reste de sa vie (Nizan,Conspir.,1938, p.250).Depuis trois semaines, le hasard nous est favorable, mais c'est une raison de nous méfier, car le simple calcul des probabilités joue déjà contre nous (Aymé,Uranus,1948, p.274):
2. Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment, ils ont l'air de rien les mots, pas l'air de dangers bien sûr, plutôt de petits vents, de petits sons de bouche, ni chauds, ni froids, et facilement repris dès qu'ils arrivent par l'oreille par l'énorme ennui gris mou du cerveau. On ne se méfie pas d'eux des mots et le malheur arrive. Céline,Voyage,1932, p.601.
Méfiez-vous! Méfie-toi! [Avertissement donné pour mettre en garde qqn contre un danger éventuel ou probable] «Vous ne mettez rien sur vous, amie?» s'écria Jérôme. «Méfiez-vous, il fait bien moins chaud ce soir que les autres jours.» (Martin du G.,Thib., Belle sais., 1923, p.984).Méfie-toi: y a une truie qui mord, donne-lui à manger sans entrer, c'est la noire (Giono,Baumugnes,1929, p.50).Dans les métros et les tramways on lisait: «Taisez-vous, méfiez-vous, les oreilles ennemies vous écoutent.» (Beauvoir,Mém. j. fille,1958, p.31).
Rem. gén. Sur la concurrence entre se défier et se méfier, v. défier2(se), rem.
Prononc. et Orth.: [mefje], (il se) méfie [mefi]. Ac. 1694, 1718: meffier; dep. 1740: méfier. Étymol. et Hist. 1. Ca 1460 «se tenir en garde contre les intentions de quelqu'un» (Georges Chastellain, L. I, p.22, éd. Kervyn de Lettenhove); 2. 1690 «se tenir en garde contre quelque chose» (Fur.); 3. 1840 absol. (Mérimée, Colomba, p.90: Mais méfiez-vous, je ne vous dis que cela). Dér. de fier*; élém. formant mé-*. Fréq. abs. littér.: 1130. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 447, b) 1213; xxes.: a) 1667, b) 2769.

Wiktionnaire

Verbe

méfier \me.fje\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se méfier)

  1. Ne pas se fier à quelqu’un, à ce qu’il dit, à ce qu’il fait paraître, parce qu’on le soupçonne de ne pas être sincère ni sûr.
    • Dans le même souci de protection du lignage, le père pouvait cependant, s’il se méfiait de ses enfants, les obliger à conserver le patrimoine pour leurs propres enfants : […]. — (Gabriel Lepointe, La Famille dans l’Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p. 205)
  2. Ne pas se fier à une chose (qualité, apparence, promesse, avantage…) ; ne pas faire confiance.
    • Bon nombre de chevaliers, qui se méfiaient trop de leur adresse pour défier un homme d’une haute renommée, étaient néanmoins très disposés pour un combat général, où ils pouvaient trouver des adversaires d’une force plus égale à la leur. — (Walter Scott, Ivanhoé, ch. XII, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • — Et comment s’appelle-t-il ton ami qui vient ce soir ?
      — Dumont, grand-père.
      — Dumont ! Oh ! je me méfie.
       — (Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913)
    • Confucius était un moraliste qui se méfiait de l’intelligence ; le terre à terre des relations humaines lui plaisait mieux que la spéculation ondoyante. — (Paul Demiéville, La montagne dans l’art littéraire chinois, dans Choix d’études sinologiques (1921-1970), p. 364, BRILL, 1973)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉFIER (SE). v. pron.
Ne pas se fier à quelqu'un, à ce qu'il dit, à ce qu'il fait paraître, parce qu'on le soupçonne de peu de fidélité, de peu de sincérité. Il se méfie de tout le monde. Je me méfie de ses protestations, de ses caresses, de ses intentions.

Littré (1872-1877)

MÉFIER (mé-fi-é), je me méfiais, nous nous méfiions, vous vous méfiiez ; que je me méfie, que nous nous méfiions, que vous vous méfiiez v. réfl.
  • Ne pas se fier à. Il se méfie de moi. Je me méfie de ses caresses. Mais tout dissimuler serait une imprudence ; On peut se méfier d'un excès de clémence, Chénier M. J. Charles IX, II, 2.

    Il s'emploie avec que et le verbe suivant à l'indicatif. Je me méfie que cet homme est un fripon.

    Méfiez-vous, se dit entre ouvriers pour avertir, dans les ouvrages de force, de prendre toutes les précautions de sûreté.

SYNONYME

SE MÉFIER, SE DÉFIER. Ces deux verbes ne diffèrent que par les préfixes, dé et mé. L'un signifie se fier mal, l'autre se fier moins. La nuance qui les sépare est donc très petite ; et dans le fait l'usage les emploie l'un pour l'autre. On a avancé qu'en parlant de soi-même, on dit plutôt se défier que se méfier ; cela n'est pas fondé ; et il n'y a rien à dire à cette phrase-ci : On pourrait conclure de là que la philosophie consiste plus à nous méfier assez de nous-mêmes pour éviter toutes les occasions où notre esprit peut être frappé, qu'à nous flatter que nous serons toujours les maîtres d'éviter les inquiétudes dont l'imagination peut être cause, Condillac, Traité des syst. ch. 5. Voy. pourtant à DÉFIANT quelques nuances de synonymie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « méfier »

Mé… préfixe, et fier 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « méfier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
méfier mefie

Citations contenant le mot « méfier »

  • L'approbation des autres est un stimulant dont il est bon quelquefois de se méfier. De Paul Cézanne
  • Il faut toujours se méfier de quelqu'un qui n'a rien à perdre. De Tristan Maya
  • Taisez-vous ! Méfiez-vous ! Les oreilles ennemies vous écoutent. Alexandre Millerand,
  • Souviens-toi de te méfier. De Epicharme
  • Ah ! Monsieur, on ne se méfiera jamais assez de la poésie. De Marcel Aymé
  • Pour fumer moins, embrasser plus. Se méfier des allumeuses et prendre la précaution d'utiliser des filtres. De Roland Topor
  • S'il a de longues cornes, on se méfiera même du plus doux des boeufs. De Proverbe malais
  • Méfiez-vous de tout le monde et en particulier de ceux qui conseillent de vous méfier. De Etienne de La Boétie
  • Quand une femme commence à faire remarquer qu'elle est honnête, il est temps de se méfier. De Alfred Capus
  • Si j'étais roi, je me méfierais des As. De Tristan Bernard / Un jeune homme rangé
  • Il est bon de traiter l'amitié comme les vins et de se méfier des mélanges. De Colette
  • Se méfier des gens qui promettent des millions et dont il faut régler les consommations. De Léon Bloy
  • Il ne faut pas tant se méfier des autres que se défier de soi-même. De Proverbe iranien
  • Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique. De Marcel Pagnol / Critique des critiques
  • Valentin Lori : « C’est une toute nouvelle poule pour nous car, hormis Saint-Chamond qui était la saison dernière avec nous, toutes les autres équipes seront une découverte. Même si nous avons eu l’occasion d’en rencontrer certaines en match amicaux comme Chavanay ou Montchat ou bien Domtac en Coupe du Rhône. Cette poule me parait encore plus homogène que celle de la saison passée et il faudra se méfier de tout le monde, notamment de nos longs déplacements en Haute Loire, en Lozère ou dans le Puy de Dôme. Vivement la reprise et bonne chance à tout le monde. » Actufoot, Valentin Lori (Sud Lyonnais) : "Il faudra se méfier de tout le monde"

Images d'illustration du mot « méfier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « méfier »

Langue Traduction
Anglais beware
Espagnol tener cuidado
Italien diffidare
Allemand in acht nehmen
Chinois 谨防
Arabe احذر
Portugais cuidado
Russe остерегаться
Japonais 用心する
Basque kontuz
Corse attenti
Source : Google Translate API

Synonymes de « méfier »

Source : synonymes de méfier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « méfier »

Méfier

Retour au sommaire ➦

Partager